L
162 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

L'herbe est-elle plus verte ailleurs ?

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
162 pages
Français

Description

À travers cet essai, l'auteur souhaite faire connaître son métier. La première partie est une découverte de l'intérieur du métier de directeur export avec de nombreuses expériences. La seconde est plus géopolitique, voire géostratégique. Le directeur export voit et participe aux mutations permanentes que traversent les pays sur lesquels il est présent. Cet essai s'adresse aux étudiants, aux professionnels du commerce international.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2013
Nombre de lectures 5
EAN13 9782336323619
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

L’herbe est-elle plus verte ailleurs ?
XavierBessard
L’herbe est-elle plus verte ailleurs ?
Ou les tribulations d’un direeur export dans la diribution
L’herbe est-elle plus verte ailleurs ?
L’herbe est-elle plus verte ailleurs ?
Xavier BESSARD L’herbe est-elle plus verte ailleurs ? Ou les tribulations d’un directeur export dans le monde de la distribution
© L'Harmattan, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00891-2 EAN : 9782343008912
A Valérie, Ariane, Victor
Avant-propos
Le métier de directeur export est passionnant mais difficile et très déstabilisant. Ce métier j’y suis arrivé un peu par hasard. Comme de nombreux jeunes, j’ai eu peur après le Bac d’intégrer l’université. Ma peur venait de me retrouver seul sans aide, sans repère. J’ai donc décidé de faire une année préparatoire à l’Ecole nationale supérieure, ENS. J’ai donc passé une année en hypokhâgne. Cette année a été très bénéfique au niveau de l’orga nisation. Saturé de travail, plombé par des notes catastrophiques et par le système de colles, la seule solution est de s’organiser, mettre des priorités et intégrer une rigueur, faute de couler. J’ai décidé ensuite de présenter le concours de l’Institut d’études politiques, Sciences Po. J’ai été reçu à Lyon. Sciences Po me permettait de continuer mes études, en évitant une trop grande spécialisation tout en étant entouré, encadré. J’ai choisi l’option EcoFi. En hommage tout d’abord à mon père, expert comptable, mais aussi en étant conscient que l’économie et la finance me permettraient de rebondir sur des métiers différents. Sciences Po Lyon avait un avantage : son ouverture internationale, en particulier grâce à l’option économie du monde arabe. Etant passionné par le cinéma soviétique, j’ai rédigé et soutenu un mémoire de fin d’études consacré aux exportations d’objets culturels entre la France et l’URSS. Ce mémoire m’a permis ensuite d’intégrer le diplôme d’études approfondies, DEA, en économie appliquée de Sciences Po Paris. Malheureusement ce DEA était trop théorique pour moi et en janvier 1989 j’ai décidé de me mettre sur le marché du travail.