Mondialisation ou impérialisme à grande échelle ?

-

Français
267 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Qu'est-ce que la mondialisation, et surtout, est-elle un phénomène nouveau ? Pour l'auteur, la première chose à retenir est que la mondialisation n'a aucun caractère démocratique, mais plutôt impérialiste, s'identifiant parfaitement au capitalisme sauvage. La seconde est que la mondialisation est aussi vieille que le monde capitaliste qui naît avec elle chez les Grecs, plus de 1000 ans avant Jésus-Christ. Elle désorganise les sociétés, et est en voie de tuer l'Afrique subsaharienne avec ses ajustements structurels et autres OHADA.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2010
Nombre de lectures 237
EAN13 9782296248182
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Mondialisation
ou
impérialisme à grande échelle ?

COLLECTION«PENSÉE AFRICAINE»
dirigée par François Manga-Akoa

e
En ce débutdu XXIsiècle,les sociétés africaines sont
secouées parune crise des fondements.Elle met en cause tous
les secteurs de lavie.Les structures économiques, les
institutions politiques tels que lesEtats et les partis politiques,
la cellule fondamentale de la société qu’est la famille, les
valeurs et les normes socioculturelles s’effondrent.La crise qui
les traverse les met en cause et audéfi de rendre compte de leur
raison d’êtreaujourd’hui.
L’histoire descivilisations nousfaitconstater que c’esten
période de crisequeles peuplesdonnentetexpriment le
meilleurd’eux-mêmesafinde contrer la disparition,lamortet
lenéant qui les menacent.Pour releverce défidont l’enjeuest
lavie et lanécessité d’ouvrirdenouveauxhorizonsauxpeuples
africains,laCollection«PENSEE AFRICAINE»participe à
laquête etàla créationdusens pourfonderdenouveaux
espaces institutionnelsdevie africaine.

Dernières parutions

RogerMONDOUE,« Nouveaux philosophes» etantimarxisme.
Autour deMarxest mortdeJean-MarieBenoist,2009.
AntoineNGUIDJOL,Histoire des idées politiques.DePlaton à
Rousseau,2009.
PiusONDOUA,Existences etValeurs.Avenirs pluriels,
TomeIII,2009.
PiusONDOUA,Existences etValeurs.L’irrationnelle
rationalité,TomeII,2009.
PiusONDOUA,Existences etValeurs.L’urgence de la
philosophie,TomeI,2009.
PiusONDOUA,Technoscience etHumanisme,2009.
DoumbiaS.MAJOR,Le manifeste pour l’Afrique.Pourquoi le
continent noir souffre-t-il ?,2009.
AbdoulAziz DIOP,Une succession en démocratie.Les
Sénégalais face à l’inattendu,2009.
MangaKUOH,Palabreafricainesur lesocialisme,2009.

RenéTOKO NGALANI

Mondialisation
ou
impérialisme à grande échelle ?

© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-111141
EAN: 9782296111141

I

Historique des mondialisations

S'il faut parler de mondialisation, la première chose à
constater est que celle-ci n'est pas nouvelle, même si de nos
jours les nouvelles et jolies expressions pour la faire accepter
sans discussion sont du genre « village planétaire», «village
global », etc.Une mondialisation à caractère démocratique
arrivera un jour peut-être dans ce monde des hommes.Mais
pour le moment, elle n’est qu’attendue, car c'est cette forme de
mondialisation-là qui incarnerait l'humanisme et la tolérance,
tout en portant toutes les vertus rattachées aux droits de
l'homme, du citoyen et des peuples.
Quant à l'impériale-mondialisation actuellement en quête
d'une nouvelle forme de manifestation, elle a déjà un très long
séjour parmi les hommes : elle est née quelque 1200 ans avant
Jésus-Christ– etnous sommes au troisième millénaire après
Jésus-Christ. On devraitdonc parler, non pas dela
mondialisation, maisdes mondialisations. Nous reviendrons
largementsur la définition de ce mot‘‘mondialisation’’. Pour
commencer, nous croyons qu'il n'ya rien de mieuxque de
proposerun historique des mondialisations, c'est-à-direune
brève histoire detous les peuples qui ontparusur cetteterre
avecun projetde mondialisation ou, encore mieux,avec le
projet de domination sur les autres peuples de tous les
continents connus à leurs époques respectives.
Tous les peuples qui sontapparus sur laterre n'ontpas eu
l'intention (oula possibilité) demondialiser– c’est-à-dire de
s'imposer en maîtres à d'autres peuples – àtel pointque l'on
puissetraiter leurs démarches de ‘‘mondialisation’’ dans notre
sens dumot.Mais les démarches etles actes de certains autres
n'ontlaissé aucun doute sur leurs intentions etprojets
mondialisants et mondialistes.Par ordre d'arrivée, nous
croyons qu'à ce jour l'histoire de l'Humanité a enregistré
quelque sept(7) mondialisations que nous énumérons
cidessous.

9

1.1. - La civilisation égyptienne sans mondialisation

La première civilisation connue sur cetteterre des hommes
a été la civilisation égyptienne des pharaons.Les Égyptiens
n'ontpas conquis des peuples pour exhiber leur supériorité.
Peut-être nous objectera-t-on que l'Égypte pharaonique avait
envahi l'Asie Mineure ou toutaumoins la Palestine.Nous
répondrons à cette objection en disantque l'Égypte pharaonique
n'avaitpas envahi l'Asie Mineure entantquetelle, mais avait
l'habitude de lancer des raids d'autodéfense contre des peuples
de ces contrées qui cherchaientà l'envahir justementpar ses
frontières orientales.Etpour que cette autodéfense fûteffective,
elle soumettaitlesdits peuples, auxquels d'ailleurs elle allait
jusqu'à enseigner sa civilisation, soitpar l'éducation de leurs
princes à la cour pharaonique d'Égypte, soitpar des mariages,
etc.Or il estreconnudans l'histoire que la société égyptienne
ancienne n'a pas prôné l'esclavage, donc n'étaitpas encline à
soumettre les étrangers pour les exploiter.Si aprèsune guerre il
yavait un semblantd'esclavage, il étaitessentiellement
temporaire, etles esclaves finissaient toujours par s'émanciper.
Apparemmentc'est une des causes qui faisaientque peuà peu
les dynasties pharaoniques faiblissaientetfinirentpar se laisser
vaincre, d’abord par les Assyriensvenus de Babylone.Mais
avantcette défaite qui se situevers325 avantJésus-Christ, les
Asiatiques qui avaientétévaincus sur lesterres égyptiennes à
titre d’esclaves de guerre finissaient toujours par s'émanciper au
pointde fomenter destrahisons à l’encontre des pharaons.En
toutcas, même si l’on pouvaitreconnaîtreun impérialisme local
en Égypte – cas donc de pure hypothèse ici – il n'ya pas eu
d'impérialisme égyptien exporté desterres de l’Égypte surun
autre continent, ce quiveutdire, en d'autrestermes, qu'il n'ya
pas eudemondialisation égyptienne.

10

1.2. - Les civilisations antiques
d’Asie sans mondialisation

A un moment donné, différents peuples ont développé des
civilisations sur le continentasiatique : les Assyriens en Syrie,
les Akkadiens, les Chaldéens, les Mèdes etles Perses en
Babylonie, etc.Ces peuples ont vécu une bonne période de
l'histoire en mêmetemps que les Égyptiens.Ils ontlivré de
multiples luttes entre euxetsouventcontre l'Égypte ; etleur but
étaitde soumettre, de piller, de confisquer lesterres desvaincus
réduits en esclavage.L'analyse de ces conquêtes permet
aujourd'hui d'affirmer qu'en cestemps-là ilya eu un
impérialisme local sur le continentasiatique.Mais ce fut un
impérialisme continental de moindre dimension quela
mondialisation.Il fautdire d'ailleurs que l'Égypte à l'ouestde
ces peuples avaitfreiné lestentatives de ceux-ci pour sortir du
continentasiatique etaller dominer d'autres peuples d'autres
continents.On peutdonc dire qu'il n'ya pas eude
mondialisationvenantde l'Asie avantl'expansion de la
e
civilisation arabe duVIIIsiècle après Jésus-Christ.

1.3. - Civilisation grecque antique
et première mondialisation (de 1200à 500av. J.-C.)

Par contre dès que les Grecs (qui se sontinstallés dans les
îles ioniennes, le Péloponnèse etla partie grecque ducontinent
européen depuis 1200environ avantJésus-Christ, par
l'asservissementdes premiers occupants de cesterres) ont
entrepris de conquérir le monde alors connu– Alexandre le
Grand conquitl'Égypte, la Phénicie etl'Asie Centrale, jusqu'à
l'Indus, avantsa morten323av. J.-C., –la vraie première
mondialisation est née: la Grèce fitla loi sur l'ensemble du
monde alors connu, c’est-à-dire sur l’Asie, sur l’Afrique et
naturellementsur l’Europe, jusqu'en Espagne.En Afrique par
exemple, elle pilla jusqu'auxconnaissances des Égyptiens
pharaoniques (mathématique, physique, philosophie, etc.) qui

11

1
devinrentdes connaissances grecques.En Asie, les conquêtes
d'Alexandre le Grand ne s'arrêtèrentaubord dufleuve Indus
qu'à cause de sa mortsubite à Babylone
en323avantJésusChrist. Sur le continenteuropéen, les Grecs furentarrêtés par la
chaîne montagneuse des Alpes. Mais la mer Méditerranée leur
permitd'atteindretoutle Sud de la Gaule (la France actuelle) et
la presqu'île Ibérique.L'humanité connaissaitlà pour la
première foisun peuplevenudes confins estde l'Europe etqui
imposaitsavolonté àtous les peuples destrois continents alors
connus, c’est-à-dire l’Afrique, l’Asie etl’Europe.Cette
première mondialisation commetoutes les autres qui allaientse
succéder, s’analysaitparfaitementcomme l'asservissementdes
peuples etde ces continentsà la seule volonté et au seul
avantage du seul peuple grec.

1.4. - Civilisation romaine antique
et deuxième mondialisation
(509 av. J.-C. – 476 apr. J.-C.)

Les Romains de la République romaine (née en 509
envie
ron, auVIav. J.-C.) succédèrentauxGrecs qu'ils soumirent,

1
Les Grecs ontfréquenté les Égyptiens pendantenvirontrois siècles, avant
l’invasion de l’Égypte en l’an333av. J.-C. par Alexandre le Grand. Cette
fréquentation qui débuta avec Solon (-640-558), eutlieusurtoutsous forme
d’élèves grecs – Thalès de Milet(-625-547), Pythagore (-570-480), Platon
(-427-647), Eudoxe (-406-353), etc. – allantétudier chezles maîtres
égyptiens. Archimède, lui (-287-212), estde loin le petitfrère des premiers
nommés ci-dessus etdetantd’autres avantlui, etil estsans doute leur élève
éloigné qui, s’il avaitétudié en Égypte, avaitétudié dansune Égypte déjà
grecque, conquise en –333par Alexandre le Grand. En effet, le PetitLarousse
désigne ses calculs des aires etdesvolumes comme étantde la« l’apogée
géométrie alex»… Aandrine d’Archimèdeujourd’hui la bonne connaissance
de l’histoire de l’Égypte ancienne nous faitconstater que la connaissance
mathématique etphysique estpartie de l’Égypte pour la Grèce, même si aucun
théorème ne porte le nom d’un Égyptien… « Il estfrappantqu’aucun nom de
savantégyptien n’aitsurvécu. Par contre la quasitotalité de leurs disciples
grecs sontpassés à la postérité en s’attribuantles inventions etdécouvertes de
leurs maîtécrires »,tCheik Anta Diop dans Antériorité des civilisations
nègres.

12

avec les autres peuples connus d'Europe, d'Afrique etd'Asie,
entre264 et126av. J.-C.Ce futlàla deuxième mondialisation,
c'est-à-dire le deuxième impérialisme conquérantetméprisant
de l'Occidentsur les autres peuples de son propre continent
européen, ainsi que sur les peuples des autres continents alors
connus.
La mondialisation à la romainedura environ 700ans. Elle
futplus dure que la mondialisation grecque etne fut
interrompue que par les invasions barbares qui déferlèrent
2
ensuite sur l'Europe entre 410et472de l'ère chrétienne.Ces
invasions ne constituentpas àvrai dire des impérialismes, dans
la mesure oùces différents peuples dits barbares etenvahisseurs
cherchaientplus à s'installer quelque partqu'à dominertels ou
tels autres peuples.Le Moyen Âgetoutentier prolongea encore
cette période denon mondialisationdes peuples etdes
continents par lavolonté d'un seul peuple etde son roi, et
e
venantducontinenteuropéen jusqu'auXVsiècle.Mais entre
tempsla première mondialisation asiatiquevavoir le jour au
e
VIIIsiècle.

1.5. - La Civilisation arabe
et troisième mondialisation
e
(VIII s.apr. J.- C. à 2006)

e
C'estauVIIIsiècle etaprès la mortduprophète Mahomet
qu’un impérialisme asiatique àdimension mondialisanteestné.
En effetses héritiers arabes prirentprétexte de la religion que ce
saintprophète avaitcréée, pour inaugurerune mondialisation
arabe à visage faussement religieux– car nous croyons que
l’islam etDieun’ontrien àvoir dans certaines façonstrès
belliqueuses des Arabes et/oudes Perses,voire detous les
autres peuples arabisés et/ouse réclamantde la civilisation

2
Les invasions "barbares en Europe commencenten réalitévers l'an200de
notre ère. De nombreuxpeuplesvenus d'Asie à la recherche de l'espacevital
saccagentetoccupentdesterritoires. Il s'agitnotammentdes Francs en Gaule
(258), des Vandales, des Suèves, des Alains (406-409), des Visigoths (410),
des Huns (451), etc.

13

arabe.Cette mondialisationvenue d'Asie,la troisième du
genre, a aussi affectétous les continents connus à l'époque –
l’Asie, l’Afrique etl’Europe – mais nous n'aurons pas à en
parler plus profondémentdans le cadre de la réflexion actuelle,
etce, bien que ses ravages parmi les hommes soient toutaussi
profonds et toutaussivisibles en ce moment. Pensons audrame
du11 septembre2001 à NewYork !
Latroisième mondialisation estdonc née avec la nouvelle
religion révélée par l’Archange Gabriel auProphète Mahomet,
non pas que le prophète lui-même fûtpour quelque chose dans
l’avènementmatériel de cettetroisième mondialisation – au
contraire l’espritmondialisantarabe l’a d’abord pris pour cible,
etil a dûse défendre avec acharnement– mais parce que ses
congénères qui le repoussèrentd’abord,une fois convertis à
l’islam, prirentprétexte de cette nouvelle religion pour envahir
toutle continentasiatique jusqu'aufleuve Indus, puis les
continents africain eteuropéen. Un frein ne futmis à
l'envahissementde l'Europe par cette mondialisation arabe
qu'en 732 à Poitiers où Charles Martelvainquitla poussée
mondialisante arabe.Mais en Afrique, leur déferlementfut tel
que les peuples ne durentleur salutqu'à la soumission,
l'adoption de la pensée des Arabes.Les peuples de l'Afrique du
Nord furentsi bien conditionnés par les nouveaux venus qu'ils
perdirentleur identité.Berbères »Les «detoutle Maghreb–
Algérie, Maroc, Tunisie etLibye – se battentpour retrouver
cette identité perdue ilya plus de 1400ans…
Quantauxpeuples noirs d'Afrique subsaharienne, la
couleur de leur peaules sauva d'une assimilation absolue.Mais
les mœurs dontlestenants de la pensée arabe jouissent
aujourd'huitémoignentde l'abandon de leurstraditions
ancestrales pourune pensée que l'on disaitmusulmane, jusqu'à
ce que certains actes barbares perpétrés, notamment un certain
11 septembre2001,viennentremettre en question l'acceptation
de cette pensée etfassent distinguer la religion musulmane de
certaines façons de percevoir la nature humaine, au-delà de la
race arabe, et propres à une pensée asiatique qui s'est
longtemps cachée derrière cette religion pour faire n’importe

14

quoi à l’humanité, à ses frères, les hommes et à ses sœurs, les
femmes…

1.6. - L'expansion de la civilisation
européenne ou quatrième mondialisation
e e
(du XVIau XVIIIs.)

Avec la découverte par Vasco de Gama dela route des
Indesetdetoute l'Asie en 1497, etsurtoutavec la découverte
desIndes occidentales –en réalité le continentaméricain actuel
– par Christophe Colomb grâce à ses quatrevoyages (de 1492à
1504), la mondialisationvenue de l'Europe refitsurface sur
toute laterre, c’est-à-dire aussi bien en Asie, en Afrique qu’en
Amérique.Ces dates, à notre sens, marquentle départde la
quatrième mondialisation.Mais ici il fautaussi dire que c'estla
première mondialisation appliquée de façon très spécifique
sur les Peuples indiens des Amériques et sur les peuples noirs
d'Afrique subsaharienne.Les premiers, parce qu'ilsne
savaient pas travaillercomme levoulaientles nouveaux
maîtresvenus d'Europe furentl'objetde génocides sans merci.
Etceuxqui ne moururentpas furentsouventparqués dans des
réserves.
Quantauxseconds qui étaientdéjà soumis malgré euxà la
troisième mondialisation musulmane, ils furentcapturés et
vendus àtitre d'esclaves pour aller surtout travailler dans les
mines etles plantations desIndes occidentalesnouvellement
découvertes etdominées par les Européens mondialisants ! Par
leurs souffrances etsurtoutpar leur dépersonnalisation, ils firent
la prospérité insolente de l'Europe etducontinentaméricain
repeuplé par les Blancsvenus de l’Europe mondialisante, à
l’exception duCanada.
A notre sens, cettequatrième Mondialisation, bien que la
seconde à s'abattre sur les Noirs, futla première mondialisation
totalementdéshumanisante etdépersonnalisante à atteindre les
peuples noirs, le premier impérialisme qui plongea ces peuples
noirs dans latraite etl'esclavage pendantprès de 400ans
jusqu'en 1794, ou1815, ou1865, ouencore 1848, oumême

15

1879, àvotre choix! Car ce sontlà,toutes, des dates de
l’abolition de l’esclavage…
Dans leur haute philosophie, les Occidentauxont tout
simplementprivé le Noir d'une âme humaine pendantcette
longue période.En d'autrestermes, le Noir n'étaitpasune
personne humaine comme les autres, surtoutpas comme
l'homme occidental et/oueuropéen par exemple.On pouvait
donc le chasser commeun gibier ; on pouvaitl'acheter etle
vendre, etsurtoutil étaitcorvéable à souhait!Colbert, le
ministre des Finances deLouis XIV, roi de France, le
définissaitd’ailleurs comme étant« un bien meuble ».Etplus
généralement, son commerce se faisaitsous l’appellationtrès
ironique decommerce du bois d’ébène.Voyezce« bois
d’ébène »très humanoïde, c’est-à-dire marchantsur deuxpieds,
respirantl’air à la manière d’un homme, communiquantpar le
langage etc., mais« bois d’ébène »trèsvendable quand même !
Certains Occidentaux– qu’au vude cette haute philosophie
4
nous pouvons appelerfaux philosophes occidentaux, n’est-ce
pas ?– ontcependantentrepris, pendantprès de centans, de
démontrer que le Noir aussi était un être humain etque le sort
qui lui étaitfaitpar latraite etl'esclavage étaitinjuste et

4
Dans cethistorique des mondialisations, nousvoulons employer
exclusivementdes faits historiques occidentaux, c'est-à-dire l'histoiretelle que
conçue par ces Occidentaux. L'abolition de l'esclavage auraun jour son
histoire absolument vraie etnous savons que des hommes qui scrutentles faits
historiquesy travaillent. Mais pour éviterun surcroîtde polémiques, nous
voulons nous contenter de l'histoire présentée à l'européenne. En effetla façon
qu’ontles Européens de présenter l'histoire de l'humanité laissetoujours
paraîtretrois choses : d'abord lavraie civilisationvientd'euxetde nulle part
ailleuensrs ;uite, pour conserver "le hautdupavé de l'évolution de la
civilisation etde latechnologie", c'estmalgré euxqu'ils déformentlavérité,
par exemple quand ils fontcroire que les Pharaons de l’Égypte ancienne
étaientdes Blancs, des Indo-Européens comme eux. Ceuxd'entre euxdonc
qui disentautre chose que lesvérités occidentales ne peuventêtre que de
« fauxphilosophes occidentaux». Ce futle cas, auxÉtats-Unis, duparti
e
républicain duXIX siècle– quelle différence avec le parti républicain
américain d'aujourd'hui ! Ces messieurs de cestemps-là, avec le Président
Abraham Lincohn à leurtête, n'ontpas craintd'accepterune guerre à eux
imposée par les esclavagistes sécessionnistes des Etats sudistes de l'Etat
fédéral américain. Ilsvontgagner cette guerre etabolir l'esclavage chezeux
en 1865 mais, la même année, le PrésidentLincoln sera assassiné !

16

inhumain.Cesfaux philosophes occidentaux, on les trouve
partouten Europe, mais surtoutauxEtats-Unis oùils
provoquèrent un drame, parce qu'ils aboutirentà la guerre de
Sécession américaine età l'abolition de l'esclavage dans ce pays
en 1865 – après la fausse abolition de 1815 à Vienne en
5
Europe …

1.7. - Les conquêtes coloniales
et la cinquième mondialisation
e
(XIX siècle)

Quand, suite auxactes d'abolition de l'esclavage, le Noir
commença à se croire aussiun être humain libre comme les
autres, les Occidentauxinitièrentla conquête etl'implantation
e
coloniale en Afrique dans la seconde moitié duXIXsiècle.
Cette fois, le prétexte étaitqu'ils apportaient« la Civilisation à
ces Noirs sauvages »! Mais cette civilisation qu'ils devaient
adopter malgré euxcoûtatrès cher auxpeuples noirs, car ils
redevinrentcorvéables à souhait: ils pouvaientse considérer
comme des êtres humains, mais des êtres humains de qualité

5
Duboutdes lèvres, les Congressistes de Vienne en 1815 proclamèrent une
abolition qui ne s'appliqua pointsur lesterres etles mers. La
GrandeBretagne, en 1833, c’est-à-dire 17 ans après le Congrès de Vienne, supprime
l'esclavage dans ses colonies. La France peutaujourd'hui claironner que la
Révolution française de 1789 avaitaboli l'esclavage en 1794. Mais elle oublie
surtoutd'ajouter que Napoléon – donc les Français etla France ! – s'était
dépêché de rétablir l'esclavage dès 1799 dans ses colonies. Elle oublie surtout
qu'après le Congrès de 1815, ce n'estque33ans après, en 1848, qu'elle daigna
abolir l'esclavageune seconde fois dans ses colonies ; qu’en 1851 cet
esclavage futrétabli par le Second empire de Louis-Napoléon Bonaparte et
qu’il ne futaboliunetroisième fois qu’en 1879 etencore ! Puisque même là il
restaitdes acheteurs, des négriers français alors continuèrentà sillonner les
océans avec «». En ce qle bois d'ébèneui concerne l'esclavage etson
abolition, les impérialistes français n'ontlevé le pied que lorsque le
RoyaumeUni etles Etats-Unis ontcommencé à faire les gendarmes anti-esclavagistes
sur les mers etles océans…D'ailleurs cette gendarmerie des mers occasionna
la mortde milliers de Noirs destinés à lavente :quand les bateauxqui les
portaient voulaientfuir les bateaux-gendarmes, ils rejetaientpurementet
simplementces Noirs à la mer !

17

6
inférieure, devantse contenter duCode de l’Indigénat.D'où
leur nouvellecorvéabilisationobligatoire par lestravauxforcés
etdes impôts de capitation incroyablementlourds !
La colonisation està notre sens,la cinquième
mondialisation; mais latroisième mondialisation des peuples
duTiers-Monde en général etdes peuples noirs en particulier.
Etmalgré eux, cetroisième impérialismetranscontinental les
remità la corvée auprofitdes seuls Occidentaux.Cette phase
de mondialisation dura jusqu'auxluttes pour la libération etles
indépendances des années 1930à 1990dusiècle dernier,
c’està-dire jusqu’à la libération deNelson MANDELAle 11 février
1990.

1.8. - Néocolonialisme et
sixième mondialisation
(1960-2000)

Dans les années 1960à2000, soitpendant une bonne
quarantaine d’années, alors que les peuples noirs se croyaient
indépendants,le néocolonialisme fut la sixième et nouvelle
forme très subtile de mondialisation qui les tint parfaitement
dépendants et soumis pendant ces quatre dernières décennies
avant le troisième millénaire.Avec età partir du
néocolonialisme, l'opération de mondialisation devenaitsubtile,
parce que désormais les États noirs indépendants étaient
supposés avoir affaire à des pays occidentauxdevenus« pays
7
amis et peuples frères liés par une histoire commune», etc.

6
L'actuel mouvementde mondialisation auraitsouhaité que nous autres Noirs
fussionstous amnésiques, que nous ayonstous perdu! Mais,la mémoire
allons donc, mesdames etmessieurs, comment voulez-vous parler durégime
administratif de l’Indigénatappliqué auxcolonies, comment voulez-vous
parler de «travauxforcés », etc. ?Il n’ya pas eu, n'yauraitpas eude cela
entre « peuples frères etamis » ! Contentons-nous de cette expression que des
esprits autorisés classeraientparmi les néologismes !
7
« LIÉS PAR UNE HISTOIRE COMMUNE » :Cette exdpression «u
langage diplomatique moderne » estformidable. Mais c’estle contenude cette
histoire commune qui ne se précise pas à chaque fois, pour l’éducation et
l’édification de nos générations actuelles etfutures. Une histoire commune
des « amis etfrères » qui a pourtantplus de 500ans d’âge doitdisposer d’un

18

Mais en réalité il s'agit, pour les pays occidentauxd’amener les
États noirs dupré carré francophone pour lesuns ou, d’amener
les États noirs duCommonwealth pour les autres, à laisser leurs
seuls et uniques centres de décisions se situertoujours sur les
8
bords de la Seine ousur les bords de la Tamise.Ilya mieux,
surtoutdans le pré carré:pour être chef de l'Etat, chaque
dirigeantafricain doitfaire allégeance auxpays amis
9
occidentaux.Les économies des pays africains amis doivent

contenuqui peutse racontertous les jours d’une année entière sans que l’on
puisse en avoir assez, ni d’ailleurs leterminer ! Mais comme il s’agitd’une
histoire detraite etd’esclavage, d’une histoire de colonialisme, de mépris et
detravauxforcés, comme il s’agitd’une histoire dustatutde l’indigénatplus
que de la courte histoire de ces Noirs héros qui ontexisté pendantles deux
guerres mondiales, la chère diplomatie ne peutpas facilement trouver de mots
pour en révéler le contenu… Etencore ! Les Noirs héros des deuxguerres le
sont-ils restés chaque fois à la fin desdites guerres ?Rappelons-nous l’histoire
destirailleurs sénégalais de leur retour de guerre en 1944 à Thiaroyau
Sénégal ! L'actuel mouvementde mondialisation auraitsouhaité que nous
autres Noirs fussionsvraiment tous amnésiques, que nous ayonstous perdula
mémoire ! Auquel cas, comment voulez-vous que nous parlions de «travaux
forcés »? Il n'yauraitpas eude cela entre «peuples frères et!amis »
Contentons-nous de cette expression que des autorisés classeraientparmi les
néologismes !
8
Si le fleuve aubord duquel estinstallé Paris, capitale de la France etde la
Francophonie s'appelle Seine, celui aubord duquel estinstallée Londres,
capitale duRoyaume Uni etduCommonwealth estla Tamise, n'est-ce pas ? Et
c'estde ces deuxcapitales européennes que partent toutes les décisions qui
dirigentd'une partle Commonwealth anglais etd'autre partle pré carré
français (aujourd'hui francophonie).
9
Ce n’estpas la première fois que cette idée a été soutenue par Loïc Le Floch
Prigent, ancien directeur général de la société française ELF AQUITAINE. En
effetce dernier déclaraitqu’avec sa société la France faisaitetdéfaisaità sa
guise les pouvoirs dans son pré carré… Cette déclaration soulevaunevague
d’indignation etde protestation pendantdes semaines… Heureusementque
l’on ne cite pas « les contemporains », carvous etnous connaissons – etles
historiens le racontentdéjà – des chefs d’Étatayantréussi le concours d’entrée
auPalais Présidentieluniquementen répondantcorrectementauxquestions
dans le bureaude M. Jacques FOCCART qui ensuite présenta le lauréatà
l’onction duGénéral !… SékouTouré et tous ces chefs de l'Etatemportés par
des coups d'Etatdans les années60et70en ontfait une amère expérience à
leurs dépens;à sontour, RobertMugabe auZimbabwe en fait unetrès
mauvaise expérience en ce moment. Pourtantla situation qui prévautau
Zimbabwe en ce momentrelève de la responsabilité de Londres qui n'a pas
rempli sa partie ducontratsigné en 1979/1980lors de l'accession de ce pays à

19

dépendre absolumentdes économies des « pays amis
occidentaux».Les premiers fournissentles matières premières
auxseconds, les prixdesdites matières étantfixés par les pays
amis occidentaux:le droitdupropriétaire de fixer lui-même le
prixde son bien n'existe pas.D'ailleurs qui estréellement
propriétaire des matières premières que l'ontrouve en Afrique
subsaharienne ? Par contre les produits finisvenus de l'Occident
coûtentce que les Occidentaux veulentqu'ils coûtent.Siun
autre peuple d'un autre continent(des Asiatiques par exemple)
veut vendre des produits finis en Afrique àun prixraisonnable,
10
les maîtres empêchentcela àtoutprix! Etles États etles

l'indépendance.Mais les Blancs soi-disantcitoyens duZimbabwe ne sont
restés là que pour garder le gâteau, etMugabe doitessuyer les plâtres ! Dans
e e
ces20dernières années duXX siècleetce débutdunoXXI siècle,us avons
là, enzone anglophone, la relecture de l'histoire de SékouTouré etde Charles
ème
DE GAULLE enzone francophone dans les années 50,60et70duXX :
diabolisé, diabolisé etdiabolisé, le pauvre Mugabe !
10
Sivous pensezque nous divaguons,voici la petite histoire des Japonais qui,
à la fin des années 1960etaudébutdes années 1970dusiècle dernier, ont
voulupénétrer les marchés africains avec leurs jolisvéhicules automobiles
alors moins chers que les automobiles européennes. Ils durentabandonner, à
l'avantage de la SCOA (Peugeot) etde Renault. Voulez-vous savoir comment
cela se passa ? Sachezle premierceci :véhicule qui est venuduJapon en
Afrique futle camion TOYOTA. Puis suivitla petitevoiture TOYOTA,
K.E70. A leurvue, les Européens qui ne savaientpas à quel pointces engins
pouvaientêtre résistants ; durentfaire de l'espionnage commercial, en mettant
derrière chaque acheteur africain d’unvéhicule japonaisun surveillantdu
comportementdudit véhicule. Celui-ci devaitfaireun rapportpériodique
comportantdeuxpoints : 1° l'étatactuel du véhicule ;2° le coûtd'entretien sur
la période séparantdeuxrapports. Auboutd'un certaintemps, les Français de
la SCOA etde Renaultcomprirentque latechnologie japonaise était très
solide etappréciée par les Camerounais etque de ce faitle marché africain de
l’automobile étaitperdupour eux. Trèsvite aussi ils prirentla route duJapon
oùils discutèrentetobtirentdes contrats d'exclusivité de distribution de ces
produits japonais. Voilà l'origine de CAMI-TOYOTA par exemple au
Cameroun – sans oublier que les autres États africains francophones ontleurs
équivalents de CAMI-TOYOTA. Pour faire avaler cette couleuvre aux
commerçants camerounais, il atoutsimplementsuffi de donner quelques
actions de la CAMI à certains d’entre eux…Maintenantil fautlaisser de côté
la légende quiveutque « certains Camerounais perdirentleurvie à cause de
leurtentative d’obtenir des échanges commerciauxdirects avec les Asiatiques.
Nous ne pouvons pas prouver cette légende-là. Mais en ce qui concerne la
démarche qui a donné l'exclusivité de lavente de ces produits japonais en

20

peuples africains ont vécucette dépendance néocoloniale
pendantces quarante dernières années, pour aboutir dans les
années 1980et1990dusiècle dernier àune situation de misère
indescriptible.Voilà la sixième mondialisation en général etla
troisième pour les peuples noirs surtoutd'Afrique.Mais ilya
lieud'admirer la grande subtilité de cette sixième
mondialisation:il s'agitd'amitié entre peuples frères; il s'agit
aussi de relations commerciales, etc.Dans les actes,voire les
textes régissantces relations, les clauses etles actes léonins sont
à l'avantage des Occidentaux.Mieuxencore, dans le pré carré,
le commerce avec les autres peuples estsubtilementcontrôlé
par la métropole dubord de la Seine (lire la note n° 8
cidessous, qui est une expériencevécue) !

1.9. - Crises de gestions des pays
du Tiers-Monde et septième mondialisation
e
(XXI siècle)

L'actuelle mondialisation – qui se faitenfin désigner par
son nom, car mondialisation pour nousveutdireimpérialisme
transcontinental– n'en estdonc qu'une septième dugenre, soit
la cinquième applicable auxpeuples noirs.Etcette nouvelle
forme d’impérialisme prend diverses formes etfigures pour
pouvoir mieuxse glisser etse faire ré-accepter. En effetau
e
XXIsiècle, quivoudraitaccepter l’impérialisme sous quelque
forme que soitsans réagir ? Alors pourvous l’appliquer dans sa
forme nouvelle, onvous dit tantôtque« les progrès techniques
et technologiques font du monde un village planétaire »,que«
la possibilité est faite pour chacun de faire ses affaires où il
veut, avec qui il veut », queMultilatéral« l'Accord
d'Investissement permettra de…»etc., etc. Pourtantderrière le
mot« Mondialisation »,ce qui pointe à l’horizon, c’est un
impérialisme transcontinental– qui n’en estd’ailleurs pas à sa

Afrique à la SCOA etautre CFAO, personnellementnous avonsvécuce que
nous narrons ci-dessus, d'autantque certains agents de SCOA etRenaultmis
aux trousses desvéhicules japonais à l'époque étaient toutsimplementnos
copains detous les jours !

21

première forme d’implantation, car qu’est-ce qu’étaientla
e
conquête des continents etlatraite des Nègres auXVIsiècle,
e
qu’est-ce qu’étaientle colonialisme auXIXsiècle etle
e
néocolonialisme auXXsiècle, sinon des impérialismes
transcontinentaux?
Le progrèstechnologique,toutcomme les privatisations
« àla FMI », l'OHADAetleFMIlui-même et/oula Banque
mondiale, quand ellesvous imposentde dilapider le patrimoine
national à l’avantage de multinationales, àtravers les
privatisations mal organisées, etc. ne sontque des subtilités
destinées à aider à la réinstallation souveraine des Occidentaux
cheznous, destinées en somme à nous mondialiser…une bonne
dernière fois pourtoutes.Etquandvous rencontrezchezeuxen
Occident un individuou un groupe d’individus quiveulent
sortir de lavoie officielle de cette réinstallation souveraine,
voyezle dénigrementdontils sontcouverts ! C'estainsi queBill
ClintonetGeorge Walker Bush(présidents sortantetentrant
des États-Unis) se sontfait traiter littéralementd'idiots par le
présidentfrançais, parce qu'ils ontprônéla voie du partenariat
pour le développementduTiers-Monde en général etde
l'Afrique en particulier.Il fallaitqu'ils parlentde don,
d'assistance; d'aide, de charité, etc., mais pas de partenariat!
Autrement l'Occident perdrait ses grandes vertus de bonté, de
grand donateur. Grand donateur qui faitcultiver chezl'assisté
l'autrevertu… à savoir celle de pauvreté jusqu'à la misère
perpétuelle !En réalité, il s'agitduprincipe – instauré depuis
belle lurette –du développement exponentiel des riches
occidentaux et du sous-développement exponentiel des
pauvres du Tiers-Monde:« Que les riches se fassent plus
riches, et que les pauvres restent pauvres, et crèvent comme
des misérables !»Voilà la simplevérité de la mondialisation
d'aujourd'hui !
Comme cela, la magnanimité des riches se fera sentir de
temps entemps, pourvud’ailleurs que les donations soient
parcimonieuses !Etpour preuve, nous savons que depuis plus
de 40ans, depuis les indépendances, cette assistance a été
permanente.Mais pour quel développementdes nations noires ?
Ce développementrestetoujours attendu, bien que bien

22

organisé, avec Médecins sans frontière, des organisations non
gouvernementales en nombre de plus en plus grand,toujours
prêts à intervenir pour soulager…la pauvreté etla misère, mais
comptabilisant toujoursun plus grand nombre de pauvres etde
misérables,voire d'esclaves, comme auSoudan etdans certains
autres pays,ycompris même ausud duSahara !Comme quoi
l'avènementdu village planétaire n'enlève pas les habitudes du
passé, bien aucontraire. Ilvientplutôtnousyreplonger, avec
en primeun certain projetd’amnésie, car pour des peuples qui
souffrentles affres de ces Occidentauxdepuis quelque 500ans,
commentpeuvent-ils se contenter de si peu, si chaque fois ils
n’oublientpastoutet toutde suite ?
Regardons plus près de nous, etconstatons que depuis plus
de quarante ans d’indépendance, nous n'avons pas punous
industrialiser, maisvoilà que la mondialisation nouvelle, celle
e
duXXIsiècle, parun coup de baguette magique,va nous
donner des produits finis àvendre !oubien les Occidentaux
vontdoubler,tripler,voire quadrupler les prixde nos matières
premières, etnous deviendrons subitementprospères !
Venons-en là oùcertaines choses choquent.C'estque
certains pays africains sontnormalementoutillés pour ne pas
laisser faire n'importe quoi quand il s'agitde leur continent,
pour ne pas laisser bâtir destrucs à moitié,telle que cette
boiteuse« Harmonisation du droit des affaires en Afrique. »
Malheureusementils ne lèventpas le petitdoigtpour dénoncer
ce qui se faitmal ouà l'avantage de l'impérial-mondialiste
occidental seul.C'estainsi qu’un pays multilingue d'Afrique a
assisté àtoutes les séances de création de l'OHADAà la
française sans daigner se demander si ce droit-là était vraiment
applicable chezlui, étantdonné qu’occidentalementparlant, il
relève à la fois autantdela civilisation et du droit
francophonesque dela civilisation et du droit anglophones.
11
C’est unvrai scandale, n’est?, q-ce pasu’untel pays refuse

11
C'estle cas précisémentduCameroun, pays officiellementbilingue, mais
qui parfois fait une politique francophone comme s'il n'étaitpas aussi
anglophone. A cause duCameroun qui peutparfaitementdéfendre les droits
aussi bien de l'Afrique anglophone que de l’Afrique francophone, on aurait
voulu voir commentl'OHADA atenucompte de la Common Law, sans

23

ainsi d’assumertoute son histoire, sous prétexte qu’il auraitdes
« frères et amis français »… Oui,unvrai scandale, mais qui
n'estlà qu'un exemple des multiples incongruités dans
e
lesquelles se baigne cette Afrique des débuts duXXIsiècle !
La génération des jeunes d’aujourd’hui doitpourtant
commencer à ouvrir lesyeux, à observer, à analyser età
comprendre.Etle meilleur maître de cette génération ne peut
être que l'histoire ! Depuis plus de3000ans c'est-à-dire depuis
l'apparition des Grecsvers l’an 1200av. J.-C., elle nous a
renseignés sur le comportementde l'homme à l'endroitde
12
l'Homme:d'une manière générale,»homini lupus« Homo,
disaitdéjà le Latin dupremier siècle de l'ère chrétienne.2000
ans d'histoirevérifientencore cetadage.
Etsi d'une manière générale« l'homme est un loup pour
e
l'homme »,l'histoire de ces cinq derniers siècles (duXVI au
e
XX )n'a-t-elle pas montré à souhaità quel pointl'homme
occidental est un loup pour les autres peuples de laterre en
général etsurtoutpour les peuples noirs ? Les petites prises de
conscience ne sontrien par rapportaulangage de l'histoire ! Et
encore, il faudraitqu’ilyait unevraie petite prise de conscience
! Aussitôtque l’onvous parle de « peuples noirs frères etamis
», on courtensuite prendre des actes législatifs pour
justifier…les années de colonialisme,voire de latraite négrière
etde l’esclavage !
L'Histoire seule devraitdésormais être le premier maître
des peuples noirs, de sorte que rien, ni personne ne puisse
abuserune fois de plus d'eux.Nousvoulons que le conceptde

oublier, répétons-le, qu'il fautautour d'unetable ronde d'harmonisation du
droitdes affaires en Afrique les pays lusophones ethispanophones.
12
HOMO HOMINI LUPUS : L’homme est un loup pour l’homme. Cette
expression latine que l’ontrouvetelle quelle dans les pages roses du
dictionnaire PetitLarousse nousvientd’un écrivain ancien du temps de
l’Empire romain ilya plus de2000ans. Sa grande pertinence applicable à
l’homme detous lestemps anciens comme d’aujourd’hui montre à quel point
cette génération doit vraimentêtrevigilante, ouvrir lesyeux, observer,
analyser etcomprendre avantd’acceptertoutce que l’Occidentlui propose.
Surtout, elle doitmême cesser de se faire proposer idées, habitudes, objets et
autres choses : cette génération peuts’offrir ses propres idées, habitudes,
objets etautres choses, sans le patronage absolude l’Occident!

24

mondialisation puisse occupertous les espaces des médias, des
salles de conférences etmême des rues.Mais avant tout, nous
voudrions connaître le contenude la mondialisation :qu'est-ce
que la mondialisation ou, plutôt, qu'est-ce que les
mondialisations ?
Depuis que l'on claironne partoutce conceptsupposé
nouveau– etnous sommes entrain devoir qu’il n’estpas du
toutnouveau–, depuis qu'il sertdéjà de prétexte àtout,
personne en Afrique n'a essayé d'éclairer notre lanterne
assoiffée de comprendre.Évidemmentle processus estle
e
même : auXIXsiècle, lors des conquêtes coloniales, les esprits
étaientdéjàtombés dans l'amnésie, etpersonne ne pouvaitse
rappeler les méfaits de latraite négrière etde l'esclavage ; les«
civilisateurs »n'en parlaientplus. Mais déjà ils proclamaient
hautetfort toutautre chose :« Nous sommes là pour leur
bien ;nous leur apportons la civilisation et le bien-être. »
Pourtantdans leurs salons cossus des bords de la Seine etde la
Tamise ainsi qu'à Berlin, ils se félicitaientde leurs empires,tout
e
comme, à l'installation de la mondialisation, modèleXXI
siècle, ils ne pensentplus à leur néocolonialisme qui nous a
tenus embrigadés dans la misère depuis les années de
l’indépendance.
A la suite de cette analyse énumérative des
mondialisations, nous souhaitons ci-dessous proposer notre
définition du terme mondialisation, etsurtout voir s’ilyaune
constante aussi bien d’idéologie, de philosophie que d’actions et
de moyens d’actions destenants de mondialisation àtravers
3000ans d’histoire de l’humanité. Etnous ne devons surtout
pas perdre devue que cette mondialisation, bien que sevoulant
terme nouveauetmoderne, estsérieusementcontestée
aujourd'hui dans le monde etsurtoutdans le monde occidental
lui-même ! Nous avons placé en annexeuntexte émanantde
contestataires français de la mondialisation.
Nous ne pouvons pas en effetproposer la moindre
définition finale au termemondialisation,telle que l'histoire le
e
faitapparaître et tel qu'il setrame en ce débutduXXIsiècle,
sans faire partager le pointdevue deces contestataires
occidentauxà notre lecteur potentiel : il estquestion pour nous,

25

non pas de combattre et de faire disparaître la mondialisation
– l’impérialisme, qu’il soitlocal ou transcontinental reste
impérialisme, c’est-à-dire puissance etforce écrasante – mais de
fairetransparaître son contenu tel que les Occidentaux
l’aménagent avec leur accord dit « AMI »c’est-à-direAccord
multilatéral sur l’investissement, etaubesoin, de faire que ceux
qui sontde la bonnevolonté comme ces contestataires
13
occidentaux travaillentàymettreun contenuplus acceptable,
plus humaniste etplus démocratique à l’échelle mondiale. Voilà
la raison d’être de cette annexe I intituléedu« Contribution
collectif français contre les clones de l'‘‘AMI’’ à un accord
des citoyens et des peuples sur les investissements et les
richesses ACPIR ».

13
Ces contestataires occidentauxsontappelés
aujourd’huialtermondialistes. Mais il fautconstater que lesalter-mondialistesne sontpas
seulementoccidentaux: ilya des alter mondialistes asiatiques,
nordaméricains (Etats-Unis etCanada), sud-américains (Mexique, Brésil,
Argentine, Bolivie, etc.). D’ailleurs le présidentHugo Chavezen plus d’être
un communiste anti-américain irréductible, estconsidéré comme alter
mondialiste auxidéestrès avancées…L’alter mondialisme est un mouvement
de pensée etd’action économique qui seveuten position intermédiaire entre
le capitalisme – ouplutôtle libéralisme sauvage et triomphant– etle
communisme quivientd’imploser en ex-URSS. Il n’ya d’ailleurs plusun seul
pays communiste oùl’orthodoxie communiste reste intacte. La République
Populaire de Chine faitentrer les capitauxdes pays libéraux; le Vietnam
recourtégalementauxcapitauxdes pays libéraux; Cuba se débatpour rester
fidèle auxidéauxoriginels, mais lavieillesse duleader Castro etles
nombreuses contestations internes fontpenser que là le communisme n’a pas
unetrès longuevie future ; enfin la Corée duNord exhibeun échec patentde
ce régime, etdoitse contenter de chantages entous genres pour se donnerune
place d’avant-scène. Mais attention ! Ce n’estpour autantpas signe etpreuve
que le libéralisme atriomphé définitivement. La mondialisationtelle qu’elle a
été préparée etlancée par les pays occidentaux tenants dunéolibéralisme
sauvage, à moins devraimentinclure beaucoup d’aménagements,va aussi
imploserun de ces jours. Etalors il restera à l’alter-mondialisme de
concrétiser etd’appliquer sa doctrine économique !

26