142 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Rétablir les finances publiques, garantir la protection sociale, créer des emplois

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage expose, chiffres à l'appui, les voies et les moyens du redressement des finances publiques en suivant deux objectifs : la protection sociale et la création d'emplois. Il rappelle l'importance du renouveau du civisme, de la bonne gouvernance des affaires publiques et d'une création législative de qualité et propose l'application d'un salaire moyen européen de référence (SMER) ainsi qu'une fiscalisation des prestations familiales et de l'assurance maladie.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2012
Nombre de lectures 35
EAN13 9782296481251
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Rétablir les finances publiques,
garantir la protection sociale,
créer des emplois

Questions Contemporaines
Collection dirigée par
B. Péquignot et D. Rolland

Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les «questions
contemporaines »nXont été aussi nombreuses et aussi complexes à
appréhender. Le pari de la collection «Questions Contemporaines» est
dXoffrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs,
militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées
neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective.

Derniers ouvrages parus

Linda CHAIB,Citoyenneté, droit de vote local et immigration, Les
expériences nord-américaine et française, 2012.
Alain CLUZET,Le climat sauvé par les villes ? Vers une solution
européenne, 2011.
Bernard LEGRAND,Être chômeur aujourd’hui, 2012.
Vivien PERREC,Analyse psychosociale de l’organisation des
Témoins de Jéhovah, 2012.
MustaphaBaba-Ahmed,Le néomonétarisme, nouveau stade
suprême du capitalisme, 2011.
CatarinaCAMARINHAS,L’Urbanisme de Lisbonne, 2011.
MarcDELEPOUVE,Une société intoxiquée par les chiffres, 2011.
André ROPERT,La gauche en France. Historique d’un
enlisement, 2011.
Kilien STENGEL,Un ministère de la Gastronomie ? Et pourquoi
pas !, 2011.
GilbertDELAGRANGE,Le citoyen et le système politique, 2011.
BrunoFABRE,L’Université a-t-elle perdu son âme? Plaidoyer
pour une autre réforme, 2011.
LouiseFINES,Les crimes en col blanc, 2011.
Céline HULLO-POUYAT, La restauration monumentale en
question, 2011.
Jean RIVIERE,Mondes en mutation dans un système en
crise, 2011.

André Ortolland

Rétablir les finances publiques,
garantir la protection sociale,
créer des emplois

Fp h2h_ Zpo_pm

La Justice, ses moyens financiers, ses actions(La Documentation
Française, 1985)

Comment prévenir le crime(L’Harmattan,1988)

Les Institutions Judiciaires à Madagascar et Dépendances de 1896
à 1960. 2Tomes (L’Harmattan,1993)

Celivre areçu le PrixRobertDelavignette, décernépar l’Académie
desSciencesd’Outre-mer, en 1993.

© L’Harmattan, 2012
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-55651-5
EAN : 9782296556515

~iomj^p]ocji

Au temps de la marine à voile

C’était le plus beau bateau qu’on ait vu
N’empêche, il estpresquefoutu.
On l’appelait…
Un jour,sur l’Océan, chahutépar un typhon,
Le bateaucraque,jettel’effroià bâbord,
Tangue et roule… uncri: avarie àtribord,
Ohé,ohé,matelots,tous sur lepont,
Unissons nosefforts,il fautécoper,
Avectous les moyens,lavoie d’eaucolmater,
Pour revoir lepaysdenotre enfance.

Tiré dupérilpar les vaillants matelots,
Et le bateau fend toujours la mer et les flots.

2011

C’est grandepitié, commeonararement vu.
Notre beaupaysest mal fichu.
On l’appelleFrance…
Unissons nosefforts,il faut œuvreràsa Rénovation,
Réveiller le civisme,restaurer l’État,
Rétablir les financesenpiteuxétat,
Redonner vie àl’industrie, àl’ingéniosité,
Procurerà chacun unemploiet unejusterémunération,
Dans le cadre d’un libre-échange conforme àl’équité,
1
Pour voir notrepays renaître àl’espérance!

1
Il ya deuxconclusions possibles (voiràlafin).

;s%m~:$R m$RK~R$

F_ lp_flp_n c^0_nd`jm]_

« Liberté,Égalité,Fraternité », la devise de la République
rappelle les valeurs sur lesquelles doivent se fonder la Loi et toute
action nationale.
Toutefois, il faut prendre garde à ne pas confondre liberté et
licence, égalité et égalitarisme, fraternité et copinage ou
clientélisme.
La bonne gouvernance exprime l’ambition partagée entre les
gouvernants et les citoyens d’agir pour le bien de laFrance et le
bien-être desFrançais.
Qu’attendent les citoyens d’un gouvernant ? Qu’il agisse avec
droiture, désintéressement et altruisme.
Qu’il soit actif,qu’il ait un esprit curieux,pratique,qu’il fasse
preuve de bon sens et de mesure et qu’il ait une vue synthétique des
problèmes.
Qu’attend-on d’un citoyen ?
Qu’il soit honnête homme, instruit de l’Histoire de sonpays et
de ses Institutions et qu’il lui soit loyal.
Qu’il soit ouvert aux autres et respectueux de la Loi.
Attention : le citoyen n’est ni un individualiste, ni un assisté, ni
un consommateur.
Sur le travail et l’économie.
hChacun a le droit de travailler et le droit d’obtenir un emploi ;
c’est un droit constitutionnel.
hAujourd’hui, le travail étant devenu secondaire, il doit être
revalorisé.
hMais le travail est faitpour l’homme et non l’hommepour le
travail.
hLa nation doit assurer au travailleur et à sa famille les
conditions nécessaires à leur développement.

hLa rémunération du travail comprend unjuste salaire et les
prestations utiles à une retraite par répartition.
hPar contre, il ne doit pas comporter des charges sans rapport
direct (ex. : prestations familiales et cotisations d’assurance
maladie).
hSeule, la compétitivité des entrepreneurs et des particuliersh
industriels, commerçants et artisansh, au plan national, européen et
internationalpeut assurer leplein emploi.
« LaFrance et ses partenaires européens doivent retrouver un
niveau de compétitivité qui leur permette de faire face à la
concurrence afin d’assurer la survie» (Ed.Balladur,Le Monde26
septembre 2010).
hIl est illusoire de vouloir la disparition duCapitalisme, surtout
en ne proposant rien à la place.
hSeulement, le capitalisme n’estpas un système économique
génial qui, pareil au Système Solaire, n’a nul besoin de l’Homme.
hIl appartient aux dirigeants des nations d’en fixer les régies,
de le contrôler et de le réguler.
hLe libre-échange n’est sainement réalisable qu’entre des
nations ayant des organisations sociales et économiques identiques.
hAlors, on peut parler d’un libre-échange équitable.
hL’intégrisme d’une libération des échanges commerciaux
totale et abstraite est un péril mortel pour de nombreuses nations et
pour laFrance.

10

;s%m~:$R FREf~6KR

F_n 0q0i_h_ion hZmlpZion
^_ ijom_ bcnojcm_ m0]_io_

~oEVR:$6/h$%VFRmE~//%V;R
« Pendantdes siècles, laFrance apu étendre enEurope son
influence civilisatrice prépondérante, grâce à la première place qui
y occupaient sa population, sa force, son prestige moral ».
Longtemps et jusqu’à la Révolution, laFrance fut le pays le plus
peuplé.Elle comptait 26 millions d’habitants à l’époque
révolutionnaire, la Russie 25 millions, l’Autriche18,l’Angleterre12,la
Prusse5.Et, c’est une descausesessentiellesdes victoiresdela
Révolutionetdel’Empire.
En 1740, elle était lagrandenation, elle comptait 40%dela
populationdes puissanceseuropéennes.Et,le français était la
langue universelle.
Àpartir de1870,le chiffre de lapopulation française stagne
autour de 39 millions.
Pourtant, laFrance est à son apogée le 11
novembre1918.Personnene contestequ’elle aitétéleprincipalartisandelavictoire
desAlliés,mêmesiceux-ci lui ontapportéune aide appréciable.
Dans la décennie1920,leprestige delaFrance estau zénith ; il n’a
jamaisété aussi hautdepuisNapoléon !
2
Avec551.000 kmelle est lepays leplusétendud’Europe(sans
la Russie).Elle alapremière armée du monde.Son rayonnement
intellectueletartistique est sanségal ;elle accomplitdes
performances sportives. L’économie estprometteuse et le chômage
inconnu.
Son rôle international est reconnu : tous les traités du lendemain
de laGrandeGuerre sont signés enFrance. La Société des Nations,
nouvellement créée, semble garante de la Paix.

En 1931, elle organise l’ExpositionColoniale Internationale,qui
connaît un immense succès.
« LaFrance est la seconde puissance coloniale du monde, a une
superficie totale (si on y joint les colonies) supérieure à la surface
de l’Europe et elle régit 100 millions d’habitants ».
C’est ce qu’écrit le professeur JeanBrunhes dans la conclusion
de sonCours complet de géographie pour la classe de troisième des
lycées : « l’Europe », lequel sera en usage àpartir de 1931jusque
dans la décennie 1950.
Et, il fait rêver les adolescents à une «FédérationEuropéenne »,
qui ne pourrait être conçue sans l’Angleterre et sans laFrance.

~~o @R/ %VV$R/ /bK0$R/-2+H=d2+H+8
Aux années de lumière vont succéder des années très sombres.
Crise économique, crise des relations internationales…Crise
nationale ;uneFrance anémiée, déconnectée des réalités. Les
Français se bercent d’illusions. Ils ont desgouvernements mous et
défaillants. La pire de ces défaillances est de laisser Hitler
réoccuper militairement la Rhénanie sans réagir(8 mars 1936).Face aux
menacesextérieures, àl’Allemagnehitlérienne,ils ont oublié
l’adageromain «Si vispacem,para bellum »(si tu veux lapaix,
préparelaguerre) !
En 1939,laFrancen’étaitpasprête,ni militairement,ni
moralement, à faire la guerre.
Limitons-nous à la tragédie démographique.
La démographie, qui a joué un rôle capital dans le passé,
continue à être méconnue, alorsqu’elle a changé le monde sous nos
yeux.Àpartir de 1935, enFrance, les naissances sont moins
nombreuses que les décès. On s’inquiète à court terme pour la sécurité et
à longtermepour la survie de laFrance.Certes, les origines du mal
sont lointaines : 1740-1790.

Les historiensetdémographes sontaujourd’huid’accordpour
daterde cettepériodelerefus d’enfant, mais ils ne sont pas d’accord
pour en expliquer l’étonnante précocité : changement d’attitude des
catholiques vis-à-vis de l’Église pour Sauvy, surpopulation pour
Braudel.

12

On nepeut oublierqu’en 1750, un auteur dénonçait déjà les
effets de «l’amour des aises et du luxe » sur la famille. L’air du
temps, les idées des philosophes et la sacralisation de l’individu ont
créé un climat nouveau.
Cependant les effets du changement ne se feront sentirque dans
la deuxième moitié du dix-neuvième siècle.
En1853,laFrance et l’Allemagneont lamêmepopulation:36
millionsd’habitants.
En 1939, L’Allemagne, dont lapopulationétaitde59 millions
en 1919, approche70 millions, alors quelapopulationfrançaise est
toujours de 39 millions d’habitants.
Le sursaut viendra avec leCode de la famille, enjuillet 1939,
mais ne produira ses effets qu’au lendemain de la SecondeGuerre
Mondiale, lesFrançais ayant pris conscience que cette tragédie
démographique a été une des causes du désastre dejuin1940.

~~~o @%/R;bVFRhER$$RKbVF~%@R-2+H+d2+S^8
3Septembre1939
LesFrançais sont stupéfaits. Ils n’ignorent pas la signification de
la déclaration deguerre, car les séquelles des années noires et des
souffrances de1914-1918 sontprésentesdans les mémoires,mais
aussidans laviequotidienne.Ils s’inquiètentde ces jours,mois,
annéesd’unAvenir inconnu,sachantqu’il réservera desépreuves
difficiles et douloureuses.
Ils sont d’autant plus inquiets que le pacte germano-soviétique
du 23 août 1939 a jeté le trouble.
Et, si sur le front avec l’Allemagne, il ne sepasse rien, il n’en est
pas de même ailleurs et en politique.
Avec l’entrée des troupes de l’U.R.S.S. en Pologne à la
mi-octobre, leparti communiste,partisan de laguerre depuis 1937,
fait désormais campagnepour lapaix, cequi entraîne sa dissolution
et l’arrestation d’une quarantaine de députésh22 ayant
démissionné duparti avant. Le 30 novembre 1939, l’U.R.S.S. attaque la
Finlande.
Des jeunes militaires français rêvent d’aller aider les valeureux
finlandais qui se battent héroïquement et gagnent une bataille.
«Bien des gens même pensent que la Russie devrait être considérée

13

2
commel’ennemiprincipal » .Le12 mars 1940,jugeant vainde
prolonger l’effusion de sang, laFinlande signe la paix à Moscou.
Le pacte germano-soviétique, l’invasion de la Pologne et
l’attaque de laFinlande ont perturbé les esprits et auront des
répercussions enjuin 1940etau-delà.

10 mai 1940
Après «laDrôle deguerre»,huit moisde face-à-face limité à
quelques combats locaux,vont succéder45 joursd’Enfer :
l’invasion des Pays-Bas et de laBelgique, les combats deBelgique
et deFrance. Le 13 Mai 1940,malgrélesacrifice des aviateurs
alliés-perte de85bombardiers:50français et 35 anglais et faute de
réserve, l’Armée allemande franchit la Meuse à Sedan et àDinant.
Du 20 mai au 3 juin, l’opérationDynamo réussit à embarquer
300.000 hommes àDunkerque,grâce enpartie au sacrifice de la
er
1èreArmée à qui lesAjuin àllemands ont rendu les honneurs le 1
Lille. Le14 juin 1940,prise de Paris.

Juin 1940:incroyableDéfaite !
TragiqueDésastre !L’Al’Occupation allemande desrmistice ;
2/3 de notre pays, puis en novembre1942, delatotalité.
Quellehumiliation !

1940-1944
Quatre annéesd’occupation, desouffrances, de contraintes, de
pénuries, de rationnement, de privation de liberté, de séparation
pour les familles ayant des prisonniers de guerre et d’événements
tragiques, déportations, bombardements, morts, blessés, sinistrés,
destructions…
Mais, pendant la même période, dans l’Empire, des unités
coloniales desForcesFrançaises Libres poursuivent le combat,
s’illustrant notamment àBir Hakeim.Ces unités comprennent des
hommes de toutes origines venus de tous les territoires d’Outre-mer.
Après le débarquement anglo-américain enAfrique du Nord (6
nov.1942),l’ArméeFrançaisereconstituéeprendpartauxcombats

2
JacquesChastenet, Historia.

14