//img.uscri.be/pth/e8eee489264b049bb2920af8200093de2bc295c3

Les noms de personnes chez les Ngambayes du Tchad

-

Livres
128 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage dresse un répertoire des noms propres de personnes chez les Ngambayes du Tchad. Chaque nom peut être considéré comme un message qui nous renseigne, soit sur les circonstances qui ont présidé à la naissance de l'enfant, soit sur des expériences vécues par les parents ou le clan au moment de la naissance. Les noms ngambayes parlent. Voici mis en valeur ces joyaux du génie de la langue ngambaye.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 2013
EAN13 9782296511866
Signaler un abus
 nomLesp re sedse  osnnes lezchayabgm NcT ud seNBSI dah3-630-50: 9 872-0 eCet o06-513,5ssernu earvud ege irs deép rtoerd  erpsep oronsmez ls chonnepers ud seyabmagN seer pueaqChd.haTcq mop iuemreed tnnsopoe e rt nunedl  eidtsniugre lidentier et L .sudivrp mon eut aes ddiins relxe é àcn esiet estoprec li don, siaqche.nnin Ap alosreemêm ed  précis e un nomdi uoptreui dnvien sdeé nudés pa tsen mon ec tere ct êt peuopre mrp eonahuq.sC seen russo, neigl rus tiocric sedéréonsime u comssga nem ion euqsaise nc ldenfe,tnaios us ted rnstances qui ontp érisédà l  aan nalc el uo stnea  ldet enom mau sévneecépir sxe par les parcuesibmanoitnelrL.treivst ee  d lce.eL sen ansiascnbayes paoms ngamxud ojayin e uég pubrandces lic tisopsidg ud noittmee  da  l àreedl obuile  tne pour la sauver yabmà ,e al siof ldelaa uengga nest bou ïkoui MauojdagtmD.ninaecssainncoe  detbjo leér nu eriaf  Nogent-lique detitub bi elnItslôip dméhaTc Dd.ajdi ua à éndéB  hisr encteu, doopartnme eocotriatisiliv cete inutca tse li ,noie (Francsur-Marnue red3 )e ,odtc tenolhécye e cltsetetnaeigoorp e  tilretaueofmr frar ens lançairté eugnà erègnaocssA l dontiialeelemtnp saetru de lÉglise protsetetnasim noisirnadee on Meltpiavauellel crt stérive asoe dali)M.
Dingamtoudji Maïkoubou
Les noms de personnes chez les Ngmabayes du Tchad
nts (ASTrs migra
 
   
 Les noms des personnes chez les Ngambayes du Tchad
Études africaines Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa  Dernières parutions  Abderrahmane NGAÏDÉ, Lesclave, le colon et le marabout. Le royaume peul du Fuladu de 1867 à 1936 , 2012. Casimir Alain NDHONG MBA, Sur la piste des Fang. Racines, us et coutumes , 2012.  Boubakari GANSONRE, Archives dAfrique et communication pour le développement , 2012. Angelo INZOLI, Le développement économique du Burundi et ses acteurs, xixe-xxe siècle , 2012. Djibril DIOP, Les régions à lépreuve de la régionalisation au Sénégal. État des lieux et perspectives , 2012 Vitaly TCHIRKOV, La Guinée face au handicap. La problématique des déficiences motrices à Conakry , 2012 Mohamed Lamine MANGA, La Casamance dans lhistoire contemporaine du Sénégal , 2012. Roda NNO et Alice ATERIANUS-OWANGA,  Akamayong-Nkemeyong. Recueil de textes de rap en langue fang nzaman , 2012.  Mohammad AL SUBAIE , Lidéologie de lislamisme radical. La nouvelle génération des intellectuels islamistes, 2012. Théodore Nicoué GAYIBOR (dir.), Cinquante ans dindépendance en Afrique subsaharienne et au Togo , 2012. Christian Thierry MANGA, Le Sénégal, quelles évolutions territoriales ? , 2012. Ndeye Maty Sene, L e commerce des produits maritimes et fluviaux au Sénégal de 1945 à nos jours , 2012. Tiéman DIARRA, Santé, maladie et recours aux soins à Bankoni, Niarela et Bozola (Mali). Les six esclaves du corps , 2012. Tiéman DIARRA, Paludisme, cultures et communautés. Le cri du hibou , 2012. André SAURA, 1975, une année sans pareille à Madagascar , 2012. Coordonné par Céline LABRUNE-BADIANE, Marie-Albane de SUREMAIN et Pascal BIANCHINI, Lécole en situation postcoloniale , 2012. Jérôme TOUNG NZUE, Elites et compromission en Afrique. Légitimation dun système et sous-développement au Gabon , 2012. Joachim E. GOMA-THETHET, Histoire des relations entre lAfrique et sa diaspora , 2012. Amadou OUMAROU, Dynamique du Pulaaku dans les sociétés peules du Dallol Bosso (Niger) , 2012.
Dingamtoudji MAIKOUBOU     Les noms des personnes chez les Ngambayes du Tchad                            
 
                         
     © L'H ARMATTAN , 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-00506-5 EAN : 9782336005065
En guise davant-propos  Un poème : le nom que tu portes
Je tappelle par ton nom. Ton nom nest pas seulement une succession de mots Pour te distinguer des autres Mais aussi et surtout lhistoire quont vécue tes parents.  Car là-bas, on donne un nom aux nouveau-nés selon les Événements qui précèdent leur venue.  Tes parents nont pas failli à la tradition. Le nom quils tont donné porte lhistoire de ta région.  Il nest pas écrit sur le sable pour que le vent lefface, Il nest pas sur lécorce pour quil tombe lorsque larbre se reconstitue. Il nest pas formé de larmes ni de sang.  Rien ne latteindra, Il est éternel, le nom que tu portes.  Je tappelle par ton nom. Rien ne mempêchera de le dire. Aucune montagne n'est grande comme ton nom.  Mon cur lui ouvre ses portes de respect et de considération Où parmi des tas dautres noms il ne mourra pas, Parce que le tien est fort et grand.  Quand le vent rougit, il ne sagite pas, Quand les pluies tombent, il ne se salit pas, Quand le soleil sarrête, il ne reste pas sans répondre. Il est dune grande correction sans faux pas Et nexprime par son sourire que la franchise, Choisit les appréciations et ne ment pas.
 
5
Il aime la vie paisible, les jours ensoleillés, Il est comme un blanc recouvert de coton blanc.  Je noublierai ton nom, Il est de bonté rare, Il nest pas un mur de marbre froid, Il est chair, il mest cher.  Je noublierai jamais ton nom, Je ne peux le toucher Mais il résonne dans mes oreilles, me chatouille.  Je fais de lui mon refrain, Il se chantonne à chaque heure, se donne à ma vie. Je me réjouis de le conter, Parce quil me grandit chaque jour.  Je noublierai jamais ton nom, Il est lumière qui scintille parmi mes ennuis Mais ceux-ci ne se suivent pas. Il éclaire et guide mes pas. Il ne séteint pas au regard des difficultés.  Sur mon chemin de travail, Sur les arbres, les montagnes, Sur mon cheval, Je noublierai jamais ton nom.  Dans ma solitude, Dans ma douleur, Dans ma joie, Je tappellerai par ton nom.  Rien nest plus exaltant que le nom que tu portes, Rien nest plus beau que le nom que tu portes. Rien nest plus doux que le nom que portes. Je chante et proclame ton nom si doux.  
Introduction  Presentation du peuple Ngambaye
Le peuple ngambaye forme avec les Baguirmiens, les Boulalas, les dabas, les Gors, les Gouleys, les Kabas, les Lakas, les Mbays, les Mouroums, les Ngams, les Sara-Kabas, les Sara-Kengas, et les Sara-Majingays une grande famille dont les coutumes et le langage se rattachent à une source commune. Leurs traditions daprès Monseigneur Dalmais, ainsi que des rapprochements linguistiques avec une langue du Bahr- el- ghazel, le don , font penser que les Ngambayes sont dorigine nilotique 1 . Les Ngambayes couvrent la totalité de la zone préfectorale du Logone occidentale et de zones sous-préfectorales de Bébidja dans le Logone oriental et de Gagal, dans le Mayo-Kebbi. Au sein de cette entité ngambaye, on retrouve trois sous-groupes qui se déterminent en fonction de leur mode de vie : -les Ngambayes " beur "occupant le sud-est de la préfecture de Moundou, -les Ngambayes " dogo "habitant au nord-ouest de Moundou, qui sont les grands chasseurs et dont les coutumes sont un peu différentes des autres, -les Ngambayes du centre. Cette famille se subdivise en deux petits groupes bien distincts, à savoir les Mbaoje ou pêcheurs et les Mangje  dont leur activité principale est la culture et accessoirement la pêche et la chasse. Sur le plan politique les Ngambayes forment une société traditionnellement sans Etat centralisé, mais liée par la langue, la culture et la céréaliculture. Lorganisation politique est dominée par la personne de Njedonang  (chef de terre). Celui-ci tient ses pouvoirs de lancêtre fondateur par droit de succession. Il cumule à la fois les fonctions religieuses et politiques.
                                                 1  H. Ndoyom, Les mbai-ma comme incarnation de la sagesse dans lunivers ngambay : mythe ou réalité ? Thèse de doctorat, Institut catholique de Paris, 1986, p. II.
 
7
Cest lui qui en temps opportun médiatise le rapport entre le commun des hommes et lesprit du terroir pour la prospérité collective, la santé et la paix. Il faudra attendre les années 1920 pour que ce vaste ensemble humain reçoive un nom collectif : le mot Ngambaye est dorigine coloniale et la réalisation sociologique et politique que constitue de nos jours lethnie Ngambaye a moins de quatre-vingt-dix ans. Auparavant, et même encore de nos jours, on parlait des "gens de Krim- Krim", des "gens de Mbalkabra", des "gens de Bénoye" comme on dit actuellement les pen pour les habitants de Bébo-Pen ou les "Bédjond" pour les habitants de Bédjondo 2   . Le nom Ngambaye est une association des mots " nga bba, ta ddi bba i ndigi kam pa bei" (que veux- tu donc). Cest cette phrase qui a donné le sobriquet NGA- MBAYE à ces populations animistes du Tchad. Sans doute un paysan excédé par linterrogation dun colon français et surtout nayant plus rien à dire a prononcé ces mots que nous venons de citer. La colonisation a donné au mot Ngambaye une signification beaucoup plus large, car le critère retenu nest pas seulement géographique, mais aussi et surtout anthropologique et linguistique. Cest donc ce peuple qui nous a donné les noms de personnes ci-après que nous voulons étudier dans les pages qui suivent. Au cours des lignes qui vont suivre, nous allons dabord tenter de présenter les modalités dattribution des noms chez les Ngambayes. Nous essayerons ensuite de les définir et den déterminer la signification comme lexpression dune culture différente. À côté de chaque nom est donnée la signification exacte ou approximative. Nous tentons par cette étude de montrer que les noms ngambayes ne révèlent pas seulement de lenvironnement naturel immédiat et les activités sociales de ce peuple, mais traduisent aussi leurs coutumes traditionnelles et leurs croyances. Pour mener à bien ce travail, nous adoptons la méthodologie ethnolinguistique qui sappuie sur trois opérations de base : la
                                                 2  . J- P Magnant, La terre sara, terre tchadienne, Paris, éd. lHarmattan, 1986, p.126.
 
8
première est la définition littérale des noms collectés. Ce travail initial donne une définition des noms en vue den constituer un lexique. La deuxième opération est le regroupement thématique des noms en catégories qui sous-tendent les différentes origines. Enfin, la troisième détermine le sens socioculturel des catégories.