Parlons Gaélique

Parlons Gaélique

-

Français
352 pages

Description

Le gaélique fut pendant de nombreuses années la langue majoritaire en Écosse, au moins dans les Hautes-Terres. La colonisation progressive de l'Écosse par les Anglais provoqua son déclin. Le parlement écossais s'est engagé depuis 2005 dans diverses actions en faveur du gaélique (scolarité, médias, publications diverses etc.).
Une part importante du livre est également consacrée au gaélique de l'île de Man, langue peu prestigieuse du groupe celtique mais dont l'histoire est passionnante à bien des égards. Dans ce livre sont exposés le fonctionnement de la phonologie ainsi que les règles orthographiques et grammaticales fondamentales. On y trouvera un exposé sur la littérature gaélique, des textes traduits, ainsi que quelques outils d'apprentissage et d'utilisation pratique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 mars 2019
Nombre de lectures 1
EAN13 9782140115684
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Patrick Le Besco
PARLONS GAÉLIQUE Écosse – Île de Man
PARLONS GAÉLIQUE
Écosse – Île de Man
3DUORQV« Collectiondirigée par Michel Malherbe Dernières parutions Parlons ladakhi,%UXQR 32,=$7 Parlons béémbé,-HDQ$OH[LV 0)28728 Parlons qashqay,6RKUDE '2/$7.+$+ Parlons javanais,9LYLDQH 68.$1'$7(66,(5 eULF 68.$1'$ $QWRQLXV 6835,-$172 7$1* .LQJ 7KD\  e Parlons islandais, 2 édition,6ROYHLJ %-$51$621  Parlons soureth,%UXQR 32,=$7 Parlons guilaki,$OL 6+$%$1 Parlons uchinaaguchi,2]LDV '(2'$72 $/9(6 -U  Parlons tchèque,'DJPDU +2%=29È0212'HW$QWRLQH 0$5Ê6 Parlons cham du Vietnam,$JQqV '( )e2 Parlons mawitanongo. LeWDNLWDNLrevisité,-RsO 52< 0$0$ %2%,  Parlons kazakh =XUD 0$=+,7 Parlons malais de Sri Lanka,*pUDUG 52%8&+21  Parlons agoul,6KDEDQ 0$=$1$(9 Parlons tadjik,0LFKHO 0$/+(5%( Parlons tamoul,eOLVDEHWK 6(7+83$7+< . Parlons abkhaze,0LFKHO 0$/+(5%( Parlons maya classique,-HDQ0LFKHO +233$1  Parlons xokleng / laklãnõ 2]LDV $/9(6 -U  Parlons dzongkha *HRUJHV 9$1 '5,(0 )UDQoRLVH 3200$5(7 .DUPD 76+(5,1* GH *DVHO{  Parlons pandjabi,0XKDPPDG $0-$'  Parlons ouïgour,3DOL]KDWL 6 <,/7,= Parlons dhivehi,*pUDUG 52%8&+21 Parlons gujrâti,$]DG 021$1< Parlons (hmong),-DFTXHV /(02,1(  Parlons talian,2]LDV '(2'$72 $/9(6 -U  Parlons hunsrüchisch,2]LDV '(2'$72 $/9(6 -U  Parlons kabiyè,'DYLG 52%(576 Parlons baloutche,0LFKHO 0$/+(5%( 1$6((%8//$+ Parlons douala 9DOpULH (:$1(  Parlons routoul,6YHWODQD 0$.+08'29$ 
Patrick Le Besco
PARLONS GAÉLIQUE
Écosse – Îlede Man
'X PrPH DXWHXU Yann-Vari ar Joubiouz, oberennoù-klok (PJOHR %UHL] %UHVW  Parlons breton /¶+DUPDWWDQ 3DULV  Le breton de Belle-Île-en-Mer FRUSXV (PJOHR %UHL] %UHVW  Joseph Loth, « Le breton de l’Île-aux-Moines » (PJOHR %UHL] %UHVW  Dornleor manaveg (PJOHR %UHL] %UHVW  Trajedi Santez Julitte (PJOHR %UHL] %UHVW  Parlons gaélique /¶+DUPDWWDQ 3DULV  Ma buhez en Enez Vanao (GZDUG )DUDJKHU (PJOHR %UHL] %UHVW  Variations bretonnes sur la parabole de l’enfant prodigue 7,5 8QLYHUVLWp GH 5HQQHV 5HQQHV 
‹ /¶+DUPDWWDQ   UXH GH O¶(FROH3RO\WHFKQLTXH  3DULV KWWSZZZHGLWLRQVKDUPDWWDQIU ,6%1   ($1  
1 Les langues gaéliques Les langues celtiques sont au nombre de six et elles se répartissent en deux branches : la branche brittonique, avec le breton, le cornique et le gallois et la branche gaélique, avec le gaélique d’Irlande, ou irlandais, le gaélique d’Écosse et celui de l’île de Man. On entend de temps à autre l’affirmation que l’intercompréhension existe entre les langues celtiques, que les pêcheurs de ces différents pays communiquent dans leur idiome respectif. Ceci relève, bien sûr, de la fable : on ne voit pas bien, pour commencer, où sont ces zones de pêches communes aux pêcheurs de l’ouest de l’Irlande, à ceux du nord-ouest de l’Écosse et à ceux du Pays de Galles. L’intercompréhension n’existe déjà 2 pas entre les langues celtiques du groupe brittonique , elle est donc encore plus surréaliste entre une langue brittonique et une langue gaélique. La proximité, en revanche, des langues gaéliques, mérite d’être examinée, non pas à la lumière de listes de mots qu’il est facile de réaliser en se fondant, soit sur des similitudes ou, au contraire, sur des disparités : selon la liste que l’on fait on peut aisément démontrer une chose et son contraire. Il est souhaitable, en revanche de l’observer en comparant des textes. Pour ce faire, nous pouvons comparer trois traductions de laParabole de l’enfant prodigue dans chacune des trois langues gaéliques. La réputation de ce texte de l’Évangile n’est plus à faire et, depuis 1807, il sert régulièrement à comparer, évaluer, apprécier les différences entre des langues, dialectes et parlers locaux divers. Nous allons examiner, puis comparer, les versions suivantes extraites des ouvrages suivants et ce dans l’ordre suivant : gaélique d’Écosse, gaélique d’Irlande, gaélique de l’Île de Man :
1 Je remercie M. Gwendal Mevel et Mme. Henriette Labesse d'avoir relu mon texte.2 Voir les développements dansParlons Gallois, à paraître chez L’Harmattan.
7
1Leabhraichean an t-Seann Tiomnaidh agus an Tiomnaidh Nuaidh, Glaschu 1939. 2Slánaitheora Íosa ChríostTiomna Nua ár dTiarna agus á , an Canónach Oirmh. Cosslett Ó Cuinn, B.D. a d’aistrigh ón Revised Standard Version agus ón nGréigis, Baile Átha Cliath, 1970, pp.183-185. 3Bible Chasherick yn Lught Thie, Doolish 1819. 1, 11Bha aig duine àraidh dithis mhac : 2, 11 Bhí fear ann aon uair amháin a raibh beirt mhac aige ; 3, 11 Va daa vac ec dooinney dy row : 1, 12 Agus thubhairt am mac a b’òige dhiubh r’a athair, Athair, thoir dhomh-sa a’ chuid-roinn a thig orm de d’mhaoin. Agus roinn e eatorra a bheathachadh. 2, 12 agus dúirt an mac ab óige acu leis an athair, ‘A athair, tabhair dom a bhfuil a teacht chugam‘. Agus roinn sé a chuid den saol idir an bheirt. 3, 12 As dooyrt y fer saa rish e ayr, Ayr, cur dooys yn ayrn dy chooid ta my chour. As rheynn eh e chooid orroo. 11, 13 Agus an déigh beagain làithean chruinnich am mac a b’òige a chuid uile, agus ghabh e a thurus do dhùthaich fad’ air astar, agus an sin chaith e a mhaoin le beatha struidheasaich. 2, 13 Ní dheachaigh mórán laethanta thart gur chruinnigh an mac ab óige a raibh aige, agus gur imigh sé leis ar aistear chuig tír a bhí i bhfad ar shiúl, agus gur scaip sé a mhaoin ar drabhlás. 3, 13 As laghyn ny lurg shen, hymsee yn mac saa ooilley cooidjagh as ghow eh jurnah gys cheer foddey, as ayns shen hug eh jummal er e chooid liorish baghey rouanagh. 1, 14 Agus an uair a chaith e a chuide uile, dh’éirigh gorta ro mhór ‘s an tìr sin ; agus thòisich e ri bhi ann an uireasbhuidh. 2, 14 Agus nuair a bhí an chianóg dheireanach caite aige, d’éirigh gorta mór sa tír úd, agus thosaigh an ainnis ar theannadh airsean. 3, 14 As tra va ooilley baarit echey, dirree genney vooar ayns y cheer chen ; as ren eh toshiaght dy ve ayns feme.
8
2, 15 Agus chaidh e agus cheangail se e féin ri aon do shaor-dhaoinibh na dùthcha sin ; agus chuir e d’a fhearann e, a 1 bhiathadh mhuc.2, 15 Agus chuaigh sé ar fostú ag saoranánach de chuid na tíre úd, agus chuir seisean amach faoin na páirceanna é a thabhairt aire do mhuca. 3, 15 As hie eh as daill eh eh-hene rish cummaltagh jeh’n cheer shen ; as hug eshyn eh magh gys ny magheryn echey dy ve son bochilley muickey. 2 2, 16 Agus bu mhiann leis a bhrù a lìonadh de na plaosgaibh a bha na mucan ag itheadh ; oir cha d’thug neach air bith dha. 2, 16 Agus bhí fonn air bheith beo ar na faighneoga a bhí mar bhia ag na muca ; agus gan déirc le fáil aige ó aon daoine. 2, 16 As by-vian lesh e volg y lhieeney lesh ny bleaystyn va ny muckyn dy ee : as cha row dooinney erbee hug cooney da. 3 2, 17 Agus an uair a thàinig e chuige féin, thubhairt e, Cia lìon do 4 luchd-tuarasdail m’atharsa aig am bheil aran go leoir agus r’a sheachnadh, ‘nuair a tha mise a’ bàsachadh le gorta ? 2, 17 Acht nuair a tháinig sé chuige féin dúirt sé leis féin, ‘Nach iomaí sin duine atá ar fostú ag m’athairse agus a sá aráin agus fuilleach acu, agus a rá is go bhfuil mise anseo ag fáil bháis leis an ocras ! 2, 17 As tra v’eh er jeet huggey hene, dooyrt eh, Nagh nhimmey sharvaant failt t’ec my ayr ta nyn saie arran oc, as fooilliagh, as ta mish goll mow laccal beaghey ! 2, 18 Eiridh mi, agus théid mi dh’ionnsuidh m’athar, agus their mi ris, Athair, pheacaich mi ‘n aghaidh fhlaitheanais agus a’d’làthairsa. 2, 18 Bím ag éirí agus ag dul chuig m’athair, agus déarfaidh mé leis, ‘A athair, is dubh air m’anam é, agus mé i mo pheacach os comhair neimhe agus os do chomhairse ; 2, 18 Trog-ym orrym, as hem roym gys my ayr, as jir-ym rish, Ayr, ta mee er n’yannoo peccah noi niau, as kiongoyrt rhyt’s.
1 bhuachailleachd. 2 cochallaibh. 3 thuige. 4 leòr.
9