//img.uscri.be/pth/a940f29a78a6656f5c53122d322a843630b94d6f
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Parlons Kabiyè

De
364 pages

Le kabiyè est parlé par plus d'un million de personnes dans les monts des environs de la ville de Kara, dans le nord du Togo. Cet ouvrage fait partager la langue kabiyè et la culture qu'elle véhicule.

Publié par :
Ajouté le : 01 mai 2013
Lecture(s) : 750
EAN13 : 9782296535978
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

D D R R
Le kabiyè est parlé, estime-t-on, par plus d’un million de
personnes dans les monts des environs de la ville de Kara, Pa R kdans le nord du Togo, ainsi que dans une importante diaspora
étendue dans le centre et le sud du pays, et ailleurs dans le
monde.
Cet ouvrage a pour vocation de partager avec des lecteurs
de langue française la langue kabiyè et la culture qu’elle
véhicule. Il est destiné à tous ceux qui veulent apprendre
cette langue. Il peut aussi offrir des points de repère aux
locuteurs natifs désirant apprendre la forme écrite de leur
langue maternelle. Il intéressera également les linguistes
désirant mieux connaître la structure de la langue, ainsi que
les ethnologues cherchant un aperçu de sa culture.
David Roberts est d’origine cornouaillaise.
Musicologue de formation, il a repris un cursus
universitaire en linguistique africaine, qu’il
a mis en pratique et enrichi durant de très
nombreux séjours au Togo, entre 1995 et 2012, en
collaboration avec le Comité de Langue Nationale
Kabiyè (CLNK) et la SIL. Son doctorat, soutenu
en 2008 à l’INALCO, porte sur la représentation
du ton dans l’orthographe du kabiyè. À ceci, il a
ajouté une année postdoctorale au LLACAN (Langage, langues et cultures
d’Afrique noire, UMR 8135 du CNRS), fnancée par la Ville de Paris. Ses
recherches concernent quatre domaines principaux : la linguistique de
l’écrit, la phonologie autosegmentale, la psychologie de la lecture et la
sociolinguistique. Il travaille actuellement au LLACAN dans le cadre du
projet ANR RefLex (lexiques de référence pour les langues africaines).
Son site web professionnel est : www.nyiniyu.com.
Photographie de couverture de Keith Snider.
ISBN : 978-2-343-00026-8
36 €
oltsyboogesioagnoitbèto
PaRlons kabiyè
DaviD RobeRts
av







Parlons kabiyè

Parlons…
Collection dirigée par Michel Malherbe

Dernières parutions

Parlons baloutche, Michel MALHERBE, NASEEBULLAH, 2013.
Parlons douala, Valérie EWANE, 2012.
Parlons routoul, Svetlana MAKHMUDOVA, 2012.
Parlons coréen, Michel MALHERBE et Olivier TELLIER, 2012.
Parlons lak, Kamil TCHALAEV, 2012.
Parlons shor, Saodat DANIYAROVA, 2012.
Parlons bouriate. Russie-Baïkal, Galina DRUON, 2012.
Parlons shina, Karim KHAN SAKA, 2012.
Parlons batak, Yetty ARITONANG, 2011.
Parlons kimbundu, Jean de Dieu N’SONDE, 2011.
Parlons taiwanais, Rémy GILS, 2011.
Parlons iaaï, Daniel MIROUX, 2011.
Parlons xhosa, Zamantuli SCARAFFIOTTI, 2011.
Parlons géorgien, Irina ASSATIANI et Michel MALHERBE,
2011.
Parlons tedim, Joseph RUELLEN, 2011.
Parlons serbe, K. DJORDJEVIC, 2011.
Parlons talysh, Irada Piriyeva, 2010.
Parlons gagaouze, Güllü Karanfil, 2010.
Parlons dogon, Denis Amadingue DOUYON, 2010.
Parlons nheengatu, Ozias AlvesJr., 2010.
Parlons tpuri, Kolyang Dina TAIWE, 2010.
Parlons sakha, Émilie MAJ et Marine LE BERRE-SEMENOV,
2010.
Parlons arabe libanais, Fida BIZRI, 2010.
Parlons fang. Culture et langue des Fang du Gabon et d'ailleurs,
Cyriaque Simon-Pierre AKOMO-ZOGHE, 2010.
Parlons amis, Rémy GILS, 2010.
Parlons wakhi. Culture et langue du peuple wakhi – Pakistan,
Afghanistan, Tadjikistan et Chine, Karim KHAN SAKA, 2010.
Parlons twi. Langue et culture, Kofi ADU MANYAH, 2009.
David Roberts




Parlons kabiyè

Togo



























Du même auteur, à paraître

La conjugaison des verbes en kabiyè (Togo) : tableaux types, règles
d'emploi et index kabiyè-français et français-kabiyè des verbes, Paris,
L’Harmattan

























© L’Harmattan, 2013
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-00026-8
EAN : 9782343000268

DEDICACE

Ɖɔ́-cɔzɔ Pɩtaasa Kamazɩna-katɩ Bernard
« Pɩláʋ tɔkɩ ; hɩ́ɖɛ ɛɛsɔɔʋ. »


À notre grand-père PIDASSA Kamazinikati Bernard
« La tombe dévore ; le nom ne s’oublie pas. »

7
́́́́́́

REMERCIEMENTS
Ce travail est basé sur des recherches faites au Togo entre
1996 et 2012 dans le cadre de mon travail avec la SIL
Togo-Bénin, et plus récemment au sein du laboratoire
LLACAN (Langage, Langues et Cultures d’Afrique Noire,
UMR 8135 du CNRS).
Je suis redevable aux membres du Comité de Langue
Nationale Kabiyè, notamment ALAYI Tchaou (Président),
ALOU Kpatcha, BATCHATI Baoubadi, SIMTARO Dadja,
BOLOBEI Robert, ARITIBA Adji, KASSAN Balaïbaou,
PERE Essosimna, AZOTI Sanghaï, EDJADEFEI Dadja et
MOUZOU Lucie. L'intérêt que ces personnes ont porté à
mes recherches m'a été précieux.
Je tiens à remercier Nicolas AUBRY, Mélanie BOURLET,
Joseph KOABIKE, Paulette ROULON-DOKO, Marie-
Claude SIMEONE-SENELLE et Henry TOURNEUX pour
le temps qu’ils ont consacré à lire et à commenter les
ébauches de ce manuscrit. Je remercie également les
nombreux collègues qui ont relu des sections du
manuscrit d’un point de vue de locuteur natif du français,
plus précisément : Danielle BONARDELLE, Sandra
BORNAND, Christian CHANARD, Anne-France DEBAS,
Uyen-to DOAN-RABIER, Benoît LEGOUY, Alexis
MICHAUD, Cédric PATIN et Loïc PERRIN. Ma dette est
grande envers Christian CHANARD, David ROWE et
Jeanne ZERNER qui m’ont apporté une aide précieuse du
côté de l’informatisation des données et de la mise en
page.
Je réserve mes derniers remerciements à mes
informateurs. Je cite en premier lieu mon assistant de
recherche, PIDASSA Emmanuel, qui a corrigé le
manuscrit entier du point de vue d'un locuteur natif du

9
kabiyè, et en même temps a fait de nombreuses
remarques perspicaces en vue de son amélioration. À
celui-ci, il faut associer les autres informateurs qui nous
ont rejoints périodiquement, à savoir ALAOUI
Mahébena, AWADI Falabiya, BAKOUPETE Noël, KILOU
Hodabalo, KOLA Tchamdja, KPEZOU Moïse, PIDASSA
Jonas, PIDASSA Essodina et TCHINGUILOU Hénok. Si
cette recherche a vu le jour, c’est en grande partie grâce à
eux.


UNE NOTE SUR L’ORTHOGRAPHE
Tous les exemples dans cet ouvrage s’écrivent en
orthographe standard telle qu’elle est arrêtée par le
Comité de Langue Nationale Kabiyè dans le dictionnaire
kabiyè-français (Marmor éd. 1999). Si je fais de ce principe
une seule exception, c’est que l’ajout des accents pour
marquer les tons me paraît indispensable dans un
ouvrage de vulgarisation destiné à ceux qui veulent
apprendre la langue. Cependant, je tiens à souligner que
mon objectif ici n'est pas de promouvoir une orthographe
autre que le standard. Bien au contraire : j’encourage tous
ceux qui œuvrent pour le développement de la langue
kabiyè à continuer d’utiliser l'orthographe standard
jusqu'au jour où le comité lui-même décidera de la
rectifier.


10
TABLE DES MATIERES
CHAPITRE1:Lalanguekabiyè...................................23
1.1. Présentation...............................................................23
1.2. Situationgéographique...........................................24
1.3. Situationgénétique..................27
1.4. Parcourshistorique.................................................29
1.5. Profildansl’éducationnationale.........................32
1.6. Profildanslesmédiaclassiques..........................33
1.7. Profilsurinternet.....................................................35
CHAPITRE2:Descriptiondelalangue39
2.1. Phonologieetorthographe....................................39
2.1.1. Consonnes......................................39
2.1.2. Voyelles...........................................40
2.1.3. Tons..................................................42
2.1.4. Utilitédutraitd’union..............................................47
2.1.5. Variantesdialectales.................48
2.1.6. Systèmephonotactique............................................49
2.2. Harmonievocalique.................................................50
2.2.1. Harmonie[+/-ATR]..................50
11
2.2.2. Harmonie[+/-arrière].............................................52
2.3. Classesnominales.....................................................53
2.4. Pronoms.......................................................................56
2.4.1. Pronomssujets............................................................56
2.4.2. Pronomscomplémentsd’objet.............................58
2.4.3. Pronomsabsolus.........................................................60
2.4.4. Pronomsrelatifs..........................61
2.4.5. Pronomsfocalisateurs..............................................61
2.4.6. Pronomspossessifsdéterminants......................63
2.4.7. Pronomspossessifsdéterminés...........................65
2.5. Démonstratifs.............................................................66
2.5.1. Démonstratifsdeproximité...................................66
2.5.2. Démonstratifsdedistance......67
2.5.3. Démonstratifsréférentiels......................................68
2.6. Déterminantsinterrogatifs...69
2.6.1. Interrogatifsdespécification.................................69
2.6.2. Interrogatifsdecaractérisation............................69
2.7. Conjugaisonverbale.................................................70
2.7.1. Flexiontonale...............................70
12
2.7.2. Consonnefinaleduradical.....................................71
2.7.3. Longueurduradical...................................................73
2.8. Syntagmeverbalaffirmatifsimple......................73
2.8.1. Impératif.........................................................................74
2.8.2. Aoriste.............75
2.8.3. Inaccompliprésent....................................................76
2.8.4. Inaccomplipassé.........................78
2.8.5. Accomplinonlié..........................................................79
2.8.6. Accomplilié...................................80
2.8.7. Comparatifinaccompli.............80
2.8.8. Comparatifaccompli.................................................81
2.8.9. Infinitif.............................................82
2.9. Syntagmeverbalaffirmatifexpansif..................83
2.9.1. Adversatif.......................................................................84
2.9.2. Habituel...........85
2.9.3. Expectatif........................................................................86
2.9.4. Immédiat........86
2.9.5. Lointain...........................................................................87
2.9.6. Futur.................90
13
2.9.7. Irréeldupassé..............................................................90
2.10. Syntagmeverbalnégatif.......................................91
2.10.1. Impératifnégatif(prohibitif)..............................91
2.10.2. Inaccompliprésentnégatif..................................92
2.10.3. Inaccomplipassénégatif.......94
2.10.4. Accomplinégatif.......................................................94
2.10.5. Lointainnégatif.........................95
2.10.6. Habituelnégatif................................96
2.10.7. Négatifcatégorique.................97
2.10.8. Négatifprovisoire....................................................98
2.11. Propositioninterrogative....................................99
2.11.1. Pronomsinterrogatifs............99
2.11.2. Déterminantsinterrogatifs...............................100
2.11.3. Adverbesinterrogatifs........................................101
2.11.4. Particuleinterrogativena.102
2.11.5. Locutioninterrogativeyaa we.......................103
2.12. Propositionsubordonnée.................................103
2.12.1. Propositionsubordonnéerelative.................103
2.12.2. Propositionsubordonnéeconditionnelle...104
14
́́́
2.12.3. Propositionsubordonnéetemporelle..........105
2.12.4. Propositionsubordonnéelocative................106
2.13. Syntagmenominalassociatif...........................107
2.14. Syntagmeindéfinipaa.......................................108
2.15. Conjonctions..........................................................110
2.15.1. Conjonctiondecoordination............................110
2.15.2. Conjonctiond’opposition..................................112
2.15.3. Conjonctiond’alternance...112
2.15.4. Conjonctiondeconséquence............................113
2.15.5. Conjonctiondecause...........................................114
2.16. Adjectifs..................................115
2.16.1. Adjectifsdéterminatifs.......................................115
2.16.2. Adjectifsqualificatifs...........117
2.17. Dérivations............................................................122
2.17.1. Dérivationsverbales............................................122
2.17.2. Dérivationsnominales........125
2.18. Adverbes.................................................................127
2.19. Idéophones............................127
2.20. Locatifs....................................................................128
15
́
2.21. Onomatopées........................................................129
2.22. Systèmedenumération.....................................129
2.22.1. Comptagedesêtresetdesobjets...................129
2.22.2. Comptagedel’argent...........................................131
CHAPITRE3:Conversationcourante....................133
3.1. Salutationsàl’arrivée...........................................133
3.2. Présentations..........................................................135
3.3. Questions«sésame»............................................137
3.4. Fairerépéteroureformuler...............................139
3.5. Accueil........................................................................140
3.6. Taquineries..............................140
3.7. Àtable........................................................................142
3.8. Aumarché.145
3.9. Àl’hôpital.................................................................147
3.10. Autéléphone.........................148
3.11. Indicationsdelieu...............................................150
3.12. Habillement...........................151
3.13. Climat.......................................................................152
3.14. Rendez-vous..........................................................153
16
3.15. Bénédictions.........................................................154
3.16. Conseils...................................156
3.17. Émotions.................................157
3.18. Comparaisons.......................159
3.19. Excuses....................................................................161
3.20. Avertissements.....................................................161
3.21. Reproches..............................162
3.22. Condoléances........................................................163
3.23. Salutationsaudépart.........................................164
CHAPITRE4:Élémentsdeculturekabiyè............167
4.1. Valeursetqualités.................................................167
4.1.1. Respectetobéissance............167
4.1.2. Maîtrisedesoi...........................................................170
4.1.3. Patience........................................................................171
4.1.4. Générosité...172
4.1.5. Reconnaissance........................................................173
4.1.6. Clémence.....................................................................173
4.2. Rôlesauseindelacommunauté.......................174
4.2.1. Prêtre............................................................................174
17
4.2.2. Chef................................................................................176
4.2.3. Devin.............177
4.2.4. Onclematernel..........................................................179
4.3. Spiritualité...............................................................181
4.3.1. Ancêtres.......................................181
4.3.2. Fétiches........................................182
4.3.3. Esprits...........................................183
4.3.4. Sacrifices......................................184
4.3.5. Clairvoyance...............................186
4.3.6. Sorcellerie...................................................................187
4.3.7. Divination,jugement,ordalie.............................189
4.3.8. Guérisontraditionnelle.........................................190
4.4. Cycledevie...............................................................193
4.4.1. Naissance.....................................193
4.4.2. Attributiondunom.................................................196
4.4.3. Scarifications.............................................................198
re4.4.4. Ritedepassagemasculin,1 étape
(ɛvatʋ)..........................................................................199
18
́
e4.4.5. Ritedepassagemasculin,2 étape
(kɔndɔtʋ)...................................................................203
4.4.6. Rite de passage féminin (akpendu)..................206
4.4.7. Dotetmariage...........................................................208
4.4.8. Mortetenterrement...............................................214
4.4.9. Funérailles..................................................................218
4.4.10. Réincarnation.........................221
4.5. Dansesetfêtes........................................................221
4.5.1. Dansedugendre(ɛtɩyɛ).......................................221
4.5.2. Fêtedesprémices (kɩyɛɛna).............................222
4.5.3. Fêtederéjouissance(kamʋʋ́)...........................223
4.5.4. Dansedessorciers(habɩyɛ)..............................223
4.6. Traditionetdiaspora............................................225
4.7. Viequotidienne......................226
4.7.1. Parenté.........................................................................226
4.7.2. Climat............229
4.7.3. Agriculture..................................................................230
4.7.4. Élevage.........237
4.7.5. Chasse...........................................................................238
19
́́́́́́́́́́́
4.7.6. Pêche.............................................................................242
4.7.7. Construction...............................................................243
4.7.8. Musique........................................246
4.7.9. Cuisine..........................................249
4.8. Calendrier.................................256
4.8.1. Joursdelasemaine.................256
4.8.2. Moisdel’année.........................................................256
4.8.3. Périodesdecinqans...............257
4.8.4. Fêtesnationales.........................................................258
CHAPITRE5:Échantillondetextes........................261
5.1. Conte:lescorpionetl’arc-en-ciel....................261
5.2. Articledepresse:visiteàlaprison.................268
5.3. Poème:lafamine...................................................275
5.4. Proverbes.................................................................280
5.5. Devinettes.287
CHAPITRE6:Lexiqueclasséparschèmes
tonals.................................................................293
6.1. Substantifs293
6.1.1. Schèmetonalducrapaud(fetiye – H)...........293
20
́́́
6.1.2. Schèmetonaldulièvre(kozoŋa–B)..............295
6.1.3. Schèmetonaldel’âne(kpáŋaɣ–HB).............295
6.1.4. Schèmetonaldel’épervier(kpeluu–BH)....298
6.1.5. Schèmetonalduvaran(kɩlakʋ–BHB)..........299
6.1.6. Schèmetonaldelasauterelle
(nakaʋ – HBH).........................................................301
6.2. Verbes........................................................................301
6.2.1. Schèmetonalducrapaud(fetiye–H)............302
6.2.1. Schèmetonaldulièvre(kozoŋa–B)..............303
6.2.2. Schèmetonaldel’âne(kpáŋaɣ – HB)............307
6.2.3. Verbesàextension–na.........................................307
CHAPITRE7:Bibliographiethématique..............309
7.1. Ouvrageslinguistiques.........................................309
7.2. Ouvragessurlaculture........319
7.3. Littératurekabiyè..................................................330
Abréviations...................................347
Index.............................................349

21
́́́́́́́
CHAPITRE 1 : LA LANGUE KABIYÈ
1.1. Présentation
Une silhouette, un geste, une parole… Sur la couverture
de ce livre on aperçoit l’image d’un jeune homme kabiyè
assis dans le vestibule, la case d’entrée de la maison.
Derrière lui, un petit aperçu attirant du paysage noble et
rocheux qui a fait que ce peuple montagnard fut nommé,
selon une étymologie populaire, « le peuple de la pierre »
(pɩyɛ pierre).
Le vestibule constitue le lieu d’accueil, propice pour les
rencontres entre voisins, les causeries, les taquineries, la
dégustation de la bière de mil... Et pour l’heureux
étranger qui a l’occasion de découvrir les beaux monts
kabiyè, encore méconnus des touristes, et de vivre parmi
ce peuple au fil des années, le vestibule représente un lieu
privilégié pour l’apprentissage de la langue.
Une silhouette, un geste, une parole… Cette image nous
invite à aller à la rencontre du peuple kabiyè, à la
découverte de ses coutumes, ses cérémonies, ses valeurs,
sa spiritualité et sa vision du monde. Ces différents
aspects sont véhiculés avant tout par sa langue :
vocabulaire, grammaire, syntaxe, phonologie et
sémantique. Elle est apprise très petit, innocemment, sur
les genoux de la mère, utilisée dès l’âge adulte pour
exprimer les pensées les plus intimes de son cœur, et
transmise avant son départ aux générations futures. Il
s’agit d’une langue en pleine évolution face aux forces
extérieures de la mondialisation. Néanmoins, elle reste le
dépositoire culturel d’un peuple, la condition sine qua non
pour que chaque kabiyè puisse articuler son identité.
23
́
Dans cette première partie, je présente un bref aperçu du
contexte sociolinguistique : la situation géographique du
kabiyè, sa place dans l’arbre génétique des langues
africaines et le parcours historique de sa forme écrite. On
tentera aussi une modeste esquisse de son profil dans
l’éducation nationale, dans les médias traditionnels et
dans le cyberespace.
1.2. Situation géographique
Le territoire kabiyè se situe autour de deux massifs au
nord de la ville de Kara dans les préfectures de la Kozah
et de la Binah dans le nord du Togo.
Cependant, les deux tiers de la population sont de nos
jours dispersés dans les Régions Centrale, Maritime et du
Plateau, principalement dans les préfectures de
Sotouboua, de Blitta, de Kloto, d'Ogou, d'Amlamé, de
Wawa et de Haho (figure 1). Il y a eu également une
émigration considérable vers le Ghana et, dans une
moindre mesure, vers le Bénin.
Selon le bureau des statistiques de Lomé, les locuteurs
kabiyè constituent plus de 23% de la population togolaise.
La base de données « Ethnologue », se basant sur des
statistiques de 1991, évalue la population à 489 200
résidents au Togo et 520 000 ressortissants à l’étranger. Si
l’on ajoute le taux de croissance annuelle, 3,2%, la
population actuelle dépasse aisément un million.
24
Figure 1 : Carte du Togo

Source : Lébikaza (1999) © Rüdiger Köppe Verlag, Cologne. Reproduite avec
permission.
25
Il y a 15 cantons kabiyè dans la préfecture de la Kozah (1-
15 et figure 2) :
Orthographe kabiye Orthographe française
1 Acáŋgbadɛ Atchangbade
2 Awɩnjɩlʋʋ Awandjelo
3 Caɖɛ Tchare
4 Camdɛ Djamde
5 Cɩcaʋ Tchitchao
6 Kimeɣa Koumea
7 Kpɛnzɩndɛɛ Kpenzinde
8 Laazɛ Lassa
9 Lamaa Lama
10 Landaa Landa
11 Piya Pya
12 Pɔɔʋ Bohou
13 Saɖakawaɣ Sarakawa
14 Somdinaa Soumdina
15 Yaɣdɛ Yade
À l’origine, les deux cantons de Landa et de Kouméa
constituaient un seul canton (Kɩjáŋ Kidjang). Les
populations de ces deux localités sont toujours
communément appelées par ce nom. Quant aux cantons
d’Atchangbadè, d’Awandjélo et de Kpenzindè, ce sont
des nouvelles créations. Avant, ils faisaient partie de
Lamaa.
Toutes les localités kabiyè sont appelées par une double
désignation : celui du canton, puis celui du village (p. ex.
Laazɛ-Cɩlataa, Piya-Hodo, Lamaa-Fɛɛ́ŋ). C’est pourquoi
on voit l’appellation « Lama-Kara » désignant le chef-lieu
du peuple kabiyè sur les vieilles cartes du Togo. Lama est
le canton ; Kara, le village.
26
́́́́́́́̀́́́́́́̀́́́́́́́́̀́̀̀́́́́́́́̀́́́́́́́́́
Figure 2 : Carte du terroir kabiyè

1.3. Situation génétique
Le kabiyè (autrement appelée kabyè, kabrè, cabrai,
cabrais…) fait partie des langues de la branche gurunsi
orientale de la famille gur (voltaïque), membre du grand
phylum Niger-Congo (figure 3).
27
Figure 3: Situation génétique du kabiyè
Niger-Congo

Mandé-Atlantique-Congo


Atlantique Volta-Congo Mandé Ijoid


Ouest Est


Kru Gur-Adamawa Kwa Benue-
Congo

Adamawa Gur Central autres


Nord Sud


Oti-volta Gurunsi autres


Septentrional Oriental Occidental


bago tchala lama kabiyè lukpa tem ntribu

28
1.4. Parcours historique
Dans ce qui suit, je retracerai le développement du kabiyè
écrit des débuts jusqu'au troisième millénaire, en ajoutant
quelques points de repère historiques qui sont pertinents
pour le peuple kabiyè.
1854 Le « kaure » est mentionné pour la première fois
dans un ouvrage linguistique, c’est le « Polyglotta
Africana » de Koëlle.
1902 Début de la déportation d’une première vague des
kabiyè par les pouvoirs coloniaux à Wahala et
Aouda.
1906 Début de la déportation d’une deuxième vague des
kabiyè à Djabotaorè (Sotouboua).
1914 Fin de l’époque allemande. Le Togo est alors divisé
entre les pouvoirs français et britannique.
1922 Début du déplacement des populations kabiyè
vers Atakpamé et Blitta pour servir de main
d'œuvre dans les travaux de construction de routes
et de chemin de fer.
1925-39 Installation des populations kabiyè pour peupler
des régions quasi vides de la région centrale du
Togo.
1932 Le R.P. Antoine Brungard, prêtre missionnaire de
la Société des Missions Africaines, publie un
premier syllabaire en kabiyè.
1940 Le pasteur Jacques Delord instaure son « Petit
diplôme kabiyè ».
1956 Début de la diffusion des informations en kabiyè à
Radio Lomé.
1957 Indépendance du Ghana ; la partie anglophone du
Togo choisit de se rattacher à ce pays.
1960 Indépendance du Togo.
29
1962-70 Gabriel Manessy incorpore le « kabrè » dans ses
diverses études comparatives des langues
voltaïques.
1963 Le premier coup d'état militaire sur le continent
africain est mené par un jeune lieutenant colonel
du nom de Gnassingbé Eyadéma Etienne, lui-
même kabiyè.
1967 Le Général Gnassingbé Eyadéma devient Chef
d’Etat.
1973 Début de la TVT (télévision togolaise) avec des
informations diffusées en kabiyè.
1975 Le kabiyè est retenu comme l’une des deux
langues (avec l’éwé) dites « nationales » du Togo.
1976 Delord publie sa grammaire « Le kabiyè ».
1977 Introduction du kabiyè dans l'enseignement
scolaire de quelques écoles pilotes ; début de la
diffusion des informations en kabiyè dans la presse
écrite ; naissance du « groupe d’étude de langue
nationale Kabiyè », précurseur du Comité de
Langue Nationale Kabiyè (CLNK).
1978 Le R.P. Adjola Raphaël publie son ouvrage
« Kabɩyɛ Maʋ », première tentative d’élaboration
d’un livret pédagogique destiné au grand public.
1981 Raymond Verdier publie son ouvrage
ethnographique : « Le pays kabiyè : cité des dieux,
cité des hommes. »
1981-5 Le CLNK travaille sur la standardisation de
l’orthographe.
1995 Naissance de l’ONG AFASA (Association des
femmes pour l’alphabétisation, la santé et les
Activités génératrices de revenus.
www.afasaafrica.com).
1996 Dr Kassan Balaïbaou, soutient sa thèse de doctorat
intitulée « Système verbal et énonciation en
kabiyè. »
30
1997 Publication d’une traduction intégrale de la Bible
en kabiyè.
1999 Publication de trois ouvrages clés :
- la thèse de Lébikaza Keziye (soutenue en
allemand en 1986) apparaît en français sous le
titre « Grammaire kabiyè : une analyse
systématique. »
- un dictionnaire bilingue kabiyè-français, par le
CLNK sous l’égide de Thomas Marmor.
- l’ethnologue Charles Piot publie son ouvrage
« Remotely Global – Village Modernity in
West Africa » ouvrant le monde kabiyè à un
auditoire anglophone.
2003 Fondation de l’Université de Kara dotée d’un
département de linguistique.

2005 Décès du chef d’État, le Général Gnassingbé
Eyadéma. Suite aux élections, son fils, Gnassingbé
Faure, devient Chef d’État.
… Et qu’en est-il pour aujourd’hui ? Le visiteur qui arrive
à Kara pour la première fois est frappé par l’aspect d’une
ville en pleine croissance. Mais en fait, il s’agit d’un
phénomène assez récent. Le Palais des Congrès, le siège
de la préfecture, l’université, la cathédrale, le nouveau
pont, sans parler des nombreuses écoles, centres
médicaux, églises et villas privées — tous ces édifices
datent d’une quarantaine d’années seulement. Il suffit de
remonter trois générations, et le voyageur de naguère
pourrait traverser le petit village de Kara sans même
l’apercevoir. À cette époque-là, le grand centre
commercial des kabiyè était plutôt le marché de Kétao.
La croissance de la ville de Kara n’est en effet qu’un signe
parmi plusieurs de l’ouverture d’un peuple qui a
31
longtemps résisté aux forces extérieures. Il y en a bien
d’autres : les téléphones cellulaires dans les mains des
maçons et menuisiers, les taxi-moto « zed », les chanteurs
du rap kabiyè à la télé, les défilés de mode au Palais des
Congrès, la multiplication des cybercafés, l’atterrissage de
l’hélicoptère présidentiel sur les terrains de lutte chaque
mois de juillet… Autant de signes extérieurs d’une
modernisation robuste de la culture kabiyè que leurs
aïeux n’auraient jamais pu imaginer.
1.5. Profil dans l’éducation nationale
Depuis l’audacieuse tentative de réforme de l’éducation
des années 1970, le kabiyè bénéficie, avec l’éwé, du statut
de « langue nationale » (c’est-à-dire une langue promue
dans l’éducation formelle). Quant au secteur non formel
(c’est-à-dire les programmes d’alphabétisation organisés
pour les non scolarises, ou pour ceux qui ont quitté les
bancs précocement), la même réforme a privilégié quatre
langues, à savoir le kabiyè, l’éwé, le tem et le moba.
Du côté de l’éducation formelle, l’apprentissage du
kabiyè dans la plupart des écoles de l’état se limite
uniquement aux régions où on la parle comme langue
maternelle, et ceci de façon très restreinte. En effet,
l’apprentissage ne commence que très tardivement : les
e e adolescents de 4 et de 3 peuvent le choisir comme
matière facultative au BEPC, enseignée une heure par
semaine, généralement par des bénévoles.
Du côté de l’éducation non formelle, on met un accent
particulier sur l’éducation des jeunes femmes dans les
milieux ruraux. Dans la région de la Kara, plusieurs
organismes y sont impliqués, mais on note en général une
32
plus forte motivation pour l’alphabétisation en kabiyè
dans la diaspora que dans le terroir kabiyè lui-même.
1.6. Profil dans les média classiques
Seules trois chaînes émettent des émissions en kabiyè
actuellement (tableau 1) :
Tableau 1 : Le kabiyè à la télévision
Chaînes Émissions Jours et heures
TVT (Télévision Informations en Tous les jours de
Togolaise) kabiyè 18h30 à 18h45.
Émission débat à Tous les jeudis de
propos des différents 17h à 18h.
domaines de la vie
quotidienne
RTDS (Radio Évangélisation / Tous les jours de 21h
Télévision Delta prédication à 22h.
Santé)
RTZ (Radio Débat MCR Tous les dimanches
Télévision Zion) (mouvement des de 17h à 18h.
citoyens pour la
réconciliation)
Dédicace (salut et Tous les dimanches
souhait) de 15h30 à 16h30.
Évangélisation / Pas de jour fixe.
prédication
Voici le bilan actuel des émissions régulières sur les
chaînes de radio (tableau 2) :
33
Tableau 2 : Le kabiyè à la radio
Radio Kara (station nationale, fréquence 9,15 FM) :
Radio service pour tous lundi 20h30
Pour mieux parler le kabiyè lundi 21h
Débat en kabiyè mardi 18h
Agriculture et environnement mardi 20h30
Contes en kabiyè mercredi 20h
École et nous mercredi 20h30
Carte postale samedi 15h
Encyclopédie culinaire samedi 18h
Un proverbe, un sens samedi 18h30
Santé pour tous dimanche 20h
Infos de lundi à 7h05,
samedi 14h05,
17h05
Infos dimanche 7h05,
14h05,
18h05

Radio Kozah (station privée, fréquence 105,5 FM) :
Carte postale dimanche 11h
Communiqués en kabiyè tous les jours 7h15,
12h40,
17h30

Radio Tabalaa (station privée, fréquence 97 FM) :
Anjaʋ́ kela (Les dents du lièvre : mercredi 14h
émission d’humeur) vendredi 19h
Kabɩyɛ tɔ́m leki (La langue kabiyè se mercredi 20h30
perd) dimanche 17h

Radio Maria (station catholique, fréquence 89,5 FM) :
Ɛsɔ yɔ́ɔdʋʋ nɛ ɛ-samáɣ (Dieu parle à mercredi et 18h
son peuple) jeudi
Kabɩyɛ kalʋ́ʋ (Lecture en kabiyè) dimanche 18h10
34
́́́́́́
Radio missionnaire (station protestante, fréquence 106,3 FM) :
Prédication en kabiyè jeudi 19h
Conseils pratiques samedi, 7h
dimanche
Débats sur la parole de Dieu et le lundi 18h
bien-être familial
Diffusion du Nouveau Testament lundi 15h

Radio El Safa (station musulmane, fréquence 94,3 FM) :
Prédication en kabiyè mardi 10h
Débat jeudi 15h30
Quant à la presse écrite, parmi une vingtaine de journaux,
seul le quotidien Togo-Presse comporte une demi page en
kabiyè.
On compte quelques 300 titres vernaculaires en kabiyè,
depuis les ouvrages précoces des années 1930, mais tous
ne sont plus disponibles aujourd’hui. Pour une liste des
publications les plus récentes, voir la bibliographie
thématique en annexe (chapitre 7, page 309).
1.7. Profil sur internet
L’avenir du kabiyè écrit dépendra en grande partie de sa
présence dans le cyberespace. Une recherche google sur
« kabiyè » et ses variantes orthographiques révèle non
moins de 152.000 pages web. La plupart sont écrites en
français ou en anglais et donnent des informations à
propos de la langue kabiyè. C’est déjà une potentialité de
développement considérable dont la langue a bénéficié.
Mais pour le moment, il y a très peu de sites écrits en
kabiyè. Voici le bilan des liens existants au moment de la
rédaction de ce livre (tableau 3) :
35