//img.uscri.be/pth/b61f4de21d023b28f32235bfdecb93e4ca70bffc
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Parlons Soso

De
212 pages
La langue soso est l'une des langues véhiculaires de la République de Guinée. Sa connaissance permet d'apporter un éclairage sur la compréhension de certains phénomènes linguistiques liés à l'évolution des langues du groupe mandé, au même titre que le maninka, le bambara, le mandingo, le dyalunka. Le dynamisme de cette langue a amené dès avant l'indépendance, le pouvoir colonial à l'utiliser pour pénétrer tous les peuples de la Guinée Maritime.
Voir plus Voir moins

PARLONSSOSO
Langue et Culture du Peuple de la Guinée Maritime

Parlons.. .
Collection dirigée par Michel Malherbe

Déjà parus
Parlons koumyk, Saodat DONIYOROV A, 2004 Parlons kirghiz, Rémy DOR, 2004. Parlons luxembourgeois, François SCHANEN, 2004. Parlons ossète, Lora ARYS-DJANAÏEV A, 2004. Parlons letton, Justyna et Daniel PETIT, 2004. Parlons cebuano, Marina POTTIER-QUlROLGICO, 2004. Parlons môn, Emmanuel GUILLON, 2003. Parlons chichewa,Pascal KISHINDO, Allan LIPENGA, 2003. Parlons lingala, Edouard ETSIO, 2003. Parlons singhalais, Jiinadasa LIY ANARA TAB, 2003. Parlons Purepecha, Claudine CHAMOREAU, 2003. Parlons Mandinka, Man Lafi DRAMÉ, 2003 Parlons Capverdien, Nicolas QUINT, 2003 Parlons navajo, Marie-Claude FEL TES-STRIGLER, 2002. Parlons sénoufo, Jacques RONGIER, 2002. Parlons russe (deuxième édition, revue, corrigée et augmentée), Michel CHICOUENE et Serguei SAKHNO, 2002. Parlons turc, Dominique HALBOUT et Gonen GÜZEY, 2002. Parlons schwytzertütsch, Dominique STICH, 2002. Parlons turkmène, Philippe-Schemerka BLACHER, 2002. Parlons avikam, Jacques RONGIERS, 2002. Parlons norvégien, Clémence GUILLOT et Sven STOREL V, 2002. Parlons karakalpak, Saodat DONIYOROV A, 2002. Parlons poular, Anne LEROY et Alpha Oumar Kona BALDE, 2002. Parlons arabe tunisien, M. QUITOUT, 2002. Parlons polonais, K. SIATKOWSKA-CALLEBAT, 2002. Parlons espéranto (deuxième édition, revue et corrigée), J. JOGUIN, 2002. Parlons bambara, I. MAIGA, 2001. Parlons arabe marocain, M.QUITOUT, 2001. Parlons bamoun, E. MATATEYOU, 2001. Parlons live, F. de SIVERS, 2001. Parlons yipunu, MABIK-ma-KOMBIL, 2001.

Aboubacar TOURÉ

PARLONSSOSO
Langue et Culture du Peuple de la Guinée Maritime

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti 15 10124 Torino ITALlE

(Q L'Harmattan,

2004

ISBN: 2-7475-6764-8 EAN : 9782747567640

A Mariam Camara Directrice Générale de SOGUIPAH pour sa très grande générosité

15 c;» Ouest o Nouakchott

---ÎO~ MAURITANIE
\. \

0 ci,;,'"i: --

I

- ---

,

< o
"'

:a

o

IOOkm

Situation de la Guinée en Afrique de l'Ouest. Carte tirée de La République de Guinée, de Jean SURET-CANALE.

...

,
M JI

SÉNÉGAL

~ 0' -t f"I'\
Q

SIERRA LEONE

o Saké @ Labé

@)CONAKRY

Capitale et lirnite d"ftat IOD~
I

< o :a IT!

FIG. 16. - Carte administrative

de la République de Guinée (1968).

Carte adminstrati ve de la République République

de Guinée. Carte tirée de La

de Guinée. de Jean SURET-CANALE.

\,

,

Coniagui
8adyaranké.
foulacounda.Peul

Carte des ethnies La République

de la République

de Guinée. Carte tirée de

de Guinée,

de Jean SURET-CANALE.

Superficie.#245. 857 Km2 Population: 8 mlï/ions Capitale: Conakry Monnaœ:Francguméen Proclamtion de l'indépendance: 2 Octobre 1958 Emblème national: Rouge,Jaune, Vert Devise: Travail-Justice-Solidarité premier Président de 1958 à 1984: Sékou Touré: Deuxième Président: depuis 1984: Général Lansana Conté Mort du Premier Président: 26 mars 1984 Prise du pouvoir par J'armée: 3 avril 1984 Langue officielle: français Langues nationales:soso, maninka, pu/ar, kisi, kpèlèwo, /ogomaghoï Langues véhiculaires: saso, maninka, pular Institutions: la Guinée est une République de type présidentiel et pluraliste. Les institutions républicaines sont: l'Assemblée Nationale, la Cour Suprême, le Conseil Economique et Social, le Conseil National de la Communication Régions administratives ou gouvernorats: Conakry, Kindia, Saké, Mamou, Labé, Faranah, Kankan, Nzérékoré Préfectures: 33 Relief: La Guinée comprend quatre régions naturelles: la Basse Guinée ou Guinée maritime: large plaine avec côte basse et marécageuse, découpée par de nombreux estuaires; - la Moyenne Guinée: elle comprend le FoutaDjalon, domaine de plateaux usés par J'érosion; -la Haute Guinée: pays de savane, il fait la transition avec la République du Mali; la Guinée Forestière: elle est située au sud-est de la Guinée. Elle constitue une région de montagnes.

-

-

Climat: La Basse Guinée: e climat est sub-guinéen avec une saison des pluies de six mois et une saison sèche plus courte de cinq mois. La Moyenne Guinée le climat est foutanien avec une saison de pluies de cinq mois. La Haute Guinée.' le climat est sud soudanien avec une saison des pluies qui se limite à trois mois. C'est la zone de l'harmattan qui souffle en fin de saison. La Guinée Forestière: le climat est de type tropical avec la disparition progressive de la saison sèche.. Fleuves: la Guinée est considérée comme le château d'eau de l'Afrique de l'Ouest. Les principaux cours d'eau sont: la Mélakoré, le Cogon, le Bating, le Bakoye, le Konkouré ( barrage) le Niger et ses affluents. Ressources minières: deuxième producteur mondial de bauxite, le sous-sol guinéen regorge de diamants, d'or, de manganèse, de kimberlite et autres métaux précieux. Les sites miniers sont: Fria, Saké, Kindia, en attendant l'exploitation d'autres sites comme celui de Beyla.

1- Introduction
La langue soso est l'une des trois langues véhiculaires de la République de Guinée. Elle bénéficie de l'attention du pouvoir central qui en fait successivement depuis 1963, une langue nationale, une langue enseignée et une langue d'enseignement jusqu'en 1984. L'adoption du terme soso contrairement à l'usage courant de susu ou soussou vient du fait qu'il est la forme de base, isolable à partir des termes suivants:

sosàb5xi
~

SOSOXW1

soswe

..

~

sàsàdi

pays sasa la langue sasa le soso membre de l'ethnie soso

Le peuple
Les historiens acceptent de la tradition orale que les Soso se répartissent en deux groupes: le premier groupe est constitué de ceux qui ont poussé la migration de l'actuel République du Mali jusqu'au littoral guinéen; le deuxième groupe s'est soit sédentarisé, soit répandu sur les hauteurs du Fauta, certaines régions de la Haute Guinée et de la Guinée Forestière. Bien que anciennement toute cette population soit des Soso, actuellement on donne l'étiquette de Soso à ceux habitant le long du littoral et la dénomination de Djalunka au reste.

La zone actuelle de peuplement
En théorie, le peuple Soso se localise dans les préfectures de Soké, Boffa, Conakry, Dubréka, Forékariah, Fria et Kindia. En réalité, son champ linguistique est très étendu, car par le biais de la fonction publique, du commerce et du développement des moyens de

9

communication, on retrouve de petites communautés 5050 partout en Guinée. C'est ce qui rend difficile l'établissement d'une statistique fiable du nombre de locuteurs de cette langue, par rapport à l'ensemble de la population guinéenne. Seuls les indicateurs comme l'impact culturel et le bilinguisme, permettent d'estimer le nombre de locuteurs à un peu plus d'un million. Par ailleurs, une importante locuteurs soso se retrouve en Sierra communauté
Léone, dans

de
les

localités proches de la préfecture de Forécariah. Il n'est pas exclu que ces locuteurs soso y sont arrivés à travers une migration à caractère économique ou politique, au lendemain de l'accession de la Guinée à l'indépendance nationale.

La langue et son environnement
La langue 5050 est aujourd'hui la langue véhiculaire de toute la Basse Guinée. C'est d'ailleurs un phénomène qui date de la colonisation quand, à cette époque, l'administration s'en est servie pour communiquer avec toutes les communautés de cette région. En plus de ce pouvoir administratif, il faut ajouter le dynamisme de cette langue à travers le poids économique des locuteurs natifs. C'est ce qui fait que les Baga, Nalou, Mikiforé, Landouma, Mandenyi et Mèni et autres petites communautés
linguistiques

ont successivement
et ensuite

fait

de la langue

SOSO,

une langue véhiculaire

une langue

maternelle.

Cet environnement multilinguistique fait que la langue soso comprend des emprunts venant des langues ci-dessus énumérées, en rapport avec des secteurs d'activités socio-économiques, qui n'étaient pas originellement des pratiques du peuple Soso. Ainsi, le lexique soso s'est enrichi de termes venant du baga dans le domaine de l'agriculture, du pular dans le domaine de l'élevage, du temné et du créole dans le domaine de la pêche. Les contacts de l'étranger - portugais, français, anglais et arabe - y ont aussi laissé des marques.

10

11- Description

de la langue

Cette partie a pour objectif de mettre à la disposition du profane, certaines informations sur le fonctionnement de la langue soso. Cela est d'autant plus utile qu'on est souvent tenté de croire que les langues guinéennes n'ont pas de grammaire au même titre que l'anglais ou le français. Cette conception est si fortement ancrée dans la mentalité de certains intellectuels que c'est un service à eux rendu en vulgarisant ce qui du point de vue scientifique est consommé par un cercle restreint de chercheurs. De ce point de vue donc, ce propos est de cerner des faits de langue, en allant le plus loin que possible, des dénominations qui sont propres aux linguistes. Il espère répondre à l'attente de nombreux lecteurs curieux de goûter à la grammaire d'une langue africaine pourvu qu'ils aient une initiation grammaticale.

//-1 Les unités élémentaires de /a langue sos
Comme la majeure partie des langues du monde, les
premières répartissent

voyelles et les consonnes.

unités qui s'offrent à l'analyse Dans cette de la façon suivante:

en soso sont les langue elles se

a ) Les voyelles
IlYa sept voyelles de base qui sont:
1,e,E.,a.,U,o,:.)

devenir longues, c'est-à-dire que, pour leur prononciation, le locuteur y consacre un temps plus long que celui mis pour la prononciation d'une voyelle de base. Ce sont:

Ces

voyelles

de base peuvent

Il

tl

, ee ,. ~£ , aa , UU , 00 ~ :):.}

Exemples pttm teela dE€ kaari fuu jooka
b:):)t:)

épingle le tailleur la bouche pou dix manioc sac en étoffe

Ces voyelles de base peuvent devenir aussi des voyelles nasales quand elles sont suivies d'une consonne nasale. Dans ce cas elles peuvent se prononcer:

1- in., en

.,

en

.,

an

, un , on ,

:)0

quand la consonne nasale qui suit la voyelle suivie d'une consonne comme t, d .

est elle-même

Exemples f:indi fendaani msnt£n dantt bundu tondi n:1ndi

devenir interdit épier saline essorer refuser vérité

2- it] , et] , £U ., au , ug ., oU , ~tJ

quand la consonne nasale qui suit la voyelle suivie d'une consonne comme k, 9

est elle même

12

Exemples

lingi lenge
b£nxe ~anlœ dunke bonga d:.1oxe

gluant calebasse cerveau racine être court variété de poisson dernier, reste

3- im , em ., £m , am , urn , om .,::>m
quand la consonne nasale consonne comme p, b. est suivie est elle-même d'une

Exemples limbi lembe sEmb€ tamb£ tumbe pompt
X:1m b:E

vêtement de circoncis partie la force la lance l'épine pompe sorte de coquillage

On peut bien faire l'économie d'une telle variation de la graphie des voyelles nasales, en ne considérant et en ne maintenant dans la graphie qu'un seuf symbole nasal. Cela veut tout simplement dire que, au lieu de faire varier la consonne nasale suivant une voyelle en n, g et m en tenant compte des consonnes qui apparaissent à la suite, nous convenons que n est largement suffisant car c'est elle qui change en 9 et en m sous l'influence de la nature des consonnes contiguës.

13

b ) Les consonnes Les consonnes qui s'associent énumérées ci-dessus sont les suivantes: p b t d k 9 gb m n p f s x y w 1 r h dans dans dans dans dans dans dans dans dans dans dans dans dans dans
dans

aux voyelles

pal a bande tao de duba ku1e bage gbatin maakiti mm
jle

salon le riz cuit cour bénir singe hutte cueillir marché
ombre, parapluie

fure sanS1 xale kuye wuJe
laa1i

chenille cadavre semense
écaille, coquille

atmosphère vieux
hénné

dans dans dans

ruu hanga

roue ancre

Il faut ajouter à tout cela, les unités qui apportent la musicalité à l'association des consonnes et des voyelles. Il s'agit des tons. En soso, il y a deux tons de base qui sont: le ton haut noté [ /]

Exemples

p£f:

wé ...,

d£f:

feu année bouche

14

et le ton bas noté [ \ ].

Exemples

làaki xabi kààm~ dàn~

seffure igname la faim
avoir l'habitude

Il faut ajouter à tous ces tons de base, les combinaisons qu'ils produisent sur certaines voyelles pour donner les modulations:

- bas-haut,
Exem pies

noté [ v ]

tàa bài
see
~

village, ville

...~ mEE

f£f:

père chose entendre manche
noté [ V]

- haut-bas,
Exemples

bià mu kànoà bàtoà kàsaà
~.....

la mer la roue le canon le bateau le lézard

15

c ) Les syllabes
La langue soso connaît plusieurs types de syllabes. Mais en général, tous les mots comprennent une succession de la syllabe de base ev (consonne + voyelle ). Ainsi, un mot comme duniya ( le monde ), comprend trois fois la structure syllabique ev. A côté de cette syllabe courante, le phénomène de l'emprunt a enrichi la langue soso de mots comprenant la syllabe à une voyelle notée V:

Exemples arnmE vendredi
divisé en aI

ru I mE

c'est ce qui se passe dans:

aâdamà atà àlixamîs~£ àlimaaffi1~

l'humain Dieu) jeudi Imam
un autre

Aussi, parallèlement à ce type de syllabe, de type consonantique apparaît dans un seul mot: Exemple

n ( moi)

fi bm xàràn

j'ai étudié

11-2 Les constituants immédiats la phrase simple

de

La phrase simple est constituée des éléments principaux: qui représentent celui qui fait l'action et celui qui exprime Itaction. Ainsi, il est donc possible de dire que dans une situation de communication, celui qui parle fait la combinaison d'un nom et d'un verbe, le nom exerçant la fonction de sujet et le verbe l'action ou l'état.

16

Nous allons d'abord passer nature et son fonctionnement

en revue la notion de nom, sa dans la langue soso.

a ) la notion de nom
Est nom tout ce qui peut représenter une personne, se substituer à elle ou entrer dans la même catégorie qu'elle. Ainsi, quand on veut parler d'une personne faisant une action, on dit:

kàmarà bici
kàmm birâ

Camara est tombé est le nom de personne
est l'action faite ou subie par

Camara On peut remplacer successivement kàmarn. par tààmi le pain, yèréé le lièvre, téébi1ii la table et la phrase énoncée garde toujours un sens. De ce fait, kàmarn., yèréé et téébi1ii constituent des noms parce qu'ils appartiennent à la même catégorie.

b ) La nature du nom
Le nom en 50S0 se présente Il peut être simple ou complexe. b-1 )- Le nom simple Le nom est dit simple quand dans sa forme il ne peut être réduit ou élargi sans altérer sa signification ou sa nature. C'est donc la forme de base du nom. Exemples sous différentes formes.

tùn£ tébl b61è lèngé

pluie bas ventre brindille calebasse

17