Communications & organisations : accélérations temporelles

-

Français
143 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage propose dans sa globalité d'observer le couplage communications/organisations et ses temporalités. Qu'elles soient transformées par le numérique, par la mondialisation ou encore par les politiques publiques voire par une combinaison de ces différents éléments, les temporalités organisationnelles en transformations tendent davantage vers l'accélération que vers une gestion humainement raisonnable du temps de travail et au travail.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 juin 2017
Nombre de lectures 4
EAN13 9782336792514
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sous la direction de
Valérie LÉPINE, Christian LE MOËNNE et Sylvie ALEMANNO
COMMUNICATIONS & ORGANISATIONS : ACCÉLÉRATIONS TEMPORELLES
Titre
Cet ouvrage a été édité avec une aide du
Centre de Recherche sur les Médiations
(CREM, Université de Lorraine),
e partenaire du XX congrès de la Sfsic
Création et mise en page
Atelier Congard
www.atelier-congard.fr
© L’Harmattan, 2017
5-7rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.editions-harmattan.fr
ISBN : 978-2-336-79251-«
Copyright
Sommaire
Avant-propos Daniel Raichvarg et Nicolas Pélissier
Introduction Valérie Lépine, Sylvie Alemanno et Christian Le Moënne
— PARTIE I — Rationalités, accélérations temporelles et communications
Le travail de communication autour du plan : dispositif d’inscription et disciplinarisation des activités Isabelle Bazet
Les temporalités en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes : confrontation et articulation Agnès d’Arripe, Cédric Routier et Damien Vanneste
L’accélération temporelle de la communication des organisations : les informaticiens, vecteurs ou victimes ? Solveig Beyza Evenstad, Sylvie Alemanno et Nicolas Pélissier
— PARTIE 2 — Dyschronies et enjeux communicationnels
La difficile articulation du temps dans le changement d’usage des TICE, entre politique publique et identités professionnelles, objectifs de rapidité et lenteur des appropriations : quels paradoxes ? Dominique Bessières
Le temps du repas à l’épreuve de la maladie et du contexte hospitalier Clémentine Hugol-Gential
Conjuguer patrimonialisation et innovation dans le storytelling : monialisation l’affrontement de deux temporalités dans le luxe Véronique Anderlini-Pillet
Signes des temps de l’organisation : contribution socio-sémiotique à l’analyse de l’organisation mise en récit Émilie Bouillaguet et Patrice de la Broise
Qualifier l’urgence dans les pratiques professionnelles des assistants de régulation médicale : enjeux et apports méthodologiques Aurélia Lamy, Céline Matuszak, Amandine Kervella, Florence Thiault, Bernard Jacquemin et Éric Kergosien, Natalia Grabar et Pierre Valette
— PARTIE 3 — Réappropriations plurielles du temps et médiations renouvelées
Temporalités renouvelées par la médiation des nouveaux espaces de travail : le cas des tiers lieux
Claudie Meyer et Christian Bourret
Pratiques transverses et temporalités dans les Learning Centres : vers une bibliothèque lente ? Yolande Maury
La réactivité : une combinaison originale entre instantanéité et durée Olivia Foli et Laurence Servel
Bricolages de temps hétérogènes : ethnographie d’une pratique organisante en hôpital Philippe Marrast
Biographie des auteurs
Avant-propos
Temps, Temporalités et Information – Communication
e Vous trouverez ci-après l’un des quatre ouvrages issus des travaux du XX Congrès de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (Sfsic) organisé à Metz à l’Université de Lorraine en juin 2016, en partenariat avec le Centre de Recherches sur les Médiations (CREM), sur le thèmeTemps, Temporalités et Information – Communication. Le Congrès de laSfsic,se tient tous les deux ans, qui est un événement scientifique majeur dans la structuration de la discipline des sciences de l’information et de la communication (SIC) et de ses champs de recherche. Il rend compte de la diversité des travaux des chercheurs e t témoigne de la place des SIC au sein des Sciences Humaines et Sociales. Il est un moment clef d’expression et de débats, mais aussi d’affirmation de l’appartenance des SIC à une communauté de savoirs.
L aSfsicl’Information et de lachoisi d’explorer les apports de ses Sciences de  a Communication aux questions du temps et des temporalités, qui se sont imposées au fil du… temps dans les Sciences de l’Homme et de la Soc iété et dont l’importance s’est accrue avec le développement des dispositifs numéri ques. L’une des difficultés pour intégrer ce changement réside dans le fait que les diverses disciplines constitutives des SHS développent leurs propres acceptions et définitions du temps et des temporalités. Le Congrès se devait ainsi de proposer aux chercheurs en SIC, mais aussi aux autres communautés scientifiques, une réflexion spécifique sur le temps et les temporalités des phénomènes info-communicationnels, tout en encourag eant une vigilance critique sur leurs usages par les chercheurs en SHS, dans une pé riode marquée par l’emprise des réseaux socionumériques sur l’espace sociétal, mais aussi la sphère académique.
De nombreuses interrogations ont structuré les échanges et ont trouvé leur concrétisation dans quatre volumes.
Le premier d’entre eux questionnele temps et les temporalités des dispositifs de médiationst, des milieux médicaux,regard du temps social. Qu’il s’agisse, en effe  au culturels, militants, professionnels, entre autres, les dispositifs de médiation – médiatiques ou non – impactent les pratiques sociales et, plus particulièrement, le temps des usagers et des publics. Inscrites dans une hist oire, nationale, amicale, familiale ou personnelle, ces pratiques sont fortement impactées par l’usage de nouveaux dispositifs sociotechniques de médiation qui modifient le rappo rt des usagers aux temps et aux territoires. Ce volume cherche à en cerner les enje ux en identifiant, dans la mesure du possible, les contraintes, les limites mais surtout les possibilités nouvelles offertes par ces dispositifs qui renouvellent un agir dans les pratiques sociales.
Le deuxième volume,porellesCommunications et organisations : accélérations tem , part du constat que l’accélération et l’intensifica tion du temps de et au travail sont devenues consubstantielles du projet de rationalisa tion qui fonde la modernité social-libérale de l’Occident. Les crises socio-économique s successives et l’explosion du numérique ont engendré une mutation des formes orga nisationnelles et institutionnelles, ainsi que des bouleversements culturels profonds do minés par « l’éphémérisation du présent ». Les rationalités temporelles contemporaines impliquent des formes d’action et de relation qui heurtent les conceptions de l’activité et mettent les acteurs professionnels