INVESTIR DANS LE CAPITAL HUMAIN

-

Livres
147 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Au 18e siècle, Adam Smith voyait dans l'éducation l'origine d'un capital immatériel appelé capital humain. Cet ouvrage vise à présenter ce concept de « capital humain » considéré comme un puissant vecteur d'amélioration du bien-être et de la compétitivité et à analyser les enjeux qui y sont attachés tant du point de vue de l'individu que de la collectivité.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2012
Nombre de visites sur la page 34
EAN13 9782296497276

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
IN VESTIR DANS LE CAPITAL HUM AIN
Investir…capitalhumain.indd1 CyanquadriMagentaquadriJaunequadriNoirquadri
29/07/0815:44:40
Olivier Debande : Banque Européenne d’Investissement (BEI), Luxembourg. E-mail : debandeo@eib.org
Vincent Vandenberghe : Département des Sciences Économiques, IRES, Université Catholique de Louvain (UCL), 3 place Montesquieu, B-1348 Louvain-la-Neuve. E-mail : vincent.vandenberghe@uclouvain.be Fax : + 32 10 47 39 45
Investir…capitalhumain.indd2 CyanquadriMagentaquadriJaunequadriNoirquadri
29/07/0815:44:42
Olivier D et Vincent V
IN VESTIR DANS LE CAPITAL HUM AIN
Comprendre les ressorts d’une décision individuelle et sociale
Investir…capitalhumain.indd3 CyanquadriMagentaquadriJaunequadriNoirquadri
29/07/0815:44:42
Mise en page: CW Design
D/2008/4910/17 ISBN:
© BruylantAcademia s.a. Grand’Place, 29 B-1348 LOUVAIN-LA-NEUVE
978-2-87209-904-7
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’autorisation de l’éditeur ou de ses ayants droit. Imprimé en Belgique.
Investir…capitalhumain.indd4 CyanquadriMagentaquadriJaunequadriNoirquadri
www.academiabruylant.be
29/07/0815:44:42
  
I NTRODUCTI ON. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . 9
CHAPI TRE 1 Le capital humain, une vieille idée… très contemporaine. . . . . . . .17
e 1. La naissance du concept de capital humain au  siècle. . . . . . . . . . . .17 2. Le regain d’intérêt pour le capital humain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18 2.1. La massification des activités d’enseignement et de formation. . . .19 2.2. La baisse de la demande pour le travail peu qualifié. . . . . . . . . . . . .24 3. Du capital humain à une notion élargie de capital intangible . . . . . . . . .27 3.1. Capital humain et capital social. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28 3.2. Capital humain et capital culturel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
CHAPI TRE 2 La demande d’éducation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33
1. Théorie du capital humain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33 1.1. Investissement ou consommation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 1.2. Les bénéfices de l’éducation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 1.3. L’hétérogénéité des niveaux d’investissement dans le capital humain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39 2. Théorie du filtre et du signal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
CHAPI TRE 3 Rendement de l’éducation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
1. Rendements privés de l’éducation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45 1.1. Approche par le calcul du taux de rendement interne. . . . . . . . . . . .45 1.2. Approche dite «short cut». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46 1.3. Estimation économétrique du rendement privé selon Mincer. . . . .47 1.4. Comparaisons internationales et par niveau d’éducation. . . . . . . . .48 1.5. Limites et questions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51
Investir…capitalhumain.indd5 CyanquadriMagentaquadriJaunequadriNoirquadri
5
TABLE DE S MATI ÈRE S
29/07/0815:44:42
6
2. Rendement fiscal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 3. Rendement social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60 4. Rendement social et externalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62
CHAPI TRE 4Éducation, croissance et bien-être. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67
1. Modèle de croissance économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67 2. Croissance économique et bien-être . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70 2.1. Produit intérieur brut par habitant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71 2.2 Index de Développement Humain (IDH). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72 2.3. Empreinte écologique (EE). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73 2.4. Bien-être. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75 2.5. Coefficient de Gini. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75 2.6. Comparaison internationale des indicateurs de bien-être. . . . . . . . .78 2.7. Du PIB par habitant à la satisfaction de vie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78
CHAPI TRE 5Éducation et équité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83
1. Concevoir l’équité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84 2. Mesurer l’(in)équité à travers la mobilité sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86 3. Les politiques scolaires visant à corriger l’inéquité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90 3.1. Discrimination positive, zones d’éducation prioritaires…. . . . . . . . . .90 3.2. Effets de pairs et ségrégation scolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .92
CHAPI TRE 6Financement du capital humain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95
1. L’indissociabilité du capital humain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95 2. Les externalités non prises en compte par le calcul individuel . . . . . . . .97 3. Le financement public intégral des coûts éducatifs est-il toujours jus-tifié ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98 4. Le financement public de l’enseignement supérieur est-il équitable ?. .99 4.1. Inéquité persistante. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99 4.2. Financement public anti-redistributif et mécanismes de correction .99 4.3. L’argument du prêt implicite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101 4.4. L’enjeu de la mobilité asymétrique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102 I NVE STI R DANS LE CAPITAL HUMAI N
Investir…capitalhumain.indd6 CyanquadriMagentaquadriJaunequadriNoirquadri
29/07/0815:44:42
CHAPI TRE 7Analyse du coût de l’éducation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .105
1. Analyse macro-économique de la dynamique des coûts. . . . . . . . . . . . . .105 2. Analyse micro-économique du coût par élève . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109 2.1. Décomposition première de la masse salariale. . . . . . . . . . . . . . . . . . .112 2.2. Décomposition du taux d’encadrement (L/N). . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112
CHAPI TRE 8Efficience des dépenses d’éducation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
1. Comparaison internationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117 1.1. Absence de relation entre dépenses et résultats. . . . . . . . . . . . . . . . . .117 1.2. …voire une relation négative entre dépenses et résultats. . . . . . . . .118 1.3. Les limites de ces analyses internationales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119 2. L’estimation des fonctions de production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122
CHAPI TRE 9Capital humain et formation au sein des firmes . . . . . . . . . . . . . . . . . .127
1. Formation générale versus formation spécifique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127 2. Un double problème. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128
CHAPI TRE 1 0Santé et capital humain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .131
1. Mécanismes d’assurance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .131 2. Assurance privée ou publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .131 2.1. «Perdants» et «gagnants». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132 2.2. Risque et incertitude. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133 2.3. (A)symétrie d’information. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134 3. Assurance sociale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135 4. Au-delà du financement de l’assurance, la production des soins de santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136
RÉF ÉRENCES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141
Investir…capitalhumain.indd7 CyanquadriMagentaquadriJaunequadriNoirquadri
7
TABLE DE S MATI ÈRE S
29/07/0815:44:42
Investir…capitalhumain.indd8 CyanquadriMagentaquadriJaunequadriNoirquadri
29/07/0815:44:43

our la plupart des personnes, le mot «capital» désigne au niveau individuel P tantôt un bien matériel comme un immeuble tantôt un compte en banque ou des actifs mobiliers comme un paquet d’actions ou au niveau d’une entre-prise une ligne de montage pour automobiles. Il s’agit de diverses formes de «capital» au sens où ces actifs génèrent de façon répétée et durable un fluxde revenus ainsi que d’autres produits ou services utiles. Mais ces formes tangibles ou matérielles de capital ne sont pas les seules. Comme le soulignait déjà Adam e Smith au  siècle dans son analyse des causes de la richesse des nations, l’éducation, et plus largement les compétences (ou «skillsmentntégaleos,)»une forme de capital. Sur le plan micro-économique, il est indubitable que le niveau d’éducation augmente la productivité individuelle et, partant, le salaire, mais également le taux d’emploi. Sur le plan macro-économique, nombreux sont les travaux académiques établissant un lien fort entre le niveau global d’édu-cation d’une population et le taux croissance économique de longuepériode. L’école – de la maternelle à l’université – constitue donc, aux yeux de l’éco-nomiste, une activité de production et d’accumulation d’un capital immatériel, indissociable de l’individu appelé,capital humain. La scolarisation ne représente pas l’unique voie d’accès à ce capital. L’acquisition de divers savoirs et compé-tences peut également s’opérer à l’âge adulte, via la formation continue, ou «sur le tas», à travers l’expérience professionnelle ou celle de la vie. La formation initiale, de type scolaire,reste cependant le principal vecteur d’accumulation des compétences cognitives, constitutives du capital humain dit «général». Or, évo-lutions technologiques et organisationnelles obligent, ces compétences cogni-tives conditionnent de plus en plus la fortune professionnelle des individus et, partant, celle de nos sociétés à développement avancé. Ces enjeux trouvent un écho important auprès des décideurs politiques tant aux niveaux régional, national qu’européen. La nécessité de disposer d’un niveau – en d’autres termes d’un stock – de capital humain minimum pour s’assurer des perspectives de croissance durable tout en favorisant l’amélioration du bien-être des individus est, par exemple, au cœur de la stratégie de Lisbonne au niveau européen et intégrée dans les Objectifs du millénaire pour le dévelop-pement définis par les Nations Unies, et visant entre autres une réduction de moitié de l’extrême pauvreté d’ici à 2015.
Investir…capitalhumain.indd9 CyanquadriMagentaquadriJaunequadriNoirquadri
9
I NTRODUCTI ON
29/07/0815:44:43