Manuel de gestion d
188 pages
Français

Manuel de gestion d'entreprise et de contrôle interne

-

188 pages
Français

Description

La gestion d'une petite entreprise repose essentiellement sur la personne qui l'a fondée. La plupart du temps, la totalité du travail et de la gestion est assurée par une personne-clé avec l'aide de quelques autres personnes en qui elle a placé sa confiance. La naissance de ce type d'entreprises est liée à la détermination de son fondateur et sa réussite est essentiellement due au bon sens et au sens de « gestion en bon père de famille » de celui-ci. Ces principes demeurent valables pour les grandes sociétés mais qui requièrent des organisations et des modes de fonctionnement permettant de les développer et de les contrôler pour la meilleure rentabilité possible dans la durée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 avril 2019
Nombre de lectures 55
EAN13 9782140118944
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Kémoko Touré MANUELDEGESTION D’ENTREPRISE ETDECONTRÔLE INTERNE
MANUEL DE GESTION DENTREPRISE ET DE CONTRÔLE INTERNE
Kémoko Touré
MANUEL DE GESTION DENTREPRISE ET DE CONTRÔLE INTERNE
Du même auteur, chez L’Harmattan
Mes années passées à la tête de la Compagnie des Bauxites de Guinée — CBG, 2018
L’Afrique. Parlons-en !, 2019
En quête d’excellence. Souvenirs de Guinée et d’ailleurs (autobiographie), 2019
Lettre d’un Africain indigné à ses petits-enfants. Eh Wotan !, 2019
© L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’École-Polytechnique75005 Paris www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-17405-1 EAN:9782343174051
ENTREPRENDRE, C’EST
ESPÉRER NORMALISER TRAVAILLER RENTABILISER ÉPARGNER PARTAGER RISQUER ÉVALUER NIVELER DÉCIDER RENOUVELER EXISTER
C’EST VIVRE SA PROPRE HISTOIRE
Je dédie ce livre aux jeunes Africains. Je leur dis de croire en leurs propres capacités et de ne jamais renoncer au combat et au respect.
CHAPITRE I
LE TRAVAIL
L’entreprise repose fondamentalement sur le travail. À l’origine, le « travail » était associé à la notion de souffrance : tourment psychologique ou souffrance physique. Dans la conception religieuse du Moyen-Age, le travail correspondait à l’exercice d’une activité commune pour assurer la subsistance d’une communauté et à une punition pour expier le péché originel. D’où la fameuse expression de « travail de bénédictin » pour qualifier l’accomplissement d’un travail considérable. D’aucuns se sont même appuyés sur cette acception religieuse pour justifier l’esclavage institutionnel qui est l’exploitation massive de l’homme par l’homme sans rémunération. C’est depuis quatre siècles que le travail a progressivement retrouvé le sens actuel d’activité productive associée à une rémunération pour l’entrepreneur, pour le travailleur et pour la société. La contribution à la société s’opère notamment par l’impôt payé par l’entreprise à l’État, soit par les actions directes auprès des communautés dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler la responsabilité sociétale des entreprises. L’organisation, la réglementation du travail et la production évolueront en parallèle, mais à des vitesses différentes : La production de subsistance nécessitait peu d’organisation. Elle était surtout rythmée par les saisons, l’adéquation des sols à certains produits, la disponibilité à l’infini des terres, la communauté de destin Dès que les groupes d’individus ont commencé à procéder aux échanges de biens, le besoin s’est imposé d’évaluer la qualité et la saisonnalité des biens à produire. D’où la nécessité d’une organisation du travail sur la base de la production à faire L’organisation nécessite la réflexion sur le travail d’autrui et ce processus a vite donné naissance à des groupes et à des individus qui ont pris l’ascendant sur le plus grand nombre et progressivement le caractère marchand s’est fait jour et une hiérarchie sociale s’est mise en place avec la notion de profit
9