//img.uscri.be/pth/660a785783fba18c19f0a4c6fe3c70b60a6bffd7
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Nourrir le collectif

De
232 pages
Il semble aller de soi que le travail témoigne de la réalisation d'une oeuvre commune. Pourtant, aujourd'hui, le collectif se fissure, se morcelle, et ce dans un ensemble toujours plus vaste d'environnements professionnels. L'individualisation dans la mesure des performances, la mise en concurrence entre services, départements ou équipiers de la même organisation, accélère ce délitement. Cet ouvrage identifie donc les conditions et les conséquences palpables de ce recul des liens, et propose des modes de traitement et de revitalisation de ces liens.
Voir plus Voir moins
îssure, se distend, se morcelle, et ce dans un ensemble toujours
fréquemment comme la source apparente de difîculté dans nombre de problèmes qualiîés de « psychosociaux ». L’individualisation poussée continûment dans la mesure des performances, la mise en concurrence entre services, départements ou équipiers au sein de la même organisation, accélère ce délitement. Or, nous ne pouvons
la fragilité des liens ne nuit pas seulement aux salariés ou agents,
organisations, pourtant si nécessaire pour anticiper et affronter les
Le collectif est souvent l’objet d’une approche paradoxale : on évoque régulièrement et publiquement son importance, tout en
dynamique. Cet ouvrage identiîe les conditions et les conséquences
de revitalisation de ces liens. Il s’adresse à tous ceux – médecins de prévention, élus du personnel, préventeurs, en charge des ressources humaines, étudiants – qui sont préoccupés ou intéressés par la compréhension des transformations du travail, de leurs conséquences
est consultant et formateur. Il est membre du RISC (réseau
soutenue à l’Université Diderot Paris 7 portait sur le lien entre le recul des collectifs et la montée des plaintes au travail. Il travaille depuis 25 ans sur les conséquences de l’exposition aux situations malsaines et/ou de violences. Il a créé VTE (Violences,Travail, Environnement) avec le Pr. Michel Debout en 1998, et participé activement à la réexion, tant sur la compréhension des dynamiques des risques psychosociaux, que sur le processus et les conditions de l’intervention, notamment avec l’ANACT
Clinique & changement social
Yves Grasset
Nourrir le collectif
Sortir de l’individualisation pour sauver le travail
NOURRIR LE COLLECTIF
© L’HARMATTAN, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr/ ISBN : 978-2-343-11575-7 EAN : 9782343115757
Yves Grasset Nourrir le collectif Sortir de l’individualisation pour sauver le travail
C l i n i q u e & c h a n g e m e n t s o c i a l Directeurs de collectionEugène Enriquez, Université Paris Florence Giust-Desprairies, Université Diderot – Paris 7 Paris Diderot – Paris 7, Laboratoire de Pascal Fugier, Université de Cergy-Changement Social et Politique (LCSP) Pontoise, EMAGilles Arnaud, École Supérieure de Vincent de Gaulejac, Université Paris Commerce de Paris(ESCP Europe) –LCSP Diderot – Paris 7, LCSP Comité de rédactionFabienne Hanique, Université Paris Nicole Aubert, École Supérieure de Diderot – Paris 7, LCSP Commerce de Paris(ESCP Europe) –LCSP Clarisse Lecomte, Université Paris Jean-Philippe Bouilloud, École Diderot – Paris 7, LCSP Supérieure de Commerce de Paris (ESCP Elsa Tuffa, Université Paris Diderot – Europe) – LCSP Paris 7, LCSP Frédéric Blondel, Université Paris Diderot – Paris 7, LCSPSecrétariat de rédactionValérie Lowit, Université Paris Marie-Anne Dujarier, Université Paris Diderot – Paris 7, LCSP Diderot – Paris 7, LCSPComité éditorialPierre Ansart †, Ana Maria Araujo (Université de Montevideo, Paraguay), Jacqueline Barus-Michel †, Bertrand Bergier (Université Catholique d’Angers), Robert Castel † (EHESS), Teresa Carreteiro (Université Fluminense, Rio de Janeiro, Brésil), Adrienne Chambon (Université de Toronto, Canada), Sabine Delzescaux (Université Paris Dauphine), Bernard Eme (Institut d’Études Politiques), Véronique Guienne (Université de Nantes), Claudine Haroche (CNRS), Roch Hurtebise (Université de Sherbrooke, Canada), Michel Legrand † (Université de Louvain-la-Neuve, Belgique), Alain le Guyader (Université d’Évry), Francisca Marquez (Centro de Estudios Sociales y Educacion, Santiago, Chili), Igor Masalkov (Université Lomonossov, Moscou, Russie), Klimis Navridis (Université d’Athènes, Grèce), Max Pagès (Université Paris Diderot – Paris 7), Françoise Piotet (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), Jacques Rhéaume (Université du Québec à Montréal, Canada), Pierre Roche (CEREQ, Marseille), Shirley Roy (Université du Québec à Montréal, Canada), Robert Sévigny (Université de Montréal, Canada), Laurence Servel (Université Paris Dauphine), Abderaman Si Moussi (Université d’Alger, Algérie), Jan Spurk (Université Paris Descartes), Norma Takeuti (Université de Natale, Brésil), Elvia Taracena (Universidad Nacional Autonoma de Mexico, Mexique), Jean Vincent (Institut National Agronomique AgroParisTech) Fondateur de la collectionVincent de Gaulejac. Université Paris Diderot – Paris 7, LCSP
Clinique & changement social  La collectionClinique & changement socialdes recherches, publie essais et études dans une perspective clinique qui lie la recherche et l’intervention pour produire une intelligibilité des relations entre constructions sociales et modes de subjectivation. Dans une filiation à la psychosociologie, à la psychologie sociale clinique et à la sociologie clinique, elle interroge les interdépendances et influences réciproques entre l’individu et le collectif, le sujet et le politique, le psychique et le social, l’imaginaire et le symbolique, mobilisant également des approches socio-politiques, philosophiques, historiques ou psychanalytiques. Prolongement de la collectionsocial, Changement  nom du laboratoire dont elle émane (LCS, Université Paris Diderot – Paris 7), la présente collection se caractérise ainsi par une attention particulière portée à la complexité des phénomènes étudiés, considérés dans leur pluridimensionnalité et leur irréductibilité à une simple série de facteurs. Ouvrages parus :
Pratiques de consultations,enjeux, perspectives, n°7. Sous la Histoire, direction de Dominique Lhuillier – 2002.Argent : valeurs et sentiments, n°8. Sous la direction de Jean-Philippe Bouilloud – 2004. La mondialisation et ses effets : nouveaux débats, n°9. Sous la direction de Florence Pinot de Villechenon – 2005. Parcours de femmes,n°10. Sous la direction de Claude Zaidman – 2006. Itinéraires de sociologues,n°11. Sous la direction de Vincent de Gaulejac – 2007. Itinéraires de sociologues (suite), n°12. Sous la direction de Jean-Philippe Bouilloud – 2007. Exister dans l’entreprise,n°13. Sous la direction de Fabienne Hanique et Laurence Servel – 2008. Entre social et psychique : questions épistémologiques,n°14. Sous la direction de Florence Giust-Desprairies – 2009.
La subjectivité à l’épreuve du social. Hommage à Jacqueline Barus-Michel. Sous la direction de Florence Giust-Desprairies et Vincent de Gaulejac – 2009. La société hypermoderne : ruptures et contradictions,n°15. Sous la direction de Nicole Aubert – 2010. Itinéraires de sociologues,n°16 (TomeIV). Sous la direction de Stéphanie Rizet – 2011. Itinéraires de chercheurs,n°17. Sous la direction d’Elsa Tuffa – 2012. Le Laboratoire de changement social. 40 ans d’histoire, n°18. Sous la direction de Vincent de Gaulejac et Florence Giust-Desprairies – 2013. Itinéraires de chercheurs,n°19 (Tome V). Sous la direction de Vincent de Gaulejac et Clarisse Lecomte – 2014. Sociologie & psychanalyse. De l’échange de vues à la transformation du regard,n°20. Sous la direction de Gilles Arnaud et Pascal Fugier – 2015. Sociologie & psychanalyse. Quelle praxis, quelle clinique ?,n°21. Sous la direction de Gilles Arnaud et Pascal Fugier – 2015. Sophie Hamisultane,Trouble dans l’interculturalité– 2017.
Merci à Vincent de Gaulejacpour ses encouragements, son soutien constant et sa disponibilité sans faille.
Merci à Anne-Marie Simard, Gwenaëlle Jung, Véronique Beyssac, Stéphanie Rousset et Caroline Puléo pour leurs relectures et conseils judicieux. Pour Dalila« Deux hommes, s’ils veulent s’entendre, ont dû d’abord se contredire. La vérité est fille de discussion, pas fille de sympathie »Gaston Bachelard,La philosophie du non
Préface Les collectifs en question par Michel Debout* J’ai rencontré Yves Grasset à l’automne 1997, au siège de la Société de Transports de l’Agglomération Stéphanoise, où il venait de s'installer comme Directeur du Service Prévention et Sécurité. Cette rencontre avait été organisée par le Président directeur général du réseau de transport urbain de la STAS à qui j'avais fait part de ma préoccupation : au cours d'une consultation au Service de Médecine légale du CHU de Saint-Etienne, un conducteur de tram m'a décrit des relations humaines très dégradées entre les professionnels et les usagers, qui inquiétaient nombre de ses collègues, mais sans réaction de la part de la direction. L’évocation qu'il me fit alors d'un collègue arrivant armé sur le lieu de travail (non pas avec un moyen défensif comme une bombe lacrymogène, mais avec une arme à feu) m’avait totalement sidéré ; je découvrais les comportements de certains jeunes humiliants, irrespectueux, menaçants, créant un climat voisin de la terreur dans le cadre du travail. Les violences en milieu professionnel ne se résumaient pas aux hold-up dont étaient victimes les agences bancaires et autres lieux de commerces ; je compris surtout combien le respect des règles et des personnes était nécessaire au bon fonctionnement d’un service public, au risque de mettre en cause l'organisation du travail.
Ce conducteur, victime d’un jet de pierre sur le front, sans gravité physique, insista sur le déni de la direction, renvoyant chaque agent à sa propre incompétence : «Vous n’êtes même pas capables devous faire respecter par une bande de gamins ! »et leCe déni obligeait ainsi les conducteurs au silence, réseau se déconstruisait sans qu’une quelconque solution ne fût envisagée. Le réseau de transports stéphanois était en crise, menacé par de graves tensions internes au collectif, mais la chape de silence imposée par la direction – pour préserver « l'image » de l'entreprise – recouvrait l'angoisse et la souffrance des agents.
* Professeur émérite de Médecine Légale et Droit de la Santé Membre associé du Conseil Economique Social Environnemental