GENRE ET SOCIETE 2EME EDITION

-

Livres
128 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage traite des rapports entre les hommes et les femmes dans la société contemporaine. Il les étudie selon différents angles : dans la famille, à l école, au travail, dans la vie politique. Il s appuie sur des enquêtes sociologiques, sur des analyses historiques, ainsi que sur des études anthropologiques. Son objectif est d expliquer ce que recouvre cette notion de « genre », et d éclairer les questions que se pose la société.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 octobre 2014
Nombre de visites sur la page 30
EAN13 9782749533322
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Coectîon & ThèmesDébats
Genre et société
J a n e M É J I A S Agrégée de sciences sociales
Retrouvez toute a coectîon & ThèmesDébats sur notre sîte
www.editionsbreal.fr
© Bréa 2014 Toute reproductîon même partîee înterdîte. ISBN 978-2-7495-3332-2
travailestdevenuunevaleurcentrale?commentle
avant-propos
3
L’objectif de la collection « Thèmes et Débats Sociologie » est de présenter de façon simple et accessible, mais néanmoins complète, l’essentiel des concepts et des mécanismes propres à un thème sociologique à travers ses débats et ses grandes questions. Chaque chapitre est développé à partir d’une question simple. À chaque fois, les différentes notions ou courants de pensées en présence sont clairement exposés et aussi souvent que possible illustrés par des exemples. Les ouvrages de cette collection s’adressent aux lycéens et aux étudiants qui doivent, dans leur cursus, s’initier aux sciences sociales, mais aussi à tous ceux qui s’intéressent et veulent comprendre les grands débats de société actuels. Mettre en relation le sexe et la société dévoile ce qu’on ne perçoit pas de prime abord. Le travail du sociologue est de « dénaturaliser » les phénomènes qui composent notre vie sociale et d’en montrer la dimension construite. Les caracté ristiques sexuées sont particulièrement significatives dans cette optique. Elles sont inscrites dans la biologie tout en étant traduites par la société. En proposant un tour d’horizon sur la question, cet ouvrage permet de penser la mise en œuvre du social et d’aborder les questions capitales : qu’estce qu’un rôle ? qu’estce que la socialisation ? qu’estce que le pouvoir ? comment penser les rapports dans le travail ? etc. Pour celles et ceux qui veulent comprendre les sociétés aujourd’hui, la relation entre sexe et société est donc intéres sante en soi, mais elle donne aussi une clé sur un ensemble de perspectives fondamentales. À partir de la thématique du « genre », défini comme la construction sociale des rapports sexués, ce livre offre des points de repères accessibles et une entrée dans les grandes questions qui traversent la société.
Jean Fleury Directeur de la collection « Thèmes & Débats Sociologie »
4
travailetintégrationsociale
5
travailetintégrationsociale
sommaire
Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Chapitre1?– Qu’estce que le genre 9. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1. – Sexe ou genre ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 2. – Qu’estce qu’un homme ? Qu’estce qu’une femme ? . . . . . . . . . 14 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Chapitre2?– Comment devienton un père ou une mère 23. . . . . 1. – Le rôle des mythes fondateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 2. – Le déni de paternitéversusmaternité évidente . . . . . . . . . . . . . . . 27 3. – La construction des rôles parentaux à partir du travail . . . . . . . . 28 4. – Des rôles parentaux qui se transforment. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 5. – Quels enjeux autour des rôles parentaux ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Chapitre3– Comment devienton un homme ou une femme ?. 36 1. – Existetil des caractéristiques universelles du masculin et du féminin ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 2. – Pourquoi la socialisation sexuée estelle aussi réussie ? . . . . . . . . 38 3. – Des rôles imposés aux rôles choisis ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 4. – Comment être un homme aujourd’hui ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
Chapitre4– Fautil remettre en cause la mixité de l’école ?49. . . . 1. – Comment l’école estelle devenue mixte ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 2. – Les filles réussissentelles mieux que les garçons ? . . . . . . . . . . . 51 3. – Pourquoi les filières ne sontelles pas vraiment mixtes ? . . . . . . . 52 4. – Comment l’école traitetelle les différences de sexe ? . . . . . . . . . 53 5. – La mixité n’est pas l’égalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
leur cen commentletravailestdevenuunevatrale?
6
Chapitre5– Pourquoi les femmes doiventelles « concilier » vie professionnelle et vie familiale ?. . . . . . . . . . . . . 59 1. – Les femmes ontelles toujours travaillé ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 2. – Pourquoi les hommes seraientils au travail et les femmes à la maison ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 3. – Pourquoi, aujourd’hui, les femmes gardentelles leur emploi et fontelles garder leur enfant ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 4. – Les facteurs à l’œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 5. – Quel est le sens des évolutions récentes ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
Chapitre6?– Le travail estil mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 1. – Quelle est la place des hommes et des femmes dans la population active ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 2. – Les métiers sontils mixtes ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 3. – Des inégalités qui régressent ou se transforment ? . . . . . . . . . . . . 89 4. – Un bilan contrasté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Conclusion : les enjeux de la mixité des métiers . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
Chapitre7– Pourquoi y atil si peu de femmes au pouvoir ?... 98 1. – Pourquoi atil fallu attendre si longtemps pour que les femmes aient le droit de vote en France ?. . . . . . . . . . . . . 99 2. – Les femmes dans les instances du pouvoir . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 3. – Quelles explications possibles ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Chapitre8– Le féminisme conduitil à la « guerre des sexes » ?113. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1. – Qu’estce que le féminisme ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 2. – Quels combats ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 3. – Les féminismes aujourd’hui, entre égalité et différence . . . . . . . 121 Conclusion : un homme peutil être féministe ? . . . . . . . . . . . . . . . . 124
Bibliographie sélective127. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
introduction
Depuis quelques années, la question des relations entre les hommes et les femmes dans la société est revenue sur le devant de la scène. Plutôt tombée en désuétude dans les années 1980, elle est redevenue une question socialement vive, c’estàdire donnant lieu à un vif débat, dans le grand public comme dans le champ scientifique. Dès qu’on l’aborde, elle laisse bien peu de personnes indifférentes. Et on peut le comprendre. C’est un problème passionnant parce que, en l’explorant, on va 1 d’énigmes en découvertes. Comme le dit Christian Baudelot , « le genre est aujourd’hui le clivage le plus vivant de notre société », il ne cesse de se transformer, de se recomposer, de se développer là où ne l’attendrait pas. De nombreuses disciplines s’intéressent aux relations hommes/femmes, c’est ce qui fait la richesse de cette explora tion. L’histoire, bien entendu, qui permet de mettre en perspective la période actuelle, la psychologie et la psychana lyse qui ont beaucoup à dire sur les représentations collectives et la façon dont les individus se construisent. La philosophie s’est également emparée de cet objet, comme la linguistique,
1.In Quand les femmes s’en mêlent, La Martinière,2004.
8
genreetsociété
ou encore la science politique, l’économie ou l’anthropologie, sans parler des sciences de l’éducation qui s’interrogent aussi sur la façon dont on traite les garçons et les filles à l’école. Le travail du sociologue peut s’appuyer sur toutes ces ressources. On est donc en présence d’une question à propos de laquelle on peut faire l’expérience concrète de l’intérêt de la pluridisci plinarité. Croiser les apports de différentes disciplines permet de mieux comprendre le problème posé aujourd’hui par les inégalités de toute nature et de tout sens qui existent entre les hommes et les femmes. Du point de vue de la sociologie, on peut y voir un autre intérêt. Il est possible, à travers le prisme du genre, de revisiter l’ensemble des grands paradigmes de la sociologie. On voit d’entrée de jeu que cela amène à se poser la question du lien social et de la solidarité entre les individus. Celles du proces sus de socialisation, du rapport entre culture et nature, des rôles sociaux, des processus du changement social, parmi d’autres, sont aussi traversées par la problématique du genre. Même le débat entre l’universalisme « à la française » et la reconnaissance des particularismes à l’anglosaxonne trouve un écho ici. C’est à chaque fois l’occasion de revisiter les grandes questions qui sont au cœur de la démarche sociolo gique, en empruntant un chemin un peu différent, ce qui permet de les éclairer d’un jour nouveau.