Remèdes et recettes au thym

-

Français
127 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Aromate méditerranéen par excellence, le thym réveille les papilles gustatives et aide à soigner les petits maux de tous les jours.
Découvrez 50 remèdes et recettes à base de thym : un dentifrice naturel et bon marché, une potion contre la toux, une huile de massage provençale, une liqueur de thym, des tomates à la provençale, une fougasse au thym…
Au sommaire : Avant-propos - Introduction - Espèces et variétés - Côté santé-beauté (34 recettes) - Côté cuisine (29 recettes).

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 mai 2013
Nombre de lectures 93
EAN13 9782815304139
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Remèdes et recettes thym au LaurentBourgeois
Illustrations de Nouchca rusticaéditions
Avant-propos
vocateur du midi de la France, le thym pousse à l’état sauvage et en grande quantité sur les Écoteaux arides de tout le pourtour méditerranéen. Ceux qui se sont déjà promenés dans la garrigue gardent le souvenir de son parfum puissant. Mais cette plante rustique peut trouver sa place dans tous les jardins, pour égayer les papilles gustatives et aider à soigner les petits maux quotidiens. Le thym est un sous-arbrisseau vivace persistant. Il en existe une multitude d’espèces et de variétés, qui se distinguent par des odeurs parfois très particulières : certaines sentent le citron, d’autres l’orange, le cumin et même le camphre. Cette plante offre une floraison très variée. Celle-ci s’échelonne d’avril à août, dans une palette de couleurs allant du blanc au rouge, en passant par toutes les teintes de rose et de mauve, généralement sous forme de petites fleurs disposées en épis terminaux. Son port est souvent dressé, mais certains thyms sont plutôt rampants. Son développement est assez limité : il fait rarement plus de 50 cm. Ses petites feuilles très aromatiques sont opposées, souvent coriaces, et prennent des couleurs qui s’échelonnent du vert au gris, parfois légèrement bleuté suivant le stade de végétation, les variétés et les conditions climatiques. Cet ouvrage propose de nombreux remèdes et recettes à base de thym. Dans la mesure du possible, utilisez vos propres plantes, que vous aurez cultivées de façon naturelle, sans apport de produits de traitement ni d’engrais chimiques. Lorsque vous aurez besoin d’huiles essentielles ou d’autres ingrédients que vous ne pouvez fabriquer vous-même, choisissez des produits sains issus de l’agriculture biologique, garants du respect de la nature et de votre santé.
Introduction
Histoires et légendes
Le thym était déjà connu des Égyptiens qui, dès la haute Antiquité, l’utilisaient pour embaumer leurs morts. Selon la mythologie grecque, c’est lors de la guerre de Troie que le thym serait né, issu d’une larme de la belle Hélène, transformée en plante par les dieux de l’Olympe. Les Grecs faisaient brûler du thym pour parfumer les autels dédiés à leurs dieux, ainsi que certains lieux publics. Le thym était er également associé au culte de la déesse Hécate. Dioscoride, médecin et botaniste grec du I siècle, en connaissait certaines vertus et le conseillait à ses patients. Les Romains l’employaient largement, pour confectionner des cosmétiques ou accompagner une grande diversité de plats. Ils en disposaient er également dans leurs couches pour favoriser le sommeil. Pline l’Ancien, naturaliste du I siècle, le prescrivait pour lutter contre la douleur et pour ses vertus stimulantes. Symbole de courage dans la Rome antique, il le resta au Moyen Âge : les dames dont le compagnon partait guerroyer brodaient sur leur écharpe une branche de thym entourée d’abeilles. À l’époque médiévale, le thym fut cependant peu employé. Il ne figure pas dans le capitulaire De Villis, liste où e Charlemagne répertoria toutes les plantes qu’il souhaitait voir cultiver dans son empire. Il faut attendre le XVI siècle pour que le thym retrouve ses lettres de noblesse et devienne l’emblème de la cuisine provençale. Dans le langage des fleurs, le thym signifie « vous resterez présent dans mes souvenirs » ou « vous m’émouvez ».
Culture
pot ou enjardinière.Mais quecesoiten techniquesde culture biologiquepourque produitschimiques.
Contrairement ànombred’idéesreçues,le thym se cultiveassez facilement. Ilsuffit de disposerd’unterrain sec.Danslecas contraire, cetteplante peut être installée en pleineterreouen pot,choisisseztoujoursdes lesproduitsdevotrerécolte soient exemptsde
La plantation et l’entretien Le thym se plaît dans un sol drainé, léger, de préférence calcaire. Cette plante de la garrigue provençale supporte très bien la sécheresse et pousse en plein soleil. Son parfum sera d’autant plus puissant qu’il aura poussé dans ces conditions.
Le thym résiste bien au froid, on le rencontre jusqu’à des altitudes de 1 500 m dans les Alpes. En revanche, l’hiver, il craint toujours les zones humides.
Plantez les pieds de thym au printemps ou en automne, en espaçant chaque pied de 40 cm environ. Après la plantation, un arrosage est nécessaire à la reprise. Puis, la quantité d’eau apportée sera faible, le thym ayant des besoins hydriques très modérés.
Cette plante peut rapidement se trouver envahie par d’autres. Lors de la plantation, recouvrez le sol d’un paillis d’écorces pour limiter la concurrence.
Le thym est une plante robuste qui résiste bien aux maladies et aux ravageurs. Il est parfois la proie des pucerons ou des cicadelles, des insectes qui peuvent être combattus à l’aide de produits à base de roténone, de pyrèthre ou avec des purins d’ortie, d’absinthe, de tanaisie ou de rue.
Lataille et la récolte Deux tailles par an seront pratiquées sur le thym. La première, au mois de mars, sera assez sévère pour permettre à la plante de s’étoffer et lui éviter de faire du vieux bois. La deuxième taille intervient après la floraison, elle aura seulement pour but de rabattre les tiges florales fanées.
Tout au long de l’année, en fonction de vos besoins, vous pouvez cueillir quelques tiges de thym sur la plante sans que cela lui soit préjudiciable. Faites attention cependant à ne pas tailler trop court avant l’hiver.
Les plantes destinées au séchage doivent être cueillies au printemps, le matin, après la rosée et par temps sec. Ce sont les sommités fleuries qui sont prélevées au tout début du fleurissement.
Laculture en pot ou en jardinière C’est un vrai plaisir que d’avoir à portée de main quelques brins de thym qui égaieront la cuisine, d’autant plus que ces plantes prospèrent très bien en pot sur le rebord d’une fenêtre ou sur un balcon.
Pour réussir à coup sûr sa culture, il convient de respecter quelques règles de base :
– Le thym est une plante méditerranéenne qui aime le soleil. Installez donc les pots au sud. – Il craint les sols lourds et humides. Adaptez par conséquent le terreau de rempotage en choisissant des éléments drainants (écorces, graviers, sable grossier, pouzzolane…). Utilisez des contenants à fond bien drainé et proscrivez les soucoupes sous les pots, qui retiennent l’eau. – Réalisez des rempotages réguliers (deux fois par an), dans un pot adapté à la taille de la plante. – Il est bon de procéder à des tailles régulières comme pour des sujets de pleine terre.
Lamultiplication Lebouturage
Prélevez des fragments de tête de 5 ou 6 cm sur des pieds mères sains. Effeuillez ensuite délicatement la moitié inférieure et plantez la bouture dans un petit godet rempli de terreau bien tamisé et drainé. Le thym peut se bouturer toute l’année, mais l’époque où le taux de réussite est le plus important reste le printemps.
Lemarcottage
Plusieurs espèces au port rampant possèdent la faculté d’émettre des racines à partir des tiges qui touchent le sol. Sur les plants âgés, il suffit de tailler les tiges qui se sont enracinées, de les déterrer délicatement et de les transplanter ailleurs.