//img.uscri.be/pth/42d84fdd798eafabd443d3737b604117fe6200ad
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Du Tao à la Sorbonne

De
210 pages
Sous la nom d'Amy Lao, se regroupent les amis de Richard Pottier. Professeur d'anthropologie de la Sorbonne, spécialiste du Laos, du chamanisme et de la maladie, il est aussi un esthète raffiné. Voulant aller au-delà de l'hommage académique qui lui sera rendu, élèves, amis et collègues ont voulu rendre compte de l'originalité d'une personnalité à la fois prestigieuse et de grande modestie.
Voir plus Voir moins

Du Tao à la Sorbonne
L'ethnologue Richard POTTIER

Essais

Autres ouvrages d'Essais aux éditions de L'Harmattan:

Le Voyage en Orstomie, esais,de Jean Naymard, 1944-1994, L'Harmattan, 1995 L'ordinateur et le cijembé / The Computer and the Jembe, essais, de Sylvestre Ouédraogo 2003 (bilingue anglais français)

Couverture: Dessins:
Composition:

S'Calpa Victoria Awa Ateliers Dapoy@, Ouagadougou

@

L'HARMATTAN,

2008

5-7, rue de l'École-Polytechnique;
http://www.librairiehannattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan l@wanadoo.fr

75005 Paris

ISBN: 978-2-296-05877-4 EAN:9782296058774

Amy

LAO

Du Tao à la Sorbonne
L'ethnologue Richard Essais POTTIER

L'HARMATTAN

Collection TERRAIN: récits & fictions dirigée par Bernard Lacombe
La collection TERRAIN: récits et fictions prend en compte l'ambition des sciences sociales, sciences du récit par excellence, d'intégrer l'ensemble des formes d'écriture. Ajustant la forme de l'écrit au sens du terrain, explicitant ainsi l'expérience qu'ils ont vécue, les auteurs de cette collection interrogent, par leurs textes, le sens du récit dans les sciences sociales et le poids de la fiction dans le discours scientifique. Le logo de la collection est dessiné par Chantal Pairaud-Lacombe Il représente un serpent bwaba du Burkina Faso.

Déjà parus
Bwéni Soalma, La case aux fétiches, légende des savanes d'Afrique (Burkina-Niger),2008 Coulibaly Adama, Le mil et le sorgho et autres contes toussian (bilingue), 2006 Traoré Saratta (figures de S'Calpa) : Mariage et célibat à Ouagadougou (Burkina Faso), 2005 Lacombe Bernard G., Ethnographiques, carnets de voyages, 2003 Lacombe Bernard G., Contes de la pluie et histoire d'eau, 2003 : III Ouédraogo Sylvestre, L'ordinateur et le djembé/The Computer and the Jembe, essais, 2003 : 255 (bilingue anglais français), préface de B. Lacombe et F. Laureys Jean Naymard Le voyage en Orstomie, 1944-1994, Fragments pour un clinquantenaire, essais, 1995

Introduction
Au départ d'un maître, les disciples se rassemblent départ de leur collègue professeur, leurs affections et leurs querelles: hommage s'est joint vénérable Georges Condominas, Condo, en quoi se concentrent ceux qui l'ont fréquenté. Parfois le maître est un ami, et I'heure de la retraite est pour chacun le moment d'évaluer le chemin parcouru. Le maître est souvent si modeste qu'un hommage formel ne rendrait qu'à la face officielle, qu'à celle qui se confond avec la biographie académique, remercier ami? alors ceux qui le côtoyèrent au fil Comment plus qu'un des ans dans les couloirs des universités se disent: celui qui a été plus qu'un professeur, Remercier et la tradition veut qu'ils pleurent, ou boivent, ou les deux. Et au ses pairs font de même des pages d'idées. Et à cet le vénéré car de plus connu sous le nom de et le respect et l'affection qui, plus sérieux, dédient au partant un mélange de ce qui fit le maître du maître,

qui a été un juste par son action et ses

silences, un guide par ses écrits et sa parole, un aîné par l'affection patiente et la remarque lucide? Mais alors fallait-il entrer dans un moule qui serait celui sonore? dernier des hommages respectueux qu'on lit sur les monuments, ou dans un dithyrambe républicain impudique et lui dire, alors qu'il ses ultimes sourires a donné son d'écoute et prodigué

Ne pouvait-on amphi,

7

énoncé ses dernières sentences frappées du sceau académique, lui dire tout simplement lui dire: Merci 7 C'est ainsi qu'est né ce livre, enfant du respect et de l'ironie, et qui rend à Richard Pottier partie de ce qu'il a semé avec humour au fil des années. Chacun y a contribué qui a pu

être contacté - la vie universitaireest comme le pissenlit, elle
sème à tout vent ses graines et favorise la dispersion des étudiants devenus professionnels. Que les autres y trouvent un écho de ce qu'ils ont vécu de cette longue marche d'un ethnologue fin lettré ès lettres lao, anglaises et françaises, et qui sût maîtriser sa compassion en labourant de son esprit patient le secteur de l'anthropologie des maladies: car qui, quand il est frappé, ne se dit pas: pourquoi ça 7, pourquoi moi 7 Le médecin répond: pourquoi pas 7, et l'ethnologue commente: quel sens a ma vie 7 se dit chacun.

Travail sur un manuscrit sanscrit avec Thit Dan

8

Une carrière
Richard POTTIER, actuellement Professeur d'Ethnologie à l'Université René Descartes-Paris 5, a enseigné auparavant aux universités de Lille 1, Nice-Sophia-Antipolis et dans d'autres institutions comme l'Institut Pasteur de Paris. A débuté, après des cours de philosophie dans le cadre de la Coopération Culturelle Française au Laos, a été Fonctionnaire de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), en poste au Laos puis aux Philippines. Il exerçait en plus de ses fonctions de consultant un enseignement théorique et pratique d'anthropologie de la santé des "MédecinsAssistants". A rempli de l'administration universitaire nombreuses fonctions dans et de recherche en France

(Président du CNU, comité national universitaire), au CNRS,
centre national de la recherche scientifique, comme membre du comité scientifique de la section et de nombreuses commissions de spécialiste en anthropologie. Diplômé de laotien, a écrits de nombreux articles sur sa

spécialité -l'anthropologie

de la maladie

-

et d'autres sur le

bouddhisme. Il a effectué un travail théorique sur les mythes. De ses trois livres essentiels, le dernier est considéré comme un chef-d'œuvre au sens le plus authentique du terme qui l'a fait reconnaître internationalement avant même sa publication, comme spécialiste du shamanisme à travers son travail sur le shamanisme laotien.

9

Trois livres majeurs
Anthropologie du mythe, Kimé éd. Paris, 1994 Santé et société au Laos, Comité de coopération avec le Laos éd. Paris, 2004 YÛ dl ml hèng, "être bien, avoir de la force" Essai sur les pratiques thérapeutiques lao, Ecole française d'Extrême Orient éd., Paris, 2007

Richard Pottier lors de la cérémonie d'initiation au shamanisme

10

Biographie
Certains auraient imaginé que pour devenir ethnologue au Laos, le plus simple aurait été d'être soi-même Laotien, mais l'ethnologie, être tout sauf justement de s'oublier art du regard éloigné, demandait à Laotien. Cela ôterait aussi le plaisir

soi-même, de devenir un autre, ensuite celui de

devenir autre, de redevenir soi et d'être au bout du compte d'être tel qu'on est semblable et différent à soi-même, proche et lointain, et aussi curieux de soi finalement que des autres, sans trop savoir si on atteint sa vérité ou si l'on devient que partie d'une potentialité humaine que d'autre ont tout aussi bien habitée que nous-même. Donc, il voulait éviter la facilité de la fusion, et rechercha la difficulté de la distance. C'est pour cela que pour devenir grand connaisseur du Laos, Pottier choisit de naître d'une famille bi-provinciale qui alla s'acculturer l'expérience en Normandie. comme Proust ou Lovecraft Intéressé par la maladie, Richard aurait pu en faire et être maladif (Howard Phillips pour les intimes - il n'en avait d'ailleurs pas). Non, il choisit le regard distancié de qui, n'étant jamais malade observe la maladie de l'œil tranquille de Pasteur les microbes s'agiter. Car la maladie demande de la santé pour n'en a être abordée, et Richard, comme les bons médecins, verre d'eau, si nous pouvons dire...

point manqué, seul le bourgogne le navre... tempêtes dans un

Il

Lettré de village vietnamien Je disais que j'avais entendu, il y a longtemps déjà, un homme

vraiment savant et profond dans son art exprimer sur ce sujet les idées les plus vastes et cependant les plus simples. Quand je le vis pour la première fois, je n'avais pas d'autre expérience que donne un amour excessif ni d'autre l'instinct. plus vastes Evidemment, il voulut être plein d'indulgence Charles que celle que et nous raisonnement

causâmes d'abord de lieux communs, c'est-à-dire et les plus profondes.

des questions les Baudelaire

12

Arthur Rimbaud Pour servir ce que de droit Par la présente je confirme que Monsieur Richard Pottier, cidevant Docteur en ethnologie, Professeur à l'ancienne en Sorbonne nouvelle, n'est pas Gaulois, n'en ayant ni l 'œil bleu, ni l'étroitesse de cervelle et qu'il est habile dans la lutte; par ailleurs, ne beurrant pas sa chevelure et se ne se beurrant pas la gueule le soir autour des grands feux, il montre par là ses origines celtiques, telles qu'on les trouve encore en Bretagne.
Richard branches, enfance parents: l'une Pottier naquit donc d'une et l'autre picarde, famille à deux

bretonne passant

afin d' expéri-

menter dans sa chair ce que c'est que d'être métis. Il a eu une française, ses vacances chez ses grandsun grand-père potier dans une usine de porcelaine et

une grand-mère qui brodait si bien.

Nous ne pouvons oublier sa tante qui était dentellière et très patriote, comme on le lit sur la grande broderie qu'elle fait sur cette photographie: .. .France...

13

Ses parents

étaient travailleurs

et modestes,

et ils qui

vivaient à Caen. Il eut un frère, ou bien c'est Jean-Marie en eÜt un, en tout cas, il est plus grand!

Caen est une unité de lieu et pas une question sur le temps, comme l'a magistralement démontré Raymond Devos, qui devait devenir célèbre pour sa grande phrase patriotique: Je préfère glisser ma peau sous les draps pour le plaisir des sens que de la risquer sous les drapeaux pour le prix de l'essence. Richard fit des études, sérieuses et solides, brillantes parfois. Il passait de longues heures à lire. Il lut tout ce que ces temps difficiles de la guerre future: laissait traîner: livres scolaires, religieux, de guerre, de médecine. Ainsi se forgea sa vie quadrichromique sacrés étudier du bouddhisme, les malades enseigner, étudier les textes aux jeux de stratégie, par ces vie, il des aux Par ailleurs, s'adonner

et la maladie.

cheminements s'énamoura grands arbres...

inconscients

qui font le sel d'une d'où

de l'Asie, de ses éléphants, de ses tigres, de ses Il rêvait aux pagodes sortaient aux marchés multicolores,

cohortes de moines jaunes, 14

rizières à étages, luisant sous le soleil, dont le vert tranchait sur le bleu du ciel, qu'il appelait déjà, le Ciel. Un dernier aspect doit être souligné chez lui: son amour des animaux. Ses parents ne voulurent point qu'il hébergea un boa genre con qui se tord, d'éléphant toujours trompeur, de tigre de feux de Bengale, alors il se rabattit sur les chiens. Toute sa vie il a entretenu avec eux une relation réciproque d'affection et de respect. Puis, comme on dit en Province, philosophe, chercha et rencontra Xuân, et ils partirent au Laos... agités les rattrapèrent. il monta à Paris, Condo et ensuite Xuânoù les remugles des temps

Des amitiés, un pays, des enfants, d'une vocation, des maîtres l'enseignement, une vie quoi

Agnès et serge, des amis fidèles comme Tadam Phrommala, les Sicard, tout le mûrissement lao, des maîtres en sanscrit...

qui refusera le confort d'un poste juteux dans un pays de rêve où d'être étranger donne distance et confort, pour le retour... l'université et une œuvre qui se construisit avec le temps. En effet, il aurait pu chercher la fortune, entrer dans les plantations de teck, ou de caoutchouc, ou de thé. .. se faire marin, trouver parsemé ou aviateur, un moyen d'embûches: mais non, il chercha plein d'aléas, farci l'enseignement. modestement de difficultés Tant qu'à à et

faire, il (croyant sieste IS

aurait pu entrer en ces instituts où des ouistitis sautent de branche en branche de la hiérarchie administrative régularité de la carrière que ce faisant, ils gravissent les degrés de la science) et où la fait de la vie une longue

tranquille. Non, il choisit de travailler dans ces organisations qui ont pour particularité de rassembler en elles les défauts de toutes les nations qui les ont fondées et les composent. Mais là fut la sagesse de Richard: gravir la montagne descendre qui, raisonnement de l'ivrogne ayant a-t-on vu qui veut le la perdu sa clé, vers la mer 7, suivant

cherchait près d'un réverbère car là était la lumière. Vint le temps de la thèse, laquelle est toujours, Heu... disons langue... générations écrivait toujours, Pourtant, avaient n'importe précédée d'un terrain qui un long et on apprentissage de l'étrange étranger, de ses us, coutumes

il aurait pu faire n'importe quoi et c'était bon, puisque

quoi, nos personne

le choix des armes et des rings:

n'avait été y voir avant nous. Il aurait pu aussi choisir un sujet rebattu par la science de sa jeunesse, retentissent et reprendre les antiennes sonores qui dans les lambris de la Sorbonne, par vagues...

Comme dans les défilés, quand les jupes longues succèdent aux pantalons courts, où l'on coupe les robes pour ensuite y renoncer en faisant promener des modèles habillées de rien. Là encore, il alla près de maîtres modestes écouter le savoir, observer la pratique et entendre l'humour. s'accumula construisit une connaissance, une réputation: s'affûta Car qui arrive au une sensibilité, se bout de son chemin, ne peut que rire des pas qu'il a fait. Et là, celle du terrain, sur quoi tout se naît toute béatitude, toute joie, mais

construit. De la géographie,

disait Nizan ni vivant non plus d'ailleurs. Il y acquit aussi, en élève fidèle, l'art zen du maître qui jamais n'intervient

16

force

l'élève,

disciple

malgré

lui, à puiser

en lui pour

résoudre les problèmes rencontrés, les questions abordées... La vie est une auberge espagnole, et chacun n'y trouve que ce qu'il est. La sagesse est de le savoir et de ne pas intervenir. C'est ainsi qu'il écrivit sa thèse. Que tant d'autres pillèrent, au point qu'elle devint un de ces mythes dont on de parle le soir après boire, comme en Bretagne parle-t-on de conspirateurs, d'examens, avec prudence. Que cette thèse devienne un mythe inclina Pottier à aller voir de ce côté-là: cerveaux s'exercèrent, Mythes au logis, où de grands qui avaient pondu de grandes œuvres:

l'ankou, ou dans les déserts d'Arabie, des djinns, à voix basse comme en est la coutume, dans les salles entre étudiants.. . Avec prudence aussi, touj ours

la parenté élémentaire, les lances du crépuscule, les salines du Sahara, le rameau d'or et autres diamants de la connaissance. Et un jour, Dieu existe, même s'Il n'en sait trop rien lui-même, Dieu lui accorda la grâce d'un répit. Il repris ses cahiers oubliés, Alors, il déclara: presque moisis dans les caves du temps. Ainsi est-il Heureux celui qui possède toujours de la

force et a suivi son chemin dans la droiture.

heureux qui a su suivre ses maîtres. Il reconnaît la chance que lui a donné la vie d'en rencontrer et de les porter en lui audelà de leur mort. Lui-même survivra en ses élèves. Car nul ne naît de luimême, l'humanité s'acquiert avec d'autres et se transmet ensuite. L'a aussi expérimenté Nezahualcoyotl, poète aztèque: Nulle part se trouve la maison de l'inventeur de soi-même 17

Voilà

pourquoi

aujourd'hui

Richard

nous dépasse

d'une tête; après tout cela ne fait qu'une de plus que la moyenne puisque peu de gens en ont une. Ne peuvent se vexer que ceux qui n'en ont pas du tout, mais n'en ayant pas, ils ne remarquent remarquent rien et sont heureux. Les autres qui le sont vexés quand ils voient que la leur est plus avec la sortie de la carrière, tout cela

petite. Mais aujourd'hui,

sera de la vieille histoire sans intérêt. Enfin, si la vie est une auberge espagnole, celle qu'il habite est sacrément riche!

Le Maître quittant son dernier amphi
18

On n'est ce que l'on fait de vous, on est de ce que l'on fait de ce qu'on a fait de vous. Richard était d'une famille bien française, mais il resta lucide sur l'ethnocentrisme. déceler certaines nées du refus racines d'acceptation Et on peut des racines à son attitude, pas seulement ce certains traits indigène

de culture étrangère, mais des racines de sa culture.

Certaines lectures l'y aidèrent A Paul Déroulède qui écrivit: Ah la fraternité des peuples vous enchantent! Regardez-les passez vos frères allemands! Constantin Maréchal (des logis-chef probablement car logé

- lieux peu propices à la poésie) dédia un poème de ses Visions de guerre

au Barreau de Paris et pas dans les tranchées

dont il pondit un volume chaque année de 1a Grande guerre, celle préférée de tous par ses hécatombes de militaires, avant qu'on passât aux civils à la deuxième: Ne comprenez-vous pas que l'apache est l'apache, Traître, espion, voleur, assassin et goujat, Qu'il n'est pour le dompter d'autre que la cravache, Pour l'abattre à vos pieds, obséquieux et plat. Maréchal aimait beaucoup la violence et la haine à quoi il a dédié un hymne.

On peut

aussi

se souvemr

de lui pour

son indignation

exclamative dans cet éloge subtile du pinard bordelais: Comme des loups-cerviers, les profiteurs de guerre Ont fondu sur la proie offerte à leurs désirs, 19

Et tel qui chichement mangeait du pain naguère Nage dans l'opulence: à lui tous les plaisirs!

Ce qu'il en a gagné de la bonne galette!

Il aplumé Français,Américains,Anglais ,.
Leur en a-t-il fourré de la sale piquette, Du pinard à la manque en flacons bordelais! Mais nous devons dire, que ce genre de littérature enflammée de vitriol lâche, Richard devait la retrouver, avec son, lumière et tableaux vivants, plus tard, bien plus tard.
Ce qui donne une bonne idée de l'universalité de la relativité de sa culture et de sa bonté. de l'homme et

20

Numérologie La science numérologique ne cesse de donner des preuves de sa validité; son essor est concomitant avec le renouveau des arts magiques de l'astrologie, de la lecture du marc de café (on boit le café avant) et des tarots, marseillais (en buvant le pastis) ou polynésiens (on les mange avant et ce n'est pas bon pour la ligne). Mais elle demande du doigté dans le choix des nombres que l'on prend; ainsi dans le cas précis, il faut se limiter à son dernier livre Yu din qui comporte: Chapitres: 7, pages: 542, citations 428; soit somme: 977*21 qui est le nombre de pages de l'article Au nom de Marx et de Bouddha, soit 204183, soit (9770*2)+977= 20517 qui multiplié par 294 qui est la combinaison de ses noms et signes astrologiques donne 4.185.468, nombre dont la somme des chiffres donne le nombre remarquable de 18, soit 9! qui multiplié par le chiffre de la date de naissance de Pottier et divisé par le nombre possible de réincarnations donne... 2112, qui n'est qu'une manière décrire l'arrangement mathématique pertinent de 1221 ! Cela signe, à soi seuIl 'équilibre parfait de cet homme unique, Richard Pottier. Et également la régularité de son âme: car diviser 2112 par 1221 donne: 1,7297297 etc., ad infinitum. Par ailleurs la combinaison des pages des grands livres de l'anthropologie donne toujours les mêmes nombres trouvés précédemment quand on les arrange avec la date de naissance de Pottier dans le calendrier chinois, ce qui implique que la numérologie de Pottier rapportée à celle des grandes œuvres du monde est doublement de 1 (1221/1221, ou 2112/2112), Donc il appert que Richard Pottier est unique et explique la présence fusionnelle de Xuan dans sa vie. 21