L

L'Enfant du Saalum

-

Français
214 pages

Description

L'enfance, ici, c'est avant tout l'Afrique coloniale et le pays des Sérères animistes.
L'auteur, orpheline de père, y vivra dans un univers implacablement hostile une enfance dénuée de tout. Heureusement il y a Malik, Aline Sifoe Diatta, Bongo Bey… les habitants du pays sérère. Martelant, rythmant le quotidien, et s'imprimant à jamais dans le sang et le coeur il y a la musique et le chant des griots.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 février 2019
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140114366
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Françoise Leclerc
L’enfant du Saalum Roman
/ Littérature
Préface de Sylvestre Clancier
Rue des Écoles
Rue des Écoles
La collection « Rue des Écoles » est dédiée à l’édition de travaux personnels, venus de tous horizons : historique, philosophique, politique, etc. Elle accueille également des œuvres de fiction (romans) et des textes autobiographiques.
Déjà parus
Fainsilber (Liliane),Trois boutures de jasmin, roman, 2019. Tourné (Pierre-Jacques),L’hypnophobe, roman, 2019. Kanyiki (Lumbamba),Chant du corbeau, récit, 2019. Benoit (Jean-Louis),Au sommet de la colline, roman, 2019. Peltier (François),Le club Kierkegaard, roman, 2019. Mallard (Rémy),Manège, nouvelles, 2018. Pittet (Ignace),Promenade d’un rêveur solidaire, récit, 2018. Mathé-Cachia (Marie-Hélène),Le ventre du laboratoire, roman, 2018. Charvet-Bernard (Christiane),y a longtemps que je t’aime Il , roman, 2018. Albaterra (François),Les fausses routes du siècle, roman, 2018. Bitaine de la Fuente (Marie-Thérese),Horizons tremblés, nouvelles, 2018. Kalifa (André),Histoire de Samuel. Entre l’Algérie et la France, récit, 2018.

Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.editions-harmattan.fr
LENFANT DU SAALUM
© L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-14757-4 EAN : 9782343147574
Françoise Leclerc L’enfant du Saalum Roman
Du même auteur
Roman
Forclos, Flammarion, collection « Textes », 2001.
Poésie
La ville te guette au coin du bois,
Le Temps des Cerises, 2004.
Loup pourquoi te caches-tu ?
Le Temps des Cerises, 2007.
Merci l’Afrique… !L’Harmattan, 2009.
Voyage en terre sainte, Andas, 2011.
Le tombeau Sakalave, L’Harmattan, 2013.
ϲ
Préface Françoise Leclerc est poète et romancière née. On se souvient de son beau roman Forclos paru chez Flammarion en 2001 et d’étonnants livres de poésie aux Temps des Cerises et à L’Harmattan, dont Merci l’Afrique… ! , en 2009, ou Le tombeau Sakalave, en 2013. Aujourd’hui, elle récidive et de belle manière avec un merveilleux roman où souffle l’harmattan et l’ensorcèlement de l’Afrique que la jeune narratrice de 10 ans nous fait vivre. Dans ce dispensaire de brousse où ont échoué sa mère Agathe que le parfum d’un lilas du Gabon fait soudain pleurer quand elle pense n’avoir pu sentir de lilas de France depuis plus de cinq ans et le beau-père « Toque », médecin à blouse blanche et à toque qui conserve dans des bocaux emplis de formol sur les étagères de son bureau les mal-nés ou « indigents physiologiques » : des pieds palmés, des quatre bras, fœtus à un seul corps et deux têtes, il se passe une foule de choses plus étranges les unes que les autres. Avec un talent comparable à celui de Paule Constant qui vécut comme elle une drôle d’enfance africaine, Françoise Leclerc, dont la sincérité et la vivacité forcent notre admiration, nous fait vivre dans L’enfant de Saalum l’Afrique de son enfance. Fer rouge imprimé dans la chair, nous dit-elle, « A toi je dois ce que je suis / La rage d’être malgré tout »
ϳ
Tout est là : du dernier bébé d’Agathe devenue une poupée de son tant elle a été piquée par les moustiques et infestée par les larves, aux prisonniers maltraités qui nettoient les latrines du dispensaire, au chacal Bauminois élevé au biberon, mais qui une fois grand imprègne de son odeur la douche où on l’enferme, aux voleurs qui se multiplient à l’approche de la fête de l’Igname, à Ossoubi Diarra, le vieux soldat qui a fait la Grande guerre et en garde toute la fierté, au passage des criquets pèlerins, au festin des redoutables fourmis Kara, aux conjectures du forgeron féticheur Bongo Bey qui explique à la petite fille ayant atteint l’âge de raison que « l’important n’est pas ce qui se trouve au bout du chemin, mais le chemin que l’on aura parcouru pour y parvenir », aux visites impromptues du général Gros prêt à tout pour repartir avec les bocaux du médecin Toque, en bon expert des « indigents physiologiques » qu’il prétend être, aux festivités étonnantes de la fête de l’Igname.
En refermant ce roman captivant, qui se lit d’une seule traite, on ne peut s’empêcher de penser que son auteur a réellement su tirer profit de ce que le féticheur Bongo Bey avait enseigné à la petite fille qui eut 10 ans en Afrique, au temps des colonies.
Sylvestre Clancier Président d’honneur du PEN Club français et président de l’Académie Mallarmé
ϴ
Afrique de mon enfance Fer rouge imprimé dans la chair A toi je dois ce que je suis La rage d’être malgré tout
ϵ