Sory Kandia Kouyaté
126 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Sory Kandia Kouyaté

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
126 pages

Description

Sory Kandia s'impose comme un véritable monument de la musique africaine. Mais si Sory Kandia Kouyaté, l'artiste éclos, est bien connu, Kandia, l'enfant enclos dans l'éducation traditionnelle, est souvent méconnu. Le passé, l'enfance de Kandia vécue en pleine période coloniale, est en fait l'expression des âpres contradictions d'alors. Ce sont ces instants noslagiques que son fils aîné raconte ici.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2012
Nombre de lectures 16
EAN13 9782296486744
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

SORYKANDIAKOUYATÉ
Chantre immortel d’une Afrique éternelle

MamadouKouyaté

SORYKANDIAKOUYATÉ

Chantre immortel d’une Afrique éternelle

© L’Harmattan, 2012
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN :978-2-296-96483-9
EAN :9782296964839

DEDICACE

Je dédie cet ouvrage à ma famille élargie :
- AFeuEl Hadj Ousmane Kouka Sandwidi, ancien directeur de
l’Institut géographique duBurkinaFaso. Par amitié avec Sory
Kandia Kouyaté, il est devenu l’ami du peuple deGuinée et de ses
dirigeants au point d’être décoré solennellement au Palais du
Peuple àConakry, en 1979, chevalier de l’ordre national du mérite
par le présidentAhmed Sékou Touré ;
-A FeuEl Hadj SoribaDiawara de Touba – Madina Wora dans
la sous-préfecture du Mali en république deGuinée.Exploitant de
Diamant, il a offert le premier, lepèlerinage àla Mecque avecun
véhicule4x4, à SoryKandia.
-AFeuElHadj DiélySoryKouyaté,leplus grand balafoniste
de l’Afrique et compagnon de tous les temps de Sory Kandia.
Ensemble, ils ont fait plusieurs fois les cinq continents.
Que ce travail soit des fleurs sur leurs tombes et que leurs âmes
reposent en paix au paradis éternel.

Amen !

SOMMAIRE

DEDICACE..........................................................................................5
I. L’ORIGINE DES ARTISTES (DJELI-GRIOT) .........................9
SITUATIONGEOGRAPHIQUE..................................................16
II. NAISSANCE ETENFANCE.....................................................17
III.APPARITIONAU PUBLICVILLAGEOIS ...........................21
TEMOIGNAGEDEFEUEL HADJABDOULAYEBARRYDIT
«MODYFOULAH» ....................................................................23
IV. SOUS LESCOULEURS NATIONALESDELA GUINÉE
INDÉPENDANTE............................................................................31
V. LEPOÈTE...................................................................................33
VI. L’ŒUVRE DESORY KANDIA..............................................43
VII.CONCILIER LETRADITIONNELET LEMODERNE...47
1.Recueilet traductiondudu keme bourema ..................49duga et
Parasites qui décomposent le corps dans la tombe (v. 73 à 103) ...56
Lekeme bourama(texteoriginal et traduction)............................58
2.Situation historique....................................................................68
a)Le duga..................................................................................68
b)Lekeme bourama..................................................................70
3.Structure deschants ...................................................................72
4.Analyse dudiscours griotique...................................................75
COMMENTAIRE.....................................................................76
a)Latransfigurationépique......................................................77
b)Del’horreuràla beauté épique.............................................79
c)Le culte del’action................................................................80
d)Lavisionépique....................................................................80
KOUYATE SORI KANDIAET EMILE TOMPAPA
Deuxamis ferventsdelamusiqueguinéennetraditionnelle..........81
VIII.EVOCATIONSDE FEUEMILETOMPAPA
MUSICOLOGUE ETANCIEN PRESIDENTDUCONSEIL
NATIONALDELA COMMUNICATION...............................81
Citation:....................................................................................81
«Matinde Noëlde1977 »........................................................82
Affirmationdelavocation ........................................................82

7

Professionnellement ..................................................................83
1957,EnGuinée........................................................................84
L’Africain..................................................................................85
A Madina...................................................................................86
Son action nationaliste ..............................................................87
Kandia et la musique de son temps ...........................................88
Son apogée ................................................................................88
Son violon d’Ingres...................................................................89
Héritage .....................................................................................89
Dans la vie.................................................................................90
Son humeur ...............................................................................90
Samère......................................................................................90
Sapeine.....................................................................................90
IX.CIRCONSTANCESDUDECES .........................................91
Communiqué ducomité central sur la disparition
del’artiste du peuple.................................................................92
L’émotiondes peuples ..............................................................95
X. ROLE DEQUELQUES INSTRUMENTS
TRADITIONNELS UTILISESDANS NOS SOCIETES.........99
1) Le balafon .............................................................................99
2) La kora..................................................................................99
3) Le bolon................................................................................99
4) Le touny................................................................................99
5) Le violon.............................................................................100
6 ) Le kondy ............................................................................100
7) Le tondoundoun ..................................................................100
8) Le tam-tam..........................................................................100
9) La flûte................................................................................100
10) Le doundoumba ................................................................100
11) Le dielydoundoun .............................................................101
12) La calebasse ......................................................................101
13) La castagnette....................................................................101
14) Le boté ..............................................................................101
15) Le tamany..........................................................................101
16) Le baala.............................................................................101
17) Le daro..............................................................................101
18) Le karignan .......................................................................101
XI LAVIE DESORY KANDIA EN IMAGES ...........................103
BIBLIOGRAPHIE.........................................................................123

8

I. L’ORIGINE DES ARTISTES (DJELI-GRIOT)

Les djélis forment une caste sociale tout à fait particulière.
Comment les? Les légendesAfricains expliquent-ils son origine
rapportées diffèrent sensiblement selon les lieux.Cependant,on
peuten faisantabstractiond’assez nombreuses variantes,les
rameneraux versions principales suivantes.Laplus simplenous
fait remonteràla Création.On larencontre auFouta-Djalon.
QuandDieudistribuait les richesseset lesdestinsentreles
hommes, dit latradition,l’ancêtre desdjélisétaitabsent.Ilarriva
trop tard, alors qu’il nerestait plus rien.C’est pourquoiDieu
l’attacha àune autrefamillequidésormais futchargée de
l’entretenir.
Lasecondeversion seretrouve dans presquetous les paysde
l’Afrique del’Ouest,spécialementchez lesMandingues.Deux
frèresen voyageseperdentdans le désert.Bientôt lafaim les
tenaille; leplus jeunesesentdéfaillir.L’ainé alors se dévoue.Il
se cache derrièreunbuissonetcoupeun morceaudela chairdesa
cuissequ’ildonne àsoncadet.Ce dernierainsi sauvé arrive à bon
portet n’apprendqu’au terme du voyagelegeste deson frère.Par
reconnaissance,il jure deleservir,luiet sesdescendantsetde
chanter ses louanges.Cefut lepère desdjélis.
Unevariantemandingue dit quelefrère ainé, au lieud’un
morceaudesa chair, a donné àsoncadet, deson sangà boire.Ce
quiexpliquerait l’origine du motdjéli,termegénérique désignant
les griots.En mandingue,lemêmemot signifiesang.
Une autregenèse estexpliquéeparSoryKandialui-même dans
son titre"Lamban": Alanaissance duProphète Mohamed"Paixet
Salut surLui ", àlarupture ducordon ombilical,on recueilleson
sangdans unepetite calebasse.
Quand arrivelemomentd’enterrer son sang,laterretremble et
sefend commepourdirequ’ellepeutcontenir lesangduProphète.
Lamêmesituation futconstatée dans le ciel, alorsSouragata,
ancêtre desdjélis récupèrelerécipientdesanget semetderrièrela

9

maison pour boire entièrementcesangduProphète.Publiquement,
ilexposelerécipient vide etdit qu’ila bu lesang, alors ilfut
appelé "djéliba". Il se serait ainsi noué une association par le sang
entre les djélis et les familles auxquelles ils sont attachés.
D’autres disent que l’ancêtre des djélis aurait été le fils d’un roi.
Ala mort de sonpère,il partfaire le tour de sesEtats pour
recouvrer l’impôt. Mais tous ses sujets firent mine de ne pas le
reconnaître. Pour prouver qu’il savait qui dépendait de lui, il
récitait à chacun sa généalogie en disant : "Tonpèreun tel,payait
l’impôtau mien.Un tel,ton grand-père faisait telle offrande au
mien. Pour ne pas leur être inférieur, tu dois me payer ce que je te
demande ".C’est depuis que ses descendants, les djélis, récitent
l’histoire des familles et exigent des cadeaux, comme le versement
d’une dette ancienne.
La version, la plus intéressante par toutes les racines mythiques
qui y plongent, a été ainsi contée par Amadou Manpaté N’Diaye :
"Dans les tempstrèsanciens, deuxfrères furentenvoyés par
leur mère àlarecherche de bois mort pour la cuisine.Apropos
d’une brancheque chacund’eux voulait s’approprier,ils se
battirentet par malheur l’ainétuale cadet.
Nesachant quefaire,il se chargea ducadavre et se dirigeavers
lamaison.Au moment où ilallaitentrerdans la demeure
maternelle,il futaperçu par ses parents qui le chassèrenten lui
disant:"Vaoù tu voudrasavec cemort,nous n’avons pasbesoin
delui,nous ignoronscequ’il faut faire en pareilcas".Lefratricide
allas’installerderrièrelamaison, àl’ombre d’un grand arbre.Aux
heuresdes repas,ilappelaitet on luiapportait sapart.Lorsquele
vent soufflait très fort,savoixdevenait insuffisante.Pour y
supplier,il semunitde deuxbaguettes qu’il frappait l’une contre
l’autre.
"Unenuit,une desesbaguetteseut lamoelle dévoréepar les
termites.Lelendemain,lemalheureux fratricideremarquaque ce
dernierétait plus sonorequel’autre.Profitantde cetterévélation,il
seprocuraun tronc d’arbre creuxcontrelequel il frappaitàtourde
e
braset ilen tiraitdes sons mélodieux.Le7 jourdesonexil, deux
corbeaux qui se battaient vinrent s’abattresur satête.Il reculasans
les toucher.L’unayant tuél’autre, creusaun trouavecses griffes
etenterrasoncadavre.

10

Le fratricide l’imita (origine de l’enterrement) et rentra à la
maison avec le tronc d’arbre creux et la baguette dont il ne voulait
plus se séparer. Les voisins allaient le voir, lui demandant d’en
tirer des sons et lui donnant divers objets pour sa récompense.
"Depuis lors il oublia son crime accidentel pour ne plus penser
qu’à son tam-tam"Cette légende est la seule qui mette l’accent sur
l’arbre des griots, et, comme dans la plupart des mythes on le
rencontre, le tam-tam est un instrument d’appel, deprière,le
premierdetous.Il ressortde cesexplications quela caste des
griotsest, dès ses origines les plus lointaines,subordonnée àla
famille des maîtres.C’est ce caractèrequel’on retrouva au
fondement du genre de vie des griots. Il serait trop ardu d’en faire
une description complète.Nous ne choisirons quequelquescas
téilsmoins ;suffiront à établir la rétraction du griot par l’art et la
littérature africaine.
En pays Manding, la caste des griots est désignée sous le terme
générique denyamakala. L’étymologie de ce nom est peu flatteuse
"tige d’ordure", dit-on. La caste comporte plusieurs sous-castes,
dont le talent et la fortune varient notoirement.
Il faut d’abord mettre à part les Mabo.Ce sont généralement
des menuisiers ou des tisserands, qui n’exercent aucune activité
littéraire ou musicale, mais qui appartiennent à la classe sociale des
griots et, comme tels, ont droit de quémander à leur envie.
Le rang inférieur dans la famille des griots est celui des fine ou
fina. Ils ne sont ni musiciens ni chanteurs, mais historiens
éloquents.Comme tous les griots, ils se marient au sein de la caste.
Puis viennent les djélis qui, à l’encontre des fina, sont spécialement
musiciens, chanteurs, compositeurs. Ils jouent de nombreux
instruments :La petite guitare, la kora, le balafon et toute la série
des tam-tams.
Les gaoulos constituent en quelque sorte l’aristocratie de la
caste. Leur activité s’ouvre en large éventail : chanteurs, musiciens,
poètes, conteurs,historiens,ils sont les maîtres jacquesdel’art.Ils
setaillent,selon leurs talents,unelargeréputation.Lejeunegaoulo
estformé au métier dès saplus tendre enfance dans l’orbite de la
caste paternelle.On lui donne des instruments de musique à sa
mesure sur lesquels il balbutie ses premiers mots.Entre 12-17 ans
selon ses aptitudes, il commence à accompagner ses parents en
11

public et joue de courts morceaux; l’apprentissage est long et
délicat. Parallèlement,ilétudiele coranet les récitsdes
chroniqueursarabes ;apprendl’histoire desarégionet la
généalogie des roisetdes maîtres.Il garde en masse, dans sajeune
mémoireune foule de contes. Mais en bon griot, avant toute chose,
il s’attache à un jeune kuntigi, le fils d’un chef. Il le flatte déjà et
lui extirpe des cadeaux.
Le gaoulo joue un rôle politique important : il sert de médiateur,
de propagandiste politique, de conseiller, etdans ce domaine, il se
fait le farouche défenseur des coutumes, le champion des traditions
anciennes quiservent de point d’appui à sa situation sociale.
Souvent pour garder contact avec le passé, le griot se rend en
véritablepèlerinage dans les lieux historiqueset sacrés:il vay
perfectionner son art et ses connaissances. Il existe ainsi des
villages uniquement habités par des griots, commeFadama,prèsde
Kouroussa(république deGuinée).
Les Européens ont voulu voirdans lesde vulgaires« dyélis »,
troubadours.C’est une insulte que de considérer les ancêtres
comme des hommes vulgaires.C’étaient des artistes qui servaient
dans les cours impériales ou royales; les dépositaires les plus
authentiques de la culture, les gardiens des traditions ; des juristes,
des historiens et des diplomates. Ils furent appelés des «sacs à
paroles ».Les rois puissants, écoutés et craints, leur rendaient
honneur et devoir. Ils les faisaient vivre à leurs côtés et pouvaient,
en tout lieu apprendre par eux la vérité. Les dyélis possédaient la
culture et jouissaient d’une grande considération.Ce furent aussi de
grands interprètes ;en un mot,ilsfurent les éminents messagers
des peuples d’Afrique.
Les grands lieux de la culture traditionnelle dans le Manding
par ordre d’importance, sont :

1-
2-
3-
4-
5-
6-
7-

Niani ;
Niagassola ;
Ségou ;
Sankaran ;
Kabou (Guinée-Bissau),
Banjoul ;
Wassolon.

12

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents