316 pages
Français

Microtoponymie de la commune de Vebret (Cantal)

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La microtoponymie est l'étude des lieux-dits d'une région bien délimitée. Elle concerne non seulement les lieux habités mais aussi les noms de parcelles cultivées ou non et des points remarquables. La présente étude de la microtoponymie de la commune de Vebret, dans le nord-ouest du Cantal, basée sur les documents d'archives et sur les témoignages oraux, s'attache à élucider l'origine et la signification de plusieurs centaines de ces lieux-dits, ainsi que leur répartition et leur survie actuelles.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 août 2015
Nombre de lectures 35
EAN13 9782336388649
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Je an - C laud eR i v iè r e

M i cro to p o n ymie
d el acommune de Vebret
(C a n ta l)

Microtoponymie de la commune de Vebret
(Cantal)

© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’École polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-06359-1
EAN : 9782343063591

Jean-Claude Rivière

Microtoponymie de la commune de Vebret
(Cantal)

L’Harmattan

Nominoergosum
«Jenommedoncjesuis»
Dirigée par Alain Coïaniz et Marcienne Martin

La collection «Nomino ergo sum» est dédiée aux études
lexico-sémantiques et onomastiques, sans exclure, de manière plus
large, celles qui prennent comme objet le fonctionnement et la
construction de la signification, aux plans discursif, interactionnel
et cognitif.
Tous les champs de l’humain sont concernés: histoire,
géographie, droit, économie, arts, psychologie, sociolinguistique,
mathématiques… pour autant que l’articulation épistémologique
se fasse autour des lignes de force de l’intelligibilisation
linguistique du monde.

Comité scientifique

Victor Allouche (Université de Montpellier); Gérard Bodé (Institut
français de l'éducation — École normale supérieure de Lyon) ; Georges
Botet (Président honoraire de l’Institut Psychanalyse et Management —
Membre de l’Association européenne de psychanalyse Nicolas Abraham
et Maria Torok) ; Kurt Brenner (Université de Heidelberg , Allemagne) ;
Vlad Cojocaru (Institut de Filologie Română, Iai, Roumanie) ; José Do
Nascimento (IUT Orsay — Université Paris Sud); Claude Féral
(Université de la Réunion) ; Laurent Gautier (Université de Bourgogne) ;
Sergey Gorajev ( UniversitéGorky – Ekaterinburg, Russie) ; Julia Kuhn
(Université de Vienne, Autriche); Judith Patouma (Université Sainte
Anne, Canada); Jean-Marie Prieur (Université de Montpellier);
Dominique Tiana Razafindratsimba (Université d'Antananarivo,
Madagascar) ;Michel Tamine (Université de
Reims-ChampagneArdenne) ; Diane Vincent (Université Laval, Canada).

Remerciements

Je tiens ici à remercier les habitants de la commune de Vebret dont les
noms suivent et qui ont eu la gentillesse de répondre à mes enquêtes. La
plupart nous ont, hélas, quitté aujourd’hui. Entre parenthèses, les secteurs de
la commune concernés par leurs témoignages.

M. et Mme Bernard (Sumenat etCourtilles)
M.Besson (Vebretetla Barrérie)
M.Bonhomme (VerchallesetCheyssac)
M.Boutarel, ancien maire (VerchallesetCheyssac)
Mlle Chappe (Cheyssac)
M.Couderc (ChampassisetRochemont)
M.etMme Delmas(la Besseire etla Cham)
M.etMme Delmourre (la Montélie)
M.etMlle Engressat(Courtilles)
M.Espinasse (Vebretetle Bouchet)
M.etMme Ganne (lesEssartsetRochemont)
M.etMme Gérard (la Vergne Petite etPourcheret)
M.etMme Jauvion (la Vergne etCousans)
M.Jouve (CourtillesetSumenat)
Mme Juillard (PrunetHaut)
M.J.Juillard (PrunetHaut)
M.etMme Malbec (Serre etla Salvinie)
M.J.-P.Malbec (Serre etla Salvinie)
M.Thiollet(Cheyssac etle Bouchet)
M.etMme Tissandier(le Bouchet)
Mme Vaissier(PrunetBas).

Troisamisme paraissentmériter une mentionspéciale.En premier,
Raymond Véchambre.Raymond estné cinq semainesaprèsmoi à
Champassis, à la fermeque nouspossédionsà l’époque et qu’exploitait son
grand-père, Géraud (un beauprénom auvergnat).Ily resta jusqu’en 1956,
date à laquelleson père prit une exploitation plusimportante à Courtilles.
Quelquesannéesplus tard, ils’installa définitivementà Montpigot surla
propriétéqu’ypossédait sa femme, Marie-Jeanne.Ily resta jusqu’àsa mort
prématurée en2000.Àune époque oùl’on parletantd’enracinement,
Raymond en fut un exempleremarquable : il nequitta Vebret que pour
effectuer sonservice militaire en Allemagne en 1950-51.Raymond
connaissaitadmirablement sa langue maternelle eten possédait toutesles
nuanceset toutesles subtilités.Il étaitaussi aucourantdetoutesleslégendes
locales.Àson départ, on peut vraimentdireque c’est une bibliothèquequi a
disparu.Il m’avaitfourni lesformesd’unequantité de lieux-ditsde Vebret,

7

concernantl’ensemble de la commune maisplusparticulièrementles
villagesde Champassis, CourtillesetMontpigot.
En deuxièmerang, jetiensàremercierPhilippe Olivier qui futà l’origine
de cetravail et qui a accepté de le mettresurlesupportapproprié.Il a eula
charge de déchiffrer un manuscrit souventpeulisible etde formuler, avec
son espritméticuleuxdescientifique,un certain nombre deremarqueset
d’objectionsdontj’ai pu tenircompte.Grâce àsontravail envue deson
Dictionnaire d’ancien occitan auvergnat, il a punousfournir unequantité
appréciable de formesanciennes.
Enfin, Jean-Pierre Chambon, professeurà l’Université de
ParisIVSorbonne, a accepté derevoirl’ensemble de cetravail etde l’amender
comme leromaniste éruditetletoponymiste aviséqu’il est.

8

Sommaire

Introduction.......................................................................................................11
I) Situation etcaractéristiquesgéographiquesetgéologiques..................11
II) Cadre linguistique..................................................................................13
III) Documentation etméthode d’étude.....................................................20
A) Lieuxhabités ............................................................................................... 39
A-I) Lieuxhabitésaumoins temporairement............................................ 39
A-II) Villagesoufermesdisparu(e)s .........................................................50
B) Bâtimentsd’habitation etd’exploitation agricole.....................................57
C) Agronymes ................................................................................................... 65
C-I) Termesgénéraux ................................................................................. 65
C-II) Termesparticuliers ..........................................................................108
C-III) Terrainsclos....................................................................................120
C-IV) Terrainsdéfinispar une mesure d’ensemencement
oude production............................................................................125
D) Anthroponymes .........................................................................................129
E) Hydronymes ...............................................................................................149
E-I) Leseauxcourantes ............................................................................149
E-II) Le franchissementd’une eaucourante............................................156
E-III) Leseauxdormantes ........................................................................159
E-IV) Les sourcesnaturelles.....................................................................162
E-V) Les sourcesaménagées ....................................................................167
E-VI) Lesendroitshumides......................................................................169
E-VII) Canauxd’adduction, de drainage, d’irrigation, etc.....................175
E-VIII) Aménagementsdivers .................................................................177
E-IX) Végétauxliésaumilieuhumide....................................................179
F) Oronymes ...................................................................................................187
F-I) Oronymes usuels................................................................................187
F-II) Autresoronymesde formation etd’origine diverses .....................197
F-III) Formesissuesde la base pré-indo-européenne
*kal- avec élargissement-mou-s................................................. 204
G) Animauxouenginsdestinésà leurcapture............................................. 209
H) Minéraux .................................................................................................... 217
I) Végétaux...................................................................................................... 225
J) Voiesde communication............................................................................ 253
K) Exposition,situation, localisation............................................................ 259
L) Métiersetactivitéscommercialesetartisanales ...................................... 263
M) Configuration etformesdu terrain etdu relief....................................... 265
N) Vie culturelle............................................................................................. 285

O) Toponymesobscurs................................................................................... 291
O-I) Termesconnusdes témoinsoudesarchives
maisd’étymologie non élucidée....................................................... 291
O-II) Formes relevées uniquement surle cadastre napoléonien (CN),
inconnusdes témoinsetdesarchives ............................................ 295
SourcesetBibliographie................................................................................ 299
Index ................................................................................................................305

1

0

Introduction

I) Situation et caractéristiques géographiques et géologiques

1)Cadre géographique—La commune de Vebretest située au
nord-ouestduCantal (arrondissementde Mauriac, canton de Saignes), entre
lespoints14 et15 de l’Atlaslinguistique duMassif central (ALMC).Elle
faitpartie de la Haute-Auvergne, mais touche à la Basse-Auvergne plusau
nord etnord-est, dontelle n’est séparéeque parla Rhue,rivière étroitement
encaissée etfranchissableseulementenquelquespoints.
La commune estégalementlimitrophe dudépartementde la Corrèze car
elle jouxte la commune de Bort-les-Orgues,située aunord etnord-ouest,sur
environ3,5 km, de Rochemontà l’estjusqu’auxcommunesde Madic et
d’Ydesà l’ouest.La Rhue, affluentde la Dordogne, matérialise cette limite.
Il convientaussi deremarquer que, jusqu’en 1789, lasubdélégation de Bort
faisaitpartie de l’Intendance d’Auvergne, comme entémoignentlesarchives
départementalesduPuy-de-Dôme.En outre, linguistiquement, Bortetle
plateaud’Usselrelèventdudomaine auvergnatcomme l’a bien montré A.
Lanly(1962).

2)Cadre géologique—Dupointdevue géologique, l’essentiel de la
communesetrouvesurdes rochesmétamorphiquesacides(gneiss), donc en
dehorsdu strato-volcan duCantalquise développe immédiatementau sud
(plateaubasaltique de Chastel-Marlhac, plateauphonolithique de Milhac,
planèze de Trizac - Le Monteil,...).La morphologie de cette partie non
volcanique dunord-ouestduCantal estcaractérisée pardes reliefspeu
accentuésetdesaltitudesassezfaibles(de 450à715 m pourVebret),
résultatsnotammentde lasuperposition desérosionsglaciairesetfluviales.
L’érosion glaciaireasurtoutété due à la dernière glaciation (würmienne)
qui a marqué cesecteuren élargissantetensurcreusantfortementles vallées
antérieures.Ceci aboutità des valléeslarges, à fond plat, où subsistent
quelquesdépôtsde moraines, età de multiplespetitescombes s’insinuant
entre descollines rocheusesarrondies qui montrent souvent un poli glaciaire.
Une autre particularité de l’action desglaciersestd’avoircreusé des
dépressionslocalesoù, lorsdu réchauffementpost-glaciaire,sesontdéposés
des sédimentsfins(argile)qui ontpermisd’y retenir une importante masse
d’eaude fonte.Ultérieurement,unevégétation particulière,riche en
mousses, a pu se développer, permettantla formation d’unetourbière.
L’érosion fluvialea été fortintense audébutdespériodesinterglaciaires.
Ainsiune grande partie de lavallée de la Sumène, affluentde la Dordogne,
quitraverse d’esten ouestla commune de Vebret, estoccupée pardes
alluvionsdéposéesaprèsle Würm, ilya 10à 12.000ans.L’érosion actuelle
est relativementfaible.

1

1

3)Cadre climatique—Le climatestdetype continental à influences
atlantiques, avec desprécipitationsmoyennementimportantes(1.050
mm/an)relativementbienréparties sur toute l’année.Ceci conduitàune
pérennité de la plupartdes sources, excepté lorsdes sécheresses
exceptionnelles(été 1976, été-automne 1985, été2003).Le débitdes rivières
estparcontretrès variable dufaitd’une alimentation double parlespluies
(cruespossiblesàtoute époque) etparla fonte desneigesdumassif du
Cantal (cruesde printemps).Cescrues, principalementcellesde la Sumène
peuencaissée, peuventprovoquerdesinondationsdesprairies riveraineset
de certains villagescomme Couchal, CourtillesetSumenat.Il estpossible
qu’il en aitété de même pourlevillage de Vebretdont une partie a pu
autrefoisêtresituée plusprèsde la Sumène comme entémoigne lasituation
e
actuelle de l’église du12 siècle, isolée entre le bourg etlevillage de
Couchal.Il faut remarquer quesi l’on arrivaità justifier unetelle hypothèse,
Vebretauraitaussi été en butte auxcruesduViolon,raresmaisbrutaleset
imprévisiblesaudébouché desgorgesdela Rateira.

4)Sources et puits—La nappe phréatique principalesetrouve dans
la plaine alluviale de la Sumène, mais,si elle donne assezpeudesources,
elle alimenteun certain nombre de puits.Il fautaussiremarquer qu’avant
l’alimentation de l’ensemble de la commune parle captage de
FontMarilhou, lesagriculteursavaientcreuséun peupartout un grand nombre de
puitsdestinésà abreuverle bétail.Cespuits, en général de faible profondeur,
étaientplusdesespècesde citernes quirecueillaientleseauxde
ruissellement surle fond descuvettes rocheusesetainsitarissaient
facilement, même pendant un été normal.Ils setrouvaientparfoisaumilieu
de la parcelle, mais souventétaientincorporésdansle murde pierres sèches
qui constituaitlaséparation entre deuxpropriétés: c’estcequi explique
qu’aujourd’hui ilsaient souventdisparuavec l’exoderural, le
remembrementetleregroupementdesfermes qui en arésulté, lesmurs
ayantété enlevésou s’étantpurementet simplementeffondrésdedans.
Le plusgrand nombre des sources setrouve en faitauxpointsbasdes
combesd’origine glaciairequiséparentlespointements rocheux.Ces
derniers sontparcontre deslieux secscarlarocheyest souventà nu.L’eau
de pluies’yinfiltre peuet ruisselle directement verslescombes qui forment
devéritablesdrains.Certainesontété captéesdepuislongtempspourles
besoinsdivers: eaupotable, abreuvoirs, lavoirs,...

5)Marécages et tourbières—Les sourcesde basde combe forment
fréquemment, danslesendroits relativementplats, des zonesmarécageuses
envahiesde joncs.Leur surface n’estgénéralementpas trèsgrande carl’eau
finitpar s’écouleren de petits ruisseaux.Les tourbièresont, parcontre, des
surfaces relativementplusimportantesdufaitde leurorigine glaciaire.L’eau
qui les remplitprovient soitdes sources(ex.aupied duplateaude
Chastel

1

2

Marlhac),soitdirectementdesprécipitations.Cette eaunes’écoule pas
toujoursparcequ’ils’agit souventde cuvettesfermées, etelles’en échappe
alorsparévaporation cequi explique de fortes variationsde niveau selon les
saisons.
Ceszoneshumides quisontappelées uniformémentdessanha['çon+a]
dansle parlerlocal (aussi desvernhadanslatoponymie)sontplusoumoins
aménagéespardesdrainset surtoutpardes rigoles(lei raza).

6)Rivières et ruisseaux—Lescoursd’eauontétéutilisésdanscette
région, comme dansbien d’autres, entant que force motrice pourles
nombreuxmoulinsetpourl’irrigation desprairiesde fauche, aumoyen de
nombreuxbarrages, lespisseiraalimentantde nombreuxcanauxappelés
valat,terme passé dansle français régional mais qui, curieusement, n’estpas
représenté dansl’hydronymie de Vebret.
Une autre importance des rivièresetdes ruisseaux vientde ceque, avec
lespointshauts, ilsont valeurderepères.En conséquence, ilsoccupent une
place importante danslatoponymie locale.

II) Cadre linguistique

1)Notation phonétique

L’alphabet utilisé estcelui de Gilliéron - Rousselot,usuel en
dialectologie.Nousne lui avonsapportéqu’une modification : pournoterla
chuintantesourde nous utilisonsle [ç].

Consonnes

k
g
t
d
p
b
f
v

j

Français

carton
garder
table
dîner
porter
bouche
faner
venir
chercher
jouer

1

Vebret

Caire
Agai
Tauga
Darié
Pous
Emborne
Finié
Vernha
Sòu
Nousié

3

['kai*re]
[a'gai*]
['ta"*ga]
[da'rye]
['p"]
[%m'borne]
[fi'nye]
['vern+a]
['ço"*]
[n"'jyé]

l palatal
n palatal
l
m
n
r

lieu
agneau
lire
marcher
nom
ruisseau

Lheiza
Sanha
Loup
Mòumé
Neice
Riou

['l+ei*ja]
['çon+a]
['l"]
[mo"*'me]
['nei*çe]
['ri"]/['ry"]

* Le [ç] est utilisé habituellementpournoterle [y]sourdqui n’existe pas
dansle parlerde Vebret.On l’a dansle nord dudomaine auvergnatcomme
produitde la palatalisation dugroupe [kl].

Semi consonnes

Cesontclassiquement[y], [w], [)] :Piagut[pya'gu],Bouija['bwidza],
Tuèr['t)èr].Quand on a pluralité de formes, lasemi consonne indiquesur
quellevoyelle porte l’accent: ex.['ry"] en face de ['ri"].

Voyelles

a
é
i
o
u
ou

part
été
lire
porte
mur
cou

Cartou, Prat
Mòumè
Riba
Riberoga
Batut
Pourtàu, Pous

[kar't"], ['pra]
[mo"*'me]
['riba]
[ribe'roga]
[ba'tu]
[p"r'ta"*], ['p"]

Commevoyelle nasale, on ne peutguèresignaler que [õ] :Maton,Turon,
etc., et[ã]Champilhou.On a, danscertainesconditions, desnasalisations
partiellespour[e] et["] :Emborne,Redounda.

Diphtongues

Comme lereste de l’occitan, le parlerde Vebretcomporteun certain
nombre de diphtonguesinconnuesdufrançais.

1

Fraisse
Neice
Loi
Oustàu

4

['frai*çe]
['nei*çe]
['loi*]
["s'ta"*]

Signesdiacritiques

Bèu
Clauzèr

['bè"*]
[kl+o"*'jèr]

[+]marqueune mouillure ou une palatalisation devanti < i long latin ou y:
Eigadis[iga'd+i];[*]une diphtongue :Caire['kai*re];[~]surlavoyelle est
unsigne de nasalisation :Turon[tu'rõ].

2)Graphie

Nousavonsadopté lesprincipesde la graphie mistralienne, avec les
adaptationsnécessairesà l’auvergnatetplusparticulièrementauparlerde
Vebret.Cesystème a l’avantage de ne pas trops’éloignerdufrançais, d’être
univoque c’est-à-dire pourchaque graphème (un oudeux signes) de ne
représenter qu’unson,saufraresexceptions ;etenfin de ne pas surchargerle
motde lettresétymologiques qui nese prononcentplus.
Etantdonné larelative abondance desformesanciennes, fournies
notammentparles terriersde Cheyssac etd’Auteroche etCouzans, il nousa
paru souhaitable de garder une certaine homogénéité par rapportà ces
formes.Ainsi, il nousa parudifficile, face à l’abondance desPrat, d’écrire
autrementcette forme courante.
Comme Mistral, nousavonspenséqu’un monosyllabesansconsonne
finale étaitdéfiguré.C’estainsique nousavonsadoptéBlanc,Champ,Lac,
Pech,Pous, etc.
Nousavonsjugé bon de conserverla même forme pour un motet ses
dérivés, parexempleChamp, prononcé ['tsõ], pourconserverlasérie avec
Champilhou,Champanhadou,Champassis;ChassanetChassanha
(prononcé [-o-] devant-n-) à cause deChassanhogaetChassanhougueira,
etc.
Quand deux[-i-]sonten contactet que lesecond estdevenu[-y-], le
phénomène estmarqué par un-h-, exemplelou Fritihou[friti'y"],la Vissihiò
[viçi'yo].
Nousnous sommeséloigné dans un casde la graphie mistralienne.
Mistral ne distingue pas, aumoinsdansles verbesdupremiergroupe,
l’infinitif duparticipe passé :cantaestà la foisinfinitif présentetparticipe
passé.Nousavonspréféré laisserle-ten finale desparticipespassés.C’est
ainsiqu’Espeirat“épierré”,se distingue nettementde *es Peiraetde
LapeiraetPerat,touslesdeuxNF.
Nousapporterons,si besoin est, d’autresprécisionsdansl’étude duparler
de Vebretci-dessous.

1

5

3)Accent tonique

Comme dans l’ensemble de l’occitan (à la seule exception duprovençal
niçois), l’accent tonique portesurla dernière oul’avant-dernièresyllabe :
–Accent surla dernièresyllabe :quand lavoyelle est suivie d’une ou
plusieursconsonnes, ou quand elle porteun accent(grave ouaigu) :lei
Fiagant,lous Piagut,SoutròetSoubrò,lou Poumié;
–accent surl’avantdernièresyllabe : lavoyelle finale ne porte aucun
signe, donc elle estatone etl’accent remontesurla pénultième :la Prada
['prada],lous Caire['kai*re],las Peirousa[pi'r"ja];
–lesuffixe-ouest toujours tonique en finale :lou Pradou[pra'd"],lou
e
Tiougou[ty"'g"].Le [-"-] atone des 3pers.plur.des verbesneserencontre
pasdanscette étude;
–l’accent tonique est signalé par une apostrophe (') devantlasyllabe
concernée :Peira['pei*ra] etPerat[pe'ra].
Nousindiquonsclassiquemententre crochetsla forme phonétiquetelle
que nousavonspularecueillirauprèsdes témoins.
Nousn’indiquonspasl’aperture des voyelles, l’étatactuel n’étant
intéressant qu’envue d’une description précise duparlerde Vebret.En
outre, le passage de [é] et[ó] fermésà [i] et["] a fait que les-e-
et-orestants sont tousà peuprès “moyens”.

4)Graphie des sources manuscrites et des manuels et dictionnaires

Souslaréserve concernant quelquesgraphiesduCNsignaléesplushaut,
nousavons respecté lesgraphiesoffertesparles sourcesmanuscrites(terrier,
censier, chartesdiverses, etc.).
En cequi concerne lesNL fournisparlesmanuels(Astor, Arsac, etc.) et
parlesdictionnaires(TDF, NDGFA, DGAF, etc.), comme le faitle FEW
nousavons respecté lesgraphiesoriginellesde cesdifférentsouvrages.

5)Le parler de Vebret

Ce parlerappartientaugroupe nord de la langue d’oc, etplusprécisément
à la partie méridionale de l’auvergnat.Surl’ALMC, le pointle plusproche
estle pt.14 (Menet), le point15 correspondantà Mauriac.Nousinsistonsici
sur sesparticularitéslesplus spécifiques qui le distinguentà l’intérieurde
l’ensemble occitan.

1

6

A) Phonétique
A1) Vocalisme

A : cettevoyellereste entoutespositions(atone,tonique, libre ou
entravée, finale atone, etc.).Seule exception : le -a-toniquesuivi de nasale
implosive ouexplosive devient[ó] fermé, ex.Chassanha[tsa'çon+a]“boisde
chênes”,Chassanhoga[tsaça'n+oga]“(petit) boisde chêne”.
E :èouvertne diphtongue pas, mêmesuivi de [y] :PEDICA>pèja
['pedza];LECTU>leit['lei*];MEDIU>mei['mei*].Seule exceptionVET(U)LU
>vier['vyer], fémininVET(U)LA>vielha, formes vraisemblablement venues
duMidi oùla diphtongaison conditionnée esthabituelle, comme dans
l’Aurillacois.
L’aboutissementde [è] ouvert roman estgénéralement[e] moyen.
Cependant quand on a conservéun [è] nettementouvertnouslesignalons
parl’accentgrave, ex.la Pèja,lou Coudèr.
é fermé : à latonique ensyllabe libre oufermée, il estnettementdevenu
[i], parex.[vu'bri]“Vebret”<VEPRETU(M);[pur'ni]“Prunet”<
PRUNETU(M);la Ganita<suff.dim.-itta;nigre<NIGER, forme
méridionalesemisavante.En finaleeferméreste :lous Caire['kai*re].
O : ò ouvert tonique ensyllabe ouverte oufermée demeure intact:la
Porta,la Rocha,lou Roc['ro], etl’on n’a pasde diphtongaison detype [wo]
banale en oc.
ò ouvert + y> ['e"*] :la neù,aneù< (AD)NOCTE.Entoponymie nous
avons seulementPeu(x)en auvergnatancien (cf. terrierde Cheyssac, 1584)
où-eu-représente habituellementla diphtongue ['e"*] <PODIUM.
Aujourd’huiPech['pe] est une forme empruntée auLimousinvoisin.
ò ouvert + w> [-e"*] :bèu['be"*] dansCornabèu.
ó fermé devient["] entoutespositions, parex.Chassanhoga,
Chassanhougeira,Porta/Pourtau,Cour/Courtiau,CRUCE>crous.
Comme dans toutl’occitan, le-o-à l’atone estdevenu["] entoutes
positions.

A2) Diphtongues

Sousl’accentd’une manière générale, lesdiphtonguesprimairesou
secondaires restentintactes.C’estle caspour[ai*, ei*, a"*, e"*, o"*] :l’Aiga,
lous Caire,l’Agai,la Peira,lou Fàure,lous Pradàu,la Fèuja(ou-e?).
En finale, mêmetonique, certainespeuvent sesimplifier:-ei>-edans
lespluriels, ainsiAuriè,Couè,Empradè, aussiMoumè(< -ei).En effet, les
singuliersen-er<-elà Vebretfont-eiaupluriel :lou chaster,lous chastei.
-ou>-o:fenirò< -OLU,tilhò<TILIOLU.

1

7

A l’atoneai>ei>i: [iga'd+i] et[i'gar] <aiga;[pi'rié, pi'r"ja] <peir-;
-a"*>o"*: [ço"*'lei*ra]sur[sa"*l-].En faiton a hésitation entre o"*et".
-ALElatin donne des résultatsassez variés sans qu’ilsoitactuellement
possible d’en connaître les raisons: on a ainsi [-ai*], [-a"*], [-ar] ou
simplement[-a] comme c’estasseznetdansle casdu village de Couchal, à
l’étymologie obscure parailleurs, [k"'tsa, -ai*, -a"*, -ar].
[-é-] fermé et[-i-] devant[-l-] intervocalique,qui donne [-g-], aboutissent
à [-ya-] à latonique.Cesformes sesontétenduesà cellesoù[-e-] et[-i-]
étaientatones, parex.
Piagut< *PELUTU,Piagat<PELATU,Fiagant< *FILANTE.AussiPiau<
PILE.

A3) Consonantisme

a)KetG+Adonnent trèsnormalement[tsetdz], ex.Chassanha
[tsa'çon+a] < *CASSANIA,janilié[dzani'l+e] <GALLINA+-ÁRIU.
Devantlesautres voyelleschetj(oug+e,i)se prononcentplutôt[tç] et
[dj]quoiqu’aumoinsentoponymie on note parfoisdesflottements.
Avec [k] et[gw] (dewgermanique)ketgrestentintacts: on a par
exempleCasseira<QUASSAREetgana< *WADANA.
b) danscetterégion, le -d- intervocaliques’efface complètement:
*WADANA>gaana>Gana.
c) -l- intervocalique > [-g-], parex.Piagut,Piagat,Fiagant,
Chassanhoga(<+ suff.-OLA).
Normalement, le double -ll-sesimplifie en -l-seul;on a dansla
microtoponymie de Vebretdeuxexceptionsdanslesquelles-ll- > -g- comme
le -l-simple :Davaganten face d’unverbedavalàgénéralisé, etMoga>
*MOLL(I)Aen face deMouleiravenuaussi deMOLL-+-ARIU.
d) [s] et[z] à l’initiale ouà l’intervocaliquesont toujourschuintésen [ç]
et[j] :Cirié[çi'ryé],Pisseira[pi'çei*ra],Souleira[ç"'lei*ra],Nousié[n"'jye],
Pouzata[p"'jata],Raza['raja], etc.
e) lesconsonnesdevanti issuduiromanquivientlui-même dui long
latinsontmouillées.Ce phénomène neserencontre pasen principe devant
unisecondaire, produitdeéfermé oude laréduction desdiphtongues[-ai*-]
et[-ei*-].Il arrive cependant que l’ontrouve desmouilluresetdes
palatalisationsavec ces[i]secondaires: c’estainsiqu’à côté deLaquit[la'ki]
“petite mare”nousavons recueilli [la't+i].Avec leslabialesp, b, le
phénomène peutallerjusqu’audégagementd’unesifflante.
f) le groupe [kl] estmouillé en [kl+] :Clàuzer[kl+o"*'zèr],Clida['kl+ida]
devantles voyellesprécitées.

1

8

Dans deuxcasaumoins, ce groupe passe à [l+] etmêmeselon les sujetsà
[y] :EC]CLESIA> ['l+ei*ja], CLAUD(I)US> ['l+a"*de], cf.françaiségliseet
Claude, occitangleisaetGlaude.Il en estde même pourle groupe [gl] :
Guillaume> ['l+a"*me] ou['ya"*me],sansdoute parlestade *Gliaume.
g) lesconsonnesfinales, latinesou romanes,sont toutes tombées, à
l’exception, danscertainscas, du-r:FLORE>flour['fl"r].Se maintient
égalementle -r< -let-lhfinaux:Clàuzèr[kl+o"*'jèr],vier['vyer].
Danschaque notice, nous signalonséventuellementlesproblèmes
phonétiques quise posentetlasolutionque nousproposons.

B) Morphologie

Nousn’indiquonsicique les quelquesnotions qui intéressentla
toponymie.
1) Pluriel desnomsetdesadjectifs: nousne notonspasle-sfinaltombé
depuisla fin duMoyen-Âge, parex.lous Turon,las Auba.
2) Article défini.Aupluriel il estlousetlasdevant voyelle [l"j, laj] et
devantocclusivesourdek,p,t[l"ç, laç] :lous Caire,lous Turon,las Auba,
las Tauga.Ailleurs, il estdevenuleiouli[lei*, liyouli] :lei Murat,lei Barta.
Maisil fautbienreconnaîtreque cet usage n’arien derigoureuxet que
nousavonsnoté bien desflottements selon les témoins.Pourhomogénéiser
notretexte, nousl’avons “normalisé” selon l’usagesignalé plushaut.
3) Articles “contractés”: en auvergnatmédiéval, la préposition locative
étanten,en lo>el,en loseten las>esfréquentsdansleschartesetleterrier
de Cheyssac.Aujourd’hui nousn’avonsplusesque danses Tiougasseira,
au-dessusdu village de Serre.DansVerchalles(en auvergnatVarchaire) et
dansVerbos, nouspensonspouvoir reconnaître avecquelqueraisonvers lo
chailheetvers el bos(voirces termes).
Avecde, l’article masculin au singulieretplurielse contracte ender<del
<de loetendeioudi<de louset<de lei, parex.lou Prat der Bos,la Font
dei Turon.Auféminin on n’a pasde contraction :lou Suc de lei Fourcha
(Terrierde Cheyssac :de las Fourches),la Plana de las Auba.

C) Syntaxe

Pardéfinition latoponymie ne présente pasde problèmesdesyntaxe.Un
faitmérite cependantd’êtresignalé dansle casde Vebret, c’estla
construction absolue–ouasyndétique–ducomplémentde nom.On a ainsi
lou Lac l’Anhèr,la Rocha Moutou,lou Prat Lac, auxquelson peutjoindrele
Pré Moulin,réplique française de l’occitan normallou Prat der Mouguir.On
arelevé aussi dansla descenteversl’Ourseira,la Costa Pech Gros“la côte
(du) PuyGros”.En principe, cette construction neserencontre, en aocc.

1

9

comme en afr.,quesi lesecond élémentest un nom de personne.Orce n’est
pasle casici.SiLacserencontre comme NP, ce n’estpasle casd’Anhèrni
deMoutou.En outre, pourla Rocha Moutoutousles témoins sontformels,
c’estbien le lieuoùleshabitantsde Courtilles venaientgarderleurs
moutons.Force nousestd’admettrequ’en l’occurrence l’usage le plus
courantde la langue littéraire etjuridique asubiune entorse,toutcomme
l’évolution phonétique dans[dava'gõ] et['moga].Certes, latoponymie ne
sauraitimpunément s’affranchirdes règlesde la philologie comme le croient
tropsouventdesamateurs(peu) éclairés.Maisil arrivequelquefois quesous
desinfluencespeufacilesà déceler, ces règles subissent quelquesentorses.

III) Documentation et méthode d’étude

1) Le cadastre dit “napoléonien”(en abrégé CN).

C’estle pointde départobligé detout travail en microtoponymie.
L’origine duprojet remonte àun décretde la Convention datantde 1791 : il
s’agissaiten faitde confirmerla propriété desacquéreursde biensnationaux.
Mais sa mise enœuvre progressive ne futcodifiéequesousle Consulatet
l’Empire et son achèvementdéfinitif n’intervint queversla fin de la
Monarchie de Juillet.Ce n’estdoncqu’assezimproprement qu’il estappelé
“napoléonien”.Le cadastre de Boureuilles utilisé parJ.Babin date de 1837,
celui de Vebretestde 1827.
Ce cadastre a étérévisé aprèsla Deuxième Guerre
mondiale,vers1946e
48, lesincessantesmutationsfoncièresaucoursdu19siècle etaudébutdu
e
20ayant renducette opération indispensable.Maisce nouveaudocumentne
présente plusd’intérêtpourlarecherchetoponymique, la plupartdes
appellatifsde NL n’yfigurantplus.Etne parlonspasde la dernièrerévision
suite au remembrementde 1981-82 qui ne comporte plus que deslettreset
deschiffres:ultime avatard’unevieille culturerurale parvenue à l’âge de
l’informatique !
Toutcadastre“napoléonien” se compose detroisparties:

a) L’EtatdesSections: c’estla liste nominale desparcellesavec leur
numéro, le nom dupropriétaire, la nature du terrain...
À Vebret, cetétatcomportetroisparties: A,section de Cheyssac,
numéroté de 1 à 1028;B,section de Couchal, de 1 à2559;C,section de
Vebret, de 1 à 1483,soit untotal de 5070parcellesnumérotéesauxquellesil
fautajouter une dizaine de numéros “bis”.
Le premier travail a donc consisté enun dépouillementde cetétatdes
sections, avec mise en fichesde cesappellatifsaccompagnésde leurnuméro
cadastral.Ce documentestappelé aujourd’hui“Tableau récapitulatif”.

2

0

Les lieuxhabitésde la commune de Vebret, etla délimitation des trois
sections(A, B, C) d'aprèsle“Tableaud'assemblage”ducadastre
"napoléonien"de 1827.

2

1

b) Le Plan : c’est la présentation dufinage de la commune,secteurpar
secteur, avec leslimitesdetouteslesparcellesetl’indication de leurnuméro.
Comme ils’agitd’une projection plane, lerelief n’estpasindiqué.Mais
quand celui-ci estaccidenté, comme c’estle casà Vebret, il estassezfacile
des’y retrouver.
e
Ce plan ayantétéréalisé à petite échelle (1/2.500à Vebret), il convient
d’en (faire) faire plusieursjeuxde photospourlerendre aisément
transportable auprèsdes témoinset surleterrain.Grâce à l’original, il faut
quesurl’un desjeuxlesnumérosapparaissentnettement ; sur un autre,y
faire figurerlesappellatifs tels qu’ils sontfournisparle dépouillementde
l’étatdes sections ;et sur untroisième lesappellatifs tels qu’ils sont
recueillispar voixorale auprèsdes témoins.Ce procédé permetderegrouper
lesappellatifsappartenantà la mêmesérie : parexempleles Turonsen A
311 à315,323à325 etC 1260à 1328qui appartiennentincontestablementà
la mêmesérie oronymique,touten lesdistinguantdequasi homonymesde
naturetrèsdifférente, commeTeronen C 44,qui luiserait un hydronymesi
son existence étaitbien attestée parles témoins, cequi n’estpasle cas.De
même,toute lasérie desBartase définitnettementpar une pente boisée et
broussailleusesauf celle en B 909, 911, 912, 914 et915, préshumidesen
bordure de la Sumènequi ne peutdoncs’expliquer que par un
anthroponyme.
Inversement, le plan permetderéunir un mêmetènement séparé parles
nécessitésdudécoupage duCN :le Gourg Niéen A 965 et967estcontigu
aumême appellatif en B2345 et 2346.Ce“gouffre noir” tireson nom d’un
trouprofond de larivière Rhuequi coule à proximité.
La proximité oul’inclusion dans un ensemble bien identifié permet, grâce
auplan, d’éluciderfacilementcertainesaberrationsgraphiques: ainsi
ChaudasestàrattacheràGujas[gu'dza] (A214 etA203,215 à217).Le
Champ de Cougassaire(C 1147) esten faitcelui d’Estiougasseiravoisin (C
1137à 1143, 1145 et1146, 1161, etc.).
Les voiesde communication constituenten général d’assezbonspoints
derepère.Maisil fautbiensûrprendre gardequ’aujourd’hui,surtoutavec le
développementdes voies rapides, desdéviations, desélargissements, etc.,
e
ellespeuvent s’éloigner sensiblementdu tracé de cellesdudébutdu19
siècle.C’estainsique le lieu-ditla Cournitasitué aunord de l’actuelle D22
étaiten faitau sud de l’ancientracéserpentantaufond d’une petite combe.
On peutfaireuneremarque analogue pourla Vernha Redoundadécalée par
rapportà l’actuelle D3.
Le plan permetenfin deretrouvercertainesformesdeterrain, disparues
aujourd’hui, maisjustifiantl’appellatif actuel :lou Cantou(B 403et404)
avaitbienune forme de coin;la Lonjaétaitde forme allongée;l’Apcha,
retrouvé grâce à desarchives(CNArcheetAste!) affectaitbienune forme
detrapèzerappelant un ferde hache.

2

2

c) Les Matricescadastrales: cesontles registrescontenantla liste des
propriétaires, parordre alphabétique, avec le nom, le numéro etla nature des
parcellesconstituantleurbien foncier.Elles sonten général de peud’intérêt
pourletoponymiste car,rédigéesparlesmêmes rédacteurs que ceuxde
l’étatdes sections, ellesprésententlesmêmesproblèmesde graphie.

d) Les rédacteursetle problème desgraphies.
Lesingénieurs rédacteursduCNsont très vraisemblablementaurillacois.
En effet une formeBocouneiropourBacouneiraetbien d’autresanalogues
oùles-a-atones, à l’intérieurouen finale, passentà-o-sontdéjà
caractéristiques.PourPech['pe]“puy, hauteur qui domineun compartiment
deterrain donné”ontrouvePuech['p)etç] formetypiquement
languedocienne.Est typique aussi le flottementdansla palatalisation dek+
a: on aCassagneetChassagnepour[tsa'çon+a];ChasseirepourCasseire.
Cequi a aussi beaucoup gêné nos rédacteursc’estla mouillure des
consonnesdevant-i-roman issude-i-long latin.Contrairementà ceque
soutiennentlespartisansde l’unité occitane, ce phénomène estancien et
remontevraisemblablementà la fin duMoyen-Âge commesemblentbien
l’indiquerla fermeture deefermé eni(minspourmens“moins”) etdans
Dienne, leredoublement systématique dei< i long latin, parex.vii“vin”.
Quoiqu’il ensoit, on aune collection de cacographiesinvraisemblables:le
Fourchas“la grande fourche”pourle Charchau(NFChalchat),le
Purgatori,le Purgatoirieoule Precatorispourle Pica-tort“endroitoùl’on
piochetordu”,la Borloutteaulieudela Bartoumba,lou Tilhougit“le petit
tilleul”estdevenuTignes,lou Triscouei le Tresquenet,lei Varaire les
Aivoraÿs, etc.Pourle Puy, on aPeux,une desformesmédiévales, maisaussi
le Puech,le Pe(ch), etc.etmême le françaisPuy.
Un appellatifspécifique commetalveen français régionalqui désigneun
enclosagricole assezdifficile à caractériseret quise dittauga['ta"*ga] en
auvergnat, apparaît sousdesgraphiesmultiples:Talo,Tago,Talvo,
Taug(u)e,Togoetbien d’autresencore.Le chuintementgénéralisé (s,z>ç,
j), inconnude l’aurillacois, a dûaussi fortementdésorienterles rédacteurs.
Il arrive cependant que le CN donne desformes satisfaisantes:soit
authentifiéesparlesarchivesdisponibles, ainsi la forme de l’actuel
Montplaisirestdonnée commeMontpiedparle CN.C’estexactementce
qu’on a dansle Terrierde Cheyssac en 1584,sans que cette formesoit
explicable pourautant, en particulier-pied: nous sommesen effetdans une
zone oùleèouvertlatin ne diphtongue pas, mêmesousl’influence de -y,
ainsi on alei,mei<LECTU,MEDIU, à l’exception devier<VET(U)LU,sans
doute formevenue duMidi parl’Aurillacois, etdu suffixe masculin ['ye]
(féminin ['ei*ra]) < lat.-ÁRIU.

2

3

Parfoisle CN donne la forme correcte ouà peuprès, alors que la forme
orale estfranchementfantaisiste.Le SoulhageduCN estétayé par un
Essouliage“lieuensoleillé”en 1614, alors que la forme orale étaitSuc
Guilhage(?).De mêmeves buja à Veyssieraunsensalors que la forme
orale moderne [ve'vij ave'sye] n’en a pas.
A défautdetoute autre attestation, la forme duCN présenteune forme
satisfaisante en elle-même.
Coudenat, inconnudetousles témoins, estbien connuen auvergnatau
sensde“terrain aride, pelé”(cf.NDGFA etDGAF), hypothèse confirmée
parla nature du terrain.
Parfois, on peutdéduire la forme correcte de latopographie :le Fond del
Vertsemble bien êtreuneFont der Vernhe“lasource de l’aulne”.Ilya
effectivementà cetendroit unterrain humide avec desaulnes,louvernhe
“l’aulne”en auvergnat.

2) L’enquête orale.

La mauvaisequalité desgraphiesfourniesparl’étatdes sectionsduCN
nécessitaitdonc l’appel à des témoins susceptiblesde fourniroralementla
forme correcte correspondante.
Il fallaitdonctrouverlespersonnesadéquates, c’est-à-direrépondantà
deuxconditionsprincipales: avoir une bonne connaissance duparler
auvergnatde Vebretet une bonne connaissance du terrain concerné, des
différentesparcelles, de leurslimites, etc.Etantdonné la dispersion de
l’habitat surleterritoire de la commune de Vebret(voirLieuxhabités),un
témoin par village étaitnécessaire.Dans un oudeuxcas, ce ne futpas
possible;parcontre dansd’autrescas, nouspûmes trouverpour un même
village deuxou troispersonnescorrespondantauxcritèresénoncésci-dessus,
etil nousfutpossible de comparerles témoignages.
L’utilisation desphotosduplan bienrenseignéesnousfut très utile.
En outre, l’exploration de laquasitotalité de la commune à l’occasion de
longuespartiesde chasse nousfutd’une grandeutilité car,sauf certains
secteursinaccessiblesou sansintérêtcynégétique, nousconnaissions
personnellementde façon fort satisfaisante la plupartdes secteursconcernés.
Ajoutons quesi nousn’avionspasentrepris, avec l’aide de Ph.Olivier,
cetterecherche ilya prèsd’unetrentaine d’années,unetelle démarche
d’enquête oraleseraitaujourd’hui à peuprèsimpossible : le parlerde Vebret
estenvoie de disparition accélérée et seuls quelquespersonnesle conservent
enfoui aufond de leurconscience linguistique, faute d’interlocuteurspouren
userhabituellement.La disparition despetitespropriétés rurales, le
remembrement, leslotissements, le changementde population avec la
multiplication des résidences secondairesfont que lesouvenirdesnomsde
lieuxnesubsiste plus qu’à l’étatdevestige dansla grande majorité de la
population.

2

4

Comme l’ont souhaité dans leursarticlesetcomptes-rendusJ.-P.
Chambon etP.Fabre, entre autres, lesétudesde microtoponymie ne doivent
pas serameneràunerecherchescolaire etparesseuse de laseule étymologie
maisfaire appel à d’autresdisciplines: philologie etdialectologie aupremier
chef, biensûr, maisaussi histoire, folklore, économierurale, etc.L’enquête
toponymique doit se doublerd’une enquête ethnologique, dansla mesure du
possible.
Nousavonspudécouvrirdes vocablespropresà larégion de Vebretou
mettre en évidence lasignificationtrèsparticulière determesconnuspar
ailleurs:abòut“nasse à anguilles”(seule autre attestationaboùt, donné
commerouergatdansle DOF,reprisde Vayssierobóut);asta“partie haute
d’unversant” ;barta“talus(oupente) arboré etbroussailleux”(neremonte
pasplusaunordque le nord de l’Aveyronselon le FEW),“buisson, hallier,
etc.”d’aprèsle NDGFA, le DGAF, le FOA, l’ALMC);bouème“osierdont
on faitlespaniers” ;couela“bande deterrain” ;gana“élargissementd’un
ruisseaupermettantde le franchirà piedsec” ;grazilhié“terrainsablonneux
mélangé de gravier”.
Certains témoins, maisbeaucoup plus rarement, peuventnousmettresur
lavoie de l’étymologie.Le lieu-ditlous Eigar[i'gar] estàrattacheràaiga
“eau”, hypothèse confirmée parLa Conterie,Velayn°242etle DAOAaigal
“bief”.
Parfois, c’est une indication d’ordre ethnologiquequi peutmettresurla
voie d’une étymologie possible.Untémoin nousa indiquéquela Tinleira
était un communal oùleshabitantsdu village de Verchalles venaient
ramasserduboismort.Nousavonsainsi pu rapprocherce NL detinha
“branchage”,terme encore attesté danscertaines régionsd’Auvergne.
Letémoignage peutexpliquer un lieu-dit qui ne faitproblèmeque par sa
situationtopographique.Ainsila Boundaen B 1857à VerchallesSoubrò
témoigne de l’existence d’un ancien moulin, existence confirmée par un
témoin, alors querien aujourd’hui nesubsiste d’untel établissement.
C’estaussiuntémoignagequi nousa indiquéqueplanchou(-ouna)
désigne nonune forme deterrain mais un pont sommairesur un coursd’eau
ou un fossé.
Leslégendesconcernantla Font Sant Loi“lasource de StLouis”, oùle
roi auraitfaitboireson cheval en laissantla marque desonsabot sur une
rochevoisine, etcellesayant traitau village mauditdela Furale, peuplé de
lépreuxetdétruità lasuite d’une épidémie auMoyen-Âge (sansdoute la
Grande Peste noire de 1348)sontaussi des traditionsorales.
Il ne fautpascependantaccepterles témoignagesoraux sansesprit
critique.Ilsdoiventcorrespondre aux règlesde la philologie et surtoutà la
simplevraisemblance :lou Langueiroun’arien àvoiravec la longueurde la
pièce deterre considérée maisdésigneunerigole;lou Chasterne désigne
pasl’emplacementd’un ancien châteaumaisla forme particulière du “suc”
situé à cetendroit ;lou Lac l’Anher“le lac de l’agneau”n’évoquesansdoute

2

5

pas la noyade d’un agneaudanscette mare peuprofonde etasséchée les trois
quartsde l’année mais sansdouteune légende plusancienne comme
l’indique la construction absolue ducomplémentde nom,tournure
médiévales’il en est;la Rateiran’arien àvoiravec des ratsmaisdésigne
l’eau qui courtetles ravinsoùelle passe;la Tauga d’Escun’évoque pas un
quelconquetrésormaisest tout simplement unetauga escura(“obscure,
privée desoleil”);la Toumba de la Finanesignale paslasépulture d’une
personne, invraisemblable dansl’endroitperduoùellesesituerait, maisplus
vraisemblablement un dolmen ou quelque chose d’analogue.

3) Importance de l’identificationsurleterrain.

Si l’étude de la microtoponymie ne peut se contenterde laseule
élucidation de l’étymologie, elle ne doitpas s’appuyer uniquement surles
manuelsetdictionnaires, lescartes, même à petite échelle, etle cadastre
napoléonien.La connaissance exacte du terrain est souventindispensable
pouréviterlesinterprétationsarbitraires.Nousallonsen donner unesérie
d’exemples, listequi n’estpaslimitative :
–l’Agai Prumié et Darié: cetènementest situéquasimentà côté dupoint
le plushautduplateaude la Besseire, audébouché de l’ancien cheminqui
rejoignaitCheyssac (cheminqui ne figure pas surle CN).Cettesituation
nousa permisdevoirdansAgaiun déverbal d’unagueitàattesté dansle
Cantal, etayantlesensde“poste de guet” ;
–la Barta: c’estleterme même dontl’interprétation a été l’occasion de
bien desflottements.Le FEW 1,262a,qui le fait venird’un gaulois
*BARROS“buisson, broussailles”nousdit qu’il ne dépasse pasle nord de
l’Aveyron etVivarais versle nord.P.Bonnaud, dansle FOA, dit qu’en
auvergnatil est sorti de l’usage dialectal maisdans son NDGFA il l’a
recueilli au sensde“taillisde jeuneshêtres”.Les témoins s’ensouviennent
vaguementau sensde“petitbois”.En fait, c’est une pente boisée et
broussailleuse, etplus spécialement untalusavec de grandsarbres ;
–Bramafamlitt. “crie la faim”désigne normalement unterrain pauvre et
sec oùle bétail ne mange pasàsa faim.Ce n’estpasle casici puisqu’ils'agit
d'un pré–oud’une pâture– relativementgras, dans unerégion oùles
terrainsaridesne manquentpas.Ils’agitdonc plutôtdu surnom du
propriétairesansdouteréputé pour son avarice et son inaptitude àsoigner
correctement son bétail.
–lou Brelh: ce pré, [l"'bré] en auvergnat,situé à PrunetBas,sans
caractéristique particulière, exclut une explication parbres“berceau”.Ilvaut
mieux y voirla forme moderne debreil< gaulois*BROGILOS“petitbois”,
attesté à Rochemont, autrevillage de la commune, parleterrierde Cheyssac,
maisnon localisable.
–la Courseira“raccourci”(chemin).Connu seulementpardes textes
d’archives.Situé danslesecteurde Courtilles, ceterme désignait très

2

6

vraisemblablementle chemin direct(aujourd’hui disparu)quireliaitce
village aubourg de Vebret.
–las Envirounada: la forme anciennelas Viironadass’explique parles
méandreset tourbillonsde la Rhuequi limite cetènementaunord.
–la Gana: le nom commun a desacceptionsassez variéesen auvergnat
(voirDGAF).A Vebret, c’est surtout unquasisynonyme degourg“trou
d’eauassezprofond”.Parcontretousles toponymesla Ganade Vebret
correspondentà l’élargissementd’unruisseau qui permetde letraverserà
gué,voire à piedsec.Ilse distingue deguaqui concerneun guésur un cours
d’eauplusimportantet qui n’apparaît que dansdesdocumentsécritsbien
antérieursauCN.
–la Jalhinadésigneun présouslevillage de Serre d’oùjaillissentde
nombreuses sources.Plutôt que d’invoquerle nom communjalinaqui
signifie“poule”en auvergnatmédiéval et qu’il faudraitcomprendre comme
unsobriquet, ilvautmieux rattacherl’étymologie de cetoponyme àun
radicaljall-“eaujaillissante”(cf.Arsac etaussi le NLles Jaleines, avecses
nombreuses sources,surla commune proche de Collandres).
–lou Lacest unterrainquis’inonde de façontemporaire lorsde pluies
abondantes.Seullou Lac l’Anherest une mare mais quis’assèche
facilement.
–lei Marlat: l’aspectde la bordure de ce plateau rocheuxdominantle
village de Couchal, avecson alternance de buttes rocheusesetd’intervalles
en creuxnousa faitpréférer une explication parmerlat“crénelé”à la
classiquemerula“merle” qui auraiten outre présentéunsuffixe -atobscur.
–lei Moga: exemple même de microtoponyme oùla méconnaissance du
terrain peutamenerà de graveserreurs.Nousl’avionsinterprété comme
moga“meule de foin oude paille”maislesmanuelsnousontappris qu’en
auvergnatmogane désigne finalement que lesmeulesde moulin.Nous
allionsnous rabattresur une interprétation par “grosses roches” quand nous
nous sommes renducompteque cetappellatif concernait ... un pré
marécageux.Nousavonsdonc adoptéune explication parMOLLIS“terrain
mou”, attesté dansArsac, avecune difficulté due au traitementparticulierdu
double -ll- à l’intervocaliquequireste normalement-l-.Maisilya aussilou
Davagant“leversant”bienqu’AtlasetDictionnairesn’indiquentpourle
verbeque la formedavalà.
–lei Mouleira: là aussi ils’agitde“terrainsmousethumides”.Mais si
c’est vrai danscertainscas(avecune certaine bonnevolonté), ilyen a deux
ou trois qui ne présententaucunetrace d’humidité.
–lou Riauetlou Riou: dansle premiercas, ils’agitd’unruisseau
temporaire, danslesecond d’unruisseauà peuprèspermanent, l’un ne coule
qu’à lasuite de fortespluies, lesecond netarit que lorsde grosses
sécheresses.
Il arrive parfois que lasituationtopographique permette derétabliravec
quelquevraisemblanceune graphie duCN : ainsi en C 1457leSuc de la Pré

2

7

Carrière, situé à proximité de laroute de Saignesà Vebret, permetde
supposer unSuc der Prat de la Chareira.
Latopographie peutaussi confirmer un microtoponyme attesté
uniquementparle CN etinconnudetousles témoins: ainsiles Goutilles de
las Chabanesen B 578.Lagouttedésigneune petitesource,unruisselet qui
coule goutte à goutte, cequi estle casici.C’est un appellatif bien connudes
toponymistes.

4) LesArchives

L’étalement,que l’on pourra jugerexcessif, dansletempsde cetravail de
recherchesurla microtoponymie de Vebreta euaumoinsl’avantage de
permettre à Ph.Olivierde découvriretde dépouiller un grand nombre
d’archivescomportantdesmentionsde lieux-dits.
e
Lesplusanciensde cesdocuments remontenten général au14siècle.La
trouvaille la plusimportante a été celle du terrierde laseigneurie de
Cheyssac (1584) (ArchivesDépartementalesduCantal, cote 1 J 417),village
situé aunord de la commune, et qui fournitlesnomsde lieux-ditsde ce
village etceuxde RochemontetdesEssarts, en faitl’ensemble des terrains
en bordure de la Rhue, en limite dudépartementactuel de la Corrèze (à
l’exception duplateaude Verchalles).Un autre groupe importanta été
constitué parlesarchivesconcernantla commanderie d’Hospitaliersinstallée
danslevillage de Courtilleset qui a existé aumoinsjuridiquementjusqu’en
e
1789.Les terriersd’Auteroche-Couzansdu15s.fournissentégalement un
nombre importantdetoponymes.
e
Lesarchivesde l’étude notariale Barrierde Vebret quiremontentau17
siècle et quisontactuellementdéposéesauxArchivesdépartementalesdu
Cantal (cote3E279) n’ontpuêtre exploitéesde façon approfondie enraison
de la grande masse de documentscontenusdanscesarchives.
Ontrouvera en Bibliographie le détail de cesdocuments.Nousallons
passerenrevuequelquesproblèmesposésparlesarchives.

a) Dichotomie forme ancienne/forme moderne
Lasaine doctrine entoponymieveut que l’on partetoujoursde la forme
la plusanciennementattestée.Nègre dans saToponymie Générale de la
Francea appliqué mécaniquementce principe.Dansdeuxcasaumoins,
nousnousensommesécarté.
Pourle bourg de Vebret, Nègre (TGF3576)seréfère àune attestation du
Cartulaire de Brioude (documentédité en 1935 parA.etM.Baudot) datée
de 917,invicaria Ebredenensi, danslaquelle ilvoit, d’aprèsD.EllisEvans
(Gaulish Personal Names346),un étymon gauloisalors quetouteslesautres
formespostérieures sontenv-initial.Or,rien ne prouveque la première
forme nesoitpasfautive, niqu’ellereprésente bien le Vebretactuel.Depuis
e
le 10 siècle,tantdevillagesontdisparu que celui duCartulaire peuten être

2

8

un, sansrapportavec celuiqui nousintéresse.En outre, pourlesbesoinsde
sa cause, Nègre estinfidèle àsesprincipespuisqu’il prétend,sansaucune
justification,qu’il fautlire *Ebredensiaulieud’Ebredenensi,reconnaissant
parlà implicitement que la première forme peutêtre erronée.
Pourlevillage de Verchalles, actuellement[var'tsai*re], nouspréférons
e e
partirdeVerchallis, forme du16 siècle (Terrierde Cheyssac) oudu17
siècle (RP de Vebret)quireprésente à peuprèscertainement une
e
prononciation [ver'tsai*le] plutôt que de la formeVerchaletdu14siècle, et
qui peut s’expliquerparver(s)prép.loc.etchaille“roche”.Le passage
moderne de [-'ai*le] à [-'ai*re] ne pose pasde problème phonétique.Cela nous
a permisd’abandonnerl’étymologie par*VERVECARIAproposée dansles
Mélanges Sindou(I, p. 65), peu satisfaisante face à la forme normale
verchèreattestée dansle Puy-de-Dôme.Néanmoins, nousavonspuisoler
Varchairou,situé à Verchallesmaisinconnudes témoins, au sensde“terrain
attribué en dot”.
Il arriveque la forme ancienne éviteune fausse piste.AinsiCouèest
Cohelen 1592: il estdonc préférable d’y voir une forme issue decodel, de
CODA, parallèle aufémininCoela, etnon pas une autre forme deCoudèr: il
seraitinvraisemblablequ’un étymon celtique, entré dansla langue dèsle
gallo-roman, aitpuavoirdeuxaboutissementsdifférents.
Parfoisnousavonsété contraintd’abandonnerl’explication parla forme
orale modernequi nousparaissaitplus satisfaisante dupointdevue de la
topographie, auprofitde la forme ancienne etécrite authentifiée par
l’abondance etla fiabilité desdocuments:
–lePrat Coustèr, avecsa partie en pente etletalus qui le limite en partie
étaiten fait unPrat Corteis, oùCorteis, avecsesconnotationsparticulières
(‘courtois’) estdifficile à expliquer ;
–levillage deSumenattire bienson nom de larivière la Sumène, comme
le proposaitLebel.La formeSamenat(forme orale [çame'na])qui convenait
mieuxau site (ensemble de jardinsetde petits terrainsensemencés)
n’apparaît qu’en 1685 et uneseule foisdansle CN.
Enfin, il arriveque la forme anciennesoitinexplicable alors que la forme
moderne ne faitpasdifficulté.AinsiRoumequiserattache àuneracine
*rom-, bien attestée en oronymie, estRamedansleterrierde Cheyssac,
continuévraisemblablementparleRomeduCN (les rédacteursnotenten
général leson [-"-] par-ou-).L’affluentde la Sumène,lou Vioulou
s’explique bien parviol“sentier”.LeViaurouxancienreste obscur, mêmesi
le passage deviaur-àvioul-peut s’expliquerphonétiquement.

b) Toponymesidentifiésouconfirmésgrâce auxarchives
-Lou Brausurleterritoire de Cheyssac (A793) peut s’identifieràes
Brohalzdu terrierde Cheyssac (1584)“talus qui forme la lisière d’un
champ”.

2

9

-Campum(...)delz Anolharsen 1463, peut s’identifieràJounouliatdu
CN inconnudetousles témoinsde Sumenat, CourtillesetSerre.
-La Costa Nigra: dansle CNsurleterritoire de Rochemont, mais
inconnudes témoins.On a bienEn Coste Negresurleterrierde Cheyssac en
1584.
-Linheira: on pouvaithésiterentreun dérivé delin, plantetextile, etde
linha“boisde chauffage”encore attesté dansle Mauriacois.Mais un
e
documentdupréfetduCantal daté de 1853attestequ’ilyavaitencore au19
siècle dansle canton de Saignes quelquesparcellesconsacréesà la culture
dulin.
-Lou Prat Bachalas: lesformesorales recueilliesétaienthésitantes, le
terrierde Cheyssac a donné la bonne (pré appelé de Bachala).
-Lou Prat Lac: ferme disparuesurPrunet(1397).La forme orale était
PrélàouPerlà.
-Lous Prat St Jan:les Prés St JeansurCheyssac.Le CN aMoret St
Jean(!).Dansleterrierde Cheyssac, c’estlous Prats de Mossen Jehan.
-Le Suc de l’Empeiresignalé parJouve I, 18 peut s’identifier, d’aprèsla
localisation, auChampeyreen C 1348, inconnudetousles témoins.

c) NL fournis seulementparlesarchivesetidentifiésde différentes
manières
Dansplusieursdesexemplesduparagraphe précédent,tirésd’archives
anciennes, le CN fournissait une indication complémentaire.Dansd’autres
cas, cesontlesindicationsdesparcellescontigüescontenuesdansleterrier
de Cheyssac, la mention d’unchazau“bâtimentenruine”en B 1338qui
permettentdesituer unDetras lo Cellieretde le localiseren B 1348, devenu
lou Suc de Georges.Ailleursc’estlatopographie elle-même :lo Champ de
la Planesa del Peuchetlo Pogholo(Terrierd’Auteroche etCouzans, 1463)
peuvent s’identifier, à Sumenat, auPech et Champ Grand(C 1489), petite
élévationsituée audessusde la Sumène (plus unterrain plat).De mêmela
e
Courseira“leraccourci”au16 siècle danslesecteurde Courtillesdésigne
très vraisemblablementle chemin directde Courtillesà Vebret.Laroute de
Vebretà Saignes,rétablie parleremembrement, est sansdoutel’Estrade
signalée en 1640, etencore en 1649 et1691.

d) NL fournisparlesarchivesmaisnon localisables
Nous trouvonsd’abord desfermes(oudes villages ?) disparues:
–la Bastida(1431,surCouchal);
–les Chastetoux,sansdoute-loux(Bois de l’Ourseira?), mais seulement
en 1857: aucune mention auparavant ;
–Fossart(1397,surPrunet ?);
–la Jarigha(1397,surPrunet ?);
–la Malapeyra(1431surCouchal)sansdoute différentdela Maga Peira
que l’on a prèsde la Montélie.

3

0