Gorée, la porte sans retour
288 pages
Français

Gorée, la porte sans retour

-

288 pages
Français

Description

Cet ouvrage examine la mortalité des captifs à bord des navires négriers, en tentant de vérifier dans quelle mesure le phénomène variait en fonction des routes maritimes, du temps passé à terre avant l'embarquement, ou de la longueur des trajets. Il s'intéresse plus particulièrement aux différentes causes de décès des captifs pendant la traversée, et en particulier aux maladies et aux traumatismes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mai 2014
Nombre de lectures 12
EAN13 9782336347141
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

,50
Hîstoîre
Afrîcaîne
Soiane Bouhdîba
Gorée, la porte sans retour
La mortalité des captifs à bord des navires négriers
e e Sérîe : xv -xIx sîècle
Gorée, la porte sans retour
Collection Histoire africaine Intégrée à l’ensemble éditorial « Chemins de la Mémoire », la collection « Histoire africaine » regroupe des travaux d’historiens consacrés à l’Afrique subsaharienne, des origines à nos jours. Déjà paru Matoumba (Martial),Le paléolithique au Gabon. Les technologies lithiques danslarégion de la Nyanga (sud-ouest),2013.
Sofiane Bouhdiba
Gorée, la porte sans retour La mortalité des captifs à bord des navires négriers
Du même auteur La mortalité urbaine en Tunisie, Tunis, Centre de Publications Universitaires, 2012 Médecin du bled.Sur les pas du médecin de colonie dans le Protectorat tunisien (1881-1956),Paris, L’Harmattan, 2013 © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02714-2 EAN : 9782343027142
J’entends de la cale monter les malédictions enchaînées…‘’Aimé Césaire Cahier d’un retour au pays natal, 1939
SOMMAIRE Avant-propos………….…………………………….……….9 Propos Introductif…………………………..…..….……….11 Première partie LEMIDDLE PASSAGEChapitre Premier – La traite atlantique...…….…..………23 Chapitre II - Les navires négriers……...……….............…29 Chapitre III - Entasser !…………………………………….43 Chapitre IV - Les négriers………………………..………...57 Deuxième partie LE PASSAGE DE LA MORT Chapitre V - La mortalité à bord des négriers………...…73 Chapitre VI - Les routes de la mort………………………95 Troisième partie LES CAUSES DE MORTALITE Chapitre VII - Les maladies…………...………….………113 Chapitre VIII - Les révoltes…….……….…………......….147 Chapitre IX - Liberté ?.......…………...……………...……167 Chapitre X - Les suicides…………………….................…181 Quatrième partie LA LUTTE CONTRE LA MORTALITE Chapitre XI - Les enjeux…………………….….…………201 Chapitre XII - Prévenir la mort………...……..………….215 Conclusion..……………………………….…………..……245 Bibliographie……………...……………….…….…………251 Annexes.……………………….…..…………...………..…263
7
AVANT-PROPOS  C’est en 2002, lors d’une visite de la Maison des 1 Esclaves , située dans l’île de Gorée, au large de Dakar, que m’était déjà venue à l’esprit l’idée d’écrire un ouvrage sur cette abomination que fut l’esclavage.  Dans la chaloupe qui me menait vers le sinistre lieu, je ne pouvais guère m’empêcher de penser à ces millions d’hommes, de femmes, d’enfants, qui avaient été brutalement arrachés à leurs familles, jetés sans ménagement à fond de cale pour un voyage sans retour.  Je me souviens que c’est avec une émotion intense que j’avais longuement observé cette singulière ouverture lumineuse au milieu du couloir central de la maison des esclaves, la fameuse « Porte du voyage sans retour ». Le 2 tonitruant Boubacar Joseph Ndiaye , conservateur du musée de la maison à cette époque, m’avait alors expliqué que c’est de cette anfractuosité dans la roche, donnant directement sur l’océan, que les malheureux esclaves embarquaient pour une vie de peine vers le Nouveau Monde.  Car je l’avais bien compris, au bout de plusieurs années de missions scientifiques au fin fond de l’Afrique, embarquer sur un navire négrier était assurément un
1 Musée de l’esclavage, installé dans une ancienne esclaverie datant de 1776, à l’est de l’île de Gorée, dans la baie de Dakar. Bien que le lieu n'ait pas joué un rôle majeur dans la traite des Noirs, il est considéré aujourd’hui comme un symbole de la traite négrière (voir photo en annexe) 2 Décédé le 6 février 2009
9