Le trésor pillé du Roi (T2)
552 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Le trésor pillé du Roi (T2)

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
552 pages
Français

Description

Ce volume s'ouvre sur la reddition de La Mothe, en Lorraine, et sur la bataille de Nördlingen. Chez Richelieu, le pragmatisme l'emporte : les réformes se poursuivent avec les Grands Jours de Poitiers. Le procès d'Urbain Grandier défraie la chronique. L'absolutisme s'affirme aussi dans la hiérarchisation des responsabilités, dans un ministériat original, où l'action d'administrateurs dévoués se substitue aux luttes d'influence. Là n'est pas la moindre des réussites du cardinal-ministre.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2013
Nombre de lectures 180
EAN13 9782296515949
Langue Français
Poids de l'ouvrage 8 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait



2
Chemins de la Mémoire
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (textes établis, présentés et annotés par)
Le trésor pillé du roi
Correspondance du cardinal de Richelieu
Année 1634
tome 2
e Série XVII siècle
Le trésor pillé du Roi Correspondance du cardinal de Richelieu Année1634 Tome2
Chemins de la mémoire Nouvelle série
Cette nouvelle série d’une collection qui fut créée par Alain Forest est consacrée aux travaux concernant le domaine historique des origines à nos jours.
Ouvrages parus POINARD (Robert),L’aumônier militaire d’Ancien Régime.La vie du prêtre aux armées des guerres de religion à la Première République (1568-1795),2012.LAGARDERE (Vincent),Le Commerce fluvial à Mont-de-Marsan du e e XVII au XVIII siècle, 2012. ZEITOUN(Sabine),Histoire de l’O.S.E.,De la Russie tsariste à l’Occupation en France (1912-1944), L’Œuvre de Secours aux Enfants du légalisme à la résistance,2012. HARAI (Dénes),Journal d’un officier de Louis XIII sur le siège de Montauban (1621),2012. PRIJAC (Lukian),Lagarde l’Éthiopien, Le fondateur de Djibouti (1860 – 1936), 2012. TARIN(Jean-Pierre),Joseph Lakanal, apôtre de la République (1762-1845),2012. ROSIER (Michel),Vie politique et sociale de la Sarthe sous la e IV République (1944-1958),2012. BERTRAND-CADI (Jean-Yves),Le Colonel Ibrahim Depui, Le pèlerin de la mer Rouge, 1878-1947,2012. BLANQUIE(Christophe),Une enquête de Colbert en 1665,2012. LASSERE(Madeleine),La Princesse de Ligne, 2012. BEZBAKH(Pierre),Crises et changements de sociétés, 2011. SUISSE(Bernard),La Mandarinade,2011. CAINJulien, Un Humaniste en guerre, tome 1 : « Lettres 1914-1917 ». Introduction, notes et postface par Pierre-André Meyer, 2011.
Textes établis, présentés et annotés par Marie-Catherine Vignal Souleyreau
LE TRÉSOR PILLÉ DUROICorrespondance du cardinal de Richelieu Année1634 Tome2
L’Harmattan
Du même auteur Chez le même éditeur : Richelieu à la conquête de la Lorraine. Correspondance, 1633, Paris, L’Harmattan, 2010. La correspondance du cardinal de Richelieu. Au faîte du pouvoir : l’année 1632, Paris, L’Harmattan, 2007. Richelieu et la Lorraine, Paris, L’Harmattan, 2004. Autres : Richelieu ou la quête d’Europe, Paris, Pygmalion, 2008. Anne d’Autriche, la jeunesse d’une souveraine, Paris, Flammarion, 2006 ; Paris, Féryane, 2006. Les papiers de Richelieu, section politique intérieure, correspondance et papiers d’État, index des tomes IV, V, VI, corrections et additions (1629-1631), en collaboration avec Éric de Labriolle, Paris, éditions A. Pédone, 1997. © L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-29034-8 EAN : 9782336290348
393. Instructions de Richelieu à Claude Bouthillier, début juillet. MAE, coll. MD France, vol. 810, f° 301-303. Trois pièces, dont deux de la mai n de Denis Charpentier, et une de Cherré. Au f° 302 v° : « pour Monsieur Bouthillier ». La pièce est évoquée par L.-M. Avenel, Lettres, instructions…,op. cit., t. IV, p. 575 et p. 642-644. Richelieu énumère une série de dépenses à engager et de paiements à effectuer. Le sieur *** fera renvoyer le décret de Fronssac à la court des aydes selon ce que le 1 procureur général de la cour des aides luy dira . Fera souvenir Messieurs les surintendants du paiement de la moitié de la somme totale. Fera partir actuellement l’argent pour Hermestein [Ehrenbreitstein] en poste. 2 Fera la response qu’il faudra à l’ambassadeur de Savoiepour que M. de Savoie laisse le commerce libre de Pignerol, et l’asseurera de son paiement. Faut se souvenir du présent de l’ambassadeur de Savoie.M. Bouthillierfera achever l’affaire que le sieur de La Grée a à démesler avec M. le président de Chevry touchant certain argent que M. de Lessongère doit faire revenir pour les fortifications de Brest, et donnera ordre qu’on puisse toucher cet argent 3 promptement pour y travailler ceste année .Item fera faire ce qu’il faut pour faire4 décreter les greffes de M. de Sourdéac , sur quoy La Grée avance 20 mil francs à reprendre sur les dits greffes. Fera l’ordonnance de vingt quatre mil francs de Rossignol [Antoine Rossignol]. Item ordonnance de deux mil escus pour délivrer les esclaves d’Alger, si ces Messieurs sont touchez de la compassion de 500 esclaves chrestiens.
1  Le procureur général à la cour des aides est Nicolas Le Camus. Voir la lettre que celui-ci adresse à Richelieule 24 juin 1633, à propos de l’acquisition du duché de Fronsac [M.-C. Vignal Souleyreau (éd.), Richelieu à la conquête de la Lorraine…,op. cit.295]. Les lettres patentes pour la duché-pairie de, p. Fronsac sont vérifiées au Parlement le 5 juillet [L.-M. Avenel (éd.),Lettres, instructions…,op. cit., t. IV, p. 575]. 2  Claude Chabod, marquis de Saint-Maurice, chevalier de l’Annonciade, grand maître d’artillerie, conseiller d’État du duc de Savoie, il est ambassadeur en Francepuis en Angleterre, et représente le duc de Savoie, mineur, à Munster, lors des négociations des traités de Westphalie. Il a épousé Adrienne de Mouxy. La diplomatie savoyarde reste cependant dominée par l’influence et la personnalité du père jésuite Pierre Monod (1586-1644), confesseur de la duchesse, née Christine de France. Voir V. Mellinghoff-Bourgerie,François de Salles : un homme de lettres spirituelles, Genève, Droz, 1999, p. 474 et A. Blum,« Les sages jalousies »: la diplomatie française en Italie à l’époque de Richelieu et de Mazarin, étude citée,passim. 3 Jean de La Grée de Bruc contribue en effet à réunir des fonds pour les fortifications du château de Brest, placé sous le commandement du baron de Pontchâteau et de son fils, le marquis de Coislin. Concernant Jean de La Grée de Bruc, voirinfraAndré Céberet à Richelieu, 28 novembre. Jean Blanchard, seigneur de Lessongère, baron du Bois de la Muse [ou Muce] a épousé Jeanne Rioteau de La Pilardière. Leur fils, César Auffray Blanchard (1612-1671), chevalier, seigneur puis baron du Boi s de la Muse, a épousé Catherine de Bruc, fille de Jean de La Grée de Bruc et de Marie Madeleine Veni er. Jean Blanchard de Lessongèreexerce d’abord les fonctions de procureur du Roi au présidialde Nantes en 1611, puis il est reçu procureur général de la chambre des comptes de Bretagne au mois de décembre 1612. Il est également maire de Nantes de 1611 à 1613. Il est ensuite promu premier président de la chambre des comptes de Bretagne et reçu le 9 janvier 1634, après le décès de François de B ecdelièvre, qui a occupé la charge pendant un an. Voir H. de Fourmont,Histoire de la chambre des comptes de Bretagne, Paris, de Signy et Dubey, 1854, p. 324 et 332 ; A. de La Pinsonnais,Essai généalogique, la famille de Bruc, consulté en ligne le 20/06/2012, http://pinsonnais.free.fr/genea/index. php?id=bruc. 4  Guy de Rieux, marquis de Sourdéac, est le fils aîné de René de Rieux, marquis d’Ouessant, et de Suzanne de Saint-Melaine. Écuyer de Marie de Médicis, il a accompagné la Reine mère dans sa fuite aux Pays-Bas espagnols. Déclaré criminel de lèse-majesté, ses biens ont été confisqués au mois de novembre 1631. Il a épousé, en 1617, Louise de Vieuxpont, et meurt en 1640.
7
Faire payer le surtaux des gendarmes et l’extraordinaire à commancer du premier jour d’avril.Faire payer la compagnie de La Courbe. Envoier quérir Guronpour voir l’ambassadeur de Pologne. 5 Faire expédier La Tour . Fault escrire à M. de Brassacafin qu’il face amener Bruyère, ou,s’il est parti,qu’il envoie dire à des prévosts de son gouvernement de l’amener.Monsieur Bouthillier escrira à Monsieur de Vaubecour [Jean V de Nettancourt, comte de Vaubecourt] et à M. Desnoyers,s’il est encore à Metz,qu’en passant par Verdunils aillent visiter les garnisons de Stenay, Clermont et Jamets et voient si elles sont bien complettes, si rien n’y manque et si ceux qui sont dansles dites places sont bien soigneux pour se garder de surprise, si elles sont munies de tout ce qui est nécessaire. Et au cas qu’il leur manque quelque chose, ils y feront pourvoir. Après avoir visitéles dites places, ils ne manqueront pas de mander au dict sieur Bouthillier en quel estat ils les auront laissées. Le dit sieur Bouthillier escrira aussy à M. de Sabranpour qu’il envoie 3 parasols de e Damas, l’un rouge, l’autre violet et le 3à Monsieur le cardinal des plus beaus et bleu des plus plus légers qui se facent à Gènes. Il faut sur les coustures de petite dentelle 6 d’or. Fault escrire à Monsieur Desnoyers et à M. d’Arpajonque l’intention du Roy n’est plus après la prise de Trèvesque l’armée du Roy qui doit revenir d’Alemagne le vienne trouver en Languedoc, veu que Sa Majesté a assez de trouppes, mais bien qu’elle soit menées en Picardiepour y estre jointe à d’autres trouppes qui y sont desjà et là on la fera subcister sous le commandement de Monsieur le Comte [Louis de Bourbon, comte de Soissons]. Monsieur le comte de La Suzeaurra charge d’y conduirela dite armée, et Monsieur de Noyers d’y demeurer en la charge qu’il y avoit en Alemagne.Le ditsieur Desnoyers aura soin de luy faire fournir le pain et les prestz selon qu’il l’estimera nécessaire. Messieurs les surintendans donnent ordre à Monsieur de Chevry qui demeure à Paris de luy faire fournir de l’argent pour cet effet.Faut escrire à Messieurs les surintendans pour qu’ilz donnent cet ordre. À Monsieur de Chevrypour qu’il l’exécute.À Monsieur le Comte pour qu’il face un tour en Picardiequand l’armée y arrivera pour la loger et faire tenir les garnisons complettes. Faut voir où il fault loger la dicte armée. 394. Richelieu à Louis XIII, juin ou juillet 1634. MAE, coll. MD France, vol. 810, f° 304. Minute de la main de Denis Charpenti er. Le cardinal-ministre sollicite du Roi le licenciement d’un régiment logé à Béziers.
5 M. de La Tour est un agent diplomatique envoyé à Mantoue. 6  Comme le note L.-M. Avenel,Lettres, instructions…,op. cit., t. IV, p. 642-644, à propos d’une lettre que Richelieuadresse au Roi, le 16 novembre, il s’agit des préparatifs des prochains mariages des parentes du cardinal-ministre, les demoiselles de Pontchâteau, et Françoise-Marguerite de Chivray, avec les ducs de La Valette et Puylaurens, ainsi qu’avec le comte de Guiche.
8
Il vientd’arriver un courrier de Bésiersqui apporte de grandes plaintes de la part de M. 7 8 de Narbonne et de Monsieur Miron de la grande incommodité qui reçoivent les villes 9 du Languedoc du logement du régiment que M. de Varenney a envoié, d’autant qu’outre les prests qui leur sont bien paiez dont Messieurs les surintendans ont laissé le 10 fonds, le ditsieur de Varenne a ordonné l’entretènement de dix chevaux à chaque capitaine, vingt sols à chaque officier, et les ustensiles à tous les soldats, ce qui ne revient pasà se peu qu’en un mois à ceste raison il n’en coustast deux mil escus à la ville de Bésiers pour le régiment de Vaubecour. Sur cela, Monsieur le mareschal de Schomberget moy sommes d’advis de licentier promptement, sous le bon plaisir de 11 Vostre Majesté, les régimens de Sainct-Chamont, Tavanes et Polignac , ce qui reviendra au compte de M. de Bulion, et à celuy du pauvre peuple de Languedoc. M. Bouthillier le fils, qui est auprès de Vostre Majesté, envoiera,en l’absence de M. de La Vrilière, la dépesche nécessaire pour le licentiement desdits régiments à M. de Varenne qui est à Carcassonne,avec ordre de prendre du fonds des prests qu’il avoit jusques à la fin de l’année pour le licentiement tel que Vostre Majesté le voudra ordonner. 395. André de Clercq à Richelieu, mi-1634 ? MAE, coll. MD France, vol. 810, f° 305. Original autographe. Le signataire dénonce un recours abusif au Conseil du Roi concernant la saisie de navires hollandais. Monseigneur le cardinal duc, Est très humblement suplié par André de Clerc, secrétaire de Sa Majesté, attaché et agent de l’ambassade de Flandres, d’ordonner au sieur Legrand, conseiller et maistre des
7  Claude de Rebé (1587-1659) : il est le fils de Charles de Rebé, baron d’Amplepuis, et de Jeanne de Meysé. Il étudie d’abord les humanités et la philosophie au collège jésuite de Lyonau collège de puis Tournon, avant de gagner Paris où il complète sa formation par des études de droit et de théologie. Docteur en droit canon de la faculté de Valence, il est ordonné prêtre en 1622. Il est peu après nommé coadjuteur de l’archevêque de Narbonne, auquel il succède en 1628. Il se montre d’une loyauté exemplaire à l’égard du Roi en 1632, lors de la révolte du duc de Montmorency. 8  Robert Miron (1559-1641), seigneur du Tremblay, est le fils de Gabriel Miron et de Madeleine Batonneau. Conseiller du Roi en ses conseils d’État et privé, conseiller au Parlement entre 1595 et 1600, il est promu intendant d’Auvergne1599. Prévôt des marchands de Paris en 1614, il représente, la en même année, le Tiers état lors de la réunion des États généraux. Ambassadeur ordinaire en Suisse en 1617, et pendant dix ans, Robert Mironest, avec Michel Particelli d’Hémery, commis à l’installation des élus en Languedocà la fin de l’année 1631. Le duc de Montmorencyle fait arrêter au printemps 1632. Il exerce ensuite les fonctions d’intendant en Languedoc jusqu’en 1640. Voir N. de Saint-Allais,Nobiliaire universel de France…,op. cit., tome troisième, p. 332 ; et M. Haehl,Les affaires étrangères au temps de Richelieu…,op. cit., p. 234. 9  François de Nagu, baron de Merzé, marquis de Varennes, est le fils de Jean de Nagu, seigneur de Varennes, et de Philiberte de Loges. La seigneurie de Varennes est érigée en marquisat, en sa faveur, en 1618. Il est fait chevalier des ordres du Roi au mois de mai 1633 et détient la charge de gouverneur d'Aigues-Mortes lorsqu’il décède en 1637. Il a épousé, en 1599, Léonore de Blé. Leur fils aîné, Charles de Varennes-Nagu, adresse un courrier au comte de Chavigny, le 8 novembre. 10 Le chiffre 4 a été ajouté au-dessus. 11 En référence à Gaspard-Armand de Polignac, vicomte de Polignac, marquis de Chalançon, seigneur de Randan, fils de Louis-Armand de Polignac et de Françoise de Montmorin. Mestre de camp, il détient le gouvernement du Puy-en-Velay et du pays de Velay. Il est fait chevalier des ordres du Roi en mai 1633 Il a épousé Claude-Françoise de Tournon et décède en 1649. Voir père Anselme de Sainte-Marie,Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France…,op. cit., tome neuvième, p. 169.
9