Les Thomas, une famille nombreuse en milieu rural dans le XXe siècle

-

Français
216 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre raconte l'histoire d'une famille de 15 enfants, en s'appuyant sur la participation et les témoignages croisés de tous les membres de la famille. Cette véritable mémoire collective répercute des traits de l'histoire national et traduit quelque chose comme une ethnographie d'un monde rural aujourd'hui disparu et, notamment, les transitions vers la modernité.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2011
Nombre de lectures 23
EAN13 9782296468504
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Les Thomas, une famille nombreuse en milieu ème rural dans le XX siècle
Du même auteur 2009.L’éducation en famille « très nombreuse », Une école de la réussite, Ed. L’Harmattan.
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56454-1 EAN : 9782296564541
Micheline THOMAS-DESPLEBIN Les Thomas, une famille nombreuse en milieu ème rural dans le XX siècle L’Harmattan
Histoire de Vie et Formation Collection dirigée par Gaston Pineau avec la collaboration de Bernadette Courtois, Pierre Dominicé, Guy Jobert, Gérard Mlékuz, André Vidricaire et Guy de Villers Cette collection vise à construire une nouvelle anthropologie de la formation, en s'ouvrant aux productions qui cherchent à articuler "histoire de vie" et "formation". Elle comporte deux volets correspondant aux deux versants, diurne et nocturne, du trajet anthropologique. Le voletFormations'ouvre aux chercheurs sur la formation s'inspirant des nouvelles anthropologies pour comprendre l'inédit des histoires de vie. Le voletHistoire de vie, plus narratif, reflète l'expression directe des acteurs sociaux aux prises avec la vie courante à mettre en forme et en sens. Dernières parutions Volet :Formation Marie-Christine JOSSO,Expériences de vie et formation, 2011. Jean-Claude GIMONET (dir.),Maison Familiale Rurale de Férolles, Les clés du devenir, 2011. Martine LANI-BAYLE (dir.), Philippe Montaireau, Carole Buffa-Potente,André de Peretti, pédagogue d’exception. Regards croisés sur l’homme aux mille et un rebondissements, 2011. Gaston PINEAU, Martine LANI-BAYLE, Catherine SCHMUTZ (Coord.),Histoires de morts au cours de la vie, 2011. Christine CAMPINI,Jacques Ardoino, entre éducation et dialectique, un regard multiréférentiel, 2011. Pierre LAMY,D’un quartier ouvrier… aux quartiers de la finance. Itinéraire d’un Montréalais, 1938-1983, 2010. Marie-France ROTHÉ,Vivre avec le mal de mère ou qu'est-ce qui fait courir Julie?, 2010. Muriel DELTAND,Les musiciens enseignants au risque de la formation : Donner le la, 2009. Sabine SENE,Trajets de salariés et bilan de compétences. Quelles trans-formations ?, 2009.
Préface Le livre ici présent est l'histoire d'une recherche en thèse d'une femme, qui, une fois la retraite venue et après une carrière de promotion sociale forte, s'est consacrée entre autres activités ième associatives importantes à une thèse de 3 cycle en Sciences de l'éducation pour devenir une auteure et une intellectuelle travaillant sa propre histoire mais aussi l'histoire de sa famille dans un objectif de recherche. C'est donc une aventure tout à fait singulière tant est poussé ici le désir de produire de la connaissance, de frayer des voies de recherches impliquées dont le présent travail est exemplaire à plusieurs niveaux dans la recherche en Sciences humaines. Le livre, dans sa volonté de rendre explicite le récit, de le présenter, de se donner à lire au plus grand nombre, y compris à ses sœurs et frères, à leurs enfants, à leurs amis, ne met pas en avant ce point. C'est donc en tant que directeur d'une recherche doctorale dont je suis particulièrement fier que je dessine ici la portée de ce travail comme contribution importante à la recherche en éducation. La dimension la plus originale réside dans le recueil le plus systématique d'une histoire de vie familiale. Comme spécialiste des histoires de vie depuis plus de vingt ans je connaissais plusieurs travaux effectués sur les histoires de vie familiale : LesEnfants de Sanchez d'Oscar Lewis livre primé qui a tant marqué Sartre et par la suite Bertaux ou encoreOmbres et lumières de la famille Nourde Catherine Delcroix. Mais jamais, à ma connaissance, je n'ai vu un travail aussi systématique sur une histoire de vie familiale. Pourtant je n'ai eu de cesse de "harceler" Micheline Desplebin sur l'actualisation de la recherche bibliographique dans ce domaine. Il semble donc bien que, de ce point de vue, cette thèse constitue un monument rare dans la continuation d'un Le Play par exemple. Comme
ème témoignage sur l'éducation du XX siècle dans une France rurale, l'apport de cette thèse peut être considérable même si ces dimensions ne sont pas travaillées ici. La deuxième dimension la plus spécifique de ce travail c'est l'éducation familiale dans une famille nombreuse, voire que l'on peut qualifier de très nombreuse. Là aussi cette thèse et l'ouvrage correspondant constituent un apport original et précieux sur un terrain très peu étudié. Qu'est-ce qui se passe du côté de la coéducation groupale ? Quels phénomènes sont là à l'œuvre ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles ce travail apporte des éléments précieux par l'opération monographique de description. La troisième dimension la plus novatrice c'est l'articulation d'une perspective d'éducation familiale et d'une éducation tout au long de la vie. A Paris VIII existe un Master dont une des rares spécificités en France est d'être centré sur l'éducation tout au long de la vie, master adossé à l'équipe Experice commune à Paris VIII et Paris XIII. Dans les Sciences de l'éducation les études longitudinales sur des périodes longues sont rares : elles sont plus souvent faites sous le mode individuel, des entretiens au long cours, des trajectoires par la méthode des histoires de vie mais des histoires de vie individuelles. L'analyse de la perspective éducative sur des longues durées (50 ans et plus) d'un groupe donné est à mon avis un travail exceptionnel et assez rare pour être souligné. Le véritable enjeu de l'éducation ne se joue pas seulement comme l'analysent trop souvent bien des collègues dans le présent et l'immédiat de tel apprentissage, de telle situation. Pour l'approcher il faut du recul. Il faut du temps. Trop souvent l'éducation tout au long de la vie n'est pas prise vraiment au pied de la lettre et renvoie plus à une adaptation professionnelle, à une formation des adultes tournée vers le mieux disant professionnel sur un marché concurrentiel de cadres. Cette histoire d'une quinzaine de sœurs et frères interroge bien des constructions théoriques sur l'éducation, sur les théories sociologiques les plus courantes, notamment sur le lien statistique entre origine populaire en famille nombreuse et réussite sociale. Sans entrer dans une nostalgie rétrospective
8
d'un temps antérieur où "tout était mieux" il convient tout de même de s'interroger sur le caractère anthropologique et les destins des enfants de famille populaire. Le récit interroge nombre de présupposés sur les lieux et places des familles populaires très nombreuses contemporaines qui se situent actuellement davantage dans l'environnement géographique de la banlieue avec des familles primo arrivantes que dans le Bocage deux sévrien. En ce sens il montre, à la suite du livre "best-seller"LeCheval d'Orgueilou des travaux sur Plozévet en Bretagne, le caractère non inéluctable anthropologiquement de ce que certains n'hésitent pas à théoriser comme un "handicap socio familial". Comment dans certaines contrées rurales il y a eu au cours du siècle précédent un faisceau de réussites scolaires et sociales en milieu populaire ? Dans la situation contemporaine actuelle il y a peut-être là des enseignements pour penser l'éducation d'aujourd'hui. Ce livre constitue un moment important dans un itinéraire d'une chercheuse ultra déterminée et qui a déployé une énergie considérable à ce travail de longue haleine. C'est très intéressant de voir qu'un tel travail peut se jouer à plusieurs niveaux de diffusion. Tout d'abord au sein de la famille Thomas cet ouvrage joue de toute évidence un rôle rassembleur, même si l'opération est délicate. Dans la succession des réunions et des fêtes de famille c'est un événement fondateur au sens fort du terme engendrant fierté, sentiment identitaire autrement dit symbolique au sens étymologique "qui rassemble"… Pour les générations montantes des enfants, petits-enfants c'est aussi une forme de reconnaissance et de transmission des valeurs familiales. Pour toute une série de personnes issues, comme moi, de milieu rural populaire ce témoignage est aussi en quelque sorte leur histoire et ils peuvent se l'approprier : le rôle de l'instituteur public, les activités d'éducation populaire religieuses ou laïques, l'entrée dans le monde du travail et la promotion sociale, le partage des activités agricoles et saisonnières en famille... Autant de ce qui fut le quotidien de beaucoup d'entre nous qui avons traversé l'importante mutation du milieu rural entre les années 1950 et 2000.
9
Aussi je souhaite bonne chance à ce livre de Micheline Desplebin, livre qui puisse parler des questions d'aujourd'hui à travers le récit d'hier. Jean-Louis Le Grand, Professeur en Sciences de l'éducation à Paris VIII, Directeur de l'UFR, Directeur de la revue internationalePratiques de formation/Analyses.
1
0