146 pages
Français

Coloscopie virtuelle

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La coloscopie virtuelle, ou coloscanner, s'est rapidement imposée comme un examen majeur pour le diagnostic de polype et de cancer colorectal. Elle est passée en quelques années du stade d'outil de recherche clinique entre les mains de quelques centres académiques experts à celui d'un outil largement répandu à la plupart des centres radiologiques. Alternative à la coloscopie, elle est appelée à devenir un test de dépistage des masses coliques.
Préface. Épidémiologie et dépistage du cancer colorectal. Comment débuter une activité de coloscopie virtuelle. Comment faire une coloscopie virtuelle. Détection des polypes : image 2D versus image 3D. Les pièges en coloscopie virtuelle. Découverte des anomalies extracoliques en coloscopie virtuelle. Recommandations internationales pour la rédaction du compte-rendu de la coloscopie virtuelle. Indications et conditions d'utilisation de la coloscopie virtuelle validées par la Haute Autorité de Santé en janvier 2010. CAD en coloscopie virtuelle. Index.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 octobre 2010
Nombre de lectures 28
EAN13 9782257225443
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0382€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

e
o
r
e
r
e
f
e
l
e
p
a
p
l
i
p
i
g
a
l
t
d
r
i
o
r
r
l
y
a
a
n
o
n
i
o
r
a
r
i
t
o
p
t
d
r
a
k
i
t
p
e
p
a
g
n
i
l
r
u
e
z
a
d
i
t
l
i
e
i
e
r
l
e
z
a
e
i
a
d
i
y
r
o
y
g
o
a
y
d
n
k
t
n
a
l
l
u
n
a
m
a
a
e

Sous la direction de Mehdi Cadi
Coloscopie
La coloscopie virtuelle, ou coloscanner, qui s’est rapidement Sous la direction de virtuelle
imposée comme une méthode radiologique effcace Mehdi Cadi ,
dans la détection de polype et de cancer colorectal, Praticien hospitalier dans
peut trouver sa place à côté de la coloscopie optique.
le service de Radiologie,
Elle est passée en quelques années du stade d’outil de
hôpital Pitié-Salpétrière à
recherche clinique entre les mains de quelques centres
Paris, le livre est rédigé par académiques experts à celui de méthode d’imagerie
une équipe internationale largement répandue dans de très nombreux centres
radiologiques. de spécialistes en imagerie
médicale.
Cet ouvrage propose successivement un rappel des
données épidémiologiques sur le polype adénomateux
et le cancer colorectal, une description détaillée des
procédures pour la réalisation et l’interprétation de
l’examen, et une description précise des signes permettant
de poser le diagnostic de polype ou de masse colique, à
David B • Mehdi C • la fois sur les images bidimensionnelles et sur les images
Abraham H. CH S •tridimensionnelles. Toutes les recettes pour déjouer les
gH SH Stefaan S • •
pièges de l’interprétation y sont rapportées, y compris
Andrea H • H
celles utilisant des systèmes de détection automatique Piotr . B Perry • •
(CAD). Un chapitre est dédié à la problématique des J. C H Pascal • •
Charlotte B S • Stuart . lésions extracoliques détectées lors de l’examen.
t Dominique SS -V •Un autre rapporte les indications actuelles de la
Jean-Christophe V • •
coloscopie virtuelle, défnies récemment par la Haute
Hiroyuki SH Michael . S•
Autorité de Santé.
Le public : tous les internes et chefs de clinique,
étudiants en radiologie, radiologues, cancérologues,
978-2-257-00068-2gastroentérologues.
9 782257 000682
Médecine Scienceswww.medecine.lavoisier.fr
Publications
00068-Cadi.indd 1 5/10/10 15:14:14
C o L o SC opie vir tue LL e
Médecine Sciences
Mehdi Cadi C o L o SCvir tue LL e
Publications
C o L o SC opie vir tue LL e144474JQW_00.indd XVI144474JQW_00.indd XVI 30/01/10 11:24:1130/01/10 11:24:11I

Coloscopie
virtuelle
11 11:02 2010 octobre 8. Vendredi, Page 127018JVM_Liminaire.fm
Chez le même éditeur
Dans la collection « Imagerie médicale » sous la direction d’Henri Nahum
Imagerie de l’abdomen, par V. Villegrain et D. Régent
Imagerie du cœur et des artères coronaires, par O. Vignaux
Imagerie pédiatrique et fœtale, par C. Adamsbaum
Imagerie thoracique de l’adulte, par Ph. Grenier
Imagerie de l’appareil génito-urinaire, par O. Hélénon
Imagerie du système nerveux : l’encépahle, par P. Halimi
Imagerie du cœur et des vaisseaux, par J.-C. Gaux
Imagerie de l’oreille, par F. Veillon
Imagerie de la prostate, par F. Cornud, X. Belin et G. Fromont
Imagerie du SIDA, par H. Nahum
Imagerie et urgences, par J.-M. Bruel et F.-M. Lopez
Imagerie maxillo-faciale, par N. Martin-Duverneuil et J. Chiras
Imagerie ostéo-articulaire, par J.-D. Larédo, G. Morvan et M. Wybier
Imagerie de l’appareil digestif opéré, par M. Zins et A. Sauvanet
Dans d’autres collections
Traité d’imagerie médicale, par H. Nahum
Traité de gastro-entérologie, par J.-C. Rambaud
Traité de proctologie, par Ph. Godeberge
Livre de l’interne. Gastro-entérologie, par J.-C. Rambaud et Y. Bouhnik
Pratique de l’endoscopie interventionnelle, par G. Tytgat, M. Classen, J.D. Waye et S. Nakazawa
Atlas d’anatomie échographique, par W. Swobodnik, J.E. Altwein, M. Herrmann et R.F. Basting
Atlas de corrélations anatomiques en TDM et IRM, par P. Gerhardt et W. Frommhold
Traité de médecine, par P. Godeau, S. Herson et J.-Ch. Piette
Principes de médecine interne Harrison, par E. Braunwald, A.S. Fauci, D.L. Kasper, S.L. Hauser,
D.L. Longo et J.L. Jameson
La Petite Encyclopédie médicale Hamburger, par M. Leporrier
Guide du bon usage du médicament, par G. Bouvenot et C. Caulin
Le Flammarion médical, par M. Leporrier
Dictionnaire français-anglais/anglais-français des termes médicaux et biologiques et des
médicaments, par G.S. Hill
L’anglais médical : spoken and written medical english, par C. Coudé et X.-F. Coudé
11 11:02 2010 octobre 8. Vendredi, II Page 127018JVM_Liminaire.fm
Sous la direction de Mehdi Cadi
Coloscopie
virtuelle
11 11:02 2010 octobre 8. Vendredi, III Page 127018JVM_Liminaire.fm
Direction éditoriale : Emmanuel Leclerc
Edition : Brigitte Peyrot
Couverture : Isabelle Godenèche
Composition : Nord Compo, Villeneuve d’Ascq
Impression et brochage : Chirat, Saint-Just-la-Pendue
Médecine Sciences Publications
Lavoisier
11, rue Lavoisier, 75008 Paris
Pour être informé(e) de nos parutions, consultez le site :
www.medecine.lavoisier.fr
ISBN : 978-2-257-00068-2
© 2010, Lavoisier SAS
11 11:02 2010 octobre 8. Vendredi, IV Page 127018JVM_Liminaire.fmV

Liste des collaborateurs
David BURLING, MD, Intestinal Imaging Centre, St. Mark’s Hospital, Harrow, Royaume-Uni.
Mehdi CADI, MD, Praticien hospitalier, Service de Radiologie polyvalente diagnostique et
interventionnelle, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris. Institut de Radiologie de Paris.
Abraham H. DACHMAN, MD, The University of Chicago, Department of Radiology, Chicago,
ÉtatsUnis.
Sukanya GHOSH
Stefaan GRYSPEERDT, Stedelijk Ziekenhuis, Roeselare, Belgique. Virtual Colonoscopy Teaching
Centre, Hooglede, Belgique.
Andrea LAGHI, MD, Associate Professor of Radiology, Department of Radiological Sciences,
Università di Roma « Sapienza », Polo Pontino. Director « Advanced Imaging Technologies », Unit
I.C.O.T. Hospital Latina, Italie.
Philippe LEFERE, Stedelijk Ziekenhuis, Roeselare, Belgique. Virtual Colonoscopy Teaching Centre,
Hooglede, Belgique.
Piotr R. OBARA, MD, The University of Chicago, Department of Radiology, Chicago, États-Unis.
Perry J. PICKHARDT, MD, Professeur associé de Radiologie, Faculté de Médecine et de Santé
publique du Wisconsin, Madison, Wisconsin, États-Unis.
Pascal POTIER, Haute Autorité de Santé, Direction de l’Évaluation médicale, économique et de Santé
publique, Service d’Évaluation des Actes professionnels, Saint-Denis La Plaine.
Charlotte ROBINSON, MRCP, FRCP, Department of Specialist X-Ray, University College Hospital,
London, Royaume-Uni.
Stuart A. TAYLOR, MD, MRCP, FRCR, Department of Specialist X-Ray, University College Hospital,
Dominique TESSIER-VETZEL, Haute Autorité de Santé, Direction de l’Évaluation médicale,
économique et de Santé publique, Service d’Évaluation des Actes professionnels, Saint-Denis La Plaine.
Jean-Christophe VAILLANT, Professeur des Universités, Praticien hospitalier, Service de Chirurgie
digestive et Transplantation hépatique, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris.
Hiroyuki YOSHIDA, PhD, Department of Radiology, Massachusetts General Hospital, Harvard
Medical School, Boston, États-Unis.
Michael E. ZALIS, MD, Department of Radiology, Massachusetts General Hospital, Boston
ÉtatsUnis.
11 11:02 2010 octobre 8. Vendredi, Page 127018JVM_Liminaire.fm11 11:02 2010 octobre 8. Vendredi, VI Page 127018JVM_Liminaire.fm
Sommaire
Préface, Ph. Grenier ................................................................................................................................ IX
1 Épidémiologie et dépistage du cancer colorectal, J.-Ch. Vaillant ............................................. 1
Incidence et fréquence du CCR........................................................................................................ 1
Facteurs protecteurs et facteurs de risque ......................................................................................2
Histoire naturelle du CCR ................................................................................................................ 3
Dépistage et prévention du CCR en dehors des groupes à risque très élevé............................ 4
Les moyens du dépistage dans le groupe à risque moyen .......................................................... 5
Conclusion........................................................................................................................................... 7
2 Comment débuter une activité de coloscopie virtuelle, M. Cadi ............................................ 9
Pré-requis........................ 9
Protocole d’examen ........................................................................................................................... 10
Interprétation et formation ............................................................................................................... 11
Conditions de lecture......................................................................................................................... 12
Informations données au patient ..................................................................................................... 12
3 Comment faire une coloscopie virtuelle....................................................................................... 14
Préparation colique, Ph. Lefere, M. Cadi, S. Gryspeerdt.............................................................. 14
Comment préparer le patient ........................................................................................................... 15
Pratique clinique : indications ......................................................................................................... 21
Données de l’imagerie ..................................................................................................................... 22
Le futur : préparation colique sans laxatif 24
Distension colique, Ch. Robinson, S. A. Taylor ............................................................................. 27
Préparation du patient...................................................................................................................... 27
Canule rectale ................................................................................................................................... 27
Antipasmodiques .............................................................................................................................. 28
Insufflation......... 30
Complications.... 34
Technique recommandée .................................................................................................................. 35
Paramètres d’acquisition, A. Laghi.................................................................................................. 36
Paramètres d’acquisition : collimation et intervalle de reconstruction .......................................... 37
Problème de l’exposition aux irradiations....................................................................................... 39
Autres considérations ....................................................................................................................... 44
Conclusion ........................................................................................................................................ 45
Complications de la coloscopie virtuelle, S. Ghosh, D. Burling .................................................. 47
Contexte général ............................................................................................................................... 47
Éviter les complications lors de coloscopie virtuelle ....................................................................... 50
Conclusion................... 52
4 Détection des polypes : image 2D versus image 3D, P.J. Pickhardt......................................... 54
Approche 2D en première intention................................................................................................ 54
Approche 3D en première intention.. 59
Résultats avec une approche en première intention 2D versus 3D ............................................ 63
Meilleures stratégies combinant les méthodes 2D et 3D dans la détection des polypes......... 66
Sommaire • VII
11 11:02 2010 octobre 8. Vendredi, VII Page 127018JVM_Liminaire.fm
5 Les pièges en coloscopie virtuelle, S. Grysperdt, M. Cadi ......................................................... 69
Causes de faux négatifs ..................................................................................................................... 69
Causes de faux positif ........................................................................................................................ 77
6 Découverte des anomalies extracoliques en coloscopie virtuelle, M. Cadi,
P.J. Pickhardt ....................................................................................................................................... 85
Définitions, technique et compte rendu ..........................................................................................86
Apport diagnostique de la découverte des anomalies extracoliques ......................................... 88
Impact médico-économique des découvertes extracoliques........................................................ 90
Conclusion ........................................................................................................................................... 91
7 Recommandations internationales pour la rédaction du compte rendu
de la coloscopie virtuelle, A.H. Dachman, P.R. Obara, M.E. Zalis ............................................ 92
Population étudiée ............................................................................................................................. 92
Préparation du patient ...................................................................................................................... 93
Spasmolytiques et méthode d’insufflation ..................................................................................... 93
Paramètres d’acquisition ................................................................................................................... 93
Interprétation de l’examen ................................................................................................................ 93
Caractéristiques des lésions ................................................................................................... 94
Définir le gold standard (examen de référence)............................................................................. 96
Performances diagnostiques........ 97
Conclusion ........................................................................................................................................... 97
8 Indications et conditions d’utilisation de la coloscopie virtuelle validées
par la Haute Autorité de Santé en janvier 2010, D. Tessier-Vetzel, P. Potier .......................... 99
Indications de la CV ........................................................................................................................... 99
Non-indications de la CV .................................................................................................................. 100
Contre-indications de la coloscopie virtuelle ................................................................................. 101
Conditions de réalisation de la coloscopie virtuelle...................................................................... 102
Conclusions et perspectives .............................................................................................................. 104
9 CAD en coloscopie virtuelle, H. Yoshida, M. Cadi 106
Pourquoi le CAD ?.............................................................................................................................. 106
Bases fondamentales des systèmes de CAD dans la détection des polypes.............................. 109
Performances et effets de l’aide au diagnostic sur la détection des polypes ............................. 113
Détection des masses colorectales par le CAD .............................................................................. 116
Pièges du CAD.................................................................................................................................... 117
Enjeux actuels et futurs...................................................................................................................... 119
Conclusion ........................................................................................................................................... 125
Index.......................................................................................................................................................... 129
VIII • Coloscopie virtuelle
11 11:02 2010 octobre 8. Vendredi, VIII Page 127018JVM_Liminaire.fm
Préface
Apparue à la fin des années 1990, la coloscopie virtuelle a fait l’objet de multiples améliorations
techniques successives avant d’arriver récemment à maturité. Ses performances dans la détection
des polypes et des cancers colorectaux sont aujourd’hui suffisamment grandes pour justifier le rôle
que tient cet examen dans la pratique de l’imagerie digestive. Bien qu’elle ne soit pas l’examen de
première ligne du dépistage du cancer du côlon, la coloscopie virtuelle a des indications
aujourd’hui reconnues qui ont fait l’objet de recommandations de la Haute Autorité de Santé.
Le Docteur Mehdi Cadi fait partie du groupe de radiologues qui, en Europe et en Amérique du
Nord, se sont intéressés très tôt à la coloscopie virtuelle. Passionné par le développement de cette
nouvelle application clinique de la scanographie abdomino-pelvienne, le Docteur Cadi a accepté le
défi de concevoir et réaliser cet ouvrage. Au-delà du désir de faire partager sa propre expérience, il
a su convaincre la plupart des spécialistes européens et nord-américains, qui ont contribué à
promouvoir et optimiser la coloscopie virtuelle, de participer à ce livre.
L’ouvrage n’est pas conçu comme un traité de radiologie habituel. Il est fait d’une succession de
chapitres écrits par des experts qui, à l’aide d’une analyse fine de la littérature, font le point sur
toutes les avancées historiques du développement de la coloscopie virtuelle, en soulignant chaque fois
les avantages et les inconvénients de toutes les variantes techniques de réalisation des examens. Ils
font aussi le point sur tous les pièges de l’interprétation, l’apport des CAD et les développements
futurs de la technique qui permettront certainement d’élargir encore les indications.
Enfin, un chapitre dédié à la présentation des recommandations actuelles définies par la Haute
Autorité de Santé éclairera le lecteur sur le bon usage de la coloscopie virtuelle.
Ce livre vient à point nommé ; il devrait devenir l’ouvrage de référence en langue française sur le
sujet.
Professeur Philippe A. GRENIER
Chef du service de Radiologie Polyvalente Diagnostique et Interventionnelle,
Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris
Préface • IX
11 11:02 2010 octobre 8. Vendredi, IX Page 127018JVM_Liminaire.fmX

À ma femme et à mes enfants
À mes parents
11 11:02 2010 octobre 8. Vendredi, Page 127018JVM_Liminaire.fm1

Épidémiologie et dépistage
du cancer colorectal 1
Jean-Christophe Vaillant•
eLe cancer colorectal (CCR) est dans la presque (4 rang). Il représente un million de nouveaux
totalité des cas un adénocarcinome, cancer cas par an au niveau mondial, plus de 200 000
glandulaire développé à partir de la muqueuse aux États-Unis et en Europe, plus de 500 000 en
colorectale étendue de la valvule iléocæcale à la additionnant les chiffres des États-Unis, de
l’Alligne pectinée dans le canal anal. Dans 85 p. 100 lemagne, de la France, de l’Italie, du
Royaumedes cas, c’est un adénocarcinome lieberkühnien Uni et du Japon. Le risque cumulé moyen de
de différenciation variable ; dans 10 p. 100 des développer un CCR dans les populations
occicas, c’est un adénocarcinome colloïde muqueux dentales est de 5 p. 100 [2].
En France, en 2005, le nombre annuel de nou-ou mucineux. Les autres formes histologiques
veaux cas de CCR était estimé à 37 413 par ansont exceptionnelles.
dont 53 p. 100 chez l’homme (sex-ratio 1,5-1,6).Le côlon s’étend de la valvule iléocæcale à la
D’après les estimations, on prédit 45 000 nou-charnière recto-sigmoïdienne située à 15 cm de la
e veaux cas en 2020. Exceptionnel avant 50 ans,marge anale, en regard du corps de la 3 pièce
sal’incidence du CCR augmente significativementcrée, endroit où débute l’ampoule rectale.
Celleavec l’âge. L’âge moyen au diagnostic est voisinci se termine au bord supérieur du canal anal
de 70 ans.(haut de 3 cm environ) qui correspond à
l’appaPrès de 16 865 personnes décèdent chaquereil sphinctérien. La ligne de réflexion du
périannée d’un CCR (10,6 p. 100 des décès partoine pelvien sur le rectum (en avant se situe le
ecancer, 2 rang après le cancer bronchopulmo-cul-de-sac de Douglas, à 9-10 cm de la marge
naire), bien que le taux de survie relative desanale) divise le rectum en une partie supérieure,
cancers du côlon soit, en France, l’un des plusintra-péritonéale, et une partie sous-péritonéale
élevés d’Europe. Il est responsable de 3 000 dé-ou sous-douglassienne. Sur le plan
thérapeuticès/an avant l’âge de 65 ans.que, le cancer du rectum intra-péritonéal est
acLe taux cumulé de décès tend à diminuertuellement considéré comme un cancer colique.
selon les cohortes de naissance du fait d’un
diagnostic à un stade plus précoce, du
dépistage et de l’amélioration des résultats desIncidence et fréquence
différents traitements (chirurgie,
anesthésiedu CCR réanimation, chimiothérapie et radiothérapie).
La survie à 5 ans, tous stades confondus, est
C’est un cancer des pays dits développés. Il est voisine de 55 p. 100. La survie est liée au stade
eau 3 rang mondial des cancers [1] et est respon- du diagnostic : 77 p. 100 de survie à 5 ans
lorssable de 10 p. 100 de la mortalité par cancer que le cancer est à un stade très précoce, mais
Épidémiologie et dépistage du cancer colorectal • 1
10 10:05 2010 octobre 8. Vendredi, Page 127018JVM_Coloscopie_1.fm2

elle passe à 35 p. 100 lorsque le cancer est à un Populations à risque élevé
stade plus avancé. Or, des métastases gan- et très élevé
glionnaires ou viscérales sont présentes au
moment du diagnostic dans un cas sur deux.
Risque élevéD’après une étude publiée sur les données
françaises en 2005, la survie s’améliore lors- En dehors des malades ayant des antécédents
que l’on compare les années 1976-1987 à 1988- personnels d’adénome colorectal (CR) et de CCR,
1999 [3]. les parents au premier degré d’un malade porteur
Selon le sexe : pour les deux sexes confondus, de CCR ou d’un adénome CR ont un risque accru
le CCR est le troisième cancer le plus fréquent de développer un CCR, d’autant plus que le
casaprès le cancer du sein et celui de la prostate, index est jeune, que le nombre de sujets atteints
avant le cancer bronchopulmonaire. dans la famille est important et que la taille des
Répartition anatomique : un tiers des tumeurs adénomes est importante (plus de 1 cm). Un tel
sont rectales, 70 p. 100 sont localisées sur le rec- antécédent familial est trouvé dans 15-20 p. 100
tum et le côlon gauche (75 p. 100 chez l’homme, des CCR. Le risque relatif par rapport au risque
65 p. 100 chez la femme ; registre Côte-d’Or de la population générale est compris entre 2 et 8
1991-1995). selon les études et selon le risque de la population
considérée [10-13]. Plus rares sont les malades
porteurs d’une maladie inflammatoire chronique
de l’intestin, rectocolite ulcéro-hémorragiqueFacteurs protecteurs
(RCH) surtout, et maladie de Crohn (MdC) à un
moindre degré. Dans la RCH, le risque de CCRet facteurs de risque
est surtout présent après 15 ans d’évolution, si la
maladie à commencé avant l’âge de 25 ans et s’ilOn distingue les CCR sporadiques (90 p. 100
s’agissait ou s’agit d’une pancolite.des cas) et les CCR génétiquement déterminés
(10 p. 100 des cas).
Risque très élevé
Ce sont des CCR du jeune : dans 50 p. 100 des casFacteurs favorisants
le diagnostic est fait avant 45 ans. Cinq à 10 p. 100
et protecteurs de la totalité des CCR et 5 p. 100 des familles de
sujets ayant eu un CCR entrent dans ce cadre. Il
Comme l’a montré l’étude européenne EPIC, s’agit de deux maladies à transmission
autosomiun certain nombre de facteurs environnemen- que dominante prédisposant fortement au CCR :
taux semble favoriser la carcinogenèse colorec- polypose adénomateuse familiale (PAF) et
syntale : sédentarité, obésité, régimes riches en drome du CCR sans polypose (HNPCC,
heredigraisses insaturées et en protéines animales, tary non polyposis colon cancer, anciennement
dépauvres en fibres, légumes et fruits, en bêtaca- nommé syndromes de Lynch I et II). Le risque
rotène, en vitamines A, C, D, E, en folates et cumulé de développer un CCR au cours de la vie
calcium [4]. La prévention primaire du CCR est supérieur à 80 p. 100 dans l’HNPCC, il est de
comporte donc des mesures hygiénodiététi- 100 p. 100 dans la PAF. Il s’agit d’altérations
ques protectrices qui découlent de ces consta- constitutionnelles de gènes (mutations) touchant
tations. Le rôle protecteur des AINS et de l’as- le gène APC (adenomatous polyposis coli, sur le bras
pirine a été évoqué [5, 6], de même que le long du chromosome 5) pour la PAF (mutations
traitement hormonal substitutif de la méno- identifiées dans 90 p. 100 des cas), et au moins
pause [7, 8]. quatre gènes du système MMR (mismatch repair,
Compte tenu de l’importance de la popula- gènes du système de réparation des
mésapparietion cible (personnes âgées de plus de 50 ans) et ments des brins d’ADN dont les mutations sont
des risques potentiels des méthodes de dépis- identifiées dans 70-80 p. 100 des cas). Dans
tage, le seul moyen d’utiliser rentablement et l’HNPCC, ces altérations génétiques sont liées à
sélectivement nos moyens de détection a été la une instabilité des loci microsatellites (phénotype
définition de trois niveaux de risque de CCR : RER + « replication error ») que l’on peut mettre en
normal, élevé et très élevé [9]. évidence dans plus de 90 p. 100 des cas. Cela
per2 • Coloscopie virtuelle
10 10:05 2010 octobre 8. Vendredi, Page 127018JVM_Coloscopie_1.fm