Gabriel Andral, pionnier de l'hématologie

-

Livres
412 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre retrace la carrière d'un honnête homme, comme on l'entendait au siècle des Lumières et d'un savant, émule de Laënnec. Gabriel Andral (1797-1876), professeur de pathologie médicale à la faculté de médecine de Paris est un des personnages les plus représentatifs de la médecine française de l'époque romantique et des débuts de l'aire industrielle. Ses travaux sur les maladies du sang en font le créateur de l'hématologie.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2012
Nombre de visites sur la page 109
EAN13 9782296986947
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
39,50 € ISBN: 978-2-336-00612-3
Roger Teyssou
Gabriel Andral, pionnier de l’hématologie
La médecine dans le sang
Gabriel Andral, pionnier de l’hématologie La médecine dans le sang
Acteurs de la Science Collection dirigée par Richard Moreau, professeur honoraire à l’Université de Paris XII et Claude Brezinski, professeur émérite à l’Université de Lille La collection Acteurs de la Science est consacrée à des études sur les acteurs de l’épopée scientifique moderne ; à des inédits et à des réimpressions de mémoires scientifiques anciens ; à des textes consacrés en leur temps à de grands savants par leurs pairs ; à des évaluations sur les découvertes les plus marquantes et la pratique de la Science. Dernières parutions Yvon Michel-Briand,Aspects de la résistance bactérienne aux antibiotiques, 2012.Roger Teyssou,Charcot, Freud et l’hystérie, 2012. Djillali Hadjouis,Camille Arambourg, Une œuvre à travers le monde, 2012. Jacques Marc,Comment l’homme quitta la Terre, 2012. Georges Mathieu,La Sorbonne en guerre (1940-1944), suivi de Journal de la Libération de Versailles, 2011. Norbert Gualde,L’épidémie et la démorésilience, 2011. Jean-Pierre Aymard,Karl Landsteiner. L’homme des groupes sanguins, 2011. e Pierre Pageot,La santé des Limousins et des Périgourdins au XIX siècle, 2011. Yves Delange,Conversation au bord de la Sorgue : Jean-Henri Fabre et Louis Pasteur, 2011. André Audoyneau,D’un pays à l’autre. Chroniques d’un médecin colonial, 2011. Roger Teyssou,L’Aigle et le Caducée. Médecins et chirurgiens de la Révolution et de l’Empire, 2011. Henri Delorna,Les Tribulations d'Henri en Pologne occupée (1941-1945). Témoignage, 2010. J. Boulaine, R. Moreau, P. Zert,Éléments d'histoire agricole et forestière, 2010. Jean Céa,Une vie de mathématicien. Mes émerveillements, 2010. Bernard Faidutti,Copernic, Kepler, Galilée face aux pouvoirs, 2010.
Roger TEYSSOUGabriel Andral, pionnier de l’hématologie La médecine dans le sang
Du même auteur
Charcot, Freud et l’hystérie, Editions L’Harmattan, 2012. L'aigle et le caducée. Médecins et chirurgiens de la Révolution et de l'Empire, Editions L’Harmattan, 2011. Une histoire de l’ulcère gastro-duodénal. Le pourquoi et le comment,Editions L’Harmattan, 2009. Dictionnaire des médecins, chirurgiens et anatomistes de la Renaissance, Editions L’Harmattan, 2009. Dictionnaire mémorable des remèdes d’autrefois,Editions L’Harmattan, 2007. Quatre siècles de thérapeutique médicale du XVIèau XIXèsiècle en Europe, Editions L’Harmattan, 2007. La Médecine à la Renaissance,Editions L’Harmattan, 2002.
© L'Harmattan, 20125-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00612-3 EAN : 978233600612-3
Notre organisation est matérielle et par cela même assujettie aux lois qui régissent la matière.  G. Andral,Cours de Pathologie interne. L’hématologie pathologique ne commencera en effet de s’enrichir de faits de quelque valeur, que lorsque le sang d’un grand nombre de malades aura été soumis à l’investigation chimique, et examiné par le microscope.  G. Andral,Essai d’hématologie.
Collection particulière
 Préface Toute la suite des hommes, pendant la série des siècles, peut être considé-rée comme un seul homme, qui subsiste toujours et apprend continuellement. 1 Pascal . Gabriel Andral (1797-1876) connut une époque de grands bouleversements historiques et scientifiques. Paul Triaire (1843-1912) affirmait, en 1899, qu’il pritla plus grande part à l’expansion scientifique qui caractérise les dernières 2 années de la Restauration. Pour parodier la Genèse, avant François Magendie (1783-1855) et Claude Bernard (1813-1878), la médecineétait un chaos.Construite sur l'humorisme, elle ne savait pas encore qu'elle allait mourir. An-dral l'avait deviné. Il fut la première sentinelle à pressentir les temps nouveaux sans voir encore exactement ce qu'ils promettaient. Depuis 1816, date de paru-tion sous la plume de François Broussais (1772-1838), de l’Examen de la doc-trine médicale généralement adoptée, deux Ecoles s’affrontaient avec leurs deux champions, Broussais d’un côté, René Théophile Hyacinthe Laënnec (1771-1826) de l’autre. Le premier était farouchement matérialiste. Il écrivait avec verve et maniait la plume avec pugnacité. Fidèle à François Marie Xavier Bichat (1771-1802) et à Pierre Joseph Jean Cabanis (1757-1808), il rejetait ca-tégoriquement le côté métaphysique des vieilles doctrines médicales et préco-nisait d’élucider le mécanisme de la maladie plutôt que d’en décrire les roua-ges anatomiques. Simplement, en toute bonne foi, avec les meilleures inten-tions du monde, il ne voyait pas l’aspect doctrinaire de ses explications. Il montrait le chemin sans s’y engager lui-même, aveuglé par son besoin de péro-rer et de contester. Il suffit de lire la préface de son ouvrageDe l’irritation et de la foliepour s’en convaincre. Ses arguments étaient d’ordre philosophique alors qu’il reprochait à Philippe Pinel (1745-1826) d’avoir adopté, sans succès, une démarche identique. Il défendait les positions sensualistes de John Locke (1632-1704) et d'Etienne Bonnot de Condillac (1715-1780) et se saisissait des travaux de Francis Bacon (1561-1626), de René Descartes (1596-1650), d’Albrecht von Haller (1708-1777), de François Chaussier (1746-1828), pour justifier sa prétention à juguler les doctrines systématiques qui, selon lui, enva-1 Triaire Paul,Récamier et ses contemporains 1774-1852, Paris, 1899, 5. 2 Triaire Paul,Op. cit.,341. 9