143 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Histoires de la médecine bucco-dentaire

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A travers un recueil d'articles originaux, par l'énumération d'une série d'événements et de personnages célèbres depuis Charlemagne jusqu'à Adolf Hitler, Xavier Riaud nous invite à la découverte d'histoires de la médecine bucco-dentaire non exhaustives, qui s'attardent plus sur l'aspect humain de ses protagonistes que son aspect technique. Il parvient à démontrer que l'histoire de la médecine bucco-dentaire peut rejoindre l'histoire de l'Humanité à laquelle elle a largement contribué.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mai 2010
Nombre de lectures 204
EAN13 9782296932753
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Histoires de la médecine bucco-dentaire

Médecine à travers les siècles

Collection dirigée par le Docteur Xavier Riaud

L’objectif de cette collectionestde constituer« une histoire
grandpublic » delamédecine ainsi que desesacteurs plus ou
moinsconnus, del’Antiquité ànos jours.
Sielleseveutunhommage à ceuxqui ontcontribué auprogrès
del’humanité, ellenenégligepas pourautant leszonesd’ombre
oulesdérivesdelasciencemédicale.
C’estencesens que– conformémentà ceque devraitêtre
l’enseignementdel’histoire –, elleambitionneune «vision
globalee »t non partielleoupartiale comme cela est trop
souvent le cas.

Déjàparus:

Xavier RIAUD,Pionniers de la chirurgie maxillo-faciale
(1914-1918),2010.
ème ème
ClémentDAVID,Hygiènebucco-dentaire du XVIIau XIX
siècle enFrance,2010.
HenriLAMENDIN,Investigations et expérimentations en
odontologie : 40années de recherches,2009.
RozennHENAFF-MADEC,Enquêtemédico-légale sur le
naufrage duH.L. Hunley(1864),2009.
e
Henri MORGENSTERN,Les dentistes français auXIXsiècle,
2009.
HenriLAMENDIN,Historique de l’odonto-stomatologie du
sport en France,2009.
XavierRIAUD,Quand la dent mènel’enquête…,2008.
HenriLAMENDIN,Précurseursdela phytothérapie
buccodentaire occidentale,2008.
Dominique LE NEN,L’anatomie aucreuxdes mains.Au
confluent des sciences et del’Art,2007.
RobertDELAVAULT,L’asepsieun demi-siècle avant
Pasteur : IgnaceSemmelweis (1818-1865),2007.
HenriLAMENDIN,Soignez votre bouche par les plantes,,
2007.
ème
HenriLAMENDIN,Praticiens del’artdentaire du XIVau
ème
XXsiècle,2006.

Xavier Riaud

Histoiresdelamédecine bucco-dentaire

Préface duDocteur Henri Lamendin

L’Harmattan

DU MÊMEAUTEUR
ème
- La pratique dentaire dans les camps duIII Reich,
CollectionAllemagne d’hieretd’aujourd’hui,L’Harmattan
(éd.),Paris,2002.
ème
- Les dentistes allemands sous le IIIReich,Collection
Allemagne d’hier et d’aujourd’hui,L’Harmattan (éd.),Paris,2005.
- L’influence des dentistes américains pendant laGuerre de
Sécession (1861-1865),CollectionMédecine à travers les
siècles,L’Harmattan (éd.),Paris,2006.
-Les dentistes, détectives del’Histoire,CollectionMédecine à
travers les siècles,L’Harmattan (éd.),Paris,2007.
- PremièreGuerre mondiale et stomatologie: des praticiens
d’exception…,CollectionMédecine à travers les siècles,
L’Harmattan (éd.),Paris,2008.
- Plaidoyer pourun enseignement historique del’Artdentaire,Collection
Ethique &Pratiquemédicale,L’Harmattan (éd.),Paris,2008.
- Etude de la pratique odontologique et de ses déviances dans
les camps del’Allemagne nazie,A.N.R.T. (éd.),Lille,2008.
-Quand la dent mènel’enquête…,CollectionMédecine à
travers les siècles,L’Harmattan (éd.),Paris,2008.
-Pionniersdela chirurgie maxillo-faciale,Collection
Médecine à travers les siècles,L’Harmattan (éd.),Paris,2010.

CONTRIBUTION À UNE ŒUVRE COLLECTIVE
- Le conflit, sous la direction d’OlivierMénard,Journée de la
Maison des sciences de l’hommeAnge-Guépin,Collection
Logiques sociales,L’Harmattan (éd.),Paris,2006.
ème
-Actes du 2Congrès international de Pathographie, sous la
direction dePhilippeCharlier,DeBoccard (éd.),Collection
Pathographie,Paris,2009.

© L’Harmattan,2010
5-7,rue del’Ecole-Polytechnique,75005Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-11234-6
EAN: 9782296112346

Préface

Lorsque Xavier Riaudm’aproposé derédiger lapréface de cet
ouvrage,j’aiétéséduit par laperspective d’écriresur la
médecine bucco-dentaire,terme adoptéinternationalement
depuis peuen remplacementdes mots« Artdentaire ».Eneffet,
ce changement,n’assure-t-il pasuneparfaite continuité, comme
l’affirmeleprofesseurClaudeBernard(1813-1878), médecin,
sénateur en 1865, éluà l’Académie française en 1868, dans son
livre intituléPrincipes de médecine expérimentale(1878,
p. 175)?Ainsi, d’après lui,médecine n« La’est pas une
science, maisun art (…) dans toutes les connaissances
humaines, ilya à la fois de la science et del’art.Lascience est
dans la recherche des lois des phénomènes et dans la
conception des théories;l’artestdansl’application,
c’est-àdire dansune réalisation pratique en généralutile àl’homme
qui nécessite toujours l’action personnelle d’un individuisolé.»
De plus, cette appellation est devenueusuelle dans de nombreux
payset l’emploide cette expressionalemérite d’élargir la
perceptionde cequ’estunchirurgien-dentiste,quiest souvent
très restrictive, et nereflètepas l’exactitude del’étendue du
savoir professionnel.Enfin,pourêtreparfaitementcohérent,il
conviendra, àl’avenir, d’adapter l’intitulé denotre diplôme et
de direparconséquent quenous sommesaujourd’huidevenus
desdocteursen médecine bucco-dentaire.

Danscettelogique, commentest-il possible d’exercerune
profession particulièrement techniquesansbienconnaîtreson
histoire?Notrepatrimoine génétiquen’est-il pasassociétous
les jours,inconsciemment, à chacundenosactes ?Sice dernier
7

postulat est avéré, les praticiens ne font-ils pas,
involontairement, de lqhistoire «appliquée » dans leur exercice
quotidien ?Lors de la veillée pascale 2010, à lqAbbaye de
Boscodon, jqai entendu ceci:on oublie le passé, c’est« Si
dangereux pour le présent et l’avenir.»Comment est-il
possible dqénoncer des évidences plus simplement ?

Lqintitulé « Histoires » avec un « s » fait montre de la modestie
de Xavier Riaud, qui ne prétend pas présenter, ici, une histoire
de la médecine bucco-dentaire, laquelle aurait nécessité une
exhaustivité indéniable. A travers des articles riches et très
variés qui constituent un apport très important, la discipline est
appréhendée dans sa diversité la plus large. Partant de ce
principe, des faits presque anecdotiques sont bien souvent plus
parlants ququn exposé savant. En effet, nqest-il pas admis
communément que la petite histoire fait la grande ?

De ce fait, lqhistoire de la médecine bucco-dentaire devrait être
systématiquement enseignée en faculté, ce qui nqest
malheureusement pas le cas, son étude faisant constamment
lqobjet dqun rejet regrettable, voire dqun déni, et, ce, malgré la
reconnaissance officielle accordée à cette science par les plus
grandes instances professionnelles au même titre que les autres
spécialités.

Enfin, les données rassemblées par Xavier Riaud dans ce livre
participent, pour partie, à combler cette lacune. Elles répondent
à des recherches passionnées, dont il faut féliciter lqauteur, et je
ne dis bien évidemment pas cela parce quqelles me concernent
pour lqune dqentre elles. Cela lui a demandé beaucoup de
travail, ce à quoi beaucoup ne savent pas toujours sqastreindre.

Pour ma part, si ce livre est aussi un acte militant, il convient
pour aller dans son sens, de rappeler une lettre récente que jqai
envoyée à la Rédaction de notre revue confraternelleLe
1
Chirurgien-Dentiste de France. Par la présentation de celle-ci,
je souhaite soutenir la démarche de Xavier Riaud que jqestime
parfaitement légitime.

1
Il nqy a eu aucune réponse à cette lettre.
8

Monsieur,

Le 5février 2010

LeChirurgien-Dentiste deFrance(CDF)
Monsieur le directeur de laRédaction
54, rueAmpère
75017Paris

Aucun de mes « papiers » n’étant plus publié dans le CDF
depuis2008 et n’ayant toujours pas reçuderéponse, aprèsune
attenteplus queraisonnable, àl’interrogation suivantetelleque
reproduite demondernierenvoi,« Sicertainsarticles ne
convenaient pas pour publicationun jour oul’autre dans le
CDF,mercibeaucoupdemele dire,sans tarder, car j’aidela
demandeparailleurs»,jevous prie de considérercomme
inexistants mesécrits setrouvantencore «en réservce »hez
vous.J’enferai publications parailleurs.
C’estavecune certainenostalgiequejevousadresse ce
courrier, car204 demesarticles,tant individuels qu’avec
collaborateurs,ontétépubliésdansLeChirurgien-Dentiste de
France, depuis 1975, dontune bonnepartdans larubrique
« Connaissancesd’hieretd’aujourd’hui»; laquellenesemble
plusvous intéresser.Parailleurs, desconfrères me font toujours
partdeleurs regrets quantàla disparitiondemes
« anecdodontes»,qui lesdistrayaient.
J’ai relu, avec émotion, cetextraitd’unelettre envoyée au
rédacteurenchef duCDFdel’époque :
Le14 février2005
Cher rédacteurenchef etami,
Commetulesais,jereçois pas malde courriersetde
coupsde fil,suite àlapublicationdemesarticles. Jusqu’à
présent,ils ont toujoursétélaudatifsetencourageants (…),
maisaussi interrogatifs, « afind’en savoir plus». Ilestvrai que
jerédigetoujoursdansunesprit interactif et quejem’amuse à
éveiller la curiosité, cequiest lemoyenfade «ire avancer la
connaissance »,quej’aimetant partager,tulesais.
Ainsi,s’arrête aujourd’huiunetrès longue etagréable
collaborationde33ansavecle CDF, dont jem’enorgueillissais
d’ailleurs.Elle fait maintenant partie dupassé et n’estdoncplus
9

que de «l’histoire »,mais l’histoire, elle, heureusement
demeure.N’a-t-on pasbesoindel’histoirepour savoirvivre
tous les jours ?
Salutations,

Henri Lamendin,
del’Académienationale de chirurgie dentaire.

10

Avant-propos

Pourquoi cet ouvrage?Pourquoicerecueild’articles penseront
certainsd’entrevous ?
Ilestévident que cepetit opus n’ajamaisété destiné àréaliser
une histoire delamédecine bucco-dentaire dans toutcequ’elle
apuconnaître deprogressif etd’innovant.Et puis,ilfautbien
admettreque cela a déjà été entreprisà denombreuses reprises
etbien mieuxquejeneleferai jamais.Il mesembleinutile d’y
revenir.Alors,quel peutêtrel’objectifprincipald’un tel livre?
Enfait,il réside dans laperspective,par l’apportdequelques
aspects inéditset originaux, d’unemodeste contributionà
l’enrichissementdesconnaissances sur laquestionet, àun
degrémoindre, àuneperception plushumaniste delaprofession
de chirurgien-dentiste.Bons oumauvais, del’ombreoudela
lumière, ces sujetsdoivent tousêtre développés.Ilenva ainsi
del’Histoire.
Pourtant, àlalecture de cette argumentation,une autrequestion
voit lejour.Quelest le dénominateurcommunàtousces
articles, hormis le fait qu’ils retracentdesévénements relatifsà
l’histoire delamédecine bucco-dentaire?Deprime abord,il
n’yenapas, carunconstat singulier s’impose :il n’yapasde
transitionentrelesdifférentsarticles présentés ici, excepté
éventuellement pour l’époque «SecondeGuerremondiale ».
Ainsi,lelecteur peut-il navigueret s’abandonneren toute
liberté augré des pagesde cemanuscrit.

Enfait,touscesarticles ontété envoyésavant l’été2009, àla
revueLe Chirurgien-Dentiste de France.Sansaucune
explication,les textesci-après n’ont paseuleprivilège d’yêtre
11

publiés. Un seul d’entre eux ne le méritait pas effectivement à
mes yeux : celui sur Karl Mauss qui n’y avait pas sa place. Les
chapitres « Des barbiers… aux dentistes d’aujourd’hui », « Des
morts célèbres d’origine bucco-dentaire » et «Quelques brèves
historiques » ontété, quant à eux, écrits pour l’occasion, les
« morts »d’ailleurs étant un projet d’article qui sommeillait
depuis longtemps.

Depuis de nombreuses années, il existait dans cette revue, une
rubrique «Histoire » et une autre, intitulée «Connaissances
d’hier et d’aujourd’hui». Des auteurs prestigieux comme,
notamment, les Docteurs François Vidal (1922-2001) et Henri
Lamendin (1928-) y ont essaimé leur savoir respectif, guidés
par la seule ferveur de leurs plumes virevoltantes. De 1981 à
2001, François Vidal, avec ou sans collaborateur, a publié 65
articles historiques dansLe Chirurgien-Dentiste de France.
Quant à Henri Lamendin, depuis 1975, c’est à lui seul, toutes
disciplines scientifiques confondues dont une grande part dans
les deux rubriques précédemment citées, 204 articles dans ce
magazine.
Pour l’anecdote, je n’ai jamais rencontré François Vidal, mais il
m’a été donné l’opportunité de lui parler au téléphone. Suite à
ma première communication au congrès de l’Association
dentaire française en 2000, pour le centenaire de la Fédération
dentaire internationale, un des responsables m’avait mis en
relation avec Vidal. Ce dernier m’avait entretenu d’un projet
d’article pourLe Chirurgien-Dentiste de Franceque, par
manque de maturité vraisemblablement, je n’ai jamais écrit.
Mais, cet homme sincère et honnête m’avait véritablement
touché. Neuf années se sont écoulées depuis sa disparition et je
me souviens toujours de cet entretien avec lui. Il avait souhaité
me donner une chance, ma chance. Où qu’il soit, j’espère qu’il
est heureux de mon parcours. Je ne l’ai pas oublié.

Pour en revenir à mon propos,Le Chirurgien-Dentiste de
France(CDF), revue syndicale, offrait donc la possibilité de
tribunes culturelles à des chirurgiens-dentistes désireux de
partager leurs connaissances. Et puis, un nouveau rédacteur en
chef, journaliste de vocation, est arrivé, le directeur de
Rédaction du CDF ayant toujours été un chirurgien-dentiste. Il a
12

été décidé de mettre un frein sérieux aux rubriques historiques
dans un premier temps, puis de les supprimer par la suite, fort
probablement.
Je dis «probablement »,car si les choses ne m’ont pas été
indiquées ouvertement, les termes étaient implicites. En outre,
les chiffres parlent d’eux-mêmes. En moins d’un an, il n’y a
quasiment pas eu de publications culturelles en provenance d’un
chirurgien-dentiste, alors qu’avant 2009, elles étaient
régulières. De même, les portraits de praticiens émérites sont
maintenant réalisés par des journalistes et non plus par des
chirurgiens-dentistes. Dans cette logique, selon des procédés
très discutables, deux de mes articles ont même été littéralement
sabordés (celui sur Henri Lamendin et les expéditions
maritimes). Aussi, faute de certitude de publication et sans
interlocuteur qualifié en médecine dentaire, la seule façon de
donner vie à ces textes, écartés, pour les offrir au regard critique
des lecteurs, est de les publier par ailleurs. M’estimant par
conséquent libre, c’est ce que j’ai décidé de concrétiser,
2
modestement, dans le présent opus .

Je termine cet avant-propos en rappelant que les rubriques
« Histoire» et «Connaissances d’hier et d’aujourd’hui» du
Chirurgien-Dentiste de Francefont partie d’un patrimoine
appartenant à la profession toute entière. Un patrimoine pour
lequel des hommes comme Lamendin ou Vidal se sont battus
pendant des années en lui donnant vie, en l’alimentant très
régulièrement et en lui conférant rigueur, qualité, et humanité.
Un patrimoine, enfin, qu’il faudrait protéger indubitablement et
entretenir pour les générations futures. Il ne serait pas
acceptable, que, faute de compétence en chirurgie dentaire,
d’aucun ne sauvegarde pas les richesses entreposées pendant
toutes ces années par de vrais spécialistes. Et c’est aussi un des
objectifs de ce livre que de militer pour la prompte reprise des

2
A titre d’information, j’ai offert un droit de réponse que j’aurais inséré dans
cet opus, au rédacteur en chef de la revue qui nous intéresse, dans un mail du
er
21 mars 2010, offre réitérée dans un second du 1avril 2010, après lui avoir
communiqué au préalable cet avant-propos. Cette proposition est restée sans
suite.

1

3

rubriqueshistoriquesdansun journal professionnel,
indéniablementapprécié,oùelles ont leur place.
NousavonsdéjàperduleMusée Pierre Fauchard et soncontenu
auprofitdel’Assistancepublique deshôpitauxdeParis.
Risquons-nousd’être dépossédés, demain, d’un moyende
partager l’histoire denotreprofession sans riendire etdeperdre
ainsiun patrimoine aussi riche, aussidense?

14