//img.uscri.be/pth/b14b281cc65ac484add3ceba0bf362db44f3365e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Amitié

De
256 pages
L'autre et moi. Dans l'amitié, ce n'est pas moi qui compte malgré les apparences... Ce n'est pas tout à fait l'autre non plus, qu'il soit porteur d'une amitié de jeunesse ou d'une amitié de la maturité allant jusqu'au dernier souffle... Non, ce qui compte, c'est l'amitié elle-même, opérant dans le charme de son accomplissement. À travers la pensée de Montaigne, cet ouvrage ponctué de poèmes, explore toutes les facettes du sentiment amical.
Voir plus Voir moins
PIerre-Paul Bracco
A m i t i é
Sur le Mode de monTaIgne
Amitié Sur le mode de Montaigne
Pierre-Paul Bracco
Amitié
Sur le modede Montaigne
Du même auteur, aux éditions L’Harmattan Conscience ouverte, L’Harmattan, 2012 Le don ordinaire des larmes, L’Harmattan, 2015 © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-11548-1 EAN : 9782343115481
 à Jean-Marie
 et
 à Paul
1
L’amitié. L’amitié, parlons-en. L’amitié entre deux hommes, entre deux femmes, entre un homme et une femme, n’est-ce pas d’abord cette sortie hors de soi, sortie originaire qui permet de mieux être soi en allant voir ailleurs si on y est ? L’amitié, n’est-ce pas foncièrement le lien naturel de chacun avec l’autre de la même espèce en la pleine et mutuelle reconnaissance d’une existence commune ? Le fond de l’amitié, avant qu’adviennent la bienveillance réciproque et l’attachement ému à tout l’être de l’autre, ne se distingue guère de la révélation existentielle de l’homme en tant qu’homme, de l’homme en général, bref de l’humanité. Car il s’agit bien de l’être humain comme être humain, de cet animal-là, pareil à quantité d’autres animaux, mais à qui, probablement plus qu’à la plupart d’entre eux, il est offert de connaître et de vivre la douce amitié. Avec l’autre, pris dans son humanité, l’autre-homme, étranger en quelque façon, loin au bout de lui-même et ici pourtant, un semblable, un ami potentiel donc, n’avoir aucune attente précise, rester profondément dégagé, désintéressé, sans rien qui limite ni pèse ni contraigne. Alors, à partir de cette sorte de nudité mentale consentie, l’amitié devient immédiatement possible, naturellement possible. Il n’est que d’aller à l’autre, le possible ami, en autre, en possible ami. Il n’est que d’être sans dessein hormis celui de l’amitié elle-même. Oui, aller simplement
9