Changer le déterminisme social

-

Livres
282 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La complexité donne le tournis. Ivre ou sans gouvernail, le destin personnel est emporté par les évènements. La pensée se nourrit du vécu individuel et collectif en recherche d'équilibre. Changer le déterminisme est la réplique à l'incompréhensible complexité de l'existence à voie unique. De la naissance à la mort, la lutte est permanente pour tenir le gouvernail que le destin collectif voudrait commander aux générations.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2012
Nombre de lectures 31
EAN13 9782296494749
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Changer le déterminisme social
Au carrefour du socialCollection dirigée par Marc Garcet et Serge Dalla PiazzaL'Association Interrégionale de Guidance et de Santé (AIGS) est née en 1964 de la volonté de quelques hommes de promouvoir la santé et la qualité de vie pour tous. Des dizaines de services de proximité et extrahospitaliers ont vu le jour pour accompagner, insérer, aider, soigner, intégrer, revalider, former des milliers d’usagers en mal d’adaptation personnelle ou sociale. En collaboration avec les éditions L'Harmattan de Paris, la collection « Au Carrefour du social » veut promouvoir ce modèle et offrir une réflexion ou des rapports de ses pratiques et de ses innovations. Déjà publié par l’auteur chez L’Harmattan En marche vers un idéal social - Homme, individu, citoyen -L’Harmattan - Questions contemporaines – 2005 – Coécrit avec Serge Dalla Piazza Métamorphose du Nautile, Nouvelles– L’Harmattan – 2008 L’avenir de l’homme en question – L’Harmattan – Au carrefour du social – 2009 – Coécrit avec Serge Dalla Piazza Construction de l’Europe sociale– L’Harmattan – Au carrefour du social – 2009 L’économie ne peut être que sociale– L’Harmattan – Au carrefour du social – 2011 – Coécrit avec Serge Dalla Piazza Robert Garcet, De la révolte à la création, Biographie– L’Harmattan – Au carrefour du social - 2012
Marc Garcet Changer le déterminisme socialChronique philosophique L’HARMATTAN
© L'HARM ATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96237-8 EAN : 9782296962378
Aux enfants sans peur dont le regard éclaire l’avenir…
REMERCIEMENTS L’écriture est une aventure merveilleuse qui enflamme l’imaginaire, structure le temps et l’espace. C’est ainsi que prennent corps les destins de personnages et de groupes. En partie individuelle, la coopération donne le bonheur à l’écriture. Cette aventure serait sans mystère s’il n’y avait mes collaboratrices Liliane Mikolajczak, Nicole Laval à la dactylographie, le contrôle de Nadine Wettinck, la relecture orthographique de Marianne Ottelet, le soutien de Monique Kayeux. Avec la créativité de Jamal Lgana pour d’emblée fixer l’oeil sur le cours de l’inspiration… Toute la joie de boucler l’aventure est chaque fois renouvelée. Marc Garcet
7
AVERTISSEMENT Au carrefour du social, il y a l’homme et son histoire. Il est lui-même au carrefour des générations et aux croisements de destinées collectives qui emportent le tout. A l’abri du vent, des questions envahissent l’espace. Nous tentons de faire la part du social, de l’individuel, du collectif, de la fatalité et du déterminisme. A l’abri de la foule, il nous arrive de sentir, d’éprouver sans raisonner, d’entrer dans le cours des existences à la croisée de leur propre destin connu après l’échéance. Il est trop facile d’interpréter les événements quand ils sont passés, d’en tirer des conclusions quand tout est fini. Quel intérêt ! Au carrefour du social, l’homme est en marche et sa marche est portée par le courant que la vague précédente. Passé, présent, futur sont seulement des dimensions pour une histoire racontée et connue. Dans l’existence quotidienne, tout est lié. Futur et passé ont parfois une temporalité inversée au regard du devenir. L’existence de chacun n’est peut-être qu’une chronique au quotidien, des bribes fixées dans la mémoire. Chaque séquence nous interroge par le rappel conscient autant que par la partie non fixée. Les faits seraient donc si peu la réalité. La réalité serait tout autant le vécu, les réactions personnelles, les traces affectives, les émotions laissées par les événements pour chacun d’entre nous. Les rencontres ont ce décor interpersonnel pour cadre. La chronique, loin d’être une succession de faits, prend ainsi l’allure d’un roman où l’intérieur et l’extérieur se mêlent. Elle évoque les mutations juste avant le carrefour où l’éprouvé personnel se mélange au social pour s’y nouer ou le colorer. Les cours de vie sont à l’image de filets de pêche, faits de nœuds successifs plus ou moins réguliers. Ils captent ou capturent les pensées et les impressions qu’ils ne peuvent garder longtemps tant les mailles sont larges. Ils en conservent pourtant les influences et les traces. Les cours de vie sont des histoires comme de courtes nouvelles qui n’ont entre elles que des liens de voisinage. Ces histoires étranges d’abord,
9
étrangères enfin, constituent l’être social, au carrefour du social, animé de pensées sociales, à la recherche de cohérence et d’identité. A l’abri du vent, je me suis mis à rassembler futur, présent, passé et à les transformer en chroniques philosophiques si proches de l’apparente réalité…