//img.uscri.be/pth/2f4cc1cc81bac34a9b8bc5ea74ef9bc2e320bde8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Intérêt contre l'éthique (L')

De
250 pages
Cet ouvrage conteste le libéralisme, qui place l'individu devant la société et la propriété avant la solidarité. Cette manière de voir et d'organiser la société a conduit l'humanité dans une impasse alarmante, en particulier face à la profondeur et à la diversité des cultures humaines et face aux conditions écologiques de l'existence. C'est toute la société qui perd ainsi ses références humanistes et qui renvoie la résolution des rapports sociaux à sa plus simple expression utilitariste et instrumentale.
Voir plus Voir moins
es François BOUDREAU tions contemporaines Q
L’INTÉRÊT CONTRE L’ÉTHIQUE
Rélexions sur la culture et le politique
Questions contemporaines
L’intérêt contre l’éthique Réflexions sur la culture et le politique
Questions contemporaines Collection dirigée par B. Péquignot, D. Rolland et Jean-Paul Chagnollaud Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contemporaines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Dernières parutions Jean-Baptiste MANROUBIA-PORTEOUS,La persistance du recours à la force à travers la légitime défense internationale, 2017. Michel MESSU & Cristina ALBUQUERQUE (dir.), Confiance et barbarie,Pour une anthropologie renouvelée de l’action,2017. Frédéric GOBERT,Mai 68. Le mythe a 50 ans. La politique éducative française depuis la Révolution, 2017. Michel JOUARD,De la domination coloniale au rejet des migrants. De l’indigène à l’immigré. Essais politiques, 2017. Fred HAILON,Etude(s) de cognition politique, Discours, pensée, société,2017. Jean-Charles HUCHET,En finir avec l’Ecole de la République, 2017. Florence SAMSON,Agriculture. Un monde à plusieurs vitesses et sous pression, 2017. Max MEMMI,Être ou ne pas être Juif. Telle est la question. Pourquoi ?,2017. José COHEN-AKNINE,Déliquescence et renaissance de l’Etat, 2017.
François BOUDREAUL’INTERET CONTRE LETHIQUERéflexions sur la culture et le politique
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-13012-5 EAN : 9782343130125
Présentation Les textes qui composent ce recueil sont de provenances et de dates diverses, et ils ne sont pas présentés en ordre chronologique. Ils abordent un large éventail de questions qui relèvent du débat public. Ils sont cependant tous inspirés par une préoccupation identique, soit d’établir les liens qui unissent des situations locales ou des problèmes ponctuels, avec l’histoire et l’orientation de la civilisation occidentale. Nous pourrions dire, en fin de compte, que tous ces textes ont pour point commun la réflexion sur l’orientation de la société contemporaine dont les valeurs subissent une transformation extraordinairement rapide et radicale. Mais à partir de quoi cette réflexion pourrait-elle être menée ? Ce que Hobbes, Locke, Rousseau ou Marx partagent avec la sagesse de nos parents, c’est la méthode de l’histoire : tu ne peux savoir où tu vas si tu ne regardes pas d’où tu viens. Nous pourrions alors dire que la perte de sens (Freitag) que l’on observe depuis un peu plus d’un siècle pose la question de la nécessité de se réapproprier la dette de sens (Gauchet) que nous avons tous envers la vie, ce qui ne sera possible que si l’on rattache la sagesse philosophique à toute réflexion sur la chose publique (Gadamer). C’est ce que les textes qui suivent partagent et c’est ce fil conducteur qui les relie. La première partie de l’ouvrage constitue une critique de diverses dimensions du libéralisme. Le texte « L’intérêt contre l’éthique : le bien-être soustrait de la globalisation de l’économie » dénonce le renversement des valeurs traditionnelles auquel a présidé le développement du capitalisme. Avec ce système de production, c’est l’accumulation privée des richesses et la concentration de cette richesse qui deviennent les valeurs sociales primordiales, alors même que les conditions de vie d’une part de plus en plus importante de la population se
7
détériorent. Faut-il rappeler que 1 % de la population mondiale contrôle aujourd’hui plus de 50 % de la richesse planétaire et oriente, à partir de ses intérêts, le développement de toute la société, y compris le développement de la démocratie ? Dans le texte « Environnement et le néocolonialisme : enjeux de»dans le projet néolibéral  l’immigration , nous montrons comment on a instrumentalisé l’immigration aux fins de la croissance économique des pays développés, ce qui a pour résultat immédiat de vider les sociétés sources d’émigration d’un potentiel dont elles ont besoin pour leur propre développement, tout particulièrement au regard des défis écologiques qui se profilent très rapidement à l’horizon. Le texte intitulé « De peine et de misère : structure sociale et souffrance au travail » dénonce une autre utopie du système, celle de la société des loisirs qui nous est dépeinte un peu partout sous la forme de la liberté et du bien-être croissant. En fait, d’un point de vue 1 anthropologique, jamais l’Homme n’a tant travaillé, jamais il n’a tant souffert de l’âme, si vide intérieurement, jamais non plus il n’a été si endetté, si seul à la fin de ses jours, et si pauvre aussi, surtout lorsque de sexe féminin. Nous nous tuons à la tâche pour consommer ce que le système produit, avec pour résultat le mal de l’âme et la dégradation de notre milieu de vie. La seconde partie de cet ouvrage développe sous divers angles le thème du monde vu à partir de l’ethnocentrisme euro-américain. Le texte « Culture et développement au Burkina Faso » expose la manière dont l’aide économique au développement est une forme d’exploitation financière.
1  Partout dans ces textes, Homme avec la majuscule, comme dans « Droits de l’Homme », désigne le générique de l’espèce et non le sexe masculin. 2 Locke, J., 1984 (1689),Traité du gouvernement civil, Éd. D. Mazel et présentation de S. Goyard-Fabre, Paris, Flammarion.8
L’insistance sur les réformes politiques proposées par les institutions financières internationales pour contrer la corruption constitue en fait un plan de mise en forme de l’État libéral dans les pays en développement. Nous abordons aussi la manière dont les traditions ancestrales freinent le développement autonome et autocritique dans les pays du tiers-monde. Nous montrons comment le développement se bute à la culture traditionnelle partout où celle-ci domine le territoire d’un État. C’est à partir de la transformation de la culture, entendue au sens d’une manière particulière d’appréhender le monde, qu’un peuple parvient à mettre en place des institutions politiques qui devraient ensuite mener à la satisfaction des besoins du peuple. Parlant d’ancestralité, les textes « Ojibwas et Euro-Américains : deux rapports au monde » et « Identité, politique et spiritualité : la renaissance des Ojibwas » examinent les traits ontologiques et le processus de renouveau culturel et de reprise en main politique des populations ojibwas de la région des Grands Lacs de l’Amérique du Nord-Est. La reprise en main de communautés qui avaient été dépossédées et marginalisées dans le processus de colonisation de plusieurs régions du monde se déroule là, sous nos yeux. Nous documentons la recomposition culturelle du cas particulier du peuple ojibwa, après la très longue série de problèmes rencontrés depuis le contact avec la civilisation européenne. Le lien qui unit les deux parties de ce livre trouve une source dans les thèses de Locke. Celui-ci insiste très longuement sur l’importance de l’Amérique dans son 2 Second Traité. Le monde originel se présentait à l’Homme, dit-il en substance, comme l’Amérique se
2 Locke, J., 1984 (1689),Traité du gouvernement civil, Éd. D. Mazel et présentation de S. Goyard-Fabre, Paris, Flammarion.
9