Rendez-vous chez Sénèque

-

Français
208 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ces textes visent à introduire le lecteur au coeur même de la pensée de Sénèque sur les plans pédagogique, éthique, social et politique. Agrémenté de citations, ce livre interroge son oeuvre et permet de se forger un angle personnel de lecture et d'analyse de sa modernité et de son réalisme intellectuel typiquement romain.

Découvrez toute la collection Harmattan Cameroun !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2012
Nombre de lectures 19
EAN13 9782296480216
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème







Rendez-vous chez Sénèque



Paulin Hounsounon-Tolin







Rendez-vous chez Sénèque
À propos de l’éthique



























































© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-55889-2
EAN : 9782296558892








Que le directeur de publication des Annales de la Faculté
des Lettres, Arts et Sciences Humaines de l’Université
d’Abomey-Calavi, le directeur de publication des Actes des
er e1 et 2 colloques des Sciences, Techniques et Cultures de
l’UAC soient remerciés de nous avoir autorisé à reprendre
dans cet ouvrage, tout ou partie, des textes publiés dans leurs
revues.




À
Cléanthe

‘‘Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous
n’osons pas, mais c’est parce que nous n’osons pas qu’elles
sont difficiles’’.
AVANT-PROPOS
Ce travail étant issu de ma formation et de mes études, je
me dois d’adresser ma reconnaissance et mes remerciements
à mes formateurs et bienfaiteurs.
Je dis un franc et sincère merci aux différents
responsables des Éditions L’Harmattan à divers niveaux, en
particulier mon collègue et ami Monsieur Roger Mondoue,
directeur de L’Hamarttan Afrique / Cameroun et enseignant
à l’Université de Douala, pour avoir accepté d’éditer cet
ouvrage.
Je remercie Messieurs Norbert C. Awanou, recteur de
l’Université d’Abomey-Calavi, et Brice Sinsin, vice-recteur
chargé de la recherche universitaire de l’Université
d’Abomey-Calavi, pour leur soutien et encouragement de
toute sorte
Leur mot, du 31-12-2010, selon lequel ‘‘Je suis la bonne
voie. Car si mes autorités et collègues d’établissement me
consacraient et que mes recherches prouvent le contraire, ce
ne serait pas une bonne chose, mais s’ils refusent de me
considérer et mes publications démontrent le contraire, serait
la meilleure des considérations’’, a été un soutien moral
assez fortifiant pour moi.
Je dois également remercier tous mes professeurs.
J’exprime donc ma reconnaissance très particulièrement aux
Professeurs Richard Etienne, de Montpellier III, Paul Valéry,
Rémi Brague de Paris I Panthéon-la-Sorbonne, membre de
l’Académie, Jean Greisch de l’Institut catholique de Paris,
François Feral, président de l’Université de Perpignan,
Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillere de l’École des
Hautes Études en Sciences Sociales, Dominique Groux de
l’Université des Antilles et de la Guyane française, Michel
9 Tozzi de Montpellier III, Ahmed Chabchoub de l’Université
de Tunis, Yves Ledure et Jean-Paul Resweber de l’Université
de Metz, pour tout ce que j’ai appris et apprends encore
d’eux en matière de formation, de méthodologie,
d’argumentation, de rhétorique, d’esthétique du langage et
de réflexion.
La réflexion ! La principale activité des dieux immortels et
éternels selon les stoïciens.
Je ne peux oublier mon Père, le Révérend père André
Moriceau, provincial des SMA, Mlle Suzanne Droux, Mère
générale des Filles du Cœur de Marie, le père Barthélémy
Adoukonou, l’Association Adèle Picot des Filles du Cœur de
Marie pour une année de bourse d’études et du travail de
standardiste pendant toute la durée de mes études en France.
Enfin, je remercie du fond de mon cœur les pères italiens
du bureau missionnaires de la Curia Vescovile di
BolzanoBressanone pour trois années de bourse d’études en France.
Je dis un franc et sincère merci à tout le monde.

Paulin Hounsosunon-Tolin
Godomey / Savi, le 24 février 2011

10 INTRODUCTION GÉNÉRALE
" Il n'y a rien d'aussi fallacieux, d'aussi
perfide, que la vie humaine. Personne, par
Hercule, ne la voudrait si nous ne la recevions à
notre insu. Si donc la félicité suprême est de ne
pas naître, celle qui s'en rapproche le plus est,
j'image, de disparaître au plus tôt et de retourner
rapidement au néant originel ".
(Sénèque, De la consolation à Marcia,
XXII, 3.)
" Les consolations qu’apportent les
réflexions morales ont une vertu curative et tout
ce qui relève l’âme est aussi utile au corps. Mes
études m’ont sauvé. C’est à la philosophie que
je dois mon rétablissement et le retour de mes
forces : je lui dois la vie, et c’est la moindre de
mes dettes à son égard ".
(Sénèque, Ad Luc., LXXVIII).
Sénèque a mauvaise réputation auprès de ceux qui le
connaissent mal. Mais pour le connaître, ou le faire connaître,
il convient de ne pas insister non plus sur les éloges de ceux
qui l’admirent, puisque des critiques, mues par la jalousie ou
pas, ne manquent non plus également à son égard. Et
beaucoup d’études ont essayé aussi de montrer l’importance
de sa philosophie pour les temps modernes aussi bien dans le
domaine moral que théologique, en un mot, au sujet de
l’humain et du divin.
Cicéron a effacé le complexe d’infériorité que les Romains
nourrissaient, sur le plan culturel et intellectuel, à l’égard des
Grecs. Mais Sénèque a pu éclipser Cicéron, un temps, pour
devenir, avec la parution du Tranquilitate animi, le seul
11 penseur que l’Empire des Césars pouvaient opposer et
opposaient effectivement aux Grecs.
‘‘Fonction sociale du philosophe et la construction de
1l’union et de l’identité africaine…’’ , qui paraîtra dans
‘‘Afrique, la voie du cannibalisme culturel’’, explique bien
comment les intellectuels romains, techniciens, orateurs,
historiens, poètes, philosophes, etc., se sont mis d’accord
pour réconcilier la Cognitio (Connaissance) et l’Action et
pour demander également à la philosophie l’universalité
qu’elle confère à l’exercice de la pensée. La Sapientia
romana est à la fois Savoir et Sagesse et vise une éthique
humaine et pédagogique universelle.
Victor Goldschmidt se demande ‘‘si le principal tort – du
philosophe –, aux yeux des modernes, n'est pas de préfigurer,
2en ses moments de faiblesse, leur propre modernisme’’ .
Rudolf Rieks pense qu’il a inspiré Christophe Colomb
dans sa découverte des Amériques en croyant découvrir les
3Indes . Gustave Thibon soutient que ‘‘loin d’être dépassé, il
nous précédera toujours au carrefour du divin et de
4l’humain’’ .
Je voudrais, par les présents textes, introduire le lecteur au
cœur même de la pensée de ce philosophe sur le plan
pédagogique, éthique, sociale et politique. Il me semble que
ce serait l’une des manières pédagogiquement adéquates
d’interroger son œuvre et de permettre au lecteur de se forger,

1 In Revue éthiopiques, N° 74, Dakar, 2005.
2 e Victor Goldschmidt, Le système stoïcien et l'idée de temps, Vrin, Paris, 1989, 4
eéd., revue et augmentée, 3 tirage, p.7 ; et c'est également le témoignage de
Edmund Leites selon lequel "Sénèque est dans une large mesure le premier
philosophe moderne." in Sénèque. Lucius Annaeus. Lettres à Lucilius, in
Dictionnaire des œuvres politiques, PUF, Paris, 1995, p.113-1116.
3 Sénèque et le stoïcisme in Klassiker der Religionsphilosophie Beck'sche
Verlagbuchhandlung, Munich, 1995 (Trad. française Petit dictionnaire des
philosophes de la religion, Ed. Brépols, Paris, 1996, p.83-127.
4 e In Sénèque et le XX siècle, in Actas del congreso... t. 1, 1965, p.13.
12 subjectivement ou objectivement, un angle personnel de
lecture et d’analyse de sa modernité et de son réalisme
intellectuel typiquement romain.
Le propos est assez agrémenté de citations de l’auteur afin
de permettre au lecteur de suivre les mouvements de sa
pensée d’une part, et d’autre part, de prendre connaissance de
sa manière de procéder pour pouvoir frapper les choses en
plein corps afin de les obliger à livrer à l’homme leur
véritable visage.
Les huit chapitres constituant l’ossature réflexive de ce
livre portent sur des questions d’ordre pédagogique,
philosophique, éthique et politique.
Ainsi, ‘‘De l’argumentation pédagogique selon les
circonstances chez Sénèque’’, conduit au cœur de son
réalisme en pédagogie. ‘‘Vertu éthique de la propriété
réflexive du miroir chez Sénèque’’, nous met sur le chemin de
la réflexion théorique et abstraite des Grecs qui devient vie
même chez les Romains. Idem pour ‘‘Le ‘moralement
correct’ de Sénèque et les totems et tabous pour une éthique
environnementale’’ qui témoigne des vertus écologiques du
naturalisme antique et des totems et tabous. L’objectif
pédagogique du gonflement de l’hyperbole, à la suite de
l’invention de l’exprimable par ses maîtres stoïciens, – qui
cherchaient à assurer une bonne communication entre
Barbares et Grecs –, vise à exprimer des maxima afin
d’espérer obtenir des minima dans l’usage de la cure
philosophique. Ce qui relève du même pragmatisme romain
que l’argumentation pédagogique selon les circonstances.
‘‘Égalité naturelle homme / femme et égalité perte de la
féminité chez Sénèque’’, me paraît être, d’une part, un terrain
rêvé pour prendre connaissance de ses points de vue à propos
du fameux débat dit moderne de la question de l’égalité
homme /femme, et d’autre part, pour comprendre que, – de
même que l’auteur de nous ne fait aucune concession
13 particulière aux femmes quant à l’accès au royaume des cieux
qui souffrira toujours de violence et que seuls les violents
parviendront à s’en accaparer –, il conviendrait de même que
les femmes sollicitent un combat à chance égale entre homme
et femme plutôt que la quête de quota, en politique, qui
semble relever de la charité qui indique qu’il existe d’un côté
des nantis, des forts et des puissants, et d’un autre côté des
faibles, des pitoyables que ceux-là aideront par le seul motif
de la bonté de leur cœur, du sens de leur piété et de leur pitié.
Le ‘‘Parallélisme possible entre la désertion intellectuelle
et politique chez Sénèque et les pratiques africaines de la
transhumance politique’’, issue de son expérience de
sénateur romain et qui lui a servi de justification à
l’éclectisme en matière de bravade métaphysique, témoigne
également, d’une part, de la richesse de sa personnalité, et
d’autre part, de comment sa pensée, bien que cognitio, ne
consiste nullement à couper les cheveux en quatre.
Enfin, le premier et le dernier chapitres, rédigés à
l’occasion de cette publication, permettent d’ouvrir des pistes
de réflexion aussi bien sur les mouvements de la pensée de
Sénèque le philosophe que sur les Senecae connus de
l’histoire littéraire occidentale. Le dernier chapitre permet de
mieux appréhender le parallélisme possible entre ‘‘désertion
intellectuelle’’, éclectisme postulé par Sénèque, et pratiques
africaines de la transhumance politique.
L’importance doctrinale et la nature épistémologique de
chaque sujet, exigeaient, en dehors des traités et tragédies de
Sénèque et des commentaires de ses œuvres, des références
bibliographiques particulières. C’est pourquoi il a été jugé
bon de laisser les références citées ou croisées de chaque
étude tout en les allégeant afin d’éviter les répétions inutiles
dans la mesure du possible.
J’espère donc que ces textes pourront servir d’introduction
à la pensée de Sénèque et au pragmatisme des penseurs
14 romains qui ont su faire de la Cognitio grecque, ‘‘Sapientia
romana’’, déclinable en Sagesse et Savoir, en fait, les
Sciences humaines et sociales d’aujourd’hui, surtout avec
Cicéron, Virgile, Jules César, Sénèque, Ovide, Pline, etc..
Rendez-vous donc chez Sénèque

P. H.-T.
Godomey / SAvi, le 18 décembre 2010

15




PREMIÈRE PARTIE

PÉDAGOGIE DE L’ESTHÉTIQUE ET DE LA
RHÉTORIQUE D’UNE LANGUE PHILOSOPHIQUE
MILITANTE COMME APPUI À LA PROPAGANDE
MORALE
1.

Senecae. Des trois Sénèque connus de l’histoire de la
littérature occidentale
L’histoire de la littérature occidentale nous a fait connaître
trois Sénèque :
- Sénèque le père et appelé faussement rhéteur ;
- Sénèque le fils ou le philosophe ;
- et un autre Sénèque peu connu.
Ce dernier est appelé Sénèque le gigantesque pour des
raisons d’ordre physique et comportemental. Il nous est
connu par Sénèque le père ou le rhéteur.
Pour cette présentation des Sénèque connus de l’histoire
de la littérature, nous commencerons par Sénèque le père.
Nous verrons ensuite Sénèque dit le gigantesque et qui ne
nous aurait pas été connu sans le souci de Sénèque le père de
faire connaître les grands rhéteurs de son temps à ses fils.
Nous terminerons enfin par Sénèque le fils ou le
philosophe et dont l’actualité nous préoccupe ici à propos de
certains débats modernes de société, d’éthique, de politique,
de bravade métaphysique, en un mot de pédagogie et
d’éducation des choses humaines et divines.
* *
*
1. Sénèque le père
Dans la Lettre IX, Sénèque le philosophe nous dit que son
père, – par sa culture et sa fortune –, alla non seulement vivre
à Rome, mais sut bâtir une place et une position tellement
19 confortables qu'il n'avait plus peur de la "police romaine"
pour ses fils.
Mais il avait scrupuleusement peur de quelque chose qui
vivait invisiblement dans sa maison et dont il soupçonnait la
présence à travers les raisonnements pointilleux et les
comportements de son fils dont il est ici question.
Il avait peur de la philosophie qui agréera et ennoblira
Sénèque le fils ; la philosophie dont Sénèque le fils sera le
martyr. Prudent, Sénèque le père n'avait pas fait carrière
politique comme ses fils.
Son aîné, Gallion, Lucius Annaeus Novatus avant son
adoption par le rhéteur Junius Gallion, sera sénateur et
proconsul. Il est le frère préféré de Sénèque le fils. Vers l'an
52 après Jésus-Christ, il est sénateur et proconsul en Achaïe.
Il eut à rendre un jugement à Corinthe au sujet d'un conflit
5religieux où saint Paul se trouvait impliqué .
Il renvoya les deux parties en estimant que les dissensions
entre Juifs et chrétiens étaient affaires internes qui ne
regardaient pas la justice impériale des Césars. La vie de
Gallion se termina tragiquement. À la mort de son frère,
6Sénèque le fils, il dut demander grâce en plein Sénat et fut
finalement amené à se suicider.
Mela le plus jeune des trois enfants de Sénèque le rhéteur,
- père du poète Lucain, auteur de la Pharsale, a été haut
fonctionnaire et peut-être sénateur. Mela et son fils Lucain
reçurent également l'ordre de se donner la mort suite à la
découverte de la conspiration de Pison en 65.
Sénèque le père est né en 55 ou 54 avant Jésus-Christ en
Espagne, probablement à Cordoue. Il ne reste de lui qu’une

5 Actes des Apôtres, XVIII, 12-17.
6 Tacite, Annales, XV, 73.
20