//img.uscri.be/pth/27da08b96f3ab1146f0a50df7a795e20b7e8c908
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 20,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Retour de Socrate (Le)

De
274 pages
Héritée de Socrate, la brachylogie a vu étouffer son potentiel philosophique au profit d'un usage procédural au sein de la rhétorique. C'est contre cette sorte de « seconde mort » de Socrate que Mansour M'Henni a initié le concept de « Nouvelle Brachylogie », en vue d'une ouverture pluridisciplinaire et d'une réactualisation adaptée au monde moderne. Elle se voudrait une méthode d'approche du discours, une science des microstructures et une pensée interrogative de l'être en démocratie, fondées sur l'esprit de conversation.
Voir plus Voir moins
Héritée de Socrate surtout, dans sa conIguration notionnelle la plus profonde, la brachylogie a vu étouffer son potentiel philosophique au proIt d’un usage procédural au sein de la rhétorique. C’est un peu contre
M’Henni a initié, en 2012, le concept de « Nouvelle Brachylogie », dans la perspective d’une ouverture pluridisciplinaire et d’une réactualisation adaptée au
et de brachylogie générale, elle se voudrait une méthode d’approche du discours, une science des microstructures et une pensée interrogative de l’être en démocratie, fondées sur l’esprit de conversation.
Mansour M’Henni
LE RETOUR DE SOCRATE
Introduction à la nouvelle brachylogie
Le retour de Socrate
Mansour M’Henni
Le retour de Socrate
Introduction àla brachylogie
Du même auteur Etudes et essais La Quête du récit dans l’œuvre de Kateb Yacine, 2002. De la transmutation littéraire au Maghreb, 2002. Le Texte mixte de la littérature tunisienne de langue française : l’expérience triangulaire, 2004. Réflexions sur la question des langues, 2007. La Raison de méditerranéité, 2008. Pratique lectoriale et pédagogie de la littérature, 2010. Le Retour de Socrate, 2015. Tahar Ben Jelloun, Stratégies d’écriture, Dir., L’Harmattan, 1993. Hédi Bouraoui, la Transpoésie, Dir., 1997. Littérature tunisienne de langue française : une autre voix(e)de la tunisianité, Dir., 2012, (Numéro 21 de la revue Interculturel-Francophonies). Kateb Yacine : Interactions et révolution, Dir., 2016. Repenser la brachylogie pour une Nouvelle Brachylogie, Dir., 2016. Créations Rosée suivi de Tempêtes et Autres vers(poésie), 1992. La Récompense de Sinimmar(nouvelles), 1997. Mots d’amour(poésie), 1999. L’Araignée(récit), 2000. Créencontres(poésie), 2003. Là-bas(poésie), 2006. La Deuxième déjà… ou c’est toujours la première?(poésie), 2010. La Nuit des mille nuits ou Le Roi des pendus (roman), 2012, (Prix Littéraire Kateb Yacine). Traductions(en français de textes arabes): Harakat(Mouvements), roman de Mustapha Fersi, 2008. Al-Mouamara(La Conspiration), roman de Fredj Lahouar, 2014. Nafikh Azzoujaj Al-AamaSouffleur de verre aveugle), recueil du (Le poète Adam Fethi, 2017. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12747-7 EAN : 9782343127477
1 Préface de la première édition Donner à ce livre un titre commeLe Retour de SocrateouLa Résurrection de Socratecomme une sonnerait provocation, mais traduirait mieux l’esprit du développement qui va suivre. En fait, Socrate nous a-t-il jamais quittés, même s’il est bel et bien mort après sa condamnation, par la démocratie athénienne, à boire le poison, de sa propre main, au centre de ses disciples. Erasme, Montaigne, Rabelais, Diderot, Voltaire, Rousseau, Popper auront maintenu vivace une part lumineuse de la pensée socratique que d’aucuns auraient cherché à étouffer. Dans cette lignée, comme je ne prétends pas être le Christ, auquel Socrate a d’ailleurs été 2 comparé par certains , ni posséder le don de ressusciter les morts, « le retour de Socrate » me semble convenir à ma pensée malgré toutes les réserves que cette expression pourrait susciter et dont j’aurai peut-être à m’expliquer, autant de fois que nécessaire. On le sait par ailleurs, la mort de Socrate a été l’objet de plusieurs travaux et de plusieurs interprétations,
1 Légèrement adaptée à la présente édition, le 30 mai 2017. 2  Carrière (Hean-Claude) & Gaillard (Jacques) & Martin (René) & Mortier-Waldschmidt (Odile),La Littérature gréco-romaine, anthologie historiqueLes, Paris, Nathan, Réf., 1994, p. 243. « dialogues [de Platon] mettent en scène Socrate, penseur mystérieux qui, comme le Christ, n’a rien écrit et dont les disciples (Platon, Xénophon, les petits socratiques, les cyniques) ou les adversaires (Aristophane) nous ont transmis une image quelque peu contradictoire. »
7
n’évitant guère les malentendus qui en sont nés et qui sont peut-être la preuve de la richesse et de la profondeur de la vie et de l’œuvre de ce personnage, car tel il est en définitive. Une expérience exceptionnelle pour un être exceptionnel dont, me semble-t-il, il nous reste beaucoup à tirer malgré un regain d’intérêt, à la fin du XXème siècle, nettement perceptible, pour l’analyse et l’interprétation de cette expérience. D’aucuns trouveraient d’ailleurs un parallélisme entre la mort de Socrate en l’an 399 av J-C et la crise de la démocratie à la fin du XX° siècle de l’époque contemporaine et ce n’est pas sans raison que P. Ismard a 1 intitulé un livre récentL’événement Socrate. De ce point de vue, le premier paragraphe d’un compte rendu de lecture de ce livre, fait par D. El Murr, est assez instructif, indépendamment des idées qui y sont développées et de l’attitude qu’on peut avoir à leur égard :
La condamnation à mort de Socrate par l’assemblée athénienne en 399 avant notre ère est, dans la conscience commune, le péché originel de la démocratie. […] Pour comprendre cette condamnation qui nous paraît scandaleuse, tant Socrate incarne encore de nos jours la figure de l’intellectuel libre victime de l’obscurantisme, il faut non seulement détricoter la légende de Socrate, défaire les strates d’interprétation apologétique ou polémique qui se sont sédimentées au cours des siècles, mais également remettre le procès en situation, dans le contexte à la fois historique, juridique et intellectuel de la démocratie athénienne du IVe 2 siècle .
Le retour de Socrate serait-il né du besoin, chez la gent humaine, de corriger sa lecture de Socrate après deux
1  Ismard (Paulin),L’événement Socrate, Flammarion, Paris, 2013 (Prix du livre d’histoire du Sénat 2014, Prix Emile Perreau-Saussine 2014). 2 El Murr (Dimitri), « Socrate l’inculpé»,(Dernière consultation le 25 juillet 2017) :http://www.laviedesidees.fr/Socrate-l-inculpe.html
8
millénaires et demi ? Déjà dans le domaine de la poétique, qui n’est pas étranger au présent propos pour ne pas dire qu’il y est central, Gérard Genette concluait à une aliénation systématique de la pensée occidentale à l’aristotélisme, laissant sans doute penser à la possibilité de chercher à en sortir, ou au moins à s’en démarquer. « Dans la mesure où l’attribution à Platon et Aristote de la théorie des ʺtrois genres fondamentauxʺ est une erreur historique qui cautionne et valorise une confusion théorique, je pense évidemment qu’il lui [la poétique] faut à la fois s’en débarrasser et garder à l’esprit, pour leçon, ce 1 (trop) significatif accident de parcours . » Combien d’autres Socrate faudrait-il condamner pour empêcher une telle aventure ? Nul ne le sait. Sur un autre plan, non seulement des philosophes, mais aussi des organismes, des associations et des établissements de recherche se remettent à penser de nouveau la relation du politique et de l’éthique en rapport à la pensée de Socrate. Aussi lit-on de la plume de B. Cretin, de l’Institut-Ethique-Contemporaine : « Cette liberté de penser qui nous oblige à une mise en question de nos opinions, à un arrachement, qui vient nous retourner dans nos certitudes les plus ancrées, et éliminer nos repères, elle nous oblige dans le même temps à nous interroger sur "ce que nous voulons", sur les motifs de nos actions. Elle nous met, comme Socrate nous l'a montré, 2 face à notre responsabilité éthique . » D’une manière ou d’une autre, on reste dans cette logique de la révision du procès de Socrate, en rapport à
1  Genette (Gérard),Introduction à l’architexte, Paris, Seuil, Poétique, 1979, p. 76. 2  Cretin (Bernard), « Philosophie, éthique, politique : du dialogue socratique au débat citoyen », (2011), (Dernière consultation le 25 juillet 2017) : http://institut-ethique-contemporaine.org/article_ethique_socratique.html
9