Traces de l'être Heidegger en France et en Hongrie

-

Français
258 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce volume rassemble les textes du colloque international « Traces de l'être. Heidegger en France et en Hongrie », organisé à l'Institut Français de Budapest. Ce n'est pas seulement à l'histoire de la réception de Heidegger que le présent ouvrage entend contribuer, mais aussi à la mise en lumière de ce qui, de sa pensée, demeure pour nous, Français ou Hongrois, d'une profonde actualité.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2014
Nombre de lectures 21
EAN13 9782336359779
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
,50
G. Jean et A. Takács (éds.)
Traces de l’être Heidegger en France et en Hongrie
OUVERTUREPHILOSOPHIQUE
Traces de l’être Heidegger en France et en Hongrie
Ouverture philosophique Collection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot Une collection d’ouvrages qui se propose d’accueillir des travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiques. Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions, qu’elles soient le fait de philosophes « professionnels » ou non. On n’y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu’habite la passion de penser, qu’ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques. Dernières parutions Frédéric PRESS,Du sens de l’histoire. Essai d’épistémologie, 2014. Grégoire-Sylvestre GAINSI,Charles de Bovelles et son anthropologie philosophique, 2014. Dieudonné UDAGA,La subjectivité à l’épreuve du mal, Réfléchir avec Jean Nabert à une philosophie de l’intériorité,2014. Augustin TSHITENDE KALEKA,Politique et violence, Maurice Merleau-Ponty et Hannah Arendt,2014. Glodel MEZILAS,Qu’est-ce qu’une crise ?,Eléments d’une théorie critique,2014.Vincent Davy KACOU,Paul Ricoeur. Le cogito blessé et sa réception africaine, 2014. Jean-Louis BISCHOFF,Pascal et la pop culture, 2014. Vincent TROVATO,Lecture symbolique du livre de l’Apocalypse,2014. Pierre CHARLES,Pensée antique et science contemporaine, 2014. Miklos VETÖ,La métaphysique religieuse de Simone Weil, 2014. Cyril IASCI,Le corps qui reste. Travestir, danser, résister !, 2014. Jean-Michel CHARRUE,Néoplatonisme. De l’existence et de la destinée humaine, 2014.
G. Jean et A.Takács (éds.) Traces de l’être Heidegger enFrance et enHongrie
Des mêmes auteurs : Grégori Jean : Quotidienneté et ontologie. Recherches sur la différence phé-noménologique, Louvain-Paris, Peeters, « Bibliothèque philo-sophique de Louvain », n°80, 2011. Le quotidien en situations. Enquête sur les phénomènes-sociauxEm-, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, « preintes philosophiques », n°1, 2012. Force et temps. Essai sur le « vitalisme phénoménologique » de Michel Henry, Paris, Hermann, « Philosophie », 2014. Ádám Takács : Le fondement selon Husserl,OuvertureParis, L'Harmattan, « philosophique », 2014. Jean-Luc Marion — Cartésianisme, phénoménologie, théologie(éd.), Paris, Archives Karéline, 2012. L'actualité de Georg Lukács (éds.), Paris, Archives Karéline, 2013. © L'HARM ATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-042582-5 EAN : 9782343045825
Avant-propos Ce volume rassemble les textes du colloque international « Traces de l’être. Heidegger en France et en Hongrie », organi-sé en janvier 2013 à l’Institut Français de Budapest. Son objec-tif n’étaitpas seulement d’interrogerpour eux-mêmesquelques thèmes centraux de la pensée heideggérienne, mais aussi, par ce biais commepar celui d’études historiques ciblées, de confron-ter et de croiser les types de réception auxquels, dans les deux pays concernés, elle avait donné lieu. D’unpoint de vue historique, le cas français, depuis les tra-1 vaux de D. Janicaud notamment , était mieux circonscrit. Aux figures dominantesque furent cependant Derrida, Lévinas ou Marion, d’autres méritaient d’être évoquées, et c’est ce àquoi s’emploient notamment, dans ce volume, I. M. Fehér avec Sartre, P. Rodrigo avec Merleau-PontyG. Jean avec Michel et Henry. Le cas de la Hongrie, en revanche, demeurait assez peu connu, notamment des lecteurs français. Longtemps reconduite, du moins officiellement, à un simple moment de l’histoire mar-xiste de la philosophie, la pensée de Heidegger s’y est vue réin-vestie à nouveaux frais, après le tournantpolitique de 1989, et avec elle, mais de manière désormais critique, les lectures de ceuxqui tentèrent très tôt d’en être lespasseurs, commeG. Lukács ou W.Szilasi auxquels G. Angyalosi et T.Schwendtner consacrent ici de patientes études. Mais ce n’est pas seulement sous un angle strictement « his-torique » que nous avons souhaité organiser cette confrontation. La « récepde Heidetion » gger ne s’épuise nullement dans le processus historiquement datable des différentes lecturesqui, en France comme en Hongrie, ont pu en être proposées : elle s’écrit aussi etpeut-être d’abord auprésent. Notre conviction était donc que seul un témoignage de ce présent philosophique allait permettre d’en cerner, dans l’un et l’autre pays, les spéci-
1 D. Janicaud,Heidegger en France, Paris, Albin Michel, 2001, Vol. 1, Récit ; Vol. 2, Entretiens. 5
ficités, et c’est la raisonpour laquelle ce ne sontpas seulement des historiens des idées, mais aussi desphilosophes de chacune des deux nationalités que nous avons conviés à rendre compte de cequi constitue aujourd’huipour eux le sens et l’enjeu de leurpropre lecture de Heidegger. Aussi ce volume exprime-t-il également l’état actuel de la recherche heideggérienne dans nos deuxpays, et c’est dans cetteperspectivequ’onyles con- lira tributions de F. Dastur, de S. Jollivet, de C. Romano, et de A. Takács, L. Tengelyi et M. Vetö. Situé à l’intersection de deux espaces historiques et géographiques différents, ce colloque doit beaucoupsa de réussite à la mobilisation despersonnes et à la collaboration des institutions. Toute notre reconnaissance va à M. Miklós Vetőqui enprit l’initiative, en assura l’organisation et en accompagna le déroulementjusqu’à laprésentepublication. Il nous revient aussi d’adresser nos plus vifs remerciements à l’Institut Français de Budapestpour son soutien et son hospita-lité, et toutparticulièrement à M. François Laquièze, son direc-teur et conseiller de coopération et d’action culturel, ainsi qu’à son chargé de mission M. Vincent Liegey. L’Institut de philo-sophie et l’Atelier du département des sciences sociales euro-péennes et d’historiographie de l’Université Eötvös Loránd de Budapest ont également rendu possible cette rencontre franco-hongroise :que ses autorités en soient remerciées. Enfin, nous adressons toute notregratitude aux Éditions de L’Harmattan, et tout particulièrement à M. Bruno Pequignot pour avoir accepté d’accueillir ce volume dans la collection « Ouverture Philoso-phique ». Le 3 juillet 2014, László Tengelyi nous envoyait la dernière version de son texte. Le 19 juillet, nous apprenions son décès avec tristesse et consternation. Sa disparition ne constituepas seulement une immensepertepour la communauté philosophique ; elle laisse sans voix tous ceux qui eurent la chance de le connaître, et de l’admirer. Cet ouvrage lui est dédié. G. Jean et A. Takács
6
Première section — Réceptions françaises
Heidegger et la question du dépassement de la métaphysique Françoise DASTURUniversité de Nice Sophia-Antipolis Essais et conférencesest un recueil de textes publié par Hei-degger en 1954, deux ans après la reprise de son enseignement, interrompu en 1945, avec le cours intitulé « Qu’appelle-t-on penser ? », à la suite de sa réintégration dans ses fonctions de professeur à l’Université de Fribourg. Mais contrairement à un premier recueil,Holzwege,qui ne mènent nulle « Chemins part », publié en 1950, après de nombreuses années de quasi 1 silence , recueil dans lequel les textes sont rangés selon l’ordre chronologique où ils furent écrits de 1935 à 1946, le recueil publié en 1954 est organisé en trois sections différentes et ras-semble, selon un ordre non strictement chronologique, des textes issus des années 1950 à 1954, à l’exception notable du dernier d’entre eux, « Aletheia », qui remonte à l’année 1943, et de «Überwindung der Metaphysik», ensemble de 28 notes d’inégale longueur datant des années 1936 à 1946, dont seule une partie (la note XXVI, la plus longue d’entre elles) a été déjà publiée en 1943. C’est à ces notes que je voudrais ici m’attacher, malgré la difficulté que représente leur exégèse. Elles sont en effet issues, nous le savons aujourd’hui, de par la publication de l’ensemble des textes inédits de Heidegger dans le cadre de laGesam-tausgabe, l’édition complète de ses œuvres, de tout un massif de textes rédigés par Heidegger entre 1936 et 1946 sans inten-tion de publication immédiate. De ces textes font partie, à côté du texte fameux rédigé, sous le titreBeiträge zur Philosophie, « Contributions » ou « Compléments à la philosophie », entre
1 Entre 1933 et 1950, Heidegger ne publie en effet, en fait de livres, que Erläuterungen zu Hôlderlin(1944), etPlatons Lehre von der Wahrheit. Mit einem Brief über den Humanismus(1947).  9