Figure de la paternité-filiation et l

Figure de la paternité-filiation et l'évangélisation de la culture des Lyele du Burkina Faso Tome 2

-

Français
491 pages

Description

Chaque peuple a sa manière spécifique d'organiser, selon sa culture, la vie familiale, interfamiliale et sociale, et de s'ouvrir aux autres peuples, voisins ou lointains. Considérée sous cet angle de vue, la paternité-filiation, inséparable de la maternité et liée à l'invisible et dont le père est le centre, structure de façon systémique l'ensemble de la société traditionnelle des Lyele ou Nune du Nord. Ce deuxième tome est partie prenante du travail de réflexion théologique et suggère une théologie inculturée dont le centre est le Père trinitaire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 mars 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140145292
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

́
́
AFRIQUE
AFRIQUE
̀
̀
́
̀
́
̀
̀
́
̀
FIGURE DE LA PATERNITÉ-FILIATION
André-Jules BASSONONET L’ÉVANGÉLISATION DE LA CULTURE
DES LYƏ LƏ DU BURKINA FASO
Tome 2
Le père trinitaire : bienveillance et responsabilité
Chaque peuple a sa manière spécifl que d’organiser, selon sa culture, la
vie familiale, interfamiliale et sociale, et de s’ouvrir aux autres peuples,
voisins ou lointains. Considérée sous cet angle de vue, la paternité-fl liation,
inséparable de la maternité et liée à l’invisible et dont le père est le centre,
structure de façon systémique l’ensemble de la société traditionnelle des
Ly ə lə ou Nunə du Nord. Non pas de manière pyramidale, mais plutôt à FIGURE DE LA PATERNITÉ-FILIATIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTIONTION
la fois autonome et collégiale, conformément au principe de subsidiarité.
Pour favoriser le bon vivre-ensemble, il est vivement souhaité que la ET L’ÉVANGÉLISATION DE LA CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CUL CULTURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURETURE
responsabilité du père, surtout celle du Maître de terre en tant que père de
tout le village, soit exercée avec bienveillance, à l’opposé d’un paternalisme DES LYƏ LƏ́ DU BURKINA F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F F FASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASOASO
autoritariste qui monopoliserait le pouvoir, instaurerait l’assujettissement et
ferait régner la peur.
À l’écoute attentive de la Parole de Dieu et avec l’apport précieux
de la théologie chrétienne, cette fl gure pertinente de la paternité-fl liation
relationnelle, permet de réfléchir le mystère de Dieu comme Notre Père
trinitaire au cœur maternel, simultanément bienveillant et responsable et,
par conséquent, de le présenter et de le proposer comme Bonne Nouvelle
pour cette culture religieuse. Cela nous engage, comme enfants de Tome 2Dieu, à vouloir ressembler à ce Père-Maternel-là, dans sa
bienveillanceresponsabilité manifestée en Jésus son Fils unique. Cela qui nous Le père trinitaire : incite également à nous rendre dociles à la puissance bienveillante et
responsable de l’Esprit Saint. Face à une multitude d’esprits ou de forces,
celui-ci est l’unique Esprit, agissant effl cacement en nous et dans l’Église- bienveillance et responsabilité
Famille de Dieu ainsi que dans le monde même si celui-ci se montre
parfois malveillant et irresponsable. Le premier tome ne concerne que la
partie socioculturelle, comme annonce préparatoire du deuxième tome
qui, lui est partie prenante du travail de réflexion théologique, et suggère
une théologie inculturée dont le centre est le Père trinitaire.
André-Jules BASSONON est prêtre diocésain, né à Réo (Burkina Faso). Docteur
en théologie et Sciences des Religions (Institut Catholique de Paris) et auteur de
L’Homme-Dieu et la culture africaine, Réflexion théologique à partir d’éléments
anthropologiques des Lyələ du Burkina Faso (L’Harmattan, 2012) et de Figure
de la paternité-fl liation et l’évangélisation de la culture des LyƏlƏ du Burkina
Faso ; Tome 1 : Vision socio-anthropologique (L’Harmattan, 2012), André-Jules
BASSONON est présentement Aumônier et enseignant à l’Université Saint Thomas
d’Aquin (USTA) de Saaba (Ouagadougou).
ISBN : 978-2-343-15970-6
théologique & spirituelle
théologique & spirituelle42 €
FIGURE DE LA PATERNITÉ-FILIATION ET L’ÉVANGÉLISATION
DE LA CULTURE DES LYƏ LƏ DU BURKINA FASO
André-Jules BASSONON
Tome 2 Le père trinitaire : bienveillance et responsabilité

́
̀























Figure de la paternité-filiation
et l’évangélisation de la culture des Ly Əl Ə
du Burkina Faso
Tome 2
Le Père trinitaire : bienveillance et responsailité











































́
̀
André-Jules BASSONON

























Figuure de laa paternnité-filiaation
et l’évangélisation de la culture des Ly y Əl Ə
du Burkina Faso
Tome 2
Le Père trinitaire : bienveillal nce et responsailité


































Collection « Afrique théologique et spirituelle »
Dirigée par Blaise BAYILI


Emmanuel BATIONO, Justice et équité dans la division des personnes
juridiques publiques. Procédures pour les diocèses et les paroisses,
Paris, l’Harmattan, 2018
Jean-Baptiste SANON, La configuration du prêtre au Christ, Bon Pasteur ;
L’exemple du Curé d’Ars, Paris Harmattan, Paris, l’Harmattan 2017
Blaise BAYILI, Les défis de l’évangélisation en France : vertiges,
tribulations et espérance d’une Église catholique au cœur de la
modernité, Paris, l’Harmattan 2017
Nabons-Wendé Honoré SAVADOGO, Adoration eucharistique et
transformation spirituelle. Étude de l’expérience mystique de Charles de
Foucauld, Paris, l’Harmattan 2017
Blaise BAYILI, La nouvelle évangélisation à partir de l'Europe occidentale.
Les défis d’une inculturation, Paris, l’Harmattan 2016
Blaise BAYILI, Urgence – Inculturation D’une Église en Afrique à une
Église d’Afrique, Paris, l’Harmattan 2016
Godefroid-Léon KHONDE, L’amour conjugal comme « totalité » et
« espérance ». Une lecture patristique à la lumière de saint Augustin,
Paris, l’Harmattan 2015 , El amor conyugal como « totalidad » y
« esperanza ». Una lectura patrística a la luz de san Agustín, Paris,
l’Harmattan 2015
Pierre MATABARO CHUBAKA et Crispin BUNYAKIRI, Monothéisme
africain. Chance d’un dialogue œcuménique et interreligieux, Paris,
l’Harmattan 2015
Jean-Marie Vianney BALEGAMIRE AKSANTI KOKO, Une histoire
d’amour pastoral ; trente-six ans d’alliance, Paris, l’Harmattan 2015















© L'Harmattan, 2020
5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris
www. editions-harmattan.fr

ISBN : 978-2-343-15970-6
EAN : 9782343159706


̀
́
̀
́



Avant-propos

Nous avons soutenu, le 10 octobre 2016, à l’Institut Catholique de
Paris (IPC), Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses
(Theologicum), une thèse pour l’obtention du Doctorat en Théologie,
option Théologie et Sciences des Religions.
Le sujet de thèse est le suivant :
La figure de la paternité-filiation
et l’évangélisation de la culture des ly əl ə du Burkina Faso ;
bienveillance et responsabilité
Un premier tome concernant la partie socioculturelle de la thèse a été
édité, sous le titre :
Figure de paternité-filiation
et évangélisation de la culture des Ly əl ə du Burkina Faso ;
Tome 1. Vision socio-anthropologique
Ce deuxième ouvrage est consacré à la réflexion théologique.
De tout cœur, nous remercions :
- Mgr Basile TAPSOBA et Mgr Joachin OUÉDRAOGO, pour
l’envoi en mission afin de faire des études de Théologie ;
- Mgr Éric AUMONIER, Évêque de Versailles, pour l’accueil
dans son diocèse pour les études et l’expérience pastorale
(paroisses /groupements paroissiaux);

7
- Professeur François BOUSQUET, pour l’accompagnement
durant la rédaction du sujet de thèse ;
- Tous ceux et celles qui ont offert leurs travaux de recherche,
publiés ou inédits ;
- Toutes les personnes (hommes, femmes, jeunes) qui ont
répondu aux questions posées durant les enquêtes de terrain ;
- Toutes les personnes qui ont contribué de différentes manières
à la relecture du texte ou par leur présence à la soutenance ou
par leur appui à l’édition de la thèse ;
- Papa, Catéchiste Jean BASSONON (décédé en 1978), Maman
Régina KANYALA, les frères et sœurs ainsi que les amis.

Dieu notre Père, riche en bienveillance, vous le revaudra.





8



Abréviations


cf. confer (latin) : reportez-vous à, référez-vous
à, consultez, allez voir (ouvrage, article,
passage, etc.).
op. cit. opere citato (latin) : œuvre citée, ouvrage
cité, article cité.
n. numéro
p. page(s)
§ paragraphe
trad. traduction
litt. littéralement
éd. éditeur(s)




9



́
́
́
́



Transcription du lyèlé

Pour faciliter la lecture du lyèlé ou nuni du Nord :

1. Alphabet

L’alphabet du lyèlé ou nuni du Nord comprend trente-deux
lettres, soit huit voyelles et vingt-quatre consonnes.

Vingt lettres :
quatre voyelles : a e i o
seize consonnes : b d f g k l m n p r s t v w y z
se prononcent comme dans la langue française.

Douze lettres :
quatre voyelles : ə ɛ ɔ u
huit consonnes : j c ly ny rh sh ŋw zh
se prononcent de façon spéciale (cf. illustrations dans le
tableau ci-dessous).

Lettres Se prononcent comme Exemples
spéciales dans les mots français en lyèlé/nuni du Nord

soit « e muet » : nə : nous ə
médecin
soit « e fort » : œil ; yəl ə : dents
œuf
ɛ tête (ê) ; paix (ai) pɛnɛ : don, cadeau, présent
motte (o ouvert) ; pilote bɔr ɔ : lion ɔ
u cou (ou) ; boue wu : intérieur ; Burkina
(pays)
j dia ! (exlamation) jal : sang
c qui ; kiosque cam : flèche
lion ; Liliane (prénom) lyim : colère ly

11
̀
̀
̀
́
̌
̃
̌
̀
̀
̀
́
́
́
́
̃
̃
̀
̃
̃
̃
̀
̃
̀
́
̃
́
̃
̀
̃
̃
̃
̀
̃
́
ny igname (gn) ; pagne nyí : bouche
rh entre « S » et « Z » Surh ə : intelligence
sh chose (ch) ; cheval shíy ə : dix
ŋw (nasale labio-vélaire) ŋw ɔnɔ : pouvoir ; ŋw ɛrhɛ : taie
jeu ; je joue ; gentil zho : vent zh

2. Tons et nasalisation

Il y a quatre tons qui portent sur la voyelle ou sur le pronom
personnel ; la nasalisation de la voyelle est signifiée par une marque
au-dessus d’elle.

Tons Exemples Nasalisation ( ˜ )
bas ( ` ) lò : quelqu’un swa : carquois
à : je ; ǹ : tu bɔ : chèvre
haut ( ´ ) ló : verse (cf. verser) s ɛ : boisson
á : vous ; ń : il, elle t ɛ : en bas
moyen lo : casse (cf. casser) byã : cou
(sans marque) gɔ : herbe, brousse l ũ : monde, univers
bas-haut ( ˇ ) l ǒ : liane nɛ : eau
byǎ : enfants, fruits ca : dos
Il est à noter que le ton modulé haut-bas (ˆ) est un
phénomène d’élision, puis de contraction ; pour exemple : bə t’â jí yé
= bə tá bə jí yé, ils ne mangent pas.
Deux voyelles qui se suivent, peuvent être nasalisées simultanément :
e nyããs ɛ : s’aggraver
yó-ly ẽẽ tum : devoir, responsabilité
tùntw ə ə : comportements
pampar ɛɛ : clairement, sans feinte
swĩĩ : espèce de petit rat de brousse
sàns ɔ ɔ : branche d’épines
dwã-nɛ-sã ɔ : entraide
etc.


12
̀
́
́
̀



Préface

La présente étude d’André-Jules Bassonon ne saurait être lue sans
avoir en mémoire toute la réflexion et les observations qui l’ont
précédée et rendue possible, et qui sont publiées en un premier
volume, bien digne de passionner le lecteur. Le présent et second
volume, qui lui fait suite, compose avec le premier un ensemble qui a
été soutenu comme Thèse de Théologie à l’Institut Catholique de
Paris. Il convenait de donner à ce travail proprement universitaire une
diffusion capable de lui faire rejoindre le plus grand nombre de
chercheurs, parmi un grand public cultivé, intéressé au
questionnement proposé. Sans revenir sur la première étude,
brillamment préfacée par le Professeur Pierre DIARRA, on peut noter
que le projet d’ensemble est très bien décrit par l’auteur lui-même,
présentant l’ensemble de son travail :
La paternité-filiation, inséparable de la maternité et de l’invisible,
structure de façon systémique la société traditionnelle des Ly əl ə ou
Nunə du Nord. À l’écoute de la Parole de Dieu et avec l’apport de la
théologie, cette figure pertinente permet de réfléchir le mystère de
Dieu comme notre Père-Maternel trinitaire à la fois bienveillant et
responsable, et de le présenter comme Bonne Nouvelle pour cette
culture religieuse. Ce qui nous engage en tant que fils et filles adoptifs
à vouloir lui ressembler en imitant Jésus, le Fils unique, grâce à la
puissance bienveillante de l’Esprit Saint, l’unique Esprit, agissant en
nous et dans l’Église-famille de Dieu, Kwálá du Christ, ainsi que dans
le monde.
On s’en convaincra aisément après la lecture du premier volume :
l’intuition est juste : il y a dans la culture traditionnelle des Ly əl ə une

13
structure forte où beaucoup de correspondances peuvent être relevées
avec la « chose chrétienne », ou plus précisément l’apprentissage
chrétien des « mœurs de Dieu » comme disaient les Pères. Le pari a
été d’expliciter ce qu’il y a de neuf à dire sur cette correspondance. La
méthode devient alors décisive. D’abord en posant la question
théologique dès le début. Puis en faisant des enquêtes de terrain auprès
de chrétiens vivant eux-mêmes ce qui était à observer de près, à savoir
la conjonction et les tensions entre appartenance culturelle et foi
chrétienne. Sur ce point, on notera la patience avec laquelle
AndréJules Bassonon a fait en sorte que s’exprime ce qui « ne doit pas être
dit » du sacré, ou ce qui ne peut se manifester qu’indirectement.
Mais on appréciera alors particulièrement la manière dont nous
sommes conduits dans une lecture de l’Ecriture, assez extensive. La
précision avec laquelle il est fait appel aux exégètes pourrait faire
croire que l’on va perdre de vue le rapport au sujet : mais non, car il
faut, avec l’Ecriture, prendre le temps de l’étudier pour elle-même…
Au plan théologique, des auteurs plus spéculatifs, comme Emmanuel
Durand ou Jean-Pierre Batut, ont été traversés et sollicités. Mais ce
qu’il faut noter, c’est qu’à aucun moment la nécessité de la pensée
spéculative et l’importance décisive des rituels n’en viennent à être
opposés. On comprend au contraire dans la démarche que la
compréhension ne progresse qu’en s’attachant à l’un et l’autre versant,
le pratique et le réfléchi.
J’ai été saisi, en ce qui concerne la perspective d’ensemble, du fait
qu’elle s’inscrit dans la recherche de toute une génération de
théologiens africains (comme l’avait initié Bède Ukwuije) qui insiste
sur le caractère trinitaire du Dieu chrétien, avec ce que cela renouvelle
quant à la perception traditionnelle de Dieu en Afrique. Le Dieu
trinitaire n’est pas une simple extension du Dieu traditionnel.
C’est ce qui apparait si l’on observe l’articulation du
développement, partie par partie.

14
̀
́
́
̀
Déjà le chapitre 1, Le Père de Jésus et notre Père, énonce en son
titre que la démarche de confrontation avec le Christianisme, sera de
bout en bout trinitaire. La démarche reproduit ce que Georges
Kowalski appelait « lire le Credo à l’envers », c’est-à-dire non pas le
Credo à l’endroit que les catéchumènes restituent à la communauté
après avoir été initiés (redditio symboli) : Dieu, le Père, le Fils,
l’Esprit ; mais en suivant un ordre qui est l’ordre de l’inventio, de la
découverte, et non pas de l’expositio. A partir de l’Esprit qui inspire
les chrétiens (c’est l’Esprit qui fait la différence entre les choses), on
remonte au Christ, car cet Esprit est l’Esprit de Jésus, et de là au Père,
car Jésus lui-même ne cesse de renvoyer à son Père. Cette section fait
appel à l’Ecriture, en justifiant cela, et en commentant d’une part Jn
17, d’autre part les deux versions du Notre Père en Mt et Lc.
Les chapitres suivants appliquent alors tout ce qui a été engrangé
dans l’étude anthropologique sur la paternité qui structure la culture
des Ly əl ə à ce qui a été dit de la paternité de Dieu à partir de
l’expérience chrétienne. On voit alors qu’à une sagesse ancestrale,
cohérente et surtout « complète », c’est-à-dire qui semblerait pouvoir
s’auto-suffire, la foi chrétienne en son noyau évangélique apporte
pourtant du neuf. Le chapitre 2 commence par la nouveauté, le
chapitre 3 revient sur ce que cela change dans les deux qualités
« traditionnelles » de la relation : bienveillance et responsabilité
(thème repris dans le sous-titre d’ensemble des deux volumes de
l’étude).
Je relève les notations critiques qu’apporte la méditation sur le
concept d’Église « famille de Dieu », à savoir la filiation par
recréation au-delà des liens du sang ou des liens ethniques, et enfin la
pratique, mais « autrement », du sacrifice. Mais il faudrait aussi
relever ce qu’ont de novateur les paragraphes sur Dieu, le
PèreMaternel. Et tout au long de ce chapitre fourmillent les applications
pratiques rapportées à la culture ly əl ə.

15
́
̀
́
̀
Les conclusions alors coulent de source, en posant avec une
audace tranquille quelques questions décisives, je cite :
« Comment parler de Dieu Père comme origine et eschatologie
par rapport à la vision propre aux Ly əl ə ou Nunə du Nord ?
Mais alors, comment aider les Chrétiens, à la lumière de la
nouveauté ou différence chrétienne, à passer du da yi à Dieu Père (Yi
Da) ?
Comment le kwálá, comme famille lignagère descendant d’un
même ancêtre fondateur (nàmbal), peut-il devenir, grâce à l’activité
évangélisatrice, une Église-famille du Christ (Krist ə Kwálá), sur le
plan ecclésiologique ?
Comment présenter l’Esprit Saint comme unique Esprit ou unique
Force, et le Christ comme unique Médiateur entre Dieu et les
Hommes ?
Yi, le Dieu des Ly əl ə ou Nunə du Nord, et Yi, le Dieu des
Chrétiens : est-ce le même ? »
C’est dire l’intérêt et le plaisir qu’éprouveront les lecteurs des
pages d’André-Jules Bassonon. Il est temps que le propos de celui qui
a accompagné ce travail, et l’a encouragé avec admiration pour la
patience et la sagacité, laisse la place à la lecture de ceux qui vont en
bénéficier…
Pr Dr Mgr François Bousquet
Recteur de Saint-Louis des Français à Rome
Ancien Vice-recteur à la Recherche de l’Institut Catholique de Paris
Membre du Conseil Pontifical de la Culture
Consulteur du Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux
Professeur émérite au Theologicum


16

Sommaire

Avant-propos ........................................................................................ 7

Abréviations ......................................................................................... 9

Transcription du lyèlé ......................................................................... 11

Préface ................................................................................................ 13

Somm aire ............................................................................................ 17

Introduction générale .......................................................................... 19

Chapitre 1
Le Père trinitaire, Père de Jésus et notre Père ................................... 33
Introduction ..................................................................................... 33
1. L’Esprit Saint : L’Esprit dans l’Église-famille de Dieu ............. 36
2. Jésus : sa filiation comme Fils unique du Père trinitaire (Jn
17,126) ................................................................................................... 60
3. Le Père trinitaire : Dieu notre Père (Mt 6, 9b-13 ; Lc 11,2b-4) .. 86
Conclusion .................................................................................... 137

Chapitre 2
Père trinitaire, il crée et recrée .......................................................... 143
Introduction ................................................................................... 143
1. Père source de vie et créateur de la source ............................... 147
2. Père, Fils, Esprit et Famille des enfants de Dieu ...................... 174
3. Dieu d'un autre sacrifice : d'Isaac à la Croix (Gn 22,2…17 et
17,5) .............................................................................................. 242
Conclusion .................................................................................... 259

Chapitre 3
Le Père trinitaire bienveillance et responsabilité ............................ 268

17
̀
́
̀
́
̀
́
́
̀
Introduction ................................................................................... 268
1. L’Homme modèle : un être de bienveillance et de
responsabilité ................................................................................ 270
2. Le Dieu unique, mais d’une unicité trinitaire ........................... 279
3. Notre Père trinitaire : Père-Maternel ........................................ 370
Conclusion .................................................................................... 414

Conclusion générale ......................................................................... 417
1. Comment parler de Dieu Père comme origine et eschatologie par
rapport à la vision propre aux Ly əl ə ou Nunə du Nord ? .............. 417
2. Mais alors, comment aider les Chrétiens, à la lumière de la
nouveauté ou différence chrétienne, à passer du da yi à Dieu Père
(Yi Da) ? ....................................................................................... 421
3. Comment le kwálá, comme famille lignagère descendant d’un
même ancêtre fondateur (nàmbal), peut-il devenir, grâce à l’activité
évangélisatrice, une Église-famille du Christ (Krist ə Kwálá), sur le
plan ecclésiologique ? ................................................................... 424
4. Comment présenter l’Esprit Saint comme unique Esprit ou
unique Force, et le Christ comme unique Médiateur entre Dieu et
les Hommes ? ................................................................................ 429
5. Yi, le Dieu des Ly əl ə ou Nunə du Nord, et Yi, le Dieu des
Chrétiens : est-ce le même ? .......................................................... 436
6. En quoi le Père trinitaire est-il « Bonne Nouvelle » pour la
culture ou la coutume des Ly əl ə ou Nunə du Nord ? .................... 440

Bibliographie .................................................................................... 451
1. Écriture sainte ........................................................................... 451
2 Magistère : Vatican II et autres documents de l’Église ............. 454
3. Théologie .................................................................................. 457
4. Théologie africaine ................................................................... 461
5. Publications et travaux de recherche inédits sur les Ly əl ə ou Nunə
du nord .......................................................................................... 464
6. Sciences humaines .................................................................... 469
7. Dialogue interreligieux et mission ............................................ 472
8. Dictionnaires et autres documents 474

Table des matières ............................................................................ 477

Prière Post scriptum ......................................................................... 483

18
̀
́
̌
̀
̀
́
́


Introduction générale

Dans notre premier Tome portant sur la partie socioculturelle de notre
travail de réflexion, nous avons commencé à donner, dans
l’introduction, trois raisons parmi les principales qui nous ont poussé à
choisir la paternité-filiation comme étant essentielle et incontournable
dans la société ly əl ou nun du Nord lorsqu’il s’agit de proposer une
théologie inculturée.
En rappel, la raison fondamentale est que la figure de la
paternitéfiliation, en milieu traditionnel patriarcal des Ly əl ə ou Nunə du Nord,
structure de façon systémique, la famille restreinte (k ɛl ɛ), lignagère
(kwálá), villageoise (c ɔ) et même inter-villageoise. De sorte qu’en
dehors de la figure de la paternité-filiation, la famille et la société en
général seraient, à notre avis, désordonnées, sans cohérence interne, et
donc sans originalité également.
Deuxièmement, tout peuple, quel qu’il soit, a son système
d’organisation familiale et sociale qui lui est propre. Pour les Ly əl ə ou
Nunə du Nord qui ont un sens très fort de la famille, c’est, nous
semble-t-il, autour de la paternité-filiation qui est elle-même centrée
sur la figure du père en sa paternité relationnelle et non pas isolée, que
sont organisées la famille et la société traditionnelle dans son
ensemble. De ce fait structurant de manière systémique, la famille et a
fortiori la société ne sont pas acéphales ou livrées à l’anarchie et à
l’individualisme.
De plus, dans ce contexte culturel et religieux, la notion de père et
de mère, mais aussi celle de fils ou de fille, ne se limite pas au
biologique. En effet, même sans avoir engendré selon la chair et le
sang, on peut devenir père ou mère. Comment ? Par l’éducation ou

19
̀
́
̀
̀
par l’adoption ou encore par le respect bienveillant envers les
personnes âgées ou à l’égard des personnes sans descendance en les
appelant chacune : père (n da…) ou mère (n ná…). Dans la mentalité
traditionnelle, la vie, c’est plus que le biologique, c’est la relation
ouverte, allant au-delà des liens de sang, voire par-delà l’ethnie,
élargissant ainsi la notion de famille à celle de parenté très étendue
(dwí, ŋw ɛnɛ, parenté à plaisanterie). La figure structurante de la
paternité-filiation, malgré ses limites et dérives, signifie et recherche
justement, cette vie-là, à la fois sanguine et extra muros, hors de la
famille directe.
Ici, dans cette réflexion qui se veut théologique, nous poursuivons
la justification de notre choix de la figure de la paternité-filiation, en
donnant deux autres raisons, en rapport explicite avec le projet
d’évangélisation de la culture religieuse des Ly əl ə ou Nunə du Nord.
D’abord, cette figure de la paternité-filiation se montre beaucoup
plus proche du concept chrétien de la paternité que de ce qui empêche
l’inconscient du Chrétien, d’après Freud, d’appeler Dieu : « Père ». Et
contrairement au complexe d’Œdipe, on peut construire sa
personnalité et devenir véritablement soi-même tout en honorant son
père et sa mère sans conflit, de façon bien respectueuse et filiale.
Ensuite, le monde actuel fait apparaître de nouvelles figures de
paternité, de maternité, de filiation, de mariage, de cohabitation, etc.
Sans porter de jugement sur les choix que d’aucuns font, la figure de
la paternité-filiation que nous proposons a l’avantage de respecter la
différenciation sexuelle des parents (père/mère).
À ce niveau, la vision de l’Homme traditionnel basée sur le
principe de la différence sexuelle rejoint la Genèse où Dieu crée l’être
1humain et homme et femme . Parler alors de paternité-filiation
n’exclut pas nécessairement la maternité. Au contraire, du moins dans

1 Gn 1,27 : « Dieu créa l'homme [c’est-à-dire l’être humain] à son image […],
homme et femme il les créa. »

20
̌
̌
̀
́
́
̀
le contexte traditionnel ly əl ou nun du Nord, elle est sous-entendue,
présente effectivement et considérée comme précieuse ; en effet, la
mère ou la femme, en principe, c’est la tendresse même ; elle est une
figure de miséricorde, de bonté, de non-violence, de bienveillance.
Cette ouverture inclusive de la paternité-filiation peut permettre de
comprendre autrement le régime patriarcal.
Mais en même temps que la culture des Ly əl ə ou Nunə du Nord
est riche, il s’est avéré, dans l’approche socio-anthropologique et plus
clairement dans l’expérience de vie familiale et sociale, qu’il faudrait
apporter plus de neuf ou plus de nouveau à cette culture, afin de
l’évangéliser davantage. Mais au fond, pourquoi cette culture, bien
riche, aurait-elle besoin d’être mieux évangélisée ?
Parce que, d’une part, aucune culture, quelle qu’elle soit, n’est
parfaite. Comme réalité humaine, la culture ly əl ou nun du Nord n’est
1pas sans « péché », car, elle connaît aussi, comme toute culture, des
ambiguïtés, des limites et des dérives, où n’apparaît pas toujours la
vraie figure de la paternité-filiation, mais plutôt, au prime abord, des
structures institutionnelles, des interdits, des prescriptions, des peurs
qui ligotent la liberté, l’esprit d’innovation et le désir d’une vraie
conversion.
Et d’autre part, notre pastorale comme moyen d’évangélisation
devrait être encore plus pertinente, encore plus efficace, en étant plus
humanisante, plus inculturée, plus christianisante en somme. D’autant
plus que le syncrétisme reste toujours menaçant dans le Lyòló, pays
des Ly əl ə ou pays nun du Nord. S’il est vrai et réjouissant que ceux et
celles qui adhèrent librement au Christianisme sont de plus en plus
nombreux dans les familles et donc dans les paroisses – signe que
l’Esprit du Seigneur est à l’œuvre et que l’activité évangélisatrice
(pastorale) grâce à lui n’est pas peine perdue –, il est regrettable de

1 Cf. Jn 8,7 : « Que celui d'entre vous qui est sans péché lui jette le premier une
pierre ! »

21
̌
̀
̃
̃
́
́
̀
̀
constater que le nombre d’abandons de la foi et de la vie chrétiennes
ainsi que le retour ou le recours à des pratiques incompatibles avec
l’esprit de l’Évangile, augmentent également.
Ce qui nous amène à évoquer quelques raisons ou causes qui
provoquent en nous des interrogations comme autant d’appels pour
une évangélisation plus conséquente et mieux suivie, dans des
communautés paroissiales, de préférence à taille humaine.
Tout d’abord, parler de la paternité-filiation selon la mentalité
traditionnelle, c’est parler de la transmission de la vie, de
l’engendrement biologique (e lù by ǎ, dwí), et donc du père fondateur
(nàmbal) comme origine et finalité du Ly əl ou Nun du Nord. La vie est
conçue comme valeur suprême et don reçu de Dieu et des pères
défunts et elle conduit, in fine, au village des défunts (cúlú). De la
naissance à la mort, les étapes importantes de la vie sont ainsi
marquées par des pratiques sacrificielles, incompatibles avec la foi
chrétienne. Et certains Chrétiens d’origine traditionnelle, paysans ou
intellectuels, préfèrent ces pratiques coutumières (lùl-e-pwírí tùntw ə ə
né), notamment les funérailles (lwísí, singulier (lwí) festives,
solennelles, qui permettent au défunt ou à la défunte d’aller chez ses
pères (dabá sõ). À propos des funérailles, l’insuffisance
d’inculturation ne favorise pas la fidélité du Chrétien d’origine
traditionnelle au Christ. Il s’agit par conséquent de voir comment
parler de Dieu Père comme origine et eschatologie de tout Homme
(personnes, familles, peuples), et particulièrement par rapport à
l’eschatologie traditionnelle des Ly əl ə ou Nunə du Nord et donc aussi,
puisque les deux sont liées, par rapport à leur conception de l’origine.
Deuxièmement, réfléchir sur la paternité-filiation, conduit
également à prendre en compte le rite du da yi qu’elle comporte,
comme culte domestique du père défunt, par le fils aîné au nom de
tous les enfants d’un même père (da nɛ), ou comme culte des ancêtres,
par le maître de la famille lignagère (jì c əbal) pour tous les siens.
Mettant en rapport le père (défunt) et le fils, le da yi est, de ce point de

22
̌
̀
̀
́
́
́
́
̀
́
vue, une forme privilégiée de paternité-filiation. Le problème est que
ce rite de piété filiale et de sécurité familiale, qui condense, en lui
seul, bon nombre de dimensions et d’enjeux puisqu’il est à la fois
culturel, cultuel et éthique, n’est pas suffisamment abordé en
catéchèse ou au sein des Communautés Chrétiennes de Base (CCB),
alors que la majorité des Chrétiens de nos paroisses sont d’origine
traditionnelle, où ce rite est encore pratiqué.
Alors surgit cette question : Comment aider les Chrétiens, à la
lumière de la nouveauté ou différence chrétienne, à passer de ce da yi
cultuel à Dieu Père (Yi Da) ? Cette tâche ne sera pas si facile en
matière d’évangélisation, mais sans aucun doute, nécessaire. Et du
1
même coup, l’on pourrait se demander, afin d’éviter que l’Homme
traditionnel converti au Christ n’ait une multiple appartenance qui
l’incline au syncrétisme : Comment le kwálá, comme famille
lignagère descendant d’un même ancêtre fondateur (nàmbal), peut-il
devenir, grâce à l’activité évangélisatrice, une Église-famille du Christ
(Krist ə Kwálá), sur le plan ecclésiologique ? Car, le kwálá comme
réalité appartenant aussi au monde de l’invisible, a également besoin
d’être transformée, en ses limites et dérives du point de vue de la foi
chrétienne catholique, pour être considérée comme une entité
ecclésiale qui témoigne de la présence déjà du Règne de Dieu.
En troisième lieu, la médiation est plurielle en contexte
traditionnel ly əl ou nun du Nord : la médiation ‘‘sociologique’’
s’exerce entre deux familles alliées (kwáls ɛ s əlyè) par l’entremise du
mariage, avec en particulier le rôle précieux du neveu, le « fils de la
sœur, côté oncles maternels » (n ək ɔ-by ǐ). Sont également médiateurs
entre Dieu (Yi) et l’Homme traditionnel (numbyíní), les ancêtres et de
multiples esprits ou forces environnants. La divination (j ə-pɛr ɛ), quant
à elle, est incontournable en milieu traditionnel. Toutes ces diverses

1 « L’Homme » ou « Homme », avec h majuscule, désignera l’être humain en
général, homme et femme (numbyíní en lyèlé). Tandis que « homme » signifiant
l’homme masculin (bal en ly ɛl ɛ) sera écrit avec un h minuscule, sauf en début de
phrase et lorsqu’il s’agit de Jésus, bien sûr.

23
̀
́
̀
́
́
̌
̀
médiations, mis à part, peut-être, la médiation sociologique, poussent
certains Chrétiens surtout d’origine traditionnelle, à des pratiques
incompatibles avec l’esprit de l’Évangile.
Pour évangéliser les Ly əl ə ou Nun ə du Nord qui croient à ces
médiations traditionnelles ou qui ont peur s’ils n’en ont pas recours, la
question suivante mérite attention : étant donné le contexte
traditionnel, comment présenter l’Esprit Saint comme unique Esprit
ou unique Force, et le Christ comme unique Médiateur entre Dieu et
les Hommes ? Ce qui demandera une réflexion sur le Père comme
Père trinitaire.
Quatrièmement, la nouveauté chrétienne qu’apporte
1l’évangélisation à la culture pointe plus la question de Dieu : Yi , le
Dieu des Ly əl ə ou Nun ə du Nord, et Yi, le Dieu des Chrétiens, est-ce
le même ? Envisageons cette question sous un double angle : à partir
du monothéisme de la religion traditionnelle ainsi que du nom
« Père » et des attributs divins.
Tout d’abord, les Ly əl ə ne sont pas polythéistes ; ils croient en un
Dieu unique qu’ils nomment « Yi ». C’est un point positif qui
facilitera notre réflexion, car le polythéisme est très complexe et
2difficile à cerner. Ceci étant, les Chrétiens aussi croient en un Dieu
unique. Quand ils se rassemblent pour prier, ils disent : « Je crois en
un seul Dieu… » ou : « Je crois en un Dieu… » (on peut comprendre :
« Je crois en Dieu Un… »). L’on peut alors se demander : Y a-t-il une
différence, même lorsque les mots sont identiques formellement
parlant, entre la formule de foi du Chrétien et celle de la foi de
l’Homme traditionnel ly əl ou nun du Nord ? En d’autres termes,
chacune des communautés, chrétienne ou traditionnelle, est

1 Le nom propre « Yi », qui désigne spécialement « Dieu », nous l’écrirons sans la
mise en forme italique. Par contre, les termes et textes en lyèlé revêtiront cette
forme. Nous respecterons la mise en forme utilisée dans les citations.
2 Les noms des croyants des religions et les noms des religions seront écrits avec une
majuscule pour la première lettre : chrétiens, Juifs, musulmans, etc. ;
christianisme, judaïsme, islam, etc.

24
̌
̌
̌
monothéiste, c’est-à-dire croit en un ‘‘seul Dieu’’. Mais, qu’est-ce que
le Chrétien ou l’Homme traditionnel entend par ‘‘un seul Dieu’’, un
Dieu unique, d’autant plus que dans les deux cas
– ce qui peut prêter à confusion –, Dieu est désigné par le même nom :
« Yi » ? L’on peut alors s’interroger : est-ce le même monothéisme ?
Puis, parmi les attributs de Yi, surtout en regardant les
caractéristiques que le Ly əl ou le Nun du Nord lui donne dans les
noms théophores, on retiendra que Yi est un Dieu créateur et
toutpuissant. En définitive, Yi est unique, il a des vertus, il est créateur et
tout-puissant. On retrouve les mêmes attributs divins dans la
confession de foi chrétienne : « Un seul Dieu tout-puissant créateur ».
À ce niveau, l’Homme traditionnel ly əl ou nun du Nord sans catéchèse
ou insuffisamment catéchisé, n’apprend pratiquement rien de
nouveau, du moins apparemment ; il s’y retrouve, ou presque.
Il est vrai que dans cette culture religieuse ly əl ou nun du Nord,
mais aussi dans d’autres cultures religieuses, il y a comme des
consonances, des harmoniques avec l’esprit chrétien ; l’Évangile y
1trouve un certain écho favorable .
Par contre, quand le Chrétien parle de « Père », en disant : « Un
seul Dieu Père tout-puissant créateur », la question apparaît :
Qu’estce que le Chrétien veut dire en parlant de ‘‘Père’’ ou lorsqu’il prie en
2disant : Notre Père ? Il n’ignore pas que l’Homme traditionnel a un
père (da), et même une succession de pères (dabá) et d’autres pères
dans la grande famille. De plus, par rapport à la création, que
signifie « le créateur » ? C’est le Père, le Père tout-puissant ?
Comment exprimer alors la différence chrétienne au catéchumène ou

1 Mais rester à ce niveau de ‘‘préparation évangélique’’ ou de ‘‘semences du
Verbe’’, c’est prendre le risque, bien qu’il s’agisse d’une réalité positive dans la
religion traditionnelle, de retomber dans la théologie des ‘‘pierres d’attente’’.
2 Sauf en début de phrase et à l’exception des citations, nous écrirons l’appellation
ou l’invocation « notre Père » avec une mise en forme italique et avec un n
minuscule « notre », pour la distinguer de la prière du « Notre Père », sans
l’italique et avec un n majuscule « Notre ».

25
̌
́
̀
̌
̌
au néophyte ly əl ou nun du Nord, puisque cette nouveauté touche un
terrain culturel où, selon sa vision, la paternité est un facteur
structurant ? En prêtant attention au nom « Père » et aux attributs
divins en général, et en particulier à ceux ici retenus, le Christianisme
ne propose-t-il pas une vision différente, un autre message tout
nouveau ? Somme toute, concernant la question de Dieu, il y a lieu de
se poser sérieusement la question : Est-ce le même Yi, le même Dieu ?
Ces quelques interrogations – la liste est loin d’être exhaustive –
montrent bien que la culture ly əl ou nun du Nord a besoin d’être
davantage évangélisée, tout justement parce que, selon notre
diagnostic, la réalité structurante qu’est la paternité-filiation dont
la paternité ou le père en sa paternité relationnelle est le centre, n’est
pas suffisamment prise en compte dans notre pastorale, bien que, il
faut le reconnaître et en rendre témoignage, de grands efforts
d’inculturation soient faits.
Il est donc important de scruter cette figure de la paternité-filiation
structurante et de la mettre en lien ou en dialogue avec la foi
chrétienne, pour que l’évangélisation atteigne beaucoup plus le cœur
de la culture ou plutôt le cœur de l’Homme vivant sa culture. Et
comme le père en sa paternité relationnelle est le centre de
la paternité-filiation structurante, Dieu Père sera présenté comme Père
trinitaire, c’est-à-dire en rapport de communion éternelle avec son
Fils unique (relation de filiation) et avec l’Esprit Saint (relation de
procession). Mais, ce Père trinitaire est entré également en dialogue
avec l’Homme, l’être humain (relation filiale par création), et surtout
avec tout baptisé, en l’occurrence avec l’Homme traditionnel ly əl ou
nun du Nord devenu chrétien (relation d’adoption filiale).
Fondamentalement, telle est notre question-mère, celle qui résume
toutes les autres : en quoi le Père trinitaire, parce que révélé par Jésus
le Fils unique, dans l’unité de l’Esprit Saint, est-il Bonne Nouvelle
pour la culture ou la coutume (lùl-e-pwírí) des Ly əl ə ou Nunə du
Nord ? Ou encore : à quoi s’engagent les Chrétiens d’origine

26
́
́
̀
́
̌
́
̌
́
̀
traditionnelle ly əl ou nun du Nord en disant notre Père ou en priant le
« Notre Père » ? Autrement dit, comment sont-ils impliqués dans cette
culture religieuse qui est la leur ?
La dimension « engagement » ou « implication » est importante
dans la notion même de paternité-filiation. En effet, quand nous disons
‘‘paternité-filiation, centrée sur le père en sa paternité relationnelle’’
nous pensons, particulièrement – car tout père et toute mère sont aussi
concernés –, au maître de terre (c ɛ c əbal) qui, en contexte traditionnel
des Ly əl ə ou Nunə du Nord, est le père par excellence, parce que père
de tout le village dont il a la responsabilité. Cette responsabilité,
signifiée en lyèlé ou nuni du Nord par le terme « … c əbal » (cf. c ɛ
c əbal), doit s’exercer avec bienveillance.
Le maître de terre, parce père, doit être bienveillant. S’il l’est, le
Ly əl ou le Nun du Nord dira : Ń zhe wu, littéralement « il est d’une
bonté de cœur, il a un cœur généreux » (‘‘le cœur sur la main’’),
expression assortie de l’idée de « serviteur dévoué » de la
communauté villageoise. Dans la conception de maître de terre se
trouvent donc alliées comme inséparables, responsabilité et
bienveillance, qui le caractérisent de façon singulière comme père.
C’est dire que la paternité relationnelle du père, centre de la
paternitéfiliation, se veut essentiellement responsable et bienveillante, en
milieu traditionnel.
C’est en définitive la responsabilité et la bienveillance qui rendent
la figure de la paternité-filiation structurante. C’est là un élément
important de la culture pour notre présente recherche. De fait, il y a
bien plus que du disponible consonant dans la culture des Ly əl ə ou
Nunə du Nord, comme dans tant d’autres cultures : c’est une richesse.
Ce qui est vécu et pratiqué par ce peuple peut contribuer à élaborer
une théologie inculturée du Père trinitaire, et peut aussi enrichir les
explicitations habituelles ou courantes du vécu des Chrétiens d’origine
traditionnelle.

27
̀
̌
̌
́
C’est ainsi que « bienveillance et responsabilité » (nous
inversons les termes, la grâce étant première) constituent la pointe
théologique de notre présent travail de recherche. En la rapportant au
Père trinitaire, Dieu notre Père, celle-ci signifie et résume bien notre
intuition. D’où notre sujet : « La figure de la paternité-filiation et
l’évangélisation de la culture des Ly əl ə du Burkina Faso.
Bienveillance et responsabilité ».
L’ensemble de ce travail de réflexion comprend trois étapes. Trois
étapes parce que nous voudrions une structure trinitaire à notre
recherche, d’autant plus que celle-ci portera en définitive sur le Père
qualifié de trinitaire.
La première étape, composée de cinq chapitres, fut l’exposition de
la culture ly əll ou nun du Nord, à partir de la figure de la
paternitéfiliation (cf. premier tome). Nous y avons décrit, comme contenu
circonscrit de l’exposition de la culture locale, quatre propriétés ou
caractéristiques de la paternité-filiation centrée sur le père en sa
paternité relationnelle, laquelle, selon notre intuition, constitue
fondamentalement le ‘‘cœur’’ (wu) de la société traditionnelle ly əl ou
nun du Nord ; en rappel, ces qualités identifiées peuvent être
exprimées ainsi qu’il suit :
1. la paternité couvre tous les champs sociaux : chaque
institution familiale ou sociale a généralement un père
comme responsable ;
2. les responsabilités du père sont coordonnées, articulées
entre elles, en rapport aussi avec celles des autres et, selon
le souhait de tous, exercées avec bienveillance, de façon
collégiale conformément au principe de subsidiarité :
chaque père a sa responsabilité propre, distincte, ce qui
favorise son autonomie, mais la relation avec les autres
responsables le rend solidaire, coresponsable et répondant
des siens devant qui de droit ;

28
̌
̌
̌
3. la figure de la paternité ou du père en sa paternité
relationnelle est centrale, structurante de manière
systémique et inséparable aussi bien de la maternité que de
la filiation ;
4. la paternité est ‘‘religieuse’’, c’est-à-dire liée à
l’invisible si diversifié : ancêtres, esprits ou forces,
sorciers, da yi ou autel du père défunt, Yi ou Dieu, etc.
Les deux autres étapes (la deuxième et la troisième) sont réservées
au travail théologique. Pour la deuxième étape qui ne fait qu’un seul
chapitre, nous partons d’une lecture du Credo qui remonte de l’Esprit
au Fils et du Fils au Père, l’Esprit qui est celui du Père et du Fils et qui
agit dans l’Église-famille de Dieu. Comme il est l’Esprit de Jésus,
nous pouvons découvrir, par lui, Jésus comme Fils unique, dans sa
filiation éternelle au Père trinitaire, à partir du chapitre 17 de Saint
Jean, puis notre filiation adoptive au Père trinitaire à partir de la prière
du Notre Père des synoptiques.
La troisième étape, en deux chapitres unifiés ayant pour objectif
l’évangélisation, si importante et décisive pour le bien de la culture
ly əl ou nun du Nord, mais surtout pour le bien de ceux et celles qui
vivent de cette culture, consiste à faire réagir d’abord les contenus
théologiques tels qu’explorés à la deuxième étape à propos de la
paternité de Dieu, sur la figure socio-anthropologique de la paternité
humaine décrite à la première étape culturelle (cf. premier Tome). Le
défi est de mettre en rapport, et non en comparaison, pour la pastorale
en particulier, la culture avec l’apport nouveau de la théologie à
l’écoute de la Parole de Dieu. Notre préoccupation n’est pas de faire
du chauvinisme, de proposer une apologétique de l’authenticité
africaine ly əl ou nun du Nord, mais de mettre en interaction ce qui est
typiquement ly əl ou nun du Nord et ce qui est spécifiquement chrétien,
afin d’évangéliser la culture religieuse de ce peuple. Il s’agit plus
exactement d’un dialogue interreligieux, c’est-à-dire d’un dialogue,
non pas entre deux traditions religieuses ou entre deux cultures, la

29
̌
chrétienne et la traditionnelle, mais entre croyants, sur le thème de la
paternité-filiation relationnelle, centrée sur le père/Père : le croyant
chrétien et le croyant qu’est l’Homme traditionnel ly əl ou nun du
Nord.
Pour ce faire, nous prendrons en compte, comme contribution
importante de l’Homme traditionnel à la perspective chrétienne qui y
sera envisagée, les quatorze points d’intérêt principaux, repérés dans
l’étude socioculturelle, listés comme finale de la conclusion du
premier Tome et rappelés ci-dessous :
1. « la paternité-filiation » : exposer la paternité de Dieu
Père qui est différente de celle du père traditionnel et qui
renvoie à la filiation de Jésus, à la filiation adoptive (cf.
aussi l’adoption traditionnelle) et à la filiation par création,
mais aussi à la filiation comme fraternité-solidarité ; sans
oublier l’engendrement mutuel par l’Évangile ;
2. « la paternité centrée » : faire une théologie centrée sur
le Père trinitaire ;
3. « le réseau de relations tripolaire » : aborder la relation
en Dieu Trinité comme relation partagée, et la relation de
Dieu avec l’Homme comme Alliance ou Amitié ;
4. « Dieu qui a fait ou fait exister le monde et
l’Homme » : parler du Père comme créateur, mais aussi
recréateur, qui est source de vie et qui veut des vivants
autrement ;
5. « le père fondateur » : présenter Dieu Père comme Père
fondateur autrement, c’est-à-dire comme origine
nonoriginée (innascibilité) mais également eschatologie ou
finalité de l’Homme ;

30
6. « Dieu tout-puissant » : exprimer, selon la foi
chrétienne, en quoi pourrait consister la toute-puissance
(pantokratôria) de Yi, Dieu des Chrétiens ;
7. « les multiples esprits ou forces » : annoncer l’Esprit
Saint comme unique Esprit ou unique Force personnifiée ;
8. « les diverses médiations ou les divers
intermédiaires » : présenter le Christ comme
médiateur unique ;
9. « les différents sacrifices » : aborder la médiation
sacrificielle de Jésus, son sacrifice sur la croix, sa mort
victorieuse des ténèbres ;
10. « le fils aîné ou premier-né » : faire ressortir la
différence avec le Christ Premier-Né de la création et
d’entre les morts ;
11. « le monothéisme, la foi en un Dieu unique » :
aborder le monothéisme trinitaire comme différence
chrétienne ;
12. « Yi et les substituts (y ə) dont le da yi ; le langage
anthropomorphique » : présenter Dieu comme Personne,
avec laquelle on peut entrer en relation par Jésus,
révélation de Dieu et de l’Homme ;
13. « le maître de terre, père-maternel du village » ;
parler du Père trinitaire comme Père-Maternel ;
14. « le maître de terre qui doit exercer sa responsabilité
de père avec bienveillance » : envisager la question de
Dieu en termes de bienveillance et de responsabilité.
Mais, nous avons repéré aussi des limites et dérives culturelles à
transformer. Car, c’est le vécu qui est à évangéliser, et

31
́
̀
l’évangélisation a pour but de présenter le Père trinitaire comme
Bonne Nouvelle, notamment pour les Ly əl ə ou Nunə du Nord.
Tout au long de cette réflexion théologique, une place de choix et
un rôle important sont accordés à la Parole de Dieu. Parce que c’est
elle qui anime la théologie, lui donne souffle et dynamisme, l’éclaire
et la guide ; elle lui révèle Dieu et son dessein divin sur l’Homme
(personnes, familles et peuples) ; aussi, est-elle la référence
incontournable pour l’évangélisation. En effet, pourrait-on évangéliser
sans l’Évangile, plus largement sans la Parole de Dieu ? Des études
exégétiques de l’Écriture sainte sont alors croisées avec des
perspectives de théologie plus réflexive ou spéculative. Car, les textes
bibliques nous aident à souligner le rapport entre la paternité-filiation
et la bienveillance-responsabilité.
C’est pourquoi, chemin faisant, il est fait appel à des spécialistes,
biblistes ou exégètes comme Pierre Bonnard, François Bovon,
JeanPierre Lémonon, Xavier Léon-Dufour, Robert Mercier, Roland
Meynet, Jean Pouilly, Jean-Marie Sevrin, Claude Tassin, Jean
Zumstein, et d’autres encore.
Nous sollicitons aussi l’éclairage des théologiens comme Thomas
d’Aquin, Kisito Badolo, Lytta Basset, Jean-Pierre Batut, Alexandre
Yikyi Bazié, Jean-Noël Besançon, François Bousquet, Emmanuel
Durand, François-Xavier Durrwell, Bède Ukwuije ; la liste n’est pas
exhaustive et nous venons d’en nommer ci-dessus.
Aussi, avons-nous plaisir comme croyant chrétien à commenter des
extraits de chants liturgiques chrétiens en lyèlé ou nuni du Nord (deux
chants de Gloria, un chant à l’Esprit et un chant sur la bienveillance
divine). Leur teneur en théologie – si modeste soit-elle –, nourrie à
l’expérience chrétienne cherchant à mettre en rapport foi et culture, ne
fait que renforcer notre propos qui se veut particulièrement inculturé
sur le mystère de Dieu trinitaire : l’Esprit, le Fils, le Père.


32


Chapitre 1
Le Père trinitaire,
Père de Jésus et notre Père

Introduction
Dans ce chapitre coïncidant avec la deuxième étape de notre travail (la
première ayant été la socioculturelle éditée), nous voudrions, à ce
niveau théologique, parler du Père trinitaire en lien avec la filiation
divine, éternelle et adoptive. Mais, nous ne pouvons pas atteindre le
Père directement ; nous ne pouvons pas dire : Abba !, Père !, ou « dire
1‘‘Dieu’’ sans le Christ ni sans l’Esprit, simultanément. » Alors,
comment nous y prendre ?
Nous allons commencer par avoir recours au Credo, où nous
confessons Dieu comme Trinité. Celui-ci, dans son ensemble, revêt la
forme d’un récit narratif, c’est-à-dire, que l’on y dit, on y raconte qui
et comment est Dieu pour nous (identité et modalités) ? On le dit et on
le raconte à partir de ce qu’il fait pour nous : d’abord le « Père » : il
est créateur tout-puissant. Puis le « Fils » : il est venu (incarnation), il
a souffert, il est mort sur une croix, il est descendu aux enfers, il est
ressuscité, il est retourné chez le Père (mystère pascal), il reviendra
(parousie glorieuse). Ensuite l’« Esprit Saint » : il fait l’Église – une,
sainte, catholique et apostolique –, il fait la rémission des péchés
(réconciliation), il fait la résurrection des morts, le monde à venir et la
vie éternelle. En effet, « ‘‘Croire’’, ce n’est pas un acte enfermé sur

1 BOUSQUET François, La Trinité, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières,
Paris, 2000, op. cit., p. 114.

33
1lui-même : on croit en… [Credo in]. Et en Quelqu’un » et non pas en
une idée, en un concept, en quelque chose. Cette manière ordinaire et
descendante de haut en bas, de proclamer le Credo – Père, puis Fils,
ensuite Esprit –, convient mieux à ceux et celles qui sont déjà
chrétiens, car ils ont été initiés par la communauté à professer le
contenu du Credo qu’ils ont appris par cœur et qu’ils essaient de
vivre.
2Par contre ici, nous lirons « à l’envers » le déploiement trinitaire
du Credo, c’est-à-dire de bas en haut, de façon ascendante : d’abord
« l’Esprit », puis « le Fils », ensuite « le Père » trinitaire. Cet itinéraire
ascendant de bas en haut est celui de la découverte progressive –
qualificatif important ici pour nous –, du mystère si grand de la foi
chrétienne. Cette manière-là semble plus appropriée aux
catéchumènes. Elle est, pour ainsi dire, de l’ordre de la pédagogie
heuristique : le catéchumène est conduit petit à petit, pas après pas, au
travers de l’initiation chrétienne, aux « choses » mystérieuses de Dieu
(cf. traditio, transmission, et redditio, restitution, du Credo). Nous
aussi, dans notre présente démarche, nous suivrons cet ordre « Esprit,
Fils, Père » comme option de base pour permettre au mouvement de la
réflexion théologique de tendre progressivement jusqu’au Père
trinitaire.
C’est pourquoi, pour aller jusqu’au Père trinitaire, nous allons
d’abord partir de l’Esprit Saint, qui est et du Père et du Fils, mais aussi
qui agit dans l’Église. Partir en premier lieu de l’Esprit signifie qu’il
joue un rôle irremplaçable dans la compréhension de la figure de la
paternité-filiation. La paternité-filiation en Dieu est « spirituelle (cf.

1 BOUSQUET François, Croire, Les Éditions du Cerf, Paris, 2013, op. cit., p. 24 (ce
qui est en latin, entre crochets, est un ajout de notre part).
2 François Bousquet explique : « Lire à l’envers le Credo, […], nous apprend
beaucoup sur l’accès à Dieu » (BOUSQUET François, La Trinité…, op. cit.,
p. 113) ; « Cette manière de pouvoir parcourir la structure trinitaire du Credo
dans l’un ou l’autre sens, […] nous montre que l’expérience de Dieu, que l’on
peut faire à partir du Christ et de l’Esprit, comporte bien des ‘‘entrées’’. »
(BOUSQUET François, La Trinité…, op. cit., p. 114).

34
Spiritus, Esprit) », c’est-à-dire, qu’elle est structurée de façon unitaire
dans l’Esprit ; elle concerne bien le Père trinitaire et son Fils unique,
mais elle est aussi le premier « lieu » où l’Esprit se manifeste avant
tout comme amour (caritas ou agapè) du Père pour son Fils et amour
du Fils pour son Père, dans cette relation à la fois unique et trinitaire.
Le second lieu – mais non secondaire –, de l’action de l’Esprit est,
d’une part, l’Église, « Église-famille de Dieu, et d’autre part, par-delà
l’Église, l’humanité entière comme étant aussi ‘‘Famille de
Dieu’’ (Vatican II). Pour montrer cette action de l’Esprit qui agit dans
l’Église tout en favorisant son ouverture extra muros, nous ferons
appel à deux documents magistériels pour leur contenu approprié : le
premier, ce sont les Options fondamentales (1977) des évêques de
Haute-Volta (devenue Burkina Faso) et le second est Ecclesia in
Africa (1994) du Pape Jean-Paul II.
Dans cette vie d’amour trinitaire, l’Esprit Saint, étant du Père, est
aussi l’Esprit de Jésus, le Fils. Et en partant de l’Esprit de Jésus
comme Esprit de filiation envers son Père, nous pouvons passer de
l’Esprit à Jésus et regarder alors le rapport du Fils au Père trinitaire,
c’est-à-dire la relation éternelle du Fils unique en la Personne de
Jésus. C’est lui, Jésus, qui, en sa Personne, nous révèle le Père : « La
connaissance de l’identité de Dieu, c’est la vie et la mort de Jésus qui
1la dévoilent. » Puis, nous envisagerons la relation du Père trinitaire
comme notre Père, autrement dit, notre relation adoptive comme fils
et filles du Père de Jésus.
Pour éclairer chacun des passages entre les trois postes « Esprit,
Fils, Père », nous allons prêter attention, dans la prière de Jésus en
Jean (Jn 17,1-26), à sa filiation par rapport à son Père. Par contre, pour
comprendre comment notre filiation est dans (in) la filiation de Jésus
grâce à l’Esprit, nous examinerons la prière du Notre Père, dans les
synoptiques (Mt 6,9b-13 ; Lc 11,2a-4).

1 BOUSQUET François, Croire…, op. cit., p. 28.

35
1. L’Esprit Saint : L’Esprit dans l’Église-famille de
Dieu
1« Je crois en l’Esprit Saint qui anime l’Église », qui la « vivifie »,
en lui donnant vie et vitalité. C’est lui qui inculque l’esprit chrétien
dans l’Église et dans le monde. Il en est la source et l’agent.
2Distinguer l’Esprit avec un « E » majuscule de l’esprit avec un « e »
minuscule marque une nuance, mais non une rupture. En effet, l’esprit
chrétien est l’œuvre de l’Esprit de Jésus, qui est celui du Père. C’est
cet Esprit de Jésus qui fait la différence, et donc celle de l’esprit des
chrétiens, c’est-à-dire les disciples de Jésus, devenus en lui fils et
filles du Père. Nous partirons de quelques textes ecclésiaux où
« l’esprit / l’Esprit » dans l’Église-famille de Dieu est prôné et
recommandé.
En même temps, nous serons attentifs à la manière explicite ou
implicite dont cet « esprit / Esprit » invite à vivre autrement la
paternité-filiation, la responsabilité et la bienveillance. Après avoir
abordé en un premier temps l’esprit des Options fondamentales d’avril
1977 des évêques de Haute-Volta (aujourd’hui Burkina Faso), nous
essayerons dans un deuxième temps de dégager la place centrale de
l’Esprit Saint dans l’Exhortation post-synodale, Ecclesia in Africa,
suite au Synode africain de 1994.

1 er Cf. I concile de Constantinople (en 381).
2 Dans son entretien avec la Samaritaine, Jésus lui dit : « Dieu est esprit » (Jn 4,24 :
pneuma ho Theos), « esprit » avec un « e » minuscule et non un « E » majuscule
comme on s’y attendrait. La TOB précise en note à ce verset : « il ne s’agit pas
tant de souligner le caractère immatériel de Dieu que d’affirmer qu’il est la
source des dons spirituels » (l’italique pointe cette importance). Un autre
exemple : en Jn 3,6, Jésus dit à Nicodème : « Ce qui est né de l’Esprit est esprit »
(to gegennèmenon ek tou pneumatos pneuma estin) ; là aussi, la note de la TOB
est éclairante : « l’esprit (pneuma) désigne la puissance divine, origine de
l’existence chrétienne et du comportement qu’elle implique », c’est-à-dire –
pourrait-on ajouter – la différence chrétienne. En d’autres termes, l’Esprit de
Dieu, celui de Jésus et de son Père, ne se substitue pas à l’esprit humain ; bien au
contraire, il l’honore et le respecte quand bien même il le christianise.

36
1.1. L’esprit des Options fondamentales des évêques de
Haute-Volta
Le Burkina Faso (ex Haute-Volta depuis le 4 août 1984) a été
évangélisé par la Société des Missionnaires d’Afrique appelés
communément « Pères Blancs ». Ce texte des Options fondamentales
est retenu parce qu’en 1975, l’Église en Haute-Volta d’alors, actuel
1Burkina , a célébré un événement important de sa vie : ses
soixantequinze ans d’évangélisation. À cette date historique, les évêques de
Haute-Volta sont presque tous africains (sauf celui de Fada
N’Gourma), car petit à petit, les Pères Blancs avaient pris soin de
préparer la relève et de passer le témoin de l’évangélisation à une
hiérarchie épiscopale autochtone. À l’occasion de cette année
2jubilaire, les évêques ont adressé une lettre commune aux Chrétiens.
Puis, en janvier 1976, devant les défis de l’avenir de cette Église
locale dont ils sont désormais les premiers responsables, ils ont lancé
une consultation au moyen d’un questionnaire précis. En réponse, les
Chrétiens ont exprimé leurs vœux et souhaits en vingt-sept
propositions dont certaines ont particulièrement retenu l’attention des
évêques.
1.1.1. Un vocabulaire familial, mais d’esprit différent
3Dans leur « Message de Pâques 1977 », les évêques ont fait part
de six options principales qu’ils ont retenues pour la vie de l’Église

1 Dans son travail de mémoire, Le développement de l’Église–Famille de Dieu au
Burkina Faso : Le cas de l’Archi-diocèse de Ouagadougou, Mémoire de
Théologie, Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses, Université Laval,
Québec, 2008, Wenceslas Michel TIENDREBEOGO présente l’enracinement et
le développement de l’Église au Burkina, de 1960 (Indépendance du pays) à
1998 : cf. chapitre 2, p. 49 et suivantes.
2 « Lettre des Évêques à l’occasion du 75e anniversaire de l’évangélisation en
Haute-Volta », Presses Africaines, Ouagadougou, septembre 1975.
3 LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales pour un
nouveau départ de l’Église de Haute-Volta, Message pascal avril 1977, Éditions
Presses Africaines, Ouagadougou, 1977.

37
1locale. Ils utilisent des termes bien connus dans la vie familiale :
pères, fils / filles, frères / sœurs, aîné, fraternité, etc., mais c’est un
vocabulaire qui dit en même temps la différence chrétienne. En effet,
dans leur ‘‘Message pascal’’, les évêques ont premièrement salué
toutes les communautés chrétiennes, en les appelant « nos
2 3communautés de frères dans la foi » ; par trois fois , ils désignent les
Chrétiens par l’expression « Chers Frères et Sœurs dans le Christ » ; le
Christ, à la suite de l’Apôtre Paul, est reconnu comme « ‘‘ l’Aîné
4d’une multitude de frères ’’ (Rom. 8,29) » ou « ‘‘Premier-né’’ d’une
5multitude de frères » ; et les évêques comptent sur les enfants et les
6jeunes « pour des lendemains de paix, de justice et de fraternité ».
Deuxièmement, c’est par Christ et en lui que « ‘‘nous sommes promus
à la dignité de fils de Dieu […]’’ (Éph. 1 : 3-7) ». Et les évêques
constatent que sous le souffle d’une Pâque nouvelle, ils commencent à
7« ‘‘prophétiser nos fils et nos filles […] (Jl 3,1) ». En troisième lieu,
en disant : « vos pasteurs et pères », les évêques rappellent aux
Chrétiens de leurs diocèses respectifs qu’ils sont leurs pères, et qu’ils
ont reçu du Christ la « responsabilité » d’enseigner, sanctifier et
8gouverner , d’où les Options fondamentales.
Les évêques, par les qu’ils ont à
promouvoir en tant que pères responsables, au sein des familles et des

1 Certes, les évêques ont écrit leur message en français, langue officielle, mais
celuici a ensuite été traduit dans différentes langues locales.
2 LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit., p. 7,
§ 2.
3 « Chers Frères et Sœurs dans le Christ » : cette expression est utilisée trois fois :
LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit.
p. 7, adresse au début du message ; p. 13 (§ 5) ; p. 29 (§ 3).
4 LES ÉVÊQUES DE TA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 23, Option fondament. 5,
5 LES ÉVÊHAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit., p. 9.
6 LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, tions fondamentales…, op. cit., p. 7,
§ 5.
7 LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit., p.
910.
8 Cf. LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 23-24.

38
communautés de familles présentes dans leurs diocèses, font le choix
d’une manière autre de vivre et de faire vivre la paternité, la filiation
et la fraternité. Si l’évêque est père, – cf. « vos pasteurs et pères » –
c’est en raison de son ordination épiscopale : ce lien, sacramentel
celui-là, rend l’évêque père, mais de toutes les familles de
l’Églisefamille diocésaine, quelles que soient leurs origines sanguines, leurs
cultures, leurs langues. Alors, par rapport à l’évêque, tout chrétien du
diocèse est fils et toute chrétienne fille. C’est dans ce sens qu’il
faudrait comprendre les paroles des évêques lorsqu’ils parlent de « nos
fils et nos filles », là où le texte biblique dit « vos fils et vos filles »
(Jl 3,1). À propos de filiation, les évêques affirment à la suite de la
Sainte Écriture que la filiation chrétienne est réalisée « dans le
Christ » (cf. Ép 1,3-7). Pères, les évêques le sont, mais en même
temps, au nom de cette fraternité ouverte et universelle dans le Christ,
ils se considèrent comme des frères vis-à-vis des Chrétiens de leurs
diocèses, et cette fraternité spirituelle est signifiée par cette adresse
leitmotiv : « Chers Frères et Sœurs dans le Christ », avec une
connotation affectueuse, bienveillante : « Chers ». C’est dire qu’à
leurs yeux, les Chrétiens ont du prix, – mais aussi tous les autres
1croyants –, et que la fraternité chrétienne est précieuse. En
conséquence, la paternité et la filiation-fraternité spirituelles, sous le
régime de la foi chrétienne devraient – pourrait-on en déduire –,
modifier, voire changer la manière dont l’Homme Burkinabè chrétien,
père ou mère, fils ou fille, frère ou sœur dans la culture qui est la
sienne. Cet esprit chrétien de la différence habite les Options
fondamentales elles-mêmes.

1 Cf. l’adjectif « Chers » : il vient du mot latin carus : cher, objet d’affection, aimé,
chéri, estimé. Par-delà son usage habituel et rhétorique, sa charge affective – et
théologique – est à prendre en considération°

39
1.1.2. Des Options fondamentales pour une différence
chrétienne
1C’est ainsi que « parmi les priorités les plus urgentes »,
proposées par les Chrétiens des différents diocèses, les évêques de
Haute-Volta (actuel Burkina) ont retenu ce qu’ils ont qualifié de
2« nécessité absolue qui s’impose aujourd’hui », à savoir, « faire de
3notre Église, une vraie Famille », d’où la première option
fondamentale, « Église-famille de Dieu », exprimée ainsi qu’il suit :
Le peuple de Dieu qui est en Haute-Volta, conscient de
l’honneur qui est fait à chacun de ses membres, de
partager gratuitement la vie divine en Jésus-Christ,
s’engage désormais à réaliser à tous les niveaux de sa
communauté l’esprit et la structure de
l’ÉGLISEFAMILLE DE DIEU`parmi les hommes. Nous nous
inspirerons en cela, du modèle sublime de la Trinité
Sainte, de l’héritage des Chrétiens de la primitive Église
et des valeurs positives que nous offre la famille africaine
4traditionnelle.
Au Synode africain de 1994, les évêques d’Afrique ont proposé
5« l’image de l’Église comme famille ». Le Pape Jean-Paul II a

1 LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 13, § 3.
2TA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 13, § 3.
3 LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 13, § 3.
4TA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 15.
5 À la première assemblée spéciale pour l’Afrique du synode des évêques en 1994,
les Pères synodaux ont fait soixante-quatre Propositiones au Saint-Père. Leur
Propositio 8 dit ceci : « Le mystère de l’amour de Dieu un et trine est l’origine,
le modèle et le but de l’Église (cf. Lumen gentium, n° 4 ; Ad gentes, n° 2 ;
Gaudium et spes, n° 40), mystère qui trouve son expression adaptée à l’Afrique
dans l’image de l’Église comme famille […] (§ 1) ».

40
approuvé dans Ecclesia in Africa (1995) cette inculturation de l’Église
1en Afrique comme « Église-famille de Dieu ».
Dans cette première option fondamentale des évêques, nous
relevons trois éléments qui nous paraissent importants pour dire la
différence chrétienne souhaitée : tout d’abord, la gratuité. Elle
caractérise la bienveillance, motif principal évoqué : « partager
gratuitement la vie divine en Jésus-Christ ». En d’autres termes,
l’esprit de la gratuité demande le partage du don reçu gratuitement et
sans mérite, à savoir la vie de Dieu. On retrouve là l’esprit de la
mission, de l’évangélisation : tu as reçu gratuitement, tu donnes
2gratuitement . Le deuxième élément retenu est « l’esprit de
l’Églisefamille de Dieu » à réaliser. Cet esprit est différent de celui de la
famille tout court, car il est de l’Esprit de Dieu, « Trinité sainte ».
Autrement dit, il est de l’Esprit de Jésus et de son Père. Et pourtant, et
c’est le troisième élément repéré, il y a des « valeurs positives » dans
la famille africaine traditionnelle. À propos de ces « vraies valeurs
3objectives », les évêques de Haute-Volta (actuel Burkina),
l’expriment dans la sixième option fondamentale, avec justesse et par
une métaphore bien assortie : « la lumière ne peut être ennemie de la
4lumière ». Cet aspect positif de nos coutumes et traditions africaines

1 L’Exhortation post-synodale, Ecclessia in Africa, Yaoundé, Cameroun, 14
septembre 1995, n° 63 : “Non seulement le Synode a parlé de l'inculturation,
mais il l'a appliquée en prenant, pour l'évangélisation de l'Afrique, l'idée-force de
l'Église Famille de Dieu. Les Pères y ont vu une expression particulièrement
appropriée de la nature de l'Église pour l'Afrique », avec la note 31, qui renvoie à
Lumen gentium, n° 6 sur les différentes images de l’Église. Notons que dans ce
numéro 6 de Lumen gentium, parmi la variété des images sur la nature intime de
l’Église, le mot « familia » (latin) revient deux fois : au § 1 : « familia » tout
simplement, et au § 4 : « domus Dei (1 Tim. 3,15) in qua nempe habitat eius
familia ».
2 Cf. Mt 10,8.
3 LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 25.
4TA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 25.

41
provient de l’Esprit du Fils et de son Père, Esprit mystérieusement
présent et agissant dans l’histoire des peuples du monde.
Mais cette première option théologique paradigmatique doit être
reçue et vécue par les Chrétiens, autrement dit, l’« Église-famille de
Dieu » est appelée à être enracinée à la base de façon concrète et
visible. Par la deuxième option fondamentale, les évêques ont institué
1la « Communauté Chrétienne de Base » (CCB), tel un lieu privilégié
qui permet aux membres de l’Église-famille de Dieu d’être engagés et
« pleinement responsables » :
Pour que tous et chacun se sentent membres à part
entière et pleinement responsables dans cette
‘‘Églisefamille’’, nous instituons à titre définitif le cadre
d’expression et d’action originale dont nous avons voulu
2faire l’expérience voilà déjà six ans : ‘‘LA
COMMUNAUTÉ CHRÉTIENNE DE BASE’’. Il faut que
désormais chacun y prenne sa place et joue pleinement
son rôle, selon ses charismes et compétences ; non
seulement les laïcs chrétiens et catéchistes, mais aussi les
prêtres, religieux et religieuses de nos diocèses
3respectifs.
Il y a souvent un écart entre l’idéal et la réalité concrète. Parmi les
laïcs devenus responsables, quelques-uns, hélas, cherchent à avoir la
mainmise sur tout et pensent qu’ils sont indispensables et donc
inamovibles. Malheureusement aussi, il peut arriver qu’un certain
cléricalisme empêche de partager véritablement les responsabilités
avec d’autres prêtres ou avec des laïcs. L’esprit des Communautés
Chrétiennes de Base est tout autre : selon les évêques (cf. deuxième

1 Au Burkina, l’expression « Communauté Chrétienne de Base (CCB) » est la plus
usitée, mais ailleurs, il y a d’autres désignations : « Communauté Ecclésiale de
Base (CEB) », « Communauté Ecclésiale Vivante (CEV) ».
2 En effet, les premières Communautés Chrétiennes de Base ad experimentum ont
commencé en 1971.
3 LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 15.

42
option), tous et chacun, non seulement les fidèles laïcs, mais aussi
bien les personnes consacrées que les clercs, doivent se sentir
membres de la communauté à part entière et s’y engager pleinement,
chacun à la place qui est la sienne et jouant son rôle selon ses
compétences et charismes. Le synode diocésain de Koudougou
(19972000) est allé dans le même sens : « Il vaut mieux que beaucoup de
1personnes fassent un peu que peu de personnes fassent beaucoup ».
Constituant une seule unité organique, il est bon et utile de
rappeler les quatre autres options fondamentales. La troisième option
est l’impérieux devoir de transmettre la Bonne Nouvelle du salut en
Jésus-Christ, reçue des missionnaires, aux compatriotes dont le plus
grand nombre l’ignore encore, mais également ailleurs, au-delà des
2frontières du pays . Autrement dit, il faut assurer l’évangélisation. Et
pour cela, la communauté, selon les évêques, doit susciter et soutenir
les vocations sacerdotales et religieuses (quatrième option
3fondamentale) . La cinquième option traite de l’urgence à ouvrir des
4lieux de formation pour répondre aux attentes : un centre national
polyvalent pour la formation doctrinale des responsables, des maisons
de retraite spirituelle, et un système d’alphabétisation en langue locale
5et pour la formation populaire . La sixième option pose la question,
estimée « très grave », de « l’affrontement de la foi reçue et de la
culture vécue », autrement dit, la question de l’inculturation :

1 L’Église-famille de Dieu à Koudougou, À l’aube du troisième millénaire, Synode
diocésain 1997-2000, Synthèse des travaux, mars 2002, p. 40 (cf. critères
èmeopérationnels ou règles générales d’action pastorale, 5 règle : conviction).
2 Cf. LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 17 ; option fondamentale 3, § 1.
3 Cf. LES ÉVÊQUE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 17-19.
4 Sur les vingt-sept Propositioness envoyées aux évêques, dix-huit Propositiones
insistaient sur le besoin de formation : « Nous avons faim et soif de la Parole de
Dieu ! Donnez-nous plus de formation doctrinale et spirituelle » (LES
ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit., p. 21 ;
option fondamentale 5, § 1).
5 Cf. LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit.,
p. 19 -21.

43
« Comment faire, demandent les évêques, pour être pleinement
1chrétien et pleinement africain ? »
Ces quatre dernières options, nous semble-t-il, visent le service de
l’Homme dans sa totalité : la Communauté Chrétienne de Base doit
participer à l’annonce de la Bonne Nouvelle à tous, ad intra et ad
extra, et cette Bonne Nouvelle concerne tout l’Homme. Car, l’Homme
vit aussi de la Bonne Nouvelle de Dieu (dimension spirituelle) ;
celleci rend l’Africain plus africain qu’auparavant, elle lui donne, en effet,
dans la confrontation entre foi et culture, d’être « pleinement chrétien
et pleinement africain » ; et s’il ne sait pas lire et écrire, le service de
2l’alphabétisation lui est offert pour qu’il puisse s’instruire (formation
humaine) et lire lui-même la Parole de Dieu (formation spirituelle).
Donc, l’esprit de ces options porte le souci du développement intégral
de l’être humain.
En résumé, on pourrait dire que si dans leur ensemble les Options
fondamentales des évêques de Haute-Volta (Burkina) visent, pour
l’Église locale, suite à la célébration du soixante-quinzième
3anniversaire de l’évangélisation en 1975, « un nouveau départ » ou
4« une pâque nouvelle », elles véhiculent en même temps l’esprit de la
différence chrétienne – ou l’esprit de l’Église-famille de Dieu – que
l’on peut singulariser par quatre caractéristiques : 1. il est l’esprit de la
gratuité ; 2. il est l’esprit de la responsabilisation de tous selon la
compétence et le charisme de chaque personne ; 3. il est l’esprit
d’ouverture au plus grand ; 4. et il est l’esprit d’évangélisation,
l’évangélisation dans sa triple dimension d’annonce de Jésus-Christ et
de son Évangile, de l’intérêt porté à la culture des peuples, et du souci

1 Cf. LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit.
p. 25 ; option fondamentale 6, § 2 et 3.
2 L’analphabétisme est l’un des fléaux et des défis de l’Afrique, qui a une forte
population d’enfants et de jeunes. L’Église au Burkina et l’État burkinabè font de
grands efforts de lutte contre l’analphabétisme.
3 Cf. titre « Les Options fondamentales pour un nouveau départ de l’Église de
Haute-Volta ».
4 LES ÉVÊQUES DE HAUTE-VOLTA, Les Options fondamentales…, op. cit. p. 9.

44
́
̀
de la promotion humaine intégrale. Cet esprit « familial » – au sens à
la fois humain et chrétien – des Options fondamentales est l’œuvre de
l’Esprit Saint, l’Esprit de Jésus et de son Père.
Dans l’esprit des Options fondamentales et de la Propositio 8 des
évêques africains lors de leur synode en 1994, pour une «
Églisefamille de Dieu », la famille est véritablement la base de la société et
de l’Église. C’est pourquoi il est indispensable de s’attacher à ce
fondement en étant attentif à la différence chrétienne. C’est là, par le
témoignage quotidien de la vie de foi, de l’amour et de l’espérance
que s’apprend à vivre la paternité ou la maternité chrétiennement, à
vivre la filiation chrétiennement, à vivre la fraternité chrétiennement.
Toujours dans la même optique, nous abordons, après le
‘‘Message pascal’’ des évêques de Haute-Volta, devenue Burkina
Faso, le deuxième document magistériel ecclésial, l’Exhortation
apostolique post-synodale du Pape Jean-Paul II, Ecclesia in Africa
1(1995) .
1.2. L’Esprit dans l’Église-famille de Dieu selon Ecclesia
in Africa
La première assemblée spéciale pour l’Afrique du synode des
2évêques a eu lieu au Vatican (Rome) du 10 avril au 8 mai 1994.

1 Cette Exhortation apostolique post-synodale, Ecclesia in Africa, a été choisie pour
plusieurs raisons : 1. Historiquement, elle concerne la toute première assemblée
spéciale – événement ecclésial tant désiré et longtemps attendu – pour l’Afrique
du synode des évêques ; 2. De façon officielle, l’Église en Afrique est perçue
comme « Église-famille de Dieu », c’est-à-dire comme réalité ecclésiale
inculturée, et donc comme ayant un rapport particulier avec la
paternitéfiliation ; 3. Ecclesia in Africa parle de « mission évangélisatrice » de l’Église
(cf. titre de cette Exhortation apostolique post-synodale), ce qui n’est pas sans
lien avec le sujet de la présente réflexion théologique : « la figure de la
paternitéfiliation et l’évangélisation de la culture des Ly əl ə du Burkina ».
2 Pour la genèse de cette assemblée spéciale pour l’Afrique du synode des évêques,
on lira avec grand profit « Repères chronologiques, De l’idée d’un concile
africain à la tenue d’un synode » in CHEZA Maurice (éd.), Le Synode africain,
Histoire et textes, Éditions Karthala, 1996, p. 21-24. De même, dans son

45
1L’Exhortation Ecclesia in Africa du Pape Jean-Paul II , qui en
découle, tient compte des différents documents produits avant et
pendant le synode, dont les soixante-quatre Propositiones des Pères
synodaux. Une place prépondérante y est accordée à l’Esprit Saint,
2cité quarante-trois fois .
Ecclesia in Africa, comme les Options fondamentales des évêques
de Haute-Volta (actuel Burkina Faso), n’est pas un traité de
pneumatologie. Le contenu de l’Exhortation Ecclesia in Africa en
regard de l’Esprit Saint est instructif et a des conséquences sur la
manière dont peut être construite la famille africaine si ses membres la
veulent chrétienne, fille de l’Église-famille de Dieu. Il ne s’agit pas
d’une étude exhaustive du texte, mais de relever et de commenter
certains traits significatifs de l’Esprit, qui disent la différence
chrétienne. Il est à noter que les titres ci-dessous indiqués ne sont pas
des titres extraits d’Ecclesia in Africa, mais relèvent de notre
initiative à partir dudit texte. Ils ont l’avantage de synthétiser cinq
caractéristiques repérées concernant l’Esprit de l’Église-famille de
Dieu tel que nous avons pu comprendre son action mentionnée dans
l’Exhortation post-synodale Ecclesia in Africa (1995).

Exhortation post-synodale, numéros 2 à 5, le Pape Jean-Paul II retrace à grands
traits les différentes étapes qui ont conduit à cette assemblée synodale historique.
1 Jean-Paul II, Exhortation apostolique post-synodale, ECCLESIA IN AFRICA, aux
évêques, aux prêtres et aux diacres, aux religieux et aux religieuses et à tous les
fidèles laïcs, Sur l’Église en Afrique et sa mission évangélisatrice vers l’An
2000, donné à Yaoundé, au Cameroun, le 14 septembre 1995, Libreria Editrice
Vaticana, Cité du Vatican.
2 Dans l’Exhortation post-synodale, les dénominations : seize fois « l’Esprit » ;
vingt-et-une fois « l’Esprit Saint » et une fois « le Saint-Esprit », soit trente-huit
fois au total ; cinq fois le pronom « Lui » (deux fois pour « Esprit Saint »et trois
fois pour « l’Esprit » ; soit en tout quarante-trois fois (38+5). « ‘‘L’Esprit Saint
est l’agent principal de l’évangélisation : c’est Lui qui pousse chacun à annoncer
l’Évangile et c’est Lui qui dans le tréfonds des consciences fait accepter et
comprendre la Parole du salut’’ » (Ecclesia in Africa, n° 21, § 2 ; cf. Evangelii
nuntiandi, n° 75).

46
1.2.1. L’Esprit du Christ fait l’Église-famille de Dieu
L’Esprit de Jésus fait l’Église « ‘‘une, sainte, catholique et
1apostolique’’ ». On retrouve là, d’une part, l’Esprit, l’un des trois
constituants fondamentaux du Credo, où l’on dit ce qu’il fait, et
d’autre part, les quatre « notes » de l’Église qui lui sont propres. Mais
peuvent-elles, ces notes, en raison de leur spécificité être appliquées à
chaque famille ou communauté de familles, aux relations de parenté ?
Difficilement, et pourtant la famille doit être une, unie, elle doit garder
sa vocation à la sainteté, elle ne doit pas être ethnocentrique, mais
ouverte à l’universalité (cf. catholique), et elle doit être missionnaire
(cf. apostolique), c’est-à-dire vivre et transmettre l’Évangile.
1.2.2. L’Esprit de catholicité, d’ouverture au plus grand
Le Pape et les évêques constatent qu’il existe en Afrique des
2« tensions raciales et tribales » , « diverses formes de divisions », qui
sont en fait un défi à relever :
La coexistence de groupes ethniques, de traditions, de
langues et même de religions différentes, rencontre
souvent des difficultés dues à de graves hostilités
réciproques. ‘‘Les oppositions tribales mettent parfois en
péril, sinon la paix, du moins la poursuite du bien
commun de l'ensemble de la société, et créent aussi des
difficultés pour la vie des Églises et l'accueil des pasteurs
3d'autres ethnies’’ .
Cet état des lieux indique bien que, pour éviter ou dépasser les
« tensions raciales et tribales », dépasser les divisions de tous genres,

1« C'est le Christ qui, par l'Esprit Saint, donne à son Église d'être une, sainte,
catholique et apostolique » (Ecclesia in Africa, n° 11, § 1 ; Catéchisme de
l’Église catholique, n° 811-812).
2 Ecclesia in Afria, n° 51, § 1.
3 Ecclesia in Africa, n° 49 ; Commission pontificale « Justice et Paix », Document
L’Église face au racisme : pour une société plus fraternelle (3 novembre 1988,
n° 12 : Typographie polyglotte vaticane, Cité du Vatican, 1988.

47
c’est à la base et donc à la famille, qu’il appartient en tout premier lieu
d’inculquer l’esprit de l’accueil de l’autre et du dialogue, de l’estime
et du respect de la différence, et d’éduquer à l’ouverture au plus grand
1(universalité) .
Au synode africain de 2009, les évêques ont de nouveau insisté
sur plusieurs injustices sociales et religieuses : pour exemple, ils ont
stipulé que « chaque forme de discrimination, d’intolérance et de
2fondamentalisme confessionnel doit disparaître » ; ils ont demandé
que « soient reconnues et protégées la liberté religieuse et la liberté de
3culte » ; ils ont estimé qu’« un christianisme divisé demeure un
4 5scandale », dénoncé « une violation massive des droits humains »,
reprouvé « les actes de violence, d’inhumanité et d’injustice contre les
6 7femmes », « les traitements intolérables des enfants » ; ils ont invité
les dirigeants africains à la « bonne gouvernance », « à faire respecter
le bien commun au-delà des intérêts de famille, du clan, du groupe
8ethnique ou du parti politique », ils ont lancé « un appel vibrant à
tous ceux qui sont en guerre en Afrique et font tant souffrir leurs
9peuples : ‘‘Cessez les hostilités et réconciliez-vous’’ », ont-ils dit.
Face à ces situations diverses et pénibles, les évêques ont rappelé
que l’Église-famille de Dieu, dans l’exercice de sa mission, reconnaît

1 « L’ethnocentrisme est toujours signe d’insignifiance humaine, qui se confine à
une portion d’humanité au lieu de déployer par le contact les possibilités en soi
qui ne demandent qu’à éclore. » (BADO Nicolas, Prendre racine dans ses
racines, Contes et mythes Nord-Nuna, inédit, Réo, non daté, op. cit., p. 2).
2 Propositio 12 ; cf. Deuxième assemblée spéciale pour l’Afrique du synode des
évêques, octobre 2009.
3 Propositio 27.
4 sitio 10.
5 Propositio 25.
6 sitio 47.
7 Propositio 49.
8 sitio 24.
9 Propositio 5.

48
et respecte la diversité ethnique comme ‘‘richesse’’ et ‘’source de
1vigueur’’ :
L’Église […] a la mission de ‘‘réconcilier toutes choses
dans le Christ’’ (2 Co 5,19). L’Église, en accomplissant
cette mission, reconnaît et respecte les riches diversités
ethniques, culturelles, politiques et religieuses des
peuples africains. Elle recherche davantage l’unité dans
la diversité que l’uniformité, en mettant en exergue ce qui
les unit plutôt que ce qui les divise, et en exploitant les
valeurs positives de ces diversités comme une source de
vigueur pour édifier l’harmonie sociale, la paix et le
2progrès.
C’est une magnifique mission ! On peut cependant se poser la
question : dans quelle mesure ce témoignage-ci de l’Église-famille de
Dieu est effectif et vrai pour tous ses fils et filles ? L’Église
ellemême, parfois, n’a-t-elle pas, à ce sujet, un mea culpa à confesser ? La
reconnaissance et le respect de la richesse des diversités sont aussi un
grand défi lancé à chaque famille. L’Afrique, c’est un ensemble de
familles. C’est dire que les dénonciations, appels et Propositiones des
évêques concernent aussi les familles, – peut-être même elles en
premier lieu –, dans leurs diversités ethniques, culturelles, mais aussi
politiques, économiques et religieuses.
Pour revenir à Ecclesia in Africa, le Pape Jean-Paul II a voulu le
synode africain de 1994 « authentiquement africain » et, en même
temps, l’assemblée synodale « en pleine communion avec l’Église
3universelle », une « communion ecclésiale qui transcende toutes les
4frontières du temps et de l’espace », autrement dit, la catholicité est

1 Antoine de SAINT-EXUPÉRY disait : « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de
me léser, tu m’enrichis » (Citadelle, son livre posthume paru en 1948).
2 Propositio 32.
3 Ecclesia in Africa, n° 19, § 1.
4 Ecclesia in Africa, n° 19, § 2 ; cf. § 3 : « manifester la communion de l’Église en
Afrique avec l’Église universelle »

49