Je te pardonne, mais…

-

Livres
241 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Bien sûr, je l’ai pardonné, mais...



Vous vous trouvez en train de penser à une offense faite à un ami, de vous souvenir ce que vous avez ressenti après l’incident et la façon dont cela a affecté votre vie. Même si le temps est passé, vous vous sentez coupable. Pourquoi ? Parce que vous êtes chrétien. Les chrétiens doivent pardonner et oublier, n’est-ce pas ?


Ce livre s’adresse aux chrétiens qui croient que le pardon est un élément important de leur cheminement spirituel, mais qui ne comprennent pas exactement ce qu’il est réellement. Il s’adresse à ceux qui ne parviennent pas à dépasser une blessure profonde.



« Le pardon est une notion merveilleuse, jusqu’au moment où nous avons quelque chose de grave à pardonner. À ce stade, nous luttons tous. C’est la raison pour laquelle cet ouvrage pratique est le livre dont nous avons tous besoin. C’est un livre fort. Personnellement, il m’a beaucoup parlé. »


George R. Knight, Master en théologie, doctorat en éducation, professeur émérite d’histoire de l’Église, Andrews University.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 juillet 2016
Nombre de visites sur la page 45
EAN13 9782857434412
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0060 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème


TraduitdulivreIforgiveyou,but…

Paruen2010auxEdtionsPacficPresPublishing Asociation.

ISBN: 0816393079

Copyright©2015ÉdtionsVieetSanté

60,avenueÉmileZola

77190Dammarie-les-Lys,France

www.viesante.com

Tousdroitsdereproductiontotale

oupartieleetdetraductionréservés.

ISBN(Livre): 978-2-85743-440-5

ISBN(eBooks): 978-2-85743-441-2

Miseenpageetcorections: ISEdtion

Traduction: PascaleMonachini

Ilustrationdecouverture: Shuterstock

L'auteurasumetoutelaresponsablitépourl’exac

descitationsexposésdanslelivre.

Saufmentioncontraire,lescitationsbibliquesson

itudedetouslesfaitset

tempruntéesàlaversion

©
Bible à la Colombe 1978 – Société Biblique Française.

LourdesE.MORALES-GUDMUNDSSON

JE TE PARDONNE, MAIS...

On sait qu'il le faut, mais pourquoi est-ce si difficile?

DÉDICACE

À Rafael Casimiro Morales, mon père, qui m’a enseigné les
premièresetplusdurablesleçonsdepardon.

ÀCarmenLópezMorales,mamerveil ,esueanstsiré et, te
pourtanttendremère,quis’esttoujoursocupée edP pa a
etmoi.

ÀReynir,CarmenetJames,mapeitefamil san re,mauo s’l
etlesoutiendelaquele njeur’as ai ap supt nerim se
promesesdepardon.

4

REMERCIEMENTS

Ce livre qui a été si long à élaborer est le produit de la contribution
de nombreuses personnes. Je remercie tous les dirigeants d’églises,
de fédérations, et du ministère des femmes qui ont cru en mon
ministère de pardon et m’ont invitée à présenter mes séminaires
dansleurscommunautés: LaritaBuroed)s;d (Bermuws Alfor Sharon
Cres(Conférencegénérale);ErnaJohnson(Austral ie,Tahti);mon
amied’enfance,MarieElizabethMahikoa(Hawai); LeonardetRita
Westphal(Brésil);etlepasteurKeithMulgi( naereCC ,sornialife),
pour n’enciter quequelques-uns. Jesuis profondément
reconnais les home à tousatni ivs meoni sut emmeuq s semf te
séminaires au cours des années, qui ont partagé leur histoire avec
moi et m’ont aidée à mieux comprendre le potentiel de guérison du
pardon.

Je tiens également à remercier Roger Morton, responsable de
QualityLifeSeminars simrep a’m i(S suQlatiméniiaervie), qué de la
d’enregistrer mes séminaires en vidéo et DVD. Qu’aurais-je pu faire
sansmesamisetcolèguesdeLaSierasrevinU noén ity, qui m’ont d
des livres et articles, dont beaucoup sont cités dans cet ouvrage ? Un

5

grandmerciàIrisLandapourtousleslivresetca
qu’eleapartagésavecmoi.

setessurlepardon

Toutemareconnaista yp(érneecG ree La sident dà a wrLaan vce
SieraUniversity),FredericLuskin (Stanford ForgivenesProject),
Douglas Morgan (Columbia Union ColPeaceege etAdventist
Felomith-Christopherswih)p ,aDinleS ntoL( aloyraM uomy
University), GeorgeKnight (AndrewsUniversity) etEveretL.
Worthington Jr. (Virginia Commonwealth University), qui ont pris le
temps de lire mes manuscrits et de m’exprimer leur soutien. Pat
Habada(TEAM)faitausap iiertes der pnnsosep ral i’tnreémdiaire
desquelé ia’j seinéb étsar pa, voirla c elaaycnuq ero sataije belais
pour l’élaboration de ce livre. Elmprendree m’a aidée à co
commentrecentrerceteétude.MerciPat!

Enfin,j’aimeraisremercierdufondducœurRuselHolt,Nicole
BatenetBonnieTyson-FlyndePacficPres, qui ont colaboréavec
moipourasurerlagrandequalitéduproduitfini.

6

Dédicace

Remerciements

Préface

Introduction

TABLEDESMATIÈRES

Commentlepardonguérituneblesure
Chapitre1: Anatomied’uneofense.
Questionspourlaréflexion.
Chapitre2: Qu’est-cequelepardon?.
Questionspourlaréflexion.
Chapitre3: rdpaneon?r térh neitiod li-ourqPle cuoi
Questionspourlaréflexion.

7

.4

.5

.9

.18

.24
.25
.38
.41
.69
.71
.86

CequelaBibleenseignesurlepardon

Chapitre4: Douzeprincipesbibliquesconcernantl
Questionspourlaréflexion.

Surlechemindupardon

Chapitre5: Delarancuneaupardon

.

.88
epardon.89
.138

Questionspourlaréflexion.
Chapitre6: Teniraulongcourslapromesonrdpad ee
Questionspourlaréflexion.

Pardonetprière
Chapitre7: Laprière,laclédupardon.
Questionspourlaréflexion.

Appendice:Prièresdepardon

Œuvrescitées

Œuvresconsultées

8

.140
.141
.173
.174
.209

.211
.212
.224

.225

.227

.234

PRÉFACE

Celavousest-ildéjàariven par oiav unéonrdsuoV ? é zeyorc
personneetavezchasé touteà voilais ot v ererisp mt, al utisoitaed n
quetoutcela«remonte»,àl’ocion onversatc elpmis enu’d nioas
avec un ami, ou dans ces moments où l’on voit tout sous le plus
mauvais angle. Vous vous sentez mal parce que vous pensiez
vraimentavoirremportécetousruminezdeevictoire… Pourtant,v
nouveaucequecetezav ep ea faous ne vrsonuo seuv ecq ti ,
resenti,etcommentcelaaaf votre vecté ueo rocpmieliu q.rteElp
tout,vousvoussouvenez: Mais…Jesuischrétien!

Celivres’adresu or,neonrdpa ed nioseb tno is qutienchréaux e
quiontpardonné,maissed énitxua tes esrmil, st e …nEd a’tuer
chrétiens qui croient que le pardon est un élément esentieldeleur
cheminement spirituel, mais qui ne comprennent peut-être pas ce
qu’ilestréelement,etquisemblentnepasréusa dépir àserune
profondebleshison d’un conjoni,tu nma iniit ui qme erual :art
coupe les ponts, un oncle qui a abusé de vous durant l’enfance, un
membre d’église qui ne vous rend pas l’argent qu’il vous doit.

9

Pour tenir une promesaldee de pardon,ilestfondament
comprendrecequisepasequandonestbles p;énu’ulque qar ce
qu’est le pardon et ce qu’il n’est pas ; le lien entre le pardon et de
nombreusesquestionsqu’ilfautaf ntro, eranavuo trpa a sèriov
pardonné. Vous trouverez dans les pages suivantes les réponses à ces
questions : Qu’est-ce que le pardon ? Pourquoi doit-on pardonner ?
Comment parvenir au point où l’on est disposé à pardonner ou à
pardonnerencore?Pourquoiest-ilsidifcili eedd péasercertaines
of replbeidiretua le fque d’ouait ec-tsdoar p à E ?ernnsne? setsE
ecqueledésiretlarecherchedejusticesignfis n’n paa euq o’l tne
pardonné ? Enfin, et ce sont les plus importantes, ce livre traite des
questions suivantes:Commentavoirlacerit e’l euq udnoa
pardonné ? Quand on est certain d’avoir pardonné, comment tenir
sapromese?

Depuispresquevingtans,jeprésentemon séminaire«Jete
pardonne,mais… »,etlesrencontresquej’yaifaitesontétésource
de révélation pour moi. Aux États-Unis et en dehors, en m’adresant
àdesasrol ed ster tiardv atienesstou, ebmélseuteipirses lespourles
femmesoulesfamil crsouujtoi ’a j,sea hème a luq eect notsta é
capacité de toucher profondément les gens et d’ouvrir la porte à la
réformedesoietàlaréconcliation.

Personnelruoc sem ne up ia’j ,tnenemepleirer mesua uelru aavtnl
de nombreuses rencontres douloureuses avec mon père, rencontres
quim’ontcontrainteàafeaveclerontermon propreproblèm
pardon.

Ma relation avec mon père – artiste talentueux, homme qui
subvenaitresponsablementauxbesoinsdelafamilof iram ,element
épris de son épouse, mais père absent de notre vie jusqu’à son grand
âge–atoujoursétépourmoisourcedeculpabliindrtaé gEn. sant,

10

mes frères et moi avons su qu’il avait grandi dans un foyer brisé, que
son père était absent de sa vie, qu’il n’appartenait à aucune église et
ne croyait pas en la religion organisée. Pourtant, je ne parvenais pas
àcomprendresonchoixdevivreloindesafamilnadnep eute t tola
semaine,etdesemontrerd’unehumeurmasntraloe acsruqi’ l
revenaitlewek-end.Ilsemblait qienv eirvo arsuojuost fnnasee eus
disparaisent.

Je n’appréciais pas qu’il refuse de participer à notre vie d’église et
auxcultesdefamilmesp ,uqnase , éusnod ens ontiE .stnaft emêm n
j’étaissoulagéequ’ilpases i’ lsiuqed umet s eep iusnopu, apsc ve
montrait si désagréable. Papa se joignit néanmoins à l’église quand il
prit sa retraite, sachant que Maman y avait sa vie, et que s’il voulait
paserdutempsavecele,ilfalia t i Sé.utnamuom cla etneuqérf li’uq
Papa n’avait qu’une seule qualité, c’était son adoration pour Maman,
etcetamourlesauvalitlemeéralus nt p eof’dnusi.

Pourtant, à l’époque, je refusais de considérer sa décision d’être
baptisé autrement que comme une conversion de convenance, et
une stratégie supplémentaire de manipulation. Il avait l’habitude de
se montrer agréable uniquement quand il avait besoin de nous. Raúl
était son préféré lorsqu’il avait besoin que quelqu’un lui achète du
café à l’insu de Maman (il faut préciser à sa décharge que le café
était son seul vice). J’étais sa favorite quand il voulait se vanter des
résultats scolaires de ses enfants. Prenant conscience que c’était une
bonne manière de gagner l’approbation de mon père, mon frère
Ralph reprit ses études et obtint un doctorat en intendance pour les
hôtelsethôpitaux.Malheureusement,celanesufti a àas perorli mé
sa relation avec notre père qui, ayant lui-même la peau foncée,
méprisait le seul de ses enfants qui avait la même couleur de peau
quelui.Ralphavaitausidesmanièresunpeuefon éem sus quinée
atnte, et cela n’aomesuxlati éalet tnss ouunà hoe iroiubrangeaitpas

11

la situation. C’est seulement récemment, après quarante ans de
mariage heureux avec Elsa, l’amour de sa vie, que Ralph découvrit
que tous ces symptômes étaient dus en réalité à une anomalie
1
génétique rare, le syndrome de Klinefelter.

Vivre loin de nous était pour Papa une façon de faire face à tout
cela, et il devint encore plus distant quand Tito, notre frère aîné qui
se préparait à l’époque à étudier la médecine à l’Université de La
Siera,commençaàavoirdescomportementsbizar, es onu’ qet
diagnostiqua chez luiune schizophrénie.Alorsquelescrises
physiques et sociales de Ralph étaient presque quotidiennes, qu’il
falôp’halitneai l àrt setiauop es rt ments, e cont leais meqaeu ehcudri
quejesoufraismoi-mêmedegravesalies ergentaalimiuq seri em
causaientdesbronchitesàrépétin, notre courageo esuerèma’n tiav
pas un instant de répit. J’en voulais à mon père de la laiserafronter
seuletouteslesdifvacep uluctlsé ,idala.seannf mtseusi ers

Le changement dans ma relation avec mon père se produisit quand
nous vivions à Porto Rico. Mon mari Reynir et moi avions acepté
des postes d’enseignement à l’Université adventiste des Antiles.Mes

1.Selonl’Encyclopédiemédicale:
(htp:/.nlmwwwg.von.hiilenm/de.htme/000382/yraitlclpsue/cn)
Le syndrome de Klinefelter est une anomalie génétique touchant un
nouveauné de sexe masculin sur 500 à 1000. Les personnes qui naisentavecce
syndromepos snoètned. reaiérrçgas Lemo emosonrmu Xusmoin au chrs un
poshc sel tonne mtelnaemdrèelxuses mesomorof il se ,te sYXlesXX.Les
garçonsate Cstni ud ee dinKlndsymerono tnu efeleet rson XXY.combinaite
anomaliecauseunretardpubertaire,uneinfertliim dutinn io lde au ent,é
pilositéetdelalibido,etunecrois aantse fnL senai.csn eseedsteintsdece
syndromeontsouventdesdificultésd’apprentis et de lageater dragna( eg
dans la parole, la lecture, l’écriture). Quand Ralph était enfant, on disposait
de peu d’informations sur ce syndrome. On sait aujourd’hui qu’il existe des
traitementspermetantauxpersonqui en sont attee s ie vneed setniu renem
normale.

12

parents avaient consenti à venir habiter chez nous pour nous aider à
nousocuperdenotrefile , enrmCabas en le âge,téiauq iocer tne
temps que j’achève ma thèse. Je n’ai jamais vu mon père ausi
heureuxquependantcesannéesqu’ilapas adsnsu , con aveées
cetse engap ed lytsmae onis gendrasnp uo rsul uooin que nool ancie
unesommedérisoireàunerichefamil ecirotropMa. neain ma
s’ocupaitdelacuisineetPapaasé, iaru’l trtneeiteden a lopprétri
tondantlagrandepelouseets’ocs, des dntpaureiugnam tiuh-xi
goyaviers, mandariniers, caroubiers et de la peitnanaiare .eb e
Quand il n’était pas sur la propriété, Papa montait dans son atelier
d’art,quis’ouvraitsurunegrandeteras tourant couelet on ldeg a l
maison et soutenue par d’élégantes colonnes ioniques. En un certain
sens, il me semblait avoir donné à mon père ce qu’il n’avait jamais
eu auparavant – le don de la beauté et de la paix. À son tour, il
m’ofraitnon seulementdel’aideàlamaison pendantqueje
poursuivais mon objectif, mais également la satisfaction de le voir
enfinprofondémentetréelementheureux.

Il me semblait néanmoins qu’il me devait une explication pour
toutes ces années d’abandon. Il est vrai qu’il avait eu une enfance
dif tnadia erèm ase,iliciv eue rs noadsngnerà gale l seuen Vueez la
natal. Je me sentais coupable de faire resurgir le pasédurantcete
période paisible où il était heureux, peut-être pour la première fois
desavie.J’avaiscependantl’impres si quee paje nia svornnei àap s
luiaracherdesexcusesmaintenant,jenelepouraisplusjamais.

Par un bel après-midi, après avoir prié pour cet entretien, je montai
dans la chambre de mes parents et commençais à bavarder de façon
informelireme pxsnà niv sour laa e cev.xuee’J fnce ra à eud
l’absence de Papa pendant notre enfance et adolescence. Maman
gardaitlesilence,etnousated sel sér al xuiondeteou tnson dactie
mon père. Il ne dit rien pendant quelques instants, mais je voyais son

13

visagetendu.Ilfinitparexploser:N’avait-ilpastravailéasezdur
pour ses enfants ? N’avions-nous pas reçu une éducation chrétienne
grâceàsontravaildifrgta nnil e eed J’éle ? bietaisiciehco r iulrper
ici, alors qu’il était là, maintenant, pour me permetredeterminer
mondoctorat!e leje m oqtu,i vuani ,mrd epénosnr aSt la ai eteipcè
descendis.

Bizarement,ceteexpresiondesdificultés-v-à isèperv sid eom n
desafamileeutunefébar til eopotrioi. ur me s’Il naj tiaté siame
permis cette,ém ia secaln ’eêtnnhoe façaitpourta ntpasla
soufrceanu’ q milva’a snad iamrefne’me Je.gélinf iitt au eburemon
laisp sic san eJas ermla. esà s s meej e temps ombien docrurb e iila
restai là, mais soudain, on frappa un coup hésitant à la porte. C’était
mon père quidemandait lapermisQuan dilion d’entrer.
s’approcha, je vis ses yeux rouges, et compris qu’il avait pleuré lui
ausceencinscos ri p noçaf al ed Pap queroisJe camsi tajvaia a’n .i
dontsaproprecolèrecontresonpèreavaitaf cétcea slareontive a
ses enfants. Aujourd’hui, je suis convaincue que Maman, seule avec
lui dans leur chambre baignée de la douce lumière tropicale, l’a
gentiment aidé à comprendre que mes frères et moi avions des
raisons de lui en vouloir. Je me levai et nous nous sommes embrasés
longuement,laisantlasoufrancemutuelde se nguei lonéess an
couler le long de nos joues. Mon père murmura seulement « Je
regretgeer ,tej eenp suq e »hO «aP , ,apr ej lue ruionépe drte
ausi».

C’était le début d’un long cheminement vers le véritable pardon,
quime permitde considérermon père comme un enfant
malheureux et abandonné par son père volage, un garçon et un
homme qui était resté proche de sa mère, puis de son épouse,
prenantfidèlementsoind’eles,unartistebril t tneiava talt le donant
été refoulé par de nombreuses craintes et une médiocre estime de

14

soi. Tout cela l’avait empêché de réaliser le rêve que son potentiel
auraitrendupos,dj t ralpsueé silègpriv le e’ edueslbinn arseusilu Pe.
prendre soin de mes parents pendant leurs dernières années de vie,
etje pusle faire avec un sentimentprofond etréelde
reconnaise quparcavaie j’na tec ,napaPac veavarup al tiaf sa xiap a
et que nous pouvions tous deux bénéficier des bienfaits du pardon.

Comment aurais-je pu imaginer que cet entretien douloureux, mais
bénéfique, avec mon père serait le point de départ d’un long et
fructueux cheminement de découvertes sur l’un des plierslesplus
fondamentauxdelafoichrétienne?Enefce aue t, n ’peasst -gcreâ
pardondeDieuquejepeuxêtreréconcliva el ceé sl pa-t-i N’aui ?
prisl’intiq emêm tnava renonrdpae mdee ivta? Ma euj eeld séri e
compréhension du pardon m’a libérée du tourment émotionnel qui
m’aurait minée, et m’a permis de considérer mon père comme
l’homme parfois obstiné, mais pourtant honorable, loyal et aimant
qu’ilétait.

Raressontceuxquin’ontaucun problème,aucunequestion
concernant le pardon. Ce livre a pour objectif de vous aider à
satisfaire l’engagementà long terme requispar lepardon.
L’afnodrap uuqilpmi om clae sienéhprnod elpsueiru siron dmati
éléments:

–cequ’estlepardonetcequ’iln’estpas;

– l’importance que la Bible donne au pardon et pourquoi ;
–la raison pourlaquelcterpeine de respevaut lae il
l’engagementà long terme du pardon (poursoietpour
l’ofenseur);

–enquoilefaitdeconnaîtrela«vérité»ouvre
l’empathieetaupardon;

15

laporteà

– la façon de se confronter dans la grâce, si besoin, de façon à ce
quelanégociationdupardonsoitac enu sedecahc ruop elbatp
deuxparties;

–enquoilarepentanceetlaconfesé ntsaion ceubirtno al à tn
mentaleetphysique;
– quel est le rapport entre la justice et le pardon ;
–enquoilamémoirecontribueànour nodrap el uo erlècoa lir;

– le pardon est un choix quotidien qui peut être efficacement
favorisé en restant mentalement dans le présent, grâce à la prière.

Plus important encore, ce livre a également pour objectif de rendre
la décision de pardonner durable sur le long terme. Même quand on
réust iaf à eric elxiohtu laf,ri noenrdpae delnniootmé te lennoitar
réusiràtenirsurladurée.Quesepast-e- silitère osnn eér ialp re
sonofense?Existe-t-ildescondtitria eec nednir réu êtrpourà sno
tenirunepromesonsua el moment avons-p edodra ? nuq Àe sez
pardonné?Existe-t-ildeslimitesaupardon?

Cet ouvrage consitue égalementun minimanuelde paix
intérieure. Historiquement, les religieux ont recherché la paix
intérieure au moyen de la méditation et de l’expérience mystique,
loin du vacarme du monde et de ses conflits. Grâce au pardon, on
peutobtenircetêm mett enemrsveeluob ud emêm ruix au cœe pa e
delaguerpromsus d JéQuane .id anits eugl ed setpaa , ix lila paix
éphémèrequelemondeprocure:«Jevouslais e,xiap alvous je
donne ma paix. Moi, je ne vous donne pas comme le monde donne.
Que votre cœur ne se trouble pas et ne s'alarme pas » (Jean14.27).
LapaixvientquandnouscroyonsréelementqueDieunousa
pardonné,quandnousconfesbielsee tafnos fautons ses,àlui,et
lesunsauxautres.

16

Jepriepourquelesréponsesfourniesici,tirées
laviequotidienne,contribuentàvousapportercet

LourdesMorales-Gudmundson

Riverside,Californie.

17

del’Écritureetde
tepaixintérieure.

INTRODUCTION

«Lepardonestleparfumquelarose
laisesurletalonquilapiétine.»
Anonyme

Récemment, en pasitantduanten revue plusieurslivrestra
pardon, j’ai trouvé plus de neuf cents entrées, uniquement sur le site
d’Amazon. Le pardon est devenu sujet de recherches scientfiqueset
de myriades de livres et articles, dans toutes sortes de journaux et
magazines,mêmepopulaires.

Pourquoi cet intérêt pour le pardon ? Il apparaît que le nombre de
livressurcesujetcroîtproportionneloitatnemgeua’tln eàm s den
conflits dans notre société et notre monde. La conviction que les
tradtionnelesréponsesviolentesauxagresoni’equ– s lessoient
personnelesoucolev sceits no –enpat ads téap eesd tslp ee su n
plus présente. Des concepts tels que la justice réparatrice, par
exemple,sugnte putsci aujedl ta srés ltsuqut lee nerèivenenous
satisfont pas. Les détenus sortent souvent de prison avec plus de

18

colère et de désir de vengeance que lorsqu’ils y sont entrés. De
nombreuses preuves basées sur l’expérience démontrent que le
pardon n’est pas seulement une bonne action religieuse, mais qu’il
est également bénéfique pour la santé mentale et physique.

Plusspécfiviod setsitnevdas ilt-enquement, pourquo iel shcéritne s
particulièrements’intéresaM eG crC ? uq eaujetce sr à eli,
rédacteur en chef de la revue asytia nTiotdyChri,écritaux
évangéliques en général s’applique également aux adventistes: «Les
protestantsdevraients’intéresu’ece q paruq,etéih à’lga eead rtnavle
estesentielà la négendance a ovsnt uq eonsut ee,uritcr’É là eegil r
en comparaison, par exemple, avec notre intérêt pour la croisance
del’Église,l’évangélisation,lesmis» (Gine a te snoirtcod alli,8).

Danssonéditorial,MarcGaliajoutequela«molesemorale»
qui caractérise l’Église d’aujourd’hui permet bien peu de distinguer
sesmembresdumonde,dansleursait .struoP uedets om crtpoenem
lui,ledéfiéthiquemajeurdel’égliseactuellevéd « reppodet ese
unemoralitéplusrigoureuseetréfléchie,cora lguridaon àntpseue r
et la réflexion de notre travail doctrinal et exégétique ».

BienqueMarcGalifas onneréfér etionques la ce àer ,routalt d e
peutfacilementappliquersonaf ertê-tution au irma’Cse tepapdrno .
parce qu’il fait appel à la mise en pratique de valeurs personneles
que l’on voit si peu dans le monde extérieur, que j’ai déjà entendu
un membre d’église remarquer qu’au cours du temps, le pardon n’a
pas été considéré comme une priorité dans l’Adventisme, au même
itre iorla cque ssitaoi nuom mê e le,isglélngva’écnaé’l ed e
l’habilementàl’église.

Pourquoi en est-il ainsi ? Tout d’abord, le pardon nécesiteune
sorte de vulnérablilics.Laimplique desrisques pubté qui
repentance,laconfeseid uoi,ne’l tapm eihuq –foi tnts ourtpa

19

procesusdepardon–signfigi aon ce trsrno eepm laena eu’unnt q
une autre. Peu de gens, et en particulier les chrétiens, aiment faire
connaîtrepubliquementleursereursmorales.

Lepardonimpliqueauss desqrii aQue se pnoensl .eu
sepsrsera-til si vous pardonnez votre conjoint infidèle et qu’il vous trahit à
nouveau ? Que se pasera-t-ilsivouspardonnez cecolègue
calomniateur qui vous fait mal voir par votre hiérarchie et risque de
vous faire perdre votre emploi ? La plupart des gens préfèrent
entersèt uo t : «aPdronfortables. Aprq setseusnoicni t eneon cer
oublie!».

Pourtant, il n’y a pas moyen d’y échapper : pour les chrétiens, le
pardon est un impératif moral, pas une simple question doctrinale
ouverteau débat.Lafaçon dontnousobservonslesabbat,la
conviction de l’importance d’être végétalien ou ovo-lacto-végétarien
sont des questions ouvertes au débat – au moins pour certains.
Même les sujets théologiques comme le jugement investigatif ou la
question de la foi par rapport aux œuvres peuvent faire l’objet de
discusion.

En revanche, le pardon est un impératif moral incontournable et
indiscutable.CommentcontesterlefaitqueDieu ainsituéle
christianisme et le plan du salut sur la base d’un acte de pardon, le
tout premier acte de pardon chrétien ? Ce premier acte de la grâce
divine se trouve au cœur même de la religion chrétienne. Sans cet
acte d’amour que nous n’avions pas demandé, face au rejet de Dieu
par ses créatures – l’homme et la femme –, il n’y aurait pas de
religionchrétienne,pasdeJésus-Christacomplisantlesacrfice
néces atae asbb le lat,cipu disel ,tulas eL .nordpae trnoà e irtoutce
à quoi nous donnons de l’importance en tant qu’adventistes seraient
totalement inutiles. Nous existons parce que Dieu nous a donné la

20

vie à la création, et alors que nous aurions dû mourir, il nous ofre
unevienouvele par le pardon s ndex oicra lur te ruevuaS erto
SeigneurJésus-Christ.Lemandatdupardonestsiesentielànotre
foique l’ignorerrevientà ignorernotre propre salut.Nous
pardonnons parce qu’étant pardonné, notre pardon est un acte de
grait qce nues ouonavup ed ruo ovrierec s àunnoontiet cçu, s re
gratuitement.

J’ai découvert que le pardon est le véhicule qui transmet la religion
quejeprofes em uaednonad les elqu’é jluvo,ee tuq iétomgine de
son authenticité. Il pénètre au plus profond de mon humanité, et a le
pouvoir de révéler la lumière que Dieu a placée en chaque être
humainvivantsurceteplanète(voirJean1.4).C’estcetelumière,
obscurcie par l’égoïsme et l’orgueil, qui est ravivée par le pardon de
Dieuetqui,pratiquéeparleschrétiens,peutilté des elr’ionpuamci
relationslesplusgravementdétruites.

En tant qu’Adventistes, nous croyons vivre les derniers jours de
l’histoiredumonde.Notrepasoi nsitagnléé’av de ientprov lurpon io
cetodsnp saonsur neque compte noitoP .oc ecivnusnoe ntaur, nt
noussommesausconfles quilits snen uone,totru api à sélep retiart
danslesfamil suds, grâce aux pricnpises laavetrue seel tan snoit
pardon qui peuvent ouvrir la voie à la propagation de l’Évangile. Il
arngil’Évae, esqu l àer htiméser tnetfne stna propres que nosiev
uniquement parce que notre cœur est dur et réticent à pardonner.
Les chrétiens peuvent-ils ignorer ces principes à l’époque où nous
vivons?Notreprédicationpeut-elec ed étilartner la cee évitte
doctrine chrétienne fondamentale qui ne s’applique pas seulement à
la réconcliauation entre lespécheursetDieu,maiss alà i
réconcliationentrelespécheurseux-mêmes?

21

Comme vous le savez sans doute par expérience personnele,
pardonner n’est pas facile. Tout d’abord parce que cela exige une
introspection profonde ethonnête, afinde découvri rnotre
vulnérablitéetnoserdeseurs.Ensuite,parcequ’au contraire
appareils électroménagers que nous pouvons acquérir, le pardon ne
donneaucunegarantiesileschosessepasenas n uo len.lI tamsure
pas que nous ne serons plus victimes de l’égoïsme d’un autre.

Alors, pourquoi pardonner ? Comme nous le découvrirons, notre
Dieu aimant nous invite à pardonner. Nous ne sommes jamais plus
misérables que quand nous refusons notre pardon, et jamais plus
heureux que quand nousle donnons.Autantla haineest
profondémentenracinée dansnotre caractère humain,autant
l’amour peut l’être dans notre psyché, et même plus encore. Lorsque
l’injusticebaremontons, nous rni c ehcmec el eden miheurmo’a l
pour construire le pont du pardon. Même toutes nos recherches de
justice sont des tentatives pour ouvrir de nouveau la route à l’amour,
carsansamour,nousmouronsdemilefaçons.

Bienqu’ilsoitcentraletesnotre fontiel à eel ,ecne ot neti stxi ere
pardon reste l’une des vertus chrétiennes les moins comprises. C’est
la raison pour laquel neeecelr ev ioe’rvsu sayan tdefaire
comprendrecequ’estuneofense,cequ’elc uaesd esyché ans la p
humaine, et comment le véritable pardon agit pour guérir l’esprit
humainblest Lé.èixued aitrap eme est une étude iblbqieuq iup ue
aider les chrétiens à comprendre combien la notion de pardon a été
négligée, et à quel point il est important de lui rendre sa place
centraledansnotreviepersonneleetcolective.

Ladernièrepartietraitespécfiquementdesdifér
jalonnentsucesivementlaroutedupardon.Leliv

22

entesétapesqui
reseconclutpar

unchapitresurlaprière,lemoyenparlequelnous
notrepromesedepardon.

seronsfidèlesà

Nousnegagneronscertainementpasunemédailer oiva ruop
pardonné à un parent négligent ou un conjoint infidèle. Néanmoins,
surlelongterme,c’estceta noisicéd ealid etimet inée epaisser
al iuilinfr ge qce’l rrtuaas el snqui nous identf’ulim rétireia teiera
commelesauthentiquesfilsetfilCelaee u. udsu idra pprlo eiDsed
joiedanslecielquemilebaptêmes!

23

COMMENT LE PARDON
GUÉRITUNEBLESSURE

Commentuneofensemeblese-t-ele?

Qu’est-ceexactementquelepardon,etcommentagit-il?

Pourquoidoit-onpardonner?

24