L

L'Islam et le Vivre ensemble en Afrique subsaharienne

-

Français
284 pages

Description

Cet ouvrage aborde, avec un regard pluriel, la problématique de l'islam et du vivre-ensemble en Afrique subsaharienne au cours de ces dernières décennies. À partir des recherches inédites et bien documentées effectuées dans plusieurs pays d'Afrique subsaharienne. Les auteurs montrent qu'une approche différente des relations d'échanges entre l'islam et d'autres confessions religieuses est possible pour l'invention des valeurs communes et la prévention de l'intolérance et du radicalisme religieux.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 avril 2019
Nombre de lectures 6
EAN13 9782140119620
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Cet ouvrage aborde, avec un regard pluriel, la problématique de l’islam et du vivre-ensemble en Afrique subsaharienne au cours de ces dernières décennies. Tout compte fait, les migrations anciennes et contemporaines ont partout donné naissance à d’importants processus de métissage, d’hybridation, de créolisation et d’interpénétration culturelle. Les mariages interreligieux se multiplient, les amitiés entre musulmans et chrétiens se nouent et se consolident, les échanges se font de plus en plus dense et les espaces communs de convivialité s’intensifient. Ces initiatives populaires qui se veulent inclusives et proactives font face à l’émergence des courants extrémistes, fondamentalistes et littéralistes qui voient d’un très mauvais œil la montée de nouvelles solidarités entre musulmans et chrétiens dans l’espace public. À partir des recherches inédites et bien documentées effectuées dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, les auteurs montrent qu’une approche différente des relations d’échanges entre l’islam et d’autres confessions religieuses est possible pour l’invention des valeurs communes et la prévention de l’intolérance et du radicalisme religieux. Ce livre s’adresse aux chercheurs et étudiants en sciences humaines et sociales mais surtout aux médiateurs et promoteurs du vivre-ensemble dans un contexte d’instrumentalisation tous azimuts de l’altérité religieuse.
Hamadou ADAMA est Professeur titulaire à l’Université de Ngaoundéré au Cameroun. Il enseigne l’histoire de l’islam en Afrique subsaharienne. Ses travaux actuels portent sur Islam et sociétés dans le bassin tchadien. Son dernier ouvrage paru est :Patrimoine et sources de l’histoire du Nord-Cameroun(L’Harmattan, 2016).
Dr. Drissa KONÉMaître-Assistant au Département d’Histoire de l’Université Félix est Houphouët-Boigny d’Abidjan en Côte d’Ivoire. Il s’intéresse aux dynamiques religieuses contemporaines, aux interactions entre religions et cultures africaines et à la montée de l’extrémisme religieux. Sa dernière publication est parue dans Mouckaga, Owaye, J-F., & Wanyaka, V., (eds.),Démocratie et/ou démocrature en Afrique noire ?, (L’Harmattan, 2015).
ONÉ
Etudes africaines
et Drissa K
SouDsAlMaAdirection de
Hamadou A
e
n
Série Religion
Sous la direction deHamadou ADAMAet Drissa KONÉ
L’IslametleVivresembleenAfriquesubsaharienne
L ’Islam et le V ivre ensemble en A frique subsaharienne
C ollection « É tudes africaines » dirigée par : Denis Pryen
Forte de plus de mille titres publiés à ce jour, la collection É tudes africaines fait peau neuve. E lle présentera toujours les essais généraux qui ont fait son succè s mais se déclinera désormais également par séries thématiques: droit, économie, politique, soci ologie, etc.
Paul A kogni, A rthur V ido, Didier Marcel Houénoudé, L e patrimoine historique au service du développement du Bénin, février 2019. A yrton A ubry - Préface De Frédéric Ramel, Le G5 Sahel. Le nouveau régionalisme sécuritaire en Afrique du Nord-ouest, février 2019. J ules Maps Bagalwa Mapatano, La décentralisation en Afrique au début du XXIe siè cle, réflexions à partir de l'expérience congolaise récente, janvier 2019. Raymond Matand Makashing, L'homme et la nature. Perspectives africaines de l'écologie profonde, janvier 2019. Pascasie Minani Passy, Burundi Les relations interethniques et intra-ethniques. E t la réconciliation ? janvier 2019. Claude Ozankom (Sous la direction), Philosophie et tradition sapientielle africaine. Hommage au Professeur Dominique K ahang'a Rukonkish, janvier 2019. J ean Somboro, Noms théophores et conception dogon de Dieu, janvier 2019. A déothy A degbinni, "Manger les terres sacrées" : les espaces du culte vodoun, nouveaux fronts d'urbanisation au Bénin, janvier 2019. Y aovi A kakpo - Préface de Gilbert Hottois, Le technocolonialisme. Agir sous une tension essentiel le,áÈو
Sous la direction de Hamadou ADAMAet Drissa KONÉ
L ’Islam et le V ivre ensemble en A frique subsaharienne
-
-
-
-
--
L es publications précédentes de Hamadou A dama
Nord-Cameroun : ancrage et ouvertures, Rhumsiki, Revue scientifique de la Faculté des arts, lettres et sciences humaines, université de Maroua, N°5, 2017 (sous la direction de). Patrimoine et sources de l’histoire du Nord-Camer oun, Paris, L ’Harmattan, 2016 De l’Adamawa à l’Adamaoua : Histoire, enjeux et perspectives, Paris, L ’Harmattan, 2014. L’islam au Cameroun : entre tradition et modernité, Paris, L ’Harmattan, 2004. Cameroun 2001, Paris, L ’Harmattan, 2002. (collectif) Un manuscrit arabe sur l’histoire du Royaume de K ontcha dans le Nord-è me è me Cameroun (XIX - XX siè cle), Institut des É tudes A fricaines, Université, Rabat, 2001. (en Mohamed V hierno Mouctarcollaboration avec T Bah).
© L ’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’É cole-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
ISBN: 978-2-343-17165-4 EAN: 9782343171654
Introduction
Hamadou A dama et K onéDrissa
Face à la montée des extrémismes et l’émergence des mouvements religieux exclusivistes en A frique subsaharienne, d’i ntéressantes initiatives issues pour l’essentiel de la société civile se font jour et gagnent du terrain en réinventant la fraternitéreligieuse entre musul mans et chrétiens. L e projet de cette initiative éditoriale est de dépasser les préjugés, les non-dits et autres allégations culturalistes dénuées de fondements pour interroger la nouvelle islamité en cours de construction dans de nombreuses régions de l’A frique subsaharienne et principalement dans les zones d’ex pression française. C’est de cette nouvelle islamité qu’il est question ici. Celle-là qui est faite de partage, de reconnaissance, de respect mutuel, de rencontres et d’ouverture et qui structure désormais les relations tout en œ uvrant à la construction et à la consolidation du vivre-ensemble dans des contextes pluralistes et compétitifs.
Il faut bien admettre qu’aujourd’hui, en marge de toute médiatisation et à côté de l’expansion de l’islamisme militant tant décriédu fait de la violence qui lui semble consubstantielle, on assiste un peu partout en A frique subsaharienne au développement d’un islam tolérant, accommodant, ouvert sur son environnement et à l’écoute des préoccupati ons contemporaines des fidè les et de leurs traditions plurielles. C’est un islam qui, pour l’essentiel, est né des mouvements migratoires récents, de la mi xité qu’engendre la cohabitation en zones urbaines et de la fraternisation entre musulmans et chrétiens. Cet islam là mérite une attention particuliè re compte tenu de la poussée démographique, des progrè s de la scolarisati on et de l’urbanisation croissante pour ne pas dire galopante des métropoles africaines. Dè s lors, plusieurs interrogations se bousculent. L ’émergence et la visibilité d’un tel islam est-il le résultat de la diffusion d’idées sécularistes venues d’outre atlantique et diffusées par des médias transnationaux ou alors serait-il le fruit de l’ingéniosité et de l’inventivité des musulmans subsahariens pour se rapprocher de leurs concitoyens non musulmans par delà les dénominations, les déclinaisons confessionnelles et cultuelles ? Il est difficile d’y apporter une réponse tranchée tant le débat suscite beaucoup d’émotions, de controverses, de critiques, du chantage parfois, des menaces. T oujours est-il, qu’ici et là, des compromis pratiques et réalistes émergent au-delà des positions doctrinaires voire doctrinales des uns et des autres. De mê me, la fraternisation entre musulmans et chrétiens gagne du terrain, les espaces de rencontres se multiplient, les acteurs religieux sont de mieux en mieux
7
outillés et enthousiastes au dialogue. T out cela appelle véritablement à une redéfinition de l’islamitéen contextes urbains afri cains.
À y regarder de prè s, plusieurs raisons militent en faveur du rapprochement interconfessionnel. L a violence islamiste devenue endémique dans le Sahel qui touche indistinctement musulmans et chrétiens, la mise en accusation de la propagande salafiste sous le couvert du réformisme wahhabite dans les régions méridionales, la (mass) médiatisation de l’information et la montée en puissance des nouveaux mouvements religieux charismatiques aux discours exclusivistes, voire suprématistes, contribuent -directement ou indirectement - au rapprochement entre musulmans et chrétiens. A vec ou sans l’approbation des pouvoirs publics, des autorités administratives et des dignitaires religieux, les édi fices musulmans s’ouvrent aux chrétiens, des chefs religieux musulmans franchissent les portes des églises, les carrés chrétiens sont aménagés à côtédes cimetiè res musulmans, les espaces de priè re pour des élè ves musulmans sont octroyés dans des établissements publics et dans ceux du privé confessionnel catholique et protestant, les mariages interreligieux se banalisent, des musulmans assistent leurs amis chrétiens dans l’organisation des funérailles, notamment lors des levées de corps et de nombreux chrétiens sont de plus en plus associés aux fê tes cultuelles musulmanes.
C’est donc en substance de cette islamité émergente qui est moins médiatisée et qui prône le respect mutuel, la reconnaissance réciproque, le bon voisinage et le vivre-ensemble que nous avons v oulu aborder dans le présent ouvrage. Nous avons privilégié les contributions des doctorants et jeunes docteurs parce qu’elles rendent admirablement compte des mutations en cours dans les relations entre musulmans et chrétiens pour réinventer, mutuellement, un cadre de vie apaisé, respectueux du bon sens et de la sacralitéde la vie humaine.
L ’idée, son esprit et sa pratique ne datent pas d’aujourd’hui. E n effet, les traditions musulmanes conservent encore de nombreux récits de rencontres entre musulmans et chrétiens depuis la fondation de l’Etat islamique à Médine immédiatement aprè s l’hégire en 622 jusqu’à nos jours, en passant par les périodes dynastiques, l’empire ottoman et les califats. L es chroniques des grands voyageurs transsahariens, les genres littéraires, les beaux-arts et les arts plastiques pour ne citer que ces quelques exemples témoignent du dynamisme de la collaboration entre musulmans et chrétiens à travers l’espace afro-asiatique et le temps. Ce dynamisme a souvent étéponctuépar des périodes d’incompréhension mutuelle qui se sont accompagnés de conflits plus ou moins violents, aggravant de fait l e fossé entre croyants musulmans et chrétiens. Cependant, depuis le Concile de V atican II (1962-1965) tenu au lendemain de la décolonisation et les grandes résol utions issues de ces
8
assises, un nouveau regard est né et de nouvelles initiatives ont été ouvertes dans le sens du rapprochement entre l’église cathol ique romaine et les autres confessions chrétiennes d’un part et, d’autre part, entre le catholicisme et l’islam.
Disparu en 1963 avant la clôture de ce concile œ cuménique, J ean X X II n’a pas eu véritablement le temps de mettre en pratique les résolutions qui seront entérinées en 1965. Ce sera l’œ uvre de J ean Paul II qui, incontestablement, est le pontife et véritable artisan de traduction concrè te de l’esprit œ cuménique issu des grandes conclusions dudit concile. Par ses nombreux voyages en terre d’islam, et notamment en A f rique subsaharienne, par ses rencontres des dignitaires musulmans, par ses prises de position sur les effets négatifs de l’impérialisme occidental dans les pays musulmans, J ean Paul II (1978-2005), dernier pape du 20è siè cle, est sans conteste celui qui a jeté les bases d’une fraternité nouvelle entre musulmans et chrétiens. L ’impact de son engagement fraternel reste d’actual ité longtemps aprè s sa mort dans de nombreux pays, à l’instar de la Côte d’Ivoire ou du Cameroun qu’il a eu à visiter. E n Côte d’Ivoire qui abrite une basilique de renom dans sa capitale politique Y amoussoukro, les enseignements issus du Concile de V atican II et mis en pratique par J ean Paul II ont considérablement facilité l’émergence des espaces de rencontres, de dialogue et de communication aprè s plus d’une décennie d’instabilité politique ( 2000-2011) engendrée, instrumentalisée et alimentée, du moins en partie, par des entrepreneurs religieux. Ce faisant, la mise en place des espaces d’interpellation des pouvoirs publics, de vérité et de dialogue s’est avérée indispensable. L a mutualisation des efforts par divers acteurs religi eux a contribué, précise A kabla Florentine A goh, à relever de nombreux défis et enjeux de la réconciliation entre musulmans et chrétiens. Du côté musulman, l’analyse menée par K oudbi K aboré et Boubié Bazié montre bien que l’enracinement des trajectoires religieuses et sociales des érudits dans la localité de Dori (Burkina Faso) est intimement lié à la présence chrétienne avec laquelle ceux-ci n’ont jamais cessé d’œ uvrer pour la construc tion d’un environnement sociopolitique apaisé entre musulmans et chrétiens. E n dépit du contexte colonial particuliè rement hostile à l’expansion islamique et les crises contemporaines qu’a connue ce pays, il reste que le dialogue avec les autres traditions religieuses n’a cessé de croître et de se multiplier. Dans cette optique et sur le registre d’ouverture aux traditions endogè nes, la contribution de Drissa K oné sur Damé, un village musulman en pays agni (Côte d’Ivoire) illustre parfaitement l’ingéniosité fonctionnelle des acteurs autochtones et leurs maniè res de faire au quotidien pour consolider le choix religieux des nouveaux convertis. E n revisitant la question du vivre-ensemble religieux à travers les phénomè nes de conversion et d’invention de nouvelles formes de sociabilité, il souligne l’importance de l’ethnicité et du culturel dans le processus de l’islamisation dans ce pays.
9