L

L'univers apocalyptique des sectes

-

Livres
294 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Voici un parcours complet, avec une approche pluridisciplinaire, psychanalytique, sociologique et anthropologique, dans l'univers apocalyptique des sectes. En comparant deux organisations sectaires originaires de cultures différentes, les Témoins de Jéhovah et les Moudjahiddines du peuple, l'auteur nous propose ainsi de comprendre, d'une part, ce qui motive ou pousse une personne à devenir adepte et, d'autre part, pourquoi et comment un homme se transforme un jour en gourou.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 octobre 2009
Nombre de lectures 233
EAN13 9782296237230
Langue Français
Signaler un abus

L'UNIVERS APOCAL YFTIQUE DES SECTES
UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE

@ L'Harmattan, 2009 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan l@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-09968-5 EAN : 9782296099685

Esmat T orkghashghaei

L'UNIVERS APOCALYPTIQUE DES SECTES
UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE

L'Harmattan

Psychanalyse et Civilisations Collection dirigée par Jean Nadal
L'histoire de la découverte de la psychanalyse témoigne que démarche clinique et théorie issues de champs voisins ont concouru, par étayage réciproque à élaborer le concept d'inconscient, à éclairer les rapports entre pathologie et société et à reconsidérer les liens entre le malaise du sujet singulier et celui de la civilisation. Dans cette perspective, la collection Psychanalyse et Civilisations tend à promouvoir cette ouverture nécessaire pour maintenir en éveil la créativité que Freud y a trouvée pour étayer, repenser et élargir la théorie. Ouverture indispensable aussi pour éviter l'enfermement dans une attitude solipsiste, qui en voulant protéger un territoire et préserver une identité, coupe en réalité la recherche psychanalytique de ses racines les plus profondes. Dernières parutions

Pascal HACHET, Le mensonge indispensable. Du trauma social au mythe,2009. Marie-Laure DIMON (dir.), Psychanalyse et politique. Sujet et citoyen: incompatibilités?, 2009. Louis MOREAU DE BELLAING, Le Pouvoir. Légitimation IV, 2009. Marie-Noël GODET, Des psychothérapeutes d'Etat à l'Etat thérapeute,2009. Albert LE DORZE, La politisation de l'ordre sexuel, 2008. Bertrand PlRET (sous la dir.), La haine, l'étranger et la pulsion de mort, 2008. André BROUS ELLE, L'oreille musicale du psychanalyste, 2008. Jean-Michel LOUKA, De la notion au concept de transfert de Freud à Lacan, 2008. Lucien BARRERE, Lesfantaisie de l'écriture, 2008. Guy AMSELLEM, Romain Gary, les métamorphoses de l'identité, 2008. M. BUCCHINI-GIAMARCHI, Essai de psychanalyse appliquée à soi-même, 2008. A. BARBIER et M. BOUBLI (dir.), Les enjeux de la psychanalyse aujourd'hui,2008. Pierre DELTElL, Justice, un extraordinaire gâchis, 2008. Nuno Miguel PROENÇA, Qu'est-ce que l' objectivation en psychanalyse. Sept lectures de Freud, 2008. Bruno FALISSARD, Cerveau et psychanalyse. Tentative de réconciliation, 2008.

TABLE DES MATIERES

Introduction

15 16 19 20 22 24 25 27 27 27 28 28 30 31 31 32 33 34 34 35 36 37 39 39 39 40 41 41 43 43 43 43 44 45 45 46 47 47

ABCDNotes:

La notion de secte aujourd'hui dans le monde L'expansion sectaire L'utilisation des valeurs sociales/religieuses sous une autre forme La typologie des sectes en France: l'enquête parlementaire de 1995

Partie 1 : La secte: un carrefour interdisciplinaire Chapitre 1 : Le mot de secte 1Approche étymologique 1-1 La notion de secte 1-2 L'étude comparative des notions suivantes: hérésie, culte et sociétés secrètes 1-2-1 La notion d'hérésie a- L'hérésie Arius et l'arianisme b- Les Manichéens c- Les Cathares 1-2-2 La notion de culte ou les mouvements religieux a- Le culte Mithra b- Le soufisme c- Les cultes musulmans Les Hachichines ou « Assassins» La secte Wahhabite 1-2-3 Les sectes et les sociétés secrètes 1-2-4 Les différents types de sociétés secrètes a- Les sociétés initiatiques Les Francs-Maçons La Rose Croix Les mouvements Templiers Les Ismaéliens b- Les sociétés secrètes de type politique Le Ku-Klux-Klan La Mafia 1-2-5 La secte ou les communautés totalitaires a- Les Mormons b- Les Luthériens 1-2-6 La notion d'association, une notion par défaut 1-3 Le témoignage de quatre religieux: un prêtre, un représentant sunnite, un rabbin, un bouddhiste 1-3-1 Jean Arnold de Clermont, président de la Fédération protestante 1-3-2 Philippe Haddad: rabbin, aumônier de la jeunesse au Consistoire de Paris

1-3-3 1-3-4

Dalil Boubaker, recteur de la Grande Mosquée de Paris Eve Apprill, psychothérapeute, administrateur de l'Union bouddhiste de France

48 48 51 51 51 52 52 53 53 54 55 55 56 56 56 57 57 58 59 59 59 60 60 61 62 63 63 64 65 67 68 71 75 75 75 76 77 77 79 81

Chapitre 2 : Différentes approches disciplinaires 2-1 Approche philosophique 2-2 Approche sociologique 2-2-1 Comment distinguer une église d'une secte selon Max Weber 2-2-2 Le religieux et la secte selon Troeltsch 2-2-3 Selon Le Bon 2-3 Approche psychiatrique 2-3-1 Selon Abgrall J. M 2-3-2 Selon Kemberg 2-4 La référence historique: les premières sectes désignées comme telles 2-4-1 Les Samaritains Les Pharisiens 2-4-2 2-4-3 Les Esséniens 2-4-4 Les Sadducéens 2-4-5 Les Sicaires, les Zélotes Les sectes baptistes 2-4-6 Chapitre 3 : Les difficultés liées à une définition juridique 3-1 Approche juridique 3-2Les difficultés liées à la défmitionjuridique du phénomène 3-3 Le pouvoir public face aux sectes 3-3-1 La protection judiciaire des mineurs 3-3-2 Sectes et totalitarisme 3-4 Le pouvoir public peut-il détecter une secte? 3-5 Des conditions générales d'existence d'une secte 3-6 Engagement des associations de défense: ADFI une association pour la défense des familles et de l'individu 3-7 Comment la secte considère l'extérieur? 3-8 La typologie des sectes selon le rapport parlementaire Conclusion première partie: le problème de la définition de secte Notes: Partie 2: L'appartenance à un groupe sectaire Chapitre 1 : Problématique de l'appartenance à une secte I-I L'appartenance délimite un espace culturel isolé et défensif. 1-2 La mise en état de sujétion (dépendance) 1-3 Les sectes et la recherche de pouvoir 1-4 L'argent et les sectes 1-4-1 Les groupes impliqués dans la prostitution 1-4-2 L'argent, Le travail 1-5 Le caractère dangereux du phénomène sectaire

8

Chapitre 2 : La secte et les trois métiers impossibles: Analyser, éduquer et gouverner 2-1 L'entrée dans un groupe sectaire 2-2 Le langage des sectes 2-3 La séduction et la souffrance: le chômage, la violence, la guerre 2-4 La transformation de l'individu soumis à une doctrine 2-5 L'investissement de l'individu dans un groupe sectaire 2-6 L'embrigadement progressif 2-7 La santé et la guérison 2-7-I La question des liens entre sectes et santé 2-7-2 Utiliser les thérapies classiques 2-7-3 Les pratiques médicales Conclusion de la deuxième partie Notes: Partie 3 : Les rapports existants entre les religions et les sectes, une approche anthropologie sociologique et psychanalytique Chapitre 1 : La présentation de deux mouvements sectaires apocalyptiques 1l'apocalypse selon deux mouvements 1-1 Les Témoins de Jéhovah 1-1-1 L'apocalypse, les fantasmes de la fm du monde 1-1-2 L'exégèse religieuse des textes sacrés 1-1-3 José, un Témoin de Jéhovah 1-2 Les Moudjahidines du Peuple 1-2-1 La dérive sectaire 1-2-2 Un masque politico-religieux 1-2-3 Des témoignages et la dangerosité de la secte 1-2-4 Les martyrs ou les guérillas de Dieu Chapitre 2 : Comment faire la différence entre les religions et les sectes? 2La transformation du champ religieux en dérives sectaires 2-1 La religion et le besoin de croire 2-2 Le fantasme d'immortalité 2-3 Les similitudes entre secte et religion à partir de la notion de dogme 2-4 Les divergences entre la religion et la secte à partir des exégèses religieuses des textes sacrés Le mythe et la formation du groupe sectaire 2-5 2-5-1 Les Héros mythiques comme ciment de la secte 2-5-2 La fonction du mythe dans la vie sociale, hier et aujourd'hui 2-5-3 L'amour entre père et fils chez les Iraniens: mythe persan 2-5-4 L'apocalypse de saint Jean 2-5-5 Le mythe du héros et les martyrs: cas de la secte des Moudjahidines du Peuple Les interdits, un mode de relation sécurisant 2-6 dans le fonctionnement sectaire L'importance du dogme, rites et mythes 2-7 comme ciment du groupe sectaire L'importance du rite dans la secte 2-8

83 83 83 84 86 86 87 88 89 90 91 93 94

95 99 99 99 100 101 103 106 107 109 110 112 115 115 117 122 124 125 128 129 130 134 139 140 142 143 143

9

2-8-1 2-8-2 2-8-3 2-9

La circoncision La virginité Les prostituées sacrées Le point de rencontre entre anthropologie et psychanalyse: ritualité, transmission, tension identitaire

144 146 150 153 155 155 156 156 157 158 159 160 162 165 169 169 170 176 178 179 183 189 191 193 195 196 198 199

Chapitre 3 : La religiosité 3-1 La croyance religieuse et la religiosité 3-1-1 La religiosité 3-1-2 Quelles sont les fonnes de croyance religieuse? 3-2 Une religiosité pathologique 3-2-1 Les traits de caractère de la religiosité 3-2-2 La religiosité aveugle 3-2-3 Dictature de la raison: fanatisme Notes: Partie 4 : Approche psychanalytique du fonctionnement sectaire Chapitre 1 : Le fonctionnement pathologique du groupe 1La secte: une pathologie de groupe I-I L'illusion groupale 1-2 Le lien sectaire par une identité doctrinale ] -3 La secte, un groupe paranoïaque 1-3-1 Le monde: sa fm et son sauvetage une projection 1-3-2 Le sentiment de persécution 1-4 La vie affective des groupes sectaires 1-5 La relation d'objet d'amour et de haine 1-6 De l'emprise à ]' aliénation 1-6- ] La soumission ] -6-2 La relation passionnelle entre gourou et adepte 1-7 L'aliénation groupale et la psychose 1-8 La secte: un nouveau refuge

Chapitre 2 : L'engagement et le passage à l'acte 203 2-1 L'engagement 203 2-2 Le passage à l'acte 205 2-2-1 Le suicide 206 2-2-2 Le suicide ou sacrifice: la folie d'une emprise 208 2-2-3 Le masochisme et le désir d'autodestruction: les conduites suicidaires 211 2-2-4 Joël 216 2-3 Sous l'emprise de la haine et la pulsion de mort 218 2-3-1 Le terrorisme et la pulsion de mort 220 2-3-2 L'assassinat politique 222 Chapitre 3 3-1 La 3-2 La 3-3 Le 3-4 Le : Les mécanismes sectaires séduction suggestion lien mère/enfant: la régression lieu symbolique: une référence à un DieulPère 10 223 223 225 227 229

3-5

Le transfert: la relation entre le gourou/Père et l'adeptelEnfant

230 233 233 234 235 236 236 240 244 245 245 248 248 250 254 255 257 259 261 262 262 264 265 266 267 272 279 283

Chapitre 4 : L'identification pathologique 4-1 Pourquoi devient-on l'adepte d'une secte? 4-2 Exemple clinique: Monique 4-3 L'identification pathologique 4-3-1 La secte et le sentiment d'insécurité 4-3-2 L'identification projective comme modalité centrale de transmission psychique inconsciente 4-3-3 L'identification pathologique du narcissisme et la place de l'idéal du Moi dans la secte 4-3-4 L'identification à l'agresseur Chapitre 5 : Le gourou 5-1 Qui est le gourou? 5-1-1 Le roman familial du gourou 5-1-2 Le roman familial du fondateur des Témoins des Jéhovah 5-1-3 Le roman familial et la trajectoire sociale de Rajavie 5-2 Le processus pathologique chez Rajavie 5-2-1 La maltraitance 5-2-2 La culpabilité ou la honte 5-2-3 Les délires de structure paranoïaque 5-3 Les caractéristiques du gourou 5-3-1 La mégalomanie 5-3-2 La dimension homosexuelle 5-3-3 La dimension sadique 5-3-4 La perversion ou l'infection de la pensée ADe la soumission de l'adepte à son contrôle: l'aliénation BL'exploitation sexuelle de l'adepte ou la perversion sexuelle Notes: Conclusion Bibliographie

11

Nous vivons dans une période où le réveil du religieux s'accélère et où plutôt, un besoin du religieux émerge d'une fi"ange importante de la population. Celle-ci a été sevrée de religieux aussi bien par la laïcité de l'État, de l'enseignement que par les médias indifférents, voire ironiques quand ils abordent le sujet. L'individu découvre qu'il n'a pas besoin uniquement de confort matériel mais aussi de satisfactions d'ordre spirituel. Il sent un déséquilibre entre ce qu'il a poursuivi jusqu'alors et ce qu'il découvre comme devant être la totalité de son être. Dans ce sens, les sectes ouvrent les bras à ces déboussolés. Le New Âge offre des techniques miracles pseudo scientifiques et le spiritisme, roi de l'irrationnel reprend vigueur. Les « sectes» sont un sujet largement médiatisé en particulier depuis les « suicides de l'Ordre du Temple solaire dans le Vercors ». Avec cette ouvrage, présenté comme thèse de psychanalyse intitulée La notion de secte en 2007 à Jussieu, j'ai voulu proposer un autre regard, très différent de ce qui a été produit jusqu'ici, à savoir un regard psychanalytique et anthropologique sur les sectes. Certes, la notion de secte avait été pressentie, de longue date par de nombreux philosophies, historiens, sociologues anthropologues et psychologues mais derrière l'apparent polymorphisme de l'ouvrage, trois thèmes principaux peuvent être discernés: les mouvements sectaires, la psychopathologie des groupes et la psychanalyse culturelle. Dans tout le cours de cet ouvrage, nous avons insisté sur le rapport étroit qui semble exister entre les mouvements sectaires et les pensées qui poussent les individus à accepter de se transformer en guérilla de la mort. J'ai, ici, amené et traité un certain nombre de points limites de la psychanalyse. Ces points laissent à chacun le soin de la mise à l'épreuve et la critique, comme celui de combler éventuellement les chaînons manquants. Ce livre est un ensemble de textes qui font boucle et qui manifestent mon opinion sur la recherche psychanalytique en proposant un certain nombre de témoignages.

Introduction

Depuis l'antiquité jusqu'à nos jours, les sectes ont été définies en opposition à la religion et s'inscrivaient dans une dichotomie secte minoritaire/église majoritaire. Cet argument, pour nous, n'est plus actuel. Aujourd'hui, les sectes se propagent sur différents champs idéologiques. Elles proposent des formes de pensée élitistes en utilisant des moyens qui relèvent davantage d'une pratique inquiétante que de religion. Ces groupes sectaires s'intéressent au pouvoir. La manifestation de la secte Moon pour défendre les américains dans la guerre du Vietnam, « Le Temple du peuple» à l'origine de l'assassinat du sénateur Ryan et de plusieurs journalistes, l'assassinat de nombreuses personnalités iraniennes par la secte des « Moudjahidines du Peuple» en Iran et hors de l'Iran, nous obligent à nous questionner sur le bénéfice de ces actes et sensibiliser le public sur les dangers de ces organisations sectaires. La diffusion des sectes nous révèle combien les aspirations de l'homme d'aujourd'hui face au sacré, à la religion, sont dominées par le doute et l'incertitude. Certaines sectes vident et déforment le mystère révélé et construisent d'une manière arbitraire le mystère divin. Les religions établies sont à l'origine de certaines sectes dans le sens où des groupes se sont détachés du tronc commun sous l'influence de meneurs. Les formes traditionnelles continuent toutefois à exister. Mais elles sont par ailleurs affectées, comme par le passé, de mouvements de scission interne. Les sectes représentent des hérésies modernes. Les mouvements gnostiques, ésotériques fondés sur la tradition, font un retour remarqué. Les formes archaïques religieuses comme la magie, la sorcellerie et le satanisme reviennent sous d'autres formes pratiquées par des groupes organisés. Les drames dans les sectes comme le suicide collectif, nous amènent à réfléchir sur la personnalité des adeptes. Pourquoi des hommes et des femmes qui sont insérés dans la société, basculent à un moment donné dans une sorte de folie. La question de la secte mérite donc d'être examinée avec un soin tout particulier. Mais cet examen exige que nous nous entendions sur la notion de « secte» tout d'abord, puis sur le lien sectaire qui est un type de rapport entretenu par un mode de pensées, des actes et des situations qui va suspendre toute initiative et aliéner le sujet à une règle incontournable et persécutrice. Selon notre époque, la culture les données sociales et ceux qui bénéficient du processus d'intégration sont majoritaires. Mais il existe des groupes sectaires qui peuvent infléchir la société dans le sens de leur solution synthétique. De fait, une question fondamentale se pose: pourquoi? Pour tenter d'y répondre, nous nous appuyons sur l'étude des relations entre les gourous et les adeptes. L'approche dynamique des relations entre gourou et adeptes donne peutêtre la clef des suicides collectifs. Quand le gourou doute de sa mission, les adeptes sont là pour le confirmer. Les adeptes se transforment au sein du groupe par acquiescement à

son idéologie. Ils doivent abandonner leurs pensées et leurs motivations personnelles pour se mettre au service des intérêts de la secte. Dans notre recherche, nous nous sommes intéressés à l'aspect pathologique de ces mouvements: aux mécanismes d'emprise, à leurs conséquences sur la personnalité et aux relations de l'adepte au gourou. Comment ces structures fonctionnent-elles? Quelles armes de séduction sont utilisées? Quelle place y tiennent le gourou et son charisme? Que faut-il penser de cette fameuse « manipulation mentale» qu'il exercerait sur ses adeptes? En étudiant le rôle de la structure groupale qui favorise la régression ou la transgression, nous trouvons dans les groupes sectaires une structure paternelle. L'emprise, l'aliénation et la perversion sont des thèmes que l'on abordera pour analyser le fonctionnement d'une secte. Ces thèmes ne sont-ils pas liés à la notion de pouvoir ? Avant donc de répondre à toutes ces questions, appuyée d'informations provenant de sources diverses, de rencontres au sein d'associations et de personnes de différentes religions, il nous faut tout d'abord montrer quel est l'état des lieux des sectes à ce jour.

A- La notion de secte aujourd'hui

daus le monde

La notion de secte change d'un continent à l'autre. Ce qui peut être une secte dans les pays occidentaux est considéré comme une religion dans son pays d'origine ou inversement. S'agit-il là d'une question de majorité et minorité? Une dérive religieuse? Peut-on dans un groupe minoritaire, influencer quelqu'un au point de l'amener à modifier en toute liberté ses idées, ses décisions ou son comportement jusqu'à la rupture avec la réalité? Pour vous rappeler: La secte « AUM » a utilisé un gaz mortel dans le métro de Tokyo. Nous avons en tête le suicide collectif des 923 membres du « Temple du Peuple» à Guyana en 1978. La mort de 53 membres de la secte du « Temple Solaire », suicidés ou assassinés en Suisse et au Canada en 1994. Trois immolations d'adeptes de la secte « Les Moudjahidines du Peuple» en 2003. La mort de 88 membres de la secte des « Davidsoniens» (1) à l'issue d'affi"ontements avec la police du Texas en avril 1993. Les travaux sur le phénomène des sectes au Canada et aux États-Unis mettent ces nouvelles religions en rapport avec l'église catholique et la religiosité populaire. La majorité de ces sectes sont basées aux États-Unis et on soupçonne pour un certain nombre d'entre elles un lien avec les services secrets des États-Unis et notamment la CIA. En octobre 1998, le président Bill Clinton a signé une loi sur la liberté religieuse dans le monde. Ce texte préconise des sanctions américaines contre les États qui selon Washington, pratiqueraient la persécution religieuse. 16

Les États-Unis, terre promise des « minorités religieuses », préfèrent parler de « dénominations ». Ils dénombrent jusqu'à 20000 dénominations. Ces mouvements sectaires sont en majorité caractérisés par des thèmes de l'Évangile, apocalypse et millénaristes. La présence du dualisme entre le mal et le bien a une place très importante parmi ces sectes (manichéisme). Il est nécessaire de vous rappeler que les États-Unis sont le résultat de mouvements migratoires forcés de différents groupes ethniques irlandais, anglais, français, espagnols et allemands qui avaient été chassés ou avaient fui notamment des persécutions religieuses (arianisme et manichéisme). Le mouvement de la « Christian Science », une secte guérisseuse qui a été fondée en 1886 par Mary Baker Eddy, se consacrait à guérir par des moyens spirituels et principalement la prière. D'autres sectes guérisseuses comme les « crudivégétalistes » ou « naturocrates» militent pour une alimentation composée uniquement de légumes crus. En 2000, les Jeux Olympiques se sont déroulés dans la ville de Salt Lake City aux ÉtatsUnis dans laquelle le mouvement sectaire « Les Mormons» règne. Dirigés par un prophète et des apôtres, aujourd'hui, ils sont plus de 6 millions dans le monde. On parle souvent de « La Scientologie ». Ronald Hubbard est le fondateur de cette secte aux États-Unis. C'est une secte américaine qui travaille sur « le développement personnel et la thérapeutique mentale ». A la base de la doctrine, le livre d'Hubbard, La Dianétique (2), science moderne de la santé mentale, apprend comment développer son esprit pour mieux agir sur son corps. Il existe un tableau statistique indiquant le nombre des Scientologues dans le monde entier. « L'église de Scientologie » propose un chiffre de plus de 20000 membres en France et I0000 en Suisse mais nous pensons que le nombre réel doit être bien inférieur à ces chiffres. En Asie, aux Philippines et particulièrement au Japon, existent des mouvements religieux qui fonctionnement dans les contextes culturels locaux ainsi de nouvelles religions sont apparues au 19èmesiècle. Certaines sont bouddhistes, d'autres s'inspirent des conceptions shintoïstes. Le 20 mars 1995, par son attentat au gaz dans le métro de Tokyo, la secte « ADM », nous a fait penser à une secte apocalyptique. Cette secte compte 9000 membres au Japon et 30000 en Russie où sa présence est plus récente. Elle est propriétaire de deux entreprises dont une de réparation automobile. Partout, elle dispose d'une main d'œuvre de qualité et jeune. En Corée, la secte « Moon» est très connue. C'est la seule secte coréenne à avoir réussi à occuper une place en Occident. La secte anti-communiste « Moon» s'est implantée sous les statuts de la SCI « la restauration » en France. Son fondateur est Sun Myung Moon. Ce nom signifie en anglais: Sun = Soleil et Moon = Lune. C'est une secte politico-religieuse. Sa doctrine est basée sur des principes divins selon lesquels Adam et Eve auraient dû fonder la première famille centrée sur Dieu et son Idéal d'amour. Ainsi, ils auraient réalisé un monde de bonté mais ils eurent une relation illégitime avec Satan en excluant Dieu. De ce fait, les hommes établirent un monde déchu centré sur Satan. Selon le fondateur de Moon: « Centrés sur l'idéal des vrais parents, tous les hommes et 17

toutes les femmes au moment du second avènement ont la possibilité d'effacer les effets du péché originel dans leur lignage ancestral et d'établir eux-mêmes une famille centrée sur l'idéal de Dieu». Le mariage occupe une place centrale dans l'église de «Moon». La secte impose la chasteté et préconise des mariages entre membres dont il bénit l'union. La photographie des milliers de couples bénis par le «Père» (3) a fait sensation dans le monde entier. La secte forme une «famille parfaite» et préconise une vie ascétique dans un climat communautaire où règne la prière. Selon J.F. Boyer, cette secte utilise ses adeptes dans les événements politiques. Les moonistes « pour sensibiliser les Nations Unies à la cause sud-coréenne, « Père» ira jusqu'à organiser, en pleine session de l'assemblée générale d'octobre 1974, un jeûne public de sept jours face au bâtiment de l'organisation internationale. f..']' Six cents «frères et sœurs» du monde entier y participeront f..,], Grâce aux actions des membres de l'Église de l'Unification, la Corée du Nord a été défaite. Les Nations Unies ont décidé de rester en Corée du Sud» (4). En 1975, les moonistes ont manifesté à Washington pour soutenir l'Amérique dans la guerre du Vietnam. En Amérique latine, le Brésil est une terre fertile des religions afro-américaines et du catholicisme populaire. Le Brésil est également un foyer actif du spiritisme et des pentecôtismes. La notion de secte est aussi un problème dans les pays d'Amérique latine tel que le Chili où le dialogue est en cours avec les pentecôtistes. On évite de les appeler « sectes». En Europe, nous nous trouvons dans une situation tout aussi complexe. Les sectes d'origine chrétienne s'y sont répandues après la seconde guerre mondiale. Les sectes « New Âge» sont majoritairement de provenance orientale. Elles se sont développées en Amérique du Nord tout d'abord pour ensuite s'implanter en Europe dans les années soixante dix. En Angleterre, «Inform», le réseau d'informations sur les mouvements religieux est une organisation qui bénéficie du soutien fmancier du ministère de l'intérieur. Cette organisation a répertorié plus de 1700 groupes. Eileen Barker, la présidente de l' « Inform» explique que « Sectes, religions minoritaires ou nouveaux mouvements religieux, aucun terme n'est vraiment le bon. Nous essayons d'être le moins péjoratif possible f...], Il est préférable de commencer par une définition neutre et d'enquêter ensuite pour savoir si tel ou tel mouvement représente ou non un danger potentiel. Des définitions ne sont pas plus ou moins vraies, elles sont plus ou moins utiles ». (5) En Afrique, les mouvements sectaires se développent rapidement. Des milliers de prophètes sont déjà apparus depuis le siècle dernier. Certaines régions du ZaIre fortement enracinées dans leurs cultures ont connu une évangélisation intense et comptent beaucoup de sectes. En Afrique occidentale, les sectes se sont développées principalement au Nigéria, au Ghana et au Libéria. En Afrique orientale, nous trouvons le mouvement politico-religieux de « Mau Mau» au Kenya. L'Inde est un véritable conservatoire des sectes les plus obscures. Parmi elles, nous pouvons trouver « Les Sikhs» qui ont fait ces derniers temps la « une » des journaux. 18

En 1984, ils assassinent le premier ministre de l'Inde, Indira Gandhi. Le problème actuel de la religion en Inde est l'incompatibilité entre les différentes versions de l'hindouisme; la différence entre secte et caste. Par exemple la secte « Kali », la noire, est un culte de Shiva. « L'association internationale pour la conscience de Krishna» est une secte créée en 1938 par un directeur d'usine retraité, Abday Charan. La secte sunnite « Wahhabite », soutenue par Washington, est semblable au groupe des Talibans en Afghanistan. « Al Qaida» est une branche de la secte « Wahhabite ». La secte la plus importante en Isra~l est « La Kabbale» (6). Cette secte provençale a pris de l'ampleur après l'expulsion des juifs d'Espagne. C'est une secte apocalyptique qui annonce la fin des temps pour l'avènement de l'âge d'or et de la plénitude retrouvée. « La Kabbale» a une grande importance parmi les sectes actuelles. Nous avons présenté les différentes sectes dans le monde mais ce qui est frappant aujourd'hui, c'est l'expansion sectaire. Est-ce que l'économie et la liberté sont des raisons de cette expansion?

B-

L'expansion sectaire

Le changement de mode de vie et la modernité se situent à deux niveaux: le passage de l'artisanat à l'industrie alors que le second est politique c'est-à-dire la démocratie. L'adaptation de l'Homme aux conditions de vie actuelles est très difficile. Dans les grandes villes modernes, les rythmes infernaux et la modernité engendrent un stress pesant tandis que dans les campagnes, ce sont l'isolement et souvent l'inadaptation qui produisent des effets semblables. La peur de l'avenir et l'aggravation des conditions économiques sont des difficultés qui font que les individus se retrouvent dans l'impossibilité de s'adapter à notre société et à la modernité. Le chômage par exemple n'est jamais appréhendé sous l'angle humaniste. Selon Marx, c'est le capitalisme qui est au cœur de ces changements dans la société. Autrement dit, dans le monde moderne, le profane a été délaissé au profit d'un autre système, celui de la science qui ne partage pas souvent les présupposés religieux. C'est pourquoi les religions traditionnelles sont confrontées à une perte d'influence. Par exemple, le christianisme est de plus en plus tourné vers les modèles américains. Par conséquent, ces individus fragiles, mal aimés peuvent tomber dans un état dépressif suite à une perte, une déception amoureuse, une difficulté d'insertion dans le tissu social, un échec ou un conflit familial ou professionnel. Ils sombrent dans des crises d'angoisse et une détresse, réunies sous la bannière de la frustration, du malaise qui leur font rêver un monde meilleur qu'ils voudraient conforme à leurs désirs et utopies. Les grandes religions ne sont plus les seules institutions à pouvoir offrir aux hommes des réponses sur le sens de leur existence. Les sectes leur font concurrence. Dans un passé proche, les religions offraient des réponses aux croyants. L'inquiétude religieuse secoue vigoureusement les mentalités occidentales comme une lame de fond. Les 19

carrefours de croisade des cultures et la rencontre de religions différentes sont des raisons qui obligent l'individu à se poser des questions fondamentales comme: Dieu existe-t-il ? La dimension constitutive de l'Homme s'exprime par des phénomènes religieux qui se présentent par le sacré et des rites religieux. Les individus ne croient ni plus ni moins aujourd'hui qu'hier. Le progrès des sciences et de la technologie n'a pas toutes les réponses aux grandes questions existentielles. Mais, aujourd'hui, nous sommes confrontés à des enjeux de connaissance nouveaux et le rapport de l'Homme à la nature technologie, au savoir scientifique qui placent les religions en porte-à-faux dans la culture contemporaine. Le développement actuel des sectes représente non seulement une menace individuelle mais aussi une menace pour nos sociétés. Certaines sectes fonctionnent comme des lieux d'expérimentation sociale. D'autres sont en train de conquérir des pans entiers de la société. Elles ont choisi de vivre « autrement». Les sectes sont là pour répondre à ces personnes en situation de fragilité. Elles leur proposent un monde meilleur, un processus de guérison idéal et par là même les séduisent. Ce qui constitue la différence historique entre passé et présent, c'est le « business» dont la secte «Moon» et «L'église de Scientologie» sont les géniaux précurseurs. Ces sectes de toutes obédiences par le biais des centres culturels, des ateliers d'art, de chant et de théâtre, créent une nouveauté attirante. Les victimes s'engagent avec confiance sur des chemins philosophiques, religieux ou culturels et se laissent entraîner dans un tourbillon de cérémonies, de rites, de parcours initiatiques et de transes. C'est en se laissant guider que le sujet espère avoir des réponses nouvelles à sa quête spirituelle. Le gourou amène progressivement les nouveaux adeptes à l'abandon de leur sens critique, leur volonté et leur liberté. Les croyances sur lesquelles s'appuient les gourous sont le plus souvent calquées sur une religion traditionnelle qu'ils réinterprètent afin de soumettre l'adepte.

c-

L'utilisation

des valeurs sociales/religienses sous une autre forme

Le contexte culturel d'un continent à l'autre est différent. Les hommes, dans cette ère industrielle et capitaliste, cherchent une dimension spirituelle, ce qui explique le retour du religieux. La culture est la sphère symbolique de notre existence que l'on met en œuvre dans la religion, l'idéologie, la langue et l'art mais ces symboles peuvent être utilisés pour justifier ou pour légitimer une violence directe. Le manque de repères, la peur de l'avenir, la question de la mort et le refus de l'évolution du monde sont un créneau que tentent d'occuper les sectes. En investissant dans le champ culturel, politique ou sportif: elles apportent des réponses à ces questions actuelles sous forme de certitudes. Pour attirer les adeptes de toutes les couches de la société, les sectes développent des stratégies de séduction. Ainsi, elles multiplient les promesses et présentent un masque irréprochable culturel, religieux et thérapeutique en dissimulant les pièges de 20

l'embrigadement. Pour le sujet, dont le monde a perdu sa cohérence, toute insertion dans un monde alternatif est conditionnée par l'adoption d'un conformisme aveugle et total au modèle prôné par un «gourOU)) détenteur de certitudes absolues. Dans ce manque, le gourou a un rôle important pour lier les disciples. Il offre une nouvelle vision de soi, de l'humanité, de l'histoire, de la religiosité. Il promet le commencement d'un nouvel âge ou d'une nouvelle ère. Les sectes offrent une mission concrète pour un monde meilleur. Les sectes semblent vivre pour ce qu'elles croient avec une conviction et un engagement puissants. Elles les aident à réinterpréter, à réaffirmer leurs propres valeurs et à affronter les angoisses. Elles imposent souvent leurs propres normes de pensée par des techniques et des méthodes qui sont souvent une combinaison d'affection et de déception. La destruction des valeurs des structures sociales naît naturellement de la recherche d'une solution face aux inquiétudes du sujet telles que le chômage ou les menaces d'une guerre nucléaire. Le sujet se sent frustré, sans foyer, sans protection et sans espoir. Dans ce contexte, les individus réagissent agressivement sous de nombreuses formes d'aliénation qui pourraient répondre aux questions soulignant fortement un bon nombre de déficiences ou d'inadaptation dans la vie. En diabolisant l'extérieur, le mythe du complot universel persécuteur, de même que la pratique du« bouc émissaire)) engendre une agressivité légitime. Le danger destructeur de ces groupes pour les individus, pour les institutions et pour la culture est extrême et ne doit pas être sous-estimé. Depuis quelques années, on assiste à un spectaculaire élargissement de la palette des offres spirituelles et à la multiplication de groupes offrant des nouvelles formes de religiosité. Dans un discours contre les mouvements sectaires, Jean-Paul II déclarait que «Le phénomène des nouveaux mouvements religieux est d'une certaine façon le signe d'une réaction contre la culture séculière dominante et d'une nouvelle recherche de dimension spirituelle dans la vie des personnes ». En 1999, après la parution de l'édition de l'encyclopédie des religions américaines, un ouvrage de référence, recensait plus de 2300 groupes. L'auteur a confié avoir découvert, grâce à des recherches sur Internet, plus de 300 groupes supplémentaires. Il est de plus en plus fréquent de voir les disciples papillonner d'un maître à l'autre en s'alimentant grâce à des sources spirituelles différentes. «L'église de Scientologie)) est un mouvement thérapeutique. La secte, prônée par Ronald Hubbard, s'impose comme une figure marquante du 20èmesiècle. Les méthodes de purification de la secte s'inspirent du courant spiritualiste. La secte s'octroie les principes initiatiques prônés par les grandes religions. Les mouvements pentecôtistes apparaissent aux États-Unis au début du 20èmesiècle. Ils se développent ensuite en Europe anglo-saxonne avant de s'implanter en France. Le pentecôtisme échappe à l'attente messianique et cherche à vivre l'Évangile à la lettre. Ces mouvements sectaires se préoccupent plus des manifestations miraculeuses qui sont un pouvoir reçu en échange du don du cœur fait au Saint-Esprit. Le baptême est la condition d'accès à la communauté. Ils utilisent les techniques de la transe, ce qui engendre un climat dramatique autour des miracles de survenue. 21

La cérémonie se déroule en deux parties au cours desquelles la transe diffuse s'empare progressivement de l'assemblée. La première phase est consacrée à la lecture évangélique, souvent ponctuée d'« Alléluia» avec des manifestations émotionnelles et affectives. La seconde phase est celle des témoignages et de la guérison. Elle marque le summum de la transe et l'irruption miraculeuse. Les crises de possession se multiplient dans l'assemblée et les adeptes commencent à s'exprimer en langues étrangères qui leur sont inconnues. Si la doctrine des sectes se fonde sur des valeurs sociales et religieuses, c'est parce que les avantages de cette apparence sont moraux. La secte donne ainsi une image d'elle honorable et respectable. De plus, depuis la ratification de la déclaration des Droits de l'homme et du citoyen de 1789, le pouvoir public reconnaît et garantit la liberté de pensée. Cette loi a permis aux sectes de se développer sous le prétexte de la liberté. C'est pour cela qu'il ne faut pas attendre une définition juridique. En 1995, le rapport d'Alain Vivien fait le constat sur le danger et le développement du phénomène sectaire.

D-

La typologie des sectes en France:

l'enquête parlementaire

de 1995

Le rapport de Vivien constitue un nouveau signal d'alarme sur le phénomène sectaire. Il montre l'implantation des sectes en France: à Paris, dans le Bas-Rhin, les Bouches-duRhône, l'Indre-et-Loire et la Haute-Savoie. D'un point de vue quantitatif, on constate une augmentation du nombre des sectes et un maintien du nombre des adeptes. D'un point de vue qualitatif, on observe différents types d'organisations sectaires et une très forte diversification de leurs objectifs. Les grandes multinationales comme « Les Témoins de Jéhovah », « La Scientologie » et « Moon» sont très présentes. Selon le dernier rapport parlementaire Les sectes et l'argent, les sectes ne sont pas à banaliser mais sont une réalité dangereuse contre laquelle il faut se prémunir et se défendre en mobilisant l'opinion et la force publique. La typologie des mouvements établie en 1995 nous cite treize natures de groupes sectaires classés en fonction de leur objet principal. Le rapport parlementaire de 1999 maintient cette liste en soulignant l'évolution vers une déspécialisation pour les sectes multinationales comme « Les Témoins de Jéhovah» et « La Scientologie » : Les alternatives qui préconisent une organisation radicalement différente de la société. Les apocalyptiques: elles prédisent un prochain cataclysme planétaire et offtent à leurs adeptes les moyens d'y échapper. Certains gourous, pour consolider leur pouvoir, recourent à la perspective du sacrifice sublime, comme Raël en 1996 ou annoncent une fin du monde toute proche comme l'a fait« Saï Baba », fondateur du mouvement « Human universel Energy». Les Évangéliques: elles représentent les émanations extrêmes des églises réformées, dans lesquelles le pasteur joue le rôle du gourou. Les guérisseuses: elles proposent des thérapies faisant appel à des procédés irrationnels ou peu scientifiques pour vaincre les maladies incurables comme le Sida ou le cancer.

22

Les Sataniques et lucifériennes: elles annoncent l'arrivée de Satan et se livrent pour cela à des profanations et des messes noires. Les occultistes: elles pratiquent les sciences occultes comme la sorcellerie ou la magie noire. Les Syncrétistes : elles mélangent les ingrédients de traditions spirituelles très différentes. Les ufologiques ou soucoupistes: elles prétendent entrer en communication avec les extraterrestres comme «Les Raëliens». Le mythe des soucoupes volantes émerge dans les années 1940 à la suite de l'observation d'objets volants non identifiés, d'abord aux États-Unis ensuite en Europe. Ces sectes annoncent l'Apocalypse sans lendemain. Les psychanalytiques ou pseudo psychanalytiques: elles veulent soulager l'inconscient de ses faiblesses par des techniques parapsychologiques opposées à la psychologie et à la psychanalyse classique telles que la Dianétique dans « La Scientologie ». Les néo-païennes ou les templiers : elles cherchent à rétablir les cultes disparus avec la propagation du christianisme. elles se rétèrent à l'Égypte pharaonique. Les nouvel-âgiennes ou millénaristes : elles inscrivent leur discours dans l'ère du Verseau et prônent pour cela un néo-spiritualisme fortement emprunt du millénarisme qui annonce la fm du monde. Les orientalistes: elles constituent des déviances des religions orientales comme le bouddhisme, l'hindouisme etc. Les pseudos catholiques: elles se rétèrent à la tradition catholique comme « Les Témoins de Jéhovah ». Cette typologie nous montre la place de la croyance dans l'idéologie des sectes. Pour séduire, ces sectes ont une façade et un discours religieux. Pour comprendre la stratégie des sectes, il est important de mettre en lumière le rôle de la religion dans le développement psychologique des individus. La distinction entre un groupe minoritaire religieux et un groupe sectaire à partir d'une telle typologie est une tâche très difficile. En effet, le mot secte est un mot ambigu. Il désigne à la fois des groupes religieux minoritaires et aujourd'hui, l'enjeu est le pouvoir du gourou et son emprise sur le groupe. Pour comprendre ce phénomène nous allons aborder différentes approches et disciplines: Une approche étymologique, philosophique, sociologique, historique, psychiatrique, juridique et anthropologie psychanalytique du mot secte.

23

NOTE:

1-

2-

3456-

Le fondateur de la secte est David Koresh-David « Le roi David» et Koresh signifie « Cyrus» le roi perse, protecteur des Juifs. Le surnom David Koresh signifie donc en substance le messie protecteur d'Israël. Il était d'origine bulgare. Il a créé l'Église adventiste du septième jour à Los Angeles. Le 19 avril 1993, David Koresh est mort dans les flammes alors même que le FBI attaquait sa propriété. Le bilan du drame s'élève à soixante-douze morts. Koresh a expliqué à ses partisans qu'il était venu sur terre pour se charger des péchés des autres et montrer le bon chemin. Ronald Hubbard a publié en 1950 la Dianétique «Science moderne de la santé mentale ». La Dianétique se présente comme « une technologie exposant la source des sensations et des émotions indésirées, des accidents, des blessures et des maladies psychosomatiques ». Selon lui, le but de l'existence serait la «Survie infinie », l'élan de la survie visant l'obtention du plaisir et de la non douleur. Sa méthode est supposée libérer une personne du poids de ses expériences malheureuses passées qui avaient une influence négative sur lui. Elle vise à débarrasser l'individu des effets défavorables de ces « engrams» en effaçant carrément le mental réactif. Les moonistes considèrent le fondateur du mouvement comme un Père Jean-François Boyer, «L'empire Moon », Découvert, 1986, Paris, p. 186 En 1988, sociologue, Eileen Barker a été sollicitée par les membres des nouvelles religions. Elle décide de fonder un organisme destiné à informer tous azimuts. Madonna, chanteuse américaine est membre de la secte.

24

1

LA SECTE: UN CARREFOUR INTERDISCIPLINAIRE

Chapitre 1 Le mot de secte

1-

Approche étymologique

En tant que mouvement dissident, le mot « secte» a été le produit de la prétention monopolistique des grandes religions monothéistes. Dans l'antiquité, on trouvait une multitude de cultes ainsi qu'un certain nombre de sectes juives. Dans les dictionnaires, nous avons différentes défmitions. Les plus importantes défmitions nous donnent deux acceptions. La première est utilisée pour désigner les doctrines. La deuxième est la distinction entre la religion et l'hérésie. Cette acception paraît plus intéressante car les premières sectes dans l'histoire sont des sectes juives qui sont à l'origine du christianisme.

1-1

La notion de secte

Comme le terme « religion », celui de « secte» a aussi changé de sens: d'une part, il ne désigne plus une opposition structurale interne au christianisme et d'autre part, il s'écarte de la tradition sociologique classique devant laquelle cette dernière se trouve démunie par rapport à ce phénomène nouveau, consécutif à la sécularisation de nos sociétés. Pour les sociologues, la notion de secte a été appliquée aux mouvements dissidents des églises. Ils les nommaient cultes, nouveaux mouvements religieux ou mouvements nonconformistes. Le verbe latin sequi, signifiant suivre, désigne un groupe organisé de disciples d'un prophète ayant une même doctrine, adoptant ses croyances et un certain mode de vie. Le verbe latin secarer c'est-à-dire, « couper », évoque la scission d'un groupuscule d'une grande religion. Le mot « secte» d'une racine indo-européenne (aryen) : Sekw, suivre, venir après, à laquelle se rattache en latin l'adverbe secus qui a été substantivé en sequestrum ou séquestre c'est-à-dire séparation ou éloignement. Le substantif latin secta implique le fait de suivre une ligne de conduite philosophique. Jusqu'au l3ème siècle la notion de secte s'assimile à des petits groupes qui professent une doctrine religieuse. Vers le 15èmesiècle, on emploie le mot de secte comme «troupe ». Par l'influence du latin seelio c'est-à-dire coupé ou coupure, est remplacé par sectum, lui-même issu de secare, c'est-à-dire couper. Et depuis 1525, on emploie secte qui désigne un groupe constitué à l'écart d'une église.

Les religions établies sont à l'origine de certaines sectes dans la mesure où des groupes se sont détachés du tronc sous l'influence de meneurs. Ce sont en général des sectes dans le sens secare. L'étymologie secare se détacher, se couper du tronc, prend ici sa pleine signification. En général, ces sectes proviennent du protestantisme américain. Entre 1820 et 1860, des mouvements vont naître. Nous connaissons les descendants des plus célèbres: « Les Témoins de Jéhovah» et « Les Mormons ». Ce sont des mouvements le plus souvent millénaristes et messianiques. L'écrivain chrétien Clément d'Alexandrie nous a fourni une analyse méthodique des noms divers portés par les sectes gnosti~es comme « Les Valentiniens », « Les

Marcionites» et « Les Basilidiens». Au 18

e

siècle, dans un article, l'abbé Grégoire
« Les

nous décrit quelques mouvements hérétiques comme des sectes religieuses: nouveaux aryens », « Les Sociniens» et« Les Unitaires ».

Pierre Larousse dans son Grand dictionnaire universel du 19èmesiècle, considère les sectes comme des mouvements qui cherchent à avoir le pouvoir sur les hommes. « Les sectes ne diffèrent que par l'espèce de bride qu'elles mettent à leur monture. L'esprit de secte dispute sur les idées; l'esprit de partie veut du pouvoir sur les hommes. Les sectes austères sont d'abord les plus révérées; mais les sectes mitigées ont toujours été plus durables. Les partisans de Bouddha et de Brahma constituent aujourd'hui deux des sectes les plus nombreuses du globe ». Selon le dictionnaire Le Petit Robert, la secte est un« groupe organisé de personnes qui ont la même doctrine au sein d'une religion» et qui «s'efforcent de s'ouvrir des chemins extraordinaires vers le bonheur éternel ». La notion de secte est apparue avec les autres notions comme: hérésie, culte et société secrète. C'est pourquoi il est important de définir ces mots en les comparant avec la notion de secte. Par ailleurs, nous trouvons un mot utilisé pour celui de « secte» dans le Nouveau Testament qui est hérésie, d'où découle notre mot « hérésie» qui a un sens différent.

1-2

L'étude comparative des notions suivantes: sociétés secrètes

hérésie, culte et

L'étude comparative de ces trois notions nous permet d'éviter les confusions qui existent entre elles, quant à l'usage de ces dernières. Il est vrai qu'elles ont des points communs pourtant, elles sont différentes. Par exemple, le prophétisme est un phénomène qui existe au sein des sectes alors que ce n'est pas le cas dans les sociétés secrètes. Or, les deux ont un ensemble de rites et de symboles. Pour mieux comprendre, nous allons donc étudier ces trois notions.

1-2-1

La notion d'hérésie

Le mot grec, hairésis, qui a donné «hérésie », n'a pas particulièrement en soi de connotation péjorative. Il évoque un courant de pensée, une ligne idéologique: on peut 28

faire partie de l'hérésie de Platon. En grec, il s'agit de choix. Selon le Larousse, une « doctrine condamnée par l'église catholique ». Selon saint Justin au milieu du 2ème siècle, l'hérésie est une invention du Diable. « Vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaires ». Ces phrases de saint Justin se sont appliquées pendant des siècles. C'était un rapport de force entre le pouvoir papal et les hérésies. Lorsqu'en 1209, les croisés massacrent 20000 hommes, femmes et enfants cathares, une question se pose: «Quelle est la dif.férence entre hérésie, secte et leur rapport à l'église? » On peut dire que l'hérésie s'oppose au niveau du dogme et la secte s'enferme dans un groupe qui pense comme lui. Si l'hérésie est une notion religieuse, la secte peut être philosophique. L'hérétique choisit au sein d'une confession les dogmes auxquels il veut croire. Dans la présentation pascalienne, l'église affnme, par exemple, des vérités qui semblent s'exclure deux à deux. Cette doctrine confesse que Jésus-Christ est Dieu et est homme à la fois et que la messe est sacrifice et commémoration. Sur la question de la grâce, elle professe à la fois la toute-puissance de Dieu et la liberté de l'Homme. L'hérétique, en excluant une des vérités confessées par l'église, s'exclut du même mouvement de l'église et devient un sectaire. Par exemple, les arianistes nieront la divinité du Christ. Cela veut dire que la constitution en secte ou hérésie est la conséquence visible et officielle de ce choix originel. Dans ce modèle, l'hérésie est en un sens, premier par rapport au dogme. Selon saint Justin, elle « devient une réalité radicalement étrangère au christianisme ». (l) Le Moyen Âge marque une sorte d'apogée dans la chasse à l'hérétique. En cette période de christianisme où s'estompe l'ancien dualisme entre église et État, les autorités civiles, quand il ne s'agit pas d'une initiative populaire, prennent l'habitude de brûler les hérétiques. L'église catholique s'est défmie comme la «seule vraie église» en dehors de laquelle « il n'y a point de salut ». Les églises protestantes étaient considérées par l'église catholique comme hérétiques. Ça nous amène à une question: est-ce que les églises sont au-dessus de tout soupçon et les sectes à rejeter unanimement? L'hérésie a fait une entrée discrète en Europe Occidentale. Elle est passée quasiment inaperçue. La recherche d'une nouvelle religiosité qui s'introduisait dans la vie quotidienne, paraissait n'être qu'une conséquence logique. Les conditions sociopolitiques du Il èmeau 13èmesiècle, l'opposition entre seigneurs/serfs ont favorisé l'essor des mouvements hérétiques comme l'hérésie Bogomile (selon les bulgares «amis de Dieu»). Même les paysans, sur lesquels les hérétiques exerçaient une influence, ne vivaient pas dans des endroits reculés mais à proximité des centres économiques. Ils s'intéressaient aux thèses nouvelles parce que le refus du clergé signifiait concrètement l'abolition de la dîme. Nous aborderons quelques hérésies, en particulier des hérésies dénoncées par l'église au Moyen Âge. Les sectes et les mouvements hérétiques, peut-être depuis longtemps disparus et oubliés, y trouveront leur place à côté des églises réformées d'aujourd'hui. Elles ont été fondées et se sont développées à l'extérieur du christianisme officiel, tant catholique que protestant. Leur seul point commun avec les églises établies consiste dans leur volonté de se réclamer plus ou moins du Christ. C'est le cas des «Mormons» 29