LE CORAN - Essai de traduction du Coran - Bilingue - 2 couleurs

-

Français
1366 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Après son ouvrage intitulé « Une approche du Coran par la grammaire et le lexique » publié par les Éditions Albouraq en 2002, Maurice Gloton présente un « Essai de traduction du Coran » assorti d’une importante introduction, de nombreuses annotations et d’un index thématique détaillé.Cet essai de traduction a voulu rester proche de l’étymologie des termes coraniques et du style de la Révélation par Dieu au Prophète Muhammad, tout en employant un vocabulaire évocateur, et en respectant les phrases verbales et nominales telles qu’elles se présentent dans le Texte.Ce Texte évocateur a demandé des années de travail et de méditation au traducteur qui s’est appuyé sur de nombreuses lectures d’auteurs musulmans ainsi que sur des commentateurs du Coran. Cette traduction a, par ailleurs, été facilitée par un travail d’équipe de personnes qualifiées que le traducteur tient ici à remercier. Il espère ainsi proposer un éclairage nouveau sur le Texte coranique tout en respectant les significations multiples qu’il comporte.Maurice Gloton a déjà publié plusieurs ouvrages et des traductions d’écrits de grandes figures de sainteté du Soufisme et de théologiens. Il a également fait de nombreuses conférences en France et à l’étranger et participé à des émissions télévisées.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 octobre 2015
Nombre de lectures 86
EAN13 9791022501378
Langue Français
Poids de l'ouvrage 98 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,116€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

© Dar Albouraq
Distribué par :
Albouraq Diffusion Distribution
Zone Industrielle
7, rue Henri François
77330 Ozoir-la-Ferrière
Tél. : 01 60 34 37 50
Fax : 01 60 34 35 63
E-mail : distribution@albouraq.com
Comptoirs de ventes :
Librairie de l’Orient
18, rue des Fossés Saint Bernard
75005 Paris
Tél. : 01 40 51 85 33
Fax : 01 40 46 06 46
Face à l’Institut du Monde Arabe
Site Web : www.orient-lib.com
E-mail : orient-lib@orient-lib.com
Librairie Albouraq
91, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
Tel : 01 48 05 04 27
Fax : 09 70 62 89 94
E-mail : librairie11@albouraq.com
Site Web : www.albouraq.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction par quelque procédé
que ce soit, sont réservés pour tous les pays à l’Éditeur.
1435-2014
ISBN 978-2-84161-550-6- EAN 9782841615506َ
ِ
ُ
SYSTÈME DE TRANSCRIPTION DES LETTRES ARABES
ء ’( h a m z a)
ا a, â
ب b
ت t
ث ṯ
ج j
ح ḥ
خ ḫ
د d
ذ ḏ
ر r
ز z
س s
ش š
ص ṣ
ض ḍ
ط ṭ
ظ ẓ
ع ɛ ‘
غ ġ
ف f
ق q
ك k
ل l
م m
ن n
ه h
و w û
ي y î
a ( f a t ḥ a)
u ( š a m m a)
i ( k a s r a)
Codification des notes de bas de page
: Grammaire, lexique - : Éclairage doctrinal - : Référence historiqueINTRODUCTION GÉNÉRALE
Devant le bon accueil réservé à notre ouvrage intitulé Une approche du Qur’ân
1par la grammaire et le lexique et l’encouragement d’un certain nombre de
personnes, nous avons entrepris de faire un essai de traduction complète du
Qur’ân en français.
Le style du Qur’ân, de toute beauté, sans cesse nuancé, est adapté d’une
manière toujours renouvelée aux circonstances providentielles qui l’ont fait
descendre pendant les périodes mekkoises et médinoises de la Descente divine
sur le Prophète.
Dans les présentations actuelles du Qur’ân, les sourates ont été classées
définitivement, et peu après la mort du Prophète, sous le règne du troisième calife
‘Uthmân, selon l’ordre approximatif de leur longueur et non selon celui de leur
réception chronologique au cours de la Révélation. Dans ce dernier ordre, les
sourates dites mekkoises ont été révélées avant celles de la période médinoise.
Dans Une approche du Qur’ân par la grammaire et le lexique nous avions déjà
traduit près de 2500 versets pour illustrer les 1726 racines coraniques que
comporte l’ensemble du Texte révélé. Cette traduction pédagogique, mais
partielle, de versets disséminés, ne nous avait pas permis de rendre le Texte dans
sa continuité et, par là même, d’enchaîner les versets dans leur suite, sourate par
sourate.
Dans l’ « Essai de traduction » que nous proposons, la Parole divine transcrite
dans un recueil sous forme de livre est présentée selon l’ordre continu des
sourates et des versets conformément au Texte coranique officiel.
Nous avons pris en compte le rythme du Discours divin dans ses articulations,
et l’ensemble de ses nuances grammaticales qui sont détaillées dans notre «
Introduction technique ».
À l’instar des grands commentateurs musulmans du Qur’ân, nous partons du
principe que le Texte fondateur est révélé par Allâh à Son Prophète Muḥammad et
que, même dans le détail, tout dans ce texte est nécessaire et que rien ne peut en
être enlevé, y compris les particules de liaison qui contribuent à l’organisation
nuancée interne et sans cesse répétitive des séquences et des idées.
D’autre part, notre choix de la traduction des termes relève d’une étude
poussée des champs lexicaux qui exclut toute synonymie véritable dans le
vocabulaire coranique, et notre traduction s’est efforcée, le plus souvent possible,
de ne pas employer de synonymes pour un même terme arabe.
Nous avons aussi privilégié un style à tendance littérale pour ne pas perdre le
rythme et les significations de l’original.
D’autre part, nous nous sommes évertué à rendre cette traduction en un style
qui tient compte des phrases verbales et nominales arabes. Le rendu en français,
qui tenait à respecter ces nombreuses nuances, dans le meilleur style possible, a
présenté de nombreuses difficultés que nous espérons avoir résolues sans
entorses à un français correct.
Dans l’« Introduction technique » qui va suivre, nous exposons, selon le plan
suivant, les thèmes les plus fondamentaux qui permettent de mieux situer
certains éléments de notre traduction :
I – QUE FAUT-IL ENTENDRE PAR « QUR’ÂN » ?
II – LE QUR’ÂN : CARACTÉRISTIQUES ET VOCABULAIRE FONDAMENTAUX
III – QUELQUES GRANDS THÈMES CORANIQUES1) Les Noms divins
2) Analyse de quelques Noms divins ou apparentés
a) Les pronoms Lui (huwa), Tu (anta), Je (ana), Nous (naḥnu) appliqués à
Allâh
b) Le Nom propre Allâh et celui de ilâh de même racine ’A L H
c) Le Nom Rabb
d) Les deux Noms Raḥmân et Raḥîm dérivés de la racine R Ḥ M
e) La racine ’A M N et ses dérivés f ) La racine Ḫ L Q et ses dérivés
g) La racine Ġ F R et ses dérivés
h) La racine Ḥ K M et ses dérivés
i) La racine N F S et ses dérivés : singulier : nafs, pluriel : nufûs, anfus
3) Le Prophète dans le Qur’ân
a) Ses noms
b) Son caractère sans commune mesure, et son imitation
IV – LA STRUCTURE DU TEXTE CORANIQUE
1) La division en versets
2) Les âyât ou Signes, Théophanies, appelés muḥkamât et mutašâbihât
3) La division en sourates
4) Les phrases nominales et verbales
a) La phrase nominale
b) La phrase verbale
c) Le verbe d’existence kâna
5) L’articulation du Discours divin et la ponctuation
a) L’articulation du Discours divin
b) Présence de particules
V – LA RÉCITATION RITUELLE ET SES EFFETS
1) Individuelle
2) En groupeINTRODUCTION TECHNIQUE
I – QUE FAUT-IL ENTENDRE PAR « QUR’ÂN » ?
La racine Q R ’A, sur laquelle ce terme est construit, comporte les acceptions suivantes :
réciter, lire devant quelqu’un, proclamer, transmettre, ramasser des parties éparses et les
réunir. Le vocable Qur’ân est un nom verbal qui signifie : l’acte de réciter, de transmettre
par voie orale et de réunir, de rassembler. Pour ces raisons, le mot Qur’ân ne peut se
confondre avec le livre relié qui contient l’ensemble des 114 sourates et 6236 versets
recensés d’une manière définitive, que les premiers grammairiens arabes ont nommé «
muṣḥaf », livre relié entre deux couvertures. Le titre donné à la plupart des traductions : le
Coran entretient cette confusion. En effet, il laisse entendre que le Qur’ân est
fondamentalement un livre (muṣḥaf), alors que le Qur’ân est appelé à être récité
rituellement, soit par cœur, soit à l’aide du texte imprimé pour en actualiser le contenu, et
réactualiser ainsi la Descente dans l’instant où il est « re-cité » c’est-à-dire cité à nouveau,
car il est Parole d’Allâh qui unifie grâce à la mise en œuvre de sa récitation.
Le Prophète, qui ne savait ni lire, ni écrire, reçoit de l’Ange Gabriel l’ordre de « re-citer »
oralement les Paroles divines qu’il entend de lui. C’est oralement que le Messager d’Allâh
récitera à ses premiers compagnons, dont la plupart étaient illettrés, les Paroles qu’il avait
lui-même entendues initialement.
La mise par écrit se fit ensuite sur des matériaux fragiles, au fur et à mesure, par un
nombre restreint de nouveaux convertis lettrés, pour conserver, dès le départ, les Paroles
oralement transmises. Le procédé oral de transmission continue encore de nos jours.
À la suite de l’évolution de la langue et de l’écrit, le terme « Qur’ân » finit par prendre le
sens de lecture et par perdre celui de récitation. Dans les lexiques arabes-français actuels,
2le verbe Q R ’A est traduit par « lire » . C’est ainsi que la même racine hébraïque qui a,
dans le Premier Testament, le sens de « proclamer », prend plus tard celui de lire.
Le Qur’ân se trouve essentiellement dans la Mère ou Prototype de l’Écriture qui est
en Allâh même, selon l’expression qui se rencontre plusieurs fois dans le Texte sacré, et
s’applique aussi à différents degrés de l’Existence universelle. C’est ainsi que les djinns
entendent aussi la Parole divine. Citons les versets 43-2 à 4 qui situent ainsi le Qur’ân
descendu en langue arabe : Par l’Écriture explicite -/- Vraiment, c’est Nous qui
l’avons établie Qur’ân arabe. Puissiez-vous faire le lien ! -/- Et vraiment, il est dans
la Mère (umm ou Prototype, Original) de l’Écriture, en Nous, Sublime, Sage.
Dans les versets 27-1, 27-6, 46-29, 59-21, 72-1, 85-21, le vocable Qur’ân ne peut signifier
3qu’une récitation orale et non une lecture. Par exemple, en 72-1 : Dis : « Il m’a été
inspiré qu’un groupe de djinns a prêté l’oreille et dit alors : " Vraiment, nous
avons entendu un Qur’ân incomparable ". »
Le terme français « récitation » veut dire « re-citer » ou citer à nouveau des paroles
préexistantes. C’est ainsi que le Prophète Muḥammad reçut initialement, intérieurement,
tout le Qur’ân, d’Allâh Lui-même d’une manière synthétique et instantanée. Ensuite, il le
reçut oralement progressivement de l’Ange Gabriel pendant 23 années que dura sa mission,
et le retransmit oralement au fur et à mesure à ses compagnons. Le texte qui en résulte est
devenu un écrit fixé et définitif dès le temps du troisième calife ‘Uthmân. Cela permit de le
réciter, de le lire et de l’étudier sans nécessairement avoir recours à la mémorisation. Les
savants musulmans s’y sont référés pour constituer les sciences diverses qu’ils ont
élaborées.
C’est à partir de ce Texte révélé écrit que nous avons fait notre « Essai de traduction » et
que nous allons, ci-dessous, procéder à une analyse de certains thèmes majeurs qu’il
implique, et mettre en évidence des éléments grammaticaux qui le ponctuent dans le détail.
II – LE QUR’ÂN : CARACTÉRISTIQUES ET VOCABULAIRE FONDAMENTAUX
1. al-kitâb : l’Écriture. Ce terme, qui revient de nombreuses fois dans le Texte, est un nom
d’action qui signifie « l’acte d’écrire ». Le traduire par l’Écrit, qui est un participe
passif (al-maktûb) en arabe, ou par le Livre, qui constitue un ensemble écrit, en mutilele sens essentiellement actif et dynamique. Dans le contexte coranique, ce terme
concerne l’Écriture divine qui provient de chez Allâh.
2. la racine N Z L avec ses formes verbales :
a) nazala, descendre
b) nazzala, faire descendre par étapes, par phases, par à-coups, par fragments, etc.
c) anzala, faire descendre dans l’instant, subitement, d’un coup, etc.
Or, par le Réel, Nous l’avons fait descendre dans l’instant (il s’agit de l’Écriture en
soi ou encore de la dernière Révélation) et par le Réel, elle descendit. Or, Nous ne
t’avons envoyé (le Prophète) qu’en qualité d’annonciateur de bonnes nouvelles et
d’avertisseur, -/- et comme Qur’ân que Nous avons fragmenté dans la durée afin
que tu le récites aux humains et alors Nous l’avons fait descendre par étapes (Q
17-105 & 106).
Cette racine décrit l’Acte divin qui fait parvenir, au Prophète Muḥammad, les Paroles qui
descendent selon différentes modalités.
Le Prophète reçoit initialement et synthétiquement la Parole d’Allâh de chez Allâh même,
instantanément : il s’agit alors de la forme anzala.
Par l’intermédiaire de l’Ange Gabriel, le Prophète reçoit les Paroles divines
fragmentairement ou par à-coups (nazzala) selon les circonstances disposées d’une manière
providentielle. L’expression retenue par les théologiens musulmans est asbâb an-nuzul, les
causes ou circonstances de la descente ou, pour cerner cette expression d’une manière plus
technique, les cordes de la descente, c’est-à-dire les liens subtils que ces circonstances
gardent toujours avec leur principe d’origine qui est Allâh Lui-même.
Notre traduction mettra en valeur les différences qui existent entre ces formes verbales
chaque fois qu’il sera possible ou opportun de les nuancer de cette façon.
3. le terme furqân
À la différence du terme Qur’ân qui signifie rassembler, réunir, celui de furqân, trouvé
sept fois dans le Qur’ân, exprime les sens suivants : discrimination, critère, discernement, le
fait d’exposer distinctement. Nous l’avons rendu par « Critère ». Il S’est proclamé Digne
de bénédictions Celui qui a fait descendre le Critère sur Son adorateur afin qu’il
soit avertisseur pour les êtres de l’Univers (Q 25-1).
4. le terme ta’wîl signifie par son étymologie : faire ramener ou remonter à l’origine.
Ce vocable prend alors une signification inverse de la racine N Z L. La Descente de la
Parole divine est une « entrée » dans la sphère de la création, le ta’wîl est le retour à
l’origine.
5. la racine W Ḥ Y : inspirer, insuffler, souffler, insinuer, est trouvée 78 fois dans le texte
coranique. Le vocable waḥy, qui en dépend, signifie inspiration, insufflation,
habituellement traduit par révélation, alors que ce dernier mot est la traduction du
terme coranique kašf : enlever le voile, dévoiler.
6. le Qur’ân, Parole inimitable d’Allâh
a) Qur’ân et poésie arabe
Dès les premières révélations, la récitation de versets par le Prophète et par certains
compagnons provoqua la surprise de nombreux mekkois devant la beauté du Texte ainsi
entendu. Certains de ceux-ci, tel ‘Umar, deuxième calife après la mort du Prophète, durent
leur conversion à la nouvelle religion en entendant certains fragments du Qur’ân psalmodiés
et prononcés dans un langage d’une grande pureté et comportant des significations
nouvelles. Ils étaient pourtant habitués aux poésies déclamées par d’habiles poètes, tant àLa Mekke qu’à Ukase, où se tenaient des foires annuelles et où ces versificateurs, mêlés à la
foule, improvisaient des vers de toute beauté mais traitant, le plus souvent, de thèmes de la
vie de tous les jours.
Certains habitants influents de ces cités assimilèrent les versets coraniques ainsi récités
à cette poésie dans le but de déprécier la nouvelle religion. Dès les premiers moments de la
Descente du Qur’ân, Allâh met en garde contre la poésie qui n’est pas la Parole divine, le
degré d’inspiration de l’une et de l’autre ne pouvant être du même ordre et, de ce fait, être
comparable. Allâh Lui-même le précise plusieurs fois : De plus, ils dirent : « Des
mélanges confus de songes ! Plus ! Il a inventé cela ! Plus encore, c’est un poète !
Alors, qu’il nous apporte un Signe tel que celui avec lequel les Premiers ont été
envoyés ! » (Q 21-5).
Allâh avertit que le Qur’ân, Descente divine, est d’une essence bien différente de la poésie
qui reste de facture individuelle et qui, dans le meilleur des cas, est inspirée, mais par des
djinns, entités subtiles qui évoluent dans le monde intermédiaire entre ange et humain. La
séquence coranique suivante fait bien ressortir la différence de degré du Texte révélé, qui
provient d’Allâh, par rapport à la poésie, même la meilleure qui ne pourra jamais rivaliser
avec Ses Paroles : Vraiment, c’est bien le dire d’un noble Messager -/- et non le dire
d’un poète -/- comme bien peu vous mettez en œuvre le Dépôt confié ! -/- ni le dire
d’un oracle : combien peu vous vous rappelez ! -/- Descente progressive venant de
l’Enseigneur des êtres de l’Univers (Q 69-40 à 43).Le Qur’ân inimitable
b) Le Qur’ân inimitable
Le Qur’ân, ne provenant ni d’un poète, ni d’un oracle, ni d’un individu, mais bien d’Allâh,
ne peut être imité dans son style et dans sa vertu spirituelle et opérante, même par une
personne bien douée. Dans plusieurs versets, Allâh précise le caractère inimitable du Qur’ân
qui réduit à l’impuissance (iεjâz) quiconque prétendrait produire l’équivalent : Et si vous
êtes dans un doute au sujet de ce que Nous avons fait descendre par étapes sur
Notre adorateur, venez alors avec un énoncé semblable à ceci et appelez vos
témoins à la place d’Allâh si vous êtes véridiques. -/- Alors, si jamais vous le faisiez
– et jamais vous ne le ferez –, prenez garde au Feu qui a pour combustible les
humains et les pierres ! Pour les dénégateurs, il a été préparé (Q 2-23 & 24).
c) Le Qur’ân, Parole d’Allâh
Le Qur’ân étant inimitable, puisqu’il est Parole d’Allâh, que faut-il entendre alors par
cette expression : Parole d’Allâh (kalimatu-l-Lâh) ?
Le Qur’ân est dans une Écriture cachée, occultée, immatérielle (kitâb maknûn) dans le
Prototype divin ou Mère de l’Écriture : Vraiment, lui est un noble Qur’ân, -/- dans une
Écriture cachée, -/- que seuls touchent les purifiés (Q 56-77 à 79).
Sous ce rapport, il est d’origine divine et ne peut être « atteint » que par une créature
transformée par la faveur divine. Il en découle que les Paroles qu’il contient et qu’Allâh
prononce sont inimitables, permanentes et inépuisables. Deux versets, remarquables par
l’harmonie de la phrase et par leur contenu intelligible, confirment cette réflexion : Or, si
tout ce qui est arbre sur terre devait être des calames et si, après cela, la mer se
grossissait de sept mers, les Paroles d’Allâh ne s’épuiseraient pas. Vraiment, Allâh
est Inaccessible, Sage ! (Q 31-27). Dis : « Si la mer était une étendue d’encre pour
(écrire) les Paroles de mon Enseigneur, la mer s’épuiserait avant que ne
s’épuisent les Paroles de mon Enseigneur, même si Nous ajoutions une quantité
d’encre équivalente » (Q 18-109).
Les Paroles d’Allâh étant inépuisables et s’actualisant sans cesse, Il Se les adresse à
Luimême, car il est qualifié dans le Qur’ân de « al-Mutakallim », Celui qui Se parle à
Luimême ou, autre traduction, Celui qui Parle. Il comprend alors toutes les Paroles qui sont
aussi éternelles et sans limites que Lui, et celles-ci ne peuvent alors changer. Le verset
suivant l’exprime : Et communique ce qui, de l’Écriture de ton Enseigneur, a été
inspiré jusqu’à toi. Nul ne peut modifier Ses Paroles et jamais tu ne trouveras de
refuge en dehors de Lui (Q 18-27).
La Parole d’Allâh exprime le contenu sans limites de Sa Science qui est une de Ses
qualités intrinsèques indissociables de Lui. Seule est donc prééternelle la Parole que leTout-Rayonnant d’Amour (ar-raḥmân) ne cesse d’expirer en l’exprimant. Toutes les réalités
exprimables sont alors éternellement dans la Parole d’Allâh qu’Il manifeste s’Il veut et
quand Il veut. La Parole prend, de la sorte, deux aspects : un qui est éternel dans l’Unicité
d’Allâh, dans un instant toujours présent, et un autre contingent, dans les réalités
adventices.
7. Qawl
Une différence importante existe entre le terme kalima étudié ci-dessus et celui de qawl,
qui provient de la racine Q W L trouvée 1721 fois dans le Qur’ân. Elle prend les acceptions
suivantes : exprimer, proférer, dire, déclarer, prononcer.
Le nom d’action qawl signifie alors : expression, dire, dit, déclaration. Le qawl est dans
l’Intime même d’Allâh, avant toute différentiation ou manifestation de paroles exprimées,
pour faire passer du non-être ou Silence divin à l’être dans la Création, c’est-à-dire de la
puissance à l’acte. C’est actualiser une réalité non encore existante mais qu’on veut
exprimer. Quand, dans le Qur’ân, Allâh formule à l’impératif : Dis, c’est pour exprimer une
réalité nouvelle ou actualiser celle-ci comme si elle n’avait jamais été connue ni entendue, et
qu’elle apparaisse pour la première fois dans la conscience au moment même où elle est
proférée. Par exemple, Dis : « Lui, Allâh : Un. -/- Allâh, l’Impénétrable Soutien
Universel. -/- Il n’a jamais enfanté, ni jamais été enfanté. -/- Il n’a jamais existé
pour Lui un " un " équivalent » (Q 112-1 à 4).
Le vocable kalima, dont la racine K L M signifie tout à la fois, parler et blesser, exprime
une réalité au « degré » de l’Être d’Allâh dans Lequel les réalités divines sont déjà
différenciées.
Dans cette perspective métaphysique, qawl fait connaître ce qui n’est pas encore dans la
conscience intime et apparaît ainsi comme une réalité toujours nouvelle, à la différence du
4vocable kalima .
8. Ḏikr
La racine de ce vocable Ḏ K R est rencontrée de nombreuses fois dans le Qur’ân. Elle
reçoit les acceptions principales suivantes :
1/ frapper au membre viril, acérer, rendre masculin, enfanter des mâles ;
2/ rappeler, mentionner, se souvenir, invoquer.
Les noms d’action qui résultent de cette racine peuvent alors être traduits de la manière
suivante :
1/ membre viril, tranchant acéré, force, robustesse, palmier mâle...
2/ rappel, réminiscence, souvenir, évocation, incantation, récit, renommée, éloge,
lecture du Qur’ân.
Le Ḏikr, avant d’être une simple mention, un rappel, est la Parole divine prononcée qui
véhicule les possibilités divines, véritables semences de tous les possibles contenus en
Allâh. Il a alors une vertu éminemment fécondante dans l’être humain, qu’il soit articulé par
Allâh même dans le Qur’ân, ou qu’il soit formulé par l’humain. Alors, rappelez-vous de
Moi, Je Me rappelle de vous et faites preuve de reconnaissance envers Moi et ne
Me déniez pas (Q 2-152). Il est une caractéristique divine qui compénètre la manifestation
universelle, en l’ordonnant sous l’action des germes de sagesse et d’amour. Dans sa vertu
opérante, le Ḏikr, fine pointe tranchante et illuminative, pourfend les ténèbres de la
constitution humaine non encore harmonisée et la vivifie.
Tout le Qur’ân est Ḏikr en vertu de ce verset : ...Par le Qur’ân détenteur de Rappel !
(Q 38-1).
9. DînLa racine de ce vocable, trouvée 101 fois dans le Qur’ân, prend les significations
suivantes : être débiteur, s’endetter, être redevable, devoir quelque chose, pratiquer un
culte, une religion. Le dîn est le culte que l’adorateur doit à Allâh car il Lui est redevable de
tout ce qui constitue son être et qu’il tient intégralement de Lui. Le dîn est alors un prêt
qu’Allâh fait à toute créature, soumise bon gré mal gré à Lui et que celle-ci doit Lui rendre à
l’échéance ultime, comme un Dépôt confié (amâna) par reconnaissance envers Lui. Car, en
définitive, rien n’appartient réellement et définitivement aux serviteurs qui demeurent tous
redevables envers Allâh. …Et Allâh est l’Autosuffisant et vous êtes les démunis (Q
4738). Telle est l’adoration ou servitude (ɛibâda) véritable.
Compte tenu du sens premier de la racine, nous avons traduit le mot dîn par culte dû,
redevance, suivant le contexte. Le mot dayn, terme apparenté à cette racine, signifie dette,
et il est trouvé dans le plus long verset du Qur’ân, sourate 2, verset 282.
10. Qaṣaṣ : les récits séquentiels
La racine de ce mot Q Ṣ Ṣ signifie : couper, écourter, raconter.
Un récit sélectionne toujours certaines séquences que l’on veut particulièrement
souligner et, de ce fait, arrive à ne pas considérer certaines autres plus ou moins
importantes. Ce terme coranique, compte tenu du sens de sa racine, est très suggestif pour
exprimer certains faits plus significatifs, certaines lignes de force d’une histoire ou d’une
biographie. C’est ainsi que, pour raconter des faits historiques trouvés dans des Textes
sacrés de révélations différentes, l’Auteur divin sélectionne les séquences qu’Il veut
souligner d’une manière différente dans chacune d’elles.
L’exemple le plus représentatif de cette sélection différente se rencontre dans l’histoire
de Joseph dans le Premier Testament et dans le Qur’ân, sourate douze. Les Textes sacrés de
différentes Traditions abondent de cas semblables.
C’est pourquoi, dans le Qur’ân, on trouvera mentionnés, pour un même récit, des
événements que la Bible, par exemple, ne présentera pas, et réciproquement. Dans le
Qur’ân, Parole d’Allâh, le choix divin de tels épisodes n’est ni un « plagiat » ni arbitraire.
11. La racine Š Y ’A : vouloir synthétiquement, globalement, essentiellement,
sans visée orientée, vouloir d’une manière inconditionnée, indifférenciée
eElle doit être distinguée de la racine R W D qui, à la 4 forme verbale (arâda) signifie :
aller çà et là, d’un endroit à un autre, cibler, viser, avoir l’intention de, passer d’une chose
inconnue à une autre connue. Il s’agit alors d’une volonté orientée, ciblée, et non d’une
volonté synthétique, globale, indifférenciée, exprimée par la racine Š Y ’A.
De la racine Š Y ’A provient le nom d’action šay’, masculin singulier, traduit
habituellement par
« chose » au sens positif, et « rien » au sens négatif.
Le mot chose vient du latin juridique causa et le mot rien provient du latin res non,
littéralement : pas de chose. Aucun de ces deux mots ne correspond à la racine coranique Š
Y ’A et au nom d’action correspondant šay’. Par respect de son étymologie, il devrait se
rendre par : vouloir, volonté, entité ou réalité dotée d’une volonté inconditionnée, la chose
dotée d’une volonté indéterminée. Devant cette indétermination foncière, certains
grammairiens musulmans l’ont définie par l’expression « l a plus indéterminée des
indéterminations » (ankar an-nakirât) sans toutefois donner plus d’explications et sans faire
intervenir la signification étymologique de sa racine.
Ce šay’ (pluriel ašyâ’) peut être en Allâh même, comme dans le verset 15-21 : Et il n’y a
de chose volontaire (min šay’in) sans que ses trésors-entreposés (ḫazâ’in ou =
dépôts) soient chez Nous : Nous ne la faisons descendre par étapes que selon une
assignation connue. Dans le Texte coranique, on retrouve ce mot šay’ le plus souvent en
relation avec des aspects concrets du monde de la Création. Sur ce terme, d’autres
commentaires sont présentés dans un des chapitres suivants concernant le Nom divin
alḪâliq (le Créateur).
III – QUELQUES GRANDS THÈMES CORANIQUESُ
ْ
ُ
ِ
ْ
َ
ِ
َ
َ
ّ
ِ
ّ
ِ
ُ
َ
ِ
َ
ِ
ُ
َ
ِ
ّ
ُ
ُ
َ
َ
ِ
َ
ُ

َ
َ
َ

ْ
َ
ُ
ُ
َ

ْ
َ
ُ

ِ
ُ
ْ
َ
ِ
ُ
ْ
ُ

ُ
ُ
ُ
َ
ُ
ُ
َ
ِ
ُ
َ
ِ
َ
ّ
َ
ّ
َ
َ
َ
َ
َ
ّ
َ
َ
ّ
َ
َ
ّ
ِ
ُ
ّ
ُ
ِ
ْ
ِ
ِ
ُ
ِ
َ
ْ
ُ
َ
ُ
َ
ِ
ُ
ِ
ْ
ِ
ّ
ُ
ِ
ّ
ُ
ِ
ُ
ُ
ِ
ْ
ِ
ْ
1. Les Noms divins
Dans la liste suivante des 99 Noms divins retenus par la Tradition, les noms traduits en
gras ne sont pas coraniques mais on trouve leur racine conjuguée dans le Texte sacré.
D’autres Noms divins qui ne sont pas mentionnés dans cette liste se rencontrent dans le
Qur’ân.
Traduction proposée Nom divin en arabe N°
ﷲ ﻻإ ﻪﻟإ ﻻ - ﷲ ﻮﻬﻧﺎﺣﺮﻟاLui, Allâh - Nul dieu adoré sinon Allâh 1
نﺎﺣﺮﻟاLe Tout-Rayonnant d’Amour 2
ﻢﻴﺣﺮﻟاLe Très-Rayonnant d’Amour 3
ﻚﻠﻟاLe Possesseur 4
سوﺪﻘﻟاLe Très-Saint 5
م لا ﺲﻟاLa Paix, L’Indemne 6
ن م ؤ ﻢـﻟاLe Fidèle, L’Acteur du Dépôt confié 7
ن م ي ه ﻢـﻟاLe Surveillant, Le Prépondérant 8
ﺰﻳز ع لاL’Inaccessible, L’Irrésistible 9
رﺎﺑ ﺞـﻟاLe Réducteur 10
ب ك ت ﻢـﻟاCelui qui S’Automagnifie, Le Superbe 11
ق لﺎﺧـﻟاLe Créateur, Celui qui crée la norme 12
ئ رﺎﺑ لاLe Libérateur, Le Producteur 13
ر و ص ﻢـﻟاLe Formateur 14
رﺎﻓ غ لاLe Toujours Recouvreur 15
رﺎﻫ ق لاLe Sans Cesse Contraignant 16
بﺎﻫ و لاLe Toujours Donateur 17
قاز ﺮﻟاLe Sans Cesse Pourvoyeur 18
حﺎﺗ ف لاLe Toujours Victorieux 19
ﻢﻴﻟ ع لاLe Savant, l’Omniscient 20
ض بﺎﻗ لاCelui qui rétracte 21
ط سﺎﺑ لاCelui qui épanouit 22
ض فﺎﺧـﻟاL’Abaissant 23
ع فاﺮﻟاL’Élevant 24
ز ع ﻢـﻟاCelui qui rend irrésistible 25
ل ذ مـﻟاCelui qui rend vil 26
ﻊﻴﻣ ﺲﻟاL’Oyant 27
ير ص ب لاLe Clairvoyant 28
م ك ﺢـﻟاLe Juge 29
ل د ع لاL’Impartial 30
ﻒﻴﻄﻠﻟاLe Subtil 31
ير ﺐﺨـﻟاLe Très-Informé 32
ﻢﻴﻟ حـﻟاLe Longanime 33
ﻢﻴﻈﻋ لاLe Sans commune mesure, L’Immense 34
رﻮﻓ غ لاLe Tout-Recouvreur 35
رﻮﻛ ﺶﻟاLe Très-Reconnaissant 36
ل ع لاLe Sublime 37
ير ﺐﻛ لاL’Infiniment Grand 38
ﻆﻴﻓ ﺢـﻟاLe Préservateur 39ْ
ُ
ْ
ِ
ْ
ِ
ِ
ْ
ِ
ْ
ْ
ِ
ُ
ْ
ّ
ُ
ّ
َ
ُ
َ
ُ
َ
ُ
َ
َ
ُ
َ
ْ
ُ
ِ
ِ
ُ
َ
ِ
ُ
َ
ِ
ُ
َ
َ
ِ
ُ
ِ
ِ
ّ
ِ
َ
ُ
ّ
ِ
َ
ُ
ِ
ْ
ِ
ُ
ّ
ْ
َ
َ
َ
ْ
ِ
ُ
ّ
ِ
َ
ّ
ُ
ِ
َ
َ
ْ
ُ
ّ
ُ
َ
ُ
ِ
ِ
َ
ُ
ْ
ْ
ْ
َ
ِ
ُ
ِ
َ
ْ
ْ
ُ
ِ
ّ
َ
ْ
ُ
ِ
ّ
َ
ْ
ُ
َ
ِ
ُ
ُ
ُ
َ
َ
َ
ّ
ﺖﻴﻗ ﻢـﻟاCelui qui sustente 40
ﺐﻴﺳ حـﻟاCelui qui prend en compte 41
ﻞﻴﻟ جـﻟاLe Majestueux 42
ﻢﻳر ك لاLe Généreux 43
ﺐﻴﻗ ﺮﻟاLe Vigile 44
ﺐﻴﺟ ﻢـﻟاCelui qui exauce 45
ع ساو لاL’Englobant 46
ﻢﻴﻛ ﺢـﻟاLe Juste 47
دود و لاL’Aimant fidèle 48
ﺪﻴﺟ ﻢـﻟاLe Glorieux 49
ث عﺎﺑ لاCelui qui incite 50
ﺪﻴﻫ ﺶﻟاLe Témoin 51
ق حـﻟاLe Vrai, Le Réel 52
ﻞﻴﻛ و لاLe Gérant 53
ي و ق لاLe Fort 54
Q ﺖﻣـﻟاLe Ferme 55
ل و لاLe Très-Proche 56
ﺪﻴﻣ ﺢـﻟاCelui qui louange 57
ص ح ﻢـﻟاCelui qui garde en compte 58
ئ د ب ﻢـﻟاCelui qui produit sans modèle 59
ﺪﻴﻋ مـﻟاCelui qui réintègre 60
مـﻟﺎﺣ يCelui qui vivifie 61
ﺖﻴﻣ مـﻟاCelui qui fait mourir 62
ي حـﻟاLe Vivant 63
مﻮﻳ ق لاL’Immuable 64
د جاو لاL’Opulent 65
د حاو لاL’Unique 66
د ح لأاL’Un 67
د م ﺺﻟاLe Soutien impénétrable 68
ر دﺎﻗ لاLe Capable 69
ر د ت ق مـﻟاLe Puissant en Soi 70
م د ق مـﻟاL’Antérieur 71
ر خ ؤ مـﻟاLe Postérieur 72
ل و لأاLe Premier 73
ر ﺦﻟآاLe Dernier 74
ر هﺎﻈﻟاL’Extérieur 75
ن طﺎﺑ لاL’Intérieur 76
لاو لاLe Très-Proche 77
لﺎﻋ ت مـﻟاL’Exalté 78
ب لاLe Bon 79
باو ﺖﻟاCelui qui fait toujours retour 80
م ق ت ﻦﻣـﻟاLe Vindicatif 81
و ف ع لاLe Très-Pardonneur 82
فوء ﺮﻟاLe Bienveillant 83
لﺎﻣ ك لا ل كLe Possesseur du Royaume 84
Le Détenteur de la Majesté et de laِ
َ

ُ
ْ
ِ
ُ
ْ
ْ
ِ
َ
ِ
ّ
ُ
ْ
ُ
ْ
ْ
ِ
ُ
ِ
ِ
ُ
ِ

ْ
َ
َ
ُ
َ
ُ
َ
مار ﻚﻟإاو ل لا ﺞـﻟا وذGénérosité 85
ط س ق مـﻟاLe Répartiteur 86
ع مﺎﺟـﻟاLe Totalisateur 87
ي ﻦﻏ لاL’Autosuffisant 88
ﻲﻨﻏ مـﻟاCelui qui confère la suffisance 89
ع ﻦﻣـﻟاCelui qui refuse 90
رﺎﻀﻟاCelui qui contrarie 91
ع فﺎﻨﻟاCelui qui accorde le profit 92
رﻮﻨﻟاLa Lumière 93
يدﺎﻫـﻟاLe Guide 94
ﻊﻳد ب لاLe Novateur 95
ﻲﻗﺎﺑ لاLe Permanent 96
ث راو لاL’Héritier 97
ﺪﻴﺷ ﺮﻟاLe Recteur 98
رﻮﺑ ﺺﻟاLe Constant 99
2. Analyse de quelques Noms divins
a) Les pronoms Lui (huwa), Tu (anta), Je (ana), Nous (naḥnu) appliqués à
Allâh.
Dans le Qur’ân, Allâh parle de Lui avec les pronoms que nous venons de mentionner. Le
seul qui, pour certains traducteurs, présente une difficulté, est le pronom de la première
personne du pluriel, Nous. Dans la perspective théologique et métaphysique sur les Noms
divins, les positions des savants et des mystiques musulmans peuvent être résumées de la
façon suivante : les Noms divins ne concernent pas l’Essence divine (Ḏât). Ils ne
s’envisagent qu’au degré de l’Unicité divine (waḥdâniyya) dans laquelle ils sont de pures
relations en Allâh qui n’ont pas de réalité en soi, car ils viendraient alors faire concurrence à
l’Unicité divine. Quand Allâh parle de Lui à la première personne du pluriel, Il signifie qu’Il
s’exprime avec l’ensemble des Noms divins d’une manière indivise.
b) le Nom propre Allâh et celui de ilâh, de même racine ’A L H
Dans notre traduction, le Nom propre Allâh n’a pas été traduit. Ce Nom, qui revient 2697
fois dans le Qur’ân, est souvent énoncé pour être invoqué sous cette appellation. Alors,
invoquez Allâh en Lui vouant le Culte dû exclusif, et dussent les dénégateurs avoir
de l’aversion ! (Q 40-14). Le Nom Allâh possède de nombreuses caractéristiques
symboliques fondamentales que suggèrent les lettres qui le constituent, la forme de son
5nom et sa valeur numérique . Certains traducteurs ont gardé le mot arabe, comme Régis
Blachère. D’autres, les plus nombreux, l’ont traduit par Dieu.
Le Nom Allâh est à la fois le Nom donné à l’Inqualifiable, l’Ineffable, l’Infini, et celui
propre à la fonction divine qualifiable. Il n’est jamais au pluriel, ni à l’état construit, au
contraire du Nom ilâh, qui ne concerne jamais l’Absolu, mais Sa manifestation universelle
ou particulière dans les mondes qu’Il crée. Il se rencontre alors à l’état construit. Nous
l’avons souvent traduit par dieu ou dieu adoré ; par exemple : le Dieu que Moïse adore
(ilâhu Mûsâ), ou : Lâ ilâha illa Allâh : Nul dieu adoré sinon Allâh. Le nom ilâh admet
le duel (ilâhayn) et le pluriel (âlihat), et représente alors une ou des entités, des divinités
que l’on sert, qu’on adore en tant que dieux, positivement ou négativement.
La racine commune de ces deux Noms signifie adorer en tant que Dieu ou dieu, être dans
la stupéfaction, se réfugier, protéger.
c) le Nom Rabb
La racine R B B, trouvée 863 fois dans le Qur’ân, et qui n’est jamais conjuguée, prend les
significations suivantes : maîtriser, exercer l’autorité, être maître, contrôler, éduquer,
enseigner, rassembler. Nous avons traduit ce Nom divin par un ancien mot français :Enseigneur. Dans certaines listes traditionnelles des Noms divins, ce Nom divin n’est pas
mentionné. La raison en est peut-être que le Nom Rabb, dans le Qur’ân, est toujours en état
d’annexion. Il n’apparaît jamais avec l’article universel al : l’Enseigneur. Par contre, on
trouve mon Enseigneur, Rabbî, l’Enseigneur de Moïse, Celui des cieux et de la terre, etc.
Dans le verset 20-114, le Nom divin Rabb prend le sens de celui qui enseigne : Ainsi,
Allâh S’est exalté, le Possesseur, le Réel ! Ne t’empresse pas à la récitation
unifiante (Qur’ân) avant que son inspiration soit arrivée à toi et dis : « Mon
6Enseigneur ! Accorde-moi un accroissement de Science ! »
d) les deux Noms Raḥmân et Raḥîm dérivés de la racine R Ḥ M
Mentionnée 339 fois dans le Qur’ân, la racine R Ḥ M exprime l’endroit dilatable qui se
contracte et dans lequel est déposée la semence qui actualise un processus d’amour, d’où
l’idée de matrice, d’amour expansif, de rayonnement, de germination. Dans cette
perspective, ce terme garde une relation très étroite avec le sens de la racine Ḥ B B. En
effet, celle-ci signifie aimer. Deux termes fondamentaux en découlent : ḥubb, amour
séminal et ḥabba, graine, ou semence prégnante d’amour. Pour ces raisons, nous avons
rendu les deux Noms divins qui en sont issus par : le Tout-Rayonnant d’Amour et le
TrèsRayonnant d’Amour. Les Noms Miséricordieux ou Compatissant par lesquels ils sont très
souvent traduits suggèrent, pour le premier, un cœur qui prend pitié, et, pour le second, le
fait de « pâtir ou souffrir avec ». Ces traductions laissent alors échapper les acceptions
principales que comporte cette racine. De plus, issues de cette racine commune, ces deux
Noms divins doivent être traduits par une expression qui prend en compte leur même racine
: rayonnement d’Amour, le Tout-Rayonnant d’Amour comportant une signification plus
universelle que le second, le Très- Rayonnant d’Amour, comme l’indiquent la plupart des
théologiens musulmans.
e) La racine ’A M N et ses dérivés
Cette racine se rencontre 878 fois dans le Qur’ân et signifie, à la première forme verbale :
être en sécurité, être confiant, fidèle, avoir foi.
Le Nom al-Mu’min n’est mentionné qu’une seule fois au verset 59-23 en tant que Nom
divin. Par contre, on le trouve de nombreuses fois appliqué aux humains.
eLe terme mu’min est un participe actif de 4 forme. Quand Allâh S’adresse à l’humain, il
prend le sens principal suivant : celui qui met en œuvre, en toute confiance, d’une manière
indélébile et permanente, les possibilités qu’Allâh a déposées en lui, et qui se trouvent en
Allâh même. Nous rendons ce terme « mu’min » par : l’acteur ou celui qui met en
œuvre le Dépôt confié qu’il porte », en rapport avec le verset capital suivant :
Vraiment, Nous avons présenté le Dépôt confié aux cieux, et à la terre, et aux
montagnes. Alors, ils ont refusé de le porter et s’en sont gardés. Or, l’être humain
l’a porté. Il se trouve vraiment en situation d’iniquité et d’ignorance ! (Q 33-72).
L’être humain, créé selon la Forme divine, est la créature qui concentre les possibilités
divines contenues en elle et tous les Noms divins, selon les versets 2-31 et 95-4. Il les
actualisera ou les mettra en œuvre selon les prédispositions mises en lui de toute éternité.
Les autres créatures, citées ou non dans ce verset, n’ont pas ces possibilités actuelles dans
l’existence.
Que signifie alors ce Dépôt confié et comment le situer ?
Ce Dépôtconfié a un rapport étroit avec l’expression coranique mentionnée au verset
1521 : Et il n’y a aucune chose volontaire (ou possible voulant) sans que ses
trésorsentreposés (ou = dépôts) soient chez Nous : Nous ne la faisons descendre par
étapes que selon une assignation connue. Or, ce possible voulant, cette
indétermination volontaire, dans son principe, se trouve chez Allâh avant même qu’elle
soit descendue ou manifestée par Lui avec l’ensemble des Noms divins, compte tenu du
pronom « Nous » qui, dans ce verset, s’applique à ceux-ci.
Alors, que signifie l’expression « volonté indéterminée » qui traduit le terme arabe šay’
de la racine Š Y ’A dont le sens premier est vouloir, mais vouloir d’une manière synthétique,
globale ? C’est en rapport avec ce verset et d’autres que certains théologiens ont considéré
le mot šay’ comme un Nom divin. Par exemple, relevons celui-ci : Dis : « Quelle Volonté
indéterminée est plus éminente pour témoigner ? » Dis : « Allâh, Témoin entremoi et vous… » (Q 6-19).
Ce qui est « vouloir », en fonction de sa racine et de sa signification profonde, se
comprend comme étant une possibilité divine douée de volonté essentielle en Allâh même.
Quand elle se trouve dans le monde de la création, avec ses caractéristiques qui
proviennent d’Allâh, elle se situe comme un possible voulant qui actualise ses
prédispositions. Et n’invoque pas un autre dieu avec Allâh. Nul dieu adoré sinon Lui.
« Chaque chose douée de volonté » est évanescente sauf Sa Face. À Lui la Sagesse
et jusqu’à Lui vous serez réintégrés (Q 28-88). La face du « possible voulant » est alors
7son essence en Allâh. Ainsi que nous l’avons déjà signalé, certains grammairiens
musulmans ont défini ce « possible voulant » par l’expression « la plus indéterminée des
8indéterminations » (ankar an-nakirât) .
Dans le verset 33-72, cité plus haut, la amâna, terme construit sur la même racine ’A M
N, est le Dépôt qu’Allâh confie primordialement à l’être humain, Dépôt qu’il doit mettre en
œuvre fidèlement. Selon le verset 48-4, la mise en œuvre de ce Dépôt peut croître, décroître
ou être pervertie selon les comportements de l’être humain : Ne vois-tu pas ceux à qui
une part de l’Écriture a été donnée. Ils mettent en œuvre par la magie et l’excès le
Dépôt confié et disent à ceux qui ont dénié qu’ils sont mieux guidés sur un
chemin que ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié ? (Q 4-51).
Tous les êtres humains, issus d’Allâh, ont en eux, à titre indélébile, ce Dépôt qu’Allâh leur
a confié et qu’ils actualisent selon leurs propres prédispositions. Allâh dit : Nous avons
certes créé l’humain selon la plus excellente constitution, puis Nous l’avons
renvoyé au plus inférieur des inférieurs, sauf ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt
confié et accompli les œuvres intègres : alors pour eux une rétribution non
9diminuée. (Q 95-3 à 6) .
f) La racine Ḫ L Q et ses dérivés (251 fois dans le Qur’ân)
Elle prend les acceptions suivantes : donner la mesure sans couper, donner les
proportions, la norme, rendre égal, poli, caractériser, fabriquer de toutes pièces, produire,
être d’un caractère égal et normatif, inné.
Les théologiens distinguent deux aspects principaux concernant ce Nom divin : 1) celui de
déterminer (taqdîr), 2) et celui de faire exister (ijâd). Ils se réfèrent souvent au verset 7-54
pour justifier ces deux acceptions : L’Acte créateur (ḫalq) et l’Ordre (amr) ne Lui
appartiennent-ils pas ? Par le Créateur, les choses qui sont en Allâh expriment
volontairement les possibilités qui sont en elles de toute éternité. C’est par le Nom divin «
al-Bâri’ », le Libérateur, qu’elles manifestent celles-ci dans l’Existence universelle, et c’est
par le Nom « al-Muṣawwir », le Formateur, qu’elles prennent forme en celle-ci. Ces trois
Noms divins se trouvent selon cet ordre d’énumération au verset 24 de la sourate 59.
g) La racine Ġ F R et ses dérivés (234 fois dans le Qur’ân)
Elle signifie couvrir, recouvrir, cacher, recéler. Elle se différencie de la racine ɛ F W,
pardonner,
effacer les traces, oblitérer, passer outre.
Couvrir n’est pas pardonner. Ce qui est couvert, par exemple la faute, l’infraction, le
manquement, peut toujours réapparaître chez quelqu’un. Il s’agit alors d’un pardon partiel
obtenu à titre précaire qui n’éteint pas, à titre définitif, le méfait commis.
Trois Noms divins à intensité progressive sont coraniques : al-Ġâfir, le Recouvreur,
alĠafûr, le Très-Recouvreur, al-Ġaffâr, le Toujours Recouvreur. Si Dieu est sans cesse à
couvrir, c’est que les êtres humains sont sans cesse à fauter.
h) La racine Ḥ K M et ses dérivés (210 fois dans le Qur’ân)
Elle prend les sens principaux suivants : exercer le pouvoir, légiférer, statuer, juger,
arbitrer, réglementer, normaliser, instituer une règle souveraine, invariable, suprême, être
d’un jugement solide, museler un cheval pour le contrôler.
Il en résulte qu’Allâh juge primordialement et que les êtres humains jugent en application
du jugement qu’Allâh établit de principe.
Nous traduisons ci-dessous les vocables coraniques qui dépendent de cette racine :a) Le verbe Ḥakama à la première forme verbale : juger selon la Loi divine
normative et fondamentale - (55 fois dans le Qur’ân).
b) Ḥukm, nom d’action : jugement - (30 fois dans le Qur’ân).
c) Ḥâkimîn, ḥukkâm, 2 pluriels : justes - (6 fois dans le Qur’ân).
d) Ḥakam : juge, arbitre. C’est aussi un Nom divin - (2 fois dans le Qur’ân).
e) Ḥikma : sagesse, justesse dans le jugement - (20 fois dans le Qur’ân).
f) ) Ḥakîm : juste. C’est aussi et le plus souvent un Nom divin - (97 fois dans le
Qur’ân).
eg) Muḥkamât : participe passif pluriel de 4 forme : à statuts immuables,
fondamentalement établis - (2 fois dans le Qur’ân).
i) La racine N F S et ses dérivés : Nafs, pluriel : Nufûs, Anfus
eCette racine se trouve 298 fois dans le Qur’ân. Elle est conjuguée 3 fois, une fois à la 5
eforme verbale et 2 fois à la 6 forme.
Comme nom, on la trouve au singulier avec nafs 140 fois, au pluriel avec nufûs 2 fois, et
avec anfus 153 fois.
Ce terme comporte les sens suivants : avoir une influence sur quelqu’un par le souffle ou
le regard, relever de couches (femme), être précieux, être d’un grand prix.
Le vocable nafs prend les sens suivants : âme, âme formelle, âme incorporée, forme
animée, souffle animé, principe vital, individu, personne, sang. Il peut prendre le sens du
pronom réfléchi : lui-même, soi-même.
Dans le Qur’ân, le mot nafs concerne : Allâh dans Son Unicité, l’humain dans toutes ses
composantes, l’humain primordial Adam selon le verset 4-1 dans lequel il est envisagé
comme nafs waḥîda (Âme unique, souffle de vie unique) : Ô vous les humains ! Prenez
garde à votre Enseigneur qui vous a créés d’une Âme unique, et Il a créé d’elle
son Aspect conjoint… Par ailleurs, Adam est constitué selon la Forme d’Allâh d’après
cette nouvelle prophétique : « Allâh a créé Adam selon Sa Forme (ṣurâ). » Dans le verset
précité, cette Nafs unique peut alors se traduire par : Forme animée (divine) unique. Quand
Allâh Se qualifie plusieurs fois comme possédant une Nafs, il s’agit alors d’une Forme
animée universelle mentionnée dans quelques versets. Citons seulement les deux suivants :
Je (Allâh) t’ai façonné (Moïse) pour Mon Âme (ou : pour Moi-même) (Q 20-41), ou encore,
à propos de ce que dit Jésus : …Tu sais ce qui est en mon âme et je ne sais pas ce qui
est en Ton Âme… (Q 5-116). Il s’agit, ici, de l’Âme divine ou Forme animée divine
universelle qui comprent toutes les Qualités ou Noms divins, et toutes les choses. C’est
ainsi qu’on peut interpréter le verset suivant traduit dans son sens le plus littéral : …Il
(Allâh) a écrit sur Son Âme l’Amour rayonnant (kataba εalâ Nafsi-Hi ar-Raḥmah)…
traduit habituellement par : Il S’est prescrit à Luimême la Miséricordre. (Voir aussi le verset
6-54 de même teneur). On trouve aussi dans un hadîth transmis par Ibn Abbâs qu’Allâh a
créé le Calame ( qalam) fait de lumière et la Table bien-gardée (lawḥ maḥfûẓ) lumineuse
sur laquelle celui-ci écrit toute chose jusqu’au Jour de la Résurrection. Voir à ce sujet notre
ouvrage Une approche du Coran par la grammaire et le lexique, pages 53 et 54. De plus,
dans maintes occurrences coraniques, on trouve de telles expressions : Ne tuez pas vos
âmes… (Q 4-29). Et à propos de la loi du talion : …âme pour âme… (Q 5-45), c’est-à-dire «
individu pour individu, ou vie pour vie ». Chaque fois que le mot nafs est mentionné, il fait
allusion à l’âme incorporée, à l’individu, à la Personne humaine ou divine, etc.
Allâh dit encore : …Puis Il l’harmonisa (l’humain) et insuffla en lui de Son Esprit…
(Q 32-9). C’est grâce à l’Esprit (rûḥ) d’Allâh que l’Insufflation divine donne vie à l’humain
incorporé : Allâh l’infuse en lui selon sa capacité (wusεa). L’humain est alors constitué d’une
triplicité d’aspects indissociables : de l’Esprit, d’une âme incorporée et d’un corps qu’elle
anime. Mais de l’Esprit, Allâh dit : Ils t’interrogent sur l’Esprit. Dis : L’Esprit procède
de l’Ordre de mon Enseigneur. Et il ne vous a été donné que peu de savoir (Q
1785).
Signalons aussi que dans l’ensemble du Texte coranique, et dans huit versets seulement,
trois termes concernent le corps : 1) Jism, pl. ajsâm, stature, apparence, corps, deux
versets en 2-247 et 63-4) – 2) Jasad, corps vivant, chair, dans quatre versets : 7-148, 20-88,
21-8 et 38-34 – 3) Badan, pl. budn, corps animal d’une certaine taille, deux fois en 10-92 et
22-36.Le nom nafs, au singulier ou au pluriel, abonde dans le Texte coranique dans les
significations indiquées très sommairement ci-dessus.
3) Le Prophète dans le Qur’ân
a) Ses noms
- Muḥammad
Ce nom Muḥammad est mentionné seulement quatre fois dans le Qur’ân en 3-144, 33-40,
47-2 et 48-29. Ce nom propre, dérivé de la racine Ḥ M D, qui signifie louer, louanger, est un
participe passif de deuxième forme verbale qui exprime des noms de lieu et de temps. Le
nom Muḥammad signifie alors, d’après l’étymologie : l’être qui est le lieu, ou le support
10dans lequel la Louange divine se manifeste pendant un cycle imparti .
- Messager, Envoyé, Prophète et Sceau de la Prophétie
Dans le Qur’ân, Muḥammad est nommé aussi bien Prophète (nabî) que Messager (rasûl)
ou Envoyé (mursal), ce dernier terme étant un participe passif. Ces trois dénominations
impliquent aussi des fonctions et des significations différentes.
Le Messager est l’homme parfaitement réalisé qui vient de chez Allâh pour transmettre
un message en fonction de ce verset : Et quand un Messager leur vint de chez Allâh
confirmant ce qu’ils détenaient déjà, une partie de ceux qui avaient reçu l’Écriture
jeta derrière son dos l’Écriture d’Allâh comme si elle ne la connaissait pas (Q
2101).
Le Messager est aussi Prophète, mais un Prophète n’apporte pas nécessairement une
législation ou un Message de la part d’Allâh. La plupart des prophètes ne sont donc pas des
messagers. Muḥammad, Prophète, Messager et Envoyé, détient les deux fonctions et ces
trois dénominations.
Il est aussi qualifié de Sceau des Prophètes : Muḥammad n’est le père d’aucun de vos
hommes, mais il est le Messager d’Allâh et le Sceau des Prophètes. – Allâh Savant
de toute chose (Q 33-40).
- Bašar, bašir et naḏîr :
Il est bašar, c’est-à-dire une personne appartenant à l’espèce humaine. La racine B Š R,
sur laquelle ce terme est construit, prend les sens suivants : enlever la peau, réjouir
quelqu’un avec une nouvelle, cohabiter. De cette racine proviennent les deux mots non
coraniques : bašara, la peau, et mubâšara, la cohabitation intime. Le bašar est l’être
d’apparence et de forme humaine, l’être charnel dont on ne perçoit très souvent que la
forme extérieure. Citons le verset suivant qui confirme cette affirmation : Dis : « Ce que je
suis : un être de forme humaine semblable à vous. Il m’a été inspiré que le Dieu
que vous adorez est un Dieu unique. Alors, demandez à vous élever jusqu’à Lui et
à ce qu’Il vous couvre. » Et malheur aux codéificateurs (Q 41-6).
Il est porteur de bonnes nouvelles (bašîr) et avertisseur (naḏîr) en tant qu’il exhorte et
qu’il est voué entièrement à Allâh.
- Flambeau qui porte la lumière
Ô Prophète ! Nous t’avons envoyé comme témoin, et comme annonciateur de
bonnes nouvelles, et comme avertisseur, -/- et comme celui qui convie à Allâh avec
Sa permission, et comme flambeau qui porte la lumière (Q 33-45 & 46).
- Ummî
Le terme ummî, adjectif de relation, au pluriel umiyyûn, revient six fois dans le Qur’ân
et signifie : qui est de la nature de la mère et de ce qu’elle produit, origine, principe,
prototype. L’expression coranique umma, de même racine, traduit habituellement par
communauté, peut se rendre par « matrie », néologisme peu employé pour le traduire. Dans
le Qur’ân, le Prophète est qualifié par ce terme qui comporte alors les sens suivants :
maternel, analphabète, générateur de la Communauté, de nature primordiale, prototypique,
comme dans les deux longs versets 7-157 & 158. Une autre référence confirme
l’analphabétisme primordial et providentiel du Prophète : Et avant cela, tu ne
communiquais aucune Écriture et d’elle, tu ne traces, de ta dextre, aucuncaractère : alors les êtres de fausseté se seraient pris à douter (Q 29-48).
b) - Son caractère sans commune mesure et son imitation
Allâh qualifie ainsi le Prophète : Nûn – Par le Calame et ce qu’ils consignent ! -/- Par
le bienfait de ton Enseigneur, tu n’es pas sous l’emprise d’un djinn. -/- Et
vraiment, tu as une rétribution sans fin. -/- Et vraiment, tu es selon un caractère
sans commune mesure (ḫuluq ɛaẓîm) (Q 68-1 à 4). Cette disposition innée du Prophète est
d’autant plus remarquable que le terme que nous avons traduit par « caractère » provient
de la racine Ḫ L Q qui signifie : créer, donner la norme, proportionner, prendre la mesure
sans couper, être égal et poli. Est issu de cette racine, le Nom divin Ḫâliq, le Créateur ou
Celui qui donne la norme à ce qu’Il crée. Le Prophète est alors créé à l’image du Créateur, il
en réalise les vertus et les caractéristiques, il en est investi et tout son être en témoigne.
À un autre endroit du Qur’ân, il est décrit comme étant Ḏikr ou rappel et Qur’ân : Or
Nous ne lui (le Prophète) avons pas enseigné la poésie. Et elle ne lui convient pas :
il n’est que Ḏikr et Qur’ân explicite, -/- afin qu’il avertisse les vivants et afin que le
Dire se réalise contre les dénégateurs (Q 36-69 & 70). Cette interprétation est conforme
à la syntaxe qui veut, ici, que les deux termes Ḏikr et Qur’ân, mentionnés au tout début de
cette séquence, s’appliquent au Prophète et le qualifient, et non pas au vocable poésie.
Pour ces raisons, le Prophète sert de modèle aux Fidèles : « Dans le Messager
d’Allâh, un modèle excellent s’est bel et bien trouvé pour vous et pour quiconque
met son espoir en Allâh et dans le Jour ultime, et qui se rappelle Allâh
abondamment » (Q 33-21).
IV – LA STRUCTURE DU TEXTE CORANIQUE
Le Texte coranique s’articule conventionnellement selon 6236 versets répartis en 114
sourates, présentées des plus longues aux plus courtes. Ce découpage a été arrêté
définitivement par le troisième Calife ‘Uthmân, après la mort du Prophète, et ne suit pas
l’ordre chronologique de la Descente divine sur lui, cet ordre n’ayant jamais obtenu un
consensus indiscutable parmi les savants musulmans. La recension du Texte par le Calife
‘Uthmân a été définitive et tous les exemplaires actuels du Qur’ân ont été faits sur ce
modèle.
1) La division en versets
La division en versets, établie après la mort du Prophète, n’a pas fait l’unanimité parmi
les savants en la matière. On peut le vérifier d’après certaines traductions françaises :
celles de Régis Blachère et du Professeur Muhammad Hamidullah, par exemple, qui
donnent, très souvent, pour un verset, des numérotations différentes. Toutefois, il faut
signaler que la numérotation des versets et leurs nombres ne modifient pas le Texte
coranique, tant dans son contenu que dans l’ordre de présentation des 114 sourates. Dans
les récentes éditions du Qur’ân, la division du Texte en versets a été uniformisée et sert de
référence universelle. Il s’agit alors d’une référence conventionnelle à usage pratique.
Cette division en versets est d’autant plus conventionnelle que, très souvent, le sens d’un
verset se complète par le ou les versets qui suivent, par une sorte d’enjambement. C’est
cette unité conventionnelle de base que les premiers grammairiens musulmans ont
dénommée
« âya, pluriel âyât ». Ce mot, mentionné de très nombreuses fois dans le Texte coranique,
ne devrait pas être traduit par verset mais par signe ou par « théophanie ». Citons le
verset 2-106 qui est le plus représentatif pour traduire ce terme : Si Nous remplacions un
Signe (âya) ou si Nous le faisions oublier, Nous en apporterions un meilleur ou un
équivalent. Ne savais-tu pas qu’Allâh est Puissant sur toute chose. Ce verset a été à
l’origine de la position prédominante des premiers théologiens musulmans sur ce qu’ils ont
appelé l’abrogeant (nâsiḫ) et l’abrogé (mansûḫ), cette position étant actuellement de plus
en plus controversée. Il faut noter que les trois premiers verbes contenus dans ce verset
sont conjugués à l’apocopé et doivent alors être traduits en français par des conditionnels.
On peut conclure de ce verset qu’il s’agit d’une possibilité qu’Allâh peut réaliser ou non.
Certains en ont conclu qu’aucun verset ne pouvait être abrogé ou remplacé. Les
lexicographes musulmans ne donnent pas de racine connue au terme coranique « âya ».Dans le Qur’ân, ce vocable âya est mentionné pour la première fois dans la sourate 68
verset 15 qui, dans l’ordre de la Descente divine, vient en deuxième position, c’est-à-dire au
tout début de la Mission du Prophète, époque où la division par verset était loin d’être
codifiée. Régis Blachère, grammairien prudent, ne traduit que très rarement le terme « âya
» et le rend par ce même terme arabe, du fait que l’étymologie de ce terme n’est pas
pleinement identifiée.
2) Les âyât ou Signes, Théophanies, appelés muḥkamât et mutašâbihât dans
le verset Q 3-7 traduit ci-dessous :
C’est Lui qui a fait descendre dans l’instant l’Écriture sur toi. Proviennent d’elle : des
signes à statuts immuables (muḥkamât) : eux sont la Mère de l’Écriture - et d’autres
symboliques (ou = qui s’apparentent = mutašâbihât). Alors, ceux qui ont dans le cœur une
déviation, suivent de l’Écriture ce qui est symbolique, par attrait de l’épreuve et par désir
de sa signification originelle. Et ne connaît sa signification originelle qu’Allâh. Et
11ceux qui s’enracinent dans la science disent : « Nous mettons en œuvre le Dépôt
confié par Lui. Tout provient de chez notre Enseigneur ! » Et seuls ceux qui sont
doués de conscience quintessentielle se rappellent.
Ces deux termes sont issus de deux racines difficiles à traduire et qui, de ce fait, ont été
rendues de manières très différentes par les commentateurs musulmans du Qur’ân et les
traducteurs, entraînant alors des positions théologiques très contrastées : à savoir quelles
sont les parties du Qur’ân qui sont concernées par ces différents points de vue doctrinaux.
Nous avons rendu ces deux termes par statuts immuables, fondamentalement établis
et symboliques ou qui s’apparentent.
12La traduction anglaise de Yusuf Ali transcrit le premier par « basic or fundamental,
established meaning », et le second par « allegorical ». Voir son commentaire très pertinent
de ce verset 3-7.
eLe mot muḥkamât, issu de la racine Ḥ K M, est un participe passif pluriel de 4 forme et
signifie à cette forme verbale : fondamentalement, immuablement établi. Il est trouvé une
seule fois au pluriel dans ce verset et une fois au singulier : muḥkama, en 47-20. Cette
importante racine coranique a été commentée à la rubrique des Noms divins.
eLe mot mutašâbihât, provenant de la racine Š B H, est un participe présent pluriel de 6
forme et signifie : comparer, être analogue, s’apparenter, être similaire, être symbolique.
Les Signes qui sont dans la Mère de l’Écriture sont en Allâh de toute éternité et y restent
à jamais. Les Signes symboliques sont l’expression adéquate de ces premiers dans la
Création divine ; ce sont ceux qui, établis en Allâh, s’actualisent par la Descente divine dans
tous les plans qu’Allâh produit.
Les versets suivants confirment l’interprétation des deux termes techniques en cause que
nous venons de mentionner :
Une Écriture dont les Signes ont été établis immuables. Puis ils ont été détaillés
venant de chez un Sage Bien-Informé (Q 11-1). Allâh a fait descendre par étapes la
plus excellente nouvelle : une Écriture impliquant une symbolique répétitive… (Q
39-23). Dans cette partie de verset, de même résonnance que dans le 3-7, le terme «
symbolique – mutašâbiha » a nécessairement un sens positif et ne peut jamais ici se
traduire par « équivoque ». Cette interprétation est donnée par al-Qurtubî dans son grand
commentaire arabe du Qur’ân : Al-Jâmiɛ li Aḥkâm al-Qur’ân.
3) La division en sourates
Le Texte coranique est divisé en 114 sections désignées d’une manière générale par le
terme « sourate ». Ce terme vient de la racine trilitère S W R qui signifie : monter sur un
mur, se hisser sur, assaillir. Ce vocable « sûrat », sourate, reçoit alors les sens suivants :
rangée de pierres, enceinte, muraille, mur. Pour la première fois, ce vocable apparaît en
Qur’ân 10-58, en position 51 dans l’ordre chronologique présumé de la Descente divine, et
ensuite en Qur’ân 11-13 en position 52 dans ce même ordre, en période mekkoise. Selon les
contextes dans lesquels ce terme est mentionné 9 fois, il s’agit plus d’un ensemble continu
de versets que de sourates complètes. C’est pourquoi nous l’avons traduit par « énoncé ».
Ce vocable a été mentionné quand le bien-fondé des premiers éléments coraniques de la
période mekkoise a été contesté par des personnes qui doutaient, ou quand il était questiondu combat prescrit contre les polythéistes dans la période médinoise, combat pour lequel
certains des premiers musulmans avaient une forte réticence.
Contrairement au terme âya, la racine S W R est pleinement identifiée par les premiers
lexicographes musulmans.
4) Les phrases nominales et verbales
a) La phrase nominale
La phrase nominale n’a pas de verbe. Elle peut avoir un participe présent ou un participe
passif, ces deux éléments, comme le nom l’indique, peuvent participer du verbe ou du nom.
Ce type de phrase est d’un usage très fréquent en langage sémitique et il se rencontre en de
nombreux endroits dans le Texte coranique. Dans notre traduction, cette absence de verbe,
dans toutes les modalités d’expression, peut être rendu par l’auxiliaire français « être », en
tant qu’il joint le sujet au prédicat, ou faire l’ellipse du verbe être. Par exemple : Allâh,
Puissant sur toute chose.
b) la phrase verbale
Ce type de phrase possède un ou plusieurs verbes.
c) Le verbe d’existence kâna
Ce verbe d’existence ou d’état peut se traduire de plusieurs manières : se trouver, être,
exister, advenir, se comporter, se situer, etc. De nombreuses fois, dans notre traduction,
nous l’avons rendu par « se trouver », cette expression verbale française signifiant : être en
présence de soi-même, avoir une prise de conscience intime de soi d’une manière générale
et dans la circonstance et le milieu où l’on se situe. C’est se poser dans l’existence avec une
certaine connaissance plus ou moins consciente de sa condition.
L’être créé par Allâh, provenant de Lui et retournant à Lui, selon certains versets
coraniques, prend conscience qu’il se situe dans le Plan divin nanti d’attributs qu’Allâh lui
impartit pour lui permettre de réaliser ce pour quoi il a été produit selon ses propres
dispositions. Avec ce verbe kâna, on touche à des aspects fondamentaux de la liberté
humaine, thème récurrent dans le Qur’ân et qui ouvrira de nombreuses prises de positions
nuancées et difficiles chez les théologiens et les mystiques musulmans. Quand il s’agit
d’Allâh, Il se trouve Lui-même tel qu’Il est présent subtilement dans Son œuvre par
l’exercice des Noms divins. Un de Ses Noms est al-Laƒîf, le Subtil, le Compénétrant,
l’Immatériel.
5) L’articulation du Discours divin et la ponctuation
a) L’articulation du Discours divin
Initialement, le Prophète reçoit synthétiquement d’Allâh le Qur’ân en un instant non
identifiable, comme dans la sourate 97-1. Ensuite, au cours de sa Mission, pendant 23
années, il reçut par étapes les Paroles divines par le truchement de l’Ange Gabriel. Le Texte
imprimé que nous possédons actuellement résulte d’une transcription de la Parole
descendue oralement sur le Prophète. Étant illettré, ce n’est pas lui qui l’a écrite, mais il a
transmis cette Parole de cette même façon orale à ses compagnons qui l’ont gardée dans
leur mémoire et dont certains l’ont transcrite de son vivant. Cette transcription initiale a été
faite, par certains compagnons lettrés du Prophète, à l’aide d’un alphabet rudimentaire
d’origine nabatéenne qui, à cette époque, comportait seulement 14 graphies différenciées
sur les 28 consonnes arabes, et aucune vocalisation, ni aucun signe de ponctuation. C’est
après de longues décennies que la Parole divine a été transcrite en fonction d’un alphabet
définitif comportant 28 signes consonantiques distincts et une vocalisation adaptée, mais
sans aucune ponctuation. Les articulations naturelles du Discours divin oral ne peuvent,
c’est évident, en aucune façon, représenter un ensemble ponctué. L’oralité d’un discours
reçoit les inflexions naturelles de la voix qui se nuancent sous l’effet du style oratoire que
l’on veut produire sur l’auditoire. Certaines particules récurrentes dans le Discours divin,
nécessairement oral, doivent alors être envisagées comme des éléments aussi nécessaires
que d’autres qui relèvent de la syntaxe arabe. C’est pourquoi il nous a paru évident et
nécessaire de les identifier dans notre traduction française. Il est facile d’en déduire qu’unsystème de ponctuation conventionnellement élaboré ne peut exister que dans un texte
écrit.
Une difficulté conceptuelle paradoxale peut alors en résulter. La traduction écrite de
cette Parole divine en français peut-elle tenir compte de cette absence de ponctuation du
Discours divin nécessairement oral ? Et si cela est impossible, comment articuler cette
Parole dans une traduction écrite qui oblige à ponctuer d’une façon ou d’une autre, selon
des conventions d’usage diverses ? Dans notre traduction nous avons alors ponctué les
différents développements du Discours divin pour en faire ressortir ses articulations, avec
très souvent passage à la ligne.
b) Présence de particules
Il existe de nombreuses particules en arabe coranique qui lient le Discours divin dans ses
différents éléments. Dans les réflexions que nous venons de développer ci-dessus, nous
avons retenu trois particules de liaison qui reviennent dans la Parole divine d’une manière
constante : wa, fa et inna.
LA PARTICULE « WA » COMPORTE, DANS LE QUR’ÂN, QUATRE SIGNIFICATIONS
BIEN DISTINCTES :
1) « wa », conjonction de coordination, traduite par « et » qui unit des éléments
semblables dans une phrase. Dans une telle suite, les conventions françaises
recommandent, d’une manière générale, de séparer ses éléments consécutifs par des
virgules et de finir cette suite par « et ». Dans notre traduction, nous avons très souvent
préféré traduire une suite de « wa » arabe par une suite de « et » français en séparant les
membres de phrases par des virgules. Nous avons adopté la même manière de ponctuer
avec les conjonctions ou et ni.
Consulter à ce sujet l’ouvrage de Jacques Drillon, Traité de la ponctuation française,
Éditions Gallimard, 1991, pp. 170 sq. et 391.
Par exemple : Ne vois-tu pas que pour Allâh se prosternent ceux dans les cieux, et ceux
sur la terre, et le soleil, et la lune, et les étoiles, et les montagnes, et les arbres, et les bêtes,
et beaucoup d’humains ? Contre beaucoup la correction se vérifie et nul pour honorer celui
qu’Allâh humilie... (Q 22-18).
2) « wa », adversatif marquant une opposition ou une restriction, traduit par : tandis
que, alors que. Exemple : Or, Il a fait descendre soudainement une eau. Alors, par
elle Il fait surgir des fruits comme provision pour vous. Alors, n’adjoignez pas des
égaux à Allâh tandis que vous savez ! (Q 2-22).
3) « wa » marquant le commencement d’une autre séquence dans une phrase liée à la
précédente ou dans certains éléments de verset. Ce wa a été souvent traduit par : « or » «
marquant la transition d’une idée à une autre », selon la définition du Petit Larousse. Ce «
or » a été mis quelquefois au commencement d’une nouvelle ligne. Or, allez-vous disputer
avec nous au sujet d’Allâh tandis que Lui est notre Enseigneur et votre
Enseigneur ? (Q 2-139).
4) « wa » mis au commencement d’un verset indiquant un serment : « Par », comme dans
cet exemple en Qur’ân 95-1 à 3 : Pa r le Figuier et l’Olivier ! -/- Pa r le Mont Sinaï !
-/Pa r cette contrée sûre ! Les mots qui suivent immédiatement ce wa sont au cas indirect.
Cette particule initiale peut suggérer des modalités non exprimées mais interconnectées
dans le Plan divin.
LA PARTICULE « FA », CONJONCTION
Elle est mise dans le cours d’une phrase ou au commencement d’une autre pour indiquer
la graduation, la progressivité, la disjonction, la subordination, pour coordonner des
significations distinctes, à la différence de la conjonction de coordination « wa ».
Nous l’avons traduite le plus souvent par « alors », et quelquefois par « aussi ». Elle
vient souvent corroborer le sens d’une séquence commençant la phrase par « wa ». Parexemple : Or, si vous étiez dans un doute au sujet de ce que Nous avons fait
descendre par étapes sur Notre adorateur, venez alors avec une composition
semblable à ceci et appelez vos témoins à la place d’Allâh si vous êtes véridiques
(Q 2-23).
Si alors vous ne le faisiez jamais – et vous ne le ferez jamais – prenez garde au
Feu qui a pour combustible les humains et les pierres ! Pour les dénégateurs, il a
été préparé (Q 2-24).
Cette particule « fa » est aussi une conjonction de subordination annonçant un verbe
conjugué à l’inaccompli subjonctif.
LA PARTICULE « INNA » VRAIMENT
C’est une particule dite du cas direct. Placée au début d’une séquence, elle confirme les
paroles qui vont suivre. Elle est très employée dans le contexte coranique, et nous l’avons
rendue par vraiment. Par exemple : Vraiment, Allâh ne déprécie pas la vie en
proposant sur un plan analogique un quelconque moucheron et ce qui lui est
supérieur. Alors, ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié savent que c’est la
Vérité provenant de leur Enseigneur. Or, ceux qui ont dénié disent : « Dès lors,
par ceci, qu’a visé Allâh sur un plan analogique ? » Par elle, Il en laisse s’égarer
beaucoup, et par elle Il en guide beaucoup. Il ne laisse s’égarer que ceux qui se
dévoient (Q 2-26).
LES DEUX PARTICULES LAM ET LAN
Elles correspondent en français à des adverbes de négation et nous les avons traduites
souvent par « jamais ».
La particule lam est toujours suivie d’un verbe à l’apocopé pour exprimer le passé. Cette
particule se distingue du lâ négatif qui, dans la phrase arabe, n’entraîne pas la conjugaison
du verbe qui la suit à l’apocopé. Exemple : À l’égard de ceux qui ne vous ont jamais
(lam) combattus dans le Culte dû, ni jamais (lam) expulsés de vos demeures, Allâh
ne vous défend pas d’être bons ni équitables. Vraiment, Allâh aime les équitables »
(Q 60-8).
La particule lan est toujours suivie d’un verbe à l’inaccompli pour exprimer un futur
négatif. Exemple : L’humain estime-t-il que jamais (lan) Nous ne rassemblerons ses
os ? (Q 75-3). En dehors de cette construction, ce temps futur est souvent construit avec
les deux particules sa ou sawfa qu’il faut bien distinguer du lan. Exemple : Or, ton
Enseigneur te donnera (sawfa yu’tika) : alors, tu resteras satisfait (Q 93-5).
V – LA RÉCITATION RITUELLE ET SES EFFETS
1) Individuelle
Allâh précise en s’adressant au Prophète : « …Rythme (rattil) le Qur’ân
harmonieusement (tartîlan) » (Q 73-4). Cette façon traditionnelle de réciter la Parole
divine coranique est assujettie à des règles précises pour respecter les voyelles longues ou
courtes, les consonnes redoublées ou non, les liaisons qui organisent les différentes parties
du Discours divin et la respiration naturelle de celui qui récite. Ce mode de récitation ne
doit pas être confondu avec ce qu’on a dénommé « tajwîd », faire une récitation enjolivée,
fleurie qui respecte aussi les règles précitées. Allâh précise les effets qui résultent d’une
telle récitation rythmée chez celui qui s’oriente vers Lui exclusivement : Allâh a fait
descendre par étapes la plus excellente nouvelle : une Écriture impliquant une
symbolique répétitive. Les peaux de ceux qui redoutent leur Enseigneur en
frissonnent. Puis leurs peaux et leurs cœurs s’attendrissent au rappel d’Allâh.
Telle est la guidance d’Allâh. Il guide qui Il veut par cela.
Or, celui qu’Allâh laisse s’égarer n’a pas de guide (Q 39-23).
2) En groupeLa récitation en groupe se déroule en respectant les règles de base que l’on
vient de préciser, mais dans un souffle d’ensemble continu qui unifie les
respirations discontinues de chacun des participants.
LES 14 LETTRES ISOLÉES INAUGURANT 29 SOURATES
ى ه ن م ل ك ق ع ط ص س ر ح أ 14 ﺎﻓﺮﺣ 29
Y H N M L K Q ε Ṭ Ṣ S R Ḥ ’ 14 LETTRES Sourates
10 5 50 40 30 20 100 70 9 90 60 200 8 1 N°
* * * م ل ا 2
* * * م ل ا 3
* * * * ص م ل ا 7
* * * ر ل ا 10
* * * ر ل ا 11
* * * ر ل ا 12
* * * * ر م ل ا 13
* * * ر ل ا 14
* * * ر ل ا 15
* * * * * ص ع ي ـﻫ ك 19
* * ه ط 20
* * * م س ط 26
* * س ط 27
* * * م س ط 28
* * * م ل ا 29
* * * م ل ا 30
* * * م ل ا 31
* * * م ل ا 32
* * س ي 36
* ص 38
* * م ح 40
* * م ح 41
* * * * * ح م - ع س ق 42
* * م ح 43
* * م ح 44
* * م ح 45
* * م ح 46
* ق 50
* ن 68
2 2 1 17 13 1 2 2 4 3 5 6 7 13 78lettRes =>
CHRONOLOGIE PRÉSUMÉE DE LA RÉVÉLATION DES
SOURATES
n° mekkoise n° mekkoise n° mekkoise
chronologie chronologie chronologiesourate médinoise sourate médinoise sourate médinoise
001 096 mekkoise 002 068 mekkoise 003 073 mekkoise
004 074 mekkoise 005 001 mekkoise 006 111 mekkoise
007 081 mekkoise 008 087 mekkoise 009 092 mekkoise
010 089 mekkoise 011 093 mekkoise 012 094 mekkoise
013 103 mekkoise 014 100 mekkoise 015 108 mekkoise
016 102 mekkoise 017 107 mekkoise 018 109 mekkoise
019 105 mekkoise 020 113 mekkoise 021 114 mekkoise
022 112 médinoise 023 053 mekkoise 024 080 mekkoise
025 097 mekkoise 026 091 mekkoise 027 085 mekkoise
028 095 mekkoise 029 106 mekkoise 030 101 mekkoise
031 075 mekkoise 032 104 mekkoise 033 077 mekkoise
034 050 mekkoise 035 090 mekkoise 036 086 mekkoise
037 054 mekkoise 038 038 mekkoise 039 007 mekkoise
040 072 mekkoise 041 036 mekkoise 042 025 mekkoise
043 035 mekkoise 044 019 mekkoise 045 020 mekkoise
046 056 mekkoise 047 026 mekkoise 048 027 mekkoise
049 028 mekkoise 050 017 mekkoise 051 010 mekkoise
052 011 mekkoise 053 012 mekkoise 054 015 mekkoise
055 006 mekkoise 056 037 mekkoise 057 031 mekkoise
058 034 mekkoise 059 039 mekkoise 060 040 mekkoise
061 041 mekkoise 062 042 mekkoise 063 043 mekkoise
064 044 mekkoise 065 045 mekkoise 066 046 mekkoise
067 051 mekkoise 068 088 mekkoise 069 018 mekkoise
070 016 mekkoise 071 071 mekkoise 072 014 mekkoise
073 021 mekkoise 074 023 mekkoise 075 032 mekkoise
076 052 mekkoise 077 067 mekkoise 078 068 mekkoise
079 070 mekkoise 080 078 mekkoise 081 079 mekkoise
084 030 mekkoise082 082 mekkoise 083 084 mekkoise
085 029 mekkoise 086 083 mekkoise 087 002 médinoise
090 033 médinoise088 008 médinoise 089 003 médinoise
091 060 médinoise 092 004 médinoise 093 099 médinoise
094 057 médinoise 095 047 médinoise 096 013 médinoise
097 055 médinoise 098 076 médinoise 099 065 médinoise
100 098 médinoise 101 059 médinoise 102 024 médinoise
103 022 médinoise 104 063 médinoise 105 058 médinoise
106 049 médinoise 107 066 médinoise 108 064 médinoise
109 061 médinoise 110 062 médinoise 111 048 médinoise
112 005 médinoise 113 009 médinoise 114 110 médinoise
L’ORDRE ACTUEL DES SOURATES ET LEUR CHRONOLOGIE
PRÉSUMÉE
N° mekkoise N° mekkoise N° mekkoise
chronologie chronologie chronologiesourate médinoise sourate médinoise sourate médinoiseِ
َ
َ
ِ
ْ
َ
001 005 mekkoise 002 087 médinoise 003 089 médinoise
004 092 médinoise 005 112 médinoise 006 055 mekkoise
007 039 mekkoise 008 088 médinoise 009 113 médinoise
010 051 mekkoise 011 052 mekkoise 012 053 mekkoise
013 096 médinoise 014 072 mekkoise 015 054 mekkoise
016 070 mekkoise 017 050 mekkoise 018 069 mekkoise
019 044 mekkoise 020 045 mekkoise 021 073 mekkoise
022 103 médinoise 023 074 mekkoise 024 102 médinoise
025 042 mekkoise 026 047 mekkoise 027 048 mekkoise
028 049 mekkoise 029 085 mekkoise 030 084 mekkoise
031 057 mekkoise 032 075 mekkoise 033 090 médinoise
034 058 mekkoise 035 043 mekkoise 036 041 mekkoise
037 056 mekkoise 038 038 mekkoise 039 059 mekkoise
040 060 mekkoise 041 061 mekkoise 042 062 mekkoise
043 063 mekkoise 044 064 mekkoise 045 065 mekkoise
046 066 mekkoise 047 095 médinoise 048 111 médinoise
049 106 médinoise 050 034 mekkoise 051 067 mekkoise
052 076 mekkoise 053 023 mekkoise 054 037 mekkoise
055 097 médinoise 056 046 mekkoise 057 094 médinoise
058 105 médinoise 059 101 médinoise 060 091 médinoise
061 109 médinoise 062 110 médinoise 063 104 médinoise
064 108 médinoise 065 099 médinoise 066 107 médinoise
067 077 mekkoise 068 002 mekkoise 069 078 mekkoise
070 079 mekkoise 071 071 mekkoise 072 040 mekkoise
073 003 mekkoise 074 004 mekkoise 075 031 mekkoise
076 098 médinoise 077 033 mekkoise 078 080 mekkoise
079 081 mekkoise 080 024 mekkoise 081 007 mekkoise
082 082 mekkoise 083 086 mekkoise 084 083 mekkoise
085 027 mekkoise 086 036 mekkoise 087 008 mekkoise
088 068 mekkoise 089 010 mekkoise 090 035 mekkoise
091 026 mekkoise 092 009 mekkoise 093 011 mekkoise
094 012 mekkoise 095 028 mekkoise 096 001 mekkoise
097 025 mekkoise 098 100 médinoise 099 093 médinoise
100 014 mekkoise 101 030 mekkoise 102 016 mekkoise
103 013 mekkoise 104 032 mekkoise 105 019 mekkoise
106 029 mekkoise 107 017 mekkoise 108 015 mekkoise
109 018 mekkoise 110 114 médinoise 111 006 mekkoise
112 022 mekkoise 113 020 mekkoise 114 021 mekkoise
CLASSEMENT ACTUEL DES SOURATES, LEUR NOM ARABE
ET LE NOMBRE DE LEURS VERSETS
Ordre Versets Sourate Ordre Versets Sourate Ordre Versets Sourate
Nombre Cumul Nom Nombre Cumul Nom Nombre Cumul Nom
ﺔﺗ ﺎﻔﻟا ةر ق ﺐﻟا لآ ع م نار1 7 2 286 293 3 200 493َ
ْ
ْ
ْ
َ
َ
ْ
ِ
َ
َ
َ
ْ
َ
َ

ْ
َ
ْ
َ
ُ
َ
ْ
َ
ِ
ْ
َ
ّ
َ
ْ
َ
َ
ْ
َ
َ
ُ
ْ
َ
ُ
ِ
َ
ْ
َ

َ
ْ
ُ
َ
ُ
َ
َ

ِ
َ
ُ
ُ
ُ
َ
ّ
ْ
ْ
ْ
َ
ْ
َ
ْ
َ
ُ
َ
َ

ْ
ْ
َ
َ
َ
ُ
ْ
َ
َ
ْ
ِ
ُ
َ
ّ
َ
ْ
ِ
َ
ْ
َ
َ
ْ

َ
ُ
َ
ْ
ْ
ِ
َ
َ
ْ
ْ
ُ
َ
ّ
ِ
ُ
ْ
َ
ِ
َ
|
ِ
َ
َ
ْ
َ
َ
ْ

َ
ْ
َ
َ
ْ
ُ
َ
ْ
ْ
ْ
ِ
َ
َ
ْ
َ

َ
َ
َ
َ
َ
َ
َ
ِ
ْ
ْ
َ
ِ
ْ

ِ
َ
ْ
َ
َ
ْ
َ
ْ
ُ
َ

ّ
ْ
َ
ِ
َ
ّ
ِ
َ
َ
ّ
َ
ّ
ْ
َ
ّ
ِ
َ
َ
َ
ْ
ّ
ْ
َ
ِ
ّ
َ
َ
ْ
َ
َ
ْ
َ
َ
َ
ُ
َ
َ
ْ
َ
َ
ُ
َ
ِ
ِ
َ
َ
ْ
َ
ْ
ِ
ُ
ُ
َ
َ
َ
ْ
ْ
َ
َ
َ
َ
ْ
َ
ّ
َ
َ
َ
ْ
ْ
ﻦﻟا ءﺎﺳ ةد ئﻻ ا لأا ن مﺎﻋ4 176 669 5 120 789 6 165 954
لأا ع فار لﺎﻓ ن لأا ﺔﺑ و ﺖﻟا7 206 1160 8 75 1235 9 129 1364
ﺲﻧﻮﻳ دﻮﻫ ﻒﺳﻮﻳ10 109 1473 11 123 1596 12 111 1707
ﺪﻋ ﺮﻟا ﻢﻴﻫار ب إ ا ل ﺮﺟ13 43 1750 14 52 1802 15 99 1901
ﻞﺣ ﻦﻟا ءﺎﺳ لإا ﻒﻫ ﻚﻟا16 128 2029 17 111 2140 18 110 2250
ﻢﻳ ر م ط ه ءﺎﻳ ﺐﻧ لأا19 98 2348 20 135 2483 21 112 2595
لا ج نﻮﻨﻣ ؤ ﻢـﻟا رﻮﻨﻟا22 78 2673 23 118 2791 24 64 2866
نﺎﻗ ر ف لا ءار ع ﺶﻟا ﻞﻣ ﻦﻟا25 77 2932 26 227 3159 27 93 3252
ﺺﺻ ق لا تﻮﺑ ك ﻦﻋ لا موﺮﻟا28 88 3340 29 69 3409 30 60 3469
ﻦﻣ ق ل ةد ج ﺲﻟا باز ح لأا31 34 3503 32 30 3533 33 73 3606
ﺄﺑ س ﺮﻃﺎﻓ ﺲﻳ34 54 3660 35 45 3705 36 83 3788
تﺎﻓﺎﺼﻟا ص ﺮﻣ ﺰﻟا37 182 3970 38 88 4058 39 75 4133
ﺮﻓﺎﻏ ف ص ل ت ىرﻮﺸﻟا40 85 4218 41 54 4272 42 53 4325
فر خ ﺰﻟا نﺎﺧ ﺪﻟا ﺔﻳ ثﺎﺟـﻟا43 89 4414 44 59 4473 45 37 4510
فﺎﻗ ح لأا ﺪﻣ م ﺢﺗ ف لا46 35 4545 47 38 4583 48 29 4612
تار ج حـﻟا ق تﺎﻳ راﺬﻟا49 18 4630 50 45 4675 51 60 4735
رﻮﻄﻟا ﻢﺟ ﻦﻟا ﺮﻣ ق لا52 49 4784 53 62 4846 54 55 4901
نﺎﺣ ﺮﻟا ﺔﻋ قاو لا ﺪﻳد حـﻟا55 78 4979 56 96 5075 57 29 5104
ﺔﻟ دﺎﺟ مـﻟا ش حـﻟا ﺔﻨﺣ ت م مـﻟا58 22 5126 59 24 5150 60 13 5163
ف ﺺﻟا لا م ﺔﻋ نﻮﻗ فﺎﻨﻟا61 14 5177 62 11 5188 63 11 5199
ﻦﺑﺎﻏ ﺖﻟا ﻂﻟا ﻖﻟا ﻢﻳر ح ﺖﻟا64 18 5217 65 12 5229 66 12 5241
CLASSEMENT ACTUEL DES SOURATES, LEUR NOM ARABE
ET LE NOMBRE DE LEURS VERSETS (SUITE)
Ordre Versets Sourate Ordre Versets Sourate Ordre Versets Sourate
Nombre Cumul Nom Nombre Cumul Nom Nombre Cumul Nom
ﻚﻟ ﻢـﻟا ق لا ﺔﻗﺎﺣـﻟا67 30 5271 68 52 5323 69 52 5375
جرﺎﻋ مـﻟا حﻮﻧ ا ل ن70 44 5419 71 28 5447 72 28 5475
ﻞﻣ ز ﻢـﻟا ﺮﺛ د مـﻟا ﺔﻣﺎﻳ ق لا73 20 5495 74 56 5551 75 40 5591
نﺎﺳ ن لإ ا ﺖﻟا س ر ﻢـﻟا ﺄﺑ ﻦﻟا76 31 5622 77 50 5672 78 40 5712
تﺎﻋ زﺎﻨﻟا س ب ع ﺮﻳو ك ﺖﻟا79 46 5758 80 42 5800 81 29 5829
رﺎﻃ ف ن لإا ن ﻮﻔﻓ ط مـﻟا لإا ن ش قﺎﻗ82 19 5848 83 36 5884 84 25 5909
جﻮﺑ لا قرﺎﻄﻟا لأا ع ل85 22 5931 86 17 5948 87 19 5967
ﺔﻳ شﺎﻏ لا ﺮﺟ ف لا ﺪﻟ ب لا88 26 5993 89 30 6023 90 20 6043
ﺲﻣ ﺶﻟا ﻞﻳ ﻞﻟا ﻰﺣ ﺾﻟا91 15 6058 92 21 6079 93 11 6090
ﺢﺷ لا ﻲﻨﺘﻟا ﻖﻟ ع لا94 8 6098 95 8 6106 96 19 6125
رد ق لا ﺔﻨﻳ ب لا ﺔﻟ ز ل ﺰﻟا97 5 6130 98 8 6138 99 8 6146
تﺎﻳ دﺎﻋ لا ﺔﻋ رﺎﻗ لا ﺮﺛﺎﻛ ﺖﻟا100 11 6157 101 11 6168 102 8 6176
ص ع لا لا م ةز ﻞﻴﻓ لا103 3 6179 104 9 6188 105 5 6193
ﺶﻳ ر ق نﻮﻋﻻا ﺮﺛ و ك لا106 4 6197 107 7 6204 108 3 6207
نور فﺎﻛ لا ﻦﻟا ص ﺪﺳ مـﻟا109 6 6213 110 3 6216 111 5 6221
لإا خ ﺺﻟا ﻖﻟ ف لا سﺎﻨﻟا112 4 6225 113 5 6230 114 6 6236LES PROPHÈTES MENTIONNÉS DANS LE QUR’ÂN
Prophètes mentionnés dans le Qur’ân selon un ordre chronologique Lecture de gauche
à droite
Abraham
Adam Idrîs (Énoch) Noé (Nûḥ) Loth (Lûƒ)(Ibrâhîm)
Ismaël (Ismâɛîl) Isaac (Isḥâq) Jacob (Yaɛqûb) Joseph (Yûsuf) Hûd
Salomon
Jéthro (Šuɛayb) Moïse (Mûsâ) Aaron (Hârûn) David (Dâwûd)
(Sulaymân)
Ézéchiel
(Dhû-lÉlie (Ilyâs) Élisée (Alyasaɛ) Jonas (Yûnus) Job (Ayyûb)
Kifl) ?
Zacharie Jean-Baptiste
(†alîḥ) Jésus (Ԑîsâ) Muḥammad
(Zakariyyâ) (Yaḥyâ)
UNE COURTE BIOGRAPHIE DU PROPHÈTE POUR
PERMETTRE DE MIEUX SITUER CERTAINES MENTIONS
CORANIQUES QUI LE CONCERNENT
La colonne 1 comporte les dates en ère chrétienne,
la colonne 2 les événements qui concernent le Prophète.
Date Événements
Naissance du Prophète à La Mekke. Cette année correspond à la bataille que le
prince abyssin du Yémen Abraha livra, sans succès, contre cette ville et relatée dans
570
la sourate 105.
Peu avant la naissance du Prophète, son père ‛Abd Allâh meurt.
576 Sa mère meurt et il est pris en tutelle par son grand-père ‛Abdul-Muƒƒalib.
Son grand-père meurt. Il est alors pris en charge par son oncle ’Abû Ṭâlib qui était579
très pauvre. Il ne reçut pas d’instruction et ne sut ni lire, ni écrire : cf. Q 29-48.
Il épouse Khadîja. De ce mariage, il aura quatre filles et aussi deux fils qui596
mourront en bas âge.
Il reçoit sa première révélation de l’Ange Gabriel sur le mont „ira près de La Mekke610
(sourate 96 & 74-1 à 3).
Cette année, son épouse et son oncle ’Abû Ṭâlib meurent. Cette année est appelée «
l’année du deuil ».
620
C’est aussi l’année du Voyage nocturne (Q 17-1) et de son Ascension céleste jusqu’à
Allâh : Q 53-1 à 18.
621 Vers 621, le Prophète, persécuté, va à Ṭa’if, près de La Mekke (sourate 71).
Date de l’Hégire. Le Prophète émigre de La Mekke à Yaṯrib, ville plus au sud, qui
622
sera appelée Médine. De cette année date le calendrier musulman.
624 Victoire de Badr sur les polythéistes mekkois : Q 3-123 et 8-5.
625 Défaite à ’Uḥud des musulmans contre les polythéistes mekkois.
628 Trêve de Ḥudaybiyya (Q 48-18).
632 Peu avant sa mort, le Prophète entreprend le Pèlerinage dit de l’Adieu (Q 5-3).
632 Mort du Prophète.Par le Nom d’Allâh, le Tout-Rayonnant d’Amour, le Très-Rayonnant d’Amour
(1) Le Tout-Rayonnant d’Amour
(2) a enseigné le Qur’ân,
(3) a créé l’humain
(4) et lui a enseigné l’expression claire.
SOURATE 55 – AR-RAḤMÂN – LE TOUT-RAYONNANT D’AMOUR
SOURATE 1 – AL-FÂTIHA – L’OUVRANTE
7 versets – mekkoise n° 5
131 – Par le Nom d’Allâh, le Tout-Rayonnant d’Amour, le Très-Rayonnant d’Amour .
142 – À Allâh la Louange, l’Enseigneur des êtres de l’Univers ,
3 – le Tout-Rayonnant d’Amour, le Très-Rayonnant d’Amour,
154 – le Possesseur du Jour de la Redevance .
5 – C’est Toi que nous adorons et c’est de Toi que nous sollicitons l’aide.
16 176 – Offre-nous la Voie qui requiert la rectitude ,
187 – la Voie de ceux sur lesquels Tu as répandu Tes bienfaits, qui ne subissent pas le courroux ni ne s’égarent .SOURATE 2 – AL-BAQARA – LA VACHE
286 versets – médinoise n° 87
Par le Nom d’Allâh, le Tout-Rayonnant d’Amour, le Très-Rayonnant d’Amour
191 – A L M (Alif – Lâm – Mîm) .
202 – Cette Écriture-là , nul doute en elle. C’est une guidance pour ceux qui prennent garde,
21 223 – qui, à cause du mystère , mettent en œuvre le Dépôt confié , et élèvent l’action unifiante de grâce, et distribuent de ce dont
Nous les avons pourvus,
234 – et ceux qui mettent en œuvre le Dépôt confié, par ce qu’on a fait descendre jusqu’à toi et par ce qu’on a fait descendre avant toi :ils ont la certitude de l’Ultimité.
5 – Les voilà sur une Guidance venant de leur Enseigneur et ceux-là prospèrent !
246 – Pour ceux qui ont dénié , il est égal que tu les aies avertis ou que tu ne les aies jamais avertis, ils ne mettront pas en œuvre le
Dépôt confié.
257 – Allâh a apposé un sceau sur leur cœur et leur ouïe, et sur leurs regards une opacité. Et pour eux une correction sans commune
26mesure !
8 – Certains humains disent : « Nous avons mis en œuvre le Dépôt confié par Allâh et en vue du Jour ultime. » Or, ils ne le mettent pas
en œuvre !
9 – Ils cherchent à leurrer Allâh et ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié, et ils ne leurrent qu’eux-mêmes, et ils n’en ont pasconscience.
10 – Dans leur cœur : une maladie. Alors Allâh a aggravé leur maladie. Et pour eux une correction douloureuse pour avoir été menteurs
!
11 – Et quand on leur a dit : « Ne semez pas la corruption sur terre. » Ils ont dit : « Nous sommes seulement des restaurateurs. »
12 – N’est-ce pas eux, vraiment eux, les semeurs de corruption ? Et cependant ils n’en ont pas conscience !
13 – Et quand on leur dit : « Mettez en œuvre le Dépôt confié comme l’ont mis en œuvre des humains », ils dirent : « Mettrons-nous en
œuvre le Dépôt confié comme les insensés l’ont mis en œuvre ? » Vraiment, eux, ne sont-ils pas les insensés ? Mais ils ne savent
pas !
14 – Et quand ils ont rencontré ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié, ils dirent : « Nous avons mis en œuvre le Dépôt confié. » Et
quand ils se sont retirés vers leurs satans, ils disent : « Vraiment, nous sommes avec vous, nous ne sommes qu’experts en
moquerie. »
15 – Allâh se moque d’eux et les renforce dans leur démesure : ils sont sans repères !
16 – Ceux-là ont troqué l’égarement contre la guidance. Alors, leur négoce n’a pas prospéré et ils ne se laissent pas guider.17 – Leur ressemblance est comme celle de qui a allumé un feu. Alors, quand celui-ci a éclairé ce qui était autour de lui, Allâh est parti
avec leur lumière et les a abandonnés. Dans des ténèbres, ils ne voient plus clair.
18 – Sourds, muets, aveugles, alors ils ne peuvent plus revenir.19 – Ce serait comme si, devant un nuage venant du ciel avec ténèbres, et tonnerre, et éclairs, appréhendant la mort, à cause du fracas,
ils plaçaient les doigts dans leurs oreilles.
– Allâh cerne les dénégateurs !
20 – Peu s’en faut que l’éclair ne les prive de leurs regards. Chaque fois qu’il brille pour eux, ils marchent grâce à lui. Et quand les
ténèbres jouent contre eux, ils s’arrêtent. Or, si Allâh avait voulu, Il emporterait leur ouïe et leurs regards !
– Allâh, Puissant sur toute chose.
21 – Ô vous les humains ! Adorez votre Enseigneur qui vous a créés, ainsi que vos pré- décesseurs !
Puissiez-vous prendre garde !
22 – C’est Lui qui, pour vous, a mis la terre tel un tapis déployé, et le ciel tel un édifice. Et soudainement Il a fait descendre une eau.
Alors, par elle Il fait surgir des fruits comme provision pour vous.
Alors, n’adjoignez pas des rivaux à Allâh tandis que vous, vous savez !
23 – Et si vous êtes dans un doute au sujet de ce que Nous avons fait descendre par étapes sur Notre adorateur, venez alors avec un
27énoncé semblable à ceci et appelez vos témoins à la place d’Allâh, si vous êtes véridiques !
24 – Alors, si jamais vous le faisiez – et vous ne le ferez jamais – prenez garde au Feu qui a pour combustible les humains et les pierres !
Pour les dénégateurs, Il a été préparé.25 – Or, annonce la bonne nouvelle à ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié et accompli les œuvres intègres. Pour eux : des Jardins
sous lesquels coulent des ruisseaux. Chaque fois qu’ils auront été pourvus d’un de leurs fruits comme provision, ils diront : « Voici
28ce dont Nous avions été pourvus auparavant. » Par cela un symbole leur fut donné . Et là, pour eux des êtres conjoints purs, et là
ils demeurent indéfiniment.26 – Vraiment, Allâh ne déprécie pas la vie en proposant la parabole d’un quelconque moucheron et de ce qui lui est supérieur.
Alors, ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié savent que c’est la Vérité provenant de leur Enseigneur.
Or, ceux qui ont dénié disent : « Qu’a visé Allâh en proposant cette parabole ? » Par cela, Il en laisse s’égarer beaucoup et, par
cela, Il en guide beaucoup. Il ne laisse s’égarer que ceux qui se dévoient.
27 – Ceux qui rompent l’engagement d’Allâh après l’Alliance conclue avec Lui, et qui brisent ainsi ce qu’Allâh a ordonné d’être uni, et
qui sèment la corruption sur terre : voilà ceux qui s’abîment !
28 – Comment déniez-vous Allâh tandis que vous étiez morts et qu’Il vous a alors vivifiés, puis qu’Il vous fait mourir, puis qu’Il vous fait
29vivre, puis à Lui, vous êtes réinté- grés ?
29 – Lui qui a créé pour vous l’ensemble de ce qui est sur terre. Puis Il s’est établi jusqu’au ciel et l’a alors harmonisé en sept cieux.
– Lui, Savant de toute chose.3030 – Lors, ton Enseigneur dit aux anges : « Je suis vraiment en train d’instituer une fonction de succession sur terre. » Ils dirent : «
31Vas-Tu y instituer celui qui sème la corruption en elle et répand le sang, tandis que nous nous immergeons dans l’Insondable
sous l’effet de Ta Louange, et que nous exaltons Ta Sainteté ? » Il dit :
32« Vraiment, Moi, Je sais ce que vous ne savez point ! »3331 – Or, Il enseigna à Adam les noms, chacun (d’entre) eux. Ensuite Il présenta aux anges les porteurs de ces noms . Alors, Il dit : «
Informez-Moi sur leurs noms si vous êtes véridiques. »
32 – Ils dirent : « Immersion insondable en Toi ! Nulle science pour nous si ce n’est ce que Tu nous as enseigné.
Toi, vraiment, le Savant, le Sage ! »
33 – Il dit : « Ô Adam ! Informe-les (les anges) sur ces noms. » Quand alors il les eut informés sur leurs noms, Il dit : « Ne vous ai-Je pas
dit que Je suis Connaisseur du mystère des cieux et de la terre et que Je suis Connaisseur de ce que vous exposez et de ce que vous
cachez ? »
34 3534 – Or, lorsque Nous avons dit aux anges : « Prosternez-vous à cause d’Adam », alors, ils se prosternèrent sauf Iblîs qui refusa, et
s’automagnifia, et se trouva parmi les dénégateurs.
36 3735 – Et Nous dîmes : « Ô Adam ! Habite en paix le Jardin , toi et ton aspect conjoint , et mangez-en tous deux à satiété là où vous
38voulez, et n’approchez point de cet Arbre car ainsi vous vous trouveriez parmi ceux qui s’enténèbrent d’injustice.
3936 – Aussi, Satan les déstabilisa tous deux hors de lui (le Jardin). Ainsi il les fit sortir tous deux d’où ils se trouvaient. Nous dîmes
alors : « Chutez ennemis les uns des autres. Et à vous sur terre un lieu de fixation et un usufruit temporaire. »
4037 – Alors, Adam se fit projeter des paroles de son Enseigneur qui ainsi revint à lui.
Vraiment Lui, Celui qui fait toujours retour, le Très-Rayonnant d’Amour !38 – Nous dîmes : « Chutez ensemble de là ! Alors, qu’une guidance vous vienne sûrement de Moi. » Alors, ceux qui suivent Ma
guidance n’auront pas de crainte et ne s’affligeront point.
41 42 4339 – Or, ceux qui ont dénié et démenti Nos Signes sont les hôtes du Feu dans lequel, indéfiniment , ils demeurent.
4440 – Vous, Fils d’Israël ! Rappelez-vous certains bienfaits dont Je vous ai comblés. Acquittez-vous entièrement de Mon engagement Je
M’acquitterai entièrement de votre engagement !
Alors, c’est bien Moi, Moi que vous devez redouter !
41 – Par ce que J’ai fait descendre, mettez en œuvre le Dépôt confié : confirmation de ce qui est avec vous, et ne soyez pas, en cela, lespremiers dénégateurs !
– Ne faites pas de transaction à vil prix avec Mes Signes !
– Vraiment, c’est bien à Moi que vous devez prendre garde !
42 – N’habillez pas la Vérité avec le faux. Vous, qui savez, ne dissimulez pas la Vérité !
4543 – Élevez l’action unifiante de grâce, versez l’excédent purifié et inclinez-vous avec
ceux qui s’inclinent !
44 – Ordonneriez-vous aux humains la vertu foncière alors que vous, vous oubliez vos propres âmes. Pourtant vous, vous transmettez
l’Écriture ?
46Alors, ne faites-vous pas le lien ?
45 – Et demandez de l’aide par l’endurance et l’action unifiante de grâce !
Or, celle-ci est vraiment énorme sauf pour les humbles
46 – qui sont convaincus qu’ils vont rencontrer leur Enseigneur, et à Lui se réintégrer. 47 – Vous, Fils d’Israël ! Rappelez-vous certains
bienfaits dont Je vous ai comblés, et du
fait que Moi Je vous ai favorisés par rapport aux êtres de l’Univers.
48 – Prenez garde au Jour où une âme ne rachètera en rien une âme, et où aucune intercession ne sera acceptée d’elle, et où aucune
contrepartie ne sera prise d’elle !
– Ils ne seront pas assistés.49 – Lors, Nous vous avons sauvés des sujets de Pharaon qui vous infligeaient le dommage de la correction : ils immolaient vos fils, et
forçaient vos femmes à vivre honteusement, et en cela, pour vous : une mise à l’épreuve sans commune mesure venant de votre
Enseigneur.
4750 – Lors, devant vous, Nous avons scindé les flots : Nous vous avons alors sauvés et Nous avons noyé les sujets de Pharaon tandisque vous observiez dans l’expectative.
4851 – Lors, Nous avons conclu un pacte avec Moïse pendant quarante nuits. Après son éloignement, vous vous êtes épris du Veau et
49vous vous êtes enténébrés d’injustice .
52 – Puis après cela Nous vous avons pardonnés.
Puissiez-vous être reconnaissants !
5053 – Lors, Nous avons donné à Moïse l’Écriture et le Critère .
Puissiez-vous vous laisser guider !
54 – Lors, Moïse dit à ses tenants : « Vous, mes tenants, d’injustice vous avez enténébré vos âmes en vous éprenant du Veau. Faites
51retour à votre Libérateur . Alors, tuez vos âmes ! Cela sera meilleur pour vous chez votre Libérateur. » Il est alors revenu à vous.
Vraiment, Lui, Celui qui fait toujours retour, le Très-Rayonnant d’Amour !
55 – Lors, vous avez dit : « Ô Moïse ! Nous ne mettrons jamais en œuvre le Dépôt confié en accord avec toi tant que nous n’aurons pas
vu Allâh à découvert. » La foudre alors vous frappa tandis que vous observiez dans l’expectative.
56 – Puis, Nous vous avons réanimés après votre mort.
Puissiez-vous être reconnaissants !
5257 – Nous avons mis l’ombre de l’épais nuage sur vous. Nous avons fait descendre soudainement sur vous la Manne et les Cailles .
Nourrissez-vous des délices dont Nous vous avons pourvus. Ils ne Nous ont pas enténébrés d’injustice, bien au contraire ils ont
enténébré leurs âmes d’injustice.5358 – Or, lorsque Nous avons dit : « Pénétrez dans cette cité . Mangez alors de ce qui s’y trouve à satiété comme vous le voulez, et
54franchissez la porte en état de prosternation, et dites : « Rémission ! » afin que Nous couvrions vos fautes. Nous donnerons un
surcroît de faveurs à ceux qui se comportent avec excellence. »
59 – Alors, ceux qui se sont enténébrés d’injustice ont substitué un autre propos à celui qui leur avait été tenu. Aussi, sur ceux qui sesont enténébrés d’injustice, Nous avons fait descendre subitement du ciel une calamité, car ils se dévoyaient.
60 – Or, lorsque Moïse demanda à boire pour ceux qui se tenaient avec lui, Nous dîmes alors : « Frappe le roc de ton bâton. » Douze
55sources alors en jaillirent . Chacun connut le lieu où il devait boire.
Mangez et buvez de la subsistance d’Allâh.
– Ne ravagez pas la terre comme des corrupteurs.
61 – Et lorsque vous avez dit : « Ô Moïse ! Nous ne supporterons pas toujours la même nourriture. Alors, invoque pour nous ton
Enseigneur pour que, pour nous, Il fasse sortir de ce que la terre fait croître : plantes, concombres, froment, lentilles, oignons. » Il
dit : « Demandez-vous à échanger le meilleur contre le pire ?
56Redescendez en Égypte , vous y trouverez sûrement ce que vous demandez. »
Et humiliation et dénuement les frappèrent, et ils s’attirèrent le courroux d’Allâh. Cela parce qu’ils déniaient les Signes d’Allâh et
tuaient les prophètes à l’encontre de la Vérité. Cela parce qu’ils avaient désobéi et étaient transgresseurs.62 – Vraiment, ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié, et ceux qui ont professé le Judaïsme, et les Chrétiens, et les Sabéens -
quiconque a mis en œuvre, par Allâh et en vue du Jour ultime, le Dépôt confié, et a œuvré en toute intégrité - ceux-là auront alors
57leur rétribution chez leur Enseigneur .
– Ils ne craindront ni ne seront attristés.5863 – Et lorsque Nous avons conclu l’Alliance avec vous, Nous avons distingué le Mont au-dessus de vous . Prenez avec force ce que
Nous vous avons donné et rappelez-vous ce qui y est contenu.
Puissiez-vous prendre garde !
64 – Ensuite, après cela, vous vous êtes détournés.
Alors, si ce n’avait été la faveur d’Allâh et Son Amour rayonnant à votre égard, vous vous seriez certes trouvés parmi ceux qui
s’abîment.
65 – Or, vous avez certes connu ceux d’entre vous qui ont transgressé pendant le Sabbat.
59Nous leur avons dit alors : « Soyez de vils singes ! »
66 – Nous en avons fait alors une dissuasion pour leurs devanciers et leurs descendants, et une exhortation pour ceux qui prennent
garde.
6067 – Dès lors, Moïse dit à ses tenants : « Vraiment, Allâh vous ordonne d’immoler une vache . » Ils dirent : « Te moques-tu de nous ? »
Il dit : « Je cherche refuge auprès d’Allâh pour ne pas être parmi les ignorants. »
68 – Ils dirent : « Invoque ton Enseigneur pour nous afin qu’Il nous précise ce qu’elle doit être. » Il dit : « Vraiment, Lui dit qu’il s’agit
d’une vache, ni marquée par la vieillesse, ni trop jeune, d’un âge moyen entre les deux. Faites alors ce qui vous est ordonné. »
69 – Ils dirent : « Invoque ton Enseigneur pour nous afin qu’Il nous précise quelle est sa couleur ? » Il dit : « Vraiment, Il dit qu’il s’agit
d’une vache jaune, de couleur vive très pure, agréable à regarder. »70 – Ils dirent : « Demande pour nous à ton Enseigneur qu’Il nous précise ce qu’elle doit être. Vraiment, pour nous, les vaches se
61ressemblent et vraiment, si Allâh voulait , nous serions bien guidés. »
71 – Il (Moïse) dit : « Il (Allâh) dit : Ce sera une vache non asservie au labour de la terre, ni à l’arrosage des champs, saine et sans62bigarrures. » Ils dirent : « Maintenant tu es venu avec la Vérité ! » Alors ils l’immolèrent. Or, ils avaient failli ne pas s’exécuter .
6372 – Et quand vous avez tué un individu , ce meurtre, vous le reportiez alors les uns sur les autres,
Allâh fit ressortir ce que vous cachiez.
73 – Nous dîmes alors : « Tapez-le avec une partie de la vache. »
C’est ainsi qu’Allâh fait revivre les morts et vous fait voir Ses Signes. Puissiez-vous faire le lien !
74 – Puis, après cela, vos cœurs se sont endurcis. Ils sont alors comme les pierres ou plus durs encore.
Or, vraiment, des pierres jaillissent les ruisseaux, et certaines se fendent pour en faire sortir l’eau, et d’autres s’affaissent sous
l’effet de la crainte d’Allâh.
– Allâh n’est pas imprévoyant à l’égard de ce que vous faites.
6475 – Désirez-vous alors ardemment qu’ils mettent en œuvre le Dépôt confié en accord avec vous, tandis que certains d’entre eux ont
certes entendu la Parole d’Allâh, puis continuent à l’altérer sciemment après l’avoir comprise ?
76 – Et lorsqu’ils rencontrèrent ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié, ils dirent :
« Nous avons mis en œuvre le Dépôt confié ! »
Et lorsqu’ils se retirèrent entre eux, ils dirent : « Allez-vous les entretenir de ce à quoi Allâh vous a donné accès afin qu’ils en
tirent argument contre vous auprès de votre Enseigneur ? »
Alors, ne faites-vous pas le lien ?6577 – Ne savent-ils pas qu’Allâh sait ce qu’ils gardent secret et ce qu’ils divulguent ?
6678 – Et parmi eux des dépourvus de culture qui ne connaissent l’Écriture que selon leur souhait et ne font que des conjectures.
79 – Malheur alors à ceux qui écrivent l’écriture de leurs mains, puis disent : « Ceci vient de chez Allâh ! » afin que, par ce moyen, ils67négocient à vil prix. Malheur à eux pour ce que leurs mains ont écrit et malheur à eux pour ce qu’ils acquièrent .
80 – Or, ils ont dit : « Le Feu ne nous touchera que quelques jours comptés ! » Dis :
« Auriez-vous pris un engagement chez Allâh ? – Alors, Allâh ne contreviendrait jamais à Son engagement ! – Ou bien dites-vous
sur Allâh ce que vous ne savez pas ? »
81 – Non point ! Ceux qui ont commis un méfait et que leur erreur a enveloppés sont les hôtes du Feu dans lequel, indéfiniment, ils
demeurent.
82 – Ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié et accompli les œuvres intègres, sont alors les hôtes du Jardin. Là indéfiniment, ils
demeurent.
83 – Lors, avec les Fils d’Israël, Nous avons conclu cette Alliance : « N’adorez qu’Allâh, et avec vos deux géniteurs faites preuve
d’excellence, ainsi qu’avec les proches, et les orphelins, et les indigents. Et adressez-vous aux humains de la belle manière, et
élevez l’action unifiante de grâce, et versez l’excédent purifié. » Puis vous vous êtes détournés et vous êtes écartés sauf un petit
nombre parmi vous.84 – Lors, Nous avons conclu l’Alliance avec vous : « Vous ne verserez pas votre sang, ni ne vous expulserez de vos demeures. »
Puis vous avez consenti et vous avez témoigné.
85 – Puis, vous que voici, vous vous entretuez, et vous expulsez de leurs demeures une partie d’entre vous contre lesquels vous vousliguez les uns les autres par forfait et inimitié.
Or, s’ils viennent à vous captifs, vous les rançonnez.
– Il vous était interdit de les chasser.
Par une partie de l’Écriture mettez-vous en œuvre le Dépôt confié tandis que vous en déniez une autre ? La rétribution de ceux qui
agissent ainsi n’est alors qu’avilissement dans la vie d’ici-bas, et au Jour de la Résurrection ils seront repoussés jusqu’à la
correction la plus rigoureuse.
– Allâh n’est pas imprévoyant à l’égard de ce que vous faites !
86 – Ceux-là sont ceux qui ont acheté la vie d’ici-bas au prix de l’Ultimité. Alors, pour eux la correction ne sera pas atténuée et ils ne
seront pas secourus.
87 – Or, Nous avons certes donné l’Écriture à Moïse, et Nous avons fait marcher les messagers sur ses traces, et Nous avons donné à
Jésus le Fils de Marie les évidences, et Nous l’avons conforté par l’Esprit de la Sainteté.
Alors, est-ce que chaque fois qu’un messager vous a apporté ce que vos âmes ne dé- siraient point, vous vous êtes automagnifiés ?
Ensuite vous avez traité certains de menteurs et en avez tué d’autres.
88 – Et ils dirent : « Nos cœurs sont insensibles. » Bien plutôt, Allâh les a réprouvés à cause de leur dénégation. Combien minime alors
ce qu’ils mettent en œuvre du Dépôt confié !89 – Et quand une Écriture leur est venue de chez Allâh confirmant ce qu’ils détenaient – alors qu’auparavant ils demandaient la victoire
sur ceux qui avaient dénié – et quand leur est venu ce qu’ils reconnaissaient, ils le dénièrent.
Alors, la réprobation d’Allâh est sur les dénégateurs !90 – Comme est mauvais ce avec quoi ils ont acheté leurs âmes en déniant ce qu’Allâh a fait descendre ! Ils sont dépités qu’Allâh fasse
descendre Sa faveur sur qui Il veut parmi Ses adorateurs. Ils ont alors encouru colère sur colère.
– Pour les dénégateurs : une correction avilissante !
91 – Et lorsqu’on leur dit : « Par ce qu’Allâh a fait descendre, mettez en œuvre le Dépôt confié ! » Ils disent : « Par ce qu’on a fait
descendre sur nous, Nous mettons en œuvre le Dépôt confié », et ils dénient ce qui est venu après, alors que c’est la Vérité
confirmant ce qu’ils détiennent.
Dis : « Pourquoi alors avoir auparavant tué les prophètes d’Allâh si vous mettez en œuvre le Dépôt confié ? »
92 – Or, Moïse était certes venu à vous avec les évidences. Puis, loin de lui, vous vous êtes épris du Veau et vous vous enténébrez
d’injustice.
93 – Et lorsque Nous avons conclu l’Alliance avec vous, Nous avons élevé le Mont au-dessus de vous. « Prenez avec force ce que Nous
vous avons donné et entendez. » Ils dirent : « Nous avons entendu et nous avons désobéi ! » Or, dans leurs cœurs, ils se sont épris
du Veau à cause de leur dénégation.
Dis : « Comme est mauvais ce que vous ordonne votre mise en œuvre du Dépôt confié si (toutefois) vous le mettez en œuvre ! »94 – Dis : « Si la Demeure ultime, chez Allâh, vous est réservée à l’exclusion d’autres humains, désirez alors la mort, si vous êtes
véridiques. »
95 – Or, ils ne la souhaiteront jamais pour ce que leurs mains ont accompli.
– Allâh, Conaisseur de ceux qui s’enténèbrent d’injustice.96 – Et tu les trouveras sûrement les humains les plus avides de vivre, et plus même que les codéificateurs ! Tel d’entre eux aimerait
vivre mille ans. Or, qu’il soit conservé en vie ne l’écarterait guère de la correction.
– Allâh, Clairvoyant sur ce qu’ils font !
68 6997 – Dis : « Qui est l’ennemi de Gabriel , alors que lui, vraiment, a fait descendre cela sur ton cœur, avec l’accord d’Allâh, comme
70confirmation de ce qui en est toujours actuel , et comme guidance et bonne nouvelle pour ceux qui mettent en œuvre le Dépôt
confié ? »
7198 – Qui est l’ennemi d’Allâh, et de Ses Anges, et de Ses Messagers, et de Gabriel, et de Michel ?
Vraiment, Allâh est un ennemi pour les dénégateurs !
99 – Or, Nous avons fait descendre jusqu’à toi des Signes explicites, et ne les dénient que ceux qui se dévoient.
100 – Et est-ce que chaque fois qu’ils se sont engagés par un engagement (formel), une partie d’entre eux le dénoncerait ?
Bien plutôt, la plupart d’entre eux ne mettent pas en œuvre le Dépôt confié.
101 – Et quand un Messager leur vint de chez Allâh confirmant ce qu’ils détenaient déjà, une partie de ceux qui avaient reçu l’Écriture
jeta l’Écriture d’Allâh derrière son dos comme si elle ne la connaissait pas.102 – Or, ils ont suivi ce que les satans énonçaient sur la royauté de Salomon.
Et Salomon n’a pas dénié, bien au contraire les satans ont dénié. Ils enseignaient aux humains la magie et ce qu’on a fait
72descendre à Babylone sur les deux anges Hârût et Mârût .
Or, eux deux n’enseignaient à personne sans dire : « Nous sommes seulement une épreuve, aussi ne dénie pas. »Alors, des deux, ils apprenaient ce par quoi ces satans désunissent le mari de sa conjointe.
– Par cela, ils ne contraignaient personne sauf avec l’accord d’Allâh.
– Ceux-là apprenaient ce qui leur nuit et non ce qui leur profite.
– Ils savaient que celui qui négociait cela n’aurait aucune part de créativité dans la Demeure ultime.
– Comme est mauvais ce avec quoi ils ont troqué leurs âmes !
S’ils savaient !
103 – Et s’ils avaient mis en œuvre le Dépôt confié et s’étaient protégés, une récompense venant de chez Allâh eût été meilleure.
S’ils savaient !
104 – Ô vous qui avez mis en œuvre le Dépôt confié ! Ne dites pas : « Aie des égards pour nous ! », mais dites : « Considère-nous ! » et
73entendez !
Pour les dénégateurs : une correction douloureuse.
74 75105 – Ni ceux qui ont dénié parmi les Familiers de l’Écriture , ni les codéificateurs , n’aiment qu’on fasse descendre sur vous ce qui
est meilleur venant de votre Enseigneur.
– Allâh gratifie qui Il veut de Son Amour rayonnant.
– Allâh, Détenteur de la faveur sans commune mesure !106 – Que Nous supprimions un Signe ou que Nous le fassions oublier, Nous en apporterions un meilleur ou un équivalent.
76Ne sais-tu pas qu’Allâh est Puissant sur toute chose ?
107 – Ne sais-tu pas que la Royauté des cieux et de la terre est à Allâh ?– Or, à Sa place, vous n’avez ni allié proche ni assistant.
108 – Ou bien, vous proposez-vous d’interroger votre Messager comme jadis Moïse fut interrogé ?
– Qui substituerait la dénégation à la mise en œuvre du Dépôt confié se serait certes écarté du juste chemin !
109 – Par jalousie d’âme, beaucoup parmi les Familiers de l’Écriture, après que la Vérité s’est manifestée à eux, aimeraient vous faire
redevenir dénégateurs après votre mise en œuvre du Dépôt confié.
Alors, pardonnez et passez outre jusqu’à ce qu’Allâh se présente avec Son Ordre. Vraiment, Allâh, Puissant sur toute chose !
110 – Et élevez l’action unifiante de grâce et versez votre bien excédentaire ainsi purifié. Et vous trouverez chez Allâh ce que vous
présentez de meilleur pour vos âmes.
Vraiment, Allâh, Clairvoyant sur ce que vous faites !
111 – Or, ils dirent : « N’entreront dans le Jardin que ceux qui sont juifs ou chrétiens ! » Voilà leur désir ! Dis : « Apportez votre preuve si
vous êtes véridiques ! »
112 – Non point !
77 78Qui remet sa face à Allâh, tout en se comportant parfaitement, aura sa rétribution chez son Enseigneur.
– Sur eux, pas de crainte, et eux ne s’attristent point.113 – Et les juifs ont dit : « Les chrétiens ne se fondent sur aucune chose (valable) ! » Et les chrétiens ont dit : « Les juifs ne se fondent
sur aucune chose (valable) ! » Or eux énoncent l’Écriture !
C’est de la même façon que ceux qui ne savent pas tiennent des propos équivalents aux leurs.
Au Jour de la Résurrection, Allâh jugera alors entre eux sur ce en quoi ils divergèrent.79114 – Qui s’enténèbre plus d’injustice que celui qui empêche que le Nom d’Allâh soit rappelé dans les lieux où l’on se prosterne , et qui
s’évertue à les dévaster ? Ceux-là ne devraient y pénétrer qu’avec crainte.
Pour eux une humiliation ici-bas et une correction rigoureuse dans l’Ultimité.
80115 – À Allâh l’Orient et l’Occident. Alors, où que vous vous tourniez, là est la Face d’Allâh .
Vraiment, Allâh, Tout-Englobant, Savant !
116 – Ils ont dit : « Allâh S’est donné une progéniture. »
81– Immersion insondable en Lui !
Bien plutôt, à Lui ce qui est dans les cieux et sur la terre ! À Lui tous en oration.
82117 – Innovateur des cieux et de la terre, quand Il a décrété un ordre, Il dit seulement à son sujet : « Adviens ! » Alors il advient .
118 – Or, ceux qui ne savent pas ont dit : « Si seulement Allâh nous parlait et qu’un Signe nous parvienne ! » C’est ainsi que ceux qui les
ont précédés ont tenu de semblables propos : leurs cœurs se ressemblent.
Nous avons certes rendu explicites Nos Signes aux tenants doués de certitude.
119 – Vraiment, Nous t’avons envoyé par la Vérité en tant qu’annonciateur et avertisseur.
– Tu n’es pas interrogé au sujet des hôtes de la Fournaise !83120 – Or, ni les juifs, ni les chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi tant que tu ne suivras pas leur tradition .
Dis : « Vraiment, la Guidance d’Allâh, c’est la Guidance ! »
– Si alors tu suis leurs inclinations après la science qui t’est parvenue, tu n’auras ni protecteur, ni assistant contre Allâh.121 – Ceux à qui Nous avons donné l’Écriture la suivent selon la Vérité de sa transmission.
Ceux-là mettent en œuvre le Dépôt confié.
– S’abîmeraient ceux qui la dénieraient !
122 – Ô Fils d’Israël ! Rappelez-vous le bienfait dont Je vous ai comblé !
– Vraiment, Moi, Je vous ai distingués plus que les (autres) êtres de l’Univers.
123 – Et prenez garde au Jour où une âme ne rachètera en rien une âme, où ni contrepartie ne sera acceptée d’elle, ni aucune
intercession ne lui profitera.
– Ils ne seront pas assistés !
124 – Et quand son Enseigneur mit Abraham à l’épreuve par des paroles et qu’il les eut accomplies, Il dit : « Vraiment, Moi, Je vais faire
84de toi un modèle pour les humains. » « Et parmi ma postérité ? », demanda-t-il. « Mon engagement, dit-Il, ne s’applique pas à
ceux qui s’enténèbrent d’injustice. »
85125 – Ainsi, Nous avons instauré le Temple comme lieu de retour pour les humains et comme abri sûr : « Faites de la station
d’Abraham un endroit consacré à l’action unifiante de grâce. »
Or, Nous avions engagé Abraham et Ismaël à purifiez Mon Temple pour ceux qui y font des circumambulations, sont assidus et
s’inclinent en se prosternant. »
126 – Et Abraham dit : « Mon Enseigneur ! Fais de ce lieu une contrée jouissant de la sécurité. Sustente de fruits ses affiliés, ceux
d’entre eux qui, par Allâh et en vue du Jour ultime, ont mis en œuvre le Dépôt confié. » Allâh dit : « J’accorde un peu d’agrément à
celui qui dénie, puis Je l’astreins à la correction du Feu. »
Ah ! Quel mauvais devenir !127 – Lors, Abraham élevait les assises du Temple avec Ismaël : « Notre Enseigneur, accepte (ceci) de nous !
Vraiment, Toi, Tu es l’Entendant, le Savant !
86128 – Notre Enseigneur ! Fais que nous deux nous nous soumettions, et de même fais de notre descendance une Matrie qui sesoumette à Toi. Montre-nous nos rites et reviens à nous.
Vraiment, Toi, Tu es Celui qui fait toujours retour, le Très-Rayonnant d’Amour !
129 – Notre Enseigneur ! Envoie parmi eux un Messager des leurs qui leur communique
Tes Signes, et leur enseigne l’Écriture et la Sagesse, et qui les fait croître en pureté !
Toi, vraiment, l’Inaccessible, le Sage ! »
130 – Qui souhaite vivement s’exclure de la Tradition d’Abraham sinon ceux qui font preuve de stupidité ? Nous l’avons choisi ici-bas, et
vraiment dans l’Ultimité il sera parmi les intègres.
131 – Quand son Enseigneur lui dit : « Soumets-toi ! » Il dit : « Je me soumets à l’Enseigneur des êtres de l’Univers. »
87132 – Et Abraham fit cette recommandation à ses fils et à Jacob : « Ô mes fils, vraiment Allâh a choisi pour vous le Culte dû. Alors, ne
mourez qu’en vous soumettant ! »
133 – Étiez-vous témoins quand la mort se présenta à Jacob ? Quand il dit à ses fils :
« Qu’allez-vous adorer après moi ? » Ils dirent : « Nous adorons le Dieu que tu adores et le Dieu que tes pères Abraham, Ismaël et
Isaac ont adoré, Dieu unique auquel nous nous soumettons. »
134 – Cette Matrie est révolue. À elle ce qu’elle a acquis et à vous ce que vous avez acquis.
– Vous n’aurez pas à répondre de ce qu’ils faisaient !88 89135 – Et ils ont dit : « Soyez juifs ou chrétiens, vous serez guidés ! » Dis : « Bien plutôt, la Tradition d’Abraham, théotrope qui n’était
pas parmi les codéificateurs. »
136 – Dites : « Le Dépôt confié, Nous l’avons mis en œuvre par Allâh et par ce qu’on a fait descendre sur nous venant de leur Enseigneur90et par ce qu’on a fait ainsi descendre sur Abraham, et Ismaël, et Isaac, et Jacob, et les (douze) Lignées , et par ce qui a été donné
à Moïse, et à Jésus, et ce qui a été donné aux prophètes. Nous ne faisons aucune distinction entre eux et nous, à Lui, nous nous
soumettons. »
137 – Si alors par une équivalence de ce que vous avez mis en œuvre du Dépôt confié, ils ont mis celui-ci en œuvre, ils sont bien guidés.
Or, s’ils se détournent, ils font scission. Allâh alors te suffira à leur égard.
– Lui, l’Entendant, le Savant.
91138 – (Cela) selon l’imprégnation colorante d’Allâh ! Et qui excelle plus qu’Allâh en matière d’imprégnation colorante ?
Or, nous sommes pour Lui des adorateurs !
139 – Allez-vous controverser avec nous au sujet d’Allâh alors que Lui est notre Enseigneur et votre Enseigneur ?
Et à nous nos œuvres et à vous vos œuvres !
Et nous, pour Lui, nous nous dévouons sincèrement.
140 – Ou direz-vous vraiment qu’Abraham, et Ismaël, et Isaac, et Jacob, et les Lignées étaient juifs ou chrétiens ? Dis : « Est-ce vous qui
êtes très savants ou bien Allâh ? » Or, qui s’enténèbre plus d’injustice que celui qui dissimule en lui un témoignage venant d’Allâh ?
– Allâh n’est pas imprévoyant à l’égard de ce que vous faites.
141 – Voilà une Matrie qui a passé. À elle ce qu’elle a acquis et à vous ce que vous avez acquis.
– Vous ne serez pas interrogés sur ce qu’ils faisaient !142 – Les insensés parmi les humains diront : « Qu’est-ce qui les a détournés de l’orientation en laquelle ils se trouvaient ? »
92Dis : « À Allâh l’Orient et l’Occident . »
Il guide qui Il veut jusqu’à une voie exigeant la rectitude.143 – Et c’est ainsi que Nous vous avons constitués en une matrie médiane afin que vous soyez témoins à l’égard des humains et que le
Messager soit témoin à votre égard.
Et Nous n’avons établi la direction vers laquelle tu te tournais que pour connaître qui suit le Messager et qui tourne les talons.
93Or, cela n’a d’importance que pour ceux qu’Allâh guide.
– Allâh ne vous fait pas perdre votre mise en œuvre du Dépôt confié !
Vraiment, Allâh, Bienveillant, Très-Rayonnant d’Amour envers les humains !
144 – Nous te voyons tourner sans cesse ta face vers le ciel. Nous t’orientons alors vers une direction dont tu es satisfait. Oriente alors ta
face du côté de la Mosquée sacrée. Alors, où que vous vous trouviez, orientez votre face vers elle.
Vraiment, ceux qui ont reçu l’Écriture savent bien que c’est la Vérité venant de leur Enseigneur.
– Allâh n’est pas imprévoyant à l’égard de ce qu’ils font !
145 – Et même si, avec quelque signe, tu viens à ceux qui ont reçu l’Écriture, ils ne suivront pas ton orientation. Et tu ne suis pas la leur
et certains d’entre eux ne suivent pas l’orientation de certains autres.
Or, même si tu suivais leurs inclinations après la science qui t’est parvenue, tu serais vraiment parmi ceux qui s’enténèbrent
94d’injustice .146 – Ceux à qui Nous avons donné l’Écriture la connaissent comme ils connaissent leurs fils.
Or, vraiment, une partie d’entre eux dissimulent la Vérité alors qu’ils savent !
147 – La Vérité vient de ton Enseigneur !
Ne sois donc pas parmi les sceptiques !95148 – Or, à chacun une direction vers laquelle il se tourne. Alors donnez la priorité aux comportements les meilleurs.
Où que vous soyez, Allâh vient à vous tous. Vraiment, Allâh, Puissant sur toute chose !
96149 – Et où que tu ailles, oriente ta face du côté de la Mosquée sacrée . Et vraiment cela est la Vérité venant de ton Enseigneur.
Vraiment, Allâh n’est pas imprévoyant à l’égard de ce que vous faites !
150 – Et où que tu ailles, oriente ta face du côté de la Mosquée sacrée.
Et où que vous soyez, orientez votre face de son côté afin que les humains n’aient aucun argument contre vous, sauf ceux qui,
parmi eux, s’enténèbrent d’injustice. Alors, ne les redoutez pas et redoutez-Moi afin que Je parachève Mon bienfait à votre égard.
– Puissiez-vous être guidés !
97151 – Ainsi, Nous avons envoyé en vous un Messager issu de vous qui vous communique Nos Signes, et augmente votre pureté, et vous
enseigne l’Écriture et la Sagesse, et vous enseigne ce que vous ne saviez pas.
98152 – Alors, rappelez-vous de Moi, Je Me rappelle de vous, et faites preuve de reconnaissance envers Moi, et ne Me reniez pas .
153 – Ô vous qui avez mis en œuvre le Dépôt confié ! Sollicitez l’aide de l’endurance et de l’action unifiante de grâce !
Vraiment, Allâh avec les endurants !154 – Ne dites pas au sujet de ceux qui sont tués dans le chemin d’Allâh qu’ils sont morts.
Au contraire, ils sont vivants et pourtant vous n’en prenez pas conscience.
155 – Or, Nous vous éprouverons sûrement par un minimum de crainte et de faim, et par un amoindrissement de biens, et de personnes,et de fruits.
– Annonce la bonne nouvelle aux endurants.
156 – Ceux qui disent, quand un malheur les frappe : « Vraiment, nous sommes à Allâh et vraiment jusqu’à Lui nous revenons ! »
157 – Sur ceux-là des grâces unifiantes de leur Enseigneur, et un amour rayonnant. Et ceux-là se laissent guider.
99158 – Vraiment, Ṣafâ et Marwa sont des rites institués par Allâh !
Alors, nul grief à l’égard de celui qui a fait le pèlerinage au Temple, ou a rendu une visite en circumambulant entre ces deux
(lieux).
– Qui fait spontanément un bien… alors vraiment, Allâh, Reconnaissant, Savant !
159 – Vraiment, ceux qui dissimulent les évidences et la guidance que Nous avons fait descendre depuis que Nous les avons explicitées
100aux humains dans l’Écriture, Allâh les a réprouvés tout comme ceux qui les réprouvent,
160 – à l’exception de ceux qui ont fait retour, et se sont amendés, et ont reconnu (leur erreur). Alors, vers eux Je fais retour, et Moi, Je
suis Celui qui fait toujours retour, le Très-Rayonnant d’Amour.
161 – Vraiment, Allâh, et les anges, et les humains, sans exception, réprouvent ceux qui ont dénié et sont morts en dénégateurs.
162 – Dans cet éloignement ils demeurent indéfiniment. La correction ne leur sera pas allégée et ils n’auront aucun répit.
163 – Le Dieu que vous adorez est un Dieu adoré unique.
Nul dieu adoré sinon Lui, le Tout-Rayonnant d’Amour, le Très-Rayonnant d’Amour !164 – Vraiment, pour ceux qui font le lien : des signes dans la création des cieux et de la terre et dans la succession de la nuit et du jour,
et dans le navire qui vogue sur les flots avec ce qui est utile aux humains,
et dans l’eau qu’Allâh a fait descendre soudainement du ciel et par laquelle Il a vivifié la terre après qu’elle a été stérile, et sur
laquelle Il a disséminé toutes sortes de bêtes, et dans la variation des vents et des nuages, disposés pour servir, entre le ciel et laterre.
165 – Et parmi les humains, certains adoptent des rivaux à la place d’Allâh. Ils les aiment comme on aime Allâh. Or, ceux qui ont mis en
œuvre le Dépôt confié ont un amour plus fort pour Allâh.
Quand ils verront la correction, ceux qui se sont enténébrés d’injustice verront que la force est entièrement à Allâh et qu’Allâh est
Rigoureux dans la correction.
166 – Lorsqu’en voyant la correction, ceux qui auront été suivis se désolidariseront de ceux qui les avaient suivis : les liens qui les
unissaient se briseront.
101167 – Ceux qui auront suivi diront : « S’il y avait eu pour nous un retour possible, alors nous nous serions désolidarisés d’eux comme
ils se sont désolidarisés de nous ! » C’est ainsi qu’Allâh leur fait voir leurs actions, source de leur déception.
– Du Feu ils ne sortiront !
102168 – Ô vous les humains ! Nourrissez-vous de ce qui est licite et bon sur la terre, et ne suivez pas les pas de Satan. Vraiment, il est
pour vous un ennemi explicite !
169 – Il ne vous ordonne que le dommage et l’infamie, et de dire contre Allâh ce que vous ne savez pas.170 – Or, lorsqu’on leur dit : « Suivez ce qu’Allâh a fait descendre. » Ils dirent : « Non point ! Nous suivons ce que nous avons trouvé
chez nos pères ! » Et si leurs pères n’avaient en rien fait le lien et ne s’étaient pas laissés guider ?
171 – Et la ressemblance de ceux qui ont renié est comme celle de celui auprès de qui on vocifère et qui n’entend qu’incitation etclameur.
Sourds, muets, aveugles, alors ils ne font pas le lien !
172 – Ô vous qui avez mis en œuvre le Dépôt confié ! Nourrissez-vous de bonnes nourritures que Nous vous avons accordées, et soyez
reconnaissants envers Allâh, si c’est bien Lui que vous adorez !
173 – Il ne vous interdit que (la chair de) la bête (trouvée) morte (le cadavre), et le sang, et la chair de porc, et ce qui a été dédié à un
autre qu’Allâh.
Nul forfait à la charge de qui a été contraint, mais sans désir ni excès (de sa part). Vraiment, Allâh, Très-Recouvreur,
TrèsRayonnant d’Amour !
174 – Ceux qui cachent ce qu’Allâh a fait descendre de l’Écriture et qui la négocient à vil prix, ne consomment que le Feu dans leur
intérieur (ou = leurs entrailles). Allâh ne leur parlera pas le Jour de la Résurrection et ne les purifiera pas.
– Pour eux une correction douloureuse !
175 – Ceux-là ont acheté l’errance contre la guidance et la correction contre le recouvrement.
Alors, qu’est-ce qui les rendra endurants contre le Feu ?
176 – Cela car Allâh a fait descendre par étape l’Écriture par la Vérité.
– Vraiment, ceux qui sont en désaccord au sujet de l’Écriture sont bien dans une désunion extrême !177 – La vertu foncière ne consiste pas à tourner votre face vers le levant ou vers le couchant. Bien au contraire, la vertu foncière est
celle de quiconque met le Dépôt confié en œuvre par Allâh et en vue de l’Ultimité, et par les Anges, et l’Écriture, et les Prophètes ;
et de quiconque donne son bien, malgré l’amour qu’il lui porte, aux proches, et aux orphelins, et aux indigents, et au voyageur, et à
ceux qui demandent l’aide ;et celle de ceux qui affranchissent les esclaves, et qui élèvent l’action unifiante de grâce, et versent l’excédent purifié ;
et celle de ceux aussi qui se sont acquittés entièrement de leur engagement lorsqu’ils se sont engagés ;
et ceux qui endurent dans l’adversité et les contraintes et au moment même de l’adversité.
Ceux-là sont les véridiques, ceux-là sont ceux qui prennent garde !
103178 – Ô vous qui avez mis en œuvre le Dépôt confié ! La loi de compensation vous a été prescrite en cas de meurtre : un être libre
pour un être libre, esclave pour esclave, femme pour femme.
Alors, que celui à qui quelque chose aura été pardonné par son frère suive ce qui est reconnu convenable, et le dédommage de la
meilleure manière ! Cela constitue un allégement et un amour rayonnant provenant de votre Enseigneur.
Après cela, pour qui transgresse : une correction douloureuse !
104179 – Pour vous, la loi de compensation est source de vie, ô êtres dotés de conscience quintessentielle !
Puissiez-vous prendre garde !
180 – Lorsque la mort se présente à l’un de vous et qu’il laisse du bien, il vous est prescrit de tester en faveur des deux géniteurs et des
105plus proches, selon ce qui est reconnu convenable. C’est un droit réel à la charge de ceux qui prennent garde.
181 – Le forfait de qui a modifié ce testament après l’avoir entendu, est à la seule charge de celui qui l’a modifié.
Vraiment, Allâh, Entendant, Savant !182 – Nul forfait à la charge de qui, par crainte d’une partialité, ou d’un forfait d’un testateur, arrange une conciliation entre eux.
Vraiment, Allâh, Très-Recouvreur, Très-Rayonnant d’Amour !
183 – Ô vous qui avez mis en œuvre le Dépôt confié ! Le jeûne vous est prescrit, comme il a été prescrit à ceux qui vous ont précédés,– puissiez-vous prendre garde ! –
184 – pendant un nombre de jours déterminés.
Qui parmi vous est malade ou en voyage compensera par un nombre équivalent de jours.
Or, ceux qui ont la possibilité de jeûner (sans le faire), doivent compenser avec le repas d’un pauvre. C’est un bien pour qui fait
spontanément davantage. Pour lui, c’est meilleur !
C’est un bien pour vous que vous jeûniez, si vous saviez !
185 – Le mois de Ramadân est celui pendant lequel on a fait descendre dans l’instant le Qur’ân comme guidance pour les humains, et
comme des évidences émanant de la guidance, et du discernement. Alors, quiconque parmi vous aura été témoin de ce mois
jeûnera pendant celui-ci.
Et pour qui est malade ou en voyage, alors (qu’il jeûne) un nombre égal d’autres jours.
– Allâh vise ce qui est aisé pour vous, Il ne vise pas ce qui est malaisé –
ll vous appartient de parfaire ce nombre et de magnifier Allâh de vous avoir guidés !
106– Puissiez-vous être reconnaissants !
186 – Et quand Mes adorateurs t’interrogent sur Moi, alors Je suis proche ! Je réponds favorablement à l’appel de celui qui appelle quand
il M’appelle. Qu’ils se disposent alors à Me répondre favorablement et qu’ils mettent en œuvre par Moi le Dépôt confié !
Puissent-ils suivre la bonne direction !187 – Les comportements d’intimité envers vos femmes vous ont été rendus licites pendant la nuit de jeûne.
Elles sont un vêtement pour vous et vous êtes un vêtement pour elles.
Allâh sait que vous vous êtes trahis vous-mêmes, alors Il a fait retour à vous et vous a pardonnés. Ayez un contact réjouissant avec
elles (femmes) et désirez ardemment ce qu’Allâh a prescrit pour vous,et mangez et buvez jusqu’à ce que le fil blanc se distingue pour vous du fil noir au lever du jour. Puis parachevez le jeûne jusqu’à la
nuit,
et n’ayez pas de rapports intimes avec elles tandis que vous partagez une retraite dans les mosquées.
Voilà les limites qu’Allâh pose ! Alors, ne les approchez point ! C’est ainsi qu’Allâh rend explicites Ses Signes aux humains !
Puissiez-vous prendre garde !
188 – Et ne consommez pas vainement vos biens entre vous et ne les offrez pas aux juges par corruption pour que, par forfait, vous
consommiez une partie des biens d’autrui alors que vous savez !
189 – Ils t’interrogent sur les phases extrêmes de la lune. Dis : « Elles sont des repères pour mesurer le temps pour les humains et pour
le Pèlerinage (ou la Quête). »
107Or, la vertu foncière ne consiste pas à aborder les demeures nocturnes par des ouvertures dérobées , bien au contraire la vertu
foncière est de prendre garde. Allez aux demeures nocturnes par leurs seuils et prenez garde à Allâh.
Puissiez-vous être prospères !
108190 – Et combattez dans le chemin d’Allâh ceux qui vous combattent et ne transgressez pas .
Vraiment, Allâh n’aime pas les transgresseurs !191 – Et tuez-les là où vous les surprenez et chassez-les d’où ils vous ont chassés.
109Or, la confrontation est plus rigoureuse que tuer .
Et ne les combattez pas dans la Mosquée sacrée à moins qu’ils ne vous combattent. Si alors ils vous combattent, tuez-les donc.
Telle est la rétribution des dénégateurs !192 – S’ils cessaient…
Alors, Allâh, Très-Recouvreur, Très-Rayonnant d’Amour !
193 – Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de confrontation et que le Culte dû soit pour Allâh. S’ils cessent : plus d’inimitié alors
sauf contre ceux qui s’enténèbrent d’injustice !
110194 – Le mois sacré pour le mois sacré !
Or, pour les prescriptions sacrées, la loi de compensation s’impose. Qui vous agresse, agressez-le alors d’une égale agression.
– Prenez garde à Allâh et sachez qu’Allâh est avec ceux qui prennent garde !
195 – Et faites circuler les biens dans le chemin d’Allâh.
Et ne vous jetez pas de vos propres mains dans la perdition.
– Comportez-vous avec excellence, vraiment, Allâh aime les excellents !
111196 – Et parachevez la Quête (le Pèlerinage) et la Visite pour Allâh. Si alors vous êtes empêchés, une offrande facile est requise.
– Ne vous tonsurez qu’après que cette offrande a atteint son lieu de destination !
– Que celui d’entre vous qui est malade ou bien souffre de la tête compense sous forme de jeûne, ou d’aumône, ou de rites
propitiatoires.
Une fois en confiance, que celui qui accomplit la Visite en vue de la Quête présente l’offrande sacrificielle qui lui est facile. Pour
celui qui alors n’en trouverait pas : un jeûne de trois jours pendant la Quête et de sept jours au retour est requis, soit dix jours
révolus. Cela concerne ceux dont les affiliés ne résident pas près de la Mosquée sacrée.
112– Prenez garde à Allâh et sachez qu’Allâh est ferme dans la sanction .197 – La Quête a lieu pendant des mois déterminés.
Pour celui qui, en ces mois, s’est imposé la Quête, alors nul propos galant, ni dé- bauche, ni dispute pendant cette Quête.
– Quelque bien que vous fassiez, Allâh le sait !
– Munissez-vous de provisions. Vraiment la meilleure provision est de prendre garde.– Prenez garde à Moi, vous les êtres doués de conscience quintessentielle !
198 – Aucun grief contre vous de rechercher quelque faveur de votre Enseigneur.
Quand alors vous déferlez depuis les Monts de ‛Arafât (de la connaissance), rappelezvous Allâh au lieu rituel et rappelez Le comme
Il vous a guidés, bien qu’avant cette guidance, vous étiez certes parmi ceux qui s’égarent.
199 – Ensuite déferlez de là où les humains déferlent et demandez le recouvrement d’Allâh.
Vraiment, Allâh, Très-Recouvreur, Très-Rayonnant d’Amour !
200 – Alors, vos rites propitiatoires une fois parachevés, rappelez-vous Allâh comme vous rappelez vos pères, ou même d’un rappel plus
intense.
Parmi les humains, certains disent alors : « Notre Enseigneur, donne-nous dans l’icibas ! »
113Aucune part de créativité pour eux dans l’Ultimité !
201 – Or, parmi eux, certains disent : « Notre Enseigneur ! Donne-nous un bien-être icibas et un bien-être dans l’Ultimité et
préservenous de la correction du Feu ! »
202 – Pour eux une part de ce qu’ils ont acquis !
– Allâh, Prompt à compter !114203 – Et rappelez-vous Allâh pendant des jours comptés . Nulle faute alors à la charge de qui s’est empressé pendant deux jours, et
nulle faute à la charge de qui s’est attardé, s’il a pris garde.
– Prenez garde à Allâh et sachez que jusqu’à Lui vous serez rassemblés !
204 – Et parmi les humains, il y a celui dont le propos sur la vie d’ici-bas te charme, et qui prend Allâh à témoin de ce qui est en soncœur, alors qu’il est le plus entêté dans la querelle.
205 – Et lorsqu’il a tourné le dos, il parcourt la terre pour y semer la corruption et anéantir les emblavures et les progénitures.
– Allâh n’aime pas la corruption !
115206 – Et on lui dit : « Prends garde à Allâh ! » L’emportement se saisit de lui à cause de son forfait. Alors, la Géhenne lui suffit.
Ah ! Quel détestable lieu de déploiement !
207 – Parmi les humains il y a celui qui rachète son âme par désir ardent de satisfaire Allâh.
– Allâh, Bienveillant à l’égard des adorateurs !
208 – Ô vous qui avez mis en œuvre le Dépôt confié ! Entrez dans la Paix totalement !
– Ne suivez pas les foulées de Satan : il est vraiment un ennemi explicite !
209 – Alors, si après la venue à vous des Évidences vous trébuchiez, sachez qu’Allâh est Inaccessible, Sage !
210 – Qu’attendent-ils sinon qu’Allâh vienne ainsi que les anges dans l’ombre des nuées.
116– L’Ordre est arrêté, et à Allâh les ordres sont ramenés !211 – Demande aux Fils d’Israël combien de Signes explicites Nous leur avons donnés !
– Qui donc altérerait le Bienfait d’Allâh après qu’il lui est parvenu ?
Alors vraiment, Allâh, Rigoureux dans la sanction !212 – La vie d’ici-bas a été rendue attrayante pour ceux qui ont dénié : ils ridiculisent ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié.
Or, ceux qui ont pris garde seront au-dessus d’eux le Jour de la Résurrection.
– Allâh sustente sans compter qui Il veut !
213 – Les humains formaient une Matrie unique. Allâh envoya alors des prophètes annonciateurs et avertisseurs, et fit descendre avec
ces derniers l’Écriture par la Vérité afin qu’Il juge parmi les humains ce sur quoi ils avaient divergé.
Or, par excès entre eux, n’ont divergé, à l’égard de celle-ci, que ceux qui l’avaient reçue après que les évidences leur furent
venues. Alors, Allâh guida ceux qui, par la Vérité sur laquelle les autres avaient divergé avec Son accord, avaient mis en œuvre le
Dépôt confié.
– Allâh guide qui Il veut jusqu’à une voie exigeant la rectitude !
214 – Ou bien, estimeriez-vous pénétrer dans le Jardin alors que vous n’avez pas encore subi le semblable de ce qu’ont subi ceux qui ont
disparu avant vous ? Le mal et la nuisance les ont touchés.
Or, ébranlés furent-ils au point que le Messager ainsi que ceux qui mettaient en œuvre le Dépôt confié avec lui dirent : « À quand
l’assistance d’Allâh ? » L’assistance d’Allâh, vraiment, n’est-elle pas imminente ?
215 – Ils t’interrogent : « Que devront-ils dépenser ? » Dis ! « Le bien que vous dépensez est pour les deux géniteurs, et les très proches,
et les orphelins, et les indigents, et les voyageurs.
– Ce que vous faites de bien, Allâh alors le sait !117216 – Le combat vous a été prescrit et vous l’avez en aversion .
Or, il est possible que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle est meilleure pour vous, et il est possible que vous
aimiez une chose alors qu’elle est pire pour vous.
– Allâh sait et vous, vous ne savez pas !118217 – Ils t’interrogent sur le mois sacré : peut-on combattre pendant celui-ci ? Dis : « Y combattre est grave ! ».
Or, il est plus grave auprès d’Allâh de détourner de Son chemin, et de Le renier, et de détourner de la Mosquée sacrée, et d’en
expulser ses affiliés.
Et provoquer le trouble est plus grave que le combat.
Et s’ils pouvaient, ils ne cesseraient de vous combattre jusqu’à vous détourner du Culte dû.
Or, seraient vaines, ici-bas et dans l’Ultimité, les actions de ceux d’entre vous qui se détourneraient du Culte dû et mourraient en
dénégateurs !
– Ceux-là seront les hôtes du Feu dans lequel, indéfiniment, ils demeureront !
218 – Vraiment, ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié, et ceux qui ont émigré, et se sont évertués dans Son chemin, espèrent
l’Amour rayonnant d’Allâh.
– Allâh, Très-Recouvreur, Très-Rayonnant d’Amour !
219 – Ils t’interrogent sur les boissons enivrantes et les jeux de hasard. Dis : « Dans les deux il y a un grave forfait et des avantages pour
119les humains. Mais leur nuisance est plus grave que leur avantage . »
120Et ils t’interrogent sur ce qu’ils doivent donner ? Dis : « le superflu ! » C’est ainsi qu’Allâh rend explicites Ses Signes pour vous
!
Puissiez-vous méditer !220 – sur l’ici-bas et l’Ultimité !
Et ils t’interrogent sur les orphelins. Dis : « Agir envers eux avec intégrité est un bien, et si vous les fréquentez, ils sont alors vos
frères. »
Or Allâh distingue le corrupteur de l’intègre ! Et si Allâh avait voulu, Il vous aurait affligés. Vraiment, Allâh, Inaccessible, Sage !221 – Et n’épousez les codéificatrices que lorsqu’elles auront mis en œuvre le Dépôt confié.
– Une servante esclave qui met en œuvre le Dépôt confié est meilleure qu’une codéificatrice, même si celle-ci vous plaisait !
Et ne donnez d’épouses aux codéificateurs que lorsqu’ils auront mis en œuvre le Dépôt confié.
– Un serviteur esclave qui met en œuvre le Dépôt confié est meilleur qu’un codéificateur, même si celui-ci vous plaisait.
Ceux-là vous convient au Feu, alors qu’Allâh vous convie au Jardin et au recouvrement avec Son accord.
Or, Il rend explicites Ses Signes aux humains ! Puissiez-vous vous rappeler !
222 – Et ils t’interrogent sur les menstrues. Dis : « C’est une indisposition. » Alors, tenezvous à l’écart des femmes pendant la
menstruation, et ne les approchez point avant qu’elles ne soient purifiées. Quand alors elles se sont purifiées, allez à elles comme
Allâh vous l’a ordonné.
Vraiment, Allâh aime ceux qui font toujours retour et Il aime ceux qui se purifient !
223 – Vos femmes sont une culture pour vous. Alors, allez à votre culture comme vous voulez, et faites offrande de vos âmes, et prenez
garde à Allâh, et sachez que vous Le rencontrerez.
– Annonce la bonne nouvelle aux acteurs du Dépôt confié !
224 – Et ne prenez pas Allâh comme objet de vos serments pour vous dispenser d’être fidèles à vos engagements, et de vous préserver, et
de réconcilier les humains.
– Allâh, Entendant, Savant.225 – Allâh ne vous reprend pas à cause de la futilité de vos serments, mais Il vous reprend pour ce que vos cœurs ont accompli.
– Allâh, Très-Recouvreur, Longanime.
226 – Un délai d’attente de quatre mois pour ceux qui font vœu de s’abstenir de leurs femmes.Au cas où ils se reprendraient…
Alors Allâh, Très-Recouvreur, Très-Rayonnant d’Amour.
121227 – Et s’ils ont décidé la libération des liens conjugaux… Alors vraiment, Allâh, Entendant, Savant !
228 – Or, les femmes libérées devront se surveiller pendant la durée de trois cycles menstruels !
Et il ne leur est pas permis de dissimuler ce qu’Allâh a créé dans leur matrice si, par Allâh et en vue du Jour ultime, elles mettent
en œuvre le Dépôt confié.
Et leurs époux auraient plus de raison de les reprendre durant cette période s’ils visaient la réconciliation.
Et elles ont des droits équivalents à leurs obligations selon la convenance reconnue, et pour les hommes une prérogative à leur
égard.
– Allâh, Inaccessible, Sage.
229 – La libération des liens conjugaux (peut-être prononcée) deux fois. Alors, (il est possible) de garder (l’épouse libérée) d’une manière
reconnue convenable, ou bien de la renvoyer décemment.
Et il n’est pas licite que vous repreniez quoi que ce soit de ce que vous leur avez donné, sauf si les deux craignent de ne pas
respecter les limites qu’Allâh a fixées.
Si vous craignez de ne pas respecter les limites fixées par Allâh, alors nul grief contre les deux si elle se libère en rendant les biens
reçus.
Telles sont les limites qu’Allâh a fixées. Alors ne les transgressez pas !
Et ceux qui transgressent les limites qu’Allâh a fixées s’enténèbrent d’injustice.
230 – Alors, s’il l’a (ainsi) libérée, elle ne lui sera plus licite tant qu’elle n’aura pas épousé un autre conjoint, et que celui-ci ne l’aura pas
libérée. Alors, s’ils reviennent ensemble (la femme et le premier mari), aucun grief contre eux s’ils sont convaincus de respecter les
limites qu’Allâh a fixées.
Et telles sont les limites fixées par Allâh. Il les rend explicites à des tenants qui savent.231 – Et quand vous avez libéré les femmes des liens conjugaux et qu’elles ont atteint la fin de leur délai, alors retenez-les d’une manière
convenable ou bien congédiez-les d’une manière convenable.
– Ne les retenez pas par contrainte car vous seriez transgresseurs !
– Qui ferait cela aurait certes enténébré son âme d’injustice !– Ne prenez pas les Signes d’Allâh en dérision !
– Rappelez-vous le bienfait d’Allâh à votre égard, et ce qu’Il a fait descendre sur vous de l’Écriture et de la Sagesse !
– Par cela, Il vous exhorte !
– Prenez garde à Allâh !
– Sachez : Allâh, Savant de toute chose !
232 – Quand vous avez libéré les femmes des liens conjugaux et qu’elles ont alors atteint la fin de leur délai, ne les empêchez pas de se
remarier avec d’autres conjoints s’ils se sont mis d’accord d’une manière reconnue convenable.
Voilà ce à quoi est exhorté celui qui, parmi vous, met le Dépôt confié en œuvre par Allâh et en vue du Jour ultime. Voilà ce qui est
pour vous plus décent et plus pur.
– Allâh sait et vous, vous ne savez point !
233 – Or, les mères qui auraient l’intention de donner un allaitement complet, allaiteront leurs enfants deux années révolues.
Et à charge de celui qui l’a enfanté (le père) de les nourrir et de les vêtir d’une manière reconnue convenable.
– Nul n’est chargé que selon sa capacité ! –
La mère ne subira aucune contrainte à cause de son enfant, ni celui qui l’a enfanté à cause de son enfant.
Et l’héritier a la même obligation !
Et si d’un commun accord et après concertation tous les deux décident le sevrage, alors nul grief contre les deux.
Et si vous décidez de mettre les enfants en nourrice, alors nul grief contre vous deux si vous vous acquittez de ce que vous devez
d’une manière reconnue convenable.
– Prenez garde à Allâh !
– Sachez : Allâh, Clairvoyant sur ce que vous faites !234 – Et que les conjointes de ceux qui, parmi vous, décèdent, s’observent bien pendant quatre mois et dix jours (avant de se remarier).
Ainsi, quand elles ont atteint ce terme, alors nul grief contre vous sur la façon dont elles disposent d’elles-mêmes, d’une manière
reconnue convenable.
– Allâh, Très-Informé de ce que vous faites.235 – Or nul grief contre vous de faire allusion à une promesse de mariage aux femmes (veuves ou divorcées), ou de garder cela en vous.
Allâh sait que vous continuez à vous rappeler d’elles. Mais ne leur faites pas de promesses en secret, sauf à leur tenir des propos
reconnus convenables.
Ne vous décidez pas à conclure le mariage tant que le délai prescrit n’est pas atteint. Sachez qu’Allâh connaît ce qui est en vos
âmes.
Alors, prenez garde à Lui.
– Sachez : Allâh, Très-Recouvreur, Longanime !
236 – Nul grief contre vous si vous libérez des liens conjugaux les femmes que vous n’avez jamais touchées, et que vous n’avez pas
encore dotées. Accordez-leur la jouissance de biens d’une manière reconnue convenable : l’homme aisé selon sa capacité, l’homme
pauvre selon sa capacité.
C’est un devoir à la charge de ceux qui se comportent bien.
237 – Et si vous les libérez avant de les avoir touchées et que vous les avez déjà dotées, alors la moitié de ce que vous avez déjà fixé (leur
revient) sauf si elles (y) renoncent, ou qu’y renonce celui par la main de qui s’est effectué la conclusion du mariage. Y renoncer
permet mieux de se garder. N’oubliez pas d’être généreux entre vous !
Vraiment, Allâh, Clairvoyant sur ce que vous faites !122238 – Préservez les actions unifiantes de grâce et l’action unifiante de grâce médiane, et levez-vous pour Allâh en orants .
239 – Si vous êtes dans la crainte, alors faites-les en marchant ou sur une monture. Une fois en confiance rappelez-vous Allâh comme Il
vous a enseigné ce que vous ne saviez pas.240 – Or, que ceux qui, parmi vous, vont être rappelés en laissant des conjointes, fassent un testament pour leurs conjointes afin de
subvenir à leur entretien pendant un an sans qu’elles soient expulsées. Si alors elles partent, nul grief contre vous sur la façon dont
elles disposent d’elles-mêmes d’une manière reconnue convenable.
– Allâh, Inaccessible, Sage.
241 – Et une subvention reconnue convenable revient aux conjointes libérées maritalement.
Ceci est un droit à la charge de ceux qui prennent garde.
242 – C’est ainsi qu’Allâh vous rend explicites Ses Signes.
Puissiez-vous faire le lien !
243 – N’as-tu pas vu ceux qui, par milliers, sont sortis de leurs demeures, appréhendant la mort. Alors Allâh leur dit : « Mourez ! » Puis Il
123les fait revivre .
Vraiment, Allâh Détenteur d’un surcroît de faveurs à l’égard des humains. Mais la plupart des humains ne sont pas reconnaissants
!
244 – Combattez dans le chemin d’Allâh !
– Sachez : Allâh, Entendant, Savant !
245 – Allâh accorde sans compter à qui Lui fait un prêt excellent. Allâh retient et déploie.
– Jusqu’à Lui vous serez réintégrés.246 – N’as-tu pas vu les dignitaires parmi les Fils d’Israël, après Moïse, quand ils dirent à un Prophète de leur appartenance : « Suscite
pour nous un roi pour que nous combattions dans le chemin d’Allâh. » Il dit : « Que vous semblerait-il si le combat vous était
prescrit et que vous ne combattiez pas ? » Ils dirent : « Et pourquoi, nous, ne combattrions-nous pas dans le chemin d’Allâh alors
que certes nous avons été dépossédés de nos demeures et de nos fils ? »Quand alors le combat leur fut prescrit, ils firent volte-face, sauf peu d’entre eux.
– Allâh, Connaisseur de ceux qui s’enténèbrent d’injustice.
247 – Or, leur Prophète leur dit : « Vraiment, Allâh a certes envoyé pour vous Saül comme roi. » Ils dirent : « Comment aurait-il la
royauté sur nous alors que nous avons plus de droits que lui à la royauté, et alors qu’il n’a jamais été doté de biens en abondance !
» Il dit : « Vraiment, Allâh l’a choisi de préférence à vous et lui a accordé un surcroît d’envergure en science et en stature. »
– Allâh confère la royauté à qui Il veut.
– Allâh, Tout-Englobant, Savant.
248 – Et leur Prophète leur dit : « Vraiment, le signe de sa royauté sera que l’Arche (d’Alliance) vous parvienne. En elle une Présence de
paix provenant de votre Enseigneur, et des reliques de ce que la Famille de Moïse et celle d’Aaron ont laissé. Les anges la
porteront.
Voilà vraiment un signe pour vous si vous mettez en œuvre le Dépôt confié. »249 – Quand Saül partit avec ses troupes, il dit : « Vraiment, Allâh va vous éprouver à l’endroit d’un cours d’eau. Qui alors s’en abreuvera
ne sera pas des miens, et qui ne s’en nourrira pas sera des miens. Exception faite de celui qui en aura puisé dans le creux de sa
main. » Alors, ils s’en abreuvèrent sauf un petit nombre d’entre eux.
Lorsqu’il l’eut traversé ainsi que ceux qui, avec lui, mettaient en œuvre le Dépôt confié, ils dirent : « Nulle possibilité pour nousd’encercler aujourd’hui Goliath et ses troupes. »
Ceux qui avaient la conviction qu’ils allaient à la rencontre d’Allâh dirent : « Que de fois une petite troupe d’hommes a vaincu une
124troupe nombreuse avec l’accord d’Allâh ! »
– Allâh avec les endurants.
250 – Et lorsqu’ils surgirent devant Goliath et ses troupes, ils dirent : « Notre Enseigneur, donne-nous l’endurance, et affermis nos pas, et
délivre-nous des tenants dénégateurs ! »
251 – Alors, ils le mirent en fuite avec l’accord d’Allâh. Et David tua Goliath.
Et Allâh lui accorda la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu’Il voulut.
Or, si Allâh ne repoussait pas certains humains par d’autres, la terre se corromprait. Et pourtant Allâh est détenteur d’une faveur
sur les êtres de l’Univers.
252 – Voilà les Signes d’Allâh ! Nous te les communiquons par la Vérité, et vraiment, te voici parmi les messagers !253 – À certains de ces messagers, Nous avons donné la précellence sur d’autres.
Parmi eux, il en est à qui Allâh a parlé, et Il a élevé d’autres en degrés.
Or, Nous avons donné à Jésus le Fils de Marie les évidences, et Nous l’avons conforté par l’Esprit de la Sainteté.
Et si Allâh avait voulu, ceux qui sont venus après que les évidences leur sont parvenues ne se seraient pas combattus. Mais ils sontentrés en divergence. Alors, parmi eux : ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié et ceux qui ont dénié !
Et si Allâh avait voulu, ils ne se seraient pas combattus.
– Mais Allâh fait ce qu’Il vise.
254 – Ô vous qui avez mis en œuvre le Dépôt confié ! Distribuez de ce que Nous vous avons accordé avant qu’un Jour ne vienne pendant
lequel ni transaction, ni amitié intime, ni intercession n’auront cours.
Et les dénégateurs s’enténèbrent d’injustice !
255 – Allâh – Nul dieu adoré sinon Lui – le Vivant, l’Immuable.
Ni somnolence, ni sommeil ne Le prennent.
À Lui ce qui est dans les cieux et ce qui est sur terre.
Qui est celui qui intercède auprès de Lui sans Son accord ?
Il connaît ce qui entre dans leurs capacités et ce qui leur échappe. Et ils n’embrassent rien de Sa Science hormis ce qu’Il veut.
Son Assise englobe les cieux et la terre, et leur préservation ne L’accable point.
125– Lui, l’Exalté, le Sans commune mesure .
256 – Nulle coercition en matière de Culte dû. La droiture s’est clairement distinguée de la déviation.
126Alors, qui dénie ceux qui transgressent les limites et met le Dépôt confié en œuvre par Allâh, a certes saisi l’anse la plus sûre
qui n’a pas de fêlure.
– Allâh, Entendant, Savant.257 – Allâh est le Très-Proche de ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié. Il les fait passer des ténèbres à la lumière.
Et les très proches de ceux qui ont dénié sont ceux qui transgressent les limites. Il les fait passer de la lumière aux ténèbres.
Ceuxlà sont les hôtes du Feu dans lequel, indéfiniment, ils demeurent.258 – N’as-tu pas vu celui à qui Allâh avait donné la royauté, argumenter avec Abraham au sujet de son Enseigneur ?
Lors, Abraham dit : « Mon Enseigneur est Celui qui fait vivre et fait mourir. » L’autre dit : « Moi, je donne vie et je fais mourir ! »
Abraham dit : « Alors, vraiment Allâh fait venir le soleil du levant, fais-le venir du couchant ! » Alors, celui qui avait dénié fut
confondu.
– Allâh ne guide pas les tenants qui s’enténèbrent d’injustice.
259 – Ou comme celui qui passa près d’une cité désertée, en ruine, et dit : « Comment Allâh la ferait-il revivre après sa mort ? »
Alors, Allâh le fit mourir et le laissa ainsi pendant cent ans, puis le réanima. Il dit :
« Combien de temps es-tu resté ainsi ? » Il dit : « Je suis resté un jour ou une partie de jour ! » Il dit : « Non point ! Tu es resté
cent ans. Regarde alors ta nourriture et ta boisson, ils n’ont jamais été altérés. Et observe aussi ton âne !
– Nous allons faire ainsi de toi un signe pour les humains.
Et observe les ossements, Nous les relevons et les revêtons de chair ! » Alors, devant cette évidence, il dit : « Je sais qu’Allâh est
Puissant sur toute chose ! »260 – Lors, Abraham dit : « Mon Enseigneur ! Fais-moi voir comment Tu donnes vie aux morts ! » Il dit : « Eh bien, n’as-tu jamais mis en
œuvre le Dépôt confié ? » Il dit :
« Si ! Mais que mon cœur soit rassuré ! »
Alors Il dit : « Prends quatre sortes de volatiles et découpe-les contre toi, ensuite metsen un fragment sur chaque mont, puis,appelle-les, ils viendront à toi instantanément.
– Sache : Allâh, Inaccessible, Sage !
261 – La ressemblance de ceux qui mettent en circulation leurs biens dans le chemin d’Allâh est comme celle d’un grain qui a produit
sept épis, chaque épi contenant cent grains.
– Allâh donne à profusion à qui Il veut.
– Allâh, Tout-Englobant, Savant.
262 – Ceux qui mettent en circulation leurs biens dans le chemin d’Allâh, puis ne font suivre ce qu’ils dépensent ni d’un étalage de
bienfaits, ni d’une incivilité, auront leur rétribution chez leur Enseigneur.
Et sur eux aucune crainte, et ils ne seront point attristés.
263 – Un dire reconnu convenable et un pardon valent mieux que largesse suivie de sévices.
– Allâh, Autosuffisant, Longanime.
264 – Ô vous qui avez mis en œuvre le Dépôt confié ! Ne rendez pas vaines vos offrandes spontanées par étalage du bienfait ou par
incivilité, comme celui qui dépense de son bien pour être vu des humains sans mettre le Dépôt confié en œuvre par Allâh et en vue
du Jour ultime. Alors, sa ressemblance est comme celle du rocher lisse couvert de terre qu’une averse a frappé et laissé infertile.
Ils n’ont aucun pouvoir sur ce qu’ils ont acquis.
– Allâh ne guide pas les tenants dénégateurs.265 – Et la ressemblance de ceux qui dépensent leurs biens par désir de l’agrément d’Allâh et pour affermir leurs âmes est comme celle
d’un jardin sur une colline qu’une averse a frappé ;
il a donné alors le double de nourriture. Si une averse ne l’atteint pas : c’est alors la rosée.
– Allâh, Clairvoyant sur ce que vous faites.266 – L’un de vous désire-t-il avoir un verger de palmiers et de vignes sous lequel coulent des ruisseaux, et qui lui donne de tous les fruits
?
Et une tornade de feu s’abat sur lui et le brûle, tandis que la vieillesse le rattrape et fragilise sa descendance.
C’est ainsi que, pour vous, Allâh rend explicites les Signes. Puissiez-vous méditer !
267 – Ô vous qui avez mis en œuvre le Dépôt confié ! Distribuez des bonnes choses que vous avez acquises et de ce que Nous avons fait
sortir de la terre pour vous. Pour le distribuer, n’en choisissez pas le vil que vous ne prendriez qu’en fermant les yeux.
– Sachez : Allâh, Autosuffisant, Digne de louanges !
268 – Satan vous menace de l’indigence et vous ordonne l’infamie tandis qu’Allâh vous promet, venant de Lui, recouvrement et faveur.
– Allâh, Tout-Englobant, Savant.
269 – Il accorde la Sagesse à qui Il veut. Et celui à qui la Sagesse a été donnée a certes reçu un bien abondant.
Ne se rappellent que les êtres dotés de conscience quintessentielle.270 – Quel que soit la dépense que vous engagiez, ou le vœu que vous formuliez, Allâh en a alors connaissance.
Pas d’assistants pour ceux qui s’enténèbrent d’injustice.
271 – Il est certainement méritoire que vous montriez les offrandes spontanées que vous faites !Et il est meilleur pour vous que vous en fassiez don aux pauvres discrètement. Alors Allâh fera disparaître de vous une partie de
vos méfaits.
– Allâh, Très-Informé de ce que vous faites.
272 – Leur guidance ne t’incombe pas, et c’est même Allâh qui guide qui Il veut.
– Ce que vous dépensez de vos biens l’est alors pour vous-mêmes.
– Vous ne dépensez que par désir de la Face d’Allâh.
– Le bien que vous dépensez vous sera rendu et vous ne serez pas enténébrés d’injustice.
273 – À l’égard des nécessiteux qui sont dans le dénuement sur le chemin d’Allâh et qui ne peuvent plus parcourir le pays, l’ignorant
pense qu’ils ne sont pas dans le besoin à cause de leur délicatesse. Tu les reconnais à leur aspect. Ils ne sollicitent pas les humains
avec insistance.
– Allâh connaît le bien que vous dépensez.
274 – Ceux qui dépensent leurs biens, nuit et jour, secrètement et publiquement, auront alors leur rétribution auprès de leur Enseigneur.
Et sur eux aucune crainte, et ils ne seront point attristés.275 – Ceux qui se nourrissent de l’usure ne se relèveront que comme se relèvera celui que Satan frappe fortement en (le) touchant. Il en
est ainsi parce qu’ils disent : « Le négoce est seulement comparable à l’usure ! »
Or Allâh a rendu licite le négoce et a interdit l’usure.
Qui alors a reçu une exhortation de son Enseigneur et qui s’en est abstenu garde ses acquis antérieurs, et son fait relève d’Allâh.Et voilà que ceux qui ont récidivé sont alors les hôtes du Feu dans lequel ils demeurent indéfiniment.
276 – Allâh ne fait pas prospérer l’excédent usuraire et accroît les offrandes spontanées.
127– Allâh n’aime pas tout fieffé dénégateur, plein de forfaits .
277 – Ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié, et accompli les œuvres intègres, et élevé l’action unifiante de grâce, et versé l’excédent
purifié, auront leur rétribution chez leur Enseigneur.
Et sur eux aucune crainte et ils ne seront point attristés.
278 – Ô vous qui avez mis en œuvre le Dépôt confié ! Prenez garde à Allâh !
Et renoncez à ce qui subsiste de l’usure si vous mettez en œuvre le Dépôt confié !
279 – Si alors vous ne le faisiez pas, soyez alors informés d’une guerre venant d’Allâh et de Son Messager. Si alors vous faites retour, le
principal de vos biens vous reste. Vous n’enténébrerez point d’injustice, ni ne serez sous l’emprise des ténèbres de l’injustice.
280 – Et si un débiteur était en difficulté, alors, pour l’aider, un sursis lui sera accordé. Que vous lui remettiez sa dette est meilleur pour
vous, si vous saviez !
281 – Et prenez garde à un Jour où vous serez ramenés à Allâh. Puis chaque âme sera rétribuée selon ce qu’elle a acquis.
– Ils ne seront pas enténébrés d’injustice.128282 – Ô vous qui avez mis en œuvre le Dépôt confié ! Lorsque vous avez contracté une dette à échéance fixée, mettez-la alors par
écrit et qu’un scribe la transcrive en votre présence avec impartialité. Et qu’un scribe ne refuse pas de la transcrire comme Allâh
l’a instruit ! Alors, qu’il écrive !
Et que celui sur qui cette obligation revient en fasse la dictée, et qu’il prenne garde à son Enseigneur, et qu’il ne réduiseaucunement la dette.
Si alors celui sur qui cette obligation revient était imprudent, ou faible, ou lui-même incapable de dicter, que son tuteur alors fasse
cette dictée avec impartialité.
Et cherchez l’attestation de deux témoins parmi vos hommes. Si jamais vous ne trouviez pas deux hommes, alors un homme et
deux femmes, parmi ceux que vous aurez agréés comme témoins. De sorte que si l’une des deux venait à s’égarer l’autre le lui
rappellerait.
Et que les témoins ne refusent pas quand ils sont convoqués.
Et ne soyez pas contrariés de transcrire une dette, qu’elle soit insignifiante ou importante, en précisant son échéance. Cela est
pour vous plus équitable chez Allâh, et plus correct en matière de témoignage, et plus propice pour ôter vos doutes.
Exception faite concernant un marché immédiat décidé entre vous : alors, aucun grief contre vous si vous ne le mettez pas par
écrit.
Et requérez des témoins lorsque vous contractez entre vous.
Et que scribe et témoin ne subissent aucune contrainte. Que vous le fassiez serait alors corruption pour vous.
– Prenez garde à Allâh !
– Allâh vous enseigne.
– Allâh, Savant de toute chose.283 – Et si vous étiez en voyage et que vous ne trouviez pas de scribe, exigez des gages. Si alors l’un de vous confiait un dépôt à un autre,
que celui à qui il a été confié le restitue.
– Qu’il prenne garde à Allâh, son Enseigneur.
Or, ne vous dérobez pas au témoignage, et qui s’y déroberait serait alors, en son cœur, vraiment passible de forfait.– Allâh, Savant de ce que vous faites.
284 – À Allâh ce qui est dans les cieux et sur la terre.
– Que vous dévoiliez ou dissimuliez ce qui est en vous-mêmes, Allâh vous en demandera compte.
Alors, Il couvre qui Il veut et corrige qui Il veut.
– Allâh, Puissant sur chaque chose.
285 – Le Messager a mis le Dépôt confié en œuvre par ce qu’on a fait descendre venant de son Enseigneur sur lui et sur ceux qui le
mettent en œuvre.
Tous ont mis le Dépôt confié en œuvre par Allâh, et par Ses Anges, et Ses Écritures, et Ses Messagers.
Nous ne faisons pas de distinction entre Ses Messagers.
Et ils dirent : « Nous avons entendu et nous avons obéi. Ton recouvrement, notre Enseigneur !
– Jusqu’à Toi le devenir. »
286 – Allâh n’impose à l’âme que selon sa capacité.
Pour elle ce qu’elle a acquis et contre elle ce qu’elle aura commis.
Notre Enseigneur, ne nous reprends pas si nous avons oublié ou commis des erreurs ! Notre Enseigneur, ne nous charge pas d’un
fardeau comme Tu as chargé nos devanciers !
Notre Enseigneur, ne nous fais pas porter ce qui n’est pas possible pour nous !
Et pardonne-nous, et couvre-nous, et sur nous fais rayonner Ton Amour. Tu es notre Très-Proche. Alors assiste-nous contre les
tenants dénégateurs.SOURATE 3 – ÂL-‛IMRÂN – LA FAMILLE DE ‛IMRÂN
200 versets – médinoise n° 89Par le Nom d’Allâh, le Tout-Rayonnant d’Amour, le Très-Rayonnant d’Amour
1291 – A L M (Alif – Lâm – Mîm) .
2 – Allâh – Nul dieu adoré sinon Lui – le Vivant, l’Immuable.
3 – Il a fait descendre sur toi l’Écriture par la Vérité, authentifiant ce qui en est toujours actuel.
Et Il a fait descendre la Thora et l’Évangile,
4 – antérieurement, comme guidance pour les humains.
Et Il a fait descendre le Critère. Vraiment, ceux qui ont dénié les Signes d’Allâh auront une correction rigoureuse.
– Allâh, Inaccessible, Capable de représailles.
5 – Vraiment, rien ne peut se cacher d’Allâh, ni sur la terre, ni dans le ciel. 6 – C’est Lui qui vous a donné forme dans les matrices
comme Il veut.
Nul dieu adoré sinon Lui, l’Inaccessible, le Sage.
7 – C’est Lui qui dans l’instant a fait descendre l’Écriture sur toi.
130Proviennent d’elle des Signes à statuts immuables qui sont la Mère de l’Écriture et d’autres (signes) symboliques .
Alors, ceux qui ont dans le cœur une déviation suivent de l’Écriture ce qui est symbolique, par désir de l’expérimentation et par
désir de sa signification originelle. Or, Allâh Seul connaît sa signification originelle.
Et ceux qui s’enracinent dans la science disent : « Nous mettons en œuvre par Lui le Dépôt confié. Tout provient de chez notre
131Enseigneur ! »
– Seuls ceux qui sont doués de conscience quintessentielle se rappellent.
8 – Notre Enseigneur, ne fais pas dévier nos cœurs après que Tu nous as guidés et donnenous par pure grâce un amour rayonnant
venant de chez Toi !
Vraiment, Toi, Tu ne cesses de donner gratuitement !
9 – Notre Enseigneur, vraiment c’est Toi le Rassembleur des humains au Jour où il n’y a nul doute.
Vraiment, Allâh ne contrevient pas à la promesse !10 – Vraiment, ni les biens, ni les enfants de ceux qui ont dénié jamais ne suffiront contre Allâh.
– Les dénégateurs seront le combustible du Feu.
11 – Leur condition est semblable à celle de la famille de Pharaon et de ceux qui les ont devancés. Ils ont démenti Nos Signes. Allâh lesa alors saisis pour leurs manquements.
– Allâh, Ferme dans la sanction.
12 – Dis à ceux qui ont dénié : « Vous allez être assujettis et vous serez rassemblés jusqu’à la Géhenne. »
Ah ! Quel mauvais lieu de déploiement !
13 – Il y a un Signe pour vous dans les deux troupes armées qui s’affrontèrent. Ceux de la première combattaient dans le chemin d’Allâh
et les autres négateurs voyaient, selon leur propre vision, l’autre troupe deux fois plus nombreuse que la leur.
– Allâh conforte qui Il veut par Son assistance.
132Vraiment, en cela : une leçon pour les êtres doués de regards pénétrants !
14 – L’amour de ce qui est désirable a été rendu attrayant aux humains : les femmes et les enfants, et les grandes quantités d’or et
d’argent, et les chevaux de race, et le cheptel, et les cultures. Tout cela est le profit de la vie d’ici-bas.
– Chez Allâh est l’excellence du lieu de retour.
15 – Dis : « Vous annoncerai-Je meilleur que cela ? Pour ceux qui prennent garde, chez leur Enseigneur : des Jardins au-dessous
desquels coulent des ruisseaux où indéfiniment ils demeurent, des conjoint(e)s purifié(e)s et une satisfaction venant d’Allâh.
– Allâh, Clairvoyant sur les adorateurs.16 – Ceux qui disent : « Notre Enseigneur, vraiment nous, nous avons mis en œuvre le Dépôt confié. Couvre alors nos manquements et
fais que nous prenions garde à la correction du Feu ! »
17 – Eux sont les endurants, et les véridiques, et les orants, et ceux qui distribuent leurs biens, et ceux qui implorent le recouvrementdès l’aube.
18 – Allâh témoigne qu’il n’y a nul dieu adoré sinon Lui. Et les anges et les détenteurs de la science agissant selon l’équité (témoignent)
133qu’il n’y a nul dieu adoré sinon Lui, l’Inaccessible, le Sage .
13419 – Vraiment, le Culte dû chez Allâh est l’Islâm (ou = soumission) .
Et ceux à qui l’Écriture a été donnée n’ont divergé, à cause de leur manquement, qu’après avoir obtenu la science.
Or, quiconque dénierait les Signes d’Allâh…
– Vraiment, Allâh, Prompt à faire rendre des comptes.
13520 – S’ils argumentent avec toi, dis alors : « J’ai soumis ma face pour Allâh ainsi que quiconque m’a suivi.
Et dis à ceux à qui l’Écriture a été donnée et aussi à ceux qui en sont dépourvus :
« Vous êtes-vous soumis ? » Si alors ils se sont soumis, les voilà certes guidés et s’ils se sont détournés, seule la transmission
t’incombe.
– Allâh, Clairvoyant sur les adorateurs.
21 – Fais l’annonce d’une correction douloureuse à ceux qui dénient les Signes d’Allâh, et qui tuent les prophètes sans droit réel et qui,
parmi les humains, tuent ceux qui ordonnent l’équité.
22 – Ceux-là sont ceux dont les actions ont avorté ici-bas et dans l’Ultimité.
– Ils n’auront pas d’assistants !23 – N’as-tu pas eu la vision de ceux à qui une part de l’Écriture a été donnée ? Ils ont été appelés à l’Écriture d’Allâh pour qu’elle juge
entre eux. Puis certains d’entre eux tergiversent et se détournent.
24 – Cela parce qu’ils disent : « Le Feu ne nous touchera qu’un nombre de jours comptés. » Or, ce qu’ils forgeaient les a illusionnés dansle Culte qu’ils doivent.
25 – Comment seront-ils alors quand Nous les aurons rassemblés en un Jour – nul doute à son sujet – où chaque âme sera rétribuée selon
ce qu’elle aura acquis ? Et ils ne seront pas traités injustement.
13626 – Dis : « Allâh Principe-Mère ! Possesseur de la Royauté, Tu accordes la Royauté à qui Tu veux, et Tu retires la Royauté à qui Tu
veux, et Tu honores qui Tu veux, et Tu abaisses qui Tu veux. Le bien est en Ta Main.
Vraiment, Toi, Puissant sur toute chose !
27 – Tu introduis la nuit dans le jour et Tu introduis le jour dans la nuit.
Et Tu fais sortir le vivant du mort.
Et Tu donnes la subsistance sans compter à qui Tu veux. »
28 – Que ceux qui mettent en œuvre le Dépôt confié ne prennent pas comme alliés proches les dénégateurs qui sous-estiment ceux qui
le mettent en œuvre. Qui ferait cela, en rien ne serait d’Allâh, sauf pour vous protéger d’eux.
– Allâh vous met en garde contre Lui-même.
– Jusqu’à Allâh est le devenir.
13729 – Dis : « Que vous dissimuliez ce qui est dans le siège de vos souffles , ou que vous l’exposiez, Allâh le connaît. »
– Il connaît ce qui est dans les cieux et sur la terre.
– Allâh, Puissant sur toute chose.30 – Un Jour, chaque âme trouvera ce qu’elle a fait de bien et ce qu’elle a fait de dommageable.
Et elle aimerait qu’il existât entre elle et cela une grande distance.
– Allâh vous met en garde contre Lui-même.
– Allâh, Bienveillant envers les adorateurs.