Le Coran et les droits de l

Le Coran et les droits de l'homme

-

Livres
203 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Hommes libres. Tel est le thème central de cet essai. Cet ouvrage interroge le Coran sur ce sujet : la liberté. La lecture proposée est simple. Il s'agit d'ignorer les circonstances historiques de la révélation de chaque verset et de faire une lecture qui soit intelligible d'une manière moderne ; il n'y a pas une autre manière de le lire, d'ailleurs ; cette lecture moderne est dialogue ; l'un des partenaires vit et, par la seule vertu de son existence, il comprend d'une manière contemporaine.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 avril 2010
Nombre de lectures 170
EAN13 9782296257498
Langue Français
Signaler un abus

j/ 36+2
/8 +/7 .63(87 ./ +4'3,,/

© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN:978-2-296-11965-9
EAN:9782296119659

,+6 ijw

j/ 36+2
/8 +/7 .63(87 ./ +4'3,,/

%&"# j4%$%"

Commerce extérieur et développement économique
Essai d’interprétationdela balance des paiementsduMaroc de
1960à1970
Thèse de Doctoratd’EtatèsScienceséconomiques
Université deMontpellier-Faculté deDroitetdesSciences
Economiques,1978

Un regard sur l’économie marocaine
Sociétémarocaine d’éditionWallada,1989.Epuisé

Le grandvide de Joseph Schumpeter. Brève histoire de la
pensée économique en Islam
Sociétémarocaine d’éditionWallada,1991.Epuisé

ème ème
Histoire de la pensée économique en Islam du8 au12
siècles
Lemarchand et lephilosophe.Editions l’Harmattan,1998

Economie duMaghreb :lesconsensus négatifs,
inEconomie du Maghreb
L’Impératif deBarcelone,CNRS Editions,Paris 1999

Sortirdela pauvreté: bricolage, apprentissage, gaspillage
inEmpreintes,Mélanges offertsàJacquesLevrat,
Al-Assas/LaSource –Rabat2000

Espace méditerranéen et acteurs économiqula solites :ude du
privé oules débrisdu futur
inPolitiques méditerranéennesentrelogiquesétatiqueset
espace civil,Karthala-IREMAM–Paris2000

L’économie algérienne de l’ère des réformes (1989-1991) à
celle de l’ajustement structurel (1994-1998)
inOù val’Algérie?
Karthala-IREMAM–Paris2001

Auservice ducinémamarocain
EditionAl-Assas-Rabat, 2003

Assise1999,Essai sur le dialogueinterreligieux
EditionAl-Assas-Rabat,2004

DuProtectorat FrançaisauMaroc(30mars 1912-16 novembre
1955)
Marshan–Casablanca2007

6

« Nousallonsfaire descendresur toi
uneparole écrasante ».

Coran,sourate73,verset5.

« Celui qui lit correctement le Coran sera avec ceux
qui seronthonorés ; quantà celui qui lit le Coranen
hésitant -c’est-à-direquiéprouve dela difficulté àle
lire-,il sera doublement récompensé ».

Hadith

Al-lahyarabi,
Ya Muhammad d-arabi,
Yaverdaderoannabi
De arabi, de arabi.

EsAl-lahsoloIsenoro
Desin ningunaparcero,
I Muhammadsumensajero,
Ketodofueverdadero
I elalislam miadin

Allahyarabi,
Ya Muhammad d-arabi
Yaverdaderoannabi,
de arabi, de arabi.

ème
Poème espagnolanonyme duXVIsiècle

8

Givethanks toAllah,
For themoonandthestars
Prays inalldayfull,
What isandwhatwas
Take holodofyour iman
Don’tgivin to shaitan

Ohyou whobelieveplease givethanks toAllah.

AllahisGhaforAllahisRahimAllahis theonewho loves
the Mohsinin,
Heis ourcreater, heis our soustainerand heis theonewho
has power overall.

ZainBhikha,
Towards thelights,Afrique du Sud,2004.

9

"/,/6-(/,/287

Le professeurAhmedMahioua bien voulu, àma demande,
relire le texte de mon manuscrit.Il m’a fait partderemarques
judicieusesdont j’ai tiré grandprofit.Jesuis seul responsable
des idéesémises.

#3,,+(6/

Introduction ..............................................................................15

PREMIÈREPARTIE
La liberté de conscience,mère detoutes les libertés............27
CHAPITRE1 Préludes ................................................................29
CHAPITRE2Le droitàl’intégritéphysique..............................39
CHAPITRE3Lalibre circulationdeshommesetdes idées .......49
CHAPITRE4Laliberté d’opinion ..............................................55
CHAPITRE5 Le droitdes peuplesà disposerd’eux-mêmes ......63

DEUXIÈMEPARTIE
La société coranique et ses adversaires.................................77
CHAPITRE1Delajustice..........................................................79
CHAPITRE2Vivre ensemble(1):Les statutsdela diversité..109
CHAPITRE3Vivre ensemble(2):La gestiondes tensions.....131
CHAPITRE4 Prier ....................................................................165
CHAPITRE5 Vivre enguerre...................................................179

Conclusion..............................................................................197

Bibliographie..........................................................................201

g2863.9-8(32

Ala mort du Prophète, en 632, demaigres effectifs d’Arabes
d’Arabie, deschameliersbédouinsfaméliques,selancentàla
conquête dumonde,sous la directionde chefs quraïshites
(habitants)deLaMecque, eux-mêmescitadinscommerçantset
armateursde grandescaravanes.Cen’étaient pasde grands
stratèges militaireset ils n’avaient pas l’avantage dunombre.Ils
visiteront les paysduCroissantfertile :Mésopotamie,Syrie,
Egypte.Del’Iran,ils irontenAsie centrale.Del’Egypte,ils
s’étendrontenAfrique duNord, enEspagne etenSicile.Ils ne
sont qu’unepoignée.Ils seront suivisdans leur promenade
militaire,quia duréun siècle,pardesélémentsdes pays
conquis ou,plutôt,parcourus.Ils seront toujoursuneinfime
minorité en paysconquis.
Donnons quelquesétapesde cette conquêtesansarmée :La
Chaldée estconquise en 633; laSyrie avecDamas en 635,la
Mésopotamie en 637,laPalestine avecJérusalemen 638,
l’Egypte en 640, Carthage en 647,Tolède en 712.Le coup
d’arrêt sera donné àPoitiersen 732.
Lesconquêtes musulmanesdemeuraientd’une grande
fragilitésur leplan militaire.Atitre d’exemple,l’Occident
musulmana failli périr sous lescoupsde boutoirdesVikings.
Habitantsdu Groëland,lesVikingsallèrent piller l’Espagne
et l’Afrique duNord àplusieurs reprises.Unepremière attaque
eut lieuen8c54 :inquantequatrenaviresarriventàLisbonne,
pillent plusieursvillesdontSéville et larégiondeCadixsans
rencontrerderésistance.Ils ontfailliatteindreCordoue, capitale
del’Espagnemusulmane.
LesVikings (appelésMajusenarabepar référence à
Magog),reviennentenforce en858-859, avecsoixante-douze

navires, détruisent Algésiras,Arzila,Nakur et la régionde
1
Tudmir, auMaghreb.
Unchroniqueur nousalaisséune description, envers, des
atrocitéscommises:
« LesPolythéistes nous ont lancé desflèches qui n’ont pas
manquéleurbut ;aussi ont-ellescommisun malheur
immense…
Ils ontfouillé àtravers larégion oùchaquejour ilsfaisaient
uneincursiondésastreuse.
LescœursdesMusulmansétaient pleinsdeterreuret leurs
meilleursdéfenseurs semontraient poltronsquand ils livraient
bataille…
Que de lieuxils ontpillés sans montrer lamoindre
commisération pour lesenfants,lesvieillards et lesvierges !
Combiend’enfantseurent leurs pèresabattus sur laterre,
2
n’ayant pour toute couchequela campagne déserte !...»
Cependant,pouraller
pillercescontrées,lesVikingsdevaient s’approvisionnereneaueten nourriture.Pource faire,ils
étaient obligésdes’arrêteraupaysdesFrancs.Ils n’yétaient
pas reçusà bras ouverts.C’estainsi quelesFrancs leur livrèrent
bataille et lesbattirent sur laSeine en85ils l7 ;esécrasèrent
ensuite, en891, àLouvain ; ils leschassèrentdelaBretagne en
3
891.Enbattant lesVikings,lesFrancs ont sauvél’islam
d’Occident.
En 632,leCoranétait laseule arme dontdisposaient les
Arabes.Une conquêtemilitairen’estjamaisdéfinitiveou
irréversible.Ilyfautune conquêtespirituelle.En quoi leCoran
était-il novateuren son temps,pouravoir suscité autant
d’adhésions ?En quoi leCoranest-il toujours novateur, en
ème
milieumusulman, ence débutdu 21 siècle, correspondantau

1
ChristophePicard :La mer et les musulmansd’OccidentauMoyenAge,
PressesUniversitairesdeFrance,Paris,1997,p.20.
2ème
HenriPérès:Lapoésie andalouse enarabe classique au11 siècle,Adrien
Maisonneuve,Paris,1953,p. 99.
3
JaredDiamond :Effondrement,Gallimard,Paris,2006,p.244.

16

ème
début du15 sièclehégirien (l’an2008 correspond àl’an 1429
hégirien).
Cetessai sepropose derépondre à cettequestion.
Il n’est pasfacile,pourun musulman, d’interroger le Coran.
La crainte est toujours présente demal interpréteretdese
trouveren porte-à-fauxavecsesconvictions.Il s’agit,pourun
musulman, d’interroger laparole divine, exercice angoissant
pour le croyant.
Jevais pourtant m’yrisquer, pour essayer de comprendre.Il
existe denombreuses traductionsduCoran.J’aichoisicellequi
laisselemoinsdeplace àl’interprétation.Elle a étéréalisée à
Médine,par« LaprésidenceGénérale desDirectionsdes
recherches scientifiques islamiques» et publiée danscette
mêmeville, en l’an 1410 H.,soiten 1990.
Un travailcollectif a été fourni par quatre commissions:
elles ont travaillé àl’améliorationdelatraduction réaliséepar
leprofesseurMuhammadHamidoullah.
Latraductionaméliorée de chaqueversetenfournit
l’interprétation laplus stricte,laplusconforme aumodèle
wahabite.
Ilexiste d’autres options.J’aichoisi latraductionwahabite;
ellene donnequeplusdepoidsaulibéralismeincarnépar le
Coran:lesantilibérauxparmi les musulmansdonnent,ici,une
lecturelibérale du Livre.
Delamêmemanière,jereprendraiàmoncomptela
définitiondu Coran que donneIbnHanbal (780-850),lointain
inspirateurdu wahabism«e :leCoranest laparole deDieuet
Dieuest incréé.»
LeCoranestcomposé de6500 versets répartisen 114
sourates ouchapitres.Ila étérévélé au
Prophèteprogressivementàpartirde610jusqu’en 632, date desondécès.
On peutdiviserceschapitresendeuxpériodes: avant
l’exode –l’hégire, en 622-etaprès.Ilexiste des sourates
préhégiriennesetdes sourates post-hégiriennes.Les premières sont
aunombre de 86et les secondes, aunombre de28.

17

La révélationdes premières constituel’époque dela
prédication.Celle des secondes portesur l’édificationà Médine
d’unesociété d’un typenouveau,
d’embléemulticonfessionnelle.LeProphète avécudans unesociété composée,outre des
musulmans, dejuifs, de chrétiensetd’incroyants.
Cemodèle desociété asansdoute emportél’adhésion plus
oumoinsenthousiaste des peuples« conquis ».C’est pourquoi
jem’intéresserai principalementauxsourates post-hégiriennes,
mais pas seulement.
Ilexiste, eneffet,plusieurs thèmesdans leCoran.Retenons
unelistenon limitative :l’élanversDieu,lasoumissionde
l’homme,lesépisodes tirésdesEcritures,le dialogue et les
polémiques avec les gensduLivre(juifsetchrétiens),les
prescriptionséthiques,juridiques et cultuelles.
Ces thèmes sontévoquésensemble dansunemêmesourate.
Il n’yapas indépendance des thèmes ; ilsconstituentun tout, au
point qu’onapudirequeleCoranformaituneuniquesourate.
Jevaiscependant isoler,pour les présenter,lesversets qui se
rapportentausujet traité :lesdroitsdel’homme.
LeProphètes’estéteinten 632et son messages’est propagé
à grandevitesse.MohammedAsadle décritainsi:
«Ce futdubuissonardentdans le désertdeMidianque la
voixdeDieuinterpellaMoïse;ce futdans lasolitude dudésert
deJudéequeJésus reçut lemessage duRoyaume deDieu;etce
futdans la caverne deHira,sur lescollinesdésertiques proches
deLaMecque,quelepremierappelfutadressé àMuhammad
d’Arabie.
L’appel luivintdansune gorge étroite etdesséchée entre des
collines rocheuses,valléenue etbrûléepar lesoleildudésert.Il
futune affirmationuniverselle delavie,tantcelle del’esprit
que celle dela chair.Ilallaitaussidonnerune forme etunbutà
unenation qui n’étaitjusqu’alors qu’unensembleincohérentde
tribuset,parelle,serépandre en quelquesdécennies, comme
une flamme etunepromesse,vers l’ouestjusqu’àl’océan
Atlantique etvers l’estjusqu’àlaMuraille deChine.Après plus
detreizesiècles,ildemeure aujourd’huiune grandepuissance

18

spirituellequibravetoutes lesdécadences politiqueset survit
même àla grande civilisation qu’ilavaitfait naître.Telaura été
4
l’appeladressé au Prophète d’Arabie ».
Cepassage enforcen’était pas le fruitd’unevocation
guerrière.
En 622,leProphète doitfuirLaMecque,oùtriomphent ses
ennemis ;en 732,l’Empiremusulman s’étend delaFrance aux
Indes.Lesarméesd’Arabien’avaient pourelles ni lenombre,ni
lapuissance; leursarmesétaient relativement primitives:les
sabresétaientd’origineyéméniteouindienne; les lanceset les
arcsavecleursflèchesétaientde fabrication locale.Cesforces
arméescomprenaientdesgroupes numériquement minces,mais
très mobiles,montés surdeschevauxoudeschameaux,qui
rayonnaientdans lesdésertsdel’Afrique duNord
etduProcheOrientjusqu’auxplateauxarménienet iranien ;ces troupes
faisaientdesbondsextraordinaires ;elles sont parvenues
jusqu’auxrivagesatlantiquesduMaroc, àtravers leCaucase
jusqu’àl’embouchure delaVolga et,lelong descôtesde
l’océan indien parcequiest, aujourd’hui,leBaloutchistan,
jusqu’àl’Indus.Les troupesd’Arabien’ont pasvaincupar les
5
armes.
Les musulmansenétaientconscients ;un pamphletanonyme
ème ème
dela findu 3siècle hégiriesin (9ècle)décritcette
faiblessemilitaire ences termes:
«Ainsi, aveclui (leProphète)en qui nouscroyonsetàqui
nousfaisonsconfiance,nous sommes partis,nus-piedset sans
vêtements, dépourvusdetoutéquipement, detoute force, de
toutearme etdetoutapprovisionnement, combattreles nations
aupouvoir leplusétendu, àlapuissancelaplus manifeste, aux
troupes les plus nombreuses, àlapopulation laplusabondante
etàla domination lapluscontraignantepour lesautres nations,
àsavoir les peuplesdePerse etdeByzance.Nous sommesallés

4
MuhammadAsad :Le cheminde La Mecque,Fayard,Paris,1976,p.136.
5
EdmundBosworth,professeurd’islamologie,Université deManchester:
«LesarméesduProphète »,inL’Islam, d’hierà aujourd’hui,ouvrage
collectif,sous la directiondeBernardLewis,Bordas,Paris,1981.

19

à leur rencontre avec depetits effectifs et de faibles forces. Et
Dieu nousa fait triompher d’euxet nousa donnélapossession
6
deleurs territoires».
Commentcomprendre cesuccès ?Desexplicationsdiverses
ontété données par leshistoriens ;elles reposent toutes sur la
relative faiblesse,politique et militaire, des paysconquis ;elles
n’expliquent pas l’adhésion,parfoisen masse, àlanouvelle
religion.
Jeprivilégie,pour mapart, cettethèse del’historienanglais
MosesI.Finley:
« Quel quesoit lenombre d’esclaves-femmes
qu’unhistorien puisserecenserdans lesharemsducalifatdeBagdad, elles
ne comptent pour rienauregard dufait quelaproduction
agricole et industrielle étaitdansunelargeproportion le fait
7
d’hommes libres.»
Hommes libres:telest lethème centralde cetessai.Nous
allons interroger leCoran surcesujet,laliberté.
Ilest sansdouteutile, auparavant, de donner quelques dates :
en 610, commencelerègne del’empereurHéracliusà
Byzance;en 622et jusqu’en 629,il remporte de brillantes
victoires sur laPerse; rappelons quelaprédicationde
Muhammad débute en 610;en 622,leProphèteprendle
chemindel’exil ;il quitteLaMecquepourYatrib; 111
compagnons lesuivent ; leProphètemeurten 632;en 634,les
musulmans,tousdenouveauxconvertis, envahissent la
Palestine et remportenten 636une bataille décisivesur les
forces impérialesà Yarmouk.En 638,Jérusalem tombe aux
mainsdes musulmans ;ils occupent l’Egypte avant lamort
d’Héraclius,survenue en 641.
De632à732,les musulmans ne connaissent queleCoran.
LaTradition se constitueraun siècleplus tard et lachari’a(le
droitcanon) trois sièclesaprès.Ilsavaient sansaucundouteleur

6
DominiqueSourdel,Un pamphlet musulmananonyme d’époque abbasside
contrelesChrétiens,LibrairieorientalistePaulGeuthner, Paris,1967.
7
MosesI.Finley:L’économie antique, LesEditionsde Minuit, Paris,1975,
p. 91.

20