Les latinos aux Etats-Unis : un défi pour l

Les latinos aux Etats-Unis : un défi pour l'Eglise catholique

-

Livres
260 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Electoralement courtisée, la population hispanique (plus de 48 millions d'individus) refaçonne le paysage démographique des Etats-Unis et enrichit le pays de ses traditions. S'il est impossible à cette population de "latinos" de séparer religion et culture, déçue par l'Eglise, elle est de plus en plus attirée par la chaleur et la convivialité des Eglises évangéliques. Aujourd'hui, l'Eglise catholique nord-américaine réagit pour conserver cette population qui paraissait acquise.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 juin 2012
Nombre de lectures 30
EAN13 9782296496231
Signaler un abus
LES LATINOS AUX ÉTATS-UNIS :
UN DÉFI POUR LÉGLISE CATHOLIQUE
© LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-96569-0 EAN : 9782296965690
AGNÈS DE FRAISSINETTE
LES LATINOS AUX ÉTATS-UNIS :
UN DÉFI POUR LÉGLISE CATHOLIQUE
Préface de Mokhtar Ben Barka
LHarmattan 
Collection « Inter-National » dirigée par Denis Rolland avec Joëlle Chassin, Françoise Dekowski et Marc Le Dorh
Cette collection a pour vocation de présenter les études les plus récentes sur les institutions, les politiques publiques et les forces politiques et culturelles à luvre aujourdhui. Au croisement des disciplines juridiques, des sciences politiques, des relations internationales, de lhistoire et de lanthropologie, elle se propose, dans une perspective pluridisciplinaire, déclairer les enjeux de la scène mondiale et européenne.
Série générale (dernières parutions)
Jean-Luc GRANDRIE, avec Nathalie COSTA et Denis ROLLAND, Les Tréteaux de France, 2001-2011. Récit dune reconquête théâtrale, 2012. Dominique VILLEMOT, Marc-Aurèle et le gouvernement de soi-même , 2012. Danièle HENKY et Michel FABRÉGUET (sous la dir.), Grandes figures du passé et héros référents dans les représentations de lEurope contemporaine , 2012. Charles SITZENSTUHL, La diplomatie turque au Moyen-Orient. Héritages et ambitions du gouvernement de lAKP 2002-2010 , 2011. Georges CONTOGEORGIS, De lEurope politique. Identités et citoyenneté dans le système européen , 2011. Germán A. DE LA REZA, Linvention de la paix. De la République chrétienne du duc de Sully à la Société des nations de Simón Bolívar , 2011. Claudine HERODY-PIERRE, Robert Schnerb, un historien dans le siècle (1900-1962). Une vie autour dune thèse , 2011. Hugues TERTRAIS (dir.), La Chine et la mer. Sécurité et coopération régionale en Asie orientale et du Sud-Est , 2011. Denis ROLLAND, La crise du modèle français , 2011. Georges CONTOGEORGIS, LEurope et le monde. Civilisation et pluralisme culturel , 2011. Phivos OIKONOMIDIS, Le jeu mondial dans les Balkans. Les relations gréco-yougoslaves de la Seconde Guerre mondiale à la Guerre froide , 2011. Lucie PAYE-MOISSINAC, Pierre ALLORANT, Walter BADIER, Voyages en Amérique , 2011.
 
  
 
 
 
Préface Introduction
SOMMAIRE
Les Hispaniques aux États-Unis : panorama général
Latinisation croissante des États-Unis Une famille émiettée Marginalité des jeunes de la seconde génération vis-à-vis de leur culture dorigine
LÉglise catholique en difficulté
Désertion de lÉglise catholique de la part des Hispaniques Désaffection due à des raisons inhérentes à lÉglise et à des divergences historiques et actuelles avec la communauté hispanique Duel Église catholique/Églises protestantes Une Église catholique plus active
Développement dorganisations et de programmes complétant laction de lÉglise
Un cadre ecclésiastique trop restreint Élargissement du domaine dactivité de lÉglise par lintermédiaire de ces organisations Des palliatifs aux lacunes ecclésiales Existence de groupes progressistes
Religion et politique
Un engagement politique et social significatif de la part de lÉglise catholique Religion et vie politique
Conclusion Lexique Bibliographie
PRÉFACE
Toutes les études saccordent pour constater que les États-Unis sont en voie de latinisation. Avec 16,3 % de la population américaine en 2010 (soit 49 millions, sans compter les sans-papiers, estimés à 12 millions au minimum), les Hispaniques constituent la minorité la plus nombreuse des États-Unis 1 . Alors quils ne représentaient que 4 % de la population américaine en 1960, les latinos ont détrôné les Noirs dans la position de première minorité en 2002 2 . Leur montée en puissance est due à une immigration continue mais aussi à une natalité très supérieure à la moyenne. Ces indicateurs laissent prévoir que la présence hispanique continuera à prendre de lampleur, au point de former, vers le milieu du siècle, près du tiers de la population américaine. En effet, dici 2025, les Hispaniques devraient constituer 21 % de la population totale et 30 % en 2050 3 . Limportance croissante des Hispaniques revêt une signification toute particulière, dans la mesure où elle a des incidences directes sur la société américaine dans sa globalité. Ses effets se font sentir tant dans les domaines politique, économique et culturel que dans le paysage religieux qui, aux États-Unis, a cette particularité dêtre polymorphe et en constante mutation. On comprend ainsi que les rapports entre les latinos et la culture dominante (mainstream)  soient un sujet de préoccupation majeure. Lune des grandes questions qui continuent dalimenter le débat est de savoir si la présence hispanique est un atout ou une menace pour la culture
1 « 2010 Census Data  2010 Census », http://2010.census.gov/2010/census/data/ 2  Laurence Monroe, États-Unis. La métamorphose hispanique,  Éditions du Cerf, 2008, p. 11. 3  Voir Laird W. Bergad & Herbert S. Klein, Hispanics in the United States, Cambridge University Press, 2010.
américaine. Dans ce débat, Samuel Huntington sétait illustré en stigmatisant la culture hispanique, source, selon lui, du « brunissement » de la population américaine et, par là-même, de la dissolution de lidentité nationale 4 . Les Hispaniques, qui comptent quelque 70 % de catholiques, entretiennent des relations complexes avec lÉglise catholique états-unienne, sujet auquel peu daméricanistes français se sont, jusquà présent, intéressés. Cest dire lintérêt du présent ouvrage, où Agnès de Fraissinette pose un regard neuf et surtout plus attentif sur les difficultés qui émaillent ces rapports ainsi que les défis qui en résultent. Appuyée sur un solide travail de terrain, cette étude documentée et précise nous invite à revisiter et à réviser la place que les latinos occupent au sein de lÉglise catholique. Agnès de Fraissinette fait preuve de discernement et de grande compétence pour expliquer en quoi ils représentent un enjeu majeur pour lavenir du catholicisme américain. Alors que le nombre dHispaniques vivant aux États-Unis ne cesse daugmenter, le pourcentage de catholiques hispaniques est en déclin. Très justement, Agnès de Fraissinette met en avant le prosélytisme effréné des dénominations protestantes évangéliques comme facteur explicatif de cette perte constante de fidèles. Les chiffres le confirment : tous les ans, pas moins de 60 000 Hispaniques quittent lÉglise catholique, car convertis par des Églises évangéliques, pentecôtistes et fondamentalistes. En tout, un million dHispaniques ont quitté lÉglise catholique, au cours des trente dernières années. Il faut dire que cette « désertion » de lÉglise catholique, na rien dexceptionnel, puisquaux États-Unis le religieux est considéré comme un bien de consommation, soumis aux lois du marché (concurrence, offre et demande, marketing, publicité,). Toujours est-il quà ce rythme, conclut Agnès de Fraissinette, la moitié de la population hispanique ne sera plus catholique dans 25 ans. Outre lattrait exercé par les évangéliques et les pentecôtistes, la fuite hors de lÉglise catholique tient au fait que les Hispaniques y sont largement sous-représentés. Sils demeurent
4  Samuel Huntington, Who Are We: The Challenges to Americas National Identity, Simon & Schuster, 2004.
8
en grande partie invisibles dans cette Église, cest en raison de la discrimination dont ils sont lobjet. Non seulement les prêtres latinos sont peu présents tant dans les diocèses que dans les séminaires, mais encore la majorité des postes de commandement sont entre les mains de catholiques dorigine anglo-saxonne. Dans ces conditions, le rôle des Hispaniques consiste le plus souvent à exécuter les décisions émanant des échelons supérieurs de la hiérarchie. Pour expliquer cette « exclusion », Agnès de Fraissinette fait appel à lhistoire, notamment en rappelant que lÉglise catholique nord-américaine fut bâtie autour de prêtres venant dEurope  bien que historiquement les Hispaniques constituent le groupe le plus ancien des catholiques sur le territoire américain  et quelle sidentifia longtemps aux Irlandais et à la cause nationale irlandaise. Autre source de malaise et de tensions : lexistence de différence de classe sociale entre les membres de la communauté hispanique, touchés en grande partie par la pauvreté et les catholiques dorigine européenne qui appartiennent en majorité à la classe moyenne. Face à ces difficultés, lÉglise catholique a fini par se rendre à lévidence : si elle narrive pas à répondre aux attentes des Hispaniques, elle risque de les voir fuir toujours plus nombreux vers dautres religions. Alors, elle multiplie les prises de position, les initiatives et les actions en direction de la communauté hispanique. De même que tout candidat au sacerdoce doit apprendre lespagnol, les Hispaniques se voient ouvrir des portes à la tête de lÉglise catholique. Ladoption, entre autres, de la « pastorale de conjunto », quAgnès de Fraissinette explique dune façon magistrale, est également révélatrice de lintérêt des catholiques nord-américains pour la culture et lidentité hispaniques. Pour répondre au prosélytisme actif des innombrables dénominations protestantes, lÉglise catholique sest appropriée certains éléments du renouveau charismatique, issus du pentecôtisme. En dépit de toutes les désaffections qua connues lÉglise catholique, la minorité hispanique est en passe de devenir sa majorité. En 2020, les latinos constitueront plus de la moitié des catholiques des États-Unis. Autant dire que le sort de lÉglise catholique est intimement lié à celui des immigrants
9
hispaniques. Cest, en somme, le propos de ce livre qui sera lu avec profit non seulement par les spécialistes des civilisations états-unienne et latino-américaine, mais aussi par tous ceux que le fait religieux intéresse.
Mokhtar Ben Barka Professeur dhistoire et de civilisation américaines Université de Valenciennes
10