Missel des dimanches 2015

-

Livres
604 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Toute l’année liturgique 2014-2015 en un volume. La nouvelle Traduction officielle de la Bible s'invite dans le Missel des dimanches !

De nombreux compléments à la liturgie de la messe : introductions, prières, indications pour les animateurs, textes pour la méditation...


Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 27 octobre 2014
Nombre de lectures 101
EAN13 9782728920983
Langue Français
Signaler un problème

MISSEL DES DIMANCHES
2015
Année liturgique
du 30 novembre 2014
au 28 novembre 2015
Lectures de l'année B
Édition collective des Éditeurs de liturgieSuggestions pour la célébration des quatre dimanches
Une nouvelle année liturgique s’ouvre avec l’Avent, temps de• CHANTER •
l’espérance et du désir. Le choix des chants reflètera le caractère propre de ce temps, avec ses
accents particuliers. Un même chant manifestera l’unité des quatre dimanches : Préparez le
chemin du Seigneur E 13-95 CNA 371, Christ et Seigneur E 12-69, Le Seigneur vient E
10-63 CNA 361, Peuples qui marchez E 127 CNA 767, Venez, divin Messie E 9 CNA
375, Aube nouvelle E 130 CNA 363.
Pour un même ordinaire de la messe, on retiendra la litanie pénitentielle Jésus, espérance
des hommes CNA 185b, Kyrie de la messe de la Trinité C 51-16, le Kyrie grégorien XVII
CNA 165. Comme acclamation à l’Évangile, Alléluia Le monde ancien E 135 CNA
21510 ou Alléluia, Bonne nouvelle CNA 215-3 avec la cantillation des versets.
Pour le Sanctus : CNA 248 ou 244 ; pour l’Agneau de Dieu : CNA 307 ou 291.
On pourra choisir un psaume commun aux quatre dimanches, le psaume 24 ou le psaume
84.
Pour la prière universelle : Réveille ta puissance CNA 231-13.
Après l’homélie : Choral de l’Avent E 37-75, Amour qui nous attends E 173-1, Les
mots que tu nous dis E 164.
Pendant la communion : Approchons-nous de la table D 19-30, De la table du Seigneur
D 80 CNA 324, Voici le corps et le sang du Seigneur D 44-90.
Après la communion : En accueillant l’amour de Jésus Christ DHL 126 CNA 325,
Alléluia La paix de Dieu pour les nations U 164-1, Viens pour notre attente E 34 CNA
377, Seigneur, tu viens E 10-72, Ô viens Jésus E 147 CNA 370, Vienne la rosée ELH
103, Le temps du Seigneur T 57, Dieu est à l’œuvre T 50 CNA 541 (strophes 1 et 5),
Quand le Seigneur se montrera CNA 581, Viens Seigneur Jésus E 35-90*, Ouvriers de
la paix T 13-92-1 CNA 522*, Vienne la paix T 150-1 CNA 771*. Ces trois derniers
chants seront en lien avec la journée de Pax Christi.
eLe 4 dimanche, on pourra prendre un chant à la Vierge : Toi qui ravis le cœur de Dieu
VLH 136 CNA 372, Humble servante V 248-1 CNA 369 et terminer la célébration avec
Venez, divin Messie E 9 CNA 375.
Pendant la prière eucharistique, on peut prendre les acclamations sur la mélodie du choral
o« Toi qui viens pour tout sauver » (revue Choristes n 116).
Le temps de l’Avent est celui de l’attente. Il est bon que nous• CÉLÉBRER •
fassions silence pour intérioriser les réalités sur lesquelles la parole de Dieu nous invite à
méditer pendant ces quatre semaines qui préparent Noël.
Nos célébrations chercheront donc à créer un vrai silence pour permettre aux fidèles de
contempler ce mystère que le prophète Nathan avait annoncé à David, et qui est aujourd’hui
« porté à la connaissance de toutes les nations » : en Jésus, Dieu sauve l’humanité. Un
rythme calme et pondéré, sans lenteur toutefois, un chant entonné avec justesse, des paroles
prononcées en vérité contribueront à la qualité du silence qui les suivra. Le soin apporté aux
lectures comptera beaucoup.
La couronne de l’Avent est une belle et bonne manière de ponctuer le temps liturgique, et
de faire participer les enfants. La lumière se réfère naturellement à Jésus et au désir que nous
avons de Dieu. Elle éclaire chacun dans son chemin.
Si dans l’église se trouve une jolie statue de la Vierge, on pourrait l’éclairer et la fleurir
spécialement.
On n’oubliera pas non plus la crèche, chaque paroisse ayant ses traditions. L’important est
de lui trouver sa juste place pour qu’elle fasse le lien entre la proclamation de la Parole et la
célébration de l’Eucharistie (cf. Célébrer Noël).
Pour mettre en valeur la dimension d’attente de l’Avent qui nous projette vers la venue du
Christ à la fin des temps, le Président prendra soin de mettre en relief par une diction soignée
toutes les allusions eschatologiques contenues dans le rituel de l’Eucharistie, par exemple
les finales des oraisons, l’anamnèse, et l’invitation au Repas du Seigneur.
Pendant l’Avent, on ne chante pas le Gloria. C’est l’occasion de multiplier et d’allonger
les silences pendant la célébration.30 novembre 2014er1 dimanche de l’Avent
VEILLER DANS LA CONFIANCE
Notre monde souffre, il va mal, comme allait mal le peuple juif au
retour de l’exil. Jérusalem était désolée ! (première lecture) Tout
contribuait à décourager et à déstabiliser les gens après les dures années de
déportation. La réalité était loin du rêve ! Où est Dieu ? Le prophète se fait
l’écho de cette misère et l’intercesseur pathétique de son peuple sous le
double registre de l’imploration et de la confession de foi. Il invoque
d’abord le nom de Dieu, « notre Père », expression très rare dans l’Ancien
Testament, qui revient à la fin du texte, et que Jésus reprendra quand ses
disciples lui demanderont de leur apprendre à prier. Le style vif et imagé
met en scène un homme familier de Dieu, qui n’hésite pas à le prendre à
partie et à lui dire tout ce qu’il a sur le cœur, l’horreur de la réalité
présente, et la confiance qu’il garde malgré tout.
L e psaume appelle le Seigneur « Berger d’Israël », témoignant sa foi
dans la proximité et l’amour de Dieu pour son peuple. Le péché consistait,
pour Isaïe, à ne pas invoquer le nom de Dieu ; ici, vivre, c’est l’invoquer.
Paul dans la deuxième lecture prépare la communauté de Corinthe au Jour
de la venue du Seigneur, en lui rappelant qu’elle a tout reçu en recevant le
Christ. Elle peut l’attendre avec confiance. Dans l’évangile de Marc que
nous entendons pour la première fois cette année et qui nous
accompagnera pendant un an, Jésus reprend comme un leitmotiv
l’injonction de veiller : la venue de Dieu dans le monde est imminente,
mais imprévisible. Il peut venir à tout moment, le soir ou à minuit, au
chant du coq ou à midi.
Voici venu le temps de l’Avent : « Le peuple qui marchait dans les
ténèbres a vu se lever une grande lumière » (Is 9, 1), entendronsnous dans
la nuit de Noël.
Déjà riches du don de Dieu, nous célébrons l’eucharistie dans l’action
de grâce, sans cesser d’attendre la pleine révélation du Fils de Dieu.
Suggestions pour la célébration
On trouvera des suggestions de chants, ici.
POUR LA PRÉPARATION PÉNITENTIELLE• PRIER •
Seigneur Jésus, en toi nous est donnée la grâce du Père, viens,
prends pitié de nous !
Ô Christ, serviteur de tous, tu fais de nous les serviteurs de nos frères, viens,
prends pitié de nous !Seigneur, tu nous appelles à la fidélité
et tu veilles avec nous en attendant le Jour de Dieu, viens,
prends pitié de nous !
POUR LA PRIÈRE UNIVERSELLE
Notre monde tâtonne dans la nuit, il attend la révélation du Fils de Dieu. Nous pouvons
prier :
– pour que l’Église rende témoignage au Christ en apportant les richesses de la parole de
Dieu à ceux qui en sont éloignés ;
– pour la paix entre les peuples et dans les familles, pour que tous puissent dire en vérité
« notre Père » et y trouver leur bonheur ;
– pour ceux qui sont guettés par l’insouciance spirituelle ou l’indifférence, que l’Esprit les
éveille à la présence du Christ dans leur vie ;
– pour notre communauté rassemblée par l’Eucharistie, qu’elle célèbre dans l’espérance le
Jour de Dieu pour hâter la venue du Royaume.
PRIÈRE D’OUVERTURE
Donne à tes fidèles, Dieu tout-puissant, d’aller avec courage sur les
chemins de la justice à la rencontre du Seigneur, pour qu’ils soient
appelés, lors du jugement, à entrer en possession du Royaume des cieux.
Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi
et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.re1 LECTURE « Si tu déchirais les cieux, si tu
descendais ! »
Lecture du livre du prophète Isaïe 63, 16b-17.19b ; 64,
2b-7
C’est toi, Seigneur, notre père ; Notre-rédempteur-depuis-toujours, tel
est ton nom. Pourquoi, Seigneur, nous laisses-tu errer hors de tes
chemins ? Pourquoi laisser nos cœurs s’endurcir et ne plus te craindre ?
Reviens, à cause de tes serviteurs, des tribus de ton héritage. Ah ! Si tu
déchirais les cieux, si tu descendais, les montagnes seraient ébranlées
devant ta face.
Voici que tu es descendu : les montagnes furent ébranlées devant ta
face. Jamais on n’a entendu, jamais on n’a ouï dire, nul œil n’a jamais vu
un autre dieu que toi agir ainsi pour celui qui l’attend. Tu viens rencontrer
celui qui pratique avec joie la justice, qui se souvient de toi en suivant tes
chemins. Tu étais irrité, mais nous avons encore péché, et nous nous
sommes égarés. Tous, nous étions comme des gens impurs, et tous nos
actes justes n’étaient que linges souillés. Tous, nous étions desséchés
comme des feuilles, et nos fautes, comme le vent, nous emportaient.
Personne n’invoque plus ton nom, nul ne se réveille pour prendre appui
sur toi. Car tu nous as caché ton visage, tu nous as livrés au pouvoir de nos
fautes. Mais maintenant, Seigneur, c’est toi notre père. Nous sommes
l’argile, c’est toi qui nous façonnes : nous sommes tous l’ouvrage de ta
main.
PSAUME 79
• Dieu, fais-nous revenir ;
que ton visage s’éclaire
et nous serons sauvés !
Berger d’Israël, écoute,
toi qui conduis ton troupeau, resplendis ! Réveille ta vaillance
et viens nous sauver.
Dieu de l’univers, reviens !
Du haut des cieux, regarde et vois :
visite cette vigne, protège-la,
celle qu’a plantée ta main puissante. Que ta main soutienne ton
protégé,
le fils de l’homme qui te doit sa force.
Jamais plus nous n’irons loin de toi :
fais-nous vivre et invoquer ton nom !e2 LECTURE « Car Dieu est fidèle »
Lecture de la première lettre de saint Paul 1 Co 1, 3-9
apôtre aux Corinthiens
Frères, à vous, la grâce et la paix, de la part de Dieu notre Père et du
Seigneur Jésus Christ. Je ne cesse de rendre grâce à Dieu à votre sujet,
pour la grâce qu’il vous a donnée dans le Christ Jésus ; en lui vous avez
reçu toutes les richesses, toutes celles de la parole et de la connaissance de
Dieu. Car le témoignage rendu au Christ s’est établi fermement parmi
vous. Ainsi, aucun don de grâce ne vous manque, à vous qui attendez de
voir se révéler notre Seigneur Jésus Christ. C’est lui qui vous fera tenir
fermement jusqu’au bout, et vous serez sans reproche au jour de notre
Seigneur Jésus Christ. Car Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à vivre en
communion avec son Fils, Jésus Christ notre Seigneur.Alléluia. Alléluia. Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donnenous ton
salut. Alléluia.
« Veillez ! »ÉVANGILE
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc Mc 13, 33-37
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Prenez garde, restez
éveillés : car vous ne savez pas quand ce sera le moment. C’est comme un
homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à
ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et demandé au portier de veiller.
Veillez donc, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison, le
soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin ; s’il arrive à l’improviste, il
ne faudrait pas qu’il vous trouve endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à
tous : Veillez ! »
PRIÈRE SUR LES OFFRANDES
Seigneur, nous ne pourrons jamais t’offrir que les biens venus de toi :
accepte ceux que nous t’apportons ; et puisque c’est toi qui nous donnes
maintenant de célébrer l’eucharistie, fais qu’elle soit pour nous le gage du
salut éternel. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.
PRÉFACE
Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire, de t’offrir notre action de
grâce, toujours et en tout lieu, à toi, Père très saint, Dieu éternel et
toutpuissant, par le Christ, notre Seigneur.
Car il est déjà venu, en prenant la condition des hommes, pour
accomplir l’éternel dessein de ton amour et nous ouvrir le chemin du
salut ; il viendra de nouveau, revêtu de sa gloire, afin que nous possédions
dans la pleine lumière les biens que tu nous as promis, et que nous
attendons en veillant dans la foi.
C’est pourquoi, avec les anges et tous les saints, nous proclamons ta
gloire en chantant (disant) d’une seule voix : Saint !...
PRIÈRE APRÈS LA COMMUNION
Fais fructifier en nous, Seigneur, l’eucharistie qui nous a rassemblés : c’est
par elle que tu formes, dès maintenant, à travers la vie de ce monde,
l’amour dont nous t’aimerons éternellement. Par Jésus, le Christ, notre
Seigneur. Amen.
Calendrier liturgique
erDi 30 1 dimanche de l’Avent B.Liturgie des Heures : Psautier semaine I.
Me 3 S. François Xavier, prêtre, jésuite missionnaire, † 1552 dans
l’île de San-Choan (Chine).
Je 4 S. Jean de Damas, prêtre, docteur de l’Église, † vers 749
près de Jérusalem.
Ve 5 En Afrique du Nord, Ste Crispine, martyre, † 304 à Thébeste.
Sa 6 S. Nicolas, évêque de Myre, (Asie Mineure), † vers
350.
Bonne fête ! 30 : André, Andrée ; 1er : Florence, Éloi, Loïc. 2 :
Viviane. 3 : Xavier. 4 : Barbara, Barbe. 5 : Gérard, Géraldine. 6 : Nicolas,
Colas, Nils.
Pour mémoire : il y a dix ans, le 27 novembre 2004, le pape Jean-Paul II
rendait aux orthodoxes des reliques de Grégoire de Nazianze et de Jean
Chrysostome. Les restes de saint Grégoire avaient été transportés à Rome
ea u VIII siècle pour leur éviter une destruction quasi-certaine lors de la
querelle iconoclaste. Ceux de Jean Chrysostome avaient été volés par les
eCroisés à Constantinople et transférés à Rome au XIII siècle.
Il y a un an, le 5 décembre 2013, mourait à Johannesburg (Afrique du
Sud) Nelson Mandela qui lutta pour l’égalité entre les blancs et les noirs,
et pour l’abolition de l’APARTHEID. Son action humanitaire lui valut de
passer de nombreuses années en prison.
Pour prolonger la prière : Dieu de grande bonté, d’âge en âge tu te
souviens de ton peuple et tu le visites par tes prophètes et tes messagers.
Aujourd’hui encore, manifeste-nous ta présence, tiens-nous en éveil pour
le jour bienheureux de la venue de ton Fils.7 décembre 2014e2 dimanche de l’Avent
« VOICI VOTRE DIEU »
Le grand événement, imminent, qu’annonce le prophète Isaïe dans ce
texte célèbre (première lecture), c’est le retour de l’exil, après cinquante
ans de déportation du peuple hébreu à Babylone. Par sa bouche, Dieu
luimême annonce le pardon et la délivrance, avec le beau verbe « consoler »
qui littéralement en hébreu signifie « provoquer un profond soupir de
soulagement ». Pour accompagner cette libération opérée par Dieu et hâter
sa réalisation, les hommes ont du travail à faire, des routes à tracer, des
ravins à combler. Quel enthousiasme ! La présence de Dieu auprès de son
peuple, sa « gloire », est une bonne nouvelle qui doit se répandre de
colline en colline avec le messager qui la porte. Le prophète développe
avec bonheur le nom de Dieu, d’abord guerrier puissant et victorieux au
secours d’un petit peuple misérable, puis berger sécurisant et attentionné,
penché comme une mère sur les plus faibles. Amour, vérité, justice et paix
(psaume) sont les noms de Dieu. Mais ce bonheur annoncé, pourquoi
tarde-t-il ? À ceux qui s’impatientent, Pierre (deuxième lecture) répond
par la patience de Dieu et sa confiance dans la capacité de l’humanité à se
convertir, à écouter sa voix, à l’accueillir. L’ évangile de Marc dont nous
entendons aujourd’hui le début, est cette bonne nouvelle, relayée depuis
Isaïe par tous les prophètes et par le plus grand d’entre eux, Jean, qui
baptise dans le Jourdain, habillé comme Élie d’une peau de bête. Inscrit
dans la longue histoire du peuple élu, il prépare la venue du Seigneur et
son Jour.
C’est ce que nous faisons chaque fois que nous aplanissons les
escarpements de notre cœur pour y accueillir la parole de Dieu et que
nous orientons nos désirs et nos regards vers Celui qui vient.
Suggestions pour la célébration
On trouvera des suggestions de chants, ici.
POUR LA PRÉPARATION PÉNITENTIELLE• PRIER •
Seigneur Jésus, tu traces pour nous dans les terres arides une route vers le Père, viens,
prends pitié de nous !
Ô Christ, tu es la bonne nouvelle de notre salut, viens,
prends pitié de nous !
Seigneur, tu baptises l’humanité dans l’Esprit Saint qui prépare le Jour de Dieu, viens,
prends pitié de nous !POUR LA PRIÈRE UNIVERSELLE
Nous confions à la tendresse de Dieu :
- ceux qui se mettent au service de leurs frères pour soulager la souffrance des malades et
rassurer ceux qui ont peur ;
- les hommes et les femmes de notre temps qui annoncent la bonne nouvelle de la vie à ceux
qui sont désespérés ou qui ont perdu confiance ;
- les familles qui cherchent l’amour et la vérité pour que chacun grandisse en humanité ;
- les gouvernants et ceux qui exercent une autorité pour qu’ils travaillent à la justice et à la
paix.
PRIÈRE D’OUVERTURE
Seigneur tout-puissant et miséricordieux, ne laisse pas le souci de nos
tâches présentes entraver notre marche à la rencontre de ton Fils ; mais
éveille en nous cette intelligence du cœur qui nous prépare à l’accueillir et
nous fait entrer dans sa propre vie. Lui qui règne avec toi et le
SaintEsprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.re1 LECTURE « Consolez, consolez mon peuple ! »
Lecture du livre du prophète d’Isaïe Is 40, 1-5.9-11
« Consolez, consolez mon peuple ! » – dit votre Dieu – parlez au cœur
de Jérusalem. Proclamez que son service est accompli, que son crime est
expié, qu’elle a reçu de la main du Seigneur le double pour toutes ses
fautes.
Une voix proclame : « Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ;
tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu. Que tout
ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées ! que les
escarpements se changent en plaine, et les sommets, en large vallée ! Alors
se révélera la gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche
du Seigneur a parlé. »
Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion.
Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem.
Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! »
Voici le Seigneur Dieu ! Il vient avec puissance ; son bras lui soumet tout.
Voici le fruit de son travail avec lui, et devant lui, son ouvrage. Comme un
berger, il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les
porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent.
PSAUME 84
• Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton
salut.
J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ?
Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles. Son
salut est proche de ceux qui le craignent,
et la gloire habitera notre terre. Amour et vérité se rencontrent,
justice et paix s’embrassent ;
la vérité germera de la terre
et du ciel se penchera la justice.
Le Seigneur donnera ses bienfaits, et notre terre donnera son
fruit.
La justice marchera devant lui, et ses pas traceront le chemin.e2 LECTURE « Nous attendons un ciel nouveau et une
terre nouvelle »
Lecture de la deuxième lettre de saint Pierre 2 P 3, 8-14
apôtre
Bien-aimés, il est une chose qui ne doit pas vous échapper : pour le
Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un
seul jour. Le Seigneur ne tarde pas à tenir sa promesse, alors que certains
prétendent qu’il a du retard. Au contraire, il prend patience envers vous,
car il ne veut pas en laisser quelques-uns se perdre, mais il veut que tous
parviennent à la conversion. Cependant le jour du Seigneur viendra,
comme un voleur. Alors les cieux disparaîtront avec fracas, les éléments
embrasés seront dissous, la terre, avec tout ce qu’on a fait ici-bas, ne
pourra y échapper. Ainsi, puisque tout cela est en voie de dissolution,
vous voyez quels hommes vous devez être, en vivant dans la sainteté et la
piété, vous qui attendez, vous qui hâtez l’avènement du jour de Dieu, ce
jour où les cieux enflammés seront dissous, où les éléments embrasés
seront en fusion. Car ce que nous attendons, selon la promesse du
Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice.
C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant cela, faites tout pour qu’on vous
trouve sans tache ni défaut, dans la paix.Alléluia. Alléluia. Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses
sentiers : tout être vivant verra le salut de Dieu. Alléluia.
« Bonne nouvelle de Jésus Christ, le Fils deÉVANGILE
Dieu »
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc Mc 1, 1-8
Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu. Il est écrit
dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi,
pour ouvrir ton chemin. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez
le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Alors Jean, celui qui
baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion
pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de
lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant
publiquement leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une
ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel
sauvage. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort
que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses
sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans
l’Esprit Saint. »
PRIÈRE SUR LES OFFRANDES
Laisse-toi fléchir, Seigneur, par nos prières et nos pauvres offrandes ; nous
ne pouvons pas invoquer nos mérites, viens par ta grâce à notre secours.
Par Jésus.
Préface de l’Avent.
PRIÈRE APRÈS LA COMMUNION
Pleins de reconnaissance pour cette eucharistie, nous te prions encore,
Seigneur : apprends-nous, dans la communion à ce mystère, le vrai sens
des choses de ce monde et l’amour des biens éternels. Par Jésus.
Calendrier liturgique
eDi 7 2 dimanche de l’Avent B.
Liturgie des Heures : Psautier semaine II.
Lu 8 IMMACULÉE CONCEPTION DE LA VIERGE
MARIE, (Voir ici)
Ma 9 " "
S. Juan Diego Cuauhtlatoatzin, † 1548, près de Mexico.erJe 11 S. Damase I , pape, † 384 à Rome.
Ve 12 Notre-Dame de Guadaloupé (Mexique)
Sa 13 Ste Lucie, vierge et martyre, à Syracuse, premiers siècles.
Bonne fête ! 8 : Conception, Sabine, Édith. 9 : Valérie. 10 : Romaric,
Eulalie. 11 : Damase, Daniel, Dany. 12 : Corentin. 13 : Lucie, Aurore,
Josselyne ou Jocelyne.
Pour prolonger la prière : Dieu de longue patience, tu ne cesses
d’appeler à la conversion ceux qui ont été baptisés dans l’Esprit Saint.
Ouvre nos cœurs à ta Parole et nous pourrons accueillir celui dont Jean
Baptiste annonçait la venue, le Christ, Jésus.DES MOTS QUI DONNENT SENS
Dans la liturgie, les actions que nous réalisons sont indissociables des
paroles que nous disons et entendons. Bien plus, ces paroles sont
ellesmêmes des actions. Quand nous nous adressons à Dieu en l’appelant
« notre Père », ou « Seigneur », nous nous situons par rapport à lui. De
même qu’un enfant se situe et se nomme lui-même lorsqu’il appelle sa
mère « maman », de même l’Église en prière s’énonce dans son identité
lorsqu’elle s’adresse à son « Seigneur ». Tour à tour elle demande, adjure,
rend grâce, loue, supplie Dieu. Dans ses prières se construit le bonheur
d’exister dans sa présence à l’Autre.
« Père plein de tendresse... », « Toi qui... », « Agneau de Dieu... » Le
caractère sacré de la liturgie est fondé sur le don du Nom, qui ne doit pas
être prononcé à la légère, mais avec gravité, non leviter sed reverenter, dit
S. Thomas d’Aquin qui insiste beaucoup sur la prononciation de la
conclusion dans les oraisons, à qui il convient de donner le juste poids des
termes, sans emphase. Le signe de croix au début de la messe n’est pas un
discours fait aux fidèles, mais une adresse à la personne de Dieu,
s’inscrivant dans le contrat fondé sur le don du Nom de Dieu par Jésus. La
gravité n’interdit pas l’allégresse, au contraire. Elle se développe en
alléluias, en louange.
Certains mots plus élastiques peuvent avoir un poids assez variable,
selon la circonstance, comme « Amen », qui peut marquer seulement une
ponctuation, une attestation légère, ou exprimer avec force la joie
eschatologique de la Parousie. Dans tous les cas, ces mots font partie de
l’échange ; en circulant ils créent un milieu de vie à la fois mental et
verbal où les hommes rassemblés respirent, se connaissent et se
reconnaissent, et se constituent en assemblée liturgique et célébrante.
Entrant dans la célébration, chacun entre dans un événement, non dans
une idée. Ce faisant, l’Église crée la tradition qu’elle est chargée
d’entretenir : « Faites cela en mémoire de moi. » Elle est elle-même
tradition, donnée et reçue, mémoire des mots dans lesquels le transcendant
affleure lorsqu’elle les prononce sur le pain et la coupe, dont on ne voit
même plus qu’ils sont vertigineux tant ils sont simples. Là est la sacralité
proprement chrétienne.
I.R-C. avec Jean-Yves Hameline.14 décembre 2014Immaculée Conception
de la Vierge Marie
Voici la nouvelle Genèse
en toi, Vierge immaculée,
la grâce originelle refleurit.
Notre terre n’est plus maudite,
nous la verrons bientôt
donner le fruit de vie.
R/ Avec toi, Marie, Mère du Sauveur,
nous glorifions la puissance de Dieu (CFC).
PRIÈRE D’OUVERTURE
Seigneur, tu as préparé à ton Fils une demeure digne de lui par la
conception immaculée de la Vierge ; puisque tu l’as préservée de tout
péché par une grâce venant déjà de la mort de ton Fils, accorde-nous, à
l’intercession de cette Mère très pure, de parvenir jusqu’à toi, purifiés,
nous aussi, de tout mal. Par Jésus Christ.
LECTURES
Première lecture : Gn 3, 9-15.20 Ève, mère de tous les vivants. Psaume
97 : Le chant nouveau.
Deuxième lecture : Ep 1, 3-6.11-12 Choisis avant la création du monde.
Évangile : Lc 1, 26-38 Voici la servante du Seigneur.
PRÉFACE
Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire, de t’offrir notre action de
grâce, toujours et en tout lieu, à toi, Père très saint, Dieu éternel et
toutpuissant. Car tu as préservé la Vierge Marie de toutes les séquelles du
premier péché, et tu l’as comblée de grâce pour préparer à ton Fils une
mère vraiment digne de lui ; en elle, tu préfigurais l’Église, la fiancée sans
ride, sans tache, resplendissante de beauté. Cette vierge pure devait nous
donner le Sauveur, l’Agneau immaculé qui enlève nos fautes. Choisie
entre toutes les femmes, elle intervient en faveur de ton peuple et demeure
pour lui l’idéal de la sainteté. C’est pourquoi, avec tous les anges du ciel,
pleins de joie, nous (disons) chantons : Saint !
Marie soutient notre espérance
Sous l’abri de ta miséricorde,
nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu.
Ne méprise pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les
dangers
délivre-nous toujours,
Vierge glorieuse, Vierge bienheureuse.14 décembre 2014e3 dimanche de l’Avent
« RÉJOUISSEZ-VOUS ! »
Soyez dans la joie ! C’est le leitmotiv de la liturgie de ce dimanche
appelé « Gaudete », premier mot latin de l’antienne d’ouverture. Le
thème est présent dans trois des quatre lectures de ce jour. La joie dont il
s’agit n’est pas superficielle, anecdotique ou passagère. Elle s’enracine,
comme le dit Paul (deuxième lecture), dans la certitude de la présence de
Dieu au plus profond de notre réalité humaine.
Isaïe (première lecture) s’adresse à une petite communauté de rapatriés
déçus par une vie difficile, loin de l’image de rêve qu’ils s’étaient faite,
pendant l’exil, de leur retour à Jérusalem. Il leur confirme la promesse de
Dieu et annonce la présence d’un envoyé rempli de l’Esprit Saint pour
apporter guérison, délivrance et liberté, source d’une joie comparable à
celle des esclaves affranchis pendant une année sabbatique (Lév 25). Jésus
s’appliquera à lui-même cette prophétie dans la synagogue de Nazareth
(Lc 4, 18-21). Car c’est lui la cause de notre joie, Dieu présent dans son
peuple aimé. Marie (cantique) le chante chez sa cousine Élisabeth, elle
exulte de joie, enceinte de Jésus en qui Dieu vient sauver l’humanité.
Trente ans plus tard, Jean Baptiste (évangile) contemple le Messie dans
la personne de Jésus. Il s’émerveille de la simplicité inattendue de Dieu
venant parmi les hommes en toute modestie, puisqu’il marche derrière le
prophète qui l’annonce. Le texte que nous entendons est le produit d’un
montage audacieux et pertinent qui détache du prologue de l’évangile de
Jean les versets sur Jean Baptiste (Jn 1, 6-8) pour en faire la préface de son
témoignage (Jn 1, 19-28). Sur lui-même, Jean dit seulement ce qu’il n’est
pas, pour ne parler que de Jésus, qui se tient au milieu des hommes mais
que les hommes ne connaissent pas.
Notre joie est fondée sur cet Inconnu dont nous discernons la présence
dans nos vies. C’est lui qui motive notre action de grâce.
Suggestions pour la célébration
On trouvera des suggestions de chants, ici.
POUR LA PRÉPARATION PÉNITENTIELLE• PRIER •
Seigneur Jésus, tu traces pour nous dans les terres arides une route vers le Père, viens,
prends pitié de nous !
Ô Christ, tu es la bonne nouvelle de notre salut, viens,
prends pitié de nous !
Seigneur, tu baptises l’humanité dans l’Esprit Saint qui prépare le Jour de Dieu, viens,prends pitié de nous !
POUR LA PRIÈRE UNIVERSELLE
(À dire à trois voix) :
- « L’Esprit du Seigneur m’a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres. »
Que l’Église soit fidèle à la mission confiée par le Seigneur : l’annonce du salut aux plus
petits, aux plus faibles.
Faisons mémoire devant Dieu des orphelins, des personnes déplacées, des disparus, des
déportés, des prisonniers, des exclus, de ceux qui souffrent des conflits ...
- « Soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance. »
Que la prière des croyants, rejoignant celle des moines et des moniales, soit louange et
action de grâce.
Faisons mémoire devant Dieu de ceux qui refusent de succomber à la haine, de ceux qui
aiment en toute circonstance, de ceux qui font progresser l’unité et la paix.
- « Cet homme n’était pas la lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage. »
Que chacune de nos communautés chrétiennes soit un reflet de la lumière qui vient de
Dieu, afin que le monde croie.
Faisons mémoire devant Dieu de ceux qui travaillent dans les équipes de solidarité, et
dans la préparation au baptême, au mariage, aux funérailles, et de tous ceux qui s’engagent
dans les paroisses.
La prière eucharistique IV reprend les termes de la lecture d’Isaïe.• CÉLÉBRER •
Mais elle prive de la préface propre à l’Avent.
PRIÈRE D’OUVERTURE
Tu le vois, Seigneur, ton peuple se prépare à célébrer la naissance de ton
Fils ; dirige notre joie vers la joie d’un si grand mystère : pour que nous
fêtions notre salut avec un cœur vraiment nouveau. Par Jésus Christ.re1 LECTURE Joyeuse nouvelle
Lecture du livre du prophète Isaïe Is 61, 1-2a.10-11
L’esprit du Seigneur Dieu est sur moi parce que le Seigneur m’a
consacré par l’onction. Il m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux
humbles, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur
délivrance, aux prisonniers leur libération, proclamer une année de
bienfaits accordée par le Seigneur.
Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon âme exulte en mon Dieu. Car il
m’a vêtu des vêtements du salut, il m’a couvert du manteau de la justice,
comme le jeune marié orné du diadème, la jeune mariée que parent ses
joyaux. Comme la terre fait éclore son germe, et le jardin, germer ses
semences, le Seigneur Dieu fera germer la justice et la louange devant
toutes les nations.CANTIQUE
Luc 1, 46b-48, 49-50,
53-54
• Mon âme exulte en mon Dieu.
Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !
Sa miséricorde s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent.
Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur,
il se souvient de son amour.e2 LECTURE La joie des chrétiens
Lecture de la première lettre de saint Paul 1 Th 5, 16-24
apôtre aux Thessaloniciens
Frères, soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en
toute circonstance : c’est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ
Jésus. N’éteignez pas l’Esprit, ne méprisez pas les prophéties, mais
discernez la valeur de toute chose : ce qui est bien, gardez-le ;
éloignezvous de toute espèce de mal.
Que le Dieu de la paix lui-même vous sanctifie tout entiers ; que votre
esprit, votre âme et votre corps, soient tout entiers gardés sans reproche
pour la venue de notre Seigneur Jésus Christ. Il est fidèle, Celui qui vous
appelle : tout cela, il le fera.Alléluia. Alléluia. L’Esprit du Seigneur est sur moi : il m’a envoyé porter
la Bonne Nouvelle aux pauvres. Alléluia.
Jean le témoinÉVANGILE
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean Jn 1, 6-8.19-28
Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu
comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient
par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre
témoignage à la Lumière. Voici le témoignage de Jean, quand les Juifs lui
envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander :
« Qui es-tu ? » Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement : « Je
ne suis pas le Christ. » Ils lui demandèrent : « Alors qu’en est-il ? Es-tu le
prophète Élie ? » Il répondit : « Je ne le suis pas. – Es-tu le Prophète
annoncé ? » Il répondit : « Non. » Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut
que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu
sur toi-même ? » Il répondit : « Je suis la voix de celui qui crie dans le
désert : Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète
Isaïe. » Or, ils avaient été envoyés de la part des pharisiens. Ils lui posèrent
encore cette question : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ,
ni Élie, ni le Prophète ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau.
Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui
qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa
sandale. »
Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où
Jean baptisait.
PRIÈRE SUR LES OFFRANDES
Permets, Seigneur, que le sacrifice de nos eucharisties te soit toujours
offert dans ton Église, pour accomplir le sacrement que tu nous as donné
et pour réaliser la merveille de notre salut. Par Jésus.
Préface de l’Avent.
PRIÈRE APRÈS LA COMMUNION
Seigneur notre Dieu, nous attendons de ta miséricorde que cette nourriture
prise à ton autel nous empêche de céder à nos penchants mauvais et nous
prépare aux fêtes qui approchent. Par Jésus.
Calendrier liturgique
eDi 14 3 dimanche de l’Avent B.Liturgie des Heures : Psautier semaine III.
[S. Jean de la Croix, prêtre carme, docteur de l’Église, †
1591 à Ubeda (Espagne)].
Bonne fête ! 14 : Odile. 15 : Christine, Ninon. 16 : Adélaïde, Alice. 17 :
Gaël, Tessa. 18 : Gratien. 19 : Urbain. 20 : Abraham, Isaac, Jacob.
Pour mémoire : Aujourd’hui, troisième dimanche de l’Avent, journée Pax
Christi.
Pour prolonger la prière : Dieu que nul œil n’a jamais vu, tu as choisi
des témoins pour révéler au monde le Sauveur. Que leur message nous
conduise jusqu’à Lui et nous le reconnaîtrons vraiment, présent au milieu
de nous.21 décembre 2014e4 dimanche de l’Avent
JÉSUS, L’ENFANT DE LA PROMESSE
Bientôt Noël. Le Seigneur est proche de nous quand nous nous faisons
proches de lui. Accueillons-le. C’est notre vocation de le donner au
monde, comme Marie.
David voulait bâtir une maison, un temple pour Dieu (première
lecture), intention louable, mais l’homme ne peut pas enfermer Dieu dans
l’espace et le temps, ni le garder sous la main à sa disposition. Cependant
le dessein de Dieu, ce que Paul appelle son « mystère » (deuxième
lecture), qui échappe à toute prévision humaine, engage Dieu dans notre
histoire : il promet à David une « maison », une lignée, et sa fidélité d’âge
en âge (psaume). Marie, qui prie les psaumes depuis son enfance,
comprend le message de l’ange : Dieu réalise lui-même le désir de
l’homme de le rejoindre. Il fait alliance avec l’humanité. En Jésus, né de la
maison de David, Dieu accomplit sa promesse. L’histoire a un sens.
L’épitre de Paul exalte l’obéissance de la foi qui n’est pas servilité,
mais, étymologiquement, écoute attentive et confiance absolue dans la
bonté de Dieu qui depuis le commencement du monde, crée par amour.
Dans l’évangile, Luc reprend l’image de l’Esprit planant sur les eaux
primordiales de Gn 1, 1, pour manifester la puissance de création d’un
Dieu qui donne naissance et croissance.
La jeune fille appelée Marie, accordée en mariage à un homme appelé
Joseph, avait appris de sa mère et des siens la longue histoire de tendresse
de Dieu avec son peuple. Et voici que dans sa maison paisible, dans sa vie
sans histoire, surgit l’ange Gabriel. Dieu va naître dans l’authentique
« maison » de David, ce couple attentif à la parole de Dieu et confiant
dans sa promesse. Tout se passe dans le recueillement intérieur d’une
jeune femme soudain féconde. Personne ne connaîtra jamais ce mystère
jusqu’au temps venu. Et dans la maison du silence, Dieu enfante encore et
toujours Celui qui va naître.
Suggestions pour la célébration
On trouvera des suggestions de chants, ici.
POUR LA PRÉPARATION PÉNITENTIELLE• PRIER •
Seigneur Jésus, lumière dans notre nuit, viens,
prends pitié de nous !
Ô Christ, tu fais chez nous ta demeure, viens,
prends pitié de nous !Seigneur, Fils bien-aimé du Père, viens,
prends pitié de nous !
POUR LA PRIÈRE UNIVERSELLE
Confions à Dieu notre Père :
- les femmes qui attendent un enfant et accueillent en elles l’espérance mystérieuse d’une vie
nouvelle ;
- ceux qui n’ont jamais entendu parler de Jésus, et les catéchètes qui font écho de sa
présence ;
- les pays en guerre et tous ceux qui souffrent des violences physiques et morales, pour
qu’ils trouvent la paix indispensable à leur vie et à leur croissance ;
- les chrétiens qui s’apprêtent à fêter Noël et tous les hommes de bonne volonté qui
cherchent Dieu dans leur vie.
PRIÈRE D’OUVERTURE
Que ta grâce, Seigneur notre Père, se répande en nos cœurs : par le
message de l’ange, tu nous as fait connaître l’incarnation de ton Fils
bienaimé, conduis-nous par sa passion et par sa croix jusqu’à la gloire de la
résurrection. Par Jésus Christ.re1 LECTURE Promesse du Messie, fils de David
Lecture du deuxième livre de Samuel 2 S 7,
1-5.8b12.14a.16
Le roi David habitait enfin dans sa maison. Le Seigneur lui avait accordé
la tranquillité en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient. Le roi
dit alors au prophète Nathan : « Regarde ! J’habite dans une maison de
cèdre, et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! » Nathan répondit
au roi : « Tout ce que tu as l’intention de faire, fais-le, car le Seigneur est
avec toi. »
Mais, cette nuit-là, la parole du Seigneur fut adressée à Nathan : « Va
dire à mon serviteur David : Ainsi parle le Seigneur : Est-ce toi qui me
bâtiras une maison pour que j’y habite ? C’est moi qui t’ai pris au
pâturage, derrière le troupeau, pour que tu sois le chef de mon peuple
Israël. J’ai été avec toi partout où tu es allé, j’ai abattu devant toi tous tes
ennemis. Je t’ai fait un nom aussi grand que celui des plus grands de la
terre. Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël, je l’y planterai, il s’y établira
et ne tremblera plus, et les méchants ne viendront plus l’humilier, comme
ils l’ont fait autrefois, depuis le jour où j’ai institué des juges pour
conduire mon peuple Israël. Oui, je t’ai accordé la tranquillité en te
délivrant de tous tes ennemis.
Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison. Quand tes
jours seront accomplis et que tu reposeras auprès de tes pères, je te
susciterai dans ta descendance un successeur, qui naîtra de toi, et je
rendrai stable sa royauté. Moi, je serai pour lui un père ; et lui sera pour
moi un fils. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton
trône sera stable pour toujours. »
PSAUME 88
• Ton amour, Seigneur, sans fin je le chante.
L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge.
Je le dis : c’est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.
« Avec mon élu, j’ai fait une alliance,
j’ai juré à David, mon serviteur :
J’établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges.
« Il me dira : “Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !”