Qui a peur du Dieu de l'Ancien Testament ?

-

Livres
214 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Vous pouvez trouver surprenant que ce soit justement l’Ancien Testament qui ait donné vie à mon expérience chrétienne. Le Dieu de l’Ancien Testament a plutôt une mauvaise réputation, même dans les milieux chrétiens. Mais c’est vraiment l’étude de l’Ancien Testament qui m’a forcé à réexaminer ma compréhension de Dieu et m’a conduit à saisir plus clairement ce qu’Il voulait de moi et ce qu’Il voulait que je crois à son sujet.


Tout au long du livre vous trouverez des échanges entre le Nouveau Testament, les positions chrétiennes traditionnelles, les connaissances modernes et l’expérience chrétienne. Ce livre n’est pas vraiment conçu pour être « savant » mais il essaie de montrer comment les connaissances modernes peuvent jeter une nouvelle lumière sur l’interprétation biblique. J’ai découvert qu’un nouveau regard sur les Écritures à la lumière des connaissances modernes peut amener à augmenter profitablement la compréhension des Écritures et par là même l’expérience chrétienne.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 juillet 2016
Nombre de visites sur la page 40
EAN13 9782857434399
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0060 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème


TraduitdulivreWho'safraidoftheOldTestamentGod?

Paruen2011auxEdtionsEnergionPublications.

ISBN: 9781893729902

1èreparutionen1988.

Copyright©2015ÉdtionsVieetSanté

60,avenueÉmileZola

77190Dammarie-les-Lys,France

www.viesante.com

Tousdroitsdereproductiontotale

oupartieleetdetraductionréservés.

ISBN(Livre): 978-2-85743-438-2

ISBN(eBooks): 978-2-85743-439-9

Miseenpageetcorections: ISEdtion

Traduction: EvelyneNielsen

Ilustrationdecouverture: Shuterstock

L'auteurasumetoutelaresponsablitépourl’exac

descitationsexposésdanslelivre.

Saufmentioncontraire,lescitationsbibliquesson

BibleSegond1975.

itudedetouslesfaitset

tempruntéesàlaversion

AldenTHOMPSON

QUI A PEUR DU DIEU DE
L'ANCIEN TESTAMENT ?

PRÉFACEDEL'AUTEUR

Ce livre aurait dû être écrit depuis longtemps. La presiondes
amis,lebesoindesélèvesetlaresponsabliétq euj eems ens envers
notrecommunautéchrétiennesonta grd sests muneuusofisantsqui
auraient dû me pouseràachevercetbonetâchedepuis un
moment. Chaque chapitre contient matière qui a prouvé être une
vraie bénédiction dans ma propre expérience chrétienne.
Finalement,l’urgence de partagercete expérienété a ec al
motivation qui, au bout du compte, a permis de terminer le travail.

J’écris comme un chrétien conservateur très inquiet pour la vie de
la communauté chrétienne conservatrice. J’espère que ce livre plaira
à la fois à ceux qui, toute leur vie, ont fait partie de cete
communauté,etàceuxquisontat enu oun soai érsnierp ou,u r
autre,parlegenredevieetd’expériencequ’ofne upp ahcorre e
conservatriceàlatradtionchrétienne.

En me basant sur mes propres observations, je suis convaincu que
ceteapprocheduchristianismeestpotentielnt pour le meieemleur
etpour lepire.Les fortes convictions religieusesquifont
généralement partie du christianisme conservateur peuvent conduire
àuneexpériencebele et li mu,eemtréent as,l maieorm ,e siaarébcirt

4

hostlilusér ne tnevuep cden fin Er.teeu ,eq motpsespoir té ou dé
notreexpériencesoitépanouisanteoudescé,ee ahtnledépendde
quel Dieu nous servons et du Dieu que nous trouvons révélé dans
lesÉcritures.

Vous pouvez trouver surprenant que ce soit justement l’Ancien
Testament qui ait donné vie à mon expérience chrétienne. Le Dieu
de l’Ancien Testament a plutôt une mauvaise réputation, même dans
lesmliraiment l’étude edl A’cnei nuxehr cieét .snsiaMe’c v ts
Testament qui m’a forcé à réexaminer ma compréhension de Dieu et
m’a conduit à saisir plus clairement ce qu’Il voulait de moi et ce
qu’Ilvoulaitquejecroisàsonsujet.

Toutau longdu livre,voustrouverezdeséchangesentrele
NouveauTestament,lespostitraditionneno shcéritneen sles,les
connaisne. tienivreCe lréeie’pxhcércn e meserods ne let tse’n cna
pas vraiment conçu pour être « savant », mais il essaie de montrer
commentlesconnaiseu pesrndemos cen enu retej tnevouvenale
lumière sur l’interprétation biblique. J’ai découvert qu’un nouveau
regardsurlesÉcritures,àlalumièredesconnaisancesmodernes,
peutameneràaugmenterprofitablementlacompréhen siondes
Écritureset,parlàmême,l’expériencechrétienne.

Les conservateurs ont souvent été hostiles aux connaisances
modernes; unedesraisonsdecetehostlit sans doute de étp orivne
ce que leur approche a parfois été mal reçue par des biblistes
érudits. En tous cas, plus d’aigreur que de lumière en a résulté, ce
quiestregretevsru’inti éC e’tsd alb.ecaf al e ed étlullCow Ne l àe,eg
d’Edimbourg, que vient mon contact personnel sérieux à la science
biblique moderne, sous la direction d’hommes qui ont été
extrêmement utiles, même s’ils ne partageaient pas toujours mes
convictions.Ilsontposélesquestionsauxquele dbes inso s’jvaiae

5

faire face,questions queles conservateurs souventévitent.
L’expérience m’a forcé à confronter Dieu et Sa parole d’une manière
qui,finalement,aconduitàcelivre.

Le verset fondamental à mon approche est que « Toute l’Écriture
est inspirée de Dieu » (2Tm3.16)nc’An iedit lreq iuv ue ,ec
Testamentausn Eu.ea je,troueuq neibvuoN el sic eiusniucnoav
quenousnedevrionsjamaislaiserlatradti même o nhcéritneen ,uo
unautrepasagedesÉcritures,nousvolerl’oceh rpco epad’union as
nouveledechaquepas emm enugaoc e .uo ronsue Dieu pparole d
La Bible est normative, mais nous ne devons pas lui imposer une
fauseunitéquiauraitpourefal rein ed euqit deé iticonan c praet
certaines parties. Les conservateurs ont souvent négligé ce principe
de canonicité, si pas en théorie, au moins en pratique, car nous
avons souvent admis que le Nouveau Testament doit toujours avoir
lederniermot,mêmepourl’interprétationdepas de agesAnl’enci
Testament. Je développe cet argument dans le premier chapitre,
probablement le plus crucial du livre, bien que d’autres puisentêtre
plusutilesdansd’autresdomaines.

Ladécouvertequejeveuxpartagerpar-deseuq sel tuottse us
Écritures de l’Ancien Testament peuvent rester vivantes et nous
conduireàuneappréciationnouvel eedt uo tecue qie Da u itfauop r
nous.C’estlàvraiment ldee èmthe luto.egnliÉ’av

AldenThompson

WalaWalaColege.ColegePlace,WA99324
1988

6

TABLEDESMATIÈRES

Préfacedel'auteur

Chapitre1
NelaisezpasvotreNouveauTestamentbloquerlaroutede
votreAncienTestament

Une«meileure»révélation
Deux approches à l’Ancien Testament : la ligne droite et les
cheminsdetraverse
QuandleNouveauTestamentinterprètel’Ancien

Chapitre2
Voicitoutétaittrèsbon–Puistoutamaltourné

UnerévélationpartieledeDieu

LepeupledeDieu: montéeetchute

Lalutecosmiqueentrelebienetlemal

7

Chapitre3
Qu'est-ilarivéàSatandansl'AT?

Lesdangersd’atribuertropd’importanceauxforce

Pouvons-nousdaterlestextesdel’AT?

Satanetleproblèmedumal

LesnomsdonnésàDieudansl’AT

Lacourcéleste

Chapitre4
Auxgensétranges,d'étrangeslois

LaLoideDieu–Sesconséquencesnégatives

LaLoideDieu–Undondelagrâce

LaLoideDieu–Sonobjectifdéformé

Desloisbizarespourdesgensbizares?

LaLoideDieuetlaresponsablitéhumaine

Lagrâceprécèdelaloi

sdémoniaques

Chapitre5
Inviteriez-vousunCananéenàdéjeunerchezvous?

IsraëletlesdieuxdeCanan

Deuxpointsdevuesurl’histoire

Lecalendrierdesfêtesjuives

Concesionsàlaculturecananéenne

8

Chapitre6
Lapiredeshistoiresdel'AncienTestament:Juges19-21

PourquoiIsraëlavaitbesoind’unroi

L’idéedumesie

Lescaractéristiques-clés
Problèmes
Consciencetribaleetpersonnesociale

Lescoutumesquinouslaisentperplexes

L’activitédeYahvédansl’histoire

Chapitre7
Lameileurehistoiredel'AncienTestament:LeMesie

Lesprophéties«mesianiques»

Chapitre8
Quelesprièrespublieriez-voussivousétiezDieu?

LeProblèmedel’Inspiration

Prieraveclespsalmistes

PoserdesquestionsàDieu

Quelquesprincipesdebase

9

CHAPITRE1

NELAISSEZPASVOTRENOUVEAUTESTAMENT
BLOQUERLAROUTEDEVOTREANCIENTESTAMENT

« Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de
plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes,
Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils,
qu’ilaétablihértier de l ia ler elquesohap stuotc se
ausicréomdnl e e. »(He1.1-2.)

« Un de ces jours je vais écrire un livre sur tout ce qui n’est pas
chrétien dans le Nouveau Testament ». C’est ainsi que, sur un ton
mi-sérieux, unbibliste bien connu,spécialiste del’Ancien
Testament,a montré son mécontentementdevantla prétention
–souventmoins quesubtile– de sescolae uoNvuè du gues
Testament de la supériorité de leur Testament. On voit
communément dans le Nouveau Testament la source de tout ce qui
est bon et aimant, incarné dans la personne de Jésus-Christ qui
révèle le visage aimable de Dieu. Dans la même veine cependant,

10

l’Ancien Testament est au mieux un mélange varié. Un éclair
ocasionnelpeutilisdansuminerle chemin du croyant,ma
l’ensemble, la colère, le vindicatif, le sang sont de loin les plus
frappants!

Maintenant, je soupçonne qu’il y a au moins un grain de vérité
dans ce point de vue courant sur les deux parties de la Bible
chrétienne. Je n’ai du moins jamais entendu un chrétien comparer la
beauté et le charme de l’Ancien Testament avec les horeursdu
Nouveau. Non, les chrétiens ont toujours trouvé refuge dans le
Nouveau Testament quand les problèmes de l’Ancien Testament
menaçaient de les submerger. En fait, certains chrétiens vont si loin
qu’ilsproclamentavec insistance qu’ilssontdeschrétiensdu
Nouveau Testament pour qui l’Ancien ne fait plus autorité.

Même si les problèmes que pose l’Ancien Testament sont isusde
quelque monumental malentendu, le fait est qu’un tel malentendu
estsifréquentqu’ilestnécesnoc ne eitarédis ldee irdrenpre aon.
Mais peut-être, pour commencer, devrais-je vous rappeler les aspects
apparemment non chrétiens du Nouveau Testament que contiendrait
le livre éventuel de mon ami. N’est-ce pas Jésus qui a sugéréque
certaines personnes méritaient d’avoir une meule de moulin atachée
au cou et d’être noyées dans les profondeurs de la mer (Mt18.6) E ?t
n’a-t-il pas ouvertement taxé certains d’aveugles hypocrites, les
comparantàd’ancienssépulcrespleinsd’osements(Mt23.27-28)?
Etpuis,ilyaeuPierécd eomtr simplement menaeuq , a ituot
AnaniasetSaphira(Actes5.1-11).Pourenrajouter,Pauladità
l’église de Corinthe de livrer un de leurs frères à Satan pour la
destructiondelachair(1Co5.5)etdechaserleméchantdeleur
communauté(1Co5.13).Finalement,nousnedevonspasoublierle

11

livredel’Apocalypse,avecsang,dragons,puitsde
Dieuquivomitlesgensdesabouche(Ap3.16).

feu, et même un

Vouspouriez,àjusteitre,m’ac r la dergre usféd emroednatnem
foienfaisantétatdecetecollosee tar pontiecrap ed erèilucit
d’évènements sans respect du contexte ou de l’intention apparente
de l’auteur. Mais c’est précisément ce qui arl’Ancienive à
Testament. Ayant grandi au sein d’une communauté chrétienne, je
connaisplutôtbienla«liste»clascnei neT eedl A’.tnemaitqsu aL
palmeestpourlepauvreUzah,quiesyaitaleme seud tnrtê’tu e eli
quand les bœufs qui trébuchaient mirent en danger l’arche de Dieu;
cependant,Dieulefrappaàmort(2S6.6-9)ours en ; deux ocèler
malmenèrent quarante-deux enfants « innocents » qui manquaient
derespectàdespersonnesâgées(2Rois2.23-25).Sivousavez
l’audace de vous plaindre de la manière dont Dieu agit, il envera
desserpentspourvousmordre(Nb21.4-9)li uo dnammoc laà a er
teredevousavalervivant(Nb16.21-35).Sivouslesouhaitez,vous
pouvez ajouter à la liste le déluge de la Genèse et la destruction par
lefeudeSodomeetGomornevu tements-là ont soeh ,ac rec svénè
été cités comme faisant partie de la réalité d’un Dieu de l’Ancien
Testamentàlamainpuise ictrestruc earegd ir s’dnuui est pante q
quand quelqu’un le contrarie ou transgresese un de s
commandements.

Maintenant, j’espère que vous me pardonnerez d’avoir fait une
listedeceshorselbsih riot .se cSin’e t ess paédàjt or patdr ,c’est i
maintenant que je devrais vous demander de ne pas jeter de côté un
livreausiirérévcienulecic-i xue euquelques . J’ai q suq iobsna im
pensent qu’il est hautement inapproprié de faire même la moindre
als légère imperfesuoi n àalp ulgoe eruvncnadee oitcua nyts d el
Dieu(peut-êtresebasent-ilssurRomains9.20),etilssontpromptsà

12

m’avertir des dangers du doute. Je suis sensible à ce qu’ils resentent,
car,moiauses dteièquinm’e j ,ip ral eodtu.e dommages causés
Dans ce monde, personne n’est jamais épargné par le doute, mais en
écrivant ces mots, je dois dire que mes convictions sur la bonté de
Dieu sont plus profondes et plus fortes, parce que j’ai carément
afrontémes«peit eesutdoro tait sed évusesnopér m’o quint s »
apportéd’authentiquesbénédictions.

Quandjedis«peits»doutes,jefaisalom nuq eia stuouia fn
expérience a toujours été à l’intérieur de la communauté chrétienne.
Jesuisleproduitd’unefamileatuqeieuset pà lae – ntee ivlejesuis
immensémentreconnaisant.En même temps,leshistoiresde
l’AncienTestament(etcelonti psneésN luudevuo )uag udernenem
hautpeuventlaiserdesmarquesprofondessiel nso setraitéesavec
maladreseetappliquéesincorns rhc eitérap sed , ntmemêecmete
bien intentionnés. Je sais que je ne suis pas le seul à avoir eu au
moinsquelques«peit sse»u lamd uoet s àacsu ede textes bibliq
compris et improprement utlisséip e .eDts doutespeuvent
facilement grandir rapidement et devenir extrêmement destructeurs.
Mêmelespeitt-eu pstsetu en od ssant amu passontiue ecq ia s.sM
être le plus important par rapport à ce livre, c’est que les textes
mêmes qui, tout d’abord, ont été cause de doute, sont maintenant
devenuslasourcedegrandesbénédictions.

J’aidonc l’intention de parlerfranchementde «quelques»
problèmes de l’Ancien Testament. J’espère vraiment que ceux qui se
sontdébatusaveclesmêmesproblèmesserontauses de iacaplb
transformerleursdoutesenpier foileur de ires ss iu .eJeans lagu
convaincu, par expérience, que, quand nous avons trouvé la foi,
nous devons résister à la tentation de l’imposer aux autres. J’ai
rarement,même jamais,imposé mesdoutes,etencoremoins

13

imposé de ne pas douter ! Je dois sérieusement prendre mes
problèmesenmain.Posou presidée lje tree d,éxueei ciéorfp atls r
tous les enfants de Dieu. Et bien que je sois convaincu que pas deux
d’entre nous ne trouvent jamais exactement le même chemin vers la
foi, j’aborderai les problèmes directement, en supposant que les
points de vue qui m’ont été d'une grande aide peuvent ausil’être
pourquelqu’und’autre.

Une « meilleure » révélation

Dès le début de ce chapitre, j’ai fait remarquer le net contraste qui
estsouventncien et le Nouvae ueTtsmane.tC coe rante ste ériA’l ertn
est très important, et nous ne pouvons pas simplement le nier, car
queDieuaitchoisideserévélerdedifnimaesèrai fpat eitr réneet s
de la vérité qu’il veut nous faire comprendre. Nous n’avons pas
besoin d’une plus grande autorité que le livre des Hébreux pour
nousrappelerque d’une certaine manière toutau moins,la
révélation de Dieu dans le Nouveau Testament est, en fait, meileure.
Le thème du livre tout entier est que la révélation de Dieu en
JésusChristest«meilemprr ie».e e Lrue rappemê eonsuevsrtem leque
danslestempspasés,Dieuautlié saud’estrét medohop sr rulévéer
savolonté,maisensuite,ilaparléparsonFils(He1.1-2).Au
chapitre 12, le contraste est encore plus explicite : vous n’êtes pas
venus à une montagne en fumée, de feu et de peur, mais au Mont
SionetàJésus(He12.18-24).Quandj’aifinalementréaliséceque
ces versets voulaient dire, j’ai été stupéfait, car j’ai grandi dans une
communautéchrétiennequiavaitsoulignélasignficationdela
révélation au Sinaï. Ainsi, à la lumière d’une « meileure»révélation

14

(cequ’éclairelelivredesHébreux),quedevionsn
l’anciennerévélation,celecentréesurSinaï?

ousfairede

Pourcommencer,lemot«meileimerexprx deueixurum/ue t» p
idéesdif’a Drdboil, st eneré.setraire de « pire s uoevtnl eoctn»:
hier votre rhume était « pire » – yeux larmoyants, toux déchirante,
voixérailrhe li,hud’urjoemêm-suov te emua suam ia e,–élez
« mieux ». Si c’est ce contraste qui existe entre le «
meileur»JésusChrist et le « pire » Mont Sinaï, alors le Dieu du Sinaï est en
problème–commequelqu’unquiesrpcoalemaeid e uxdes lee qur
révélationsfontpartiedelafoichrétienne.

Lasecondefaçondeconsidérer«meile voir tout ue r »se tedl
simplementcommelecomparatifde«bon»; n duatioaï Sinvéléalr
était bonne, et la révélation de Jésus-Christ est « meileure».Nous
pourensrnoue-ttêerm mê ejaions p fit’l :oinuep nteouler up slaerle
avecDieudanssonroyaumesera«lameil nSi. »reeuno suo sopvu
avoiruneteldese uaepipqr iu,ie D lhis orstlavéontiued ér xehcoxua
n’estpasalorsbesoin de rejeterlapremière révélation;nous
pouvons plutôt la voir comme un pas important dans le plan de
Dieu pour la restauration de l’humanité, et c’est un bon plan pour y
contribuer. En fait, la révélation du Sinaï était précisément ce dont le
peupledeDieuavaitbesoinàcemoment-là.

Une iller al rne noita àdéaia negima itaoisurt i’m nuqrt e
«meileur»et«bon»faitpartiedemon expériencedejeune
garçonaveclesvoituresdemafamilenpre doi m àitaté’C .ee dr
soin,denetoyeretdefairebrilerla«pousete»,commenousla
surnommionsaft. Aemenng du lomeiases ted en s al m se,siosueutce
voiture et moi sommes devenus de bons amis. J’en connaisais
toutes les égratignures, toutes les rayures, et je m’appliquais soit à les
réparer,soitàlesfairedisparaîtreenfrotrt. Ceant foteamtié

15

personnel cevrtonov erutiese det nuveune p orlbmè euqna dil est e a
apparuévidentqu’unenouveleetmeilueecaiétnét areo utsaire.Je
me souviensbien quand nousavonsvendu notre bien-aimée
Chevrolet1950.Elusno utio ,eremêm is été une bonne vea avti
avionsdûpaseràquelquechosedemeil 6.eu enu – r591 droF
Après,ilm’estarevy main à la Chetantn deé et jivd puliœ’u reoc n
entre les mains de nouveaux propriétaires. J’étais alors frappé d’une
bizaresensationd’excitationetdedéception: «Voilà notre vieile
voiture!Oh,maiselsuà tlp s !n uoeut-». P queêtre c seesn’e
sentiments expliquent pourquoi la suivante, la Ford 56, est toujours
danslafamile.El tsesnocneicueicmese antiqste,uée saue dla v et e
couleurvertmétaliqueréchaufuœc el erocne eoitures r. Des vlpsu
récentesetmeils rentsoeup teitranev seusiam ,seec tevieile-làest
encore«bonne».Eleneposèdepasl’aircondtionné,cequiest
très utile dans les régions désertiques de l’Ouest et probablement ne
la prendrions-nous pas pour un long voyage, mais c’était, et c’est
toujours, une bonne voiture. Quand, tout d’abord, nous l’avons
achetée,elecd ts ealf no tamie aiétjut lbesoin,ete avait
maintenant,elne sourca fois udu sosvu eedc ahn uirenets e l àst e
véhicule qui va toujours, pour de courtes excursions.

Je considère de la même manière la relation entre le Mont Sinaï et
Jésus-Christ. Je trouve la révélation de Dieu en Christ plus claire et
meillade niern’aicertainementpas besoineure,mais je
merveil ua elpuep nos àe néon d aeuDie eicn euqese pxréeu Mont
Sinaï. C’était juste ce dont il avait besoin, et c’était bien. Encore
aujourd’hui,jepeuxrevivrecetpma’ruelnéb L .i exe et êtrepérience
delarévélation en Jésuspeutêtrereçueavecjoiecommela
Seconde Partie du grand drame de Dieu,sans diminuer
moindrementlesmerveilesdelaPremièrePartietelequ’eleest

16

décrite dans l’Ancien Testament. Avec n’importe quel bon livre, il est
posibledelesurvoleretd’alan sses lunconsil à oc areal d noen r
peinedelirecequiprécède.Sinousagise tdes onlesorteavecnos
Bibles, nous nous privons d’un plaisir réel, et nous laisonsle
Nouveau Testament bloquer la route à l’Ancien. Oui, la révélation
de Dieu dans le Nouveau Testament est plus claire, et donc, en
quelquesorte,meilpru itof noeg’l sicnAa neis si nous négliueer .aM
duNouveau,nousnevivronsjamaiscet tneiv iuq erèlicutiar piejoe
d’expérimenterlegrand plan deDieu danscemouvementdu
«bon»versle«mieux»–etversle«meilue r.»

Deux approches à l’Ancien Testament: la ligne droite et les
chemins de traverse

Uneautremanièreaveclaquelveau Nou, leventtn atemT seuos ,e
bloquel’Ancien,estiles Hébre livre dneese nxu .eJp ap eel ruérts
particulier au fameux chapitre de la « foi », dans Hébreux 11. Si
vous lisez soigneusement ce chapitre et que vous y comparez les
histoires avec les récits originaux racontés dans l’Ancien Testament,
vous noterez une forte tendance dans les Hébreux à raconter les
histoiresdetelgâ sel s se meièanerq eul seh moems de Dieu de tou
paséu vntsos meom cusg ard seohmmdn se foes dn poi.
Oraitpeutêtre,sanstropsetromper,comparercequiares cdee stlia lievà
histoiresàcequisepaselorsdefunérailsee .uQlequ’aitétélavie
delapersonnedécédée,leserviceofppeir ne ra uosvuneiicled le
que les bons côtés. Le défunt peut avoir été un vrai bandit, mais vous
nepourved el zrap renix eu n11iee nep buil c !éHrb ce qui est dit
va pas si loin, mais certainement les hauts faits de foi tendent à

17

exclure les traits moins élogieux de l’original des
l’AncienTestament.Voyonsjustequelquesexemples.

histoiresde

L’image d’Abraham dans la Genèse est cel e idm ohe monfu ’ed
–maisd’unhommedontlesconvictionsvacilnt quande elessont
testées. Les demi-vérités à Pharaon au sujet de Sarah montrent non
seulement son manque de foi, mais ausison égoïsmeetson
manquederespectpoursafemme(Gn12.1-20).Demême,quand
ildécidequ’Hagarporteraitl’enfantdelapromese(Gn16),iltrahit
unefoiincertaine.Ilestsûrquecesdéfail ertê tnevuep set ai afecnn
un encouragement pour nous, car voici un homme avec de sérieuses
dificultés,déclaréêtrefidèle(He11.8-19).Cequejevoudrais
souligner, cependant, c’est que l’original de l’histoire dans l’Ancien
Testamentestese béum daximle met rcélotur neveeitnis lo’l secifén
de l’histoire dans les Hébreux. Hébreux 11 seul est une bele
histoire, mais prise avec l’histoire de l’Ancien Testament, eledevient
magnfique.

La mention de Sarah et de Moïse dans Hébreux 11 donne d’autres
exemples de la manière partiale dont sont rendues les histoires de
l’AncienTestament.Hébreux11.11ditque«c’estparlafoique
Sarahaconçu».Auriez-vousdevinéqu’enfaitelr a uq i dnaueiD e
luiafaitlapromesh’l ul z eriotsivoe qus ye’a nus eomni – àed
l’AncienTestament(Gn18.9-15)lec as cteasve ac elrtno? tE d e
Moïse est encore plus grand, car l’histoire dans l’Exode du meurtre
de l’Égyptien et de la fuite de Moïse montre clairement que Moïse a
fuiparcequ’ilaeupeur(Ex2.14).MaisHébreux11.27 tid t se’c euq
par«lafoi»qu’ilaquitova e riep u» ru ! – d –lae éyptel’Égsans, «
colère du roi. L’apparente contradiction entre les deux histoires
trouve une solution dans une compréhension plus claire du sens de
« par la foi » dans Hébreux 11, à savoir que la foi peut faire des

18

merveil sêmeaudnemq gent l’aain humtn moemé atît pas cn’appara
réelementfidèle.Cetehéroisn epmocts n e’f io ealre dulièrticn pa
cependantposoc no’l is euq eblient l’histoire pmra eosgiensume
originale de l’Ancien Testament avec l’interprétation de cetemême
histoiredansHébreux11.Maintenant,j’ariorc à el euq ereux es div
histoiresontchacune,indépendamment,leurvaleur propreet
devraientêtreappréciéespourelntiael rens ai m,semêm-se,x d uel se
nous augmentons notre capacité à comprendre comment Dieu agit.
Je reviendrai sur ce point plus tard, mais auparavant, je voudrais
noter ce qui est arivé à l’interprtétaoi négénarele dAnl’enci
Testamentauvudutraitementqu’el.11 xuerbéns Hu da reçe a

Exactement comme Hébreux 11 a tendance à se focaliser sur les
hauts faits des personnages de l’Ancien Testament, en metant
l’acerpr’intion étatgagne rul ,tneme purle, le, téiérul ue rifédilétent s
chrétienneaalorstendanceàglorfiercet« e ceux la e »edoveir yo
quicraignentDieu.Unetele poqune éà u el; labatsv eceanstsiine
où les héros sont rares, il est important de comprendre ce qu’est un
vraihéros.Néanmoins,jemerappela meserirpsu ,dnauq ,tiaf edj e
me suis mis à lire les histoires de l’Ancien Testament après avoir
seulement entendu les interprétations chrétiennes de ces histoires.
Quelques-uns des aspects réalistes et sordides des personnages
bibliques m’ont vraiment surpris. Je n’avais pas vraiment saisi les
hor drseuol plae imire istoa fade leia gymal h’avtnledeJacob.Le
livre d’Esther est encore plus surprenant. Je me l’étais figurée comme
une jeune femme vertueuse et sans tache – l’équivalent féminin de
Daniel. Mais quand j’ai lu le compte-rendu biblique, j’ai commencé
à réaliser que les normes de sa moralité étaient tout à fait diférentes
desmiennes.Nonseulementeleacns onvictios erc seed tiat eaipt
(Esther2.10),maiseleaceptaitdefairepartiedesfemmesdu

19

harem du roi de Perse (Esther2.12-18)e snoitc sel t ! Lonvies c
normesmoralesqueDanielafermementgardéescordnneseop t à
cel’un es dtienchrédom enreaM .i siy l Esa erth!…

J’ai commencé à réaliser que les chrétiens ont souvent pris une
approche « ligne droite » dans leur lecture de l’Ancien Testament ce
qui, dans mon cas, ne m’a pas du tout préparé pour la lecture de la
Bibleele.êm-mesconnc I egauis forgé une imeimmne,tj eems
d’Abraham,d’IsacetdeJacobcommecele dc alnist eassiquesqui
e
auraientpufacilements’habilsi, n oete ui q0s èilcdo eud2 r à la me
leleuravaitdemandé,auraientaisémentased sopsté umionsde
premier plan dans la communauté chrétienne. Je soupçonne que
ceteconceptionmagnfies dai séecnA’ nei stnl edt est, aTestamen u
moinsenpartie,laraisonpourlaquelienshrétde coup cuaeb e o tn
tendance à lire des interprétations et des adaptations de l’Ancien
Testamentaulieudelelireréelent ememêm-iula’L .centsurles
qualitésdespersonnagesde l’Ancien Testamentestnécesaire
surtout dans la formation des jeunes enfants, mais je sens
profondémentlebesoind’intieil v aru ensnà e re dectuieéthr ces der
l’AncienTestament,etdelesprépareràaftnrel seorhistoire vraies s
del’AncienTestamentmêmesibeaucoupd’entreel assen tnp eos
joliesd’unpointdevuepurementesthétique.

J’emploieparfoisl’exprese irrcéd ruop » esretrav de mins cheno« i
une approche de l’Ancien Testament qui tient compte des défauts
des personnages bibliques etleurs coutumes étranges,voire
barbares.Lesimplicationsdecet» es mihe dnstre erav eparpcoeh« c
seront poursuivies dans le chapitre 2, mais ce que je voudrais
souligner ici, c’est que si l’approche « ligne droite » (cf.
Hébreux11)n’estpasacomgnpad eé« seehc snim de traverse », no
n’est pas préparé pour la lecture de l’Ancien Testament lui-même.

20

Quand une personne sensible arive à une histoire quidécrit
jusqu’oùestal’u àujqsri eedl ieu au lle, peup ud ecnaéhcéd ale é
quelpointilagrandi,laréactionnaturele es tedb atreenretraiteet
dechercherrefugedanslesÉvangiles.Dansun sens,alors,le
NouveauTestament,entravelarouteàl’Ancien.

Cet pe rar p »teoidre à troppade lnce minarédoilng e «orhca’pp
l’Ancien Testament m’a fortement frappé un jour, pendant un cours
d’hébreu élémentaire. La clasiants à éeittac moopés e’dtédu
quelques mois de leur entrée dans le ministère. Les exercices dans
notre livre de grammaire étaient copiés sur le modèle de phrases
bibliques pour préparer les élèves à la lecture de pasagesbibliques,
et c’est un de ces exercices qui a posé un problème intéresantà
plusieursmembresdelaclase.Corercice nemetceuiadtrt exn ut,
particulierauraitdûêtrelu: ». roi du t EmuSa« al etêtc leapuo
Puisquel’hébreun’étaitpasdifilic se de dr usotpn aeimêdmu teé
première année, j’ai demandé pourquoi cete phraseposait
problème. Un étudiant s’est porté volontaire pour répondre, et sa
réponseaététrèsrévélatrice: isnop ne eal suqNous« ra tctdun io
était juste, mais nous ne pensions pas que Samuel fût capable de
faireunechosepareile!».J’aisug son sp erinnousnoe qué ér
Bibles pour lire (en anglais) l’histoire d’Agag dans 1 Samuel. À un
bon connais’A lder Ten ienc,tnematsotsih’l ire d’Agag peut ue
soulever certaines questions, mais les détails n’en seraient pas
surprenants. Cependant, c’est un groupe de futurs pasteurs qui a
entendu avec quelque étonnement les mots suivants : « Samuel dit:
Tout comme ton épée a privé des femmes de leurs enfants, que ta
mère entre les femmes soit privée de son enfant ! Et Samuel exécuta
AgagdevantleSeigneuràGuilgal»(1Samuel15.33).

21