Tournez les yeux vers Jésus

-

Livres
372 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Avez-vous pensé à la façon dont vous vous aimeriez vivre votre relation avec Jésus cette année ?


Ce livre de méditation offre cette possibilité, il vous guidera étape par étape. En effet, il vous aidera à entrer dans l'éternité du Christ, à voyager avec lui sur cette terre, à entrevoir son ministère céleste et à percevoir le futur que nous allons vivre en sa compagnie.


George Knight cherche à montrer le vrai sens de la vie du Christ, en la racontant à la manière d'une histoire, tout en encourageant chacun à se l'approprier comme source d'inspiration au quotidien. Contempler Jésus dans ses deux rôles, terrestre et céleste, en nous laissant transformer à sa ressemblance, tel est l'objet de ce livre.


Quelle merveilleuse expérience à vivre que de passer une année à tourner nos yeux et nos cœurs vers Jésus !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 juillet 2016
Nombre de visites sur la page 40
EAN13 9782857434238
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0075 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème


TraduitdulivreTurnyoureyesuponJesus.
Paruen2013auxEdtionsReviewandHeraldPublish
ISBN: 9780828026994

ing.

Copyright©2015ÉdtionsVieetSanté
60,avenueÉmileZola
77190Dammarie-les-Lys,France
www.viesante.com
Tousdroitsdereproductiontotale
oupartieleetdetraductionréservés.

ISBN(livre): 978-2-85743-422-1
ISBN(eBooks): 978-2-85743-423-8

Miseenpageetcorections: ISEdtion
Traduction: IsabeleMonet
PhotodeGeorgeKnight(4èmedecouverture): ©And

rewsUniversity

L'auteurasumetoutelaresponsablitépourl’exactitudedetouslesfaitsetdes
citationsexposésdanslelivre.

Saufindicationcontraire,touteslesréférencesbibliquessonttiréesdelaSegond21,
diteÀlaColombe.

GEORGEKNIGHT

T O U R N E ZL E SY E U X
V E R SJ É S U S

NOTE DE L'ÉDITEUR

Chèrelectrice,cherlecteur,

« Tournez les yeux vers Jésus » est un livre de méditation destiné à vous
acompagnertoutaulongdel’année2016.
Ainsi,etafindefacliter votre naagivnoit ua niese dceteversionnumérique,
nous avons rendu chaque jour acescs,vial'ongletdesibleen deuxcli
«signets»devotrelecteurPDF(généralementAdobeReader,utliséparla
plupartdeséquipementsinformatiques).
Enafichantcetonglet,vouspour der oumetceridj ua tnensi vous rendre e zia
votre choix, sans avoir besoin de faire défiler l'ensemble des méditations que
vousauriezdéjàluesauparavant.
Pourutlisuz ler cl, ueiqotneeéruoz s sens gienstsrel sevina susa(guet sez lmente
zoom à votre convenance, par exemple à 200%, pour plus de confort) :

4

AVANT-PROPOS

TournezlesyeuxversleSeigneur: c’estprécisémentcequenousalonsfaireau
cours des trois cent soixante-cinq prochains jours. Il n’est pas de but plus noble
que celui-ci, car Jésus est non seulement « le chemin, la vérité et la vie »
(Jean14.6),maisilestausl’ensembponse à il aére ds noontiets sa saripd elon e
craintes. En Jésus, nous trouvons un sens pour notre vie dans le présent, mais
ausiuop on r ertvie future. Ains,in uo sosmmsei àésitnverrnou tuey sel s srev xa
personneetsonministère.
Ladifam éruejitluctéis d àa e nsco ralf çatéreimenj’aon dont laisaborderce
sujet. Au début, j’ai envisagé de raconter la vie de Jésus en étudiant un seul
Évangile, mais j’ai compris que ce serait trop réducteur. J’ai alors décidé de le
faire en me fondant sur les écrits des quatre évangélistes, mais cela posait un
problème: laviequeJésusmenasurtere imrtpane’unf ise’nuq t ecee die ilu’ q
est. Finalement, j’ai choisi de m’appuyer sur l’Ancien Testament et le Nouveau
Testament pour retracer la vie de Jésus, de l’éternité du paséjusqu’àl’éternitéà
venir.
Bien évidemment, un livre seul ne peut contenir tout ce qu’il y a à dire sur
Jésus. Donc, j’ai défini neuf thèmes majeurs concernant la vie et le ministère de
Jésus. Les méditations suivent un ordre chronologique, mais non de manière
stricte. Bien sûr, certaines parties sont plus sélectives que d’autres, notamment
lorsqu’il est question de son ministère. Une année de trois cent soixante-cinq
joursestinsuf ruop etnasice àustire jrendsésuedJ iv el aeC .dnep,tna ej uhsoteai
quecetouvragepuisecontribueràvotreédfi .noitacrepèesJ’en efetqueces
trois cent soixante-cinq jours marqueront le début d’une vie consacrée à étudier
laviedeJésusetàtournerlesyeuxverslui.
Jepriepourquevouspuiscee dnst m sed eroitatidépar nis ectula lize eébê rt
ouvrage,toutcommej’aiétébénienlesrédigeant.
Pour conclure, j’aimerais remercier ma femme, qui s’est chargée de la saisie
informatiquedemonmanuscrit,ainsiqueJeannete JohheGardrW snnoe teler,
quim’ontacompagnétoutaulongdecetravail.
GeorgeKnight,
RogueRiver,Oregon.

5

DÉDICACE

JedédiecelivreàBonnie,mameileureamieetma
asociation.

«J'aijugébon,parmivous,deneriensavoird'au
Christcrucfié.»
Paul,1Corinthiens2.2.

femme – une merveileuse

trequeJésus-Christ–Jésus-

« Tournez les yeux vers le Seigneur, et rayonnez de joie !
Chantezsonnom detoutvotrecœur,ilestvotreSauveur,c’estluivotre
Seigneur.»
Donnez-luigloire,recueildechantsdel’Égliseadventiste,n°145.

«Ilnousseraitavantageuxdepaseure danr, une htitaoi n salm déuoj euqahc ,re
etlacontemplationdelavieduChrist.
Ilfaudraitypenserd’unemanièredétailée,s’eforçant,parl’imagination,
d’en reproduire toutes les scènes, surtout les dernières. »
ElenWhite,Jésus-Christ,p.67.

6

PROGRAMME

1.TournezlesyeuxversJésus,leDieuéternel.
Du1erjanvierau10janvier

2.TournezlesyeuxversJésus,leChristincarné.
Du11janvierau13février

3. Tournez les yeux vers Jésus, au début de son ministère.
Du14févrierau9avril

4.TournezlesyeuxversJésus,àl’apogéedesonm
Du10avrilau19juin

inistère.

5. Tournez les yeux vers Jésus, sur le chemin de la croix.
Du20juinau20août

6. Tournez les yeux vers Jésus, l’Agneau de Dieu crucfié.
Du21aoûtau26octobre

7.TournezlesyeuxversJésus,leSeigneurresicsu.ét
Du27octobreau9décembre

8.TournezlesyeuxversJésus,leRoiquirevient.
Du10décembreau27décembre

9. Tournez les yeux vers Jésus, votre Sauveur personnel.
Du28décembreau31décembre

7

1 JANVIER

#1

Comment débuter ?

Mais l'ange leur dit : N’ayez pas peur, car je vous annonce la bonne nouvele
d'une grande joie qui sera pour tout le peuple : aujourd’hui, dans la vilede
David, il vous est né un sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Luc2.10-11

Comment débuter l’histoire de Jésus ? C’est un problème. Bien sûr, nous
pourionscommencerparsanaisancedanslavile délhteB esiam ,merasee c it
écarter la plus grande partie de son histoire. Après tout, le récit biblique des
trente-troisannéesqu’ilpasasurlaterne v peiie àpartciber ee ’gleld sibi al tse e
d’une existence qui est de toute éternité, entre le paséetl’avenir.Ainsi,ce
recueil de méditations sur la vie du Christ débute avec l’histoire de Jésus avant
son incarnation et se termine par son ministère après son ascension, ministère
quiestinfini.
Lechantthèmedeceteannée,aucoursdelaquelnoluot senruel rs es vo nou
yeuxversJésus,estTournezlesyeux,composéparl’équipeAlégriaetquise
trouvedanslerecueilDonnez-luigloire,publiéparl’Égliseadventiste.Jevous
encourage à en chanter le refrain chaque jour, durant votre temps de méditation :
« Tournez les yeux vers le Seigneur, et rayonnez de joie !
Chantezsonnomdetoutvotrecœur,
IlestvotreSauveur,c’estluivotreSeigneur.»
À la fin des trois cent soixante-cinq jours, je vous promets que vous aurez
mémorisécesparolesetqu’el tdnna tepmenees vol à tnordneiv suèrligurét risp’e
tout le reste de votre vie. Pour l’instant, nous sommes invités à tourner les yeux
vers Jésus, tel qu’il est annoncé aux bergers par un ange dans Luc 2.10-11. Le
pasérence afait réful iuq iê-rt eec ulus le page utpet ese xttee c ed elbauqramer
nouveau-né en le décrivant comme « le Christ, le Seigneur ».
Ceteexpresl aiBlb.eA rpsèiers lecteurs deou t lt,moe t épparf merp sel aoni
«Seigneur»estletermeutli éséc durpoc re gen» ,haév« Y irerom er nremile p
de Dieu dans l’Ancien Testament. Ainsi, l’ange déclara clairement que l’enfant
étaitdivin.Plustard,lesGentilsontauss ri mceeocpm isage,cetermeétant
alors souvent employé par le monde païen pour faire référence aux divinités.
Le mot « Christ » souligne également la divinité de Jésus, car il s’agit de la
traductionengrecdumot«Mesie»,quisignfi sfiuJ seL .» te« c est oinelui qui
étaientfamliurni saacrféd el i’vaceés s qu’i oun roqu’uicateurétaitoint,etils
s’ato nimoem rxe tap envDieuun hoie od tà cn ec
euqcendeenailence,c’est-àdirequelqu’unquifas façon tlonté dees aovlaic.eetuoéps
Cequiseproduisitdépasaleursata « ! LnteseevuoN ennoBle»del’ange
étaitqueJésusalur »auve« to de l etu» el .eppujoRéuiaiineved tS « el
rsonsnousdoncaveclesanges!(versets13-14).

8

2 JANVIER

#2

Au commencement, Jésus

AucommencementétaitlaParole;laParoleétaita
étaitDieu.Jean1.1

uprèsdeDieu;laParole

C'était le véritable commencement de l’histoire de Jésus. Tandis que Mathieu
etLucdébutentleurÉvangileparlanaisricaluuenaecm craMrap s,sut e dseJée
sonministère,Jeanatirel’atoi netnne tud mecnemmoc el russ urteec les sde
commencement.
De quoi s’agit-il ? Le premier réflexe est de penser au texte de Genèse 1.1:
«Aucommencement,Dieucréalecieletlaterue là qpas est ’n ec siam ,» e
l’Évangile de Jean débute. Après tout, d’après le verset 3, Jésus était déjà avant la
création de la Genèse puisqu’il y prit une part active (voir Colosiens1.16et
Hébreux1.2).
Ainsi, dans ses premières lignes, Jean mentionne non pas le récit de la Création
de Genèse 1, mais l’éternité avant la Création et la place du Christ, la Parole,
danscetempsinfini.ElenWhiteévoquecetrnte éenssaé itl mitiseq audne le
écrit que le Christ « était l’égal de Dieu, infini et tout-puisant.[.]C’estleFils,
personnedistincteetéternele.»(Évangéliser,p.550).QuandJeanparlede
« commencement », il mentionne le véritable commencement, avant la création
de toutes choses. L’apôtre poursuit et fait deux autres déclarations à propos de la
Parole.
Premièrement,ilditqu’elit « étarès aupei uedD euq.»C e èmriatlegianÉv e
nousaideàcomprendrecequesignfiêtre « ae D ed.ueièrpu » sn Eefet,nousy
découvronsqueJésusest«surleseinduPère»(Jean1.18),quelePèreplace
toutdans«samain»(Jean3.35),queJésusetlePèresontun(Jean10.30),et
ainsidesuite.Ainsi,asoic la sedoropà p eJnae dontiralaéc derèimerp al à eé
Parole,cete qui, dla Parol tocmm eelC rhsiserée nttira pond emalcéed eèixue
touteéternité,estintimementliéeauPère.
Deuxièmement, au sujet de la Parole, il place Jésus sur un pied d’égalité avec
Dieu. Il est important de noter que Jean ne dit pas que Jésus est le Père. Après
tout, dans son Évangile, il présente Jésus et Dieu comme des individus distincts
qui parlent l’un de l’autre et se parlent. Ainsi, le Père et le Fils sont identfiésdans
lesÉcriturescomme«Dieu»(voirHébreux1.8).Nouspouvonsdirequ’ils
partagent le même nom de famile (Dieu),maisqu’ilsontdesfonctions
diférentes.

Père, tandis que nous nous inclinons devant toi, nous sommes infiniment touchés
à l’idée que l’enfant Jésus de Nazareth est le Dieu éternel. Merci de nous avoir
faitcedonunique.Alorsquenousalonsiusruop rton ervexflré e iàdu sanno,ei-o
comprendre le sens de ce don pour notre monde et pour notre vie.

9

3 JANVIER

#3

Jésus et l’autre commencement

Toutestvenuàl'existenceparele,etrienn'est
quiestvenuàl'existenceeneleétaitvie,etla
Jean1.3-4

venu à l'existence sans ele.Ce
vie était la lumière des humains.

Le commencement dont il est question dans l’Évangile de Jean est un
commencement sans début, reflétant la préexistence éterneleduChrist,quiest
Dieu.
Cependant, Jean mentionne un deuxième commencement aux versets 3 et 4,
celuidelaCréation,quePaulcommenteainsi: té é aottuuq eul ie n'estar c« C
créuest tae lx ureic sel nsda rv el ,e eleibisviinl't e…[islb]; toutaétécrépar
luietpourlui»(Colosiens1.16).Deplus,dansl’épîtreauxHébreux,nous
lisons que c’est par le Christ que Dieu « a fait les mondes » (Hébreux1.2).
Ainsi,lenouveau-nédeBethléem étaitbienplusqu’unêtrehumaindeplus
dans l’histoire chaotique de ce monde. La Bible le présente comme le Dieu
créateur qui a « la vie » en lui-même, « tout comme le Père a la vie en
luimême»(Jean5.26).CetecitationdulivreJésus-Christi)6b2 5sp xnee emir è.rpt(
cetevérité: térisednEC rhsi une vie la vie,enigiro « le,nonempruntée,etqu’il
netientdepersonne».
C’estcetui explique pouruqiol aaPoreld e e visirétnad ne irhCq tsunt ineve
force créatrice. Ce n’est pas par hasard si Jean parle du Christ créateur comme de
la Parole. Après tout, c’est par une parole clairement exprimée que débutèrent
touslesjoursdelaCréation.«Dieudit»: oraPc eltaérecirlet en sdes a let lse de
Jean1.1-5(voirGenèse1.3,6,9,14,20,24).
Enconséquence,c’estégalementlaParoleéternel aelesvr ibo euq à labat sab
findelasemainedelacréation.Nouslisons: cles vé letl ie a«A ent acheinsi fur
ter,etuot te ur ae le. Lerméeitmès peru , eojeuDiva a aitevchot él turt eiaval qu'il
avaitfait; le tout de tosa r pe les,ri j uobéu ie Dt.ai fitava li'uq liavarin tl eestpèiem
le septième jour et en fit un jour sacré, car en ce jour Dieu se reposa de tout le
travailqu'ilavaitfaitencréant.»(Genèse2.1-3.)Ainsi,iln’estpasétonnantque
Jésusaitdéclaré: » eêmemd uasbbtaom'h eme msttraî «F eL slil ed(Marc2.28).
L’Évangile de Jean est donc très clair concernant Jésus: iln’estpasseulementle
nouveau-nédeBethléem.
Non ! Il est le Dieu éternel. Il est le Créateur de tout ce qui existe. Il a la vie en
lui-même.
Quand nous tournons les yeux vers Jésus, nous comprenons mieux la véritable
idenit erton e ruevuaSs ou net resmmsoé de respecemplis dgéra.d t àos n

10

4 JANVIER

#4

Jésus, « Je suis » éternel

Jésusleurdit[auxJuifs]: ous je ven, , am tuqvanasi ,eld e nnie vamahbr'AenAm
àl'existence,moi,jesuis.Là-desepit ens deli srprisu ,respourlesluijeter;
maisJésussecachaetsortitdutemple.Jean8.58-59

Queltexteétrangeemprreiè la pourean de Jli eavgnl É’l sujed anque -jainsep ,
fois.PourquoilefaitqueJésusdéclara: «eJs iu s »uposa-t-illeschefsjuifsàle
tuerenluijetantdespiertsd no ce ? usQlee de cele sens teafirmation?
Ces questions nous invitent à lire Exode 3.13. Dans ce pasage,Moïsevoulait
connaîtrelenom deDieusilesHébreuxvivantenÉgypteluidemandaientde
leurindiquerl’idenità s oral tidnopér ueiD .euDiu d’e lui q tiayovnxue srevé
Moïse : « Je serai qui je serai. Et il ajouta : C’est ainsi que tu répondras aux
Israélites:JeseraieiD .suone tid uoynv e'a vrsveé m à Mcore:oïse ar s uidTua x
Israélites : C’est le Seigneur (YHWH), le Dieu de vos pères, le Dieu d'Abraham,
leDieud'Isaet lc ,bocaJ ed ueiD eé oynv e'a mui q.sC e'tsevsrv uonom là mon
pour toujours, c'est mon nom tel qu'on l'évoquera de génération en génération. »
(versets14-15.)
Après avoir lu ces versets, il est facile de comprendre pourquoi les Juifs
voulurenttuerJésusquand ildéclara être «Je suis».Ils’identfiaittout
simplementauDieudel’al tédfie eujuelpHWH re Ya êtclar uo(naia ec cevp el
Jéhovah dans certaines versions), le « Je suis » éternel, le Dieu de l’Ancien
Testament.LemotYHWHsignfiertê « eos te » e ixiDueuo ts ene duligque onc
est de toute éternité, non seulement dans l’éternité du paséetdel’avenir,mais
ause lnsdai guidqui lui t ce useD eine.trpsées ses bporé àndelpu te os eep niosn
toutaulongdel’histoirejuive.
Ainsi,c’estle«Jesuis»quial àaa lcnerrtnoed eïoM ur lse snt Se mo ,niïa
disant : « Je suis le Seigneur (YHWH), ton Dieu ; c'est moi qui t'ai fait sortir de
l'Égypte,delamaisondesesclaves»(Exode20.2).Cetactedegrâcedelapart
de Dieu appelait une réponse, exprimée dans les versets 3 à 17 : les Dix
commandements. Nous pouvons donc dire que, même dans l’Ancien Testament,
l’observation de la loi est une réponse à la grâce rédemptrice de Dieu en Christ.
Ilestexces udee ltraen tqmrpeonrdcnotm ipde v eem-uéinvuae eon emléthBe
n’était pas un enfant comme les autres. Il était et il est le « Je suis », le Dieu qui
donna la loi, le Dieu qui guida son peuple dans l’histoire.
Cependant, bien plus encore, le « Je suis » éternel guide toujours son peuple
aujourd’hui, et il continuera à le faire au cours de l’éternité à venir. Nous servons
unDieumerveilisma, eru anemeluesérc ed tlb eon nxu ,acapesidesauver
parfaitementchacund’entrenous(Hébreux7.25).

1

5 JANVIER

#5

L’enfant prophétique

Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Il a la souveraineté sur son
épaule; onl'appelem nou dnoesedC ilnt, o,nna-HérDieuPèreos, r nretlé étee
Princedepaix.Étendrelasouveraineté,ac sif nuat ôrend der une paix sanroe
Davidetàsonroyaume,l'afuitél'éqpar nir uoetels e tmrri, ceitsuj al rap te e
dès maintenant et pour toujours : voilà ce que fera la pasionjalousedu
Seigneur(YHWH)desArmées.Ésaïe9.5-6

Le « Je suis » n’est pas un Dieu lointain, mais un Dieu qui est entré dans
l’histoire humaine en la personne de Jésus de Nazareth, qui est au cœur du
Nouveau Testament et l’objet de nombreuses prophéties dans l’Ancien Testament.
Faisant écho au texte d’Ésaïe 7.14 au sujet de la jeune fileenceintedevant
met,)» el vec nouseu est alE( «iDmIamon-ul tnatro'd mon e udeon m plsfin euar
pasaged’Ésaïe9.5reprendlemot«fils»etaf ui qeuDi ud noitpircsed e lain
al nous. Le targumj iu fu(ent arud fsereaiha c eired truemp reimrat aiden iocta l
Bible hébraïque en araméen, la langue couramment parlée du temps de Jésus)
nousaideàcomprendrelesensdecetexte:«Det outeéternité,sonnomest
Conseilerétonnant,Dieupuisotjuuo rtip iuv ui q Celant,e Mle, rsousie; enses
jours, sa paix reposera sur nous. » L’interprétation mesianiquefaiteparlesJuifs
historiques reflète la description de l’être dont il est question dans les versets 5
et 6, qui ne peut s’appliquer à un dirigeant humain.
Ilestle«Conseile dçofai qut,es,etngas ni neréhr éteeul i ,ectn» noanseet
bonté.Laracinedumot«étonnant»estutlisé lnsdae uaem esPa u7 ,8et 1vers2,
concernant Dieu qui fit « une chose étonnante, en Égypte ». Le même terme est
utlied oi nrata sépt la donpte,ne aygÉ ueirépo qes Duemis clrarcri eelp uo rédsé
la Mer Rouge, la présence de la colonne de feu et de la colonne de couleur pour
guider le peuple, et le partage du rocher du désert pour donner de l’eau. Ce qui
est particulièrement étonnant dans les textes prophétiques est le fait que cet être
al’un me d fors laevin tedtne neafuos rinev tiaal ruos ecrt edteouag sesepourle
peupledeDieu.
LeMesmoemtnc a tul se maires, s leen rinev tiaved reêts pafaenn uie à
« Dieu-Héros ». Le miracle de l’incarnation est annoncé ici, ainsi que la double
nature du Christ : un être unique, qui serait pleinement humain et pleinement
divin.
Le troisième nom utlirtpot anesl imt snad és ed est « Pce texteen l.»I rè etére
souligner que le prophète ne confond pas le Père divin avec le Fils divin, mais
que l’un des rôles du Christ consiste à faire preuve d’un amour semblable à
l’amour d’un père pour ses enfants. Enfin, le « Prince de paix » dont le royaume
seraafermiestunitrequifaitalsuoi n àal fois à la naturud eyor emuaeté elrn
de Dieu et à la grande prophétie de Daniel 2.44, qui metrafinàtousles
royaumesterestr gèen« er.sS nos pa fde’a na ur ri» niov( Luc1.33).

12

6 JANVIER

#6

Jésus, l’être divin

Etmaintenant,toi,Père,glorifie-moiauprèsdeto
auprèsdetoiavantquelemondesoit.Jean17.5

i-mêmedelagloirequej'avais

Lorsqu’ilétaitsurlatercienconsent inemp elavtisua J sée,tan erud ecas e
divine. Personne ne savait mieux que lui ce à quoi il dut renoncer quand il se fit
homme. Dans ce texte, Jésus prie Dieu le Père pour être restauré dans la gloire
qui était la sienne précédemment. Plus tard, Paul déclare que sa prière a été
exaucée,soulignantqu’aprèsavoirvécusurlaterepuisavoirétécrucfié,Dieu
«l'asouverainementélevéetluiaacom qle nst aui e-uedo édrsusdetoutnom,
pourqu'aunomdeJésustoutgenoufléchiss leeuci des an aet,xs rul reetsous
latere,etquetoutelanguereconnais àura lignee Sest lst ehCirus-s eéJ euq
gloiredeDieu,lePère»(Phlippiens2.9-11).
Cependant,dansJean17,Jésusdoitencoreafus rro torxialc tron ,ecsa mter
acteteriblequil’atend.Ilreconnaîtsafaibles seetsonimpuisance,des
caractéristiques propres aux êtres humains. Pourtant, en même temps, il sait
parfaitementqu’ilpos enu edè snaensi dneittaa lerq iué l algioivine etnature d
lescourscélestes.
Uneteletensionmentaledépasee pxl sencesérie nou queop snovuiv s,erv
nous, êtres mortels. Nous savons que notre durée de vie est brève, qu’ele
commenceànotrenaist re tesece naa lcodénemiar psopmtiondenotreesprit
etdenotrecorps.Seulsceuxquisebercentd’ildee at ne urusioi snigamtnenrtê
divine. En tant qu’homme, Jésus a été confronté à des épreuves et a eu des
pensées concernantcertaines réalités quidépasn tnertoe é deacit cap
compréhension.Pourtant,ces pensées révèlentqu’entantqu’homme,il
comprenait son rôle dans la Trinité divine et la réalité de celui-ci lui fut révélée
lors de son baptême, quand les cieux s'ouvrirent et qu’il « vit l'Esprit de Dieu
descendre comme une colombe et venir sur lui. Et une voix retenited s x:icue
Celui-ciestmonFilsbien-aimé; i 'a jue qui len tse'csiri» rpsip
al(Mathieu3.1617).
Le fait qu’il était « le Fils » et donc « la plénitude de la divinité manifestée »
(Évangéliseras ltiav’uq y liirlaou plur Ii.alc ahrié attic , p. 550) dans siort « tiava
personnesvivantesdanslatriadecéleste[…]: ti» lF el slièP e ,ert-inprEs letSae
(Ibid.,p.550).Jésussefitl’échodecetla T de té driniel sna srpmoc enoisnehé
parolesqu’iladresui sont relatéesp raM aaua id xpics selq tethieu:«Toute
autoritém'aétédonnéedanslecieletsurlatere.Alez,faitesdesgensdetoutes
les nations des disciples, baptisez-les pour le nom du Père, du Fils et de
l'EspritSaint.»(Mathieu29.18-19.)
CeJésusquenousservonsestmerveilmuoec nerpusouopN s n!o vx ile dri qu
est,maisdefaçontoutàfaitpartielnu’l tuf lI .eou pet, usnoe dtiD é at tlitrna ieu,
etilesavait.Telestlemystèredeladivinité.

13

7 JANVIER

Personnen'estmontéauciel,sinonceluiquiestd
l'homme.Jean3.13
Carjesuisdescenduducielpourfaire,nonpasma
celuiquim'aenvoyé.Jean6.38

#7

Envoyé du ciel

escenduduciel,leFilsde

volonté, mais la volonté de

Quidoncestcethomme?Quioseraitaferemtnê s ilciaendu du tre descierrm
ciel ? Il n’est pas étonnant que les Juifs aient eu du mal à l’acepter.
C’estausé sutiatlec q iufan , ititsoés J ionrt eac.sE au’ilfirmaitêtre,soitc’était
unhommedérangéetparticulièrementdangereux.
C. S. Lewis souligna ce point, en déclarant qu’on ne peut pas dire : « Je suis
prêtàac’nitqnueem ir cépuanst seuslJ éa mr e,tlpaerom ediug ae n’is jcepte
pasqu’ilpuiseafirmerêtreDieu.»
« Nous ne pouvons déclarer cela, dit C. S. Lewis. Un homme qui ne serait
qu’un homme et qui dirait ce que Jésus disait ne serait pas un guide moral. Ce
seraitsoitunfou,ausifouqu’unhommeafmrnai el tios ,éhcpof œun ureêtt
diable de l’enfer. Il vous revient de choisir. Soit cet homme était et est le Fils de
Dieu, soit c’était un homme dérangé, voire pire encore. Vous pouvez le rejeter
parce qu’il était fou, vous pouvez lui cracher à la figure et le tuer sous prétexte
qu’ils’agis reses r à ombeez tpplel a’ steipdemodén ’u ditavuop suov uo ; n
Seigneur ou Dieu. Mais ne tenez pas de propos condescendants et ne dites pas
que Jésus était un grand enseignant purement humain. Il ne nous pas donné ce
choix.Ilnevoulaitpascela.»(MereChristianity,p.56.)
Tel est le Jésus de la Bible, qui désire que nous l’écoutions et que nous
choisisionsdelesuivreaujourd’hui,ets jos leuours.
Il est descendu du ciel en prenant le nom de Fils de l’homme. Ce itrevientde
Daniel 7.13, texte dans lequel un être céleste reçoit de Dieu le Père la
dominationsursonroyaumeéternel(verset14) » omme l’hs de Filed« on mL e.
est un itrequeJésusaimaits’atis os fo estù illu tdernièreune des ubre .’Lirisé
dans la Bible est le texte d’Apocalypse 14.14, dans lequel le Fils de l’homme
revient une deuxième fois pour sauver son peuple et établir son royaume céleste.
Dans l’entrefaite, Jean nous dit que non seulement Jésus a quitélecielpour
séjournersurlater toprua ccmolpriis qu’il l’a faieam ,i mne usion:fairela
volontédeDieu(Jean6.38).Lavolontédivineconsistaitavanttoutàceque
Jésus soit élevé sur la croix pour que « quiconque croit ait en lui la vie éternele»
(Jean3.15).
Qui donc est cet homme ? La façon dont nous répondons à cetequestionestla
décision la plus importante que nous ayons à prendre dans notre vie et elese
poseànousaujourd’huimême.

14

8 JANVIER

#8

Un ministère prévu à l’avance

Vous avez été rachetés […] par le sang précieux du Christ, comme par celui
d'un agneau sans défaut et sans tache. Il a été désigné d'avance, avant la
fondation du monde, et il s'est manifesté à la fin des temps, à cause de vous.
1Piere1.19-20

Le ministère du Fils de Dieu n’a pas été improvisé. Dieu le Père n’a pas été
contraint de prendre la décision hâtive d’envoyer le Christ sur la terepournous
permetat ctrasr pelaà noc iartehpouA .d é’hcpaer té d a é« ilre, cn,ea'avénd ségi
avant la fondation du monde », pour être l’Agneau de Dieu.
LaBibledusemeurtraduitainsicepasec ed eg: auo s« V étéavezérés libte
manière futile de vivre que vous ont transmise vos ancêtres et vous savez à quel
prix. Ce n'est pas par des biens qui se dévaluent comme l'argent et l'or. Non, il a
fal e rsn soutfave, ueicne xgnasérp gneaun atel st, séds na rte uupirhC el euq u
sacrfice pour svana tovsu .èDsiohc ti ruop i, Dionde'avaeu lértaalc udm oi n
cela, et il a paru, dans ces temps qui sont les derniers, pour agir en votre faveur.
Parlui,vouscroyezenDieu,quil'arese strom sed éticus g olri.edonné lat lui a
Ainsi,votrefoietvotreespérancesontoénruv se sreeuDi» . (1Piere1.18-21.)
Nous servons un Dieu qui connaît la fin depuis le début. Il savait que le péché
etlamortaliea entl snom eertnad raison dende en rl aérebliondeLucifer,etil
savaitausiquelepéchéserépandraitsurlatereparlachuted’AdametÈve.Le
Seigneuravaitconsciencedesefs duteurhé e pécestrtcud see nc as ed teuqésnoc
inévitable,àsavoirlamortéternele(Romains6.23).
Pourtant,Dieusavaitausp ap saartiseetne r’il i qusiftandisquesesenfants
vivantsurlaterealaientsoufiAsnri .omrue té céinita Tri, léd «ngistsel a eirré
d’avance » l’un de ses membres « avant la fondation du monde », pour qu’il
descendesurlatereetsefase du péché et eh meomfi aden és rrduoel eorp mèlb
desesconséquences.
DansletextedeGenèse3.15,leSeigneurdonnaàA dametÈve,quiétaient
alorsbrisésparleurpéché,unaperçudeceteis mec .vanana taPlr présionà l’vue
audiable,Dieuafirma: «Jemetraidel'hostlitéentretoietlafemme,entreta
descendanceetsadescendance:cel el sarde- tci aalt têé'rcsare lui more, et tu
talon.»
Lesacrficerépétéd’agneauximmolésrappelacete ompresetoutaulongde
l’histoirejuive,maiselen eesr qsaliéas or luecni’l ednoitanra min, dure eistè ted
la mort de Jésus, « l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde »
(Jean1.29).
CelasignfiequeDieusepréocires é n’est jamais pitiniv dLa. esmmoh sed epu
audépourvuetelruq eopuo seun es àembrvanc l’al én nu’s edm see d aigés
puisionsêtresauvés.

15

9 JANVIER

#9

Divin et humain

Ayez entre vous les dispositions qui sont en Jésus-Christ: luiquiétaitvraiment
divin, il ne s'est pas prévalu d'un rang d'égalité avec Dieu, mais il s'est vidé de
lui-même en se faisant vraiment esclave, en devenant semblable aux humains;
reconnuàsonaspectcommehumain,ils'estabaisnane té lui-même en dev
obéisantjusqu'àlamort–lamortsurlacroix.Phlippiens2.5-8

Le plus grand des mystères ? Dieu se faisant homme. Dieu renonçant au
pouvoir qui lui permit de créer l’univers et devenant un homme humble vivant
suruneplanètedetaileinsignfismiqe coctivrspe aepnol s letn,ea .euueiD
quitantlecielglorieuxpourvivredanslepeit vilagedeNazareth.C'était
quelque chose que l’esprit humain ne peut absolument pas saisir et encore moins
comprendre.D’ailnoné li : reeurqui,ls es lceetm t ne lenP ua’expde lpas ême
faits de façon simple et directe. Wilcéd eralraB yalcr ou deue q p «iam
nombreusesraisons,c’estlepas plee agrtfos lup el te cuot sulhant que Paul
écrivit au sujet de Jésus ». Dans 2 Corinthiens 8.9, l’apôtre dit à propos de Jésus:
« Lui qui était riche, il s'est fait pauvre à cause de vous, pour que vous, par sa
pauvreté,vousdeveniezriches». DansPhlid vélepoepc eppiens 2, ilteidéeet
lui donne tout son sens. Plusieurs points importants sont à souligner dans le texte
d’aujourd’hui.Lepremierestquerien n’aétéimposéauChrist.Ilapris
l’intihoses : « Il s’etsv di éedl ium-e,êml iess’abt iaa cesuttoe
dvetiséluimême ». Il a choisi pleinement et délibérément de quiterlecielpournous.
Ilestesentieldesoulignerunautrepoint: ur lte snsisul ieu tiq eafrtôpaP ea’l
Jésus-Christétait«vraimentdivin».Ilneresmelbait pas à Dieu, é litiateiD .u
Paulemploielemotmorphĕ,quinefaitpasseulementréférenceàl’apparence
physique, mais surtout à une caractéristique inhérente qui ne change jamais. La
traductionTOBtraduitcepasdin nevi. » Letse ed dnocoitiq iul iu: « niisge aa
verset 6 poursuit en insistant sur le fait que Jésus était « l’égal de Dieu ». Puis,
dansleverset7,leterme«condtion»estutliuvnoe dséec ,uaetefoisausujet
de l’humanité du Christ, qui devint véritablement humain. L’idée centrale de ce
pas el tse euq tiafriChe l’e s «stageh riemmo .tsv di é »edl iu-même pour deven
Celanesignfi lia q ’uamsité, manin phuee qsaosrtnoc étinivid a sgéanch é ailu’
manifestésanature(ousacondti( uos a aanutere dans sn) divinotdnocion)de
serviteur. Le Christ divin s’est non seulement fait homme pour nous, mais il a
ausiétéobéis ,j ulsaq fuo’ràm el au lmtoirmt eedl o’ébiatnsance.Deplus,il
n’est pas seulement mort : il est mort sur la croix, une sentence réservée aux
criminels et aux personnes les plus répréhensibles de la société.

Père, malgré ma capacité de compréhension limitée, aide-moi à commencer ce
queleChristafaitpourmoietpermetsausipiuq euj eseapprendreàm’oublier
pourlesautres.

16

#10

10 JANVIERRéflexion sur la divinité du Christ

Lui[Jésus-Christ],ilestavanttout,etc'esten
Colosiens1.17

lui que tout se tient.

Letexted’aujourd’huicontientdeuxvéritésesnetielesausujetdeJésus.La
première est qu’il « est avant tout ». Il existe depuis toujours et il n’y a jamais eu
un moment quand il n’existait pas. Il s’inscrit dans la même durée que le Père et
l’Esprit. Jésus vécut seulement trente-trois ans sur la tere,maiscetecourte
période est une parenthèse extrêmement brève dans la chronologie de cet être
éternel.
LadeuxièmevéritéesttoutausnnotetnaoN .es nemult ensuJéess t «vana tié
tout », mais « c’est en lui que tout se tient ». Nous devons lire cetedéclaration
danslecontexteduversetprécédent: é a tuot euq iuln est'e C«té crédansles
cieuxetsurlater ,stes, euricipaprinôren,et ieng,ss ivnilbise el'l t vleibis, e
autorités; toutaétécrélui » ap rul itep uo r(Colosiens1.16).
Notezlarécur: 17 6 etda» t ou t «meer1 stesrev sel snee nc tdu
1.«C'estenluiquetoutaétécré »;
2.Jésus«estavantout»;
3.«Toutaétécré rap p te iuli.lur ou ; »
4.«C'estenluiquetoutsetient».
Ce quatrième point souligne que le Christ n’est pas seulement le Créateur de
toutcequiexiste,maisausesluoN n tlimenea Crre lon. éati iul iuqtiafviv t ai fcei
exister toute chose, mais il maintient en vie tout ce qui est.
Pauln’auraitpaspu décrire le Christdivin avecdestermesplusforts.
Cependant,certainespersonness’internegoep tê-tutre sur le verse t51 ,uq i
afreaicle ue qntmeirhC el « tse tsprem le né dier-tu e eotitnorcaé.» imr
C’estuneexceleriotsih’l ed gn esquontiee ntne tapcr ,onatmmut au loe que to
chrétienne,denombreusespersonnesontutli tnerédom eel ruqverssé ce our et p
Christétaitunêtrecréd te ,tnd vini ,eremonc pas totalemetantainsiencausela
doctrinedelaTrinité.
IlestdoncesceCertes, ei-rén .d urpmeueiqblbit epncco el reiduté’d leentite
expresionpeutfaireréférenceaurangdenaiss let pas senansiam ,ecse’n ec
qu’elte de Jean 1.1 e tedb aecuuo pe lntcoteexu dsrev1 teud 7xet erpadsnne d
d’autrespasreim én-« emerp » na s.tD rhsiudC ter, leiblela B segaé itiniv dlar su
signfieplutôt«premierdanslerang».Cetehe tsi eparpcolustréeparde
nombreux exemples, dans lesquels la dignité et le rôle des premiers-nés à la fois
danslesfamilesordinairesetdanslesfamils eyaros lentsosim ne divéecne.
Ainsi,PaulinsistesurlefaitqueleChristocl epué sulp aop stséveled eions.Il
poursuitensuiteenilustrantcete prioloC snad étuamsiens1.16-17.

17

11 JANVIER

#11

Des débuts terrestres

GénéalogiedeJésus-Christ,filsdeDavid,filsd'A

braham.Mathieu1.1

Quelaf e noçd ed !uiiSvgun - tntueaue-tirnumdè eé bsuitèecrl eu n livre
débutait une biographie par une longue liste de noms, son manuscrit serait
inévitablementrejetéparl’éditeur.
Cependant, pour un Juif, le fait de commencer le récit de la vie d’une personne
par sa généalogie était tout à fait naturel et pertinent. Quand Flavius Josèphe,
er
l’historien juifdu 1siècle,écrivitson autobiographie,illadébutaparsa
généalogie.Il esvéernscolbqieu sihev sup les arcent dansabormelbrt ap sè tauvro
parleSanhédrin.
LesJuifsacoaprtdrn sèemgi à elr tn atencuraeiteéna oprudla l de U .eéngi n
prêtre qui ne parvenait pas à prouver qu’il descendait d’Aaron ne pouvait exercer
sonsacerdoce(voirEsdras2.62).
er
LesJuifsdu1 siècleconsidéraientdoncqu’ilétaitnatureletpertinent,voire
mêmeeshiapgriounr pae tubéd edb enu retaitla é éintlnae e,élge .eCgoei
particulièrement vrai pour un livre dont le sujet annoncé était le Christ (la
traductiongrecquedumothébreu«MesieM aO ,r» .)thieul’afirmeclairement
dans le premier verset : « Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils
d'Abraham».SiMat neuva’ahi tneiaté suséJ ees dcêtrs ane le ruquoev urptip
d’une lignée pure, il n’aurait pas écrit son livre, car aucun Juif ne l’aurait lu.
LatâchedeMat al terued étnoméd àp al rersen not t enemuluec ihtsianois
lignéedeJésus,maisaus àoslugi iJésus avner que sertêcna sed tia dus or h
commun.Toutd’abord,leMest dit à ait venie ldelia éegne divaDD .d ueiiava
David, par l’intermédiaire de Nathan : « Ta maison et ton règne seront pour
toujoursasour ne p trô tonot,ina td veruséa sruojuotfermi»(2Samuel7.16).
LesJuifsconsidéraientgénéralementquecet pemerosefaisaitréférenceau
Mesi ein.r àevament avuoN el tseT uaeon car Pt,enquséfirmeàdenombreuses
reprisesqueJésusétaitundescendantdeDavid.
Mat éitlaou veuhivurep oremtnageltaitus é Jés queA’d harb nu slift es, ami qu
non seulement le père de la race juive, mais celui auquel Dieu promit qu’il
béniraitouteslesnationsdelatereenlui(Genèse12.1-3).
Ainsi, Jésus étant de la lignée de David et d’Abraham, il pouvait être le Mesie.
L’une des leçons que l’on peut tirer de la généalogie de l’Évangile de Mathieu
est que Dieu va à la rencontre des gens là où ils se trouvent. Quand le Christ
divin devint Jésus, le Christ incarné, cela se produisit dans un lieu particulier et à
uneépoqueparticulière.Or,toutcommeilalneocalr d setnerfs d Juià a u
er
1 siècledansleurcontexte,ilexerceunministèreauprèsdenousaujourd’hui,
làoùnoussommes.

18

12 JANVIER

#12

Le trouble de Marie

Au sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une viledeGailée
du nom de Nazareth, chez une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph,
delamaisondeDavid; eiralI .tne c arz heede lnom le tiM é atreeg aivleetdit:
Réjouis-toi, toi qui es comblée par la grâce ; le Seigneur est avec toi. Très
troubléeparceteparole,eladtic eesd menae gis fnt aienbie quuvpoierune
telid tul ign eL a'ion.utat saleut rac ; eiraM ,urpes pae aiN’: a srtuoévg ârec
auprèsdeDieu.Luc1.26-30

Avez-vousdéjàréfléchiàlasituationdeMarie?Eleavaitprobablement
quatorze ou quinze ans et était fiancée à un homme plus âgé qu’ele,comme
c’était la coutume à l’époque. Rien d’anormal, donc. Mais un ange apparaît dans
sachambreetluiditqu’eleal.etneM t êtainceire etez-vousàsaplace.La
situationseraitbiendifposi cpialte ’nsei luo,tsèt Apruer.pliqà exsiblede
disimulerunegrosese.Puis,lebébéar’aievitraQu. laitpenserJoseph?Iln’est
pas étonnant que la Bible souligne le trouble de Marie. Nous le serions ausi,
dans un tel cas. Cependant, pour mieux comprendre les implications de cete
er
annonce,nousdevonsnousplacerdanslecontexted u1siècle.Nousvivons
dans une culture qui nous empêche de prendre la mesure de ce qu’alaitvivre
Marie.Chaqueannée,auxÉtats-Unis,unmilretrouvent n’doi se ntesesceadol
enceintessansêtremariées,unfaitquiest.iO ’duhe’ts,rc banaait jourl autuof à
unechosequed’avoirun«problème»danslavilNew Yorke de sna elam ,d si
er
contexted’unpeitvile, lièclsdu 1iu fegj aevuon aleapportéeparl’angeà
Marie dut la perturber au plus haut point. Après tout, selon la loi juive, le fait
qu’unejeunefilnu tiaté etniecne e mmcoé éridnscoe étant fiacneés eerrtuoev
adultèreeteltre it êdevae vÉnaigelic ted ss, nous auQ n dnipal.eéd lnsrée s ousoli
devons garder à l’esprit l’idée que les hommes et les femmes de ceteépoque
étaient des personnes comme vous et moi. Ils vivaient dans des vilesetdes
viliaoc snsioatel rsel te sruemur sù lees oagiuh’ .’aujourdmêmes qune tel sel stéia
QuandJésusquitalecielpourvenirsurteriv lv tni ,es ceivre dantepagaileque
nousappelonslasociété.
Quand je pense à Marie, j’imagine ce qu’auraient vécu mes filessieles
s’étaient retrouvées dans la même situation et mon cœur se sere.Iln’estpas
étonnant que Marie ait été troublée, mais Dieu, qui connaît chacun d’entre nous,
laconnaisait.L’angeajoutaqu’ele sitvadee e rac ,riuojérleétait«combléepar
la grâce ». C’est une leçon pour nous aujourd’hui. Dans les dificultésquisont
les nôtres, nous ne percevons pas toujours l’enjeu global de notre vie. Nous nous
décourageons facilement, mais Dieu sait ce qu’il en est. Il sait que nous pouvons
être bénis quand nous avons le sentiment que le ciel nous tombe sur la tête.

Seigneur,donne-moilesyeuxdelafoiafinqueje

19

puisevoirréelement.

13 JANVIER

#13

Un enfant peu ordinaire

Tuvasêtreenceinte; tumetrasaumondeunfils
Jésus.IlseragrandetseraappeléFilsduTrès-Ha
donneraletrônedeDavid,sonpère.Ilrégnerapou
Jacob; sonrègnen'aurapasdefin.Luc1.31-33

ettul'appeld saon udem re
ut,etleSeigneurDieului
rtoujourssurlamaisonde

Mariefuttroublée(Luc1.29)etefrayée(verset30)lorsquel’angeGabriellui
apparutetluiannonçacetegroseseinate. Eenduledutêtreégalement
stupéfaiteendécouvrantquelealro ps.mil It esait être la nauterd e’lneaftn
probablequ’elmrofni sec setuoui lui q –nsioatlpxep reé éta tint trena appe ene
furent révélées en quelques instants seulement –, des informations qui alaient
nonseulementtransformerdéfintiua siam ,t sa vievemensichangerlecoursde
l’histoiredumonde.
Dans Luc 1.31-33, nous découvrons que Gabriel révéla au moins cinq choses
importantesàMarieausujetdel’enfantqu’ele tic laalovrinoeca’obdr , .oTtud
l’enfant serait un garçon. C’était toujours une bonne nouveledanslesfoyers
juifs.Lesfilie bes lntieta ésen ianvenues, mais lasanced’unfilssignfiaitquele
nomdefamileseraitperpétuéetquelafamilud ti arreeinceniatnuiofs e cifinébé
etéconomiquedecefils.Danslesfamilian,sel al arcaatries psanced’unfils
étaitunévénementdanslaviedelamère.
Deplus,ils’agisonnn àçaar M qieli’u u’d tials en fiordixtra e !anriega ’Lna
s’appeleraitJésus,latraductionengrecdunom hébreu«Josué»,quisignfie
« Yahvé sauve », ou « Dieu sauve ». Or, tous les Juifs connaisaientlerôle
historique de Josué, l’envoyé de Dieu lors de la conquête de la Palestine et
l’arivéedupeuplesurcetetere.
Ainsi,lenom donnéàcegarçonétaitrichedesens.Gabrielprécisaalorsle
sensdecetenaisa tudianeà s m lar. Iaisiclarl décnauq ec ,ehos lee ur aesmm
que Jésus serait (1) « le Fils du Très-Haut », que le Seigneur Dieu lui donnerait (2)
« le trône de David, son père », et que (3) son royaume n’aurait « pas de fin ».
Avec ces déclarations, l’ange Gabriel annonça à Marie qu’eleseraitnon
seulementlamèreduMesieatuma, aisgtonpsemiu sisl neudd pesiquece
Mesieseraitdivin.C’étaituneidéenouvelM tenle ieausnqep sfiueJs Le. esie
seraitungrandhomme,commeDavid,maispasDieu.
Finalement,ceteane ncnoéte t aibaosulemtne txarordinaire. Que
rsentiriezvoussivousviviezuneexpériencesimilaire?
IlestégalementintéresDieu utner que os egiluald tnisaunehumblejeunefile
pouracomplirsavolonté.C’estunebonnenouvelr moi. e opruv uo step uo
Dieupeutausno.ssérield ous si nlan on ppae icrterip s àn i suoriaf

20

14 JANVIER

#14

Une explication improbable

Marie dit à l'ange : Comment cela se produira-t-il, puisque je n'ai pas de
relationsavecunhomme?L'angeluirépondit: int viensprit-Sar suaL dEr’t ei,to
lapuisl iofne' tna iuq. reesC'pot quur ud ecna aedrvrio bms no-HauTrès cout te
naîtra sera saint ; il sera appelé Fils de Dieu. Élisabeth, ta parente, a eleausi
conçuunfils,danssavieilese: cel sondans e qialeef tno'uppa e ilt ese mmérst
sixièmemois.Carrienn'estimposieu. leibp al ed D ed traLuc1.34-37

Marieétaitpeut-êtreunejeunefilïvna me,s aiec tenait reeemceonni tentenle
connaisaitleschosesdelavie.El bes luee néséb eaniq tiavassaientpasderien
et qu’ils étaient conçus par un homme et une femme. Par conséquent, sa
question était tout à fait pertinente : « Comment cela va-t-il ariver?Enefet,je
nevispasavecunhomme»(Paroledevie,v.34);«Commentcelasera-t-il
posible,puisquejesuisvierge?»(BibleenFrançaisCourant).
Saquestionétaitlégtime,voiremêmeat dee nsporéndueel ana,tepdn .eC
l’angedutrendrelajeunefilexpler precoene :sulp e «L'Esprit-Saintviendrasur
toi,etlapuisceanu dèsTrau-H son ombre » tetc uorvri aed(verset35).Cete
explication est unique et incompréhensible. Cela fait partie du mystère de
l’incarnation. Marie fut alors probablement animée d’émotions fortes. Mais dans
les faits, il était clair que l’enfant serait celui du Saint-Esprit, de Dieu. C’est un
mystère que nous ne pouvons absolument pas comprendre. La Bible ne cherche
pasàexpliquerlasituation: el.aitses fnt depmisemeloné ecn
L’enfant devait être « saint ». Le sens premier du mot « saint » (hagios)est«à
part»,ou«difasnise t tés tse desparées m voisesiavuadnom ud e, eC iuqneré.» t
mis à part pour Dieu et consacré à lui. Ainsi, contrairement à tous les êtres
humains,Jésusalas ertîan tiatnd ueevsnp muiaes h êtr Lesint.d sr entailos enev sir
leurdeuxièmenaisance,quandilsachC elp etent tsir(Jean3.3,5),maisJésus
seraitsaintdèssanaisancenaturelenl ertrt ainsdaI .ent déjà né l eomdn eneé at
denouveau.Ainsi,ilseraitbondèssanaisance.
Nous entendons régulièrement parler de la nature du Christ quand il était sur la
tere.Ilestdif erdsuotsel gra enum qts suit onicile de comprenéc,svana selm ias
ÉvangilesafirmentclairementqueJésusétaitdiférent,carilestnéenétantsaint.
Personne n’a jamais dit cela à mon sujet lors de ma naisance,maisjenesuispas
né d’une vierge et le Saint-Esprit n’est pas mon père. Si cela avait été le cas, alors
j’aurais été comme Jésus. Il est né saint, alors que je suis né sous les auspices du
péchéd’Adam(Romains5.12).

Père, tandis que nous méditons sur le mystère de l’incarnation, aide-nous à mieux
comprendre chaque jour le sens et la dimension merveileusedecetévénement.

21

15 JANVIER

#15

Une réaction anormale

Mariedit:Jesuisl'esclaveduSeigneur;qu'ilm
l'anges'éloignad'ele.Luc1.38

'advienneselontaparole.Et

Marie aurait pu réagir de diverses façons à l’annonce de l’ange Gabriel. Par
exemple,eleauraitpudire: raimtu vois-? Crto ei idu enoenptr uu -tdsenpre M«
que je vais oser me promener avec mon ventre proéminent en disant aux
membres si légalistes de ma communauté étroite d’esprit que je suis enceinte en
raisondel’actionduSaint-Esprit?».
Ilestimportantquenousnousintéresa ldes genaonrsusplrè paus pex snoi ed
Bible. Nous avons trop souvent tendance à lire les récits bibliques en pensant
qu’ils’agisaitdepersonnestrèsdifréed setne cs,ou nesi que xue taf n ton
biblique. Nous devons pleinement entrer dans ces récits pour comprendre leur
sens.Queresentiriez-voussicelavousaritvau oairivaitàvotrefile?Comment
réagiriez-vous?
PhlipYanceyposeunequestionintéresaM s eir es« Combien de foiatn e :
remémora-t-elelesparolesdel’angetandisqu’elesentaitdanssonventreleFils
de Dieu lui donner des coups de pied ? Combien de fois Joseph repasa-t-ildans
sonespritlesparolesquel’angeluiadressid se ,aa srol’uq é litiat’o letbju dprmé
vilageoisquivoyaientsafiancées’ar snu eap e ?r vê».o N ?irnd-citta’é
Malcolm Mug aidgeerfiaosner l e’ ned qu’irme seuqiceenstxiincle d
permetantaujourd’huide«remédierauxerionohtnersel maf eu »rsui qés dles,
« il est fort probable que Jésus ne serait pas né dans les circonstances actueles.
Marieétaitisued’unmliod mteeseuèr ple, on sdee tnafne ni tiatéu. conn
Aujourd’hui,elncdoro pblbaenemim tnu sret à em sa groeia ta rusese.Deplus,
elenecesd no u’l eitca erid ed tiaioptceon clae quna te fns no nedit d frut leétai
Saint-Esprit. Ainsi, on aurait rapidement estimé que son état nécesitaitdessoins
psychiatriques et que c’était une raison supplémentaire justfiantunavortement.
Notre génération, qui a peut-être plus besoin encore d’un Sauveur que toutes les
précédentes,auraitététrophumainepourqu’ilpuisenaîtreparminous.».
Tel. à e itsurvteinl’d noitneegna’l e pu être les réatcoisnd eaMir e searuatnei
Nouspouvonsêtrereconnaisantsenversel ,ee fla, oir car paledéclaraêtre
l’esclaveduSeigneureteleaceptadeleservir.
Marie fut un exemple pour tous ceux qui désirent accepter le Fils de Dieu et
vivre par la foi. Ils ne suivent pas les voies du monde, mais les voies de Dieu,
ausiétrangequecelapuiseparaître.Ilssontdiférents,toutcommeJésusétait
diférent.

2

16 JANVIER

#16

« L’Évangile » avant l’Évangile

EtMariedit:Jemagnfiei Seugnlee 'aportée dsit arsn,rj euslégreseenDieu,
mon Sauveur, parce qu'il a porté les regards sur l'abaisementdesonesclave.
Désormais,enefrap ,esul euq ecdie monreeu hrac ahuq eégénaritie Puet,sant
a fait pour moi de grandes choses. Son nom est sacré, et sa compasions'étend
de génération en génération sur ceux qui le craignent. Il a déployé le pouvoir de
son bras ; il a dispersé ceux qui avaient des pensées orgueileuses,ilafait
descendrelespuisan srunôrtd stel e rs,lembavelé ,seuh sel ésasiédebiensles
afon serviteur, etceuourI rsëa,ls vnsesidIl. s air ssehcsel iam , reamésé lenvoyl i
s'estsouvenudesacompason s t à tidvaial l'me i comon –iveen rsrepè– s
Abrahametsadescendance,pourtoujours.Luc1.46-55

Dans le cantique de Marie, nous avons ce que Nicolas Wright appele
«l’Évangileavantl’Évangile,uncrid’alégressiai sesant,trentesemainesavant
Bethléem, trente ans avant le Calvaire et la Pâque. […] Il s’agit avant tout de
Dieu,d’unerévolutionetdeJésus: Jés sui qunave mais qui n’étaittid ê’rt eocçn u
pasencorené,uneannoncequifittresail noh et senÉld’abisoie de jébé le bi r
sein et qui remplit Marie d’émotion, d’espoir et de jubilation ». Le cantique de
Marie,souventappeléMagnfi naitsabeS nnahoar Jue pusiqen mim sté é , acta
Bach,acompagnéparlestrompetes timbaes et l tseua.sel lI simurmuréen
toute discrétion par d’humbles chrétiens de toutes nationalités, et récité avec
force lors de nombreuses fêtes de Noël dans les églises du monde entier. Il s’agit
de l’un des cantiques les plus connus du monde chrétien. C’est un cantique
célébrantlapuisrterempoâce a gr tne àecà aftnie Ddee a letu eriotcivr li’uq anc
naître. Pourtant, il ne raconte pas l’histoire dans son intégralité. Marie eut un
aperçudelagloiredel’Évangile,maiselosess cheuseombredn ro ee cnartiaue à
apprendre au fil du temps. Jésus alesbmallb e ànu eait être éeépui q
transperceraitsonâme(Luc2.35).Mariealaitleperdrependanttroisjours,
quandilauraitdouzeans.Puiseles’interartis ruoegl son équibrementalquand
il aurait trente ans, avant de sombrer dans le désespoir pendant trois jours à
Jérusalem, se demandant certainement pourquoi la situation avait mal tourné et si
elpeur,confusion,l’av euglementetlaaprès lae s’étaittrompée.Mais
viendraientlarésuraierset emult enM .eeiramoc cnemn et la Pentecôtetcois alor
àcomprendretouteslesimplicationsdelanais’l ed ecnau’eenfant qleavait
conçu.LecantiquedeMariefaitéchoauxpromessena snA’l ed es Tenci dntmeta
chacundesesmots.Cespromesesdel’alS uaevruq iua aie ncrlpat enund’lait
restaurertouteschoses,sauverlepeupledel’alet bnce iah’sirel evsruoel irtodee
cemonde.

Seigneur, comme Marie, nous ne comprenons pas tout. Mais comme ele,nous
voulonsnousréjouir,cartuesunDieupuiss o nouq iuatnfrelesalut.Nouste
louons pour ce que tu as fait pour nous, ce que tu fais aujourd’hui et ce que tu
ferasàl’avenir.

23

17 JANVIER

#17

Le partenaire oublié

C'estainsiquesedéroulalanaisC-rhsésuedJ cn ea tiaté ,erè msa, iear Mt.is
fiancéeàJoseph; avantleurunion,eledl ia tir tE'ps rapf eliecn etnoutr evaee s
Saint. Joseph, son mari, qui était juste et qui ne voulait pas la dénoncer
publiquement, décida de la répudier en secret. Comme il y pensait, l'ange du
Seigneur lui apparut en rêve et dit : Joseph, fils de David, n'aie pas peur de
prendrecheztoiMarie,tafemme,carl'enfantqu'eleaconçuvientdel'Esprit
Saint.Mathieu1.18-20

Un mot, maintenant, au sujet de Joseph ! Sa situation n’était pas enviable. Nous
pensonsrarementàluietàl’angoisequ’ildutresentirencomprenantleplan
deDieu.Ilétaitlà… commeunemaisonquisetrouvedansnotrerueetdont
nousconnaisetuj seauqulae dcnetsixe siam ,es l’onlenousnesavonsrien,bien
quenouspasionsna td vel seotsuou j. rsaiJ’és h étiap àrelr ed Joseph dans ce
livredeméditations,carnousnousintéres pnsoèr s .pAl iuueà tait n’é, iltout
« que l’époux de Marie ». Cependant, nous ne devons pas ometrequeles
conjoints souvent oubliés de personnes connues sont des individus qui jouent un
rôleimportant,lessoutiennentetleurpermetedr ne téusirdansleurstâches.Ce
fut le cas de Joseph. Il n’était pas seulement « l’époux de Marie », mais
également le père terestre de Jésus.Bien sûr,laplupartdesvoisinsle
considéraient certainement comme le père de l’enfant, étant donné les
circonstancesscandaleusesdesanaisacn Joseph e. C’esteiraM anemme iuqt e
l’Enfant Jésus au temple pour le consacrer au Seigneur; c’estJosephquiconduisit
lafamile egÉ netpyuop ;denaecnagiéHor s’dhappr écux mer a c’estJosephqui
ramenalafamileàNazareth; st lui ec’ea irocnuq ecompagnaJésusàl’âgede
douzeanspourfairesaBarMitzvah,etc’estausphseJoi iuqr ientpearche l
enseignaàJésusl’artdesonmétier.Ilspaserbmh’d nargon d tuns rèèrt eneures
ensemble, tandis que le père guidait et formait son jeune enfant. Autrement dit,
Joseph joua un rôle majeur dans l’histoire de la Rédemption. Il pasepeut-être
inaperçu à nos yeux, mais il fut très présent dans la vie de notre Seigneur et
Sauveur. Joseph vécut une véritable crise quand il découvrit que Marie était
enceinte. Il était absolument certain que l’enfant n’était pas de lui. Mais de qui,
alors?El lambsei lua amsic lesErpti ,e Saint-nge et derioa’d enutsihcoraa nte i lu
telementirac rre ,âfhcs et puuraiIl ae ! tsilaépe hipnc, esismaos Ja litiavsed irp
étaitunhommebon,quiaimaitMarie,cetceesolad edie ntférentedesautres.Il
décidadoncderompreaveceln ugean, ntismatura te iul ppa csèretem eid
changea le cours de sa vie, et de la nôtre. Ce texte contient une leçon pour nous.
Nous avons bien souvent tendance à oublier ceux qui se sacrfientpourque
d’autrespersonnes,plusvisibles,puisentacruel ril .ehcât mpost tIl e de emps
metrefinàcetzesnc à p seosre ieusnjcetiPe. ténlggieé,se tnnes trop souven
prenezletempsdeleurenvoyerunpeitpaeur de lo um toseruncoupde
téléphonepourexprimervotregrait égard.e à leurdu

24

18 JANVIER

#18

Une annonce révolutionnaire

Elemetraaumondeunfils,ettul'appelerasdu
sauverasonpeupledesespéchés.Mathieu1.21

nom de Jésus, car c'est lui qui

Dans ce texte, nous trouvons une annonce révolutionnaire concernant la
misionduMess ed tesrev reima Me,ilngva Éon pres le Danie.thieuavaitdéjà
afirméqueJésus-ChristétaitleMesiuev , le e etiivaDD .dsliF ed tuul jres an cla
ces deux itresavaientdesconnotationspoltiroiques :ilsévoquaientun
er
terestre.Davidavaitétéunilustregueriercon quérant,etlesJuifsdu1siècle
pensaientqueleurRoi-Mesiesecomporteraitpareilement.LeMesie,oule
Christ,devaitêtrelelibérateurdelanation.
Par exemple, dans les psaumes de Salomon (écrits au cours de la période située
entre l’Ancien Testament et le Nouveau Testament), le Fils de David est un roi qui
s’élève du sein du peuple pour délivrer Israël de ses ennemis. Ce roi davidique
bénéficierait de dons surnaturels : « Il les réduira en pièces avec un sceptre de
fer; il détruirales nations païennes par ses paroles.»emd e(sPua
Salomon17.24.)
Le peuple d’Israël connut trois périodes d’esclavage au cours de son histoire:
sous les Égyptiens, sous les Babyloniens et enfin sous les Romains. Une isue
poltid uel semeèi xrp futqueuvée troep lsif’iuuqJ ttinaerieass nneisfos rees let,
er
demêmecetic .io-sl seoPrufs d Jui siu 1elcènu ,eM fesiequinedélivreraitpas
lepeupleaumoinsdansledomainepoltiéritun vtre as ê baelp tiavuop en euq
Mesie.L’espoirmes i ,uq la descsait suredD vadineadcn eiaquni sfiopered euJ s
leslibéreraitdel’oppreseur.
C’est à la lumière de cet espoir que nous devons prendre conscience de la
dimensionrévolutionnairedutextedeMat ,eéripsni eashr pne uEn. 21 u.1hei
Mat ud eMva antie Jesfsuitpq eul elc noecleverse hieu bousieenleurdisant:
« Le Christ ne sauvera pas son peuple de la domination romaine, mais de ses
péchés».
Le fait que Jésus, le Fils de David, l’Oint du Seigneur, ne délivrerait pas le
peupledesesennemisfutuneternoitpecéd elbiifs s Jur le poued uq eé’opedl
Jésus, y compris les disciples. L’une des tâches les plus dificilesdeJésusfut
d’enseigneraupeuple,quichérisiratlb e,tl aévonquéranun roi c litad’e dé’i
naturedesonroyaumemesianique.
Si nous prenons la peine de sonder notre cœur, nous constatons probablement
quenousresemblonsbeaucoupauxJuifsdecete és lucoau pupse leb tuqopI .e
agréable de se débaras’un enneer d ’ilsel-ennoduq ec ruSe« (mi, urneig
méritent ») que de nos défauts qui sont si séduisants et agréables. Pourtant, le
textedeMathieu1.21afirmequeJésusestvenumeevuas der mess.hééc p

25

19 JANVIER

#19

Le Christ conquérant

Elemetraaumondeunfils,quetuappeleras Jésus, cari lasvure aos nuppe le
desespéchés.Mathieu1.21 (BibleenFrançaisCourant)

Malgré ce que nous avons vu hier, d’une certaine façon, Jésus agit comme un
Roiconquérant.Ilalait«sauverson peupledesespéchés».Ilestdonc
important de comprendre que le terme « péchés » ne fait pas uniquement
référenceàlaculpablisia ution, macondamnaà te al étsiàlapuisancedu
péchéetàsesconséquences.
En d’autres termes, Jésus ne sauverait pas le peuple danssespéchés,maisde
ses péchés. L’un des aspects majeurs du ministère du Christ était de libérer le
peuple de la domination de ses péchés personnels, de l’emprise du péché sur ses
actionsquotidiennes.
Cetlibération se pr e Px.auveemèrmire à tiudoin siort pécsanshé p rane,tiv es a
et sa mort sur la croix, Jésus sauve son peuple de la condamnation du péché.
DansJésus-Christ,noustrouvonscetebeleanalyse: L « ehCirtsa é ét traité selon
nosméritesafinquenouspuisert stêsés arti seselonites méré a lI . étoni
condamné pour nos péchés, auxquels il n’avait pas participé, afin que nous
puisionsêtrejustfiésparsajustice,àlaquelcipi.éI l a nusnoe trap sap snoiva’
soufert la mort quiiufi aqun noe pusaté l tiôn a,ertsionsrecevoirlaviequiestla
sienne.C’estparsesmeurtris augrésia ovsnl que nousures 5) 1. »onp. (
Deuxièmement, comme nous l’avons souligné plus haut, Jésus délivre son
peupledelapuisnad ecép ué chr su vsa. ieeDp ul,si luiacordeleSaint-Esprit
pourquecetetâchepuiseêtreacomplie.
Troisièmement, Jésus sauvera son peuple de la présence du péché quand il
reviendra sur les nuées du ciel pour lui donner sa récompense éternele.Cestrois
aspects de la libération du péché sont manifestes dans les Évangiles. Le Mesieet
Fils de Dieu révolutionnaire présenté par Matr eée tsihuelme oi Runt en
conquérant qui « sauvera son peuple de ses péchés ».
Vous et moi faisons partie de son peuple. Dieu veut non seulement sauver
chacun d’entre nous de la condamnation, mais il désire ausitransformernotre
vie(Romains12.2)afinquenouspuisionsluiresblereme ahuqegc naatd va
jour.Labonnenouveledel’Évangile(Romains1.16)pt siuu env rétibaeel sance
(lemotgrecestdunamiss) pnçai fra» enti enyma« d m toonirles not tus,nod ruo
vous et pour moi chaque jour. Jésus désire que nous aceptionscetepuisance
dèsaujourd'hui.

Merci,Père,pourledondusalutenJésus.Soisà
quej’aceptetapuisancesalvatricedansmavie.

26

mescôtésaujourd’hui,tandis

20 JANVIER

#20

Jésus : « Dieu avec nous »

Toutcelaar'a sue qiva afincomplisr avgneudit ait ap ruq ec eieS el e
l'entremiseduprophète: einte ; eLaeiv egrarescne lemetraaumondeunfils
etonl'appelera du nom d'ammEleunec ,iuq e sadtrtui: Dieuavecnous.Àson
réveil, Joseph fit ce que l'ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme
chezlui.Maisiln'eutpasderelationsavecel'eque c'àsuuqej leeûtmisau
mondeunfils,qu'ilappeladunomdeJésus.Mathieu1.22-25

LepremierÉvangileafirmequeJésusestl’acopmilsementdelaprophétie
d’Ésaïe7.14:ilestEmmanuel,«Dieuavecnous»(Mathieu1.23).C’estpeut-
être la déclaration la plus importante du Nouveau Testament. L’afirmationselon
laqueleJésusestréellartnad hc snucaes d t enemelF li sedD ei uest un point cen
quatreÉvangiles.
LetextedeMats pae ntseré pne suséJ tnemelues grand comme un2. 3ue1 ih
enseignant.PourMat sl iet, pat esn’u uo uortnayov nJé, s sueuhinu suog se’nap t
nonpluslemeser dageu ce Did A’e lrtpopae-leroemmohaM temotse lahpour
lesmusulmans.Non!Mat s.»n uovaceei u « D estésus : Jtniop ec rus etssiinu ieh
Lechristianismesedéfinitparcetecroyanceesetneile.Onnepeutrejetercete
idéeetprétendreavoirlafoi.Matsan etp séne erps coJésulus on p emmhi neu
Dieuau-desusdenous. ncien Testament édrctis uoevtnD u iemmcoéte t an’AL
au-desité.umanest Il ei uelD ei uudl ai sèstronu’ qnttuep en hcorppa .reued sh’l
Mais dès le premier chapitre du Nouveau Testament, nous avons une autre
approche, une révélation plus complète du Dieu de l’Ancien Testament. Il n’est
plusladivinitéquisetrouveau-deséJ ne ,s li ,sus ndes uai ms,ou« Diest vec eu a
nous ». Par son enseignement, sa prédication, ses guérisons et ses actes empreints
de bonté, Jésus devient donc la pleine révélation du caractère de Dieu. Il
déclara: «Celuiquim'avuavulePère»(Jean14.9).L’épîtreauxHébreuxnous
dit que Jésus « est le rayonnement de sa gloire et l'expresiondesaréalité
même»(Hébreux1.3).LequatrièmeÉvangilecomplètecet ption en eedcsir
soulignant que « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, pour
que quiconque met sa foi en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternele»
(Jean3.16).
Par le Fils unique, nous avons « Dieu avec nous », le Fils de David, l’hértierdu
trônedeDavidetdespromesou Ns raAbm.hae di à tà sevaD ieu faites de D
avonsleMes Mgeiearce, i luervia ldet eitrpsE-tniaS ud énant ’enfu, l Die eedi
dontlamisest de « sauver os neppueld eeséschpés » noi(Mathieu1.21).Cet
être divin est le sujet de tout le Nouveau Testament. Il devrait également être le
sujet et le centre de notre vie. En Jésus, nous devons être avec Dieu tout comme
il est Dieu avec nous. Il est donc important que nous redéfinisionsnospriorités.
Ilesttempsdelaise vinotr de ntre uec,sa n uo tne enu’d ,eueiDrtê rp enesér e
façondiférente.

27

21 JANVIER

#21

Un étrange agent de la grâce divine

En ces jours-là parut un décret de César Auguste, en vue du recensement de
toutelaterehabitée.[…]Tousalfair se ientahccare ,ecsn eerd nu snap asrpore
vile.JosephausimontadeGailée,delavilne N ed e,hterazaser ou pe dren r
Judée,danslavillié q 'uraec,mp hléee Betaevliéde dae pDp te nsoai mlae ditta
delafamilafri eni neds evid, afie de Daécnaq ,es ,eif ac veriMarisc areattiiué
enceinte. Pendant qu'ils étaient là, le temps où elle devait acoucherariva.
Luc2.1-6

Dans sa grâce, Dieu œuvre de façon étrange. À l’époque de l’Empire romain,
des recensements avaient lieu régulièrement pour deux raisons: fixerlemontant
del’impôtetidentfierlespersonnestenuesd’acomplirleservicemlitaire
obligatoire. D’après les récits historiques, le recensement avait lieu tous les
quatorze ans en Égypte. Nous avons des documents précis sur les recensements
ayant eu lieu entre l’année 20 et l’année 270 après Jésus-Christ. Il est intéresant
denoterqu’undécretdugouvernementégyptienaf:itmair «Ilestnécesairede
contraindre toutes les personnes qui, pour une raison ou une autre, vivent loin de
leurviled’origine,àrentrerchezelcereemnsurpoe le » sne.t
Ainsi,lanaisde Jésusance us elprul eper’lmee trenn ie lunr ilbaté’d temrep
puisantdumondeàcet époetel uq eut r eufs dei RoDa. isroavÉ’l sned elign
Luc, nous avons une préfiguration du conflit entre ces royaumes. Nous avons la
cerite Cée quudva’n etsuguA rasndoi mlas pat aiedl e’ixeri éd ee Josephstence d
et Marie ou de Jésus, l’enfant promis. En fait, il ne connaisaitcertainementpas
NazarethniBethléem.
MaisLucsoulignequelanaise un’d tubéd el auqre’fnna téJus samance de l
confrontation entre le royaume de Dieu et les royaumes de ce monde. En un
siècleàpeuprès,lessucesr Augeuusrts de Césa ealaientnonseulement
entendreparlerdelanaisu antieraherchel’en de anceslc sii ,amaftnsiàdétruire
ses partisans. En un peu moins de trois siècles, l’empereur romain lui-même alait
devenir chrétien. L’histoire du conflit entre ces royaumes était déjà en marche à
Bethléem.
Lesétudiantsat eius ecq de pris sur pastneiaté’n xuerbé hesxttes des ifetn
pas a:tircéte Michée avait vana,tl erppoèhen c ats ansarupeB àélht .metpeS
«Quantàtoi,BethléemEphrata,toiquiespeites datria prhmri el epsed ad , euJ
toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël ; son origine remonte au temps
jadis,auxjoursd'autrefois»(Michée5.2).
Danslepasé,Dieuutli sted sep reosnnes étonnantes po rues dsadehoét m
metrne ealp sce ponn la gdea li’uq noitcivncoa laiJ’. cerâême de mgit
aujourd’hui.

28

22 JANVIER

#22

D’humbles débuts

Elemitaumondesonfilspremier-né.Elel'emmailotaetl'instaladansune
mangeoire, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans la sale.Luc2.7

Environ cent trente kilomètres séparent Nazareth de Bethléem. Les condtions
devoyageétaientparticulièrementdif’acileine siar nosl edfluxdegensqui
devaient se faire recenser, et il restait peu de place pour Joseph et sa famile.Ils
furentprobablementheureuxdetrouveruneétable.
C’estlà,dansunemangeoirequipermets ed xuauon eait animaux rir,quele
Seigneur de gloire entra dans le monde sous la forme d’un être humain. Sa mère
l’emmail tdes cae litta stnafne sel suoà cec é’moem,ac toteépoque.Autrement
dit,elel’enveloppad’unlangeentisemroac uf edrée.Puiseleenroulaautour
desoncorpsunelonguebandedetisteinmar ou pu 'este. Cplace nnaegecl in r
decetemanièrequeleCréateurdetouteschosesarivaàl’existence.
JohnPhil siaedà q iun uo tircéd stsym el ipd u’itnoçanoenf de lère arna’inc
comprendrelefoséentrecequeJésuslaisadertel ul irè ei leqdansnde e mo leu
il entra. Il imagine un ange âgé montrant à un ange plus jeune les splendeurs de
l’univers. Ilsvisitent unemulitet degalaxiesude de soleilsar dents
tourbilonnantes,puisentrentdansl’uned’else .Eleestfaitedeplusd’un
miliardd’étoiles.
« Tandis que les deux anges approchaient de l’étoile que nous appelons soleil
et des planètes qui l’encerclent, l’ange plus âgé désigna une peitesphère
insignfiep eL .exa nos riuonriut etq nat suemenlentait tange,quiétait
impresut lu, entime seuq ene tétse ed al tjam va a vit qceilu’inoéngloire e par la
ceteplanèteétaitausiquelconquequ’unebalin.se de ten
– Je veux que tu prêtes une attraplucierèic à eeoitnot n etuteplanète,luidit
l’angeplusâgé.[…]
– Pourquoi ? Elemesembletoutepeitie tlpee s latutôépone, rle pdit tange.
Enquoiest-elespéciale?
Après avoir écouté le récit de l’incarnation, le peitgna a :mande de
– TuveuxdirequenotrePrincedegloire[…]s’estrenduenpersonnesur
cetepeiteplanètemédiocreets’estabais piètresunl’r nies sdee qsuj éeved à’u
créatures?»
Ilnousestextrêmementdifacnr tni’ssesi t Chre lee quendrc edrpmoci eli nsdaé
l’enfant Jésus. Et cela devient encore plus incroyable quand nous nous souvenons
qu’il entra dans ce monde non pas dans une véritable demeure, mais dans la
mangeoired’untoutpeitvilage.
Quandjepenseàcequ’ilalaisédere de réf’ai envi élhcrià reièom rj ,iiul uop
cequejedevraisabandonnerpourlui.

29

#23

23 JANVIERRencontrer Jésus: une expérience qui
transforme la vie

Ilyavait,danscetem mê e sre iuqapgiré, ons dergbesaientdansleschampsles
veilna td ve ud egna'L .xuaentviur surneigSe sedeuel redrpuort sritnua lgar ou p
eux,etlagloireduSeigneursemitàbril .lI sufrud e'xusis rent sait outoau ter
d'unegrandecrainte.Maisl'angeleurdit: yez N’aepruap s rej ,acou vans ncnoe
labonnenouveld'une grande joi euq iesarp uo rel:eppul eo tetu aujourd’hui,
danslaviless ou vil, idavD ed et Engie.rue ,tsS el le Chri qui estasvuue,r ténu n
ceci sera pour vous un signe : vous trouverez un nouveau-né emmailotéet
couché dans une mangeoire. Et soudain, il se joignit à l'ange une multitude de
l'arméecéleste,quilouaitDieuetdisait: lGioers, t xueil tuah sèru ie D àes lnsda
et,surlatere,paixparmileshumainsenquid enaiplprl is r !Luc2.8-14

Ilyeutungrandtapagelorsdelanaisnt, temeifesm naamsisu ,J sédee nca
l’annonceenfanfaredesanaisancenes’adreses. sonnpaa ua sob xsennrep
Après tout, Israël comptait un grand nombre d’individus réelementimportants
qui étaient cultivés et honnêtes, et qui pouvaient approcher ceux qui avaient du
pouvoiretdel’influence.Ainsi,pourquoicommence rlaproclamationde
l’Évangile avec des bergers, à savoir des hommes méprisés et bien souvent rejetés
par les dirigeants ? Les bergers ne savaient pas lire ni écrire. De plus, ils étaient
sales, à la fois sur le plan physique et sur le plan cérémoniel, en raison des bases
besognesqu’ilsacomplisaient. Il stéiane tbaosulntmenc iabaps ler edepseretc
précisémentlesloiscérémonielesteleisn .lI shPrasis i sel euq selet enaiétprernt
devaientsansceses’octemps suap erle pava’tneir oi it,e anulps. l udxernsseAui
de se laver méticuleusement les mains ni d’observer les autres règles prescrites
par ceux qui dirigeaient toutes choses. Cependant, ils avaient le cœur ouvert,
contrairement aux chefs religieux si sûrs d’eux. Dieu voulut que des individus
très humbles soient les premiers à raconter l’histoire de Noël : c’est l’un des
aspectslesplusmarquantsdurécitdelanaisC .sh seemmoté senait ance de Jésu
humbles,maisl’annoncedelanais ed tif lg noçafe usieor.e ssaeje umteute seanc
Dansunpremiertemps,lesbergersfurentefamsisé ,ryaeu lter reursetransforma
en joie quand l’ange leur dit que le Christ était né dans la viletouteprochede
Bethléem. Puis ils furent de nouveau abasourdis quand « il se joignit à l'ange une
mulitudedel'arméecéleste»pourglorfir einte’s tuep nO .ueiDrogersur
l’impactdeceté aticlemorbtis cone etsteee ncr suxp eieér.sre eL selgreblé
d’étoiles.Puislagloiredesangesilmuni aelc iel. Enfin, ils océdirvutner al oigl re
éblouisantedelamulitudedel’arméecéleste.Cetegloireetlemesagequifut
transmis aux bergers transformèrent leur vie à jamais. Après s’être rendus auprès
de l’enfant, ils retournèrent dans les champs, « en glorfiantetlouantDieupour
toutcequ'ilsavaiententenduetvu»(Luc2.20)etenannonçantlaBonne
Nouveleautourd’eux(verset18).LeurrencontreavecJésustransformaleurvie.
Il en est de même pour vous et pour moi quand nous aceptonslemystèrede
l’amourdeDieumanifestéenJésus.

30

#24

24 JANVIERLa naissance de Jésus selon la perspective
céleste

Un grand signe apparut dans le ciel : une femme vêtue du soleil, qui avait la
lune sous ses pieds et une couronne de douze étoiles sur sa tête. Eleétait
enceinteetel l'aodluel se tuesrtourles s dementiacre s an ditcouchement.Un
autresigneapparutdansleciel: rg n dnaus tetêpe ttis a avq iu feuougeon rdrag
et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes. Sa queue entraînait le tiers des
étoilesduciel; illesjetasurlaterev dta osu if lqamte eamnard eL .p es noge
alt aiacenfant dès qu'el ledévorer sonoucher, pouracoucherait.
Apocalypse12.1-4

NousavonsiciunrécittrèsdifeL .tnerregreb sai qusé lèrentadorerl’enfant
Jésus ou les anges glorieux ne sont pas mentionnés. L’Apocalypse relate la
naisancedeJésusd’unemanièreradicalementdifselignavÉ sed etenér. Cete
perspectivesurlanaisonneus dr ae ur di eonted evelel rtemr ed suJépes ceane d
un aperçu de ce qu’est l’incarnation du point de vue du trône céleste.
Cepointdevuenousfaitdécouvriruneluthe qrouc’éteui s al à dn eafetre
tandis qu’un énorme dragon rouge entre en scène, balayant un tiers des étoiles
ducieletlesjetantsurlater.eftnedi – nogard e le,itsua lar Piécomme«le
diableetleSatan»auverset9–ef al tnop « emmorév dur on ser etsaveds op e
enfantdèsqu'eleacoucherait».
Ce texte d’Apocalypse 12.1-4 décrit le début d’un conflit cosmique qui
commencedanslecieletsepoursuitsurlater aab.eL italeencoursaurades
conséquences tout au long de l’histoire jusqu’à la fin des temps (verset17).La
suitedulivredel’Apocalypseindiquequelalutisalréi u ateed etircs noçaf e dé
chapitre12n’atotciueirirhCv tsuesqe lue qor l npagoeénird aosex metrafinaux
agisementsdudragonetdesforcesdumal(Apocalypse19; 20.11-15).
Certains auteurs considèrent que la perspective de l’Apocalypse concernant
Jésus met en évidence la « grande controverse entre le Christ et Satan ». Phlip
Yanceyvadanslemêmesensquandilécrit: r te« Sure,unbébéestné,unroi
l’aappris,unechas débe a une moemcn,éa avtic onsivaine ndra gal ,leic uA .étu
incursion osée par le maître des forces du bien au cœur même du siège du mal
de l’univers ». Le roi, bien sûr, était Hérode, et la poursuite emmena Jésus en
Égypte, des sujets que nous étudierons dans l’Évangile de Mathieu
prochainement.

Seigneur, aide-nous à comprendre ce que tu veux nous dire quand nous étudions
ta Parole. Aide-nous à saisir plus clairement le contexte dans lequel nos lutes
quotidiennessedéroulent.

31

#25

25 JANVIERDieu n’est pas la propriété des membres
d’Église

Aprèslanaisade Jnce , à ésusmeélhteBéduJ ed ae,
magesd'OrientarivèrentàJérusalemetdirent: O
denaître?CarnousavonsvusonétoileenOrient,
prosternerdevantlui.Mathieu2.1,2

uxjoursduroiHérode,des
ùestleroidesJuifsquivient
et nous sommes venus nous

Dieucolhommles et pes, evabarouo scet cecx eui quntsou sauqinnemeva t
dans « l’Église » : c’est une vérité biblique importante. Il en fut ainsi avec les
«magesd’Orient»: ti tneiorp semanevescom h ertuoaves ,ùos t de Perbablemen
une clase de prêtresinstruits dans denombreux domaines commela
philosophie,lamédecineetlessciencesnaturelen ’u Ls.rêts prides intécnpiua x
de ces mages était l’astrologie, une « science » majeure dans le monde ancien,
carel sboejtcfi sed s cdepromdrenlee moc u emom n neye eérédisnoc tiaté
dieux.Ainsi,quandlesmagesvirentcetmire se n ront enoan etéi sltn,eilto éee ut
pourcomprendrecequetoutcelasignfis vano sN uo senait. ntmeteacexs pa
commentilsfirentlelienentrecetasn éipilo e la eettéeiclasancedu«roides
Juifs»,maisplusieursposibliostne vnét ses : touisageabls ,detiu’d troba l àa
captivité à Babylone, les communautés juives s’étaient dispersées partout en
è
Orient. De plus, depuis le 2siècle avant Jésus-Christ, ces Juifs exilés pos ntiedaé
une traduction de la Bible dans la langue grecque universele.Ainsi,leshommes
instruits comme les prêtres avaient probablement accès à l’Ancien Testament. Cet
intérêt pour l’astrologie de la part des mages est souligné par les mots prononcés
par un autre mage païen, relatés dans Nombres 24.17 dans lequel Balam
déclare: d tros ertsa nU epscn ub,coJae « duelae tre s'élève d'Isarlë» . À’lpéqo
naiscoe xttee une mmreuxnombfs c Juiédarnoisc eeitnand ecéJ e,sus ed
prédictionduMesieàvenir.Enraisondecetes épcfa ttneetiqueetdel’atente
plus globale des Juifs concernant la venue d’un Messie Roi, de nombreuses
personnes de l’Empire romain pensaient qu’un grand dirigeant se lèverait en
erè
Palestine. Ainsi, Suétone, un historien romain qui vécut entre le 1 et le 2siècle
aprèsJésus-Christ,écrivit: «Unevieil’s eiatéér tdnapceanie bétn liab ercyo neue
Orient,selonlaqueleilétaitprévuqu’àcetdee qupo éee v nesud sohmmse
Judéedirigentlemonde.» (ViedeVespasien4.5.)De 55-memêa l ,noçaf ( eticaT
120 après Jésus-Christ), un autre historien romain, déclara qu’il existait « une
convictionbienétablie[…]selonlaquele,àceteum péqo et derien l’Oême,tiav
devenirpluspuiser acquérir un empievun s’d shcfe sevaient Orient d entdet a
universel»(Histoires5.13) tap’nseé ot sis’esp à l il rit, nE drag tnaalecqut annn.e
les mages aient suivi l’étoile pour trouver « le roi des Juifs » qui venait de naître.
Enoutre,Dieu,quilesaveritdansunrêvedene pasretournervoirHérode
(Mathieu2.12)esêv resrnceon cec tnal ,eur avait peut-êrt eodnn é’duartteétoile.
NotreDieupeutetveututlipitl seld reum edit rsveçofa ensnnsep uosep reosr s
révélersavéritéquinoussauve.

32

26 JANVIER

#26

Accepter Jésus

Après avoir entendu le roi, ils partirent. Or, l'étoile qu'ils avaient vue en Orient
lesprécédait; arivéeau-desueo uilsud e ,ntfaenl't aiétù les'arêta.Àlavue
de l'étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison,
virent l'enfant avec Marie, sa mère, et tombèrent à ses pieds pour se prosterner
devantlui; lteuins entreri te srosért srueolui islo vufrirentenprésentdel'or,
del'encensetdelamyrap en edruoter sr neh Pe.iu,sd vinimene tavertis en rêve
chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. Mathieu2.9-12

C’était une étoile étonnante. Non seulement elaitparticulièremente ét
brilteanam , ,sitnocriarrtse xua tuamene, eiles étolesedéplaçaittandisqu’ele
conduisait les mages auprès de l’enfant Jésus. Comme l’étoile se déplaçait, il
n’est pas étonnant que certains aient pensé qu’il s’agisaitenréalitéd’ungroupe
d’anges, peut-être les mêmes qui étaient apparus aux bergers.
De plus,cesobservateurs des étoiles del’Orienta ncienfurentbien
évidemmentfascinésparcetoile eq uéit avançai,te t’cse tiasnqui ls’iro tèruv tne
le«roidesJuifs».
Après avoir vu Jésus, ils « tombèrent à ses pieds pour se prosterner devant lui ».
Ce point est esitne eaMeld Évl’gian dels antue ,ih Dix lesdanscar
commandements, Dieu avait ordonné aux Juifs de ne pas se prosterner ni servir
quiquecesoit,sicen’estlui-même(Exode20.3-5).Ensoulignantlefaitqueles
mages se prosternèrent dans un livre écrit pour les Juifs, Mathieuafirmeavec
force que Jésus n’était autre que « Dieu avec nous » (Mathieu1.23).
Les mages ne se contentèrent pas de se prosterner devant Jésus et de l’adorer,
mais ils firent un geste concret : ils lui ofriren tdesprésentsdevaleur.
L’adoration ne se limite pas à l’activité de l’esprit. Au contraire, elesedéroule
dans le cadre de la vie quotidienne tandis que des hommes et des femmes,
suivant l’exemple des mages, se donnent eux-mêmes et donnent leurs richesesà
celui qui « a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique » (Jean3.16).
Lefaitquelesmagesaientofer, sénestà ted srpittan ués J éusarodnoitetcaa’d
tout comme le fait qu’ils se prosternent. De plus, cela permetraitàJosephd’avoir
les moyens d’emmener le jeune roi en Égypte, où il serait en sécurité et protégé
desintentionsmauvaisesd’HérodeleGrand.
Tout ceci a un sens pour nous aujourd’hui. Les mages sont un exemple pour
nous. « Si nous avons donné nos cœurs à Jésus, nous lui apporterons ausinos
dons. À celui qui s’est donné pour nous, nous consacrerons généreusement nos
biensterestreslesplusprécieux,etnosmeilés mcultles enta te safueer
spiritueles»(Jésus-Christ,p.48).

Seigneur, aujourd’hui je veux me consacrer à nouveau à toi.

3

27 JANVIER

#27

Refuser Jésus

Àcetenouvelle re, I ]…ar llbuo[ .éfue trt Hoiodérsemblatouslesgrands
prêtres et les scribes du peuple pour leur demander où devait naître le Christ.
[…] Alors Hérode fit appeler en secret les mages et se fit préciser par eux
l'époquedel'apparitiondel'étoile.Puisillese nvoyaàBethléemendisant:
Alprz drenemrofoitaed eni ssur ses récins p;aftn'lne quandvousl'aureztrouvé,
faites-le-moisavoir,afinquemoiaus ji[ .i ]…t luevaner dternrpsom eneen eiv
Quand Hérode se vit joué par les mages, sa fureur fut extrême; ilfitsupprimer
touslesenfantsdedeuxansetau-desetdanssonousquiétai entàBethléem
teritoire.Mathieu2.3-16

Hérode était « troublé ». Ceci dit, n’importe quel roi aurait éprouvé la même
choseenapprenantlanaisanced’unenfantquialaitocupersontrône.Mais
HérodeleGrandavaitplusderaisonsd’êtrepréocupé,notammentparcequ’il
n’était pas Juif de naises. sdÉmotinahc eedun– bre umIdn éem ,e siacna
Cependant, il était Juif par la religion qu’il profesaitetparsacitoyenneté.De
plus, Rome l’avait nommé roi des Juifs en l’an 37 avant Jésus-Christ. Pour être
mieuxac ,enoreda avanti ,éHé Mariamit épousuqi’fi svure logé paepts Jur le
l’hértièredelignéejuiveroyale.
En réalité, Hérode éprouvait un grand sentiment d’insécurité. Il avait une
véritable soif de pouvoir et était très soupçonneux. Tout ceci faisait de lui un
hommeimpitoyablequandilsentaitquesapostiacsue n.eétn osemit ai
Tous ceux qui osaient menacer Hérode étaient rapidement éliminés. Ainsi, peu
detempsaprèsavoiracoroHé def-uaeb nos à édrut dstat le rèreer ,rptêna-d erg
fit en sorte qu’il se noie « acidentel. end siicalsi uapena salp emtn» d
Mariamne, son épouse préférée, partagea le sort de son frère quand Hérode la
soupçonna de comploter contre lui. Encore en raison de ses craintes, Hérode fit
tuer deux de ses fils. Cinq jours avant sa mort (à peu près à l’époque de la
nais àl rap nos emêm u nrtioismè eifls, son aîné, etcnaed eséJ ,)sul it fiécexerut
hértier.L’empereurromainAugusteafle qu’irmaoi m dns éilittaê’d ertegnaxuer
cochond’Hérodequesonfils.
C’était donc un roi qui ne supportait aucune remise en cause de son autorité.
Or,c’estsurleter tia onnas étu’ilnt qI lus.s tap’nse qde nueuiaqJét iriot’d eoréH
été « troublé » lorsque les mages lui posèrent la question : « Où est le roi des
Juifsquivientdenaître?»(Mathieu2.2).Demême,iln’estpassurprenantqu’il
aitfaittuertouslesenfantsmâlesdeBethléem demoinsdedeuxansdansle
désird’éliminerunrivalpotentiel.
Ainsi,lesmagesréagirentdefaçonpostivl’ane à eedoncnanil asancede
Jésus, mais ce ne fut pas le cas d’Hérode. Après tout, en chacun de nous se
trouve un Hérode qui veut être le roi ou la reine de notre vie.

34

28 JANVIER

#28

Une troisième façon de réagir

À cetenouvelaveclui.Ile,leroiHérodefuttroublé,ettou tJérusalem
rasmadeernd uelp eoprul ue rles scribes du pt eestrrê pdsanrg sel suot albme
oùdevaitnaîtreleChrist.Ilsluidirent: ec icio a iuqdéJue d var ce, ÀélmeeBht
étéécritparl'entremiseduprophète.Mathieu2.3-5

Unetroisièmefaçondesepostim neitnoén eadsnport à Jésus estorennrap par
l’épisodedesmagesrelatédansMathieu2: cels juchefdes e .sfiaM thieunous
ditque «toutJérusalem» fut«troublé» parl’arrivée desmages,leurs
déclarationsetleursquestionsconcernantlanaisancedu«roidesJuifs».Les
chefsjuifscomprirentl’importancedelamisuf te segam sed des leabap cntre ion
direque,selonMichée5.2,leMesiavean td eilhsl eItomn. éceirenîat B àsaient
leurBibleetsesprédictionsmesl sap til ed nu’anorgn’ita’é nceinaqieu.sL eurs
défauts.
Mais la grande tragédie de l’histoire des mages est que les chefs juifs étaient
manifestement « troublés », car ils avaient peur de ce qu’Hérode pouvait faire,
plutôtqued’êtreheureuxdesavoirqueleMes peutaitre nt-êta.éM é eithieu
souligne qu’ils réagirent avec une grande indifréneal e nnonce dce à l’a
nais taprineerdns e, alléemBeths à iv al euq sronad ecIl. nes Chu strilenese
trouvait qu’à une douzaine de kilomètres de Jérusalem. Ils n’exprimèrent aucun
sentiment de crainte ou de haine vis-à-vis d’Hérode et ne s’intéresèrentpasnon
plus aux mages venus adorer l’enfant Jésus. Ils n'étaient tout simplement pas
intéresés.
Ainsi,l’épisodedesmagesdanslerécitdeMatseré pusnou iehsnoçaf siort etn
deréagirvis-à-visdeJésus: io vntle rleetejoitate n’l ,rodadnil i’férence.Cesujet
n’estpasuniquementtraitédansMatn tn suohei u.2A uoctnarire, la façon do
nous situons par rapport à Jésus est un thème commun aux trois Évangiles. Par
aileurs,l’ar.stiahC nucuojuot esivid sués Jdee véinolfsec etd suicet sens es grs l
de nous doit réagir aux enseignements de Jésus, à sa vie et ses déclarations par
(1) la louange et l’adoration, (2) le rejet et l’oppostion,ou(3)l’indiférence.L’un
desparadoxesassn à lciésoircnudP un e aevqut esx ai pdee oitaralcéd ses e
continuent à séparer les gens suivant ces trois catégories, tandis que le grand
conflit entre le Christ et Satan se poursuit dans la vie des hommes et des femmes
dumondeentier,degénérationengénération.
Nous devons prendre ces sujets au sérieux. Après tout, l’expérience des chefs
juifs montre que le fait d’appartenir à l’Église ou de faire partie de ses dirigeants
nesignfieuDic ve aIl. snemoemela r gès que paus se nocordeàchacund’entre
nouslalibertédenouspostisuon el luov snoneoncor e mmes oi d« r sud-àiviv-s
Juifs».

35

29 JANVIER

#29

Première visite au temple

Et,quandlesjoursdeleurpurificationfurentacomplisselonlaloideMoïse,ils
l'amenèrentàJérusalem pourleprésenterauSeigneur[…]etpourofrir[un]
sacrfi il Or,ce.uras àéJia t yva et hommemeomu dm le hunoémiC .n monS ed
étaitjusteetpieux; ilat ,tearlëpsirl E'int t Sat suétaine r al tiadatolnscoIsd'n io
lui. Il avait été divinement averti, par l'Esprit Saint, qu'il ne veraitpaslamort
avantd'avoirvuleChristduSeigneur.Luc2.22-26

Jésusetsafamileétaientjuifs.Donc,lafamillturso ceueavtisbrel iol selesque
lui-même avait données à Moïse environ 1 500 ans auparavant. Environ un mois
après sa circoncision – acomiepl el tuhième journaiaprès sasance,
(Luc2.21)–,lafamil detroppa’l suséJ ede Jple tema au rap uolamerésucomplir
certainescérémoniesliéesàlapurfi al à tearcésnoce dontin soaction de sa mère
fils premier-né. La visite au temple eut lieu sans aucun doute avant l’arivéedes
mages, car les parents n’auraient pas pris le risque de provoquer la colère
d’Hérode.Deplus,ilsquitèrent Betmeneidta te ptespre quméimeélhop ml ruygÉ’
aprèsledépartdesmages.
Au cours de leur visite au temple, ils rencontrèrent Siméon, un homme pieux
quiappartenaitau reste desJuifsquiétudiaientfidèlementlesprophéties
concernant le Mes( «alc noosalitieennAuté iaidua t donsr’Il aë. »)sices
prophéties,etelepasrap tnalmet ,elpu dserueh sel snad ndet aiseeubrom
Libérateuràtousceuxquivoulaientl’écouter(versets36-38).
Siméon était un homme à part, dans la mesure où Dieu lui avait dit qu’il ne
mourait pas avan t’dvaio ruvl e’Jét annfua Qs.suel li dnrvuocéd il lit, nit,e bé
soulignant que désormais il avait vu le « salut de Dieu » (verset30)aier sui tqnu e
« lumière pour la révélation aux nations » et une « gloire » pour le peuple
d’Israël(verset32)isnia tnnoémiS ,. laar pEnseJ iusfq iu ,al se démarquait d
plupart du temps, aspiraient à la venue de leur propre libérateur, et non du
Sauveur du peuple. Mais dans les paroles de Siméon, nous découvrons que, dès
sanaisance,l’incarnationdeJésuspermetrl’exait oi niptauo,sedt l àfoa dis es
JuifsetdesGentils.
Ceci est une leçon importante pour nous. En tant que membres d’une certaine
partiedelafamilouvous ponsins cd ee ,oniDuepp ausnot,entiaruq reréd suséJ e
ainsi qu’à ceux qui pensent et croient la même chose que nous. Nous avons
tendance à le voir comme notre Sauveur. Mais les paroles de Siméon nous
rappel iuq xuea’lenqut eéJus sse telS auveur de tous cceptentetquiaceptent
son œuvre à la croix. Siméon souligna que Jésus était là pour la chute ou le
relèvement(verset34)debeaucoup.C’estuneparoledure.Wilyiam Barcla
insistesurcepointenafie Dnttajui quu ’n eC « sap tsent :irmaegl h’moem .
L’homme se juge lui-même et ce jugement est sa réaction face à Jésus-Christ. »

36

30 JANVIER

#30

Sa tête mise à prix

Après leur départ [les mages], l'ange du Seigneur apparut en rêve à Joseph et
dit : Lève-toi, prends l'enfant et sa mère, fuis en Égypte et restes-y jusqu'à
nouvel ordre ; car Hérode va rechercher l'enfant pour le faire disparaître.
Mathieu2.13

Désormais, l’ombre de la croix plane sur l’histoire de Jésus. Jésus est venu dans
cemondeavecuneépéedeDamoclèsau-deseds u smeat i.a Safê tlequita
Bethléem àtempspouréviterlestueursàgagesd’Hérode.Unhommequi
n’hésitaitpasàfaireasasinersaproprefamilon dé,ac ntna s’ies ne lesm neatti
desordressursonlitdemortpourquedesnotable sdeJérusalemsoientmisà
mort afin qu’il y ait des pleurs lors de ses funérailes,n’auraitpasréfléchiàdeux
fois avant de tuer quelques dizaines de nouveau-nés, au cas où l’un d’entre eux
pouraitêtrelefuturroi.
Certaines personnes vivent une enfance heureuse et tranquile.Telnefutpasle
casdeJésus.Ilnaquitdansunerégiondumondedificile,àuneépoque
caractérisée par les troubles, la peur et la violence. Comme le souligne Nicolas
Wright, « avant même que le Prince de paix apprenne à marcher et à parler,
c’était un réfugié sans abri dont la tête était mise à prix ».
C'était la façon dont Dieu voulait libérer son peuple et faire régner la justice
danslemonde.NicolasWrightpoursuitendisant: el nsdae vrvit aiuvlIn eop «
confort, alors que le monde était dans la misère ; il ne pouvait avoir une vie
facile,alorsquelemondesouf! eci’S se lmE tnuma, elria tedv oielnce et d’injusti
Dieu avec nous, il doit être avec nous là où nous soufrons».
Fuir en Égypte lors de périodes troublées était une tradtionancienneparmiles
Israélites,commel’atrahad’Ab de m etl seettnti sr céta é itesesoJ .hpgÉ’Letpy
l’endroit le plus sûr. Par conséquent, du temps de Jésus, des colonies de Juifs
s’étaient formées partout en Égypte, et un miled niuJ à oiouvaientfs se tr
Alexandrie.Ainsi,quandlafamiledeJésusare ,Égn teypi evalenesesenitpas
isoléeaumlieud’étrangers.
Aprèslamortd’Hérode,Josephramenasafamil, e en Israël,iam à sazaNhter
carunangel’averitfils du érod d’H ejuteuas (Mathieu2.19-23).
Nazareth,unevilepeiteetinsignfiieu pour. Quel l relR ioy é elev es detna
rois!Ce n’étaitpasun lieu prestigieux comme Jérusalem niunendroit
mestelheé.mN taahanël se demanda unaniueiqom c Bmeis ruoj euqleuq seho c
debonpouvaitvenirdeNazareth(Jean1.46).
Souvent, nous sommes tentés de nous plaindre de ce que la vie nous apporte.
Parfois, nous nous apitoyons sur nous-mêmes à cause des injustices de la vie.
Lorsquecelavousarsus, qui s’est fel seyxuv re séJ, veiz neurto tiammohop e ru
qu’unjournouspuiseritér hnsio sed emuayor ud x.cieu

37