Manuel des probabilités ou Mathématiques de l'incertain

-

Livres
505 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce manuel présente les aspects pratiques de l'analyse des données et les aspects théoriques des probabilités. Cela permet à la fois de comprendre les phénomènes observés, d'en déduire une prévision et ainsi de se projeter vers l'avenir avec un maximum de sécurité. Les méthodes proposées s'appliquent aussi bien aux sciences humaines qu'aux sciences biologiques et médicales et sont mises en pratique à l'aide de nombreux exercices corrigés.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2014
Nombre de lectures 23
EAN13 9782336360430
Langue Français
Poids de l'ouvrage 10 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
JeanClaude LALOIRE
MANUEL DES PROBABILITÉS ou MATHÉMATIQUES DE L’INCERTAIN
Préface de Michel Delecroix Directeur de l’I.S.U.P.U.P.M.C.
Manuel des probabibités ou Mathématiques de l’incertain
© L’HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Pariswww.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04627-3 EAN : 9782343046273
Jean-Claude LALOIREManuel des probabibités ou Mathématiques de l’incertain * Statistique descriptive / Calcul des probabilités Préface de Michel Delecroix Directeur de l’I.S.U.P.-U.P.M.C. L’HARMATTAN
2XYUDJHV GX PrPH DXWHXU
0DWKpPDWLTXHV
0pWKRGHVGXWUDLWHPHQWGHVFKURQLTXHV &ROOHFWLRQ &,52 &HQWUH ,QWHUDUPpHV GH 5HFKHUFKH 2SpUDWLRQQHOOH   S '812' 
'LFWLRQQDLUHV
'LFWLRQQDLUHPpGLFDOGHVRSpUDWLRQVKXPDQLWDLUHV HWGHVRXWLHQGH ODSDL[² DQJODLVIUDQoDLV  S /$ 0$,621 '8 IUDQoDLVDQJODLV ',&7,211$,5(  'LFWLRQQDLUH GHV 7pOpFRPPXQLFDWLRQV HW GH O·,QIRUPDWLTXH DSSOLTXpHVjOD'pIHQVHIUDQoDLVDQJODLV ² DQJODLVIUDQoDLV 7RPH   IUDQoDLVDQJODLV  S  7RPH   DQJODLVIUDQoDLV  S /·+$50$77$1  'LFWLRQQDLUH GX *pQLH 7RPH   IUDQoDLVDQJODLVDOOHPDQG  S  7RPH   DQJODLVIUDQoDLVDOOHPDQG  S  7RPH   DOOHPDQGIUDQoDLVDQJODLV  S /·+$50$77$1  'LFWLRQQDLUHGH/RJLVWLTXHFLYLOHHWPLOLWDLUH 7RPH  IUDQoDLVDQJODLV  S  7RPH   DQJODLVIUDQoDLV  S /·+$50$77$1  'LFWLRQQDLUHGHVPHQDFHVFRQWHPSRUDLQHV GH OHXUSUpYHQWLRQHWGH OHXUWUDLWHPHQW IUDQoDLVDQJODLV ² DQJODLVIUDQoDLV 7RPH   IUDQoDLVDQJODLV  S  7RPH   DQJODLVIUDQoDLV  S /·+$50$77$1 
+LVWRLUH PLOLWDLUH
+LVWRULTXH GH O·$UWLOOHULH GH 0DULQH HW GHODFRORQLVDWLRQ IUDQoDLVH  S /·+$50$77$1 
­ PRQ pSRXVH /DXUHeYHO\QH
PRÉFACE du « MANUEL DES PROBABILITÉS »
Mr Jean-Claude Laloire fait partie de la promotion 1968 de l’I.S.U.P.. En tant que directeur de cette école, à lire son curriculum vitae actuel, je ne puis que me réjouir du fait que son séjour s’y soit clairement, au vu de sa carrière, révélé plus que fructueux !
J-C. Laloire a en effet su magnifier les connaissances acquises pendant son séjour à l’I.S.U.P., puisqu’il les a largement transmises dans deux des domaines de la formation qu’il avait reçue, la statistique descriptive, fondement de tout traitement de données, et le calcul des probabilités, base des « modélisations aléatoires », qui ont connu un développement explosif ces dernières années : il a assumé pendant vingt ans le rôle de professeur au C.N.E.D. pour les élèves des classes préparatoires aux grandes écoles de commerce, classes qu’il connaissait d’autant mieux qu’il avait lui-même suivi les cours de l’E.S.S.E.C.. Ce rôle d’enseignant ne l’a au demeurant nullement empêché de mener par ailleurs de nombreuses fonctions de direction financière en entreprise, et, fait plus rare, de traducteur auprès des forces armées, toutes tâches qui l’ont par la suite éloigné de ses cours.
Les cours d’initiation à la statistique et aux probabilités ne manquent pas. Beaucoup sont hélas, selon moi, ou trop « mathématisés », noyant les idées essentielles à l’intérieur d’une lourde machinerie formelle, ou, suivant certaines tendances du jour, « intuitifs » jusqu’à craindre de proposer définitions exactes et démonstrations. Le cours qu’avait mis au point J.C. Laloire pour ses élèves du C.N.E.D. apparaît par contre être un cours de base complet, pratique, synthétique, et lisible, sur lequel peuvent toujours s’appuyer les étudiants désireux d’utiliser statistiques et probabilité au démarrage de leurs études d’économie, commerce, ou finance. Il est bâti en séquences successives qui s’enchaînent logiquement, par difficultés d’ordre croissant : séries statistiques, espaces probabilisés, variables aléatoires réelles, vecteurs aléatoires. En bref, il procure l’essentiel.
Il m’apparaît donc très légitime que ce cours, autrefois réservé aux élèves inscrits au C.N.E.D. soit finalement édité, selon le souhait de J-C. Laloire, pour être ainsi proposé à un public étudiant beaucoup plus large. Je ne puis que m’en féliciter, heureux de voir qu’un ancien élève de l’école que je dirige actuellement ait si bien profité des enseignements qui lui furent prodigués par mes prédécesseurs. Gageons que le nouveau manuel ainsi proposé trouvera sur le marché la place qu’il mérite !

Michel Delecroix
Directeur de l’I.S.U.P.-U.P.M.C.
, 2EMHW GX FRXUV
&216(,/6 *e1e5$8;
&H FRXUV VH SODFH GDQV O·HQVHPEOH GHV FRXUV GH PDWKpPDWLTXHV j F{Wp GH O·DOJqEUH GH O·DOJqEUH OLQpDLUH HW GH O·DQDO\VH
&H PDQXHO GH PDWKpPDWLTXHV SUpVHQWH GHX[ JUDQGHV RULJLQDOLWpV GDQV VD SUpVHQWDWLRQ G·RXWLOV G·DQDO\VH HW GH SUpYLVLRQ  ¾'·XQH SDUW XQH DSSURFKH FRQFUqWH HW SUDJPDWLTXH VH UDSSRUWDQW j O·DQDO\VH ¾'·DXWUH SDUW XQH DSSURFKH LQWXLWLYH SXLV WKpRULTXH VH UDSSRUWDQW j OD SUpYLVLRQ
$LQVL FKDFXQH GH FHV DSSURFKHV SHXW rWUH HQYLVDJpH VHORQ OHV EHVRLQV HW OHV GpVLUV GH FKDTXH OHFWHXU
VpSDUpPHQW
$LQVL WRXW OHFWHXU TXL UHFKHUFKH XQ RXWLO SRXU O·DSSOLTXHU GDQV VRQ WUDYDLO SURIHVVLRQQHO GDQV OH GRPDLQH GH O·DQDO\VH HW GH OD SUpYLVLRQ SRXUUD FRPPHQFHU SDU XQH DSSURFKH SUDJPDWLTXH DFTXpULU OHV RXWLOV LQGLVSHQVDEOHV HW V·LO OH VRXKDLWH DERUGHU HQVXLWH XQH DSSURFKH LQWXLWLYH SXLV XQH DSSURFKH WKpRULTXH FH TXL OXL SHUPHWWUD GH UHOLHU WRXV FHV RXWLOV HQWUH HX[ GH PDQLqUH FRKpUHQWH GDQV VRQ HVSULW
/·HQVHPEOH GH FHV QRWLRQV HVW SUpVHQWp HQ  SDUWLHV  ¾G·XQH SDUW OD VWDWLVWLTXH GHVFULSWLYH  oVRQ REMHW HVW O·pWXGH GH GLVWULEXWLRQV HPSLULTXHV VH UDSSRUWDQW j XQ SKpQRPqQH GpWHUPLQp  LO V·DJLW GH UHFXHLOOLU GHV GRQQpHV OH SOXV VRXYHQW QRPEUHXVHV G·RUJDQLVHU OHXU SUpVHQWDWLRQ SXLV GH OHV UpVXPHU j O·DLGH G·XQ FHUWDLQ QRPEUH GH SDUDPqWUHV FDUDFWpULVWLTXHV o/HV VpULHV VWDWLVWLTXHV j XQ FDUDFWqUH HW OHV VpULHV VWDWLVWLTXHV j GHX[ FDUDFWqUHV TXL FRQVWLWXHQW OD VWDWLVWLTXH GHVFULSWLYH SHUPHWWHQW GH UpVXPHU GHV SKpQRPqQHV REVHUYpV SDU GHV JUDQGHXUV REMHFWLYHV FDUDFWpULVDQW OD YDOHXU © PR\HQQH ª GHV GRQQpHV UHFXHLOOLHV OD SOXV RX PRLQV JUDQGH LPSRUWDQFH GH OHXU © GLVSHUVLRQ ª DXWRXU GH FHWWH YDOHXU PR\HQQH OHXU © FRQFHQWUDWLRQ ª pJDOHPHQW UpSDUWLH RX QRQ HWF« o&HV SDUDPqWUHV SHUPHWWURQW pJDOHPHQW GH SRXYRLU FRPSDUHU SOXVLHXUV VpULHV GH GRQQpHV HQWUH HOOHV