//img.uscri.be/pth/b61c077985ac42a153c0e821b45fe9acc6b86c09

Mayas

-

Livres
332 pages

Description

Nés de la civilisation du maïs, les Mayas ont produit une écriture logosyllabique qui restera inégalée par les autres peuples, Olmèques, Zapotèques, Aztèques,Toltèques... Sur la surface d'écriture, quelques centaines de glyphes codent des syllabes ou des morphèmes, et [ra]comptent le nombre et la parole. Grâce au progrès du déchiffrage, ce livre fait découvrir, directement dans les textes, une tradition littéraire qui a laissé des milliers d'inscriptions et des centaines de pages, toutes truffées de savantes équations qui renvoient à la création des hommes de maïs.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 2018
Nombre de lectures 5
EAN13 9782140054587
Langue Français
Signaler un abus
André CAUTY
UnMe forêt deAchiffresYpour[rAa]comptSer
Préface de Jean-Michel HOPPAN
MAYAS Une forêt de chiffres pour[ra]compter
Recherches Amériques latines Collection dirigée par Denis Rolland et Joëlle Chassin La collectionRecherches Amériques latinespublie des travaux de recherche de toutes disciplines scientifiques sur cet espace qui s’étend du Mexique et des Caraïbes à l’Argentine et au Chili. Dernières parutions Jean-Pierre TARDIEU,Esclaves et affranchis dans la vice-royauté du Pérou. L’impossible vie affective et sexuelle (XVIe-XVIIIe s.), 2017. Denis ROBERGE,Signification et fonction des jeux dans le Pérou préhispanique et colonial, 2017. Marianne BOSCHER-GONTIER, Mathieu VICENS,Paroles d’exil. Treize auteurs latino-américains témoignent, 2017. Daniel Emilio ROJAS,Amérique latine globale. Histoire connectée, globale et internationale, 2017. Céline GEFFROY,Jeux de mort. Ivresse et rites funéraires dans les Andes boliviennes, 2017. Danielle CAVALERI,Traditions textiles maya du Yucatán (Mexique XXIe siècle). Usages rituels et codes symboliques, 2017. Charlotte PUJOL, Emilie DORÉ, Félicie DROUILLEAU, Susana VILLAFUERTE,Les Amériques créatives. Regards croisés sur les discours et les pratiques, 2017. Maria Luiza TUCCI CARNEIRO,Le Brésil face à l’holocauste et aux réfugiés juifs (1933-1948), 2016. Charles LANCHA,L’Argentine des Kirchner (2003-2015). Une décennie gagnée ?, 2016. Antoine FAURE, Franck GAUDICHAUD, Maria Cosette GODOY H.,Chili actuel : gouverner et résister dans une société néolibérale, 2016. Charlie DAMOUR,La mort et le désir d’immortalité dans l’œuvre de Gabriel Garcia Marquez, 2016. e Eliott MOURIER,siècle. LesÉtat et Églises dans le Brésil du XXI partenariats Public-Religieux, 2016. Julieta QUIROS,La politique vécue. Péronisme et mouvements sociaux dans l’Argentine contemporaine, 2016. Beatriz PALAZUELOS,Acapulco et le galion de Manille. La réalité e quotidienne d’un port au XVII siècle, 2016. Eric TALADOIRE,Les contre-guérillas françaises dans les Terres Chaudes du e Mexique (1862-1867). Des forces spéciales au XIX siècle, 2016. Sergio Javier VILLASENOR BAYARDO,Vers une éthnopsychiatrie mexicaine. La médecine traditionnelle dans une communauté nahua du Guerrero, 2016.
André CAUTY MAYAS Une forêt de chiffres pour[ra]compterPréface de Jean-Michel HOPPAN
Du même auteur Cauty, A., 2013,du temps, du calendrier et du zéro maya, Multiversalité Chantiers Amerindia, 36-1, Paris, Association d’Ethnolinguistique Amérindienne, 223 p. Articles dansAmerindia, revue d’ethnolinguistique amérindienne, A.E.A. – SeDyL/CELIA, 7 rue Guy Môquet 94800 Villejuif, France. Amerindia, 3, 1978, An approach to the phonological and syllabic systems of the Panare language (Venezuela), p. 85-103, pdf. Amerindia, 7, 1982, De l'art délectable mais difficile d'entendre les coups de glotte panare, p. 39-54, pdf. Amerindia, 9, 1984, Taxinomie, syntaxe etéconomie des numérations parlées (1), p. 111-146, pdf. Amerindia, 11, 1986, Des nombres sans frontière pour une éducation contre l'ethnocide, p. 81-86, pdf. Amerindia, 11, 1986, Taxinomie, syntaxe et économie des numérations parlées (2), p.87-143, pdf. Amerindia, 13, 1988, Sémantique de la mise en signes du nombre : Une vision ordinale, p. 43-74, pdf. Amerindia, 15, 1990, Trillos Amaya M. (coauteure), De certaines solutions au problème de la néonumération, p. 95-122, pdf. Amerindia, 16, 1991, L'allatif, le sociatif... et le pied. Changement de type sémiotique en numération parlée chibcha, p. 17-62, pdf. Amerindia, 17, 1992, Regards croisés sur la droite réelle : quelle concrétisation des ensembles de nombres pour l'éducation bilingue amérindienne ?, p. 173-180, pdf. Amerindia, 22, 1997, de Pury S. (coauteure), Pour étudier une langue, prenez-en deux / Para estudiar una lengua, tome dos, p. I-III/IV-VI. Amerindia, 23, 1998, Lire et faire parler un texte : Par qui et comment les pages 24 à 29 du Codex de Dresde peuvent-elles être traduites ?, p. 139-172, pdf.
Articles dansFaits de langues, Ophrys 10 rue de Nesle, 75006 Paris Faits de Langues, 2002,Le type protractif des numérations de l’aire maya, p. 85-93. Faits de Langues, 2002, Hoppan, J.-M. (coauteur), Action//interactions à l’œuvre dans la cogenèse maya des nombres, des numérations et du comput, p. 95-126. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12359-2 EAN : 9782343123592
À CELLES ET CEUX QUI M’ONT SOUTENU…
Ce livre est dédié à la mémoire d’André et de Laurence Lentin qui m’ont donné le goût d’entendre les langues indigènes et les jargons mathématiques, de déchiffrer les textes mayas, et de suivre les premiers pas de l’enfant qui se construit en traçant son chemin dans le monde des signes des adultes. Il est aussi dédié à Bernard Pottier et son équipe, à Antoine Culioli et Jean-Pierre Desclés qui surent accueillir un jeune mathématicien qui revenait de l’Orénoque sans encore avoir obtenu les diplômes et gagné les concours qui le sacrèrent linguiste et épistémologue. Avec gratitude pour les amis et les collègues qui me guidèrent dans la complexité et les subtilités des langues des peuples indigènes d’Amérique et d’Afrique : Marina Besada, Guy Buchholtzer, Jean-Pierre Caprile, Elsa Gomez, Jon Landaburu, Michel Launey, Nietta Lindenberg, Marie-Claude Muller, Marie-France Patte, Perla Petrich, Sybille de Pury, Francisco Queixalos, Gérald Taylor, Valentina Vapnarsky. Un merci tout spécial aux membres de l’union Uk'ux B'e avec qui je partage et "dispute" les résultats et les conjectures qui font entrer dans l’intelligence arithmétique maya. Ma reconnaissance s’adresse spécialement à ceux qui m’ont instruit dans l’art des écritures de la Mésoamérique précolombienne : Michel Davoust, Jean-Michel Hoppan, et Marc Thouvenot. Un merci enfin à ceux qui m’incitèrent à combattre l’"analphabétisme mathématique", à promouvoir partout une "éducation contre l’ethnocide", ou qui me firent partager les solutions – venues de la Mésopotamie, de la Chine, de l’Inde, ou des mondes juifs et arabes – des problèmes de numération, de nombre et de calendrier : Evelyne Barbin, Jean Benabou, Jean Dhombres, Pierre Sylvain Filliozat, Olivier Keller, Tony Lévy, Jean-Claude Martzloff, Jean-Paul Parisot, James Ritter. Un très affectueux "merci, Myriem", à mon artiste de fille qui a redessiné, sous le regard expert de Jean-Michel Hoppan, la plupart des figures de cet ouvrage. André Cauty, juin 2015
Kerr 578 Kerr 1453 Figure 1.Coquille, couteau et roi assis : images des zéros
PRÉFACE
Les découvertes faites depuis maintenant quelques siècles par l'archéologie ont actuellement conduit les sciences humaines à reconnaître unanimement que l'origine de ce type d'organisation des sociétés, appelé 'civilisation' et consacrant aujourd'hui plus que jamais l’emprise de la mondialisation et de la centralisation, est à la fois multiple et univoque. En effet, une multiplicité croissante de ses fruits, qui peuvent volontiers se montrer antagonistes, continue de prospérer dans une humanité qui par ailleurs s'est grandement laissé formater dans le cadre d'une interconnexion sans précédent entre les individus, cela ayant abouti à une diffusion aussi planétaire que profonde de traits fréquemment issus des principales cultures de l'Europe occidentale. Il y a quelques millénaires, les prémices de ce qui a donné forme à cette réalité n'ont pas non plus eu lieu une seule fois et en un seul endroit, sous l'égide d'un peuple prédestiné, mais (d'une façon analogue) en plusieurs parties du monde, dotées de divers types d'environnement, du moment que des concentrations de population y ont atteint une masse susceptible de poser des problèmes d'un genre inédit, tels que la gestion de la (non-)communication avec les congénères partageant la même communauté ou celle des conflits et des ressources, en particulier de l'eau. e e Cela s'est produit aux IV et III millénaires avant J.-C. dans l'ouest de l'"ancien Monde", d'abord dans le bassin des fleuves Euphrate et Tigre, puis très vite en direction de celui du Nil, de l'Indus et ensuite les îles de la mer e Égée en Grèce, tandis que ce fut au II millénaire avant J.-C. dans l'est (depuis le bassin du Fleuve Jaune, en Chine) et au millénaire suivant dans le "Nouveau Monde" mais, à chaque fois, c'est bien l'agriculture céréalière (des "blés" à l'ouest, du millet puis du riz à l'est, et du maïs en Amérique) ainsi que l'accumulation des réserves alimentaires que ce type d'agriculture rend possible qui, à terme, a permis l’accomplissement de ces prémices. La fécondité humaine décuplée par des millénaires de sédentarisation permanente a fait le reste... Dès lors que la conjonction de ces conditions nécessaires a enclenché le démarrage des mécanismes qui allaient mettre ces développements en œuvre, ont partout été engendrés (sous des formes certes multiples) vie