Réflexions spéculatives sur nos sciences

-

Livres
246 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Nous ne dominons pas nos pensées spontanées pour comprendre la signification complète de nos paroles et des écrits. Leurs contenus sont cachés dans leurs formes d'expression. La conscientisation volontaire nous permet de repartir individuellement à la recherche de nous-mêmes. Entre la parole – hypothèse servant à la compréhension de nos informations – et l'écriture, celle-ci devient de plus en plus déterminante dans la conscientisation. Elle nous évite l'apprentissage par répétitions et le retour facile ("le feed-back") sur nos pensées dans le temps. Dans ce prolongement direct de sa réflexion entamée dans "Une histoire de conscientisation", Gabriel Bardos s'attache à appréhender en profondeur nos comportements, nos programmations, nos philosophies et le phénomène de compréhension biologique. Un voyage fascinant au cœur de l'âme humaine.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 septembre 2013
Nombre de lectures 28
EAN13 9782342012293
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Réflexions spéculatives sur nos sciences
Du même auteur
Réflexion sur la pédagogie de l’architecture, Éditions Publibook, 2011. Une histoire de conscientisation, Éditions Publibook, 2012.
Gabriel Bardos Réflexions spéculatives sur nos sciences
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0118554.000.R.P.2013.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2013
Retrouvez l’auteur sur son site Internet : http://gabriel-bardos.publibook.com
Avant-propos Ce livre est le résultat de mes études universitaires et autodidactes rédigées sous forme de réactions personnelles aux différents articles et livres scientifiques qui m’ont in-fluencé et qui ont structuré mes pensées avec une « cohérence » avant que je ne les écrive. C’est aussi une évidence que je ne pouvais pas consciemment la penser et l’intégrer à tout moment de leurs rédactions. Je devais avoir une vision « cohérente » de l’assemblage de mes idées que la conscience seule ne peut pas encore résoudre, mais ensemble l’instinct, l’inspiration plus les savoirs ap-pris le peuvent. La conception de nos philosophies s’est traduite dans notre vision globale du monde et se structurait dans notre mentalité en fonction de nos savoirs assimilés en nous-mêmes. Elle prend une forme figée ou une sorte d’autonomie dans les écritures et rentre automatiquement dans le patrimoine scientifique des études des phénomènes et devient accessible à tous ceux qui prennent la peine de les étudier pour comprendre. Il devient en même temps le contenu de nos« connaissances », comme si nous avions hérité, c’est-à-dire comme si « nous étions nés avec ». J’avais fusionné mes notes morcelées et parcellisées dans un document sous les cinq thèmes qui donnait le titre d’un chapitre et en même temps, je cherchais à y intégrer des idées ambivalentes et des « reflets de mes comporte-ments », sans tenir compte de leur chronologie. J’ai dû donc « corriger » mes propres textes avec cette « cohé-rence » de « ma » philosophie, comme s’ils étaient d’une « écriture automatique ».
9
Revenant sur les mêmes idées régulièrement, j’ai dé-couvert qu’il s’agissait d’un travail de transformation mentale dans ma vision globale des phénomènes et de l’interprétation de l’ensemble de mes croyances, de mes expériences antérieures. Ce document était fusionné dans un volume en 2008-2009 et c’est en le préparant pour le faire publier que j’essayais d’introduire les changements opérés dans ma vision globale du monde qui se sont pro-duits en actualisant les modifications de mes idées sur la vie sociale. C’est à la relecture des textes que je me rendais compte d’une nouvelle écriture des passages spécialisés comme « l’impact de l’affectif et de l’intellectuel dans nos pen-sées », pour être « plus conforme » à mes convictions d’aujourd’hui. Cette découverte m’a conduit à la compréhension de ma pratique qui se prête idéalement à l’auto-pédagogie obligatoire aux chercheurs scientifiques, c’est-à-dire à la transformation du contenu de l’affectif personnel à l’intellectuel collectif. En même temps, mes yeux s’ouvraient davantage et comprenaient « mieux » ce que j’avais appris et compris auparavant par les textes scientifiques des différentes dis-ciplines parcellisées des sciences humaines, comme de la psychologie, bio-sociologie, philosophie, santé, etc. Au-jourd’hui, je comprends que l’écriture contribue à la génération de la pensée de l’individu et de sa conscience de la même manière que les nombreuses évidences qui vivent en nous, sans jamais les expliciter dans nos raison-nements. En pratique, je fixe le titre des chapitres sous lequel je classe les sous-chapitres, un peu indépendants par rapport aux articles déjà présents, en amont ou en aval d’une com-préhension hypothétique de l’évolution de la science en question. Curieusement, je découvre que les paragraphes rédigés s’insérèrent mieux en avant des anciens, c’est-à-
10