Chronique du 14 octobre

-

Livres
27 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de visites sur la page 12
EAN13 9782366020830
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
P 14 ETITE CHRONIQUE DU OCTOBRE
Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.
Éditions Chronique
© Éditions Chronique, Paris 2013, pour la présente édition.
L'œuvre présente sur le fichier que vous venez d'acquérir est protégée par le droit d'auteur.
Toute copie ou utilisation autre que personnelle constituera une contrefaçon et sera susceptible d'entraîner des poursuites civiles et pénales.
EAN : 9782366020830
Éditions Chronique Mediatoon Licensing 15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris E-mail :contact@editions-chronique.com Site Internet :http://www.editions-chronique.com
1964 - N K IKITA HROUCHTCHEV EST LIMOGÉ
Moscou, URSS
Un complet changement à la tête de l'État et du PCUS, le Parti communiste d'Union soviétique, au milieu du mois d'octobre, surprend autant l'Est que l'Ouest. Le chef du gouvernement soviétique et du PCUS, Nikita Sergueïevitch Khrouchtchev, membre du comité central du Parti depuis 1952, premier secrétaire du comité central du Parti communiste soviétique depuis 1953 et président, depuis mars 1958, du Conseil ministériel, c'est-à-dire le gouvernement, a été démis de toutes ses fonctions par le plénum du comité central le 14 octobre et par le présidium du Soviet suprême le 15 octobre. Son successeur à la tête du gouvernement est Alexeï Nikolaïevitch Kossyguine ; le nouveau secrétaire du comité central, et donc le chef du Parti, est Leonid Brejnev. Une des raisons officielles du changement de cap à la tête de l'appareil politique soviétique sera fournie par un article de laPravda17 octobre, qui instille dans du l'habituelle litanie des faits d'armes et succès politiques de Nikita Khrouchtchev un réquisitoire savamment dosé contre celui-ci. Il y est accusé de « subjectivisme », de délire, de forfanterie, de culte de la personnalité, d'incitation à la bureaucratie, de décisions contraires au bon sens. Ce sont les positions diplomatiques de Khrouchtchev à l'égard de la Chine, ses décisions lors de la crise de Cuba en octobre 1962 ainsi que lors de la crise du canal de Suez et ses décisions unilatérales en politique étrangère qui lui sont reprochées. Kossyguine et Brejnev paraissent être les nouveaux hommes forts du Kremlin. Khrouchtchev était l'homme de la déstalinisation, un processus lent et prudent mais qui devait faire tomber la statue...