Chronique du 25 août

-

Livres
27 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.



Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de visites sur la page 5
EAN13 9782366023909
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
PETITECHRONIQUEDU25 AOÛT
Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.
Éditions Chronique
© Éditions Chronique, Paris 2013, pour la présente édition.
L'œuvre présente sur le fichier que vous venez d'acquérir est protégée par le droit d'auteur.
Toute copie ou utilisation autre que personnelle constituera une contrefaçon et sera susceptible d'entraîner des poursuites civiles et pénales.
EAN : 9782366023909
Éditions Chronique Mediatoon Licensing 15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris E-mail :contact@editions-chronique.com Site Internet :http://www.editions-chronique.com
1944 - L P ES SOLDATS FRANÇAIS ENTRENT DANS ARIS LIBÉRÉ
France
Le général von Choltitz n'a pas cédé à l'ultimatum du colonel Billotte. Ce n'était pas qu'il tînt absolument à obtempérer aux ordres démentiels du Führer. Mais il considérait que son honneur de soldat exigeait qu'il ne se rendît pas avant d'avoir résisté le plus longtemps possible. Pendant quelques heures encore, la capitale va donc être le théâtre de violents combats, parfois compliqués par la présence d'une foule qui donne libre cours à son exaltation patriotique, mais qui n'a pas toujours conscience du danger. Les Sherman de Leclerc doivent même, dans certaines rues, dégager des barricades désormais inutiles afin de manœuvrer. En ce début d'après-midi, la situation est la suivante : le GTL se trouve place de l'Étoile, à l'Arc de triomphe ; le GTV investit l'hôtel Meurice, PC de von Choltitz ; et le GTD, quia hissé le drapeau tricolore à 12 h 30 sur la tour Eiffel, doit encore se battre sur plusieurs e points. À l'est de Paris, la 4 division d'infanterie américaine, sous les ordres du général Barton, a su faire place nette à la gare de Lyon et à la gare d'Austerlitz. Mais, avant de descendre les Champs-Élysées à la rencontre du GTV, Massu, qui voue à l'Allemagne une haine déjà légendaire dans la division, donne la mesure de son audace en pénétrant seul dans l'hôtel Majestic, avenue Kléber, où il obtient à 14 h 30 la reddition de 1 500 Allemands. Une demi-heure plus tard, le GTL fait sa jonction avec le GTV place de la Concorde. Entre-temps, à 14 h 45, l'hôtel Meurice s'est rendu. C'est le commandant Jean de La Horie qui se charge de conduire von Choltitz à la préfecture de police, où Leclerc l'attend pour signer la capitulation allemande. Dans la salle des billards de la préfecture, le commandant du « Gross Paris » prend connaissance des six articles de la convention de reddition. Le sixième article est...