Chronique du 27 novembre

-

Livres
26 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de visites sur la page 3
EAN13 9782366022742
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
27NOVEMBRE
Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.
Éditions Chronique
© Éditions Chronique, Paris 2013, pour la présente édition.
L'œuvre présente sur le fichier que vous venez d'acquérir est protégée par le droit d'auteur.
Toute copie ou utilisation autre que personnelle constituera une contrefaçon et sera susceptible d'entraîner des poursuites civiles et pénales.
EAN : 9782366022742
Éditions Chronique Mediatoon Licensing 15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris E-mail :contact@editions-chronique.com Site Internet :http://www.editions-chronique.com
1812 - LARETRAITEDESTROUPESPASSEPARLA B EREZINA
Russie
L'ordre du général Eblé d'incendier les ponts jetés sur le fleuve a empêché l'ennemi de poursuivre les troupes en retraite. Seuls 10 000 hommes restés sur la rive est sont faits prisonniers. Depuis le 19 octobre, Napoléon a ordonné la retraite. L'armée française, encombrée de bagages et affublée d'étranges défroques volées dans les magasins de Moscou, combat un général plus terrible encore que Koutouzov : le « général hiver ». Le thermomètre descend la nuit jusqu'à -35°C et les feux de bivouac sont trop faibles pour réchauffer les soldats. Au passage de la Berezina, à moitié gelée, les troupes, talonnées par les trois armées ennemies, ne doivent leur salut qu'au sacrifice du général Eblé et de ses pontonniers. Ceux-ci, entrés à mi-corps dans l'eau gelée, réussissent à construire deux ponts de chevalet, l'un pour le passage de l'infanterie, l'autre pour acheminer l'artillerie et les véhicules. Ce dernier, après s'être effondré dans la soirée du 26, est reconstruit en une nuit. La presque totalité du corps de bataille de Napoléon réussit à rejoindre la rive droite du fleuve alors qu'une ultime contre-attaque de Victor repousse au-delà de la Berezina un détachement russe En réalité, cinq semaines après leur départ de Moscou, ce sont les restes de la Grande Armée qui atteignent la rivière Berezina. Harcelés par les troupes russes du maréchal Koutouzov et les actions de partisans, affamés par la politique de la terre brûlée pratiquée depuis le début de la campagne, frigorifiés par...