Contribution de la musique congolaise à l
154 pages
Français

Contribution de la musique congolaise à l'éducation à la citoyenneté

-

Description

Partant d'un constat sur le comportement des musiciens congolais depuis quelques années, l'auteur se demande si la musique congolaise peut contribuer à l'éducation, mieux à l'éducation à la citoyenneté. C'est ainsi qu'il fait l'historique de la musique congolaise, de la traditionnelle à la moderne, tout en établissant des convergences et divergences entre la musique chrétienne et la musique profane. Il trouve que la musique a une noble mission bafouée ou banalisée par les musiciens congolais. Ainsi a-t-il initié une éthique du musicien.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 octobre 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140103704
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Martin Fortuné MUKENDJIMBANDAKULU
CONTRIBUTION DE LA MUSIQUE CONGOLAISE À L’ÉDUCATION À LA CITOYENNETÉ POUR UNE ÉTHIQUE DU MUSICIEN
CONTRIBUTION DE LA MUSIQUE CONGOLAISE À L’ÉDUCATION À LA CITOYENNETÉ
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-15775-7 EAN : 9782343157757
Martin Fortuné MUKENDJIMBANDAKULU
CONTRIBUTION DE LA MUSIQUE CONGOLAISE À L’ÉDUCATION À LA CITOYENNETÉ POUR UNE ÉTHIQUE DU MUSICIEN Préface de Bruno Ilunga Musanga
Du même auteur Aux Éditions l’Harmattan 1.Polémologie et Irénologie. Une question philosophique des relations humaines et internationales, 2017. 2.Introduction à la bio-éco-philosophie. De la philosophie « brune » à la philosophie « verte ». Autres Éditions 3.Condensé de logique, Expression orale et écrite. Pour penser, parler et écrire convenablement, 1re Édition, Lubumbashi, 2003. 4.Grands courants de la pensée contemporaine, Kinshasa, CEDESURK, 2009. 5.Somme des pratiques éthiques et/ou déontologiques, Kinshasa, Édition Médias Paul, 2012. 6.Les mots et les expressions de la langue française inspirés de la bible. Essai de commentaire, Kinshasa, Éditions Patmos, 2014. 7.Didactique de l’enseignement et de la recherche en science philosophique, Kinshasa, Éditions Feu Torrent, 2015. 8.Condensé de logique, Expression orale et écrite. Pour ème penser, parler et écrire convenablement, 2 Édition, Feu Torrent, 2015. 9.Lecture dialectique des mécanismes de conquête et de conservation du pouvoir chez Machiavel comme miroir des politiques congolais, Éditions Feu Torrent, Kinshasa, 2016. 10.Kinshasa, ville sans éthique ni esthétique. La responsabilité de la « glace » politique congolaise, Éditions Feu Torrent, Kinshasa, 2018. 11.Marquer le but. La leçon magistrale de l’apôtre et évangéliste mondial J.E. OLANGI ONASAMBI, Éditions Feu Torrent, Kinshasa, 2018.
DÉDICACE Mieux vaut tard que jamais et il n’est jamais tard pour mieux faire. Nous rendons un hommage mérité à celui qui nous a rôdé à la critique, qui nous a réveillé du sommeil dogmatique et appris que Wagner était un des premiers théoriciens de la musique et même un musicien. Il s’agit de Monsieur l’Abbé Marcel TSHIAMALENGA NTUMBA.
PRÉFACEAccepter de rédiger une préface d’un ouvrage écrit par un éminent professeur ordinaire, écrivain de renom, m’a d’abord semblé trop osé pour moi. Mais en lisant attentivement l’ouvrage, j’ai été fortifié par la pertinence du sujet, l’excellence de l’argumentation et par la logique dans la présentation. Le problème posé par le Professeur Ordinaire Martin Fortuné Mukendji Mbandakulu est réel, celui de savoir si la musique peut contribuer à l’éducation à la citoyenneté. Le souci est légitime car la musique surtout celle qu’il appelle « profane » ou tout court, moderne est truffée de beaucoup d’antivaleurs aussi bien dans le comportement, l’habillement, le langage, la danse que dans la prestance du musicien en l’occurrence le musicien congolais. L’auteur s’est posé la question fondamentale de savoir si dans son essence la musique est porteuse de ces antivaleurs ou elle a été travestie par l’esprit de vedettariat et de lucre. Car, pense-t-il, la musique a, au contraire, une mission noble d’adoucir les mœurs ; elle est dynamogénique ; elle grandit l'homme et rapproche les hommes des tendances politiques, religieuses, culturelles, etc., les plus farouchement opposés. L’ouvrage comporte six chapitres écrits dans un style limpide, clair et précis. Le premier chapitre s’est penché sur les réflexions philosophiques sur le sens de la musique. Il place la musique dans l’histoire de la philosophie de Platon à la pensée contemporaine. Martin Fortuné Mukendji présente successivement les divers sens du concept musique et donne ses fonctions. Dans le deuxième chapitre, il est établi le passage de la musique traditionnelle à la musique moderne. Ce faisant, la musique traditionnelle Congolaise en empruntant à la modernité les instruments, elle a basculé vers l’hybridisme qui ne dit pas son nom. Tout en cherchant à
9