Fukushima

-

Livres
194 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La catastrophe naturelle du 11 mars 2011 au Japon, qui fit des milliers de morts, fut également responsable d'un désastre nucléaire de répercussion mondiale. Quelles sont les causes principales de ce désastre ? Comment les événements se sont-ils réellement déroulés ? Comment a été gérée cette situation de crise ? Quelles sont les conséquences de cette tragédie, et quelles sont les leçons à en tirer ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2013
Nombre de visites sur la page 20
EAN13 9782336286310
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Raymond de BONNEFOY et Daniel HABER

FUKUSHIMA
Chronologie d’un désastre nucléaire annoncé













FUKUSHIMA

Chronologie d’un désastre nucléaire annoncé





























RaymondDEBONNEFOY
Daniel HABER



FUKUSHIMA

Chronologie d’un désastre nucléaire annoncé


































© L'Harmattan, 2012
5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-336-00654-3
EAN : 9782336006543

INTRODUCTION

LaCentrale nucléaire de FUKUSHIMA DAI-ICHI (Dai-ichi
signifie ‘’la première’’ ou ‘’ la plus importante’’ en Japonais)
est située au nord Est du JAPON sur l’île de HONDO à 300
Kms au Nord de TOKYO sur l’océan Pacifique. Elle comprend
6 unités représentant une puissance totale installée de 4.700
MWe.

Levendredi 11 mars 2011 à 14:46 JST (Japan Standard Time)
se produisit le plus puissant tremblement de terre jamais
constaté au Japon, d’une magnitude de 9,0 Mw sur l’Echelle de
Magnitude du Moment Sismique avec des accélérations au sol
estimées supérieures à 1g (9,8 m/s²). Ce séisme fut suivi 51
minutes plus tard, d’un raz-de-marée d’une rare violence avec
des vagues atteignant jusqu’à 40,5 mètres de hauteur en pleine
mer et de 12 et à 15 mètres lors de leur arrivée sur le site de la
Centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi construite dans cette
zone, qui subit des dommages irréversibles qui conduisirent à
un désastre nucléaire de répercussion mondiale. Cette
catastrophe naturelle fit des dizaines de milliers de morts et de
blessés. Elle fut également responsable d’innombrables destructions
qui transformèrent en sans abri et réduisirent au chômage des
centaines de milliers de personnes.

Laprésence de cette Centrale nucléaire au cœur de ce désastre
conduisit la presse du monde entier à sepolariser sur les
conséquences des dégâts occasionnés à cette Centrale. Tous les
médias de la planète, radios, télévisions, presse écrite, internet,
vont, dès le premier jour passé, omettre, peut être
inconsciemment, de communiquer et d’informer sur tout ce qui concernait

7

les dommages, matériels et corporels, causés par ce cataclysme,
à la nation japonaise et plus particulièrement aux populations
qui vivaient dans la région de Fukushima. Les spécialistes de
l’information vont, dans leur majorité, communiquer
spécialement sur les problèmes liés aux risques nucléaires consécutifs
aux dommages importants occasionnés aux installations de la
Centrale de Fukushima Dai-ichi par ce séisme et ce tsunami.

Cette communication allait avoir des répercussions, dans le
monde entier, sur le principe de l’utilisation de la filière
nucléaire pour la production d’électricité. Ce battage médiatique
allait être suffisamment persuasif pour provoquer et développer
une peur incontrôlée du danger de toutes les centrales nucléaires
du monde, sans tenir compte du lieu où elles sont construites, de
la qualité des constructeurs et de celle des exploitants. Il se
répercutait également sur les gouvernants des pays utilisant ou
prévoyant d’utiliser ce procédé de production d’énergie
électrique, les conduisant à envisager sérieusement, de changer en
partie ou en totalité, leur politique énergétique. On peut aussi
ajouter que l’industrie nucléaire a été frappée de plein fouet,
avec des reports sine die ou des annulations de commandes.
Cette nouvelle position des responsables nationaux, de certains
pays, a provoqué une diminution conséquente des activités dans
ce domaine particulier, entrainant une grande incertitude sur le
devenir de cette filière industrielle.

LaCentrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi, qui était classée
parmi les 15 les plus puissantes du monde, est aujourd’hui
totalement hors de service et ne pourra plus jamais être remise en
activité. A l’heure actuelle alors que, suivant les informations
de TEPCO, la totalité des réacteurs sont, depuis le 16 décembre
2011, en état de ‘’cold-shutdown’’ (en arrêt froid), c'est-à-dire
hors du danger de fusion du combustible et d’émissions
radioactives, il est apparu utile de tenter de faire, en toute
objectivité, sans tenir compte des arguments passionnés, une analyse
précise de ce qui s’est réellement passé avec cette Centrale et
d’en tirer les enseignements qui s’imposent..

8

Cette analyse englobe aussi certains faits marquants qui se
sont produits soit avant la catastrophe lors de la phase d’études
et de construction et pendant la période d’exploitation, soit
DYDQW RXaprès le séisme et le tsunami.

/es Autorités Nucléaires et Gouvernementales japoQDLVHV
ainsi que les responsables de TEPCO, propriétaire et
exploitant de la centrale, ont fait tout leur possible pour cacher
l’ampleur du désastre, notamment en minimisant certains faits,
en en occultant d’autres et même en mentant sur le déroulePHQW
exact des incidents majeurs et de leurs conséquences danJHUHXVHV
Il aGRQFfallu, pour faire cette analyse, recourir aux
enregistrements et transcriptions diffusées par les chaînes de radios
et de télévision, prendre connaissance de tout ce qui a été écrit
dans la presse spécialisée et diffusé sur internet, en ce qui
concerne ce désastre nucléaire et tenir compte des différentes
déclarations faites par le Gouvernement, par TEPCO, par l’IAEA
(International Atomic Energie Agency) et les Autorités
Nucléaires japonaises. Il a été fait un tri aussi objectif que possible,
pour pouvoir reconstituer, au plus près de la réalité, le
déroulement des évènements depuis le début du séisme jusqu’à ‘’l’arrêt
froid’’ de l’ensemble des Unités.

Les commentaires et remarques qui suivent directement la
description de certains faits particuliers sont rédigés en italique.





Première Partie

Eclaircissements préalables





1


Description simplifiée
d’une centralenucléaire


Avantde commencer de faire la chronologie des évènements,
nous pensons qu’il est indispensable pour une meilleure
compréhension de tous les lecteurs de ce livre de donner quelques
précisions élémentaires sur une centrale nucléaire du type de
Fukushima Dai-ichi :

Une centrale nucléaire est composée d’une ou de plusieurs
Unités de Production et d’une partie commune à toutes les
Unités appelée le BOP (Balance Of Plant).

UneUnité de Production est un ensemble indépendant, d’une
puissance garantie, capable de produire en continu l’énergie
électrique correspondant à cette puissance garantie. Dans une
même centrale les Unités qui la composent peuvent être de
puissance distincte avec des types de réacteurs différents.

ChaqueUnité est composée de deux parties distinctes :

Lapremière comporte tout ce qui concerne le nucléaire et se
nomme ‘’ilot nucléaire’’, on doit y trouver le réacteur et tous
ses auxiliaires, la manutention du combustible avec la piscine
de stockage du combustible usagé, les équipements électriques,

13

la salle de Contrôle et de Commande et les groupes
électrogènes de secours. Les bâtiments qui abritent tous ces
composants nucléaires sont normalement construits de manière à tenir
compte des règles de sureté nucléaire prenant en compte les
catastrophes naturelles et les accidents extérieurs comme la
chute d’un avion de transport de passagers sur un de ces
édifices.

La deuxième partie désignée comme ‘’ilot conventionnel’’,
comprend le groupe turbo-alternateur, les condenseurs et tous
les équipements des systèmes de l’eau alimentaire, localisés
dans le bâtiment nommé ‘’salle des machines’’. A l’extérieur de
ce bâtiment on trouve le transformateur de puissance qui
transforme l’électricité MT (Moyenne Tension) fournie par le
générateur, en HT (Haute Tension) pour l’envoyer sur le réseau
national.

LeBOP d’une centrale nucléaire est composé des bâtiments
annexes autres que ceux de ‘’l’ilot nucléaire’’ et de ‘’l’ilot
conventionnel’’ comme le poste de garde, le bâtiment administratif,
la station de pompage d’eau de mer, les usines et les réservoirs
de production et de stockage de l’eau brute, de l’eau
déminéralisé, de l’eau potable, et de l’eau incendie, la station d’incendie,
la centrale de production d’air comprimé, les différents ateliers,
les magasins, etc.. Le rôle du BOP est de fournir toutes les
utilités nécessaires à chaque Unité et toutes les commodités pour la
gestion de la centrale.

Lesdeux gravures des pages 16 et 17, extraites de
l’encyclopédie libre Wikipédia sur internet, montrent de quoi se
compose une unité nucléaire avec un réacteur BWR-Mark I.

Toujourspour une meilleure compréhension de ce livre, voici
une explication simplifiée du fonctionnement d’une unité
nucléaire avec un réacteurBWR:

14

Le principe pour produire de l’électricité est le même que
celui d’une centrale thermique brulant des combustibles fossiles
dans une chaudière pour produire de la vapeur, c’est le réacteur
qui est utilisé à la place de la chaudière. Le processus simplifié
consiste à pomper l’eau dite alimentaire dans un réservoir
dégazeur et de l’envoyer dans la cuve du réacteur en passant
auparavant à travers des réchauffeurs BP (Basse Pression) et HP
(Haute Pression) pour augmenter sa température avant son
arrivée dans la cuve. A l’intérieur du réacteur la puissance
thermique générée par la fission nucléaire transforme cette eau en
vapeur qui est envoyée dans la turbine à vapeur, située dans
‘’l’ilot conventionnel’’ pour la faire tourner. Après être passée
dans la turbine la vapeur qui à perdu sa pression et la presque
totalité de sa chaleur pour actionner la turbine passe dans les
condenseurs et les condensats qui en résultent sont dirigés vers
le réservoir dégazeur et de là renvoyés dans la cuve du réacteur
par les pompes alimentaires et ainsi de suite. L’ensemble de ce
circuit fermé eau vapeur est appelé la ‘’boucle primaire’’.

Lesschémas simplifiés de fonctionnement, extraits de
l’encyclopédie libre Wikipédia, présentés sur la page 18,
permettent de mieux comprendre cette disposition et ce
fonctionnement.

15

UNE UNITE NUCLEAIRE AVEC REACTEUR BWR

16

COUPE D’UN BATIMENT REACTEUR BWR MARK I

17

SCHEMA SIMPLIFIE DE FONCTIONNEMENT

ILOTNUCLEAIRE ILOTCONVENTIONNEL

SCHEMA DETAILLE DE FONCTIONNEMENT

18