Introduction aux sciences humaines et sociétales
216 pages
Français

Introduction aux sciences humaines et sociétales

-

Description

L'idée directrice de cet ouvrage est une évidence, toujours discutée aujourd'hui. Les sciences humaines et sociétales ne peuvent se tenir éloignées des évolutions de la science du XX et XXIe siècle. L'apparition de la physique quantique, le mouvement structuraliste, la naissance des sciences cognitives et des neurosciences sont autant d'exemples repris dans cet ouvrage pour illustrer cette exigence.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 avril 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140085482
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Au Il de l’ouvrage, face aux « exigences » pour la modélisation qui découlent
JeanClaude SALLABERRY et Bernard CLAVERIE
INTRODUCTION AUX SCIENCES HUMAINES ET SOCIÉTALES
INTRODUCTION AUX SCIENCES HUMAINES ET SOCIÉTALES
CollectionCognition et Formation Créée par Georges LERBET et Jean-Claude SALLABERRY dirigée par Jean-Claude SALLABERRY et Jean VANNEREAU
Les situations de formation sont complexes. Elles s’appuient sur des processus cognitifs eux aussi complexes. Appréhender ces situations et ces processus signifie que les sujets (chercheurs, formateurs, "apprenants"…), leurs milieux et leurs relations sont considérés comme des systèmes autonomes en interactions. Cela conduit à mettre l’accent sur une nouvelle pragmatique éducative, développée au fil des volumes de la collection.
1 Déjà parus 1998 – Vygotsky Lev Théorie des émotions 1999 – Le Moigne Jean-Louis & Morin Edgar L’intelligence de la complexité 2003 – Ardoino, Boumard, Sallaberry(coord.) Actualité de la théorie de l’institution – Hommage à René Lourau 2004 - Sallaberry Jean-Claude Dynamique des représentations et construction des concepts scientifiques 2005 – Claverie Bernard Cognitique 2007 – Pages Max Implication dans les sciences humaines – Une clinique de la complexité 2009 – Claverie, Sallaberry, Trinquecoste(coord.) Management et Cognition — Pilotage des organisations : questions de représentations 2010 – Claverie Bernard L’Homme augmenté 2010 – Sallaberry, Vannereau(coord.) L’émergence des formes d’organisation dans les groupes de formation 2011 – Clermont Philippe Darwinisme et littérature de science-fiction 2013 – Anciaux, Forissier, Prudent(coord.) Contextualisations didactiques — Approches théoriques 2015 – De Peretti André La légende du réel et de la vie 2016 – Gilier Jean-Philippe L’œuvre au travail
1 Voir en fin d’ouvrage la collection complète
Jean-Claude SALLABERRY et Bernard CLAVERIE
INTRODUCTION AUX SCIENCES HUMAINES ET SOCIÉTALES
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-14357-6 EAN : 9782343143576
7
À Francisco, trop vite disparu.
Introduction L’idée de départ est que les sciences humaines et sociétales ne peuvent pas ne pas tenir compte de l’évolution de la science au XXe siècle. Quatre grands “événements“ sont choisis en tant qu’exemples marquants de cette exigence : -le mouvement structuraliste (vu son importance de ce côté-ci de l’Atlantique), qui débouche sur la théorie des systèmes -l’apparition de la physique quantique, qui bouleverse bien des conceptions admises de la physique -la naissance et le développement des sciences cognitives (et des neurosciences), suite auxquels le substrat de la pensée et de la cognition cesse d’être une “boite noire“ -la complexité. On pourrait bien sûr élargir ce panorama, mais on peut renvoyer aux travaux qui ont traité (et bien traité) d’autres aspects à ne pas méconnaître (Hofstadter pour les travaux de Gödel, Dupuy pour un apport fondamental allant de la théorie des systèmes et de la théorie des jeux aux apports de la philosophie, en passant par les théories économiques, la sociologie, la pensée de Girard…). Cet ouvrage se situe ainsi “à côté“ et en complément de Gödel, Escher, Bach(1985) et d’Introduction aux sciences sociales(1992). Un autre “fil rouge“ de l’ouvrage est la notion d’invariant. L’hypothèse de 2 Vergnaud (qui reprend le souci piagétien de l’invariant ) est que tout concept scientifique est lié à un (ou plusieurs) invariant(s). Elle est d’une pertinence remarquable pour les concepts des sciences physiques. Lorsqu’on observe les critères qui caractérisent la structure (totalité, transformations, autoréglage — Piaget, 1968), on constate que l’invariant se situe dans le fonctionnement (voir le critère d’autoréglage). Il en est de même pour le système. À la réflexion, ces trois critères conviennent trop bien à la cellule (ou de façon plus générale au vivant) pour que Piaget (biologiste de première formation) n’ait pas eu cet exemple en tête.A posteriori, on pourrait dès lors s’étonner que l’idée de structure ait émergé dans le domaine de la culture (Propp et les contes russes, Saussure et la langue) et non dans celui de la biologie. Mais ces deux intuitions fondatrices annonçaient le développement
2 Par exemple sous la forme de « principes de conservation » (Piaget, 1970, p.106)
9