Justice de genre, citoyenneté et développement

-

Français
336 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Bien que les femmes aient, partout dans le monde, obtenu des gains notables au cours des dernières décennies, les inégalités entre les hommes et les femmes et les injustices fondées sur le genre continuent d'empêcher les femmes de réaliser leurs droits et leur plein exercice au titre de citoyennes et de partenaires à part entière dans les processus décisionnels et le développement. Les études présentées ici relient la réflexion actuelle sur la justice de genre aux débats sur la citoyenneté, les droits, les lois et le développement.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2009
Nombre de lectures 63
EAN13 9782296222496
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

JUSTICE DE GENRE,
CITOYENNETÉ ET DÉVELOPPEMENT

JUSTICE DE GENRE,
CITOYENNETÉ ET DÉVELOPPEMENT

sous la directionde

Maitrayee Mukhopadhyay
et
NavsharanSingh

Traduitdel’anglais par
MartinDufresne

LES PRESSES DE L’UNIVERSITÉ LAVAL
CENTRE DE RE)HER)HES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL

Les Presses del’Université Laval reçoiventchaque année duConseildesArtsduCanada
etdela Société d’aide audéveloppementdesentreprisesculturellesduQuébecune aide
financièrepour l’ensemble deleur programme depublication.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernementduCanadapar l’entremise deson
Programme d’aide audéveloppementdel’industrie del’édition (PADIÉ) pour
nosactivitésd’édition.
Cette éditionest publiée conjointement parLesPressesdel’Université Lavalet le Centre de
recherchepour le développement international

Cet ouvrage est latraductiondeGender Justice, Citizenship and Development,publié
conjointementen 2007 parZubaanet le CRDI.
Zubaanest unemaisond’éditionféministeindépendante basée à New-Delhi (Inde),qui
possèdeune collection reconnue detitres universitaireset généraux.Créée comme antenne
dela célèbre éditionféministe KaliforWomen, Zubaanen prolongelatraditionen
publiantdes ouvragesde calibreinternational répondantà des normesélevéesdequalité
éditoriale etdeproduction. «Zubaan »est un mot hindoustani signifiant langue,voix,
langage et parole.Zubaanest une édition sansbut lucratifœuvrantdans les secteursdes
sciences humainesetdes sciences sociales.Ellepublie égalementdans sa collectionYoung
Zubaandes ouvragesde fiction, denon-fictionetdes livres pour jeunesadultes où sont
célébrées la différence,la diversité et l’égalité,notammentàl’intentionetau sujetdes
enfants indienset sud-asiatiques.
Tousdroits réservés.Aucunepartie de ce document nepeutêtrereproduite,stockée dans
un système derestitution,ou transmise àquelque fin ou par quelquemoyen que cesoit
(électronique,mécanique,photocopie, enregistrement ouautre) sans lapermission
préalable de ZubaanetduCentre derecherches pour le développement international.Ce
livrepeutêtre consulté en ligne àwww.idrc.ca.
© CRDI
e
Dépôt légal 2trimestre2009

ISBN :978-2-7637-8606-3 (PUL)
ISBN :978-2-296-08072-0 (L’Harmattan)
ISBN :978-1-55250-372-0 (CRDI) (éditionélectronique)

Les Presses de l’Université Laval
2305,rue del’Université
pavillonPollack, bureau 3103
Québec(Québec), Canada G1V0A6
www.pulaval.com

L’Harmattan
5-7,rue del’École Polytechnique
75005Paris
Tél. 01 40 46 79 20
Fax 01 43 2582 03
www.editions-harmattan.fr

Centre de recherches pour le développement international
BP 8500, Ottawa(Ontario), Canada, K1G3H9
www.crdi.ca/info@idrc.ca

Avant-propos

TABLE DES MATIÈRES

.................................................................................

Justice de genre, citoyenneté et développement.
En guise d’introduction................................................................
MAITRAYEE MUKHOPADHYAY
Pourquoicet ouvrage?.................................................................
Dequoi parle cet ouvrage?..........................................................
Structure.....................................................................................
Notionsdejustice degenre.........................................................
Contexte des luttes pour lajustice degenre et la citoyenneté :
perspectives régionales.................................................................
Justice degenre, citoyenneté etdroits: enjeux
et orientations stratégiques ..........................................................
Sourcesderéférence....................................................................

Justice de genre, citoyenneté et droits. Concepts de base,
débats fondamentaux et nouvelles pistes de recherche.................
ANNE MARIE GOETZ
Introduction ...............................................................................
Troisconceptionsdelajustice degenre.......................................
Lajustice degenre comme accèsauxdroitsetcomme choix–
leparadigme del’habilitation ......................................................
Lajustice degenre comme absence de discriminations ................
Lajustice degenre comme ensemble de droits positifs ................
Dilemmes liésàla définitiondelajustice degenre......................
Une définition pratique delajustice degenre..............................
Centresdepouvoir genré :l’Étatet lesautres institutions
législatrices..................................................................................

V

1

3

3
5
5
5

6

14
14

17

17
18

20
22
24
27
29

32

VI

JUSTICE DE GENRE, CITOYENNETÉ ET DÉVELOPPEMENT

Préférerlaréciprocité aucontrat: autorités sociales multiples
et portéelimitée delalégislationformelle..................................
Stratégies pour une citoyennetéinclusive....................................
Redditionde comptesdans lescontrats sociaux...........................
Conclusions: dévoiler les préjugésdegenre dans les relations
contractuelles–relationsderedditionde comptes
sensiblesau genre.......................................................................
Bibliographie..............................................................................

Reconceptualiser les perspectives de recherche citoyennes
vers la justice de genre dans la région de l’Amérique latine
et des Caraïbes..............................................................................
MAXINE MOLYNEUX
Introduction ...............................................................................
Définir lajustice degenre............................................................
Caractère contextueldela citoyenneté.........................................
Régiondel’cALC :itoyenneté etdroitsfondés sur legenre.....
Recadrer la citoyenneté...............................................................
Documentation sur lajustice degenre dans larégiondel’ALC...
Réalisationsetdéfis-clés ..............................................................
Principauxdéfisau progrèsdelajustice degenre
dans larégiondel’ALC...............................................................
Recommandations ......................................................................
Bibliographie..............................................................................

Contester le sujet libéral Droit et justice de genre
en Asie du Sud...............................................................................
RATNA KAPUR
Le conceptdejustice degenre.....................................................
Définitionsetexamendela documentation sur lajustice
degenre......................................................................................
Protectionnisme......................................................................
Égalité....................................................................................
Lepatriarcat ...........................................................................

34
41
44

50
52

57

57
59
63
64
68
72
82

91
95
101

109

109

110
110
113
117

TABLE DES MATIÈRES

Citoyenneté etdroits:larencontre coloniale et latranslation
postcoloniale...............................................................................
Citoyenneté............................................................................
Droits .....................................................................................
Enjeux ........................................................................................
Égalité....................................................................................
Violencescontrelesfemmes ...................................................
Religion..................................................................................
Futures pistesderecherche etdeplaidoyer ..................................
Bibliographie..............................................................................

Questions de citoyenneté formelle et réelle Justice de genre
en Afrique subsaharienne..............................................................
CELESTINE NYAMU-MUSEMBI
Introduction ...............................................................................
Définitions..................................................................................
Justice degenre.......................................................................
Citoyenneté............................................................................
Examendesécrits-clés produitsenAfriquesubsaharienne...........
Modesd’exclusionformelle(ouexplicite)desfemmes
d’une citoyenneté àpartentière.............................................
Religionetcoutume...............................................................
Inégalitésdegenre dans les relationsdepropriété....................
Lacunesdelarecherchesur legenre et les relations
depropriété............................................................................
Inégalitésdegenre dans les relationsfamiliales ........................
Lacunesderecherche etdeplaidoyeren matière dejustice
degenre dans les relationsfamiliales ......................................
Accèsdesfemmesàlajustice..................................................
Lacunesdelarecherche concernant l’accessibilité dela
justicepour lesfemmes ...........................................................
Santé etdroits sexuelset reproductifs ......................................
Planificationfamiliale.............................................................
Avortement.............................................................................
HIV/sida................................................................................
Lacunesdelarecherche en matière desanté etde droits
sexuelset reproductifs .............................................................

VII

120
120
124
129
129
135
143
149
151

157

157
158
158
161
163

163
164
165

168
170

174
174

175
176
176
178
179

181

VIII

JUSTICE DE GENRE, CITOYENNETÉ ET DÉVELOPPEMENT

Justice degenre dans uncontexte delibéralisation
économique............................................................................ 183
Lacunesdelarecherche etdu plaidoyer sur lajustice
degenre et lalibéralisationéconomique................................. 186
Liensentrelarecherche et leplaidoyer pour lesdroits
desfemme1s ................................................................................87
Examendes initiatives-clés,réparties parbailleursde fonds .........189
Banquemondiale.................................................................... 189
Banque africaine dudéveloppeme190nt .......................................
Fondsde développementdesNationsUnies pour lesfemmes .191
FondationFord....................................................................... 191
Principales réussiteset prochainsdéfi192s .........................................
Échellerégionale..................................................................... 192
Échellenationale.................................................................... 195
Recommandationsdepriorités thématiquesderecherche appliquée
pour 2005-2008.......................................................................... 197
Bibliographie.............................................................................. 202

Citoyenneté inégale. Enjeux de justice de genre
au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.....................................
MOUNIRA MAYA CHARRAD
Justice degenre dans les sociétésfondées sur laparenté :uncadre
conceptuel ..................................................................................
Approchethéorique etcaractère centraldes liensdeparenté...
États-nationset solidaritésfondées sur laparenté...................
Citoyennetégenrée.................................................................
Islametdiversité.....................................................................
Droitsdesfemmes:les secteurs les pluscontestésdelaloi ...........
Nubilité..................................................................................
Consentementau mariage et tuteurs matrimoniaux................
Divorce et répudiation............................................................
Polygamie...............................................................................
Séparationde biensdans lemariage........................................
Adoptionet garde desenfants .................................................
Successionet héritage.............................................................
Citoyennetéoudroitsdenationalité.......................................

213

214
215
216
218
219

220
222
222
223
225
227
227
228
230

TABLE DES MATIÈRES

Organisationsde femmes ............................................................
Tendances observéesdans la documentation ...............................
Conclusion: défis pourde futures recherches ..............................
Bibliographie..............................................................................

Situer les enjeux de genre et de citoyenneté dans les débats
sur le développement. Pistes pour une stratégie..........................
MAITRAYEE MUKHOPADHYAY
Introduction ...............................................................................
Partie I.L’émergence dela citoyenneté dans lesdiscours liés
audéveloppement .......................................................................
Partie2.Lesujet genré desdroitsetdela citoyenneté..................
Genre, citoyenneté et legs postcolonial ...................................
Vers une approche axéesur lajustice degenre,la citoyenneté
et lesdroits ............................................................................
Priorité auxdroits ...................................................................
Priorité aux institutionsetàl’accessibilité...............................
Priorité àl’autodétermination .................................................
Partie3.Genrer la citoyenneteé :njeuxet projets stratégiques
dans trois régions ........................................................................
Amériquelatine......................................................................
Asie duSud............................................................................
Contraintes structurellesetexclusion résultante :genre
etcitoyenneté enAsie duSud.....................................................
Lesfemmeset l’ÉtatenAsie duSud............................................
Afriquesubsaharienne............................................................
Mali, SénégaletBurkina Faso .................................................
Afrique duSud.......................................................................
Violencesdegenre..................................................................
Réforme dudroitcoutumier ...................................................
Droits socioéconomiques ........................................................
VIH/sida etdroitsdesfemmes................................................
Sourcesderéférences...................................................................

Bibliographie choisie.....................................................................

Notes biographiquessur les auteures.............................................

IX

231
232
234
237

239

239

240
244
246

251
251
254
255

256
258
262

262
265
274
274
277
278
278
279
280
282

285

323

AVANT-PROPOS

Leprésent livrevient s’intégrerauxeffortsactuelsderevitalisationet
derepolitisationdel’ordre du jour sur l’égalité entrelesfemmeset les hommes
dans le champdudéveloppement international.Il réunitdeschercheuresde
pointe en matière degenre etdéveloppement,invitéesàinterroger le concept
de« justice degenre» sousdesanglesconceptuel, contextuelet stratégique.
Leursécritsconstituent unestimulante anthologiemultidisciplinairequi
enrichit lesdébatscontemporains sur le développementet la citoyenneté
d’une analyse féministe.
Au titre d’organisationayant pour mandatde« renforcer lescapacités
etd’autonomiser par lesavoir »,le Centre derecherches pour le développement
international (CRDI) s’intéresse depuis longtempsau renforcementdes
capactitésetàl’autonomisationdesfemmes.Sesdivers programmesd’appui
àlarechercheutilisent l’analyse degenre et sociale.Alors quese dessinait
déjà, audébutdesannées 2000,lemouvementactuelderemise en question
del’« intégration transversale degenre»,nousavonsétéplusieursauCRDI
àressentir le besoincroissantd’un programmespécifique desoutienàla
recherchesur lesenjeuxdegenre etde développement, en plusdenotre
attention systématique aux questionsd’équité etd’égalité des genresdans
tous les projetsduCentre.
Leschapitresde celivreontd’abord été desdocumentsdetravail
commandésen vue d’informer le développementd’un tel programme.
Plusieursauteures ont rejoint l’équipe duCRDI, ainsi que des praticiennes
et praticiensdes questionsdegenre etdéveloppementdu monde entier,lors
d’un passionnantatelier organisé à Ottawa àla fin 2003.C’està cette époque
qu’ontémergélescontoursd’un nouveau programme duCRDI consacré aux
enjeuxd’injustice degenre, de citoyenneté etde droits.
Le30 mars 2006,le Conseildes gouverneursduCRDI a approuvéun
programmequinquennaldesoutienàlarecherche appliquée audomaine des

1

2

JUSTICE DE GENRE, CITOYENNETÉ ET DÉVELOPPEMENT

Droitsdesfemmesetde
citoyenneté(http://www.idrc.ca/fr/ev-29737201-1-DO_TOPIC.html).Ceprogramme doitbeaucoupaux réflexions
judicieusesdesauteuresdu présent ouvrage et notammentàl’excellente
présentation que Maitrayee Mukhopadhyaya faitesur lesfaçonsdont la
recherchepouvaitcontribuerau
renforcementdescapacitésetàl’autonomisationdesfemmes marginaliséesauSud.Elle asu synthétiser les
arguments-clésdes textesdesescollèguesainsi quelerésultatde consultations
directesavec deschercheursetchercheuresetdes membresd’organisations
de femmesde certains paysduSud.

Ce« retouràuneoptique desdroits »constitueun jalon important pour
le CRDI, alors quenous nousdémarquonsaujourd’huicommel’undes seuls
bailleursde fondsà accroîtreson soutienaux tentativesd’instaurerdes sociétés
pluséquitablesen termesdegenre.Nousespérons quelaprésente anthologie,
constituée de documents qui nous ontétési utiles,pourramaintenant
renforceret inspirerd’autres personnes.

Au titre de cheffe du programme Droitsdesfemmesetcitoyenneté,
j’aimerais remercier la directrice depublicationet
lesauteures,noscollaboratriceschezZubaanet mescollèguesduCRDI NavsharanSinghetBill
Carman pour leur participationà cet ouvrage.Mes remerciements vont
égalementàlapopulationcanadienne,puisquele financementdu présent
ouvrage émarge desfonds publicsaccordésauCRDI.

Claudie Gosselin
Cheffe de programme,Droits des femmes et citoyenneté
CRDI, Ottawa, Canada, le 11 juillet 2006

JUSTI)E DE GENRE, )ITOYENNETÉ
ET DÉVELOPPEMENT
EN GUISE D’INTRODU)TION

MAITRAYEE MUKHOPADHYAY

POURQUOI CET OUVRAGE?
Dixansaprès la Quatrième conférencemondialesur lesfemmesà
Beijing,lesdéfenseursdel’égalité degenre et les organismesde développement
tiennentbeaucoupà fairelepoint sur l’évolutiondesenjeuxd’égalité entre
femmeset hommes.Une étude d’enverguremenéepar l’ONU a fournides
réponses mitigéeset pour lemoinsambiguës (UNRISD/ONU,2005).Malgré
desavancées notables pour lesfemmesdurantcette décennie, des inégalités
fondées sur legenrepersistent, dans unclimatéconomique et politique
aujourd’hui moinsfavorablequ’il ya dixansàlapromotiondel’égalité.
L’anniversaire dela conférence de Beijinga
aussiconduitàuneréévaluationdel’intégration transversale degenregender mainstreaming)comme
principalestratégie depromotiondel’égalité etd’améliorationdesconditions
1
desfemmesau seinetau moyendesdémarchesde développement .En règle

1.VoirIDSBulletin35.4,«RepositioningFeminisms inDevelopment ».Cenuméro
del’IDSBulletinportesur larelationcontestée entrele féminisme et le développement
et sur lesenjeux liésàlaréaffirmationdel’engagementféministe au seindu
développementcommeprojet politique.Ilest issud’unatelier intitulé«Mythesdu
genre etfablesféministes:repositionner legenre dans les politiqueset les pratiques
de développement »,tenuàl’Instituteof DevelopmentStudieset l’Université du
Sussexen juillet 2003.Centrés surdesfaçonsde« repositionnelr »es questionsde
genre etde développement, cesdébats ont identifiéles politiquesdiscursivescomme
élémentcentraldeschangements sociaux.Participanteset participants ontexploré
comment, àlasuite depremierseffortsd’élaborationdenouveauxconceptset langages
visantàmieuxcomprendrelapositiondesfemmesdans les sociétésendéveloppement,
certainesassertionsféministes s’étaientenrichiesdenouveaux sensen s’intégrantà
des politiquesetdes pratiquesde développement.

3

4

JUSTICE DE GENRE, CITOYENNETÉ ET DÉVELOPPEMENT

générale,l’approchepar l’intégration transversale degenren’apasdonné de
bons résultatsàl’échelleinternationale.Malgré certains progrès importants,
« lesaspirationsdesféministesàunetransformation sociale»demeurent non
comblées (Cornwalletcoll.,2004,p. 1).D’aucunsattribuent l’échec de
l’approchepar l’intégration transversale degenre àsa dépolitisation: d’un
processusdetransformationàl’origine, elle estdevenueune finen
soi,poursuivie dans unbut purement instrumentaliste.Il sembleparticulièrement
ardudemenerde front, d’unepart,leprojet technique d’intégrer
transversalement l’égalité des genresaux politiques,programmeset projetset, d’autre
part,leprojet politique de contester l’inégalité etdepromouvoir lesdroits
desfemmes.Une décennie d’« intégration transversale degenre» semble avoir
affadi l’objectif concretdetransformerdes rapportsdepouvoir inégauxentre
les genres,objectif élaborépardes mouvementsde femmesd’envergure
nationale et internationale.

Lesannées 1990 ont représentéunepériode d’espoiretderéalisations
pour les mouvementsde femmes internationaux,les militantesféministeset
les universitaires.Aucoursdesdécennies 1970et 1980,s’intéresseràlajustice
degenrenesemblait pasconcerner les institutionsde développement
international, etcesenjeux ne figuraient pasaux ordresdu jour politiques
internationaux (MolyneuxetCraske,2002).Maisdurant lesannées 1990,
l’expansiondela démocratie,lamontée des mouvementsdejusticesociale
et particulièrementcelle des mouvementsde femmes partoutdans lemonde
ont portélesenjeuxde droitsetdejustice àl’avant-scène desdébats politiques
internationaux.Les mouvements pour unejustice degenre doiventbeaucoup
audéveloppement, aucoursde cettepériode, d’espaces oùces questions ont
puêtre définiesetdébattues, espacescréésàl’occasiondesconférences
internationales organisées par lesNationsUniesaucoursdesannées 1990 sur les
enjeuxdel’environnement, desdroits humains, delapopulationetdes
femmes.

Mais letroisièmemillénairenousconfronte ànouveauau problème de
savoircomment promouvoirau mieux lajustice degenre au seinetau moyen
du processusde développement.Enfait,leprojetdejustice degenresemble
paralysé, etcepourdeux raisons.Le climatéconomique et politiqueseprête
moinsàlaréalisationdeprojets visant l’égalité en tant quetelle.Deplus,
l’intégration transversale degenre,principalestratégie derecherche
del’égalité degenrepar le biaisdudéveloppement, aperduencrédibilité comme
stratégie de changement.C’estdansce contextequerefait
surfacelevocabulaire delajustice, desdroitsetdela citoyenneté.Sensible àlaréalité des
rapportsdepouvoir, cette approchenous rappellele caractèrepolitique de

INTRODUCTION

5

notreprojet, enattirant notre attention sur les sites où segagnent les luttes
pour l’égalité.
Comme d’autres textes semblables publiésaucoursdesdeuxdernières
2
années,leprésent ouvrage a été conçudanscetesprit.Ilentend analyseret
repensercertaines notionsde base et tirerdes leçonsdeluttescontextualisées,
réclamant pour lesfemmes uneparticipationcitoyenne égale.Il propose des
domainesderecherchequicontribuerontà dynamiserceprojetdejustice de
genre.On trouvera danscet ouvrage des perspectives multidisciplinaires,
internationaleset régionales sur lajustice degenre et la citoyenneté,issues
de chercheuresémérites qui œuvrent notammenten sociologie, en science
politique etendroit.Son projetestd’offrirdenouvelles pistesen matière de
plaidoyeretderecherche.

DE QUOI PARLE CET OUVRAGE?

Structure
Les significationsdejustice degenre etdeparticipationcitoyenne
découlentd’histoires, de culturesetdeluttes,querecoupent
lesdiverschapitresdu présent ouvrage,regroupésen trois sections.
Lapremièresectionconsiste en une analyse conceptuellereliant les
réflexionsactuelles sur lajustice degenre auxdébatsentourant la citoyenneté,
lesdroitset levolet juridique dudéveloppement.La deuxième compilequatre
aperçus régionaux sur lajustice degenre et la citoyenneté.Latroisième ébauche
uneorientationdeprogramme, enfonctiondesenjeux misen lumière dans
lesaperçus régionauxetdesconsultations menées par l’auteure dans trois
régionsauprèsdereprésentantesdemouvementsde femmes, d’institutsde
recherche etd’instancesdécisionnelles.

Notions de justice de genre
L’essaidenature conceptuellesignéparAnne Marie Goetz nous outille
face àlanotiondejustice degenre etauxdébatsentourant la citoyenneté et
l’exercice desdroits.PourGoetz,lapopularitégrandissante du terme de
« justice degenre»auprèsdes militantesetdes universitaires tientà ceque

2.Voir notammentMolyneux, M.etRazavi, S. (2002) «Introduction »,inM.Molyneux
etS.Razavi (dir.),Gender Justice, Development, and Rights, Londres, Oxford University
Press.

6

JUSTICE DE GENRE, CITOYENNETÉ ET DÉVELOPPEMENT

l’onconstate etdéplore deplusen plus l’inefficacité denotionscomme
« l’égalité des genreou «l’ints »égration transversale degenre»à désigneretà
corriger les injusticesfondées sur legenre dont lesfemmescontinuentde
souffrir.Elle démontreque,malgréleursdifférents pointsde départ,lesdébats
sur lajustice degenre achoppent surdesdilemmes semblableset persistants.
Parexemple, est-il possible d’établirdescritèresabsoluset universels pour
déterminercequiest justeoubondans les rapports sociaux humains ?L’essai
de Goetzétablitcomment lesconsidérations philosophiques sur lanature
humaine,lesdroitset lescapacités,sontétroitement liéesà desdispositions
pratiquesd’ordrepolitique etéconomiquequi régissent lesdroits liésàla
citoyenneté, ainsi qu’aux problèmesde discrimination patenteoud’apriori
sous-jacentsdans laloietàlapratiquejudiciaire.

Goetzdéfinit la« justice degenre»comme d’unepart,la disparition
des inégalitésentre femmeset hommes quientraînent lasubordinationdes
premièresaux secondset, d’autrepart,lamise à dispositionderessources
permettantdepallierces inégalités.Cettevisiondelajustice degenre comme
résultatetcommeprocessus nousaide à distingueràla fois l’objectifqu’on
veutatteindre et la façond’yarriver.En tant querésultat,la« justice degenre»
impliquel’accèsà des ressourceset leurcontrôle, allié àleuragencéité,la
capacité de faire deschoix.En tant queprocessus,lajustice degenreimplique
unautre élémentessentiel,laredditionde comptes,
c’est-à-direlaresponsabilité et laredevabilité des institutions sociales qui sont justementchargées
depromouvoir lajustice.Les injusticesfondées sur legenrepeuventêtre
retracéesdans lescontratsde base(formels ou implicites) qui structurent
l’appartenance àtouteunegamme d’institutions sociales–la famille,la
communauté,lemarché,l’Étatet mêmeles institutions religieusesétablies.
D’une façon oud’une autre, ces institutions sontcensées
résoudrelesdifférends, établiretfairerespecter les règles juridiqueset prévenir lesabusde
pouvoir.Le faitde comprendreles justifications idéologiquesetculturelles
delasubordinationdesfemmesdanschacunde cesespaces peut nousaider
àidentifier les moyensde contester les structuresd’inégalité.

Contexte des luttes pour la justice de genre et la citoyenneté:
perspectives régionales
Nos quatre aperçus régionauxdesenjeuxdejustice degenre etde
citoyennetéproviennentdel’Amériquelatine etdesCaraïbes, del’Afrique
subsaharienne, duMoyen-Orientetdel’Afrique duNord, etdel’Asie du
Sud.

INTRODUCTION

7

Dans sonessai intitulé«Reconceptualiser la citoyenneté :perspectives
derecherchesur lajustice degenre dans larégiondel’Amériquelatine etdes
Caraïbes », Maxine Molyneuxfait valoir l’importance d’une discussion située
etcontextualisée des questionsdejustice degenre, de citoyenneté etd’exercice
desdroits.Il nemanquepasdepointsde convergence dans les préoccupations
et thèmesanalytiquesdéployésdans le corpus internationaldesdomainesdu
genre, delaloi, dela citoyenneté etdesdroits.Parcontre,on remarque
égalementdesdifférences régionales significativesd’orientations théoriques
etde contenusempiriques,qui reflètent lesantécédentsetcontextesdifférents
et particuliers où sontdéfiniset revendiqués lesdroitsdesfemmes.Appelant
justice degenreletype dejusticequiconcerneles relationsentreles sexes,
Molyneux précisequelajusticerelationnelleréfèresimultanémentàlasimple
égalité entre femmeset hommesetau type d’égalitéqui tientcompte des
différences.Mais lareconnaissance dela différencene déroge en rienau
caractère fondamentaldel’égalité commeprincipe dejustice etdetraitement
detoutesetdetouscommesujets morauxégauxdans lalettre et l’application
delaloi.Dans sonacception pluscommune et politique,lajustice degenre
impliqueune citoyenneté àpartentière desfemmeset, commel’indique
Molyneux, c’est l’acception généralementdonnée à ceterme dans le contexte
latino-américainetdesCaraïbes.

Molyneuxétudiela citoyenneté enAmériquelatine etdans lesCaraïbes
du pointdevue des mouvements sociaux– eten particulierdes mouvements
de femmes–qui plaident pour lajustice.Ellemontrequeles luttesde femmes
pour une égaleparticipationcitoyennepartagentdans toute cetterégion trois
grandescaractéristiques.Elle constate d’abordunalignementdes
revendicationsdejustice degenre aveclescampagnes plus généralesde défense des
droits humainsetderestaurationdela démocratie.Ces priorités sont
profondément ressentiesdans les paysayantconnu un régime autoritaire.En second
lieu, elleremarqueunereconfigurationdelanotionde citoyennetépour y
inclure des notionsde«citoyenneté active».Onenvisagela citoyenneté
comme allantau-delà d’unerelation purement juridique conférantdesdroits
à des sujets passifs, cequi impliqueuneparticipationet une agencéité.
Troisièmement,la citoyenneté,yestcomprise commeun processusayant
exigé desurmonter l’exclusion sociale,perçue commemultidimensionnelle
et incluantdesformesdemarginalisation sociales, économiqueset
politiques.

Pour sapart, Celestine Nyamu-Musembi livreunesynthèse des
principauxenjeux présentsdans la documentation sur lajustice degenre,la
citoyenneté et l’exercice desdroitsdans larégiondel’Afriquesubsaharienne.
Ellemontrel’étendue desdésaccordsentreuniversitairesconcernant
l’appli

8

JUSTICE DE GENRE, CITOYENNETÉ ET DÉVELOPPEMENT

cabilité et lapertinence aucontexte africainduconceptdegenre comme
ensemble derelations socialementconstruites.Ce désaccord anourrides
débats quantàla définitiondelajustice degenre.Les personnes qui nient le
caractère centraldes rapports inégauxdegenre dans les relations sociales
africaines ont tendance à choisir une définition moins politisée delajustice
degenre.Elles sontégalement plus susceptiblesd’adopterdesdéfinitions
neutrescomme« l’autonomisationconjointe des hommesetdesfemmes »,
une expression très présente chez lesagencesayantadoptél’intégration
transversale degenre.Encontrepartie,les personnes pour qui les rapports
d’inégalité entreles genres occupent uneplace centralesemblentadopter une
position politiquequidéfinitexplicitement lajustice degenre
commel’antithèse delasubordinationdesfemmes.Malgré cesdifférences,on trouve
dans la documentationdes interprétationscommunesdelajustice degenre,
commeletraitementéquitable desfemmesetdes hommes,où lajustice est
évaluée enfonctionderésultats réelset non sur la base d’unequelconque
égalité formelleimpliquant unenorme de« similarité».Deplus,lajustice est
évaluée au plandes relations interpersonnellesetà celuides institutions; on
fait le choixde corriger l’équilibre enfaveurdesfemmes, comptetenud’un
long passé derapports hiérarchiquesdegenre.Enfin,oncontestele caractère
arbitraire desconstructions socialesdegenre, d’où lanécessité d’adopterdes
mesurescorrectrices pour transformer lasociété dans sonensemble afinde
larendreplus juste etégalitaire.

Nyamu-Musembi remeten question lesdéfinitionsétroiteset linéaires
quifontdela citoyennetéunerelation simpliste et univoque entrel’Étatet
chaque citoyenetcitoyenne.Elle défend desconceptionsdela citoyenneté
sensiblesaufait que chaque expérience citoyenne est moduléepard’autres
marqueursd’appartenance, commeparexemplel’origineraciale,l’ethnicité,
les liensfamiliauxet lasituationéconomique.Lesétudesféministesetde
genreontfait valoir l’importance d’unelecture ainsi située del’expérience
citoyenne desfemmeset l’importance cruciale d’ancrer unetelle analyse dans
une compréhensiondeleur vécu spécifique.Dans sonanalyse delajustice
degenre etdela citoyenneté dans larégiondel’Afriquesubsaharienne,
l’auteure distingueles modesd’exclusionformelset implicites quantàla
participationcitoyenne àpartentière desfemmes.La citoyenneté formelle
est ici interprétée commelarelationentrel’Étatet le citoyen-ne, alors quela
citoyennetéréelle estcequi outrepasseles limitesformellesdelapolitique et
delaloi pourenglober les relationséconomique,sociale et politique entre
les groupes sociauxet les structuresdepouvoir qui serventdemédiationau
statutdes personnesdans lasphèrepolitique.Nyamu-Musembidésigneles
secteurs où l’ondénie explicitementauxfemmes un statutde citoyenne à

INTRODUCTION

9

partentière.Ce faisant, ellenous montrequeles restrictionsformellesàla
participationcitoyenne desfemmes semblentêtreplutôt
lanormequel’exception, et que ces restrictions persistentendépitderéformesapportées
récemmentauxconstitutionsdeplusieursÉtats.L’exemptionaccordée au
droitcoutumieret religieux pour lesoustraire
auxdispositionsanti-discriminationde certainesconstitutionsa entraîné dansdivers pays lapersistance de
règles injustesen matière derelationsfamilialesetd’accèsaux ressources.Ces
règlesconstituentautantd’injusticesàl’endroitdesfemmesetdes membres
dela famille ayant moinsdepouvoir.Deplus, elles perpétuent lasituation
selon laquellelesfemmes sont traitéescomme des mineuresau plan
juridique.

L’essaide Nyamu-Musembi sur lajustice degenre et la citoyenneté en
Afriquesubsahariennenous présentelesdilemmes postcoloniauxentourant
la citoyenneté.Ils onteuetconserventdelourdes répercussions sur les modes
de conceptionetdeluttepour lesdroitsdesfemmes,l’égalité et la citoyenneté
dans une bonnepartdel’Afrique, duMoyen-Orientetdel’Asie duSud.Ce
n’est que depuis peu que cesdilemmeset leursconséquences pour lesdroits
desfemmeset pour leur identité de citoyennes retiennent l’attentiondes
universitaireset que cesavancées théoriquesfont leurentrée dans lesétudes
générales sur le développement.

Undes principauxdilemmesaffectant l’idée et lapratique dela
citoyenneté est soncaractère derelationentrel’Étatetdes groupements
représentatifsd’identités particularistes,plutôt que desimplerelationentre
l’Étatet lapersonne.Ces identités peuvent refléter soit lareligion, comme
enAsie duSud etdans larégionduMOAN(Moyen-OrientetAfrique du
Nord),soit l’appartenance à des groupementsfondés sur laparenté,latribu
ou l’ethnieoud’autresformations (Afrique).Encettepremière décennie du
nouveau millénaire,il peut sembler quelasociétésud-asiatique,parexemple,
atoujoursétéunchampde bataille entrereligions rivales,l’hindouisme et
l’Islam,ou quelasociologie africaine était tribale et quelaguerre entretribus
était leleitmotivdelasociété africaine.Pourtant,larecherchehistoriquenous
apprendque cesformesderelations sociales sontd’originesbeaucoup plus
récentes (Mamdani,1996).

Ces relations ontété construites par le biaisdu pouvoirdel’État, au
dix-neuvième etaudébutdu vingtièmesiècle,par lequel
lesautoritéscoloniales ontcherché àimposer un pouvoircentralisateurà des sociétésautrement
multiculturelles,multiconfessionnelleset multiethniques,oùdes structures
depouvoirdispersées régulaient les relationsentregroupes
sociaux.Lesfrontièresentre ces groupesétaient souvent poreuseset ouvertesà descompromis

10

JUSTICE DE GENRE, CITOYENNETÉ ET DÉVELOPPEMENT

etéchanges (Kabeer,2002).En subordonnantces relationsau pouvoirde
l’Étatcolonial,la codificationdes pratiqueset la constructiond’undroit
coutumieret religieux ont servid’instruments pourdéfinir les spécificitésde
groupes particuliers.Lesfrontières jusque alors
poreusesentrelescommunautés,sontdevenues plusétanches.Chaquegroupes’est retrouvé àrivaliser
pourcapter l’attentiondel’Étatcolonial,seulcanald’accèsàsesfaveurs.C’est
parceprocessus qu’ontété créées les «éternelles »rivalitésetconflitsentre
hindouset musulmansenAsie duSud etentregroupes tribauxenAfrique.
Les relations hommes-femmes ontétéprofondément impliquéesdanscette
constructiond’identitésetdans l’établissementd’identitésaussi particularistes
commemédiationsdes relationsavecl’État.Coutume,traditionet religion
ontétéréinventées pourfaçonnerdes lois personnellesetfamilialesenAsie
duSud etauMOAN et undroitcoutumierenAfrique.Ilétait inévitable
que ces règles subordonnent lesdroitset les intérêtsdesfemmesaucontrôle
desfamilles patriarcalesetdesélites mâles (Mukhopadhyay,1998).Mêmesi
ces identités ontété construitesdetoutes piècesàl’époque coloniale, elles
demeurentaujourd’hui laréalité delamajorité des gens.Les
relationsÉtatsociété façonnées par le biaisde ceprocessus n’ont pasdisparuavecla chute
ducolonialisme;ellesdemeurent lemode d’organisationdes relationsentre
l’Étatet lasociété(MukhopadhyayetMeer,2004).

L’impactde ces processus sur les présentsenjeuxdejustice degenre, de
citoyenneté etde droits transparaîtdanscequeles troisauteures–
NyamuMusembi, Mounira Maya Charrad etRatna Kapur– désignentdiversement
comme dezons «esdeproblèmes »au momentde définiretdelutter pour la
justice degenre et laparticipationcitoyenne égale.Ainsi, Nyamu-Musembi
démontrequel’inefficacité d’annéesderecherche etdeplaidoyer pour
instituerconcrètement l’égalitéhommes-femmesdans les rapportsfamiliaux tient
surtoutauchevauchement, dans lamajorité del’Afriquesubsaharienne, des
systèmesdeloi statutaire, coutumière et religieusequi régissent les rapports
familiaux.Leproblèmenetient pas simplementàune coexistence de ces
systèmes maisàlagestiondes relationsfamiliales par référencesimultanée à
deux ou plusieurs systèmes par lamajorité des gens, cequi rendtout sauf
simplelarecherche desolutions « justesen genre».Lesdéfenseursdelajustice
degenrehésitentd’autant plus quantàlameilleure approchepour
promouvoir un ordre du jourdejustice etd’égalité entre femmeset hommes.D’aucuns
invoquent les normes internationalesdesdroits humainset les idéauxdela
mouvance«femmesetdéveloppement »pour soutenir lanécessité d’abolir
ces pratiquescoutumièreset religieuses,par le biaisdelégislations oud’un
refusdereconnaîtreles institutions qui les portent.D’autres sontaufaitdes
défis queposent la coutume et lareligion pour lajustice degenre,mais

INTRODUCTION

11

constatentégalement leur intégration pour lamajorité
desfemmes,reconnaissantdonclanécessité d’entrerd’unemanièreoud’une autre autre en
interactionavec cesdeux portes pourexplorer leurapport possible dans la
luttepour lajustice degenre.
Dans sonessai intitulé«Citoyennetéinégale : enjeuxdejustice degenre
auMoyen-OrientetenAfrique duNord», Mounira Charradsitue carrément
leproblème desdifférencesetdes inégalitésdeparticipationcitoyenne entre
femmeset hommesdans lemode actueld’articulationdes relationsentre
l’Étatet lasociété,qui relèventd’identités particularisteset prescritesde
formations reposant sur lareligionet laparenté.Charrad définit lajustice de
genre commeunesource derelations pluséquitablesentre femmeset hommes,
cequi requiert quelesfemmes soientdéfiniescomme descitoyenneségales,
avec autantd’autonomie etde droitsdans l’ordresocial.Parlerde citoyenneté,
c’estessentiellement parlerdu mode d’intégrationdes personnesdans la
structure dela collectivitésociale et politique.Cependant, dans les sociétés
delarégionduMOAN, cetteintégrationdelapersonne àla collectivité
politique etàl’État passepar leurappartenance à desformations reposant
sur laparenté.Charradmontreque,loind’êtreun vestige du passé,les lignées
continuentàoccuper uneplace centrale dans les rapports sociaux.Àtitre de
maillon reliant lapolitique et les relationsdegenre, ellesfaçonnent laposition
desfemmesetdes hommesdans la famille et plus largementdans la
collectivité.Ces lignées ont toutefois un sens particulier pour lesfemmes,sujettes
non seulementàl’autorité du mari maisà celle delaparenté.Les processus
historiques qui ont présidé audéveloppementdesociétésetdesolidarités
reposant sur laparentéonteu uneprofondeinfluencesur le développement
desÉtats-nationsdelarégionet sur les relationsentre Étatset sociétés.Comme
l’Étatest undes principaux protagonistes sociaux qui structurent la
citoyenneté et lajustice degenre,sa capacité d’apporterdeschangementsdans les
rapports hommes-femmesetdepromouvoir une égalité formelle et réelle
dépend du niveaud’autonomie del’Étaten questionface aux structures
socialesbasées sur laparenté.
Charradretracela formationdel’État-nationauMaroc, enAlgérie et
enTunisie.Ellemontrequela dispositionet la capacité del’Étatàinstituer
les réformes quiconfèreraientau moins une égalité formelle aux relations
hommes-femmesdépendaient pour unelargemesure desassisesdu pouvoir
d’État: était-ilautonomeoud’abord assujettià des groupes sociaux
particularistes ?Alors qu’auMarocle discours juridique del’État postcoloniala
surtoutenchâsséles privilègesdelaparenté,laloi tunisienne alaissé beaucoup
plusdemarge àune constructiondu soicommepersonne et,parconséquent,
aoffert plusde droitsauxfemmes.AuMaroc etenAlgérie,les lignées ont

12

JUSTICE DE GENRE, CITOYENNETÉ ET DÉVELOPPEMENT

conservéplusdepoids politiquequ’enTunisie.Le Maroc est uncasde figure
delamarginalisationdesdroitsde citoyenneté desfemmes, battusenbrèche
au profitdes lignées patriarcalesàla findel’ère coloniale.MaisenTunisie,
où lesformations reposant sur laparenté exerçaientbeaucoup
moinsd’influencesociale et politique dans l’État moderne,lesfemmes ontacquis
d’importantsdroits individuels,malgrélapersistance de beaucoupd’inégalités
degenre.

Unautre facteur importantd’identitéparticulariste ayantfaçonnéla
capacité del’Étatà définir les règles,règlementsetdispositionsfavorisant
l’égalité des genresest l’identitéreligieuse,parexemple,l’Islamdans le cas
duMOAN.Le caractèretrèsdiversifié delaloi islamique d’un paysàl’autre
etd’une communauté àl’autre, comme elle dépend ducode dela famille(ou
les rapports hommes-femmes sont
largementconcernées),larendparticulièrement sujette àinterprétation par lesdétenteursdu pouvoir.Charrad explique
quele choix spécifique desautorités mandatées pourcetteinterprétation– en
plusdelamarge d’interprétationdelaloi islamiquepourcontrer ou non
l’émancipationdesfemmes– dépend en grandepartie del’influence exercée
sur l’État par les groupesd’origine familiale et pard’autres structures
identitaires prescrites.Les mouvementsde femmes pour l’égalité et lejustice de
genreontdonctout undéfi àrelever pour setailler unemarge demanœuvre
entre ces restrictions.Charrad démontre également que cen’est pas toujours
l’actiondes mouvementsde femmes quiatransforméle code dela famille et
la conditiondesfemmes.Ceschangements ontdansbiendescas résulté de
l’actiondel’Étatetdesesefforts pour
s’arracheraucontrôlestrictdesformationsd’origine familiale.C’est,parexemple, cequi s’est produitenTunisie.

Examinant lajustice degenre,la citoyenneté et lesdroitsdans le contexte
sud-asiatique, Ratna Kapur retracelagenèse duconceptdejustice degenre
dans laloi, et montrequels impacts ses interprétations juridiques onteu sur
lesdroitsdesfemmeset leurs luttesd’autonomisation.Ellelitdans
lesconcrétisations juridiquesdelajustice degenreuneinfluencemarquée du libéralisme,
avecson postulatdu sujet libéralautonome, existantavant toutes relations
sociales.Bien que cetteinfluence du libéralismesur la définitiondesdroits
individuels présente des pointscommunsaveclesdroitsdéfendusailleurs
dans lemonde,notammentdans lesdémocraties libérales occidentales,les
senset lapratique dela citoyennetéont unespécificité autrequelibérale en
Asie duSud.Danscetterégiondu monde,lesensdonné auxdroitsetàla
pratique citoyenne est issudelarencontre coloniale eta ensuite ététransformé
par l’expériencepostcoloniale dela formationdel’État-nation,processus qui
est toujoursencours.Leprojet impérial sejustifiaitenconsidérant lesujet
colonialcommesidistinctau planculturelet social qu’il ouellen’avait pas

INTRODUCTION

13

droitàlasouverainetéouà desdroits.La différence constituait un motif de
dénidesdroits ;cen’était pas unargument opposé àlanotionde droits
universels mais unélément inhérentau projet universaliste.Lesdroits ne
pouvaientêtre conférés qu’aux personnesayantatteint uncertain niveaude
maturité civilisationnelle – et le dirigeantcolonialétait lemieux situépour
déterminer quand cestade étaitatteint.L’Étatcolonial maniaitdes marqueurs
de différence commelerang,lestatut,la caste,lareligionet legenre, et il
ordonnançaitces identitésde façonàréserveràl’État le droit souverainde
déterminer qui méritaitdesavantages.Au momentdelaluttemenéepour
l’indépendance du sous-continent indien,lelangage desdroitsa étéredéployé
à desfins progressistes lorsqueles leadersdu mouvement indépendantiste
indien ont invoqué desdroitsciviqueset politiquesdans leurs revendications.
Maisdenos jours,l’exercice dela citoyennetéseheurte à denouvelles
préoccupationsetdenouveaux problèmesancrésdans les legsdu passé.Lesconflits
observésentre différents groupes religieuxetethniques– enInde, au
BangladeshetauSriLanka,parexemple –soumettentà denouvelles tensions
lescontoursdela citoyenneté, etdivers groupes setrouvent opposés les uns
auxautresdans leurs revendicationsdereconnaissance.Pour lesfemmes,la
loiasimultanémentétéun outildesubordinationetdelibération.Lesfemmes
ont remportéle droitdevote et le droitàl’éducationet ontbénéficié de
réformesdes loisen matière deviolencesexuelle.Mais la documentation
indiqueque cesavancées nepeuventêtreinterprétéescomme des victoires
pureset simples.Danscertainscas, ces réalisations ontété acquisesen
renforçant lesdifférencesdegenre;ailleurs, comme dans le casdes lois personnelles,
il ya eu subordinationdes intérêtsdesfemmesaux revendicationsdela
famille, delalignée etdela communauté.

Comptetenude cet héritage,troisenjeux-clés ontdominélaquête de
justice degenre en matière deloi.Laquestiondel’égalité a
étéunepréoccupationcentrale des mouvementsde femmesenAsie duSud eta eudes
incidences importantesdans les luttes visant lajustice degenre.Lesecond
enjeu majeurestceluides violencescontrelesfemmes, dans lamesureoù la
majorité descampagnescontemporainesderéformejuridique desfemmes
ont mis l’accent sur
laviolencesexuelle.Enfin,laquestiondel’identitéreligieuse en tant qu’identité d’Étatexerçant uneinfluencesur laplace desfemmes
–particulièrementcellesdescommunautés minoritaires– ajouéun rôle
centraldans les mouvementsde femmesauBangladesh, auPakistaneten
Inde.

14

JUSTICE DE GENRE, CITOYENNETÉ ET DÉVELOPPEMENT

Justice de genre, citoyenneté et droits: enjeux et orientations
stratégiques
Chacunde ces troischapitresdeperspectives régionales sur lajustice
degenre et la citoyennetésouligne des lacunesdans l’étatdesconnaissances
et propose des nouvelles zonesderecherche.Latroisièmesectionconstitue
une fiche d’orientations stratégiques pour l’élaborationdeprogrammes
consacrésàlajustice degenre,la citoyenneté et lesdroits.L’analyse de ces
trois notionsest transposée dans lesdébats quianimentactuellement lemonde
dudéveloppementen matière deréductiondelapauvreté etdel’exclusion
sociale.Adossée auxaperçus régionaux, à desconsultations menéesdans
chaquerégionetà des recherches supplémentaires, cettesection répertorie
lesenjeux stratégiques,les projetset les organisationsencause dans troisdes
régions précitées.Ellepropose des programmesderecherche, des
méthodologiesetdes sites institutionnels qui seprêtentàunerecherchesur lesdroits
et visentdes résultatsaxés sur latransformationet lamise en œuvre
depolitiques publiqueset l’autonomisationdesbénéficiaires.Alors quelesaperçus
régionaux regroupés ici jettentdenouveauxéclairages sur les problèmesen
cause,le documentd’orientationentend faire de cesconceptions un
programme desoutienà des projetsd’actualisationdelajustice degenre, en
offrant une« voix »et unagencéité auxfemmes les plus marginalisées.Son
objectif estd’aménager unaccèset uneinfluence auprèsdes insitutions qui
décidentdes politiquesetd’accroîtreleurcapacité deréactivité etdereddition
de comptesen termesd’égalité degenre.

SOURCES DE RÉFÉRENCE
Cornwall, A., ElizabethHarrisonetAnnWhitehead,2004.
«Introduction:repositioningfeminisms in genderand development »,inAndrea Cornwall, Elizabeth
HarrisonetAnnWhitehead(dir.),Repositioning feminisms in development,
o
IDSBulletin, Brighton, Instituteof DevelopmentStudies,vol. 35,(on 4.ctobre
2004)
Kabeer, Naila,2002. «Citizenship, Affiliationand Exclusion: Perspectivesfrom the
South »,IDSBulletin, Brighton, Instituteof DevelopmentStudies,vol. 23,
o
n 2,p. 12-23.
Mamdani, M.,1996.Citizen and Subject, Contemporary Africa and the Legacy
of Late Colonialism, Princeton,PrincetonUniversityPress.
Molyneux, M.etN.Craske,2002. «he Local,the Regionalandthe Global:
Transforming thepolitics ofrights »,inN.Craske etM.Molyneux (dir.),
Gender and the Politics of Rights and Democracy in Latin America,
Hampshire, Palgrave.

INTRODUCTION

15

Molyneux, M.etS.Razavi,2002. «Introduction »,inM.MolyneuxetS.Razavi
(dir.),Gender Justice, Development, and Rights, Londres, Oxford University
Press.
Mukhopadhyay, M.,1998.Legally Dispossessed : Gender, Identity and the Process
of Law, Calcutta, Stree.
Mukhopadhyay, M.etS.Meer,2004.:Creating Voice and Carving Space
Redefining governance from a gender perspective, Amsterdam, KIT
Publishers.
UNRISD(Institutderecherche desNationsUnies pour le développement social),
2005.: Striving for Justice in an Unequal WorldGender Equality, New
York, Genève, UNRISD.

JUSTI)E DE GENRE,
)ITOYENNETÉ ET DROITS:
CON)EPTS DE BASE,
DÉBATS FONDAMENTAUX
ET NOUVELLES PISTES DE RE)HER)HE

1
ANNE MARIE GOETZ

INTRODUCTION
L’expression «justice degenre»estdeplusen plus utiliséepardes
militantesetdes universitaires qui sepréoccupentdel’échec del’utilisationde
termescomme«égalité des genres »et «intégration transversale degenre»
pourdécrire avecsuffisammentde clartéou traiteradéquatement les injustices
fondées sur legenre dont lesfemmes souffrent.Toutefois, étantdonnéela
diversité culturelle des perceptionsdubienetdelajustice dans les relations
entre femmeset hommes, définir lajustice degenres’avèremalaisé.
Leprésentessai relielaréflexionactuelle entrejustice degenre etdébats
entourant la citoyenneté,l’accèsauxdroitset les questionsdeloietde
développement.
Lesdébatscontemporains sur lajustice degenreprocèdentde différentes
sources: débatsdephilosophiepolitiquesur l’agencéité,l’autonomie,les
droitset lescapacitésdes personnes ;débatsdesciencepolitiquetouchant la
démocratisation,la citoyenneté et le constitutionnalisme;etdébatsentre

1.Jesuisextrêmement reconnaissante à Julie McWilliametà ErinLeigh pour leur
assistanatderecherchelorsdelapréparationde cetarticle, ainsi qu’à Celestine
NyamuMusembi pour sesconseilsconcernant les principauxdébatset la documentation
existante en matière deloietdéveloppement.Certaines idéesconcernant lareddition
de comptes quifigurentdans leprésent texteontété élaboréesde concertavec Rob
Jenkins.

17

18

ANNE MARIE GOETZ

juristes sur laréformejudiciaire et sur les questions pratiques touchant
l’accessibilité delajustice.Toutescesdiscussionsachoppent sur les mêmes
dilemmes persistants:peut-onarrêterdes normesabsolueset universelles
pourdéterminercequiest justeoubondansdes rapports sociaux ?Comment
équilibrer lesdroitsdelapersonne et lesbesoinsdela famille, dela
communauté, dela« nation »ethniqueoudel’État territorial ?Quel rôle doivent
jouer l’Étatet la communautéinternationale dans lapromotiondubien-être
socialetdel’égalité entreles personnes ?Leprésentessai nesaurait résoudre
ces questions, auxquelles il n’existepasderéponses
universellementacceptables (malgrétout letravaildes philosophes politiquesféministes pouren
proposer).Il suggèretoutefoiscertainscompromis provisoires,liésàl’issue
dela compétition politique et idéologique au seindesÉtatsetdans l’arène
internationale.

Leprésentessai proposeunetopographie du sensde cesdébats.Il précise
commentdesconsidérations philosophiques sur lanature,lesdroitset les
capacitésdes personnes,recoupent, d’unepart, desdispositions pratiques
d’ordrepolitique etéconomique établissant lesdroitsafférentsàla citoyenneté
et, d’autrepart, des problèmesde discrimination patenteoudepréjugés
occultes intégrésdans laloiet lapratiquejudiciaire.On yapprendquela
constitutionde droitsetdeprivilègesfondés sur legenrepeutêtrerepérée
dans lescontratsde base(formels ou implicites) quifaçonnent l’appartenance
àtouteunegamme d’institutions sociales–la famille,la communauté,le
marché,l’Étatet les institutions religieusesétablies.D’une façon oud’une
autre,toutesces institutions sontcensées résoudrelesdifférends, établiret
fairerespecterdes règleset prévenir lesabusdepouvoir.Comprendreles
justifications idéologiquesetculturelles prêtéesdanschacune de cesarènesà
lasubordinationdesfemmes peutcontribuerànous outiller pourdéfier les
modèles inégalitaires.Enconclusion,l’auteuresignale des lacunesdans la
documentationet l’activité deplaidoyer touchant lajustice degenre,la
citoyenneté et laredditionde comptes, etellepropose denouvelles pistesde
recherche.

TROIS CONCEPTIONS DE LA JUSTICE DE GENRE
L’exprejustission «ce degenre» sert souventà désignerdes projets
d’émancipation quifont progresser lesdroitsdesfemmes pardes réformes
juridiques ou promeuvent leurs intérêtsdans les politiques
socialesetéconomiques.Toutefois,ondonnerarement une définition précise de cette
expression,souvent utilisée demanièreinterchangeable avec cellesd’égalité

CONCEPTS DE BASE, DÉBATSFONDAMENTAUX ET NOUVELLES PISTES...

19

des genres, d’équité entreles genres,
derenforcementdescapacitésetd’autonomisationdesfemmesetde droitsdesfemmes.
Toute définitiondelajustice degenrerévèleuneposition politique,un
ensemble de convictions quantà cequiest « juste»et «bon »dans les rapports
humainset quantauxfaçonsd’atteindreles objectifs souhaités.Les idéologies
et lesconventions motivant lasubordinationdesfemmesaux hommesetà
la familles’enracinent souventdansdes idées préconçues quantà cequiest
« naturel » ou « voulu parDieu »dans les rapports humains.Celalaisse entendre
quel’humanité ales mains liées quantàl’interprétationde conditions qu’elle
nepeutaucunementaméliorer.Ces pointsdevuesur la« normale»
subordinationdesfemmes tirent leur légitimiténonderéférencesàlajusticemais
de convictions socialementancréesen matière d’honneuretdepropriété –
convictionsestiméescommenon redevablesdelajustice.Il n’estdoncpas
surprenant quelesconceptsdejustice degenrequi privilégient l’autonomie
et lesdroitsdesfemmesface aux hommes suscitent la controverse etd’intenses
débats.
Cen’est pas laseuleraison pour laquelle cesconcepts sontcontroversés.
Lesdifférentes interprétationsdelanotiondejustice degenreimposent
égalementde différencier les rôleset lesattentesdesdécideurs nationauxet
internationaux.Ainsi on verra d’unepart l’État implicitement tenuàun rôle
minimalcommegarantdes libertésde base, alors qu’ailleurs,onferaplace à
une fonction interventionniste desÉtats nationauxetdu
systèmetransnational, afinde compenser les injusticesdu passé etd’assurer un soutienet un
bien-être concretsaux victimesde discriminations sexistes.Des interprétations
aussi variéesdu rôle des gouvernementsetdu secteur public etdesattentes
légitimesde communautés nationales «imaginées »oude communautés
internationales «virtuellepros »duisentdes qualitésde
citoyennetétrèsdifférentes.C’estdirequelesconditionsd’appartenance auxcommunautés
nationaleset lesdroitset obligationsdescitoyensetdescitoyennesfont
nécessairement partie dudébat sur lesensdelajustice degenre.
Lanotiondejustice degenre comprend certainséléments qui vont
au-delà des notionsconnexesdejustice de classeouderace, cequi rendsa
définitionet son instauration pluscomplexes.D’abord,lesfemmes nepeuvent
êtreidentifiéescommeun groupe cohérent, àl’instard’autres groupesde
personnes tenusàl’écartdu pouvoir,telles les minoritésethniques ou les
immigrants socialementexclus.Lanotiondegenrerecoupe cescatégories
socialeset toutes lesautres, d’oùdesdifférencesd’intérêts– etde conceptions
delajustice –parmi lesfemmes.En secondlieu, contrairementà d’autres
polarités sociales,les relationsentre femmeset hommesau seindela famille,

20

ANNE MARIE GOETZ

comme dela communauté, forment un site crucial où l’injustice degenrese
manifeste.Toutestratégie depromotiondelajustice degenre doitdonc
mettrel’accent sur les rapportsdepouvoir vécusdans le contexte domestique
ou «privé».En troisièmelieu,lesclichés patriarcauxet les relations sociales
qui sont produitsau seindelasphèreprivéen’y sont pasconfinées ;elles
imprègnent laplupartdes institutionséconomiques,socialeset politiques.
Aussi,l’expressionde« justice degenre»elle-mêmerappelle directementce
problème de discrimination institutionnalisée en soulignant quelajustice
elle-mêmes’avèretrès souvegnt «enrée», dans sa conceptionet
sonadministration, conformémentàunenormepatriarcale dérivée delasphère
domestique.

Avantdeproposer une définitiondelajustice degenre,jeveuxesquisser
unetypologie desconceptions principales (etconcurrentes)delajustice de
genrequi informent lemilitantisme féministe et sonélaborationdepolitiques,
mêmesi l’on nesaurait résumeradéquatement ici lamultitude d’écrits publiés
à cesujet.Comprendrelesens,les principesde base et l’étatfinal souhaitable
pour unejustice degenrelaissera entrevoirdes stratégiesconcrètes pour la
mettre en œuvre,touten repérantcertains obstacles politiques.

LA JUSTICE DE GENRE COMME ACCÈS AUX DROITS
ET COMME CHOIX – LE PARADIGME DE L’HABILITATION
Cetteoptique, ancrée dans laphilosophiepolitique féministelibérale,
trouveson origine dans undilemme centraldelapolitique féministe :il se
peut quelesfemmes opprimées neproposent paselles-mêmes uneversion
delajustice degenrequicontesteleprivilègemasculin parcequ’elles ontété
socialiséesà accepter leur situation.Ce dilemme a étéqualifié deproblème
de«fausse conscience».Dans les motsdelaphilosophe Onora O’Neill:
Une femmequi nepossèdepasdeprérogatives personnelles vitàla discrétion
desautres membresdela famillequien ont, etelle estdoncsusceptible d’avoir
àsesoumettre,ycomprisà certaines propositions qu’elle détesteou juge
imprudentes ou saitêtre dommageables pourelleou pour sesenfants. (2000a,
p. 166).
Lesconventionsfamilialeset sociales peuvententraver laliberté de choix
desfemmesen limitant leurscapacitésderaisonneretd’agiren tout
indépendance eten les obligeantàplacer lesbesoinsdesautresau-dessusdes leurs.
Face à ce dilemme del’acceptationdesfemmesàleur propresubordination
sociale etéconomique,les philosophes politiquesféministes ontdébattudes
conditions socioéconomiqueset même desconditions psychologiques
minimales qui permettraientauxfemmesderefuser ouderenégocier les

CONCEPTS DE BASE, DÉBATSFONDAMENTAUX ET NOUVELLES PISTES...

21

arrangements sociaux oùelles setrouvent (O’Neill,2000a,p. 163 ;Nussbaum,
2000 ;Young,1990).J’aideux raisons pour interprétercommeun paradigme
d’« habilitation »cette approche de«capacités minimales »dans la description
des principesdelajustice degenre.Il se basesur la constructiondesconditions
requises pour toutchoix individuel libre et rationnel.

Letraitement leplusélaboré de cette approche estceluide Martha
Nussbaum,quiarécemmentadaptépource fairel’approchepar les
«capacités »définieparAmartya Sen.Les «capacitésonts »cequeles gens sont
réellementen mesure de faire etd’être.Une condition préalable à cequ’une
personnepuisse faireouêtrequoi que cesoitestde disposerd’unensemble
de«fonctionnemehumnts »ainsde base, commele faitd’être en vie, d’avoir
uncertain niveaude développement mental, etainsidesuite.Nussbaum
proposeuncompterendu normatiftranscultureldescapacités humaines
fondamentaleset uneliste de«fonctionnements »-clés, àsavoir un répertoire
deprincipesconstitutionnelsde basequidevraientêtrerespectéset misen
œuvrepar les gouvernementsdetous les pays, commeminimum vitalde ce
qu’exigelerespectdela dignitéhumaine(2000,p. 223).

Danscetteperspective,l’enjeu n’est pas letype de droits qu’ilest possible
derevendiquerdufaitd’apparteniràune communautépolitique,ni leniveau
deressources qu’unepersonneou son gouvernement peut utiliser pour
améliorer lesconditionsdevie.L’enjeuest plutôtde déterminercequeles
personnes peuventfaire et peuventêtre :quelles sont lesfonctions sans
lesquelles unevievautàpeine d’êtrevécue,perdpresque deson humanité?
Cettequestion permetde définir unelongueliste de fonctions propresàl’être
humain, dont lavie elle-même,lasanté et lasécuritéphysique,la capacité
departiciperàune communautésociale, celle d’exprimerdela compassion
etdepascraindre de discriminations, ainsi quela capacité de« se doterd’une
conceptiondubienetdes’engagerdans uneréflexioncritique au sujetdela
planificationdesaproprevie» (2000,p. 41).

Considérant lesdéfisàreleverdanscesdomaines– comme celuide
hausser l’espérance devie dans les pays pauvres, avant même de fournir les
conditions qu’exigeuneréflexioncritique – Nussbaumesquisseun programme
ambitieux mais reste endeçà d’unexamendesconditions politiques qu’appelle
samise en œuvre.En plusdesdéfis pratiques queposerait laréalisationd’un
tel programme,notammenten raisonderessources nationales limitées, cette
optiques’estattiréuncertain nombre de critiques, dont surtoutcelle d’Anne
Phillips,une autrephilosophepolitique féministelibéralepour qui l’approche
par lescapacités intègreun ordre du jour néo-libéral.Àsonavis, comme
l’approchepar lescapacités préconiséeparNussbaum met l’accent surdes

22

ANNE MARIE GOETZ

exigences minimales, elle délaisseles profondsdéfisdelaluttevisant l’égalité
desêtres humains–non seulementcelle entre femmeset hommes,maisentre
tous les groupes sociaux, au seinde chaquepaysetentre eux.Ceretrait,
soutientPhillips,« va depairavecun glissement quasi-universeldes politiques
sociales-démocrates,ou l’on voit leproblème delapauvretésupplantercelui
des inégalitéset où l’assurance d’un minimumdécent s’est substituée aux
inquiétudes sur l’écart généraldes reve(2000nus »,p. 16-17).End’autres
mots,laprioritématérialiste donnée àl’approchepar lescapacités négligeles
inégalitésabsoluesconstatéesenboutdeligne et replacelarevendicationde
droitségauxen une demande de conditionsdesurvie.D’autrescritiques
laissententendreque,pourcequiestdelajusticesociale,lerecoursàl’ap-
prochepar lescapacités réduitcelle-ciàunequestiond’accès individuelaux
biens publicsetàun projetdelibération individuelle,plutôt que deviserà
comprendre commentfemmeset hommes peuventconstruireleurs intérêts
commepierre àl’édifice d’une communautésociale –par l’interdépendance
plutôt quepar l’indépendance(Malhotra etMather,1997 ;Govindasamyet
Malhotra,1996 ;Kabeer,1998).

LA JUSTICE DE GENRE COMME ABSENCE DE DISCRIMINATIONS
Latentativelaplusformalisée afind’établirdes principesdejustice de
genre figure dans la Convention internationale de1999 sur l’éliminationde
toutes lesformesde discriminationàl’égard desfemmes (CEDEF),quifait
del’absence de discriminationdegenrel’indicateurdelajustice degenre.La
définition juridique donnéepar la CEDEF des «discriminationsàl’égard des
femmes »figure àl’article1dela Convention:
Leterme«discriminationàl’égard desfemmeviss »etoute distinction,
exclusion ou restrictionfondéesur legenrequiapoureffet ou pourbutde
compromettreoude détruirelareconnaissance,lajouissanceou l’exercicepar
lesfemmes,quel quesoit leurétat matrimonial,sur une base d’égalité entre
hommesetfemmes, desdroits humainsetdes libertésfondamentalesdans les
domaines politique, économique,social, cultureletcivil oudans toutautre
domaine. (Cook,1997,p. 189).
Cette approchepourraitêtrequalifiée deméthode delis «bertés négatives »,
puisquela CEDEF enjoint lesÉtatsdeprévenir lesdiscriminations.Selon
Cook,on peutdéterminer s’il yeudiscriminationàl’égard desfemmesen
posantdeux questions:
1.Est-cequeles lois,politiques,pratiques ouautres mesuresencause
créent quelque distinction, exclusion ou restriction sur la base du
genre?

CONCEPTS DE BASE, DÉBATSFONDAMENTAUX ET NOUVELLES PISTES...

23

2.Siellesfont unetelle distinction, exclusion ou restriction,ont-elles pour
effet ou pourbutd’entraver oud’annuler lareconnaissance,le bénéfice
ou l’exercicepar lesfemmes,quel quesoit leur statut marital, de droits
humains oudelibertésfondamentales sur une base d’égalité entre
hommesetfemmes ?(Ibid.).
La CEDEF correspondsansconteste àunetradition juridique
européenne d’établissementdeprincipesdejustice àportéeuniverselle et
d’applicationde ces principesdela façon laplus impartialepossible.Les
critiquesde cette approchemettentenavant lesapriori importantset
profondément institutionnalisés qui restent invisiblesdans les systèmes juridiques
en raisonde cemythe del’impartialité.PourO’Neill,« les principesdejustice
qui sontcensésêtre aveuglesauxdifférencesdepouvoiretderessources
entérinent souventdes pratiquesetdes politiquesfavorisant les privilégiés. »
(2000b,p. 144).Ellesoutient queles principesdejusticequifontabstraction
descirconstances particulières pour produire des universaux «desservent les
enjeuxdejustice degenre et internationale…parceque cette
approcheidéalisepresquetoujoursdesconceptions particulières… desagents humains, de
larationalité, des rapportsfamiliaux oudelasouveraineténationale,
conceptions qui sont souventadmiréeset qui s’avèrent plus réalisables (ou presque)
pour les hommes quepour lesfemmeset pour les sociétésdéveloppées que
pourcellesendéveloppeme(2000nt ».b,p. 145).
Inscrite danscettetraditiondelibéralisme abstrait,la CEDEFsemble
dépourvue desconceptsetdes instruments nécessairesàune contestation
féministeréussie des institutionset procédures juridiquesformelles, dans le
butd’endévoiler lesbases sexistes (Abeyesekera,1995,p. 19).Perçue comme
trop soucieuse des’en tenirauxapprochesaxées sur laprimauté delaloi,la
CEDEFnégligeraitdetenircompte des paradigmes toutaussibiaisésdes
appareils juridiques traditionnels, commeles systèmesd’applicationdenormes
etde créationderègles qui ontdes incidences plus immédiates sur les vies
delamajorité desfemmesdu monde entier (Haslegrave,1988).
Mais la critiquelaplus répandue dela CEDEFtientàson manque de
mécanismesefficacesd’application.Comme elle dépend delavérification par
lesÉtats signatairesdes transgressions qu’eux-mêmescommettent, ellesevoit
dans lasituationde dervoir «ecourirà Césarcontre César ».Le comité dela
CEDEF estcomposé de23expertesetexperts indépendantsayant pour
mandatd’examiner lerespectet l’applicationdesdispositionsdela Convention
par lesÉtats signataires.Mêmesi le comité a concluàmaintes reprises qu’un
État signataires nes’était pasacquitté deses obligationsaux termesdela
Conventiondans sondroit interne et ses politiques gouvernementales,il n’a