La psychanalyse pendant et après Lacan - Tome 2

La psychanalyse pendant et après Lacan - Tome 2

-

Livres
264 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le livre comprend deux parties : la première examine le paysage de la psychanalyse autour de Lacan, en son temps et ailleurs qu'en France : l'anglais Bion, le chilien Blanco, l'italien Gaddini, les américains Kohut, Kernberg, Stoller. Le français Robion est plus récent. La deuxième partie est une approche critique de la Pensée-Lacan : réduction de la pensée au langage, refus du modèle génétique freudien. Les deux tomes du livre sont complémentaires mais peuvent se lire de manière indépendante.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 15 septembre 2016
Nombre de lectures 9
EAN13 9782140017483
Langue Français
Signaler un abus
ome 2
Émile Jalley
La psychanalyse pendant et après Lacan
Tome 2 Robion Remarques sur Jacques Lacan
La psychanalyse pendant et après Lacan
Tome 2 Robion Remarques sur Jacques Lacan
Émile Jalley La psychanalyse pendant et après Lacan
Tome 2 Robion Remarques sur Jacques Lacan
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-31186-9 EAN : 9782336311869
Pour PIERRE JALLEY, notre fils BÉNÉDICTE JALLEY-MEURISSE, mon épouse Et GISÈLE PONCHARD-BONNARD, ma mère En hommage aussi à mes deux psychanalystes Madame le Docteur Anny Cordié Et Monsieur le Docteur Jean Gillibert « Bientôt seront tous morts ceux qui savaient de quoi il est question » Philippe Sollers, France-Culture du 1er août 2010
Jacques ROBIONEssais de neuropsychanalyse Introduction La question de la nature de la fixation comporte une réponse qui 1 fixe la ligne de partage entre les approches structuralistes et les approches historicisantes. Le processus de conscientisation obéit à des lois freudiennes, non darwiniennes. Cependant, un système neuronal centralisé est le seul endroit où et à partir d’où se déroulent nos processus de mentalisation et psychisation. Y ont cours des processus tels que le conditionnement, l’em-preinte. 2 1.Structure et histoire 1.1. Unicité de l’objet L’examen de la Logique des fonctions de Frege devrait permettre de poser la question de la non-interchangeabilité de l’objet. En plus des opérateurs universel et existentiel, Frege propose un opérateur d’unicité « iota ». 1.1.1. Le degré de liaison de la variable et son interchangeabilitéSont en raison inverse.
1  La critique du structuralisme en psychanalyse va être un des fils conducteurs de la démarche à suivre de J. Robion. Lacan y est enfermé par lui. 2 Ce titre se conforme d’une façon impressionnante à ce qu’il est incontournable, pour les connaisseurs, de reconnaître comme les deux composantes du « noyau rationnel de la dialectique » (NRD) (Marx, 1873 ; Badiou, 1978 ; Jalley, 2013, passim).
225
L’unicité est le plus haut degré de liaison et de saturation fonc-3 tionnelle d’une variable. Voltaire est l’auteur de Candide. 1.1.2. Le principe de généralisation de Matte Blanco Produit une interchangeabilité croissante des individus entre eux, des classes entre elles, par une suppression indéfinie de la singularité. Il y a annulation subreptice, confusion de la relation d’appartenance (Peano) et de la relation d’inclusion (Pierce). C’est le dysfonctionnement de l’activité de généralisation qui provoquerait l’abolition de la singularité 4 observée dans certaines pensées pathologiques . La « symétrisation »est l’interchangeabilité résultant de la généralisa-tion, qui fait disparaître la singularité et la discrétion des éléments. 1.1.3. Les différents modes ou strates de pensée Permettent de distinguer plusieurs modes pathologiques de pensée selon leur degré d’élimination de la singularité. En haut de l’échelle, la pensée abstraite, opérant dans l’ « asymétrie » des discriminations-différenciations ; en bas de l’échelle, l’émotion, le vécu, le feeling », marqués par la symétrisation, l’élimination de toute opération de discrimination-différenciation. Entre les deux des modes intermédiaires de pensée où se mêlent en proportion variée symétrie et asymétrie, « généralité » et « singularité ». Cette échelle décrit la plus ou moins grande souplesse mentale dont dispose un sujet pour la gymnastique entre singulier et général. [On a déjà parlé plus haut, à propos de Matte Blanco, des deux versants coordonnés du noyau rationnel de la dialectique hégélienne : l’identité des opposés (métaphore, symétrisation) et le passage à l’opposé (métonymie, généralisation).] 1.1.4. Symétrisation et « discrétion » La symétrisation conduit à l’abolition des « discrétions » tout comme des « singularités ». La pensée symétrisante produit une fusion des éléments, une perception fusionnée en une unité indivise, selon un mode indivisible. Cette symétrisation-fusion est l’équivalent de ce que Racamier nommait « l’indifférenciation des êtres ». La symétrie est une double implication : aRb et bRa. 3 Idée hegélienne que la singularité est le point extrême atteint par la détermination de l’universalité dans la particularité. 4 Même remarque.
226
1.1.5. Le symétrique et l’inconscient Le mode symétrique est multidimensionnel, et la conscience tridi-mensionnelle : sa logique anaclitique s’applique à l’appréhension de l’indifférencié dans et par les catégories de la différenciation. Le langage ne retient que du discontinu, du séparé, du 5 bidimensionnel . Cette impossibilité d’appréhender le réel sans le dénaturer est pour Matte Blanco constitutive de l’Inconscient. J. Robion se dit dérangé par cette façon de voir. Les penseurs de l’inconnaissable vous apprennent ce qu’est l’inconnaissable au moment même où ils le déclarent inconnaissable. J. Robion est dérangé aussi par l’assimilation de l’inconscient à l’émotionnel. La personne disparaît derrière la classe. L’émotion, l’in-conscient, l’indifférencié, tout cela tombe dans la grande marmite de la symétrisation. Le concept de symétrie manque incontestablement de précision. 1.1.6. Interchangeabilité et indifférenciation La symétrie progresse vers l’indifférenciation. L’indifférenciation surgirait même de l’activité d’abstraction. Conséquence vraiment paradoxale ! En usant des quantificateurs, l’abstraction conduit en réalité le sujet à un accroissement constant de la différenciation et de la singularisation. Il ne faut pas confondre l’usage normal et l’usage pathologique de la généralisation. 1.1.7. Le retour à l’indifférencié Y retourne-t-on ou en part-on ? L’hypothèse est légitime, à partir de Freud, Wallon, Racamier, d’un syncrétisme premier de l’évolution du sujet de cette indifférenciation première vers la différenciation. 1.1.8. Différenciation et conflit psychique Le rôle donné par Blanco à l’indifférenciation donne d’abord le sentiment qu’il fait passer à la trappe la présence d’un refoulement lié à une conflictualité psychique. Une condamnation de représentation et [pas seulement] d’action, cela s’appelle un refoulement. Un conflit psychique équivaut bien à une contradiction de désirs.
5 Idée assez proche des vues de Bergson.
227